Archives

HOMILY OF THE FOURTH SUNDAY OF EASTER (April 21st, 2013)

HOMILY OF THE FOURTH SUNDAY OF EASTER (April 21st, 2013)

Acts 13, 14, 43-52; Psalm 100; Rv. 7, 14-17; John 10, 27-30.

481

                                    By +Guy Sansaricq.

Our hearts are still ringing for joy at the great event of Easter. The second reading of the day shows Jesus in heaven being praised and worshipped by a multitude of celestial beings. He is pictured as equal in majesty to Almighty God. Although bearing the marks of the slain lamb, he receives honor and glory.  How would we not rejoice? He is the victorious Lord; He alone shall we serve!

 

In the same vein, the first reading leads us to Antioch a town located in modern day Turkey. There we see the apostles filled with joy even “when the leading men of the city had stirred up a persecution against them and expelled them from their territory.” The joy of Jesus’ Resurrection had set their souls on fire with irrepressible missionary zeal. Should it not be the same for us too? He alone is the Lord!

In the Gospel, Jesus describes himself as a Shepherd to those who recognize his voice and follow Him. We are thus warned of the necessity for us to “recognize” Jesus’ voice and joyfully respond to his call. No wonder that this Sunday is designated as the “universal day of prayer for vocations!”  The mystery

of Jesus’ death and resurrection should trigger in the hearts of all genuine believers an intense desire for worship and praise. It should also inspire many “to be an instrument of salvation to the ends of the earth.” Let’s pray that many will follow in the footsteps of the Apostles and feel in their hearts the same secret urge of spending their entire lives heralding Jesus as the Light of all nations. Yes, many fiery witnesses are needed to spread his kingdom of love. Let this be our prayer today and always.

HOMÉLIE DU QUATRIÈME DIMANCHE DE PAQUES (21 Avril,2013)

Actes 13, 430-52; Psaume 100; Apocalypse 7, 14-17; Jean 10, 27=30

Par +Guy Sansaricq.

Ce dimanche s’appelle: Journée universelle de prière pour les vocations. Ce thème est bien mis en lumière par les lectures du jour. Penchons nous d’abord sur l’Évangile où Jésus se décrit comme le Pasteur dont la voix est bien connue par ses brebis dociles. Aujourd’hui encore nous devons apprendre à reconnaître la voix du Seigneur et marcher joyeusement à sa suite. Que les jeunes d’aujourd’hui n’hésitent pas à le suivre inconditionnellement. Que personne ne se ferme l’oreille quand Jesus appelle!

 

La première lecture nous conduit à Antioche. Là nous voyons les Apôtres annoncer l’Évangile avec force et joie. Même en face des outrages qu’ils reçoivent (on les chasse de la ville) ils se réjouissent.

Le monde présent a besoin de témoins au cœur de feu, pour témoigner de Jésus dans les rues de nos grandes villes modernes. Jésus est la lumière des nations. Qu’il ne manque pas de voix à le proclamer.

La seconde lecture nous ouvre une fenêtre sur ce qui se passe dans les cieux après la Résurrection. Nous voyons un nombre incalculable d’êtres célestes vêtus de blanc venant de toutes les nations, races et peuples rendre à Jésus, décrit comme l’Agneau Immolé, un hommage égal à celui qui est dû au Père Eternel. Jésus est présenté  assis sur le trône de la majesté. Serions-nous les seuls à ne pas le suivre?

Prions assidûment pour que nombreux soient ceux et celles qui consacreront leur vie entière au service exclusif du Royaume Nouveau. Jésus est LA LUMIÈRE DES NATIONS ET LE SAUVEUR DU MONDE. Aucun nom n’existe sur terre par lequel nous puissions être sauvés. Que nous le proclamions sans arrêt!   

 Prions donc avec insistance pour que se multiplient les vocations dans le monde entier.

Monseigneur Guy Sansaricq

Les Défis de Radio  Télé Solidarité

 

Cette semaine nous voulons vous fournir quelques informations sur le récent projet de Radio Télé Solidarité du Centre National de l’Apostolat HAITIEN, un projet qui représente un réel défi pour nous. Nous voulons ajouter des images télévisées à nos émissions de Radio.

 

Monseigneur Guy Sansaricq, directeur du bulletin de la radio Télé Solidarité continue à faire de son mieux pour que le bulletin hebdomadaire de Radio Télé Solidarité soit un instrument efficace d’évangélisation , d’éducation et de conscientisation  pour la vibrante communauté Haïtienne de la Diaspora et également pour les compatriotes vivant en Haiti comme aussi pour nos nombreux amies et amis d’origine diverse.

 

Nous commençons déjà à avoir certaines émissions d’essai comme par exemple  la retransmission en direct de la messe de St Jerome le dimanche de Pâques. Nous commençons aussi à avoir des entretiens télévisés avec certains leaders de la pastorale Haïtienne et du corps professionnel de la communauté Haïtienne et certains leaders de groupes de Jeunes.

 

 

Je dois ajouter que nous commençons à recevoir le soutien financier de quelques personnes, hélas fort peu, qui nous aident à réaliser ce grand rêve. L’un de nos désirs c’est d’arriver  à diffuser une messe en créole chaque dimanche à Télé Solidarité et à produire des programmes spirituels et éducatifs. Mais comme vous le savez cela exige des dépenses élevées. Nous continuons donc à demander  au peuple de Dieu d’être très généreux envers le Centre National. Nous souhaiterions  avoir des amis disposés à organiser des levées de fonds et des gens qui s’engagent à envoyer une donation mensuelle pour la modernisation de Radio Télé Solidarité.

 

Monseigneur Guy Sansaricq et le Père Yvon Pierre, directeur du Centre National comprennent profondément l’importance du soutien de la part de leurs frères prêtres, des religieuses, des diacres, des leaders de groupes de jeunes et des groupes de prière, des leaders du renouveau charismatique des haïtiens d’outre mer, des professionnels de la communauté Haïtienne et de leurs amis pour faire aboutir ce projet à portée nationale. Ils continuent inlassablement à exhorter tout le public à prêter main forte pour permettre à Radio-Télé Solidarité d’accroître son efficacité pour mieux accomplir ses objectifs premiers d’évangélisation et d’éducation.

 

Nous  vous demandons d’être très patients avec nous car qui va lentement arrive sûrement, “Pito nou mize nan rout men nou pote Bon Nouvel.” Nous travaillons chaque jour mais il reste encore beaucoup à faire. Notre équipe de programmation commence déjà à travailler très fort.  Nous encourageons nos experts à utiliser nos antennes pour leurs émissions et à nous aider à offrir des émissions de qualité.

 

Permettez-moi de paraphraser le regretté président Kennedy qui eut à dire: “Toutes les grandes et honorables actions rencontrent de grandes difficultés, mais celles-ci doivent être respectées à leur tour et surmontées avec courage.” Nous devons ajouter que l’opération d’une station de Radio-Télé est une tache très difficile. Si nous avons choisi de nous y mettre c’est pour mieux servir Dieu. En ce millénaire de communication et de mondialisation nous devons nous mettre à la page. Avec l’appui de la grâce de Dieu, nous affrontons tous les défis.

 

Frère Buteau (Brother Tob)

For the National Center

***************************************

Challenges of Radio Télé Solidarité

This week we want to update you on the National Center’s recent initiative to add a TV setting to Radio Solidarité, the official broadcasting voice of the National  Center of the Haitian Apostolate. This represents a major challenge to us as can be easily understood.

Bishop Guy Sansaricq, director of the weekly Radio-Bulletin of Radio-Telé Solidarité  continues to try his best to make of the weekly newsletter of Radio Tele Solidarité an instrument of evangelization, education and enlightenment for our large audience comprising the vibrant Haitian community in the Diaspora, the many friends of the Haitian people and also the compatriots in Haiti.

We have already begun to test our abilities with the successful live broadcast of the Mass of St Jerome on Easter Sunday. We also have had some televised interviews with various distinguished guests first among the leaders active in the pastoral field of Haitian ministry and then with a number of Haitian professionals and some youth group leaders.

Some friends , oh! Indeed very few are beginning to promise some financial help. Hopefully these are simply the first raindrops announcing a future bountiful harvest.

Bishop Guy Sansaricq and Father Yvon Pierre, director of the National Center for Haitian Apostolate abroad are eager to get on board their brother priests, the deacons and religious, the leaders of youth groups and prayer groups, the Haitian Charismatics, the professionals of the Haitian community and the many friends of the Haitian people. An all out effort is necessary if we want Radio-Solidarité to achieve its ambitious objective of being a beacon of light to our entire community.

Allow me to quote the late president Kennedy who said: All great and honorable actions are usually meet with great difficulty but these in turn  must be met and overcome with answerable courage . we have to add we choose to have a catholic bulletin radio television not because it is easy for us because it is hard and our goal will  help us to serve better god and ours brothers and sisters in this millennium of communication and globalization. It will help also to organize and measure our best energies and skills and sometimes it is very good to accept challenges

Our progress will be gradual and slow but we firmly trust that we will reach the finish line with God’s grace and your assiduous support.

Brother Tob

For the National Center

**************************
Sister of the Poor
A0012-15 sr monpremier

Sister Marzulie was the guest of Brother Tob on Radio Télé Solidarité on Tuesday, April 16. Sister Marzulie is a leader of women’s struggle  in the Nord-Est Department of Haiti.

The Weekly Bulletin and Radio Télé Solidarité continue to support the brave Haitian women who are the engine, or Poto Mitan, of Haitian society. We deeply admire their courage, their sense of responsibility and their great love for their children.

In the interview, Sister Marzulie painted a very dark picture of the situation of women in the Nord-Est Department, where the vast majority do not have jobs and many are still victims of violence perpetrated by their husbands or boyfriends, because the extreme poverty of these women renders them valueless in the eyes of their men. Wherever there is poverty, Sister Marzulie said, there is violence, and women are always the victims. Another scourge ravaging the people of the Nord-Est Department, Sister Marzulie said sadly, is AIDS.

She spoke of the problems facing young people in Ouanaminthe (Haitian: Wanament or Wanamèt; Spanish: Juana Méndez), a city of 10,000 located in the Nord-Est Department. After high school, many of them have to leave Ouanaminthe for Santo Domingo, to continue their studies or to seek employment. Right now, there seems to be no future for young people in Ouanaminthe. Sister Merzulie said the main problems of that region—as in much of our suffering motherland—are the chronic lack of electricity, drinking water, and jobs. For farmers, the lack of water and rain makes growing and harvesting very difficult.

Sister Marzulie explained that, since here is no work to be found in Ouanaminthe, some people find employment in such services such as banking and customs, and women survive on small businesses. The lack of real jobs helps explain why so many young Haitians end up begging in the streets of the Dominican Republic or falling into the growing prostitution industry there.

It is abundantly clear that no community can make lasting progress in the midst of extreme poverty and a high rate of illiteracy. So education is crucial, if our people are to climb out of their grinding poverty. The pressing questions are these: When will these poor people have the opportunity to live in dignity as human beings? And why Haiti is so poor? Throughout the Bible, God is seen as a defender of the oppressed, and He always hears the cry of the weak. Our goal is not to canonize or romanticize the poor, but rather to encourage the international community’s decision-makers and Haiti’s wealthy elites to do everything in their power to respond to the Gospel message and the will of God, by helping our motherland’s poor to live in the full dignity of human beings.

She concluded by telling us that the Sisters of Saint John accompany at least 50 children living in the streets of the Nord-Est Department and support the women with microcredit and education. The staff of The Weekly Bulletin congratulates Sister Marzulie and her congregation for their closeness to the vulnerable in the Nord-Est Department.

The interview of Sister Merzulie will be broadcast on Radio Télé Solidarité on Sunday April 21, at 2:00 PM.

Frère Buteau (Brother Tob)

For The National Center

  Soeur Marzulie Monpremier , Une sœur des pauvres du Nord’Est

Ser marzulie2

Soeur Marzulie Monpremier de la Congrégation des Soeurs de St Jean a été la grande invitée de brother Tob à Radio Solidarité le mardi 16 avril 2013. Soeur Marzulie est très heureuse dans la vie religieuse et est l’une des portes paroles et avocate de la Lutte des Femmes du Nord-Est (Haïti).

Le bulletin de Radio Télé Solidarié continue à supporter les vaillantes femmes d’Haïti qui sont des poto mitan de la société haïtienne pour leur courage, leur sens aigu de responsabilité et pour leur grand dévouement pour leurs enfants. Dans son entretien, Soeur Marzulie nous dressa un portrait très sombre de la situation des femmes du Nord- Est où, selon elle, «la grande majorité ne travaillent pas et sont toujours victimes des cas de violence de leurs patenaires ou époux». Ces dernières, «à cause de leur extrême pauvreté, n’ont aucune valeur aux yeux de leur partenaire».

En outre, Soeur Marzulie ajouta que «partout où il y a de la pauvreté, il y a toujours de la violence et les femmes sont toujours les victimes». Elle évoqua que «le problème des jeunes qui, même après leurs études secondaires, ont du laisser Ouanaminthe ou le département du Nord-Est pour aller à Saint Domingue pour poursuivre leurs études ou pour aller chercher du travail. Ces dernies comprennent qu’avec la situation d’extrême pauvreté ils n’ont aucun avenir à Ouanaminthe ou dans le département du Nord-Est».

Rappelons que Ouanaminthe (Wanament ou Wanamèt en créole haïtien; Juana Méndez en espagnol) est une commune haïtienne située à la frontière de la République Dominicaine, dans le département du Nord-Est et l’ arrondissement de Ouanaminthe dont elle est le Chef-lieu. Soeur Marzulie mentionna qu’«il n’y a pas de travail à Ouanaminthe, quelques personnes trouvent du travail dans l’éducation, dans les services de l’État tels que la banque et la douane et les femmes vivent surtout de petit commerce». De plus, «la précarité de la vie à Ounaminthe pousse malheureusement beaucoup de jeunes à aller quémander et à se prostituer en République Dominicaine».

Aucune communauté ne peut progresser dans l’extrême pauvreté et avec un taux élevé d’analphabètes, ainsi l’éducation est l’une des clefs capable d’aider les gens à sortir de leur misère. Cependant, quand  ces pauvres gens auront-ils la chance d’avoir au moins le minimum pour vivre en toute dignité comme des êtres humains? Dieu, à travers toute la Bible est perçu comme le défenseur des opprimés, celui qui entend toujours le cri des faibles. Notre but ce n’est donc pas de canoniser les pauvres ni de leur enseigner la résignation, mais plutôt d’encourager les grands décideurs de la communauté internationale et la classe possédante d’Haïti à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour aider les pauvres de notre  pays à mieux vivre et à comprendre que leur situation ne répond pas à la volonté de Dieu.

Enfin, Soeur Marzulie continua pour nous dire que «le sida continue à ravager la population du Nord- Est, les jeunes comme les adultes, et les hommes bien souvent ont au moins 3 à 4 femmes». Sans oublier de mentionner que «les paysans vivent une année très difficile à cause de la sécheresse». Entre temps, «les soeurs de Saint Jean accompagnent au moins 50 enfants qui vivent dans les rues du Nord-Est et les organisations de femme dans leur projet de micro crédit et d’éducation».

Le personnel du Bulletin du Centre National félicite Soeur Marzulie et sa Congrégation pour leur grande proximité avec les plus faibles du département du Nord-Est. Dieu vous le rendra au Centuple.

Brother Tob

Pour le Centre National

—————————-

 

 

Entrevue avec le Père Moises Charles

Pere Charles

 

Le Père Moise Charles est un prêtre de la congrégation des pères Dominicains, il est le directeur fondateur de la fondation Montesimos. Je suis très heureux d’avoir un entretien avec lui pour les lectrices et les lecteurs du bulletin  du centre national  de l’Apostolat Haitien à l’’etranger

Bonjour Père Charles

Bonjour Brother Tob

 

 

1)    Parlez- nous de votre ville natale et de votre itinéraire spirituel ?

Je n’aime pas trop parler de moi. Mais comme vous me le demandez, je le fais pour combler peut être l’attente des lecteurs, ceux et celles qui ne me connaissent pas encore.

Je suis né à Deschapelles, une section rurale de la commune des Verrettes. Je suis issud’une famille catholique engagée. Mon père était sacristain responsable de la chapelle de Deschapelles. Mes grands parents maternels étaient aussi de fidèles laïcs engagés dans différents mouvements de l’église en particulier le groupe de sainte famille. La maison de mes parents était une véritable petite église. On se rassemblait le matin et le soir pour prier. Pourquoi je parle de ma famille comme une petite église ? C’est parce que non seulement la famille était nombreuse : sept enfants mais aussi  la maison deDeschapelles était aussi la maison de ceux et celles qui sortaient de loin pour se faire soigner à l’hôpital Albert Schweitzer. Quand j’étais enfant, c’était l’hôpital de référence en Haïti et tout le monde venait à Deschapelles.

Je suis issu d’une paroisse dominicaine. J’ai été baptisé par un frère dominicain qui s’appelait le père Pierre Etienne Salvetti. Je suis encore très admiratif du travail réalisé par la première équipe des frères dominicains arrivés en Haïti en 1971, quatre ans avant ma naissance à Deschapelles, le 18 janvier 1975.

J’ai pris la décision de devenir prêtre dès l’âge de 10 ans. Je suis rentré l’année suivante à 11 ans au Petit Séminaire Jean Paul II des Gonaïves pour terminer au Petit séminaire collège saint Martial de Port-au-Prince. Après mes études classiques, je me suis posé pas mal de questions. J’ai donc décidé de ne pas aller au Grand Séminaire de Port-au-Prince. Le problème est que je ne savais pas trop ce que je voulais faire. La vie religieuse m’attirait alors que je me suis trouvé dans un petit séminaire diocésain.

Il m’a fallu prendre du recul pendant quatre ans pour faire une double expérience : expérience d’études universitaires et expérience de travail. J’ai donc étudié la Sociologie pendant quatre ans à la Faculté d’Ethnologie de l’Université d’Etat d’Haïti et j’ai aussi travaillé pendant ces quatre ans au Collège saint Antoine de Padoue de Port-au-Prince et au Collège Immaculée de Marie. J’ai été aussi responsable du groupe sainte Famille jeune de la paroisse de saint Antoine et de la bibliothèque d’EtzerVilaire de cette même paroisse.

Après cette expérience de travail et d’études universitaires, j’ai découvert ma vocation dominicaine après un temps de cheminement. Je suis parti pour la République dominicaine pour mon année de noviciat en août 1999. Après le noviciat, j’ai été admis à poursuivre des études de philosophie (à Santo Domingo) et de Théologie (4 ans à Toulouse et deux ans à Lyon(France). J’ai été ordonné prêtre le 1er juillet 2006 à Toulouse et rentré en Haïti, deux ans après mes études complémentaires à Lyon,

soit le 20 octobre 2008. Depuis, je travaille comme professeur de grec, d’hébreu et de Bible au Grand Séminaire, à l’Université Notre Dame et au Ciffor et comme aumônier des enfants pauvres de Port-au-Prince.

 

2)    Quels ont été les grands moments de votre vie d’étudiant à Toulouse et à Lyon ?

Je n’ai pas de la nostalgie mais j’ai été très marqué par mes années en France. A Toulouse, comme étudiant en théologie, j’ai été responsable de la catéchèse dans une école primaire et secondaire, école sainte Marie des Ursulines et j’ai été aussi aumônier d’un groupe qui s’appelle Ecclesiola. La formation théologique des catéchètes et des élèves à l’école et l’accompagnement de ce groupe de prière ont été pour moi des moments très forts. La vie dominicaine à Toulouse est soutenue par une très belle liturgie. Après avoir quitté le Couvent pour une tournée pastorale, on se replonge de nouveau dans cette belle liturgie pour se ressourcer et reprendre de la force.Pour moi, la vie dominicaine est avant tout un va et vient constant entre le couvent et des activités apostoliques : on parle à Dieu moyennant une liturgie soignée et on sort pour parler de Dieu à travers mes différentes activités apostoliques.

Pendant mes études à Lyon, j’ai pu mettre sur pied à Marseille, une autre ville de France, un groupe d’haïtiens.  Ce groupe existe encore. L’idée était de se réunir une fois par mois pour la célébration eucharistique en créole. Le samedi soir, on faisait de la porte à porte pour prier et parler de l’évangile du dimanche avec quelques familles catholiques ou protestantes.

3)    Pourriez-vous nous dresser un bref portrait de la congrégation des Pères Dominicains en Haïti ?

Depuis plus d’n an, les Frères Dominicains sont  à Puits Blain (Delmas 75 prolongée, à proximité de la route des Frères). Je parle de frères et non pas de prêtres parce que saint Dominique a toujours voulu qu’on nous appelle frères. Nous sommes avant des frères prêcheurs qui annoncent le Christ.

Dans cette communauté à Puits Blain, nous sommes neuf frères dont un coopérateur et huit prêtres. Parmi les frères, il y en a qui ne sont pas prêtres. On les appelle frères coopérateurs. La vie des frères est rythmée par des activités apostoliques et la vie liturgique (les laudes, la messe et les vêpres) ouverte au public. Des gens qui vivent à proximité de notre couvent viennent prier tous les jours avec la communauté. Le dimanche notre église est remplie et on cherche déjà à construire une église beaucoup plus grande et un couvent beaucoup plus grand pour accueillir d’autres jeunes haïtiens qui veulent s’engager dans la vie religieuse à la manière de saint Dominique pour devenir frères prêcheursde la Bonne Nouvelle du Christ.

La communauté aura un supérieur bientôt et son rôle sera avant tout de faire vivre le couvent en cherchant des fonds notamment pour la construction de l’église et du couvent.

4)    Quels sont les grands défis des Pères Dominicains en Haïti ?

Le grand défi des Pères Dominicains en Haïti c’est à mon sens le vivre ensemble et le faire vivre ensemble. « Vivre ensemble », c’est cela la vocation dominicaine. La vie de l’autre doit m’intéresser. Il est mon frère. Je suis responsable de sa vie spirituelle aussi. Notre vie liturgique se vit en communauté et non pas chacun dans son petit coin à lui. Certes, il y a la prière personnelle mais elle prend sa source dans cette prière communautaire.

Le vivre ensemble suppose qu’on tienne compte de l’autre dans tout. Les chapitres conventuels sont un espace pour non seulement réfléchir ensemble mais aussi pour partager les grands moments de nos différents apostolats. Notre vie communautaire est et doit être plutôt un moyen d’évangélisation. A l’instar de la première communauté chrétienne, on est appelé à évangéliser par notre style de vie et c’est ce que j’appelle le « faire vivre ensemble».

On dit souvent que les haïtiens ne peuvent pas vivre ensemble. Ils ne peuvent pas avoir des projets communs. Sans  souscrire à cette affirmation, je pense que le grand défi c’est d’offrir l’espace conventuel comme un lieu de dialogue, de réflexion, lieu où on peut penser ensemble pour trouver des solutions  pour le plus grand bien de tous.

 

5)    Parlez-nous de Titanyen tout en mettant l’accent sur ses problèmes et ses défis

Titanyen est une zone très pauvre qui évoque la terreur et la peur. Le criminel dictateur François Duvalier y jetait les cadavres de ses opposants politiques. Des fosses communes ont été creusées pour les victimes du tremblement de terre et de l’épidémie du choléra. C’est une zone de mort qui est en train de devenir une zone de vie. Beaucoup de gens viennent y vivre après ce terrible tremblement de terre qui a causé pas mal de dégâts et de pertes en vies humaines.

La pauvreté bat son plein. La déforestation est un véritable problème. Pas d’électricité et d’eau potable. Cette zone se situe à 15 kms du centre de Port-au-Prince mais est totalement abandonnée. Mission de l’Espoir fait un très bon travail de distribution de la nourriture à quelques personnes mais, hélas, cela est loin d’être suffisant. Beaucoup de personnes viennent de temps à autre à la Fondation Montesinos pour demander de la nourriture et de l’argent pour aller se faire soigner à tel ou tel hôpital. Je suis incapable de donner satisfaction à ces pauvres gens puisqu’il s’agit pour nous de prendre soin avant tout des 85 enfants qui nous ont été confiés. Mais alors, que faire ? Comment aider ces pauvres familles qui vivent dans l’extrême pauvreté à Titanyen à vivre dans la dignité ? Comment contribuer à résoudre le problème de la déforestation ?Comment aider ces gens à sortir de leurs tentes et avoir une maison confortable pour se protéger de cette saison pluvieuse qui s’annonce ? Autant de défis qui me font souffrir puisque je ne vois encore très bien comment on peut les relever.

 

6)    Pourriez- vous nous parler de la Fondation Montesinos ?

Il s’agit d’un apostolat avant tout auprès des enfants abandonnés vivant dans les rues de Port-au-Prince. Les Frères Dominicains en Haïti ne doivent pas se contenter de prêcher uniquement par la parole. Il faut à mon sens prêcher par des actions concrètes en proposant de possibles solutions à des situations qui ne sont pas du tout chrétiennes. Dans le cadre de nos actions, on propose trois types d’activités écologiques à nos enfants :le reboisement (on plante en priorité d’arbres fruitiers) sur notre propriété d’abord et ensuite dans d’autres espaces – la promotion de l’énergie solaire (on en a fabriqué quelques fours solaires durant quelques camps d’été que nous avons organisés pour des enfants abandonnés) – le recyclage des déchets.

 

Pourquoi Montesinos ? Montesinos c’était un frère dominicain qui a vécu au XVIe siècle dans la partie orientale de l’île  et qui a pris la défense des indiens taïnos. Dans sa fameuse homélie du 21 décembre 1511, il s’est demandé : « et ceux-ci ne sont-ils pas des hommes ?  Avec quel droit êtes-vous en train de maltraiter ce peuple ? Vous allez tous périr en enfer si vous continuez d’agir de la sorte ». Il a donc travaillé pour la justice des plus petits, des plus méprisés. La fondation qui porte son nom à Titanyenveut aussi atteindre cet objectif- là à savoir travailler pour rendre justice aux enfants abandonnés vivant dans les rues.

La Fondation Montesinos peut se présenter comme un grand ensemble qui contient quatre éléments :

1)    Le Foyer écologique Pierre Salvetti (FEPS) qui compte actuellement 85 enfants qui y vivent en permanence. Certains ont perdu leurs parents pendant le séisme du 12 janvier 2010. D’autres ont connu la prison. La mission du Foyer est de donner une véritable formation intellectuelle, humaine et religieuse aux enfants pour qu’ils puissent devenir de véritables citoyens responsables et honnêtes.

2)    L’Institution Saint Dominique (ISD) : cette école fonctionne en double vacation. Le matin, on reçoit les enfants du Foyer et des enfants vivant à proximité du Foyer et qui n’ont pas la possibilité d’aller à l’école. Actuellement, notre école compte 202 enfants. L’après- midi, on reçoit des adultes et des jeunes du village qui n’ont jamais été à l’école ou qui ont discontinué leurs études. Cette école fonctionne de 3h à 8h du soir.

3)    Le Centre Polytechnique saint Joseph (CEPS) : Il s’agit d’une école professionnelle mise sur pied pour la formation professionnelle des enfants du Foyer et des jeunes désœuvrés du quartier. On y enseigne actuellement la maçonnerie, l’électricité, la plomberie et la ménuiserie.

4)    Des projets générateurs de revenus tels que l’agriculture et l’élevage : Ces projets visent la pérennisation de l’œuvre. Il faut pouvoir fonctionner si on ne trouve pas d’aides. L’autonomie financière du centre est importante pour sa pérennisation. Pour l’instant, il est impossible de fonctionner sans recevoir d’aides. Mais pour l’avenir on compte développer des projets d’agriculture et d’élevage de vaches, de chèvres et de porcs au profit des enfants du Foyer et de l’école.

 

7)    Racontez- nous l’histoire de cette fondation. Comment êtes-vous  arrivé à créer une telle œuvre ?

                                  

A mon retour en Haïti le 20 octobre 2008, j’ai été particulièrement frappé par deux choses : le déboisement de nos montagnes et le nombre d’enfants déambulant à travers les rues de Port-au-Prince. En effet, en atterrissant à Port-au-Prince, on voit bien le contraste entre la République dominicaine et Haïti. D’un côté, c’est tout verdoyant. De l’autre, c’est totalement déboisé. N’ayant pas de boulot, les gens se livrent à cette activité économique rentable. Le drame est que le déboisement est loin supérieur au reboisement.

En quittant l’aéroport pour se diriger vers ma maison d’accueil, j’ai été frappé par le nombre d’enfants dans les rues. Je savais qu’il y avait des enfants qui traînaient par ci par là dans les coins et recoins de la capitale d’Haïti. Mais, ce qui a attiré mon attention, c’est la présence massive des petites filles. Depuis le jour de mon arrivée, je réfléchissais sur un véritable travail apostolique auprès de ces enfants. Tout a commencé pour moi quand le supérieur des Petits frères de sainte Thérèse m’a proposé d’être l’aumônier de sa communauté. Après une messe célébrée, un des petits frères m’a demandé si je voulais bien l’aider à accompagner un groupe d’enfants très pauvres et violents, pour la plupart. Je n’ai  pas hésité à lui donner une réponse favorable. C’était l’occasion pour moi de me lancer dans ce type d’apostolat : l’accompagnement des enfants des rues.

Si j’ai accepté, en dépit de mes différentes responsabilités, c’est pour proposer une activité utile aux enfants. Dès le début du groupe, un cours de théâtre a été proposé. Les enfants de Rivière-Froide en ont bien profité puisque nous sommes arrivés à présenter plusieurs spectacles dans une paroisse et deux écoles. Notre premier spectacle reste gravé dans notre mémoire puisque en ce spectacle était présent un aveugle que j’ai rencontré dans les rues de Port-au-Prince. Cet aveugle joue de la guitare pour gagner sa vie. Dans son chant, il évoquait, il chantait les différents malheurs qu’Haïti a connus, les différentes difficultés qui ont frappé Haïti : les inondations et l’effondrement d’une école à Pétionville et il en conclut que pour toutes ces raisons on ne pouvait pas fêter Noël en Haïti. Il invitait dans son chant les familles qui pouvaient fêter Noël à penser aux familles qui ne le pouvaient pas et il concluait son chant en invitant toute la population haïtienne à s’associer pour un véritable programme de reboisement. C’est pourquoi je ne pouvais pas m’empêcher de m’approcher de lui pour  l’inviter à venir fêter Noël avec nos quelques enfants de Rivière-Froide. Le 25 décembre 2008, fidèle au rendez- vous, l’aveugle s’est présenté à notre église de Rivière Froide. En guise d’homélie, je lui ai demandé d’interpréter son chant pour les fidèles. Emotion dans toute l’église ! Un aveugle qui voit bien des choses que d’autres avec leurs deux yeux ne voient pas.

Nous avons pris après la messe notre repas avec tous les enfants et avec l’aveugle et ce qui était intéressant c’est qu’à chaque question d’un enfant, il répondait par un chant. Par la suite, nous avons fait d’autres spectacles, les gens ont été souvent touchés non seulement pas sa dextérité et sa voix éclatante mais aussi par la profondeur de ses propos.

8)    Pour les gens qui voulaient soutenir votre fondation, comment pourraient-ils le faire ?

On peut nous aider de deux façons, soit directement ou indirectement. Pour nous aider directement, il faut faire tout simplement un virement bancaire sur le compte de la Fondation que voici:

« Fondation Montesinos

Swift : SOGHHTPP

N° du compte : 11-1105-252-6

Banque : Sogebank

Adresse : Route de Delmas-

BP 1315 – Port-au-Prince – Haïti

On peut aussi aider indirectement en envoyant un chèque au couvent des Pères Dominicains de Miami. Ce chèque doit être libellé à l’ordre de « Fondation Montesinos » et envoyé à l’adresse suivante :

Father Eduardo Logiste Félix op

Saint Dominic Church and Priory

5909 NW 7th Street

Miami, Fl 33126

 

 

 

Contactsdes responsables de la Fondation en Haïti :

 

Fr. Charles-Junior MOÏSE op, président fondateur ;  moytchali@yahoo.es

Fr. Andrés MUNOZ, op. Directeur général ; andros75@gmail.com

Fr. Hector Fabio DUQUE, op. Directeur pédagogique; hectorfab257@gmail.com

Merci Père Charles d’avoir accepté de repondre à mes questions

Frère Buteau (Brother Tob)

Pour le Centre National

The Clothesline Project at St. John’s University- The promotion of non-violence towards women

Ketienne

Ketienne Telemaque, Administrator and Campus Minister

at St. John’s University- Queens Campus.

This past week, beginning on Monday, April 9, 2013, St. John’s University hosted their Sixth Annual Clothesline Project. Over the past years, the Clothesline Project has served to bring about awareness to the campus community surrounding violence against women. The Clothesline Project is a national organization seeking to support women who have experienced violence and abuse in their lives. The program is a tool for victims to express their emotions surrounding the issue by decorating a shirt to be hung on a clothesline and viewed by members of the community. This week, students were asked to speak up about their experiences with this issue, whether it was through a friend, relative, loved one, or even those whom they do not know. The students were challenged and called to action, so that the numbers of people personally touched by violence in their lives diminishes. The students, faculty and administrators that collaborated to bring this project to life actively engaged their campus through events, tee-shirt making, speakers, advocacy, and closing prayer ceremony. At the culmination of the week, the prayer ceremony served as an opportunity to unite all of the people who worked arduously on behalf of those who experience violence and offer them hope through prayer. The Catholic identity of St. John’s University offered a foundation for a week where we were asked to reflect on something very troublesome and tragic. Through prayer and reflection students were able to bring some closure to the advocacy that they had participated in. In closing, a member of the administration, Marilena Minucci, Assistant Director of Wellness education offered a personal reflection on her experience with violence and her commitment to The Clothesline Project. Her story is captured in the words below…

Clothesline Project Reflection- St John’s University

April 12, 2013

By Marilena Minucci

A month or so ago, in a small city in which I used to live, in a neighborhood in which I used to walk late at night with no concern, a young girl and her mother were taken by an assailant in a parking lot at knifepoint on their way out of the girl’s dance class. They were forced into a car. The 10-year old was raped while her mother was tied up and forced to watch. This mother, a librarian at a local school, was then stabbed to death while her daughter watched. This brave young girl managed to escape in those last moments of her mother’s life and flagged down help.

But it was too late.

It is on their behalf that I offer this reflection today.

These shirts give voice. They have been speaking to us for years now. We have watched them grow in number. On the one han, it is gratifying to see we have created an opportunity for more people to speak out. On the other hand, it is sad to know there is still an ever present need. Either way, as they grow in number, these shirts become more deeply woven into the tapestry of the St Johns community, winding now more than half way around this great campus.

They speak for the silent suffering… of those who, themselves, experienced this pain… and of those whose pain has been

-in the witnessing,

-in the watching, and

-in having to live with the scars of what happened to their loved ones for the rest of their lives.

On this last day of this week’s observance, I will ask YOU now to pause and reflect yourselves.

As we are a community dedicated to learning, I ask you….

-What did you learn and experience this week?

-What did you come to have a deeper understanding about?

As we are a community dedicated to serving others, I ask you…..

-How has your compassion grown this week?

-Did you see openings for yourself to stand up, to support, or to speak out?

As we are a community dedicated to faith, I ask you….

-Did you find meaning and connection here?

-Was there a path for you to hope there is grace and even forgiveness available for everyone?

-Could you choose to believe in the power of humanity to grow and evolve?

Once we read these shirts, we become part of the story.  It is no longer us or them. As long as one of us is a victim, we all are victimized and there is still work to be done.

We are now given the choice to box away these stories or to take them and carry them in our hearts where we can listen beyond the words.

Every day on this campus, and in our lives, we walk past people who are victims of violence and we don’t know it or sense it. It may not be written on their faces or on the clothes they wear.  But it still has an unseen impact on us like a ripple effect.

This clothesline is an illustration of that. The first shirt is connected to the last… and each shirt in between adds to a chorus of voices that cannot help but slow you down and draw you in as you walk past them.

Each shirt may represent a different story but the all tell the same tale.

What would these victims tell us if they could? What would their message to us be?

I think quite simply: To persevere and to stand for what we believe is right. And mostly for each one of us to treasure the gift of life and to love and respect each other and most of all ourselves and to tolerate nothing less.

I have learned in my darkest moments that there is always light if we can just remember to look for it and to let it in. There is always a way to put one foot in front of the next but we need to remember how. It is like learning to walk again and to do it alone can be excruciating.

To have the love and support of others is how we can remember that there is still a reason to move on. This clothesline offers just such a reason. By this very loving act, we make room for the pain and become witnesses for those whose truth needs to be heard.

So as we put away these shirts, let us not put away what we have learned, and the healing that has happened in these days. Let us not forget our promises to take action, to step up, to volunteer, to listen and to be a witness.

However you have felt moved to share your voice and vision through your particular gifts, offer them up so that someone nearer than you think does not become the subject of a t-shirt on next year’s clothesline.

Let us instead go out now into the world and continue to tell the story, to bear witness, to promote peace and personal dignity for everyone who touches our lives.

Marilena’s words inspire us to continue to work hard, and support those who are in their moment of distress. Furthermore they challenge us to think, help us to recognize the universality of this cause, and most of all to consider the important role that we play in ensuring the human dignity of our brothers and sisters is upheld.

Cap Haitien : Entretien avec Monseigneur Jacques Marie

Dans le souci de Radio Télé solidarité de continuer  à développer sa chaîne de Solidarité avec le réseau des radios Catholiques d’Haiti, Monseigneur Jacques Marie, directeur de la radio Ave Maria et curé de la  paroisse de la Cathédrale de l’archidiocèse du Cap HAITIEN fut l’invité spécial de Brother Tob à radio Télé Solidarité le Jeudi 18 Avril 2013

Le personnel de Radio Télé Solidarité continue à croire que la solidarité entre les radios catholiques est un impératif du millennium et une opportunité  pour notre mère l’église Catholique de mieux propager le message du Christ qui a donné sa vie pour libérer les opprimés  et pour annoncer aux pauvres de ce monde que le Dieu d’amour continue à entendre leur cri et que leur Délivrance est très proche.

Rappelons que Monseigneur Jacques Marie est originaire du Cap HAITIEN et qu’il est prêtre depuis 28 ans.  Il est responsable des affaires sociales dans l’archidiocèse du Cap HAITIEN c’est ce qui explique qu’il a assume avec grande joie son rôle de directeur de Radio Ave Maria. Il nous parla cette station qui diffuse  24 sur 24 des émissions de nature religieuse et sociale.

Monseigneur Jean Marie nous dit qu’II  célèbre 5 messes chaque fin de  semaine à la cathédrale du Cap HAITIEN où i l accueille entre 2000 et 3000 personnes baptisées dans la foi catholique. Il mentionna que la toiture de la cathédrale est en mauvais état et il continue à attendre après deux ans le résultat de l’enquête sur  l’acte de vandalisme   dont la Cathédrale du Cap HAITIEN a é té victime.

.

Il mit l’accent sur les jeunes qui sont très nombreux dans la ville du Cap et qui sont très inquiets pour leur avenir. Il ajouta que beaucoup de gens crèvent de faim car les emplois sont rares. Cette situation déplorable cause un grand malaise dans la ville.

Enfin il nous fit savoir que Radio Ave Maria aura à célébrer son 60ème anniversaire au mois de décembre 2013. Elle est considérée comme la doyenne des radios Catholiques d’ Haiti. Le C entre National continue à encourager le peuple des Baptisés à soutenir les radios Catholiques d’ Haiti. L’entretien de Monseigneur Jacques Marie sera diffus é sur les antennes de Radio solidarité le Dimanche 21 avril à 4:45Pm.

Frère Buteau (Brother Tob)

Pour le Centre National

Cap Haitien : Interview with Monsignor Jacques Marie

Monsignor Jacques-Marie, Pastor of the Cathedral of Cap-HAITIEN and Director of the archdiocesan Radio of that city was the special guest of Brother Tob at Radio Tele Solidarite. This interview is very much in line with the objective of Radio Tele Solidarite to keep permanent contact with all the Catholic Radios of Haiti. The staff of Radio TV Solidarité continues to believe that solidarity among Catholic radio is a  big challenge of this  Millennium and an opportunity  for our mother the Catholic Church to better spread the message of Christ who gave his life to free the oppressed , to announce the good news to the poor of this world and to assure them that the God of love continues to hear their cry .

Monsignor Jacques Marie is from Cap Haitien and has been a priest for 28 years . He is the business administrator of the Archdiocese and at the same time assumes with joy the challenge of being the Director of Radio Ave Maria the Radio Station of the Archdiocese. Ave Maria Radio  broadcasts 24 of 24

offering to its listeners various programs of religious, social and informative nature. Monsignor  Jean Marie told us that He says five Masses every weekend at the Cathedral of Cap Haitien where he welcomes between 2,000 and 3,000 baptized Catholics. He mentioned that the roof of the cathedral is in need of urgent repairs. Two years ago the Cathedral was vandalized yet, the investigation that was initiated then was never completed.

He emphasized that there are many young people in the city. Yet, employment is scarce. As a result, There is a climate of concern for the future. Many people are starving . This situation is the talk of the town.

Finally he reminded us that Radio Ave Maria which boasts of being the oldest Catholic Radio in Haiti,  will celebrate its 60th anniversary in December 2013 . The National Center continues to encourage people to support the Catholics radio stations of Haiti.  The interview of Monsignor Jacques Marie will be broadcast at Radio Solidarité on  Sunday, April 21 at 4:45 Pm.

Brother Buteau

 

Merci Père Desinor et Monseigneur Aris

Pere Desinor

Père  Jean Desinor

Le Centre National de l’Apostolat HAITIEN à l’’étranger tient à remercier le Père Jean Desinor directeur de Radio Télé Soleil et Porte Parole de l’archidiocèse de Port-au-Prince pour sa grande disponibilité au cours de la semaine, concernant le décès de Son excellence Monseigneur Francois Wolf f Ligondé, l’archevêque émérite de Port-au-Prince.

Rappelons que grâce à la magie de la télécommunication, à l’autoroute électronique  de l’information et au grand esprit de collaboration du Père Desinor, Radio Télé solidarité est en mesure d’informer ses fidèles auditeurs et auditrices  des dernières nouvelles religieuses de l’Église Catholique d’ Haiti en moins de 6 heures. On doit ajouter que le Père Desinor a envoyé une copie de la messe funéraire de Mgr Ligondé  ainsi qu’ une émission spécial e réalisée par Monseigneur Patrick Aris, chancelier diocésain et l’un des grands intellectuels de cet archidiocèse et l’un des prêtres de la dernière promotion ordonnée par Monseigneur Ligondé . L’ é mission spécial e   sera diffusé e à Radio Solidarité à 3:00 PM et la messe funéraire à 5:00 pm  Monseigneur Aris est reput é au sein de l’Église  comme un rude travailleur efficace et consciencieux.

Monseigneur Guy Sansaricq, directeur de radio Télé solidarité et le Père Yvon Pierre directeur du Centre National  remercient profondément le Père Desinor pour sa grande solidarité avec Radio Télé Solidarité et Monseigneur Aris pour ses é missions de qualité.

Frère Tob

Pour le Centre National

Thank You Father Desinor and Monsignor Aris

Mgr Aris

Monsignor Aris

The National Center for Haitian Apostolate thank s Father Jean Desinor Director of Radio Télé Soleil  and Spokesperson of the Archdiocese of Port-au-Prince for his availability for interviews  during the week of His Excellency Monsignor Francois Wolf f Ligondé ’s departure from this world. Archbishop   Emeritus Ligonde of Port-au-Prince passed away on April 8 th in the capital city of Haiti.

T hanks to the magic of telecommunication, the electronic highway of  information and the magnificent collaborative spirit of Father Desinor , Radio TV Solidarité is able to promptly inform its loyal listeners of the latest religious news of the Catholic church in Haiti . Father Desinor sent us a copy of the funeral Mass of Archbishop Ligondé and the special talk show realized by Monsignor Patrick Aris , Diocesan Chancellor and  one of the last priests ordained by Archbishop Ligondé .  The Special talk show will be aired a t Radio Solidarity at 3:00 PM and the Funeral Mass at 5:00 pm . Monsignor Aris is known within the Church as a an efficient and diligent clergyman.

Monsignor Guy Sansaricq, director of Radio Television solidarite  and Father Yvon Pierre , director of The National center thank Father Desinor for his tremendous support to the ministry of  Solidarity Radio TV . The  thank as well Msgr. Aris for his valuable transmissions that we happily share with our listeners.

Brother Tob

For The National Center

******************************************

HOMILY OF THE THIRD SUNDAY OF EASTER ( April 14th , 2013)

Pensée de la semaine: “Mieux vaut la morsure d’un ami que le baiser d’un ennemi”

Thought of the week: “Better a friend’s bite than  the kiss of an enemy.  

Pensamiento de la semana : “Mejor mordedura de un amigo, tan el beso de un enemigo . ”

HOMILY OF THE THIRD SUNDAY OF EASTER ( April 14 TH , 2013)

Acts 5, 27-32; Psalm 30; Rv. 5, 11-14; John 21, 1-19

By +Guy Sansaricq                                                                                                               .

                                          481

The Sacred Readings of this mass highlight the Christian paradox of sufferings/joy . For instance, we see the Apostles being mistreated and threatened. Yet “they r ejoiced that they had been found worthy to suffer dishonor for the sake of the NAME.” The second reading likewise talks about the Lamb that was slain who receives honor and glory. Yes, the one receiving glory is the one who had been slain !   T his pattern of sufferings and glory reflects the whole spectrum of Christian life. It is by freely accepting painful sacrifices for the sake of the Kingdom that the Church achieves her objective . Suffering is the inevitable path to glory. Dying to sin and rising to grace is a process that involves painful changes.     The episode narrated in the Gospel reflects the same pattern of suffering/joy. The Apostles disillusioned by Jesus’ death on the Cross had returned to fishing, their former way of life. But they found no success in a path that turned down Jesus’ calling . This is insinuated in their inability to catch fish. Suddenly, the Risen Jesus appears on the shore and asks them to cast their net once more. As they obeyed, they made an unexplainably abundant catch and then realized that Jesus is the way, the right leader.   Once on the shore, Jesus talking to them reiterated his call: that they should be fishers of men. The Apostles like ourselves had to suffer the painful choice of turning away from an easy way of life in order to follow the Lord. May you too have the COURAGE OF FAITH ! It may require a painful break from cherished habits but the living Christ will soon fulfill your heart. The tears of conversion give rise inevitably to the joy of salvation.

HOMÉLIE DU SECOND DIMANCHE DE PAQUES (14 AVRIL 2013)

Actes 5, 27-32; psaume 30; Apoc. 5, 11-14; Jean 21, 1-19.

Par +Guy Sansaricq.

Le passage d’Évangile que nous lisons aujourd’hui nous présente des apôtres découragés par l’expérience du Calvaire. Nous les trouvons occupés à pécher, leur ancien métier. Mais les voilà incapables de trouver du poisson dans un lac qui n’en a jamais manqué. Décidément, rien ne réussit quand on ignore l’appel du Maitre. Jésus. Fraichement ressuscité apparait au bord du lac et leur suggère de jeter leurs filets à nouveau. Cette fois-ci, surprise! Les filets se déchirent pleins de poissons.   Leurs yeux s’ouvrent. Ils reconnaissent Jésus et comprennent la leçon . Sans Jésus, leur vie débouchera dans l’échec . Ils se décident donc à quitter pour de bon leurs habitudes confortables pour suivre Jésus.   Il en est de même pour nous. Pour suivre Jésus , il y a des ruptures pénibles que nous devons accepter . Il faut rejeter le péché sous toutes ses formes et c’est parfois horriblement difficile. Nous pouvons parler d’un certain héroïsme de la foi de la part de ceux se convertissent véritablement .   La seconde lecture nous décrit Jésus comme l’Agneau Immolé qui maintenant reçoit gloire et honneur . Nous aussi devons connaitre une certaine immolation pour mériter la Gloire promise à ceux qui croient. Que le Seigneur nous accorde cette force d’accepter de mourir au péché afin de vivre dans la grâce et de donner un sens plénier à notre vie. R éjouissons-nous de souffrir pour le NOM de JESUS, comme les apôtres de la première lecture du jour. En un mot, ces lectures bibliques nous rappellent  que L’oubli de soi par amour des autres, tout pénible qu’il soit, débouche inévitablement sur la joie! Monseigneur Sansaricq

************************

Au revoir Monseigneur François Marie Wolf Ligondé Monseigneur François Marie Wolf Ligondé La nouvelle du décès de Monseigneur François Marie Wolf Ligondé, le premier archevêque HAITIEN de l’archidiocèse de Port-au-Prince, nous montre encore une fois combien notre pèlerinage sur terre est éphémère et l’importance de nous adonner complètement à Dieu parce que tout n’est que vanité.   Mgr Ligondé, l’une des grandes figures de la Conférence Épiscopale d’Haiti des années 70 et 80 est réputé comme un archevêque très marial, un homme d’Église très sincère. Il eut le malheur d’exercer son ministère pendant l’une des périodes les plus dures de notre histoire. La dictature féroce qui sévissait dans le pays pesa lourd sur ses capacités d’agir. Il se sacrifia pour sauver l’Église d’Haiti des sévices d’un régime monstrueux et menaçant. Tous ne surent pas le comprendre. Il fit tout en son pouvoir pour encourager les vocations au sacerdoce et pour assister les prêtres de son diocèse.   Il a dû laisser Haiti en Janvier 1991 à la suite de son homélie du 1er Janvier 1991 qui a suscité beaucoup de réactions au sein de la population haïtienne. Mais on doit reconnaître que les prédictions qu’il fit irritèrent certains cercles politiques et la population .  Dès qu’il le put, Mgr. Ligondé retourna au pays qu’il n’a jamais cessé d’aimer. Il vécut tranquillement sous le regard protecteur et respectueux de Mgr. Poulard, l’actuel Archevêque de Port-au-Prince sortant de sa retraite seulement pour répondre aux demandes des institutions religieuses et des paroisses qui le recherchaient pour ses conférences, causeries et sermons.     Jusqu’au soir de sa vie, Mgr Ligondé est resté un homme d’Église qui était prêt à rencontrer tout le monde pour rechercher comment on peut arriver à l’unité au sein de la nation haïtienne. Il avait toujours compris que la division est le cancer qui ronge Haiti et selon lui ”tout le monde doit avoir sa place dans la nouvelle Haiti”. Il nous accorda deux entretiens à Radio Solidarité. Il nous donna l’image d’un homme mûri qui demandait pardon pour ses erreurs et l’on pouvait déjà observer qu’il était extrêmement fatigué et miné par la maladie. Il avait caressé le projet de publier un livre qui pourrait être vraiment utile à l’Église. Ce serait comme son mémoire, son testament. Il nous fit savoir que le livre était sur manuscrit relatant beaucoup de son expérience comme archevêque de Port-au-Prince. Ce livre aurait aussi pour but de souligner les erreurs que les prêtres comme les évêques doivent éviter de commettre au cours de leur ministère. Tout était fin prêt, mais malheureusement il n’a pas eu le temps de publier son ouvrage.   Pourrait-on dire que Monseigneur Ligondé a utilisé sa prestigieuse position au sein de l’Église pour s’enrichir? Mgr. Ligondé a vécu ses années d’exile dans la pauvreté et a terminé sa vie dans la pauvreté. Il laisse l’image d’un homme propre. Son incapacité de publier son ouvrage en est un signe palpable. Notre vœu est donc que ses anciens étudiants qui occupent de très prestigieuses positions dans la diaspora prennent en main la réalisation posthume de ce rêve.   En outre, rappelons que Mgr Ligondé avait 47 ans d’épiscopat et qu’il fut le dernier survivant des 5 évêques Haïtiens consacrés en 1966. Il est connu comme un grand éducateur car a formé plusieurs générations au Collège St Louis de Jérémie. Plusieurs de ses anciens étudiants travaillent comme médecins aux États-Unis. Le Dr Gold Smith Dorval, psychiatre et grand musicien, ancien élève de Mgr Ligondé au Collège Saint Louis de Jérémie, avait rendu un grand hommage à son ancien professeur pour son 45e anniversaire de vie Épiscopale en ces mots:   «Son Excellence Monseigneur François-Marie Wolf Ligondé, fruit de la promesse et porte- bonheur du peuple de Dieu, vous avez été remarqué par Mgr Louis Jean Collignon qui a eu l’insigne honneur de voir en vous les valeurs de l’ Esprit Saint coiffées par la connaissance universelle. Jeune prêtre, vous avez fait des Écritures Saintes votre panacée. Comme David, le Seigneur vous a oint en vous appelant à sa vigne, pour devenir un des élus de sa parole et de son amour. Ainsi vous avez accédé au statut de premier Archevêque de notre pays. Sur votre chemin montant et sablonneux, vous avez fait escale dans le chef-lieu de la Grand ‘Anse où vous avez pris le temps d’offrir à une jeunesse assoiffée, la nourriture spirituelle et intellectuelle. Personnellement, je me sens très fier d’avoir eu l’opportunité de vous accompagner à l’autel pour la célébration de la messe du jour, pendant des années. En cet instant de votre anniversaire, je me courbe le dos pour vous remercier de vos services à la jeunesse Jérémienne.   Dieu, dans son amour infini, saura vous récompenser pour un travail bien accompli. “ “Beneficia plura recipit qui scit reddere”  ” (Il reçoit davantage de bienfaits, celui qui sait rendre service).   Le Père Garcia Breneville, ancien doyen du grand séminaire Notre Dame Haiti  dans un entretien à Radio Télé solidarité nous fit savoir que le regretté Monseigneur Ligondé est un homme passionné de Dieu et de l’Église, un évêque qui a un grand amour pour la Très Sainte Vierge Marie et ses frères et sœurs Haïtiens. Il n’est pas surprenant qu’il soit mort le jour où l’Église célébrait la fête de l’Incarnation.   Quant au Père Desinor, Directeur general De Radio Télé Soleil et Porte Parole  de l’Archidiocèse de Port-au Prince Il nous dit que le regretté Monseigneur Ligondé fut un modèle de pasteur pour les prêtres de l’archidiocèse de Port-au-Prince et pour l’Église Catholique d’Haiti. Il ajouta que Monseigneur Ligondé  est le Père de l’archidiocèse de Port-au-Prince en soulignant son grand amour pour les paysans et les paysannes d’Haiti.   On doit mentionner  que Le décès de  Monseigneur Ligondé est un coup très dur pour Sœur Dona Belizaire, sa secrétaire et fondatrice des Sœurs de Nazareth, et sa congrégation.   Son Excellence Mgr Guy Sansaricq et le Père Yvon Pierre, en union avec le personnel du Centre National, présentent leurs sincères condoléances à la famille de Monseigneur Francois Ligondé, aux évêques et aux archevêques de la Conférence Épiscopale d’Haiti, au peuple de Dieu de l’archidiocèse de Port au-Prince. Que le Seigneur accueille Mgr Ligondé dans son paradis!   Frère Buteau (Brother Tob) Pour Le Centre National

*******************************

ligonde

Good Bye Archbishop Ligondé The death of Archbishop Francois Marie Wolff Ligondé, the first Haitian Archbishop of the Archdiocese of Port-au-Prince and the last survivor of the first 5 Haitian Bishops, ordained in 1966, brought sadness to the many people who loved him. Everyone must soon or later face the time of leaving this world. Blessed are those who die in the Lord. Archbishop Ligondé, one of the great figures of the Haiti’s Episcopal Conference of Haiti of the 70s and 80s was a man of the Church who kept the faith in the midst of tremendous difficulties. He exercised his ministry during the horrendous days of the Duvalier dictatorship. He managed to preserve the Church from the unpredictable actions of a sick despot. He had to leave Haiti in January 1991 following his January 1 st , 1991’s homily that had attracted many negative reactions in the Haitian population.. These years outside of Haiti were extremely painful.After a few years he returned to this land he had never ceased loving. On the evening of his life, he was a man of God willing to meet with everyone to bring unity among the Haitian people. His opinion was that division is the cancer that was destroying the country and that everyone should have his or her place in the new Haiti.   In the last two interviews he granted us at Radio Solidarité, he was a mature man who asked forgiveness for his mistakes.  He appeared extremely tired and weakened by bad health. He mentioned that he was planning to publish a book that could be useful to the Church as his Memoires or Will. He told us that it was in manuscript form and contained much of his experience as Archbishop of Port-au-Prince. It would also include some advices to priest and Bishops regarding errors that they must avoid during their ministry. Unfortunately, he didn’t have the time to get it published.    Our hope, today,  is that a few among his many former students in the Diaspora who expressed their gratitude to him, along with a few among the thousands who attended the celebration of the 45 th anniversary of his Episcopate on October 30, 2011, at Our Lady of Refuge parish will contribute to take up that project and make this wish come true. Father Garcia Breneville, former dean of the seminary Notre Dame Haiti in an interview with Radio TV solidarity told us that the late Archbishop Ligondé is a man passionate of God and of the Church who has a great love for the Blessed Virgin Mary and for the  Haitian people. No wonder that he died on the Marian feast of the Annunciation. As Father Desinor, Director General of Radio Télé Soleil  and Spokesperson of the Archdiocese of Port-au-Prince,  told us in an interview at Radio Tele Solidarité, the late Archbishop Ligondé is a model pastor for the priests of the Archdiocese of Port-au-Prince and the Catholic Church in Haiti. He added that Bishop Ligondé is the Father of the Archdiocese of Port-au-Prince and has a great love for the Peasants of Haiti. Bishop Guy Sansaricq, Father Yvon Pierre, along with the National Center staff, present their sincere condolences to the family of Archbishop Francois Ligondé, the bishops and archbishops of the Haitian Episcopal Conference and the entire people of God of the Archdiocese Port-au-Prince. May the Lord welcome Archbishop Ligondé in His paradise.   Brother Buteau (Brother Tob) Ed. Marlène Rigaud Apollon

Note de Condoléances des Prêtres Haitiens de la Diaspora à Son Excellence Monseigneur Guy Poulard 11 Avril 2013

Son Excellence Monseigneur Guy Poulard Archevêque de Port-au-Prince Et son presbytérat Port-au-Prince, HAITI.   Excellence Monseigneur Poulard,  « Un membre est-il dans la peine tous les membres partagent sa souffrance, un membre est-il dans la joie tous les membres se réjouissent avec lui. »  1 Co12, 26.  Nous sommes profondément touchés par la mort de son Excellence Monseigneur François W. LIGONDE, Archevêque Emérite de Port-au-Prince, survenue le 8 avril dernier à l’Hôpital Saint Camille.  Monseigneur Ligondé, consacré premier Archevêque Haïtien, appartient à notre histoire d’Eglise indigène.  En effet, c’est par l’imposition de ses mains, au cours de son ministère pastoral, que beaucoup d’entre nous ont reçu le sacrement de l’Ordre. Avec lui disparait un symbole de l’Episcopat Haïtien.  En cette circonstance, nous, Prêtres originaires de l’Archidiocèse de Port-au-Prince et autres confrères y compris Monseigneur Guy Sansaricq, incardinés ou en mission dans l’Eglise des Etats-Unis d’Amérique, ainsi que le peuple chrétien haitien confié à notre charge, venons exprimer nos sympathies à Votre Excellence, au clergé de Port-au-Prince, et à tous ceux/celles que ce départ affecte, spécialement sa famille.    A cet égard, une messe de requiem sera célébrée, à l’initiative du Centre National de l’Apostolat Haïtien basé à New York, le vendredi 19 avril 2013 à 6:00 PM,  pour le repos de l’âme de son Excellence Mgr François Wolff LIGONDE.

Que la Vierge Marie, Notre Dame du Perpétuel Secours que Mgr a toujours vénérée, le conduise auprès de son Fils Jésus.

In Christo,

Révérend Père Jean Yvon Pierre, Directeur National de l’Apostolat Haïtien aux Etats-Unis.

Suivent les noms de quelques-uns des prêtres de l’Apostolat Haïtien aux Etats-Unis d’Amérique :

Père Jean Woady Louis,         Diocèse de Venice, Floride

Père Gaetan Boursiquot,        Diocèse de Orlando, Floride

Pere Garcia Breneville,           Diocèse de Boston, Massachussets.

 Père Lesly Jean,                      Diocèse de Miami, Floride

Père Arsène Jasmin,               Archidiocèse de Washington DC.

Père Pierre Dorvil,                  Diocèse de St Petersburg, Florida

Père  Edwidge      Carré,         Diocèse de Nashville, Tennessee.

   Père Emile Cyprien,               Archidiocèse de New York.

Père Siméon Jeannot,             Diocèse de Venice, Floride

  Père Fritzner Valcin,               Diocèse de Columbus, Ohio

Père St-Martin Estiverne,       Diocèse de Brooklyn, New York

  Père Miguel Auguste,             Diocèse de Brooklyn, New York.

Père Frantz Desruisseaux,      Diocèse de Bridgeport, Connecticut.

Père Hugues  Berrette,            Diocèse de Brooklyn, New York.

Père Levelt Germain,              Archidiocèse de New York

Père St-Charles Borno,         Diocèse de Brooklyn, New York

___________________________________________________

Entretien avec Monseigneur Joseph Malagrega http://youtu.be/Vf6TU7wg-C4     Monseigneur Joseph Malagrega, Curé de la paroisse de Holy Cross et Aumônier du Renouveau Charismatique des Haïtiens d’outre-mer fut le grand invité  de Brother Tob à  de radio Télé Solidarité le Dimanche 7 Avril 2013. Dans son entretien à Radio Télé Solidarité il nous parla de sa grande joie de servir le peuple de Dieu à la paroisse de Holy Cross, de l’année de la foi et de son grand  amour pour la communauté Haïtienne.   Monseigneur Malagrega  est connu au sein de l’Église Catholique comme un grand communicateur, un pasteur-administrateur et un prêtre qui a une grande dedication pour le Renouveau Charismatique qui est une  force incontournable au Sein de l’Église Catholique universelle et romaine Rappelons que dans le cadre de l’Année de la foi et du rassemblement des mouvements ecclésiaux et communautés nouvelles du monde avec le pape François, à Rome, (Italie), les 18 et 19 mai 2013, Monseigneur Joseph Malagreca Curé de la Paroisse de Sainte Croix (Holly Cross), du Diocèse de Brooklyn et de Queens, a reçu l’heureuse invitation du Comité des célébrations de la Pentecôte pour se rendre à la basilique de Saint-Paul-hors-les-Murs.   Monseigneur Malagreca est sollicité à prononcer en langue italienne une des homélies de circonstance. Son enseignement portera sur ” Le don de la pureté”. En cette occasion la prédication de Monseigneur sera transmise en plusieurs langues dont le français. Ainsi l’équipe du Bulletin du Centre National de Radio-Télé Solidarité est heureuse d’annoncer la diffusion de cet enseignement pour l’édification spirituelle et pastorale de ses auditeurs et téléspectateurs. Elle saisit  aussi l’opportunité  pour saluer cette mission de prédication de la Parole de ce pasteur infatigable qui vient encore honorer Le Renouveau Charismatique des Haïtiens D’Outre-mer par l’intelligence et la profondeur de ses messages.   Tout en souhaitant bon succès et bon voyage a Monseigneur Malagreca, le personnel de Radio-Télé solidarité  prie le Seigneur d’accompagner cet humble serviteur et apôtre de l’Evangile.    On doit ajouter que Monseigneur Malagrega dans son entretien nous informa que le conseil du Renouveau Charismatique a déjà reçu plus que 2000 inscriptions pour son 22ème Congrès du 9 au 11 Aout à Rhode Island et il profita aussi  pour nous donner les noms des prédicateurs de ce grand rassemblement qui est toujours l’une des plus grandes activités annuelles  de la pastorale haïtienne. Le Renouveau Charismatique est une nouvelle Pentecôte pour l’Église de l’Occident spécialement en Europe et au Canada et même aux États Unis ou il Ya une crise de vocation et le message de l’Église ne rejoint pas toujours les Jeunes. Le Renouveau charismatique  est une réponse. Les Fidèles du renouveau continuent à prouver leur grande foi en Dieu et leur grande fidélité à l’Église Catholique Universelle par la prière, l’adoration et l’obéissance toujours sous la mouvance de l’Esprit Saint. Le Centre National de l’Apostolat HAITIEN à l’étranger continue à féliciter et appuyer le travail d’évangélisation de Monseigneur Joseph Malagrega au sein de la pastorale Haïtienne de la Diaspora. Vous pouvez écouter une partie de  l’entrevue de Monseigneur Malagrega  sur l’adresse de Face Book, Twiter, You tube de radio Télé solidarité Frère Tob Pour Le Centre National Interview with Monsignor Malagrega Monsignor Joseph Malagreca, Pastor of Holy Cross Parish in Brooklyn and Chaplain of the Charismatic Renewal movement of Haitians overseas was the great guest of Brother Tob at  radio TV Solidarité on  Sunday, April7,2013. In his interview at Radio TV Solidarite he spoke of his joy at serving the people of God in the parish of Holy Cross and of his great love for the Haitian community. Monsignor Malagrega is known in the Catholic Church as a great communicator, a pastor manager and a priest who has a great dedication to the Charismatic Renewal who is a great force into  the Catholic Church In the framework of the Year of Faith and the gathering of ecclesial movements and new communities of the world with Pope François  in Rome (Italy) on 18 and 19 May 2013, Monsignor Joseph Malagreca received the Committee’s invitation to go to Basilica of Saint Paul Outside the Walls in Rome to participate in the great celebration of Pentecost. On this awesome occasion he will be the one pronouncing the homily in Italian His teaching will focus on “The gift of purity.” This homily will be translated in several languages including French. The Staff of the weekly Bulletin of the National Center for Radio-TV Solidarity is pleased to announce that our Radio-TV will  broadcast this homily for the spiritual edification of our viewers and listeners. This tireless pastor and preacher is very much appreciated by the Haitian Charismatic Renewal  From Overseas because of the intelligence and depth of his messages. While wishing the blessings of a happy trip to Monsignor Malagreca , the staff of Radio-Télé-Solidarité  asks the Lord to accompany this humble servant and apostle of the Gospel. We  must  add that in his interview Monsignor Malagrega  told us that the board of the Charismatic Renewal has already received more than 2000 inscriptions for the 22nd Congress of August 9 to 11 in Rhode Island and also gave us the names of the great preachers at the Congress which is  one of the biggest annual events of the Haitian Catholic community. The Charismatic Renewal is a new Pentecost for the Church of the West specially in Europe, Canada and even the United States where there is a crisis of vocations. The message of the Church does not always reach the youth. The Charismatic Renewal is an answer. The faithful in the renewal movement continue to prove their great faith and fidelity to the Catholic Church in prayer, worship and obedience always under the guidance of the Holy Spirit. The National Centre of the Haitian apostolate abroad continues to congratulate and support the work of evangelization of Monsignor Joseph Malagrega in the Diaspora. You can hear a part of the interview with Monsignor Malagrega on Face Book address, Twiter, You tube radio TV solidarity Brother Tob For the National Centre « ___________________________________   Le port des Nippes »  un projet innovateur Le mardi, 9 avril 2013, Radio-Télé- Solidarité a eu le privilège de rencontrer Daniel Gérard Rouzier, Charles Clermont, et, Johnny Calonges promoteurs d’un  projet innovateur de développement économique intégré dans le département des Nippes: « Le Port des Nippes ».   Mr. Rouzier est un homme d’affaire,  président du conseil d’administration du Groupe E- Power  ancien Premier Ministre désigné du Président Martelly, Coordonateur en Haïti de “Food For the Poor”. Il est connu pour sa ferveur spirituelle et son profond engagement chrétien. Ensuite, Mr. Charles Clermont spécialiste en finances internationales et  développement économique et entreprenariat, un des architectes de  E-Power. Il a  réalisé plusieurs projets et a servi comme consultant pour nombre d’organismes internationaux. Enfin, le Docteur Calonges, médecin  spécialiste en sante et population.   Ils étaient  tous des invités à l’Université Columbia de New York,  par le professeur Jeffrey Saks de Earth Institute,  pour présenter le «  Projet Port de Nippes ». Lequel décrit comme un modèle de projet innovant dont  l’objectif est de combattre l’extrême pauvreté.   Au cours de leur passage les entrepreneurs et  innovateurs ont fait le point autour du projet lors d’une rencontre communautaire à  l’église de l’Incarnation de Queens. C’est à la demande  des  membres du  Comité de développement de l’Anse-à-veau que cette rencontre a eu lieu grâce au dynamisme de Mme Marie Fouché et de quelques uns de ses collaborateurs. Plus d’une quarantaine de personnes de la région des Nippes vivant notamment à New York  avaient  répondu à l’invitation dans une ambiance chargée de convivialité et de sentiment de retrouvailles entre des filles et des fils des Nippes.   Entre autres personnes venant assister à cet événement, Monseigneur Guy Sansaricq était présent parmi les personnalités invitées à  prendre connaissance du projet. Il a ouvert  la rencontre par une prière, implorant  la bénédiction de Dieu et le secours de la Vierge Marie pour le grand succès du projet. Le prélat  a profité de l’occasion pour saluer et encourager les initiateurs et les promoteurs de « Port des Nippes ». C’est un projet anti-pauvreté qui coïncide  avec le rêve haïtien ;  celui d’avoir un travail, une  vie digne de la personne humaine, selon le dessein de Dieu. Il y va de l’avenir non seulement des habitants des Nippes mais du pays tout entier renchérit l’évêque émérite devant l’assistance  attentive et conquise à la nécessité de combattre la pauvreté extrême en Haïti. Il a souhaité que la diaspora Haïtienne puisse être à la fois généreuse et participative  dans le soutien qui est nécessaire à la viabilité du projet.    Pourquoi un tel projet dans les Nippes ? Le département des Nippes est un des plus pauvres du pays mais possédant paradoxalement  des richesses naturelles insoupçonnées et mal exploitées. C’est un moteur de croissance pour le grand –sud. C’est la plus importante réserve d’eau dans les Caraïbes  selon les propos de Daniel Rouzier. Il cite en exemple, l’étang de Miragoane suscitant  tant d’inquiétudes aux yeux de  l’état et la société civile en général comme un danger public  alors qu’il ressort des  possibilités d’investissement. Entre temps la diminution et l’indisponibilité d’une eau de qualité demeure une question cruciale en Haiti. Moins de 60% de la population ont accès a l’eau potable selon les données de l’Organisation Panaméricaine (OPS) de la sante et de l’Organisation mondiale de la sante (OMS), 2003. L’exploitation éventuelle des ressources hydrologiques dans le cadre du projet Port des Nippes aura l’avantage d’augmenter la capacité d’approvisionnement de la population et des services en eau potable dans les départements de l’Ouest et du Sud a-t-il poursuivi. La terre est fertile. A ce titre, les plaines d’Abraham et de baconois sont considérés comme les principaux espaces possibles d’exploitation de développement agricole. Il faut intégrer les agriculteurs à la vie économique du pays en faisant d’eux des partenaires et  des réels entrepreneurs. Ce projet devra permettre  la création d’emplois aux habitants  des Nippes et des environs et contribuer à la sécurité alimentaire tout en permettant aux populations de prendre mieux en main leur destin.   Pas de développement sans ressources humaines a dit le docteur Calonges. Il y a une jeunesse Nippoise  qui attend d’être éduquée et bien formée. C’est un objectif important dans ce projet. La pauvreté est un corollaire du manque d’éducation dans des pays comme Haïti. L’éducation est un outil du développement socio-économique a insisté également Charles Clermont. L’avenir du projet  Port de Nippes repose inéluctablement sur une main d’œuvre qualifiée  avec des techniques modernes pour faire face à la compétitivité du marché international. L’enjeu est de décentraliser l’économie du  pays, formaliser le secteur informel éradiquer la pauvreté extrême, créer l’emploi, dynamiser les ressources humaines et matérielles, canaliser l’épargne de la diaspora, développer une zone franche, ouvrir les nippes au commerce extérieur les  Des fonds sont déjà disponibles pour la mise en place  des campus universitaires et d’écoles de technologie. Il y a donc un besoin d’inventorier et mettre en  les possibilités de la région.   Ainsi  « Port des Nippes » se veut  un véritable projet de modèle alternatif de développement citoyen  pour contrer la culture de  l’assistanat à laquelle est vouée Haïti. Dans le cadre de la reconstruction, les initiateurs, en effet, le présentent comme une vraie possibilité de croissance sur le plan économique. Cinq filières sont donc retenues en attendant  que d’autres soient développées selon une méthode longitudinale (processus continu) basée sur la gestion et l’évaluation des  résultats.  Ce sont les filières de l’élevage – agriculture et transformation à haute intensité ; le tourisme, l’habitat ; la sous-traitance dans l’assemblage de vêtement pour profiter de la loi Hope 2 dans une production à la chaine ; ensuite la construction d’infrastructure. Port de Nippes est alors ouvert aux gens de la diaspora qui voudraient impliquer dans une grande entreprise d’avenir pour aider le pays. Les promoteurs ont répété qu’ils ont déjà fait leur preuve dans des projets qui ont réussi résultant du partenariat public-privé. Les intéressés sont conviés à les contacter pour de plus amples information.   Un dialogue social et politique est déjà construit autour du projet avec plusieurs partenaires nationaux, internationaux pour des droits de concession et de fonds d’appui de solidarité. Les initiateurs ont déjà reçu l’accord de l’État, des autorités élues de la région, des différentes organisations de base et des personnalités de la société civile. Ont-ils cité l’appui moral non moins important de Monseigneur Dumas, évêque du diocèse de l’Anse-à-veau et de Miragoane, président de la commission épiscopale Caritas Nationale et coordonateur du groupe interreligieux, la « Plate forme Religion pour la paix » qui a accueilli le projet avec enthousiasme dont le leadership  en faveur de la justice sociale et le développement de la région est reconnu. De grandes organisations nationales comme Fokal dirigée par Madame Michele Pierre Louis avec le support de la fondation Georges Sorros travaillant dans le domaine de l’environnement (ramassage d’ordure –transformation –traitement des eaux ; Discovery channel pour le développement des matériels didactiques ; le centre Gheisko pour l’érection d’un hôpital moderne de référence Medivc pour un centre de trauma  pour ne citer que ces partenaires.   Port des Nippes est un projet très ambitieux. Il s’agit d’un projet de développement durable et harmonieux prenant en compte les principales ressources exploitables basées sur le respect de la dignité des personnes et de l’écologie de la région. Haïti reçoit la charité en permanence, cela a pour effet pervers de déresponsabiliser les citoyens face à l’investissement. Il faut un autre paradigme de développement pour remplacer l’assistanat. Le Grand-sud est défavorisé par rapport au département du nord. Les gens quittent la région pour aller à Port-au-Prince, il y a nécessité d’arrêter le flux migratoire. Il faut donc sédentariser les habitants du Sud et des Nippes  selon l’expression du Dr. Calonges par la mise en place d’une activité économique diversifiée, verte, dynamique et attrayante axée sur la responsabilité sociale. Pour Daniel Rouzier  la vision que porte la démarche du projet est d’avoir des leaders serviteurs qui mettent leur capital au service du développement. Telles sont ces valeurs qui soutiennent ce projet. Il est  considéré comme un prototype de développement économique pour sortir le pays de son marasme. Les promoteurs ont proposé de créer 100.000 emplois dans cinq ans. Nous vous invitons pour de plus amples informations à suivre les quelques moments  du déroulement de cette importante rencontre  axée sur  les conditions socio-économiques et le futur  de la région des Nippes sur Radio- Télé solidarité au cours de cette semaine. JP Pour le Bulletin de Radio Télé Solidarité ************************** Bottom of Form     A Home for Abandoned Children Father Charles Moïse Father Charles Moïse,  a Dominican priest and the founder-director of the Fondation Montesinos orphanage in Titanyen, was the great guest of  Brother Tob at Radio Télé Solidarité on Sunday, April 7, 2013.   Father Moïses studied at the University of Lyon in France, where he obtained a master’s degree in biblical theology. He teaches theology to seminarians and serves in the catechetical office of the Archdiocese of Port-au-Prince. In the interview, he gave a brief description of the six Dominican fathers in Haiti and the challenges they face. He spoke about Titanyen, the site of one of the mass graves created in the aftermath of the earthquake in 2010. Titanyen, with a population of 10,000, is a desperately poor area with severe shortages of electricity, drinking water and education for its children. The great challenge is how to bring Titanyen back to life.   Father Moïse discussed the origins of “Fondation Montesinos,” whose mission is to accompany poor and abandoned children. It now provides a home for 85 children, including young people who have already served time in prison, who have been raped, who have lost their parents during the earthquake. One sexually exploited child told Father Moïse that he wants to become a priest. The goals of Fondation Montesinos are to give a quality education to these children, to train them spiritually, and to help them become responsible citizens.   The National Center of the Haitian Apostolate commends Father Moïse for his work and calls on the people of God to support the Fondation Montesinos.   Brother Tob Une Maison pour Enfants  abandonnés. Le Père Moise Charles, de la Congrégation des Pères Dominicains, a été le grand invité de Brother Tob à Radio Télé Solidarité le dimanche 7 Avril 2013. Le Père Moise est un ancien étudiant de l’Université de Lyon(France) où il a obtenu une Maîtrise en Théologie Biblique. Il est professeur au Grand Séminaire Notre Dame d’Haiti, au CIFOR, à l’Université Notre Dame d’Haiti, à l’OCA (Office Catéchétique de l’Archidiocèse de Port-au-Prince) et directeur Fondateur de la Fondation Montesinos.   Dans son entretien, le Père Moise nous a dressé un bref portrait de la Congrégation des Pères Dominicains et ses grands défis, ils sont au nombre de 6 qui vivent en Haiti. Il nous parla aussi de Titanyen dont ”la population s’élève à 10000 personnes et qui est réputée pour une zone de morts où l’on trouve beaucoup de fosses communes”. Il a continué pour nous dire que ”Titantyen est une zone très pauvre et les problèmes sont la carence d’electricité, d’eau potable et d’école. Le grand défi est comment faire germer la vie à Titanyen?”   En outre, le Père Moise a mis l’accent sur l’origine de la Fondation Montesinos à Titanyen et sa mission qui est ”d’accompagner les enfants les plus pauvres et abandonnés”. De plus, a la Fondation ”il compte 85 enfants et parmi eux se trouvent des jeunes qui ont déjà fait la prison, qui ont subi le viol, qui ont perdu leur parent au cours du tremblement de terre de 2010. La fondation veut donner une formation de qualité à ces derniers”.   On doit mentionner aussi que l’un des projets de la Fondation Montesinos est d’arriver à un foyer écologique et d’aider les enfants à devenir des citoyens responsables tout en leur donnant une formation spirituelle. Le Père Moise célèbre la messe pour les enfants et l’un d’entre eux qui a été exploité sexuellement l’a rencontré pour lui dire qu’il aimerait devenir prêtre.   Le Centre National de L’Apostolat HAITIEN à l’étranger félicite vivement le Père Moise Charles pour son travail colossal pour les enfants pauvres à la Fondation Montesimos tout en demandant au peuple de Dieu de soutenir la Fondation.   Brother Tob Pour le Centre National    ************************************************ La Troupe Eclat-Concert-un grand Succès La Troupe Eclat de la Paroisse de St Jerome de Brooklyn donna un concert le Dimanche 7 Avril fête de la Divine Miséricorde. La première partie du Concert consista en des pièces musicales tirées de sources variées comprenant des morceaux de musique classique, des chants anglais, français, créoles et espagnols. Chacun des morceaux fut rendu de façon parfaitement professionnelle. L’accompagnement musical, les voix, les accords harmonieux firent frémir l’assistance émerveillée.   Une troupe de dance faisant partie du groupe des “Jeunes Disciples” de St Jerome fit son apparition vers la fin de cette première partie pour ajouter au plaisir des oreilles celui des yeux. Les gestes rythmés de ces adolescentes donna une nouvelle ampleur à la mélodie qui se jouait.   La deuxième partie du concert fut accompagnée par des artistes extrêmement spécialisés d’origine  Russe. L’assistance n’en pouvait pas croire ses oreilles. Éclat exécuta, sans faille aucune, des morceaux de musique d’une exceptionnelle qualité. L’on se croirait au “philharmonic Hall” de New York ou de Londres.  Tout se termina par l’Alléluia de Handel exécuté avec une telle perfection que l’auteur originel, s’il vivait encore, éprouverait à l’écouter d’indescriptibles délices.   Les arts représentent l’expression la plus noble et la plus belle de l’esprit humain. L’architecture, la peinture, la dance, la poésie, la musique et tant d’autres encore nous introduisent dans ce qu’on peut appeler le Beau et la Transcendance. Toutes les civilisations accordent une place privilégiée aux arts. Félicitations à la Troupe Éclat qui recherche la perfection dans l’exercice de son art. Leur performance édifie et  rapproche de Celui qui est au-delà du monde visible, Celui qui est le Beau Suprême qui seul mérite adoration, louange et gloire.   Nous devons un hommage spécial à Carlo Balthazar qui s’occupa de l’harmonisation des presque tous Les morceaux musicaux. Il est aussi un soliste hors pair. Félicitations à Marie Letang, la directrice de la troupe, à Shirly Lamothe soprano de première classe et à Paolo Ponponneau vocaliste de grand talent. Affectueuse salutation également à Myriam la choréographe des “jeunes Disciples.” Mais au-delà de ces étoiles de grande classe, c’est tout l’ensemble de laTROUPE qui mérite nos compliments émus. Monseigneur Guy Sansaricq Troup Eclat- Concert A Great Success Last Sunday, April 7 th , “Troupe Eclat” from St Jerome Parish in Brooklyn gave a spiritual concert that exceeded all expectations by its extreme professional quality. This group of about thirty young men and women sang a variety of songs in the first part of the concert. The voices of both male and female singers sounded as beautiful as anything you would hear in any opera House. Every piece was masterfully harmonized. A group of nicely dressed teen aged girls came out to dance during the last song. That added life and pleasure to the delighted audience.   The second part of the evening brought the public’s excitement to its peak. A group of professional musicians of Russian origin joined the choir to accompany their performance with sophisticated instruments like the violin, the violoncello, the trumpet, the clarinet and the organ. Very intricate musical pieces from Handel and another Russian composer were executed such as the Ave Verum, the Dies Irae, some motets to the Blessed Mother. The closing piece was the Alleluia of Handel which was rendered with such brilliancy that I feel that the original composer, were he still alive, would listen with great delight.   Homage is due to these young men and women of St Jerome for their cult for beauty. They have really lifted up our hearts. No word can adequately express our appreciation for their outstanding performance.  Bishop Guy Sansaricq ********************************* Entretien avec Kenny Francois Le très Jeune Kenny Francois 15 ans fut l’invité de Brother Tob à Radio Télé Solidarité le Dimanche 7 Avril 2013. Kenny est né à Montréal et il a fait toutes ses études primaires et secondaires dans l’une des meilleures écoles privées de Montréal. Kenny doit terminer ses études secondaires au mois de Juin prochain et il compte étudier les sciences Informatiques dans un collège Anglais à Montréal et tout de suite  après il veut poursuivre ses études en Génie Informatique à l’école  de génie  Polytechnique de Montréal où le professeur Docteur Samuel Pierre, le savant Haitien résident au Québec est Professeur à temps plein du département de l’informatique Comme vous le savez le hasard ne favorise que les esprits préparés et le jeune Kenny commence à investir aux études pour faire une différence dans la société Québécoise. Il est un grand sportif, il arrive à concilier ses études et le sport. Il parle très bien le Français, l’anglais et le Créole. Le Personnel du bulletin du Centre National et Radio télé solidarité profite de l’occasion pour féliciter la mère de Kenny qui accepta de travailler des heures supplémentaires pour arriver à payer l’écolage de ses 3 enfants dont tous sont des étudiants de l’une des meilleures écoles privées de Montréal. Cette mère a compris la valeur d’investir dans l’éducation au lieu d’avoir une voiture de l’année et de vivre dans une maison très luxueuse à Montréal. Le jeune Kenny a bien mentionné dans son entretien l’importance de la famille pour les jeunes et combien il est très reconnaissant envers sa mère qui l’a beaucoup aidé dans ses études. Le bulletin du centre National de l’APOSTOLAT HAITIEN à l’étranger continue à encourager les jeunes de prendre leurs études au sérieux car l’éducation ouvre toutes les portes sauf celles du paradis. En outre beaucoup de jeunes à Montréal investissent dans les études et ces derniers commencent à en récolter les fruits. Beaucoup d’entre eux occupent de prestigieuses positions et même aident le Québec à bouger dans la bonne direction. Enfin le Centre national de l’apostolat HAITIEN à l’étranger  est très fier des jeunes  comme Kenny qui prennent leurs études au sérieux et qui veulent faire une différence dans la société Brother Tob Interview with Kenny Francois The very young Kenny Francois 15 years was invited by Brother Tob Radio at TV Solidarite on  Sunday, April 7, 2013. Kenny was born in Montreal and has completed his  primary and secondary studies in one of the best private schools in Montreal. Kenny has to complete his secondary studies next June and plans to study Computer Science in an  English college in Montreal and then he wants to pursue his studies in Computer Engineering at the Polytechnique School of Montreal where Dr. Samuel Pierre the Haitian scholar working in Quebec is a full-time Professor at the department of computer sciences. As you know  chance favors only the prepared minds and the young Kenny begins to invest in Education to make a difference in the Quebec society . He is a great athlete managing to combine studies and sports. He speaks very good French, English and Creole. the Personnel of the weekly Bulletin of the National Center Radio and TV solidarite  take this opportunity to congratulate Kenny’s mother who consented to work overtime to pay the school tuition of her three children all of whom are students at one of the best private schools in Montreal . This wonderful mother prefers to  invest in the education of her children rather than in buying the car of the year or living in a manor or a castle in Montreal. The young Kenny has mentioned in his interview the importance of family for youth and how he is very grateful to his mother who helped him in his studies. The weekly Bulletin of the National Center of the Haitian Apostolate abroad continues to encourage young people to take their studies seriously because education opens all doors except Paradise. It is important to know that many young people of Haitian descent  in Montreal invest in studies and many of them are beginning to reap the fruits. Some of them occupy prestigious positions and even help Quebec to  move ahead in the right direction. Finally, the National Center for Haitian Apostolate abroad is very proud of young people like Kenny who take their studies seriously and want to make a difference in society Brother Tob —

HOMILY OF THE 2ND SUNDAY OF EASTER (APRIL 7TH, 2013)

Acts 5, 12-16; Psalm 118; Revelation 1, 9-19; John 20 19-31.

By +Guy Sansaricq

image001

                                                                                                         Bishop Sansaricq

The astounding event of the Resurrection revealed to the world the undeniable Lordship of Jesus-Christ.

In the 2nd reading of the day we heard Jesus saying “I am the first and the lastOnce I was dead but now I am alive forever and ever. I hold the keys to death and the netherworld.” The Resurrection puts a seal of veracity on all of Jesus’ sayings. He is truly what he says: THE SON OF GOD. In the same vein, the Gospel introduces us to Thomas the doubter to whom Jesus said: “Put your hand into my side and do not be unbelieving but believe.” With Thomas let us respond: “My Lord, my God!”  Jesus’ closing words in the Gospel resonate likewise: “Blessed are those who have not seen and have believed.” We really have no valid reasons to persist in unbelief. “The Mighty deeds of God are clearly seen.”

 

Today is called “Divine Mercy Sunday.”  The events of the Passion and Resurrection of Jesus are manifestations of his infinite and surpassing mercy for all of us. Mercy is the greatest attribute of God who really does not want the sinner to perish but passionately wants him to repent and be saved. Every fiber of Jesus’ heart and body passionately burns with love for us. Yet many persist in their destructive behaviors and close their ears to the pathetic calls of Jesus for their conversion. Others are cold hearted and remain obstinate prisoners of false beliefs. Like Thomas in today’s Gospel, let us let go of all debilitating resistance and discover God’s unspeakable love for us. Don’t wait for miracles! Don’t be unduly disturbed by the horrible state of our world and perhaps of your life! Simply believe with unshakable conviction in the love of Jesus for you and for the world and with unrestrained TRUST burst out in praise. Complete trust in God and in Jesus is the litmus test of the true Christian. 

 

HOMÉLIE DU DEUXIÈME DIMANCHE DE PAQUES (7 Avril 2013)

Actes 5, 12-16; Psaume 118; Révélation 1, 9-19; Jean 20, 19-31

Par +Guy Sansaricq.

L’Église nous demande de célébrer aujourd’hui la “DIVINE MISÈRICORDE” du Seigneur. Il nous arrive de nous laisser troubler par nos souffrances personnelles ou par les horreurs dont nous sommes chaque jour les témoins impuissants. Plus d’un se posent la question: “Estil vrai que Dieu nous aime?” A ceci nous devons répondre avec force: Oui Il nous aimeLa venue de Jésus dans ce monde, sa douloureuse passion, sa volonté de nous faire partenaires et héritiers de sa gloire sont les preuves irréfutables de son amour passionné pour nous tous. Il nous a équipés de sa Parole et de son Esprit tout-puissant pour que nous étendions au monde entier sa victoire. C’est à nous qu’il appartient de sauver le monde par la puissance de sa grâce et de son Esprit. Pour réussir ce projet, il nous faut croire et croire de tout Cœur.

Trop souvent au lieu de croire et de faire confiance au Seigneur, nous le blâmons. Nous avons tendance à jeter sur son dos ce qui échoue à cause de notre incroyance, de notre lâcheté et de nos doutes lancinants, ridicules et débilitants.

Ayez confiance, entendons-nous aujourd’hui! Ayez confiance jusqu’au sacrifice. Ayez confiance même au milieu d’échecs apparents. Croyez sans démordre. Voyez Thomas dans l’Évangile d’aujourd’hui. Jésus lui dit: “Heureux ceux qui croient sans voir. ”La confiance totale dans l’amour de Dieu révélé en son Fils Jésus mort et ressuscité est le roc de base de la vie chrétienne. Crois et mets-toi en route la joie plein le  cœur! Le monde actuel a besoin de redécouvrir cette foi invincible qui a toujours fait la force de l’Église.

Ne manque pas de prier chaque jour le chapelet de la Divine Miséricorde et laisse toi transformer!

Monseigneur Guy Sansaricq

****************************

HOMILY OF EASTER SUNDAY

  MARCH 31ST, 2013

image022 Bishop Sansaricq

Acts 10, 34-43; Psalm 118; Col. 3, 1-4; John 20, 1-9.

This is the day the Lord has made: a day of wonder. The apparent defeat of Good Friday explodes into Easter Victory.Jesus triumphantly rises from the tomb. Mary Magdalene and the Apostles are stunned with joy and so are we. Our hopes are fulfilled. Jesus as a bridegroom steps out of his chambers hastening to meet the Church, his bride. Pilate and his lookalikes shiver in anguish. Truth, goodness and love have won the bloody contest between good and evil. Jesus the new David has defeated Goliath.

 

Today we celebrate not simply the historical event of the resurrection of Christ but also the impact of this event in our own lives. We too are rising with Christ. Because of that tremendous spiritual energy that flows forth from His Risen Body, we too, through faith, accomplish a passage from the death of a sinful life to the new life of grace.  Our resolve to welcome the gift of God’s LOVE in our lives makes us Creatures of the new Covenant, members of redeemed mankind. Of course this takes place through faith in God’s grace. Blessed are those who believe!

Happy Blessed Easter to you who once sinned but now are forgiven because you confessed your guilt to    an ordained minister and joyfully took your reserved seat at the table of the Eucharist! Blessed are you who have let go of your tormenting doubts and have now come to embrace the liberating truth that Jesus is the Lord and He Alone and that anyone who believes in Him to the point of accepting his sacraments and his call to full membership in the Church his body will have eternal Life. Happy Easter!

HOMÉLIE DE LA FÊTE DE PAQUES (31 Mars 2013)

Actes 10, 34-43; Psaume 118; Col. 3, 1-4; Jean 20, 1-9               Par +Guy Sansaricq, Évêque Auxiliaire

.

L’Église est en fête aujourd’hui. Les horreurs du Vendredi Saint se dissipent. Jésus surgit du tombeau proclamant sa victoire sur les forces furieuses du mal qui semblaient l’avoir vaincu. Jésus saute de la mort à la vie comme le fiancé radieux annoncé par les Écritures qui s’élance de sa chambre nuptiale à la rencontre de l’Église sa fiancée. Il ne s’agit plus de l’antique  passage de la mer Rouge. Jésus le Nouveau Moise nous conduit non pas au désert aride aux sables chauds mais au pays de la grâce. L’Égypte auquel nous tournons le dos c’est le pays de l’ignorance et de la rébellion ou en un mot du péché. Le croirions nous, l’esclavage de Pharaon est moins redoutable que celui du péché? En prends-tu conscience?

Nous avons besoin de la Pâque de Jésus! Comment accepter de vivre sans savoir où l’on va? Comment mener sa vie sans des critères clairs pour discerner le bien du mal? Comment marcher sans fixer les yeux sur l’essentiel? Jésus est la lumière. Il est le Sauveur de chaque homme et de l’univers. Celui qui croit en Lui a la vie éternelle et jouit dès à présent de ce cadeau spécial que nous appelons la grâce.  

 

Pâques, fête de Jésus bien sûr mais également ta fête à toi aussi si tu confesses ton péché et dans la foi t’ouvres au don du salut. Attention! La foi ne consiste pas seulement dans un cri émotionnel du Cœur, comme cela se voit dans certaines réunions de prière. Il faut poser des gestes concrets pour échapper à la superficialité et manifester ta sincérité. Le premier pas mais non pas le seul c’est d’accepter le baptême car appartenià Jésus signifie qu’on appartient à l’Église son Corps. La communion Eucharistique est une exigence essentielle que sous aucun prétexte l’on n’a le droit d’escamoter. Jésus est ressuscité. Accueille sa grâce! Ressuscite avec Lui! Vie en communion avec Lui! C’est ainsi seulement que ta Pâque sera authentique et joyeuse!

 

  “Seigneur à qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie éternelle! Tu es la Resurrection et la vie!”

Monseigneur Guy Sansaricq

*********************************************

HOMILY OF THE FIFTH SUNDAY OF LENT. (March 17th, 2013)

Is. 43, 16-21; Psalm 126; Phil. 3, 8-14; John 8, 1-11

By Bishop Guy Sansaricq.

image022

The story in today’s Gospel invariably triggers numerous questions. An adulterous woman caught in the act is dragged to Jesus’ feet. “Should not this woman be stoned to death as required by the Law?” is the question asked point blank to the Master. To the stunned Pharisees, he answers: “Let the one who has never sinned cast the first stone.”  Fascinating response is it not? Jesus instead of answering the question simply stresses one of his key teachings: the absolute necessity of cleansing one’ own heart. In this light the Church’s urging of Confession before Easter sound as is well founded. Let us all joyfully obey this call! Other people’s sins must not distract us from our primary duty: saving our personal souls!

 

The incredible compassion of Jesus is also made manifest in this short episode. “Neither do I condemn you”, says Jesus to the humiliated woman lying at his feet, “Go and sin no more.” These are the words Jesus addresses to us toowhen we come back to him. The other readings reinforce this motif of compassion. The 2nd reading tells us that whenwe gain Christ we acquire through faith righteousness as a gift. The 1st reading tells us: “I am doing something altogether new.” In the desert of our sinful world, “I make a way,” in the wasteland of our distraught and aimless existence, I have “put flowing rivers.”

At Holy Week approaches, come rushing to the waters of Baptism and Penance, come and experience the freshness and the newness of the Gospel of grace. Rejoice at the Lord telling you:  “Neither do I condemn you. Go and sin no more” Let me do something new in your heart and in your life!

 

HOMÉLIE DU CINQUIÈME DIMANCHE DE CAREME (17 Mars 2013)

Isaïe 43, 16-21; Psaume 126; Philippines 3, 8-14; Jean 8, 1-11

Par + Guy Sansaricq.

Quelle histoire fascinante que celle que nous lisons aujourd’hui à la messe! Une pauvre femme surprise en flagrant délit d’adultère est trainée devant Jésus. “Ne doit-on pas la lapider comme le demande la Loi de Moise?” lui demande-t-on.  Jésus après un instant ne répond pas à la question piégée des Pharisiens mais déclare; “Qui celui qui est sans péché lui jette la première pierre.” Surprise générale! C’est que Jésus n’est pas venu pour condamner mais pour sauver. Ce qu’il enseigne c’est que nous  examinions nos âmes en tout premier lieu.  Apprenons la leçon! Chrétien, ne l’oublie jamais! Écoute l’Église qui te demande de te confesser avant la fête de Pâques. Ne te laisse pas distraire par les péchés des autres au point de négliger ta première tâche: le salut de ta propre amé.

 

La compassion sans mesure de Jésus ressort aussi de cet épisode. “Personne ne t’a condamnée et bien moi non plus je ne te condamne pas. Vas et ne pèche plus.” Ainsi parle Jésus à cette malheureuse éplorée. Beaucoup de gens bienpensants en sont peut-être scandalisés. Et pourtant nous touchons ici au Cœur de l’Évangile. Jésus a pris sur lui nos péchés et notre condamnation. Aux repentants il accorde “la rémission des péchés.”  Il veut faire “toute chose nouvelle” (1st lecture)

Il vient sur les terrains secs et désertiques de notre monde et y fait couler “des rivières de purification.” Quand nous acceptons de nous détourner de nos péchés, il nous revêt de sa grâce. L’homme pécheur a un avenir quand il [prend le chemin du retour. Lis aussi les autres lectures de la messe! En lisant, laisse toi attirer par cette Bonne Nouvelle. Avant la fête de Pâques, confesse-toi et que le Seigneur te dise à toi aussi “Je ne te condamne pas. Vas et ne pèche plus!

Monseigneur Guy Sansaricq