Latest News-August 29, 2021

 

 

 

TWENTY-SECOND SUNDAY IN ORDINARY TIME. (August 29 th, 2021) Dt. 4, 1-2,6-8; Psalm 15; Jas. 17-27; Mk. 7, 1-8 +14-15 +21-23.

 

By +Guy Sansaricq

While growing up my father insisted much on good manners especially at table. Good manners are important for life in society. Moses had a set of 600 laws to teach his people in the desert how to deal with God and one another. These rules were considered sacred! The psalm and the second reading celebrate the value of these laws yet mostly stress the primacy of love. “The religion which is pure and undefiled is to take care of orphans and widows and keep oneself unstained. “ That rule enjoys preeminence over all others. In the Gospel Jesus is seen being reprimanded by the Pharisees for failing to wash his hands before a meal. That provided Jesus with the perfect setting for a key teaching. The religion of the heart is really what matters, says he. It is possible to display nice manners and to observe external rules without honoring God. In God’s eyes, what counts in the first place is the inner dispositions of the heart! Sincere inner love is the demand of a loving God. The drastic lack of love is the root cause of all the ugliness and miseries of the world. May this key lesson of the Gospel help us discover what’s comes first in God’s eyes: LOVE! Rules are valuable only when they enhance our love for God and the neighbor!

Late Bishop Sansaricq

 

VINGT-DEUXIÈME DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE (29 Aout 2021)

 

par +Guy Sansaricq

 

Des trois lectures du jour ressort la lecon principale à retenir. Jésus proclame la religion du Coeur par dessus tout. Les Pharisiens qui se déclarent les partisans fidèles de la Loi de Moise condamnent avec sévérité Jésus et les apotres parce qu’ils mangent sans se laver les mains. Aux yeux de ces conservateurs rigides le mépris de cette règle est une offense impardonnable. Mème aujoud’hui beaucoup de gens manquent de discernement et se hatent de condamner ceux qui dans leur service d’amour paraissent ignorer des règles de moindre importance. Jésus se dresse donc pour expliquer que pour Dieu, ce qui compte c’est avant tout l’amour et la sincerité du Coeur. Des gens parfois apparamment religieux ne comprennent rien du Dieu d’amour. Ce que Dieu recherche, c’est un Coeur sincère rempli d’amour pour Dieu et le prochain. Beaucoup de vices affreux surgissent de coeurs hypocrites qui s’appuient sur les règlements secondaires pour mieux piétiner les lecons ESSENTIELLES de l’Evangile. DIEU EST AMOUR! Nous le trahissons quand nous prétendons LE SERVIR SANS AIMER LE PROCHAIN! DÉCOUVRIR JÉSUS, C’EST DÉCOUVRIR LE PROCHAIN!

Le Regretté Evêque Sansaricq

 

 

Pensée de la Semaine: La Gratitude va de pair avec l’humilité comme la santé avec l’equilibre

Thought of the Week: Gratitude goes hand in hand with humility just like health with balance

Pensamiento de la semana: la gratitud va de la mano con la humildad al igual que la salud con el equilibrio

 

MAY BISHOP GUY SANSARICQ REST IN PEACE

ACKNOWLEDGEMENT AND HEARTFELT GRATITUDE

Msgr. Pierre André Pierre

 

On behalf of the whole Haitian Community at large, served by the National Center of the Haitian Apostolate, of which Bishop Guy Sansaricq was God’s instrument, From the very beginning till his last breath, we would like to acknowledge and present heartfelt gratitude to:

The Most Reverend Bishop Nicholas DiMarzio, Bishop of Brooklyn and the different instances of his diocese for the assistance they provided to the People of God and to the Haitian Apostolate in this difficult time.

The United States Catholic Conference of Bishop (USCCB) and the Pastoral Care of Migrants Refugees and Travelers (PCMRT), including the National Center of the Haitian Apostolate.

The bishop Conference of Haiti (CEH) always close to the Haitian Apostolate, and which has worked in very close ties with the National Center in its different projects.

The Clergy and Parishioners from around the country who spontaneously reached out to the Haitian Apostolate expressing condolences and their willingness to continue their collaboration

The different diplomatic and political officials

The many socio-professionals Associations (Doctors, Nurses, lawyers, Teachers, Youth groups, Church organizations and choirs)

The many Partners of the Haitian Apostolate including Bishops, Priests, Christians of various denominations and believers from different faiths, Professionals and Individuals from all walks of life… who reached out to “Bulletin Solidarite” and took part to different talk shows to express their memories of Bishop Guy and their desire to continue supporting the Haitian Apostolate

Bishop Guy A. Sansaricq was a man of God, committed to serving his people. For him, Jesus was the way, the truth and the life. Let us all pray for Bishop Guy A. Sansaricq and his Family. May he rest in the peace of Christ, while inspiring all of us to continue the mission.

Msgr. Pierre André Pierre

 

 

 

PUISSE BISHOP GUY SANSARICQ REPOSER EN PAIX

RECONNAISSANCE ET PROFONDE GRATITUDE

 

Par Mgr Pierre André Pierre

 

Au nom de toute la Communauté haïtienne au sens large, au service de laquelle se dévoue le Centre National de l’Apostolat Haïtien, dont Monseigneur Guy Sansaricq était l’instrument de Dieu, depuis le tout début jusqu’à son dernier souffle, nous tenons à exprimer notre profonde gratitude à :

Son Exc. Mgr Nicholas DiMarzio, Évêque de Brooklyn et les différentes instances de son diocèse pour l’accompagnement fourni au peuple de Dieu et à l’Apostolat Haïtien.

La Conférence des Évêques Catholiques des États-Unis (USCCB) et l’Assistance Pastorale des Migrants, Réfugiés et Voyageurs (PCMRT) qui inclue aussi le Centre National de l’Apostolat haïtien.

La Conférence épiscopale d’Haïti (CEH) toujours proche de l’Apostolat Haïtien et qui a toujours travaillé en collaboration étroite avec le Centre National et ses différentes composantes.

Les différents responsables diplomatiques et politiques qui ont montré leur intérêt pour l’Apostolat haïtien.

Le clergé et les paroissiens à travers le pays qui ont spontanément contacté l’apostolat haïtien pour exprimer des condoléances et renouer les liens fraternels et missionnaires.

Les nombreuses Associations socio-professionnelles (Médecins, Infirmières, Avocats, Enseignants, Groupes de Jeunes, Organisations ecclésiastiques et chorales) qui sont en contact permanent avec le Centre National.

Les nombreux Partenaires de l’Apostolat Haïtien y compris Evêques, Prêtres, Professionnels, Chrétiens et Croyants de tous horizons qui ont contacté le « Bulletin Solidarité » et ont participé à différents talk-shows pour exprimer leurs souvenirs de Monseigneur Guy et leur désir de continuer à soutenir l’Apostolat Haïtien.

Mgr Guy A. Sansaricq était un homme de Dieu, engagé au service de son peuple. Pour lui, Jésus était le chemin, la vérité et la vie. Prions tous pour Mgr Guy A. Sansaricq et sa Famille. Qu’il repose dans la paix du Christ, tout en nous inspirant tous à continuer la mission.

Mgr Pierre André Pierre

 

 

 

 

Le Centre National de l’Apostolat Haïtien à l’étranger

et la Radio Télé Solidarité sont en deuil

 

 

Le Bulletin Hebdomadaire du Centre National de l’Apostolat Haïtien et la Radio Télé Solidarité sont en deuil depuis l’annonce de la mort du regretté Monseigneur Guy Sansaricq, le directeur fondateur du Centre National de l’Apostolat Haïtien et de la Radio Télé Solidarité.

Bishop Guy nous a laissé subitement. Le grand romancier, artiste, poète et écrivain du 19ème siècle Victor Hugo (1802-1885) a écrit : « Non, l’avenir n’est à personne ! Sire, l’avenir est à Dieu ! À chaque fois que l’heure sonne, tout ici-bas nous dit adieu ».

Bishop Guy Sansaricq a eu une vie simple et a tout fait pour suivre son Seigneur jusqu’au dernier souffle de sa vie. Il a exercé son ministère dans le diocèse de Brooklyn-Queens près de 50 ans. Son bras était toujours ouvert pour accueillir tout le monde et il a toujours exhorté ses frères et sœurs à vivre dans l’unité et le respect mutuel. Il était toujours contre la division. Il a bien compris que la division est nuisible et on ne peut pas construire sur la division.

Nous autres au Centre National de l’Apostolat Haïtien et à la Radio Télé Solidarité nous ferons, avec l’aide de Dieu, tout ce qui dépend de nous pour honorer la mémoire de Bishop Guy Sansaricq et respecter ses dernières volontés. Est-ce que ce sera facile ? Avec la tête froide, beaucoup de sacrifices et de dépassement nous pourrons continuer le travail du regretté Bishop Sansaricq. Le Seigneur nous donnera la force, la sagesse et sa lumière dans cette tache noble et difficile, celle de continuer le testament de Bishop Guy Sansaricq.

Je veux remercier tous ceux et celles qui nous ont appelé et qui ont envoyé une note de condoléances, je remercie également les panélistes qui ont participé à des émissions pour rendre hommage au regretté Monseigneur Guy Sansaricq.

Enfin, nous continuons à remercier Bishop Guy Sansaricq pour son grand amour pour son Seigneur, son pays Haïti, son respect et sa grande générosité pour aider les plus petits. Que son âme repose en paix !

 

Brother Tob

 

THE NATIONAL CENTER FOR THE HAITIAN APOSTOLATE ABROAD AND RADIO TELÉ SOLIDARITY ARE IN MOURNING

The Weekly Bulletin of the  National Center of The Haitian  Apostolate and Radio Telé Solidarite have been in mourning since our regretful announcement of the death of Bishop Guy Sansaricq, the founding director of the National Center for the Haitian Apostolate and of Radio Télé Solidarité.

Bishop Guy left us without saying goodbye or farewell. The great 19th-century novelist, artist, poet, and writer Victor Hugo (1802-1885) wrote: “No, the future is not nobody’s! Sire, the future belongs to God!” Whenever the hour strikes, everything below bids us farewell. Yes, Bishop Guy Sansaricq had a simple life and did everything to follow his Lord until the last breath of his life.

Bishop Guy Sansaricq ministered in the Diocese of Brooklyn and Queens for almost 50 years. His arm was always open to welcome everyone and he always encouraged his siblings and sisters to live in unity and mutual respect. He was always against division. He saw that division is harmful and a community cannot build itself upon division.

We at the National Center for the Haitian Apostolate and at Radio Télé Solidarité, with the help of God will do everything we can to honor the memory of Bishop Guy Sansaricq and to respect his last wishes.  It may not be easy but with a cool head; many sacrifices; and ongoing proof of our overcoming the challenges that emerge; we will continue the work of the late Bishop Sansaricq.

The Lord will give us the strength, wisdom, and His light to continue the noble and difficult task which is the legacy of Bishop Guy Sansaricq.

I want to thank all those who called us and sent a note of sympathy as well as the panelists who took part in a tribute broadcasts honoring and lamenting Bishop Guy Sansaricq.

Finally, we will continue to thank Bishop Guy Sansaricq for his great love for his Lord, his country Haiti, his respect for all whom he met during his life’s journey, and especially his great generosity to help the little ones.

Brother Tob

 

 

 

Secretariat of Cultural Diversity in the Church

Subcommittee on the Pastoral Care of Migrants, Refugees, and Travelers

3211 FOURTH STREET NE• WASHINGTON, DC 20017

 

 

August 28, 2021

Mgr. Pierre Andre Pierre

Haitian Apostolate, Inc

332 East 32nd Street

Brooklyn, NY 11226

 

Our Deepest Condolences on the Death of Bishop Guy Sansaricq

 

It was with a heavy heart, deep sense of loss and great sadness that we received the news of the death of our beloved Bishop Guy Sansaricq, Auxiliary Bishop of Brooklyn, New York. The news of his death came as a shock, and I feel so much pain. Bishop Guy lived a well fulfilled life. He devoted his service to the people of God. He invaluably contributed to the growth and development of the Haitian Catholic Community in the United States. His footprints and accomplishments will be missed.

 

As many who knew Bishop Guy attest, he lived an exemplary and accomplished life. He was indeed a great man, a spiritual father, a peacemaker, and a strong church and community leader. A man of honor and integrity. No doubt, he has indeed left a great legacy in our hands and will be greatly missed.

 

We sincerely pray that his family, friends, and the Haitian community may find peace and comfort during this difficult time of sorrow. May we be strong and cling to the Lord for solace.

 

May his gentle soul rest in perfect peace. Amen.

 

Sincerely yours in Christ,

 

 

 

Sr. Joanna Okereke, HHCJ

Assistant Director,

Cultural Diversity in the Church/USCCB

 

 

PRESS NOTE

The Staff of the Weekly Bulletin of The National Center of The Haitian Apostolate would like to inform the public that following the funeral of Bishop Guy Sansaricq we will be on vacation for 2 weeks. Radio Telé Solidarité will continue to operate. Our next edition will be Sunday, September 19, 2021.

A big “thanks for your understanding!”

Brother Tob

 

Note de Presse

 Le Personnel du Bulletin  Hebdomadaire   tient à informer  le public qu’Après les funerailles  de Bishop Guy Sansaricq nous serons en vacance pour 2 semaines. La Radio Telé Solidarité continuera à fonctionner. Notre prochaine edition sera  le Dimanche 19 Septembre

Deja un grand merci pour votre comprehension

Brother Tob

Conference Episcopale d’Haiti

Port-au-Prince, le 24 Août 2021

Mgr Pierre André Pierre,

 

 

 

« À vous, la Grâce et la Paix de la part de Dieu notre Père… le Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père plein de Tendresse, le Dieu de qui vient tout Réconfort. … » (2 Corinthiens 1 : 2-4). C’est avec ces mots d’espérance et de consolation que nous, les Évêques catholiques d’Haïti, vous adressons dans le Seigneur nos mots de condoléances à l’occasion de la mort subite de notre vénéré frère dans l’épiscopat, Monseigneur Guy Sansaricq, survenue le samedi 21 août dernier. La naissance au Ciel de Monseigneur Guy Sansaricq laisse un grand vide dans la communauté haïtienne de la Diaspora. Mais, dans le même temps, nous sommes convaincus que la force attractive de son amour passionné pour les plus faibles, de sa sollicitude pastorale et de son humanité continuera de vous assister et d’animer votre zèle apostolique afin d’achever valablement l’œuvre qu’il a commencée au sein de Haitian Apostolate. En effet, Monseigneur Sansaricq était une personnalité profondément religieuse, à tous les sens du terme, qui constituait un exemple d’ouverture, de tolérance, de générosité humaine dont notre monde a tant besoin. À l’instar du Christ, son divin Maître et Seigneur, il savait se faire pauvre pour enrichir ceux qui le côtoyaient. Pendant que nous implorons la Miséricorde de Dieu pour le repos de son âme, nous prions pour votre consolation et le réconfort de chaque membre de Haitian Apostolate. Puisse la Vierge Marie accompagner et présenter à son divin Fils, Jésus le Bon Pasteur, l’Âme de Monseigneur Guy Sansaricq. Avec l’assurance de nos prières et de notre communion dans le service de l’Église. ________________________________ X Mgr. Launay SATURNÉ Archevêque Métropolitain du Cap-Haïtien Président de la CE

 

Au nom des frères et sœurs haïtiens du diocèse de Palm Beach, je voudrais exprimer mes plus sincères condoléances à la famille de Bishop Guy
Sansaricq et au diocèse de Brooklyn.  Il sera dans nos prières lors des célébrations eucharistiques du mois de septembre.  Que  son âme et les âmes de tous les fidèles décédés par la miséricorde de Dieu, reposent en paix.
Monseigneur Guy Sansaricq qui était si dévoué au service du Seigneur et de l’Église sera en compagnie du Christ mort et vivant maintenant.  Dieu, Créateur et Rédempteur de tous les fidèles, accorde à l’âme de ton serviteur disparu la rémission de ses péchés.  Bishop Guy sera à jamais présent dans nos cœurs.

 

On behalf of the Haitian brothers and sisters in the Diocese of Palm Beach I would to express my deepest condolences to the family of Bishop Guy
 Sansaricq and to the Diocese of Brooklyn. He will be in our prayers during the Eucharistic celebrations for the month of September. My his soul and the souls of all the faithful departed  through the mercy of God, Rest In Peace.”
Bishop Guy Sansaricq who was so devoted in the service of the Lord and the Church will be in company with Christ who died and now lives. God, the Creator and Redeemer of all the faithful, grant to the soul of thy servant departed the remission of his sins. Bishop Guy will be forever present in our hearts.
Father Yves Geffrard
Director of the Haitian Apostolate
Diocese of Palm Beach

 

LE CENTRE NATIONAL DE L’APOSTOLAT HAÏTIEN EST EN DEUIL

L’apostolat Haïtien est en deuil. Le décès de notre vénéré Bishop Guy Sansaricq survenu ce samedi 21 aout, à la veille de son 15ème anniversaire d’ordination épiscopale, a surpris tout le monde. Tous, nous prions pour le repos de son âme.

Le Centre National de l’Apostolat Haïtien informe la Communauté Haïtienne de la Diaspora et d’Haiti des dispositions prises par le diocèse de Brooklyn en accord avec la famille Sansaricq, pour l’organisation des funérailles ainsi que des veillées de prières.

1- Mardi 31 Aout 2021 :

VEILLEE FUNERAIRE : POUR LA COMMUNAUTE HAITIENNE

Eglise de Saint Jérôme de Brooklyn

ADRESSE: 2900 Newkirk Ave., Brooklyn, NY 11226

TEL: 718-462-0223

HEURE: de 3:00 PM à 9:00 PM

Hommage de différentes délégations, associations, groupes, paroisses, communautés à Bishop Guy

2- Mercredi 1 Septembre 2021

A- VEILLEE FUNERAIRE

Eglise Saint Grégoire le Grand

991 St Johns Place – Brooklyn NY 11213

TEL: 718773-0100

HEURE: 3 :00 PM – 7 :00 PM

B- MESSE DE TRANSFERT

Eglise Saint Grégoire le Grand

991 St Johns Place – Brooklyn NY 11213

TEL: (718) 773-0100

HEURE: 7 :30 PM

3- Jeudi 2 septembre 2021

A- MESSE DES FUNÉRAILLES

Co-Cathédrale – Saint Joseph

856 Pacific St Brooklyn NY 11238

TEL: (718) 638-1071

HEURE: 11:00 PM

B- INHUMATION

La Cripte de la Chapelle des Evêques

7200 Douglaston Pkwy

Douglaston NY

Après la messe à la Co-Cathédrale

AVIS IMPORTANT POUR LES PRÊTRES

a- Tous les Prêtres sont invités à concélébrer. Apporter aube et étole blanche. Informer la paroisse.

b- Tous les Prêtres de l’extérieur du diocèse qui participent, prière de fournir lettre de bonne réputation.

N.B. Pour le soutien du ministère du Centre National de l’Apostolat Haïtien, au lieu de fleurs

ENVOYER CHÊQUE ou MANDAT en mémoire de Bishop Sansaricq à :

HAITIAN APOSTOLATE INC. 332 E 32nd St – Brooklyn NY 11226

Merci de prier pour le repos de son âme et pour la consolation de sa famille et la consolidation de l’Apostolat Haïtien. Qu’il repose dans la paix du Christ, le Seigneur ressuscité.

Lundi 23 Aoû, 2021

Msgr. Pierre André Pierre

718-790-8497

recteur.undh@gmail.com

THE NATIONAL CENTER OF THE HAITIAN APOSTOLATE IS IN MOURNING

The Haitian apostolate is in mourning. The passing of Bishop Guy Sansaricq on Saturday, August 21, 2021 surprised everyone. We all pray that he rests in peace.

The National Center of the Haitian Apostolate informs the Haitian Community of the Diaspora and of Haiti of the arrangements made for Bishop Guy Sansaricq funeral Mass and Vigil Services.

1- Tuesday August 31, 2021:

WAKE SERVICE

Church of Saint Jerome in Brooklyn

ADDRESS: 2900 Newkirk Ave – Brooklyn, NY 11226

PHONE: 718-462-0223

TIME: 3:00 PM to 9:00 PM

Tribute to our late Bishop Guy Sansaricq: Different delegations

2- Wednesday September 1, 2021

a- WAKE SERVICE

Church of Saint Gregory the Great

991 St Johns Place – Brooklyn NY 11213

PHONE: (718) 773-0100

TIME: 3:00 PM – 7:00 PM

b- TRANSFER MASS

Church of Saint Gregory the Great

991 St Johns Place – Brooklyn NY 11213

PHONE: (718) 773-0100

TIME: 7:30 PM

3- Thursday, September 2, 2021

a- FUNERAL MASS

Co-Cathedral – Saint Joseph

856 Pacific St Brooklyn NY 11238

PHONE: (718) 638-1071

TIME: 11:00 AM

b- BURIAL

Bishop Chapel Crypt in Douglaston

7200 Douglaston Pkwy

Douglaston NY

After Mass from Co-Cathedral

IMPORTANT NOTICE FOR PRIESTS

1- All Priests who plan to concelebrate: Bring an alb and a white stole. Notify the parish.

2- All Priests from outside the diocese who plan to attend: to provide a letter of good standing.

N.B. In lieu of floral arrangements:

SEND DONATION Check or Money Order to: HAITIAN APOSTOLATE INC.

332 E 32nd St – Brooklyn NY 11226

To support the ministry of the National Center of the Haitian Apostolate.

Please pray for the repose of his soul and for the consolation of his family and friends. May he rest in the peace of Christ, the Risen Lord.

Monday, August, 23, 2021.

Msgr. Pierre André Pierre

718-790-8497

recteur.undh@gmail.com

SANT NASYONAL APOSTOLA AYISYEN AN DÈY

Apostolat ayisyen an an dèy. Bishop Guy Sansaricq kite nou nou jou Samdi 21 Out 2021. An nou tout lapriyè pou li, pou Bondye fè li repoze nan kè pozè tout tan lakay li.

Sant Nasyonal Apostola Ayisyen an enfòme Kominote Ayisyen yo nan Dyaspora a ak ann Ayiti sou aranjman ki fèt pou lantèman ak vèy k ap genyen nan Brooklyn, pou Bishop Guy Sansaricq.

1- Madi 31 Out , 2021:

SÈVIS VÈY AK ESPOZISYON

Legliz Sen Jewòm nan Brooklyn

ADRÈS: 2900 Newkirk Ave – Brooklyn, NY 11226

TELEFÒN: 718-462-0223

LÈ: 3:00 PM to 9:00 PM

OMAJ: Delegasyon, Asosyasyon, Gwoup, Pawas, Kominote, Koral pou Bishop Sansaricq

4- Mèkredi 1 Sektanm, 2021

a- SÈVIS VÈY AK ESPOZISYON

Legliz Sen Gregwa Legran

991 St Johns Place – Brooklyn NY 11213

TELEFÒN: (718) 773-0100

LÈ: 3:00 PM – 7:00 PM

b- MÈS OREVWA

Legliz Sen Gregwa Legran

991 St Johns Place – Brooklyn NY 11213

TELEFÒN: (718) 773-0100

LÈ: 7:30 PM

5- Jedi 2 Sektanm, 2021

a- MÈS LANTÈMAN

Ko-Katedral – Sen Jozèf

856 Pacific St Brooklyn NY 11238

TELEFÒN: (718) 638-1071

LÈ: 11:00 AM

b- INHUMATION

La Cripte de la Chapelle des Evêques

7200 Douglaston Pkwy

Douglaston NY

Après la messe à la Co-Cathédrale

AVI ENPTAN POU TOUT PÈ YO

1- Tout Pè ki vle konselebre: Pote yon ob blan ak yon etòl blan. Enfòme pawas la.

2- Tout Pè ki soti an deyò dyosèz la ki vle patisipe: bay yon lèt ki soti nan dyosèz ou.

N.B. Nan plas bouke flè :

VOYE DONASYON CHÈK oswa MONEY ORDER bay: HAITIAN APOSTOLATE INC.

332 E 32nd St – Brooklyn NY 11226

Pou sipòte ministè Sant Nasyonal Apostola Ayisyen an.

Annou lapriè pou fanmi ak zanmi Bishop Guy Sansaricq yo jwenn konsolasyon. Annou lapriyè tou pou misyon Sant Nasyonal Apostola Ayisyen an kontinye pi fèm. Annou lapriyè pou Bishop Guy Sansaricq repoze nan kè poze Jezi Kri a.

Lendi 23 Out, 2021

Msgr. Pierre André Pierre

718-790-8497

recteur.undh@gmail.com

 

Proposition du GRAHN pour héberger les victimes du séisme dans le grand Sud

https://lenouvelliste.com/article/231269/proposition-du-grahn-pour-heberger-victimes-du-seisme-dans-le-grand-sud

 

Publié le 2021-08-27 | lenouvelliste.com

Proposition du GRAHN pour héberger les victimes du séisme dans le grand Sud

Publié le 2021-08-27 | lenouvelliste.com

Le dimanche 22 août  2021, le Groupe de réflexion et d’action pour une Haïti nouvelle (GRAHN-Monde), créé huit jours après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, a tenu une rencontre virtuelle de réflexion portant sur le séisme qui a durement frappé le grand Sud, plus précisément les départements des Nippes, du Sud et de la Grand’Anse. Pendant quatre heures d’horloge et sans arrêt, les participants à cette manifestation patriotique et citoyenne ont échangé sur trois sujets d’importance : une analyse contextuelle du séisme et de ses conséquences sur les populations touchées ; les propositions concrètes pour venir en aide à ces populations qui risquent de s’enfoncer de manière irréversible dans la pauvreté extrême ; les défis de gouvernance auxquels le pays se heurte au cours des 35 dernières années et qui commandent une démarche de rupture pour arrêter cette descente aux enfers.

 

Une analyse contextuelle du séisme

 

Ce qui est ressorti clairement de cette analyse, c’est l’extrême vulnérabilité du pays face aux catastrophes naturelles et humaines, causée par un déficit notoire de gouvernance. Une gouvernance chaotique, voire médiocre, qui affaiblit continuellement l’État devenu incapable d’assurer la sécurité des vies et des biens. Dans le contexte du séisme qui a durement frappé le grand Sud, cette inefficacité grandissante de l’État s’est manifestée par son incapacité à faire respecter les lois et les normes de construction existantes. Cette réalité n’est pas différente dans les autres aspects de la vie nationale où des lois existent et ne sont pourtant pas respectées. Pire encore, elles sont violées quelquefois par les personnes qui avaient le mandat de les faire respecter.

 

Dans le cas des constructions anarchiques érigées sur l’ensemble du territoire haïtien, cela s’est fait dans la plupart des cas dans l’ignorance totale du schéma d’aménagement du territoire lorsque celui-ci existe. Plusieurs maisons sont construites dans des zones à hauts risques de natures diverses : risques sismiques mais aussi d’inondation dans le cas de fortes pluies saisonnières ou d’origine cyclonique. Comment demander à des populations démunies de prendre en compte de tels aléas sans aucun soutien, encadrement technique ou directive des représentants de l’État, dont les mairies ? Respecter des normes existantes exige des moyens financiers dont ne disposent pas toujours les ménages à faible revenu qui vivent dans nos communes et nos sections communales. Ces ménages sont donc obligés d’opérer un arbitrage douloureux entre leur survie à court terme – trouver un toit sous lequel héberger leur famille souvent nombreuse – et l’exigence de sécurité face aux éventuels risques mentionnés précédemment. Des risques qui sont pourtant bien réels !

 

Des actions concrètes et une proposition phare

 

Plusieurs propositions concrètes ont été faites pour accompagner les personnes désireuses de reconstruire leurs maisons détruites de manière plus sécuritaire. Une d’entre elles suggère de concevoir et de présenter sous forme de catalogue des maisons modèles prêtes à être construites, qui respectent les normes parasismiques et qui ne nécessitent pas la prise en charge par des professionnels non disponibles dans les régions isolées. Encore faut-il que les terrains sur lesquels ces maisons seront construites ou reconstruites ne se situent pas dans des zones à risque et respectent les règles de zonage ainsi que le schéma d’aménagement du territoire en vigueur. Cela passera certainement par une campagne nationale d’éducation afin de sensibiliser la population au danger de ne pas respecter ces règles. Il faut que l’État soit présent sur tout le territoire national afin de veiller au respect des normes de construction, et ce, de manière indiscriminée et sans complaisance. On a vu des ministres démis de leur fonction parce qu’ils ont voulu faire respecter la législation en vigueur en matière d’aménagement du territoire et de lieux de construction.

 

Nous le savons toutes et tous : le territoire haïtien est exposé à des risques de cyclones et de séismes, ce qui engendre des catastrophes à répétition qui mettent en danger la vie des populations exposées. Dans le meilleur des cas, les personnes sinistrées font face à des besoins de première nécessité tels l’eau potable, la nourriture, des trousses de premiers soins, des trousses d’hygiène, des abris provisoires, et j’en passe. Pourquoi ne pas aménager dans chaque département au moins un centre d’approvisionnement de secours facilement accessible, parasismique et résistant aux intempéries afin de faire face à la détresse humaine qui fait généralement suite aux séismes, aux cyclones et aux inondations ?

 

Quand une population a vécu coup sur coup des catastrophes comme le tremblement de terre de 2010, l’ouragan Matthew en 2016 et le séisme du 14 août 2021, elle a subi des traumatismes dont les traces sont le plus souvent invisibles et dont les séquelles se manifestent par des comportements pour le moins anormaux. D’où la nécessité de reconstruire l’être haïtien brisé, traumatisé et souvent en proie à des problèmes de santé mentale non soupçonnés et non pris en charge par la société ni l’État. Il faudrait créer des cellules de travail pour gérer les crises de ce genre, tirer des leçons pour l’avenir et planifier dans la longue durée. Nous devons admettre que le pays est exposé à des aléas sismiques et cycloniques qui doivent faire partie de notre réalité et de notre imaginaire de peuple. Nous devons donc nous préparer mentalement et structurellement à y faire face.

 

La proposition phare qui a été présentée et discutée à cette rencontre de réflexion demeure celle d’un projet consistant à reconstruire les habitats détruits par le séisme dans les trois départements concernés – Nippes, Sud et Grand’Anse – en respectant les deux exigences minimales suivantes : éviter les zones à risque sismique et cyclonique, et construire dans le strict respect des normes parasismiques et anticycloniques. Évidemment, un tel projet se concentre sur les résidences familiales et n’englobe pas les lieux de culte, les écoles, les établissements de santé, les édifices publics et les entreprises. L’idée en est qu’il faut d’abord héberger de manière convenable et sécuritaire les résidents des milieux touchés afin d’assurer la pérennité de ces communes et sections communales. De toute manière, les infrastructures collectives comme les lieux de culte, les écoles, les édifices publics et les entreprises ne s’érigent jamais dans les déserts, dans les endroits où il n’y a pas de vie, de résidences, de personnes qui y habitent. Néanmoins, un tel projet doit être mené dans le respect d’un plan d’aménagement urbain ou rural qui prévoit de la place pour ces infrastructures collectives.

 

Pourquoi doit-on faire cela ?

 

La capitale d’Haïti, Port-au-Prince, a été fondée en 1749 pour accueillir environ 250 000 personnes. Aujourd’hui, près de 3 millions de personnes y vivent ou survivent, avec une pléthore de bidonvilles qui pullulent ici et là dans tous les quartiers huppés ou non qui constituent la grande région métropolitaine. Résultat des flux migratoires qui ont débuté au cours des années 1960 avec les différentes manifestations politiques organisées par le pouvoir en place, des personnes venant des neuf autres départements géographiques du pays ont convergé vers Port-au-Prince et y sont restées dans l’espoir d’une vie meilleure. Ainsi naquirent les bidonvilles autour de la capitale qui n’était pas préparée à recevoir un tel flux migratoire. À cela s’ajoutent l’explosion démographique et la disparition des opportunités liées à l’agriculture dans les milieux ruraux, disparition causée par une ouverture irréfléchie du marché haïtien au commerce international. Les régions ont envahi la capitale qui est devenue progressivement la République de Port-au-Prince, avec les résultats socio-économiques que l’on connaît aujourd’hui : bidonvilles omniprésents, zones de non-droit qui entretiennent la terreur, insécurité généralisée, incivisme devenant mode de vie, rues et ruelles devenues infranchissables et sales, taux élevé de criminalité et de gangstérisme, baisse fulgurante de la qualité de la vie…

 

Imaginez ce que deviendrait Port-au-Prince si toutes les personnes sinistrées des trois départements, n’ayant plus de résidences dans leur patelin, basculées l’espace de quelques secondes dans la pauvreté extrême, sans perspectives de vie dans leur localité, décidaient de venir s’établir dans la capitale à la recherche de moyens de vivre, de résidence, d’emploi, de perspectives, d’espoir. Cette éventualité constitue une vraie menace pour la capitale qui pourrait avoir à faire face à un afflux sans précédent de migrants en quête d’un mieux-être et fuyant l’extrême pauvreté.

 

Il y a une recette bien connue des pays qui veulent combattre la pauvreté et relever leur économie, surtout en période de récession économique ou après une catastrophe naturelle ou humaine. C’est la conception et l’exécution de grands projets d’infrastructures dont une des finalités est de relancer l’économie et de créer massivement des emplois. Selon la Direction générale de la protection civile (DRPC), en date du 18 août 2021, « 137 000 familles ont été touchées dans les départements du Sud, de la Grand’Anse et des Nippes. Près de 61 000 maisons ont été détruites et plus de 76 000 ont subi des dommages dans les trois départements les plus touchés, laissant des milliers de personnes sans abri et entraînant un besoin urgent de solutions pour un hébergement d’urgence ».

 

Un projet de construction-réhabilitation de 140 000 résidences familiales dans les communes et les sections communales pourrait relancer l’économie de ces régions, créer des dizaines de milliers d’emplois de différentes natures dans ces régions et dans le reste du pays, augmenterait les compétences et le savoir-faire des jeunes techniciens locaux, favoriserait l’émergence de nouveaux consommateurs et de nouvelles entreprises pour répondre aux besoins de ces derniers, appliquerait de manière efficiente la théorie de la percolation souvent perçue comme socle conceptuel du paradigme de l’aide internationale. Ce serait l’occasion de mobiliser les jeunes des écoles professionnelles et des universités de la région dans un mouvement de citoyenneté participative. Bref, il s’agit d’un projet mobilisateur qui emploierait au maximum les ressources locales afin de créer des emplois dans les régions dévastées, de redonner espoir à ces populations en détresse et de permettre aux départements sinistrés de se relever durablement.

 

Est-ce faisable ?

 

Sur le plan technique, c’est un projet tout à fait faisable. Les compétences, l’expérience et le savoir-faire sont disponibles au pays et ne demandent qu’à être mobilisés.

 

Sur le plan économique, les retombées pour l’État sont évidentes : relance de l’économie haïtienne qui est en chute libre depuis au moins les quatre dernières années avec des taux de croissance négatifs et des taux de chômage constamment à la hausse enfonçant ainsi les jeunes dans le désespoir. Il est bien connu que la construction est un secteur important qui contribue grandement à la croissance économique d’un pays, et ceci, de manière quasi instantanée.

 

Sur le plan financier, l’enjeu est de taille. Il faut trouver les sources et la stratégie de financement. Mais, avant toute chose, quel serait le montant nécessaire ? Le GRAHN est en train de réaliser depuis 2016, à Génipailler, troisième section communale de Milot, dans le Nord du pays, le projet Pôle d’innovation du grand Nord, PIGraN – Cité du savoir, combiné à un autre projet de Village de la Cité du savoir en partenariat avec Food For the Poor. Il a donc les prix réels de construction en milieu rural lorsqu’une gestion rigoureuse est pratiquée, pour avoir construit de 2016 à 2021 plusieurs édifices de différentes tailles, dont les prix varient entre 8 000 et 1 million de dollars américains. Forts de ces expériences, en demeurant dans la sobriété et avec un système efficace d’approvisionnement en matériaux surtout locaux, nous estimons grosso modo qu’un minimum de 1,7 milliard de dollars américains serait nécessaire pour réaliser ce projet, sans compter les apports supplémentaires de capitaux provenant des ménages plus aisés aspirant à des maisons plus haut de gamme.

 

Résidence de gardien dans la Cité du savoir à Génipailler (coût de construction : 8 000 dollars américains)

 

Bureau d’ingénierie de la Cité du savoir à Génipailler (coût de construction : 25 000 dollars américains)

 

 

La nécessité de repenser la gouvernance du pays

 

Le troisième volet de la rencontre de réflexion du GRAHN portait sur la gouvernance globale du pays au cours des trois dernières décennies. Un des points forts de l’échange qui a été soulevé à plusieurs reprises, c’est la mainmise de forces obscures sur l’État et ses institutions, une sorte d’État dans l’État qui contrôle une bonne partie des sources de revenus de la République, rendant ainsi l’État incapable de fournir des services de base à la population. Cela est à la fois cause et conséquence du désengagement de l’État qui apparaît de plus en plus faible, voire inexistant, en tout cas incapable de faire respecter la loi, de protéger la population contre les atteintes à la vie et à la liberté de déplacement des citoyennes et citoyens à travers le pays.

 

Tout cela se trouve aggravé par une corruption devenue endémique qui se manifeste au plus haut niveau de l’État mais qui n’épargne aucune couche de la société : pouvoir exécutif avec les différents scandales de détournement et de dilapidation des fonds publics, pouvoir législatif avec des parlementaires qui marchandent leurs prérogatives d’instance de contrôle du pouvoir exécutif, pouvoir judiciaire incapable de rendre la moindre justice et qui entretient consciemment ou non l’impunité. À ce titre, il convient de mentionner que, tout en restant un fléau à combattre vigoureusement, ce n’est pas la corruption en elle-même qui nous inquiète, c’est plutôt la garantie d’impunité dont jouissent les personnes qui l’entretiennent et qui s’y adonnent : corrupteurs et corrompus. Le pays est devenu invivable pour presque tout le monde justement à cause de cette garantie d’impunité. L’enquête se poursuit toujours… sans jamais aboutir ! C’est donc à se demander : À quoi sert un pouvoir exécutif qui ne gouverne pas ? À quoi sert un pouvoir législatif qui ne contrôle pas et qui adopte très peu de lois ? À quoi sert un pouvoir judiciaire qui ne rend pas justice ?

 

Ces questions donnent à penser que la plupart de nos élus ne sont pas à la hauteur de leurs tâches et des attentes placées en eux, même s’ils ont cette fâcheuse habitude de s’appeler des « hommes d’État ». Et cela n’a rien à voir avec le niveau d’instruction de ces personnes. Cela a plutôt à voir avec leur degré d’intégrité, leur niveau de sens éthique, leur degré de moralité, leur sens des responsabilités envers les électeurs qu’ils représentent, leur degré de patriotisme, leur niveau de compréhension du rôle qui leur est assigné, leur propension à se mettre au-dessus des lois de la République, leur attachement trop fort aux privilèges dus à leur rang sans aucun souci de résultats pour la nation. Il est résulté de tout cela un pays qui a nettement perdu le contrôle de sa destinée, avec une majorité d’institutions devenues inexistantes, dysfonctionnelles ou inopérantes. Voilà donc le résultat de 35 ans d’une transition démocratique qui n’a pas dit son dernier mot !

 

Puisqu’il faut appeler les choses par leur nom, cet échec collectif n’a pas de quoi nous rendre fiers, même si nous n’avons pas joué de rôle actif dans la gouvernance du pays. Les oppositions politiques doivent au moins reconnaître qu’elles n’ont pas joué le rôle constructif de contre-pouvoir que l’on était en droit d’attendre d’elles au cours des 35 dernières années, avec une capacité de propositions inspirantes et pragmatiques pour la nation. Au contraire, nous avons assisté à un long exercice de dogmatisme et d’intransigeance qui, lui aussi, n’a pas permis d’arriver à un compromis acceptable et nécessaire au déblocage du pays. « Que le pays crève, mais je maintiens ma position. Car je suis convaincu d’avoir raison. » Voilà ce à quoi, impuissant, le pays a assisté, particulièrement au cours des quatre dernières années ! Personne ne veut rien céder à personne… jusqu’à ce que le Blanc débarque et prenne officiellement le contrôle de tout.

 

Il est vraiment temps que toute cette comédie cesse. C’est la vie de 12 millions de personnes qui est en jeu. La société civile doit sortir de sa léthargie et entrer en scène. Elle s’était remise candidement entre les mains d’armateurs amateurs qui ont conduit le bateau au naufrage dont nous sommes à la fois les témoins et les victimes. Une conférence nationale ou yon chita pale ansanm – appelons-la comme on veut – devient alors incontournable. D’abord comme démarche de thérapie collective pour tenter de vider des contentieux historiques qui fragmentent et fragilisent la société haïtienne, mais surtout pour esquisser les contours d’un projet commun de nation dont nous avons du mal à accoucher. Ce n’est certainement pas là une panacée, mais plutôt une quête de réconciliation du pays avec lui-même en vue d’un nouveau départ vers plus de justice, d’équité, d’éducation, de progrès et de lumière. Après avoir été un apôtre de la liberté des peuples opprimés de l’humanité, nous devons cesser d’être la risée du monde.

 

Pour conclure : une énième opportunité à ne pas laisser passer

 

À l’intersection de la physique statistique et de la physique mathématique, la théorie de la percolation étudie les caractéristiques des milieux aléatoires et s’applique notamment en science des matériaux pour formaliser les propriétés d’écoulement dans les milieux poreux. Elle tente de répondre, entre autres, à la question informelle suivante : imaginons que l’on place de l’eau dans un creux au sommet d’un matériau poreux. Quelle est la probabilité qu’il y ait assez de canaux communiquant entre eux pour que cette eau réussisse à atteindre la base de la pierre ?  Transposée dans le domaine de l’aide internationale et dans le contexte du séisme du 14 août 2021, la question pourrait se reformuler comme suit : comment faire pour que l’aide internationale qui pourrait être débloquée au profit des familles sinistrées atteigne la base, c’est-à-dire les nouveaux sans abri du grand Sud ? Il y a là une opportunité, celle de reconstruire sur des bases plus résilientes et plus sécuritaires, trois départements d’un pays très exposé aux risques de catastrophes naturelles. Si nous réussissions ce projet commun, nous reprendrions confiance en nous-mêmes collectivement, ce qui nous permettrait de répéter l’expérience lorsqu’un tel malheur frappera une autre région du pays.

 

Une fois de plus, Haïti se trouve à la croisée des chemins, comme elle l’a été déjà dans notre histoire récente en 1986, en 1990 et en 2010. À ces trois occasions, nous avons raté le virage conduisant vers la concrétisation des espoirs que nous avions légitimement nourris. N’ayons pas peur de le dire, ces trois occasions manquées se sont muées en cauchemars pour le pays. Les forces saines du pays en sont sorties exsangues, plus abattues que jamais. Allons-nous perdre une fois de plus cette énième opportunité qui se présente à nous aujourd’hui ?

 

Déjà se pointent à l’horizon les vieux démons qui nous ont toujours hantés. En particulier celui de la division, mais qui est en fait une éternelle crise identitaire. Après 217 ans d’indépendance acquise dans l’union qui a fait la force, nous semblons ne pas savoir qui est haïtien et qui ne l’est pas, sur fond d’exclusion à peine voilée. « Entèl se milat, Intèl se nèg nwè, Entèl se nèg andeyò, entèl se nèg dyaspora, entèl se Siwo-libanè, entel se Jwif », tout cela entaché chaque fois d’une connotation négative qui demeure source de stigmatisation et qui sert de prétexte d’exclusion. Où est la citoyenneté dans tout cela? Où est l’allégeance à la nation et à la République dans tout cela ? Où est l’exigence du vivre-ensemble dans tout cela ? Où est la quête d’une plus grande justice sociale dans tout cela ? Nous sommes manifestement devant un problème mal posé, ou mieux encore devant une situation qui mérite d’être reproblématisée comme clé d’accès à une société moderne accordant des chances égales à toutes et à tous, sans égard aux origines sociales ou à la couleur de la peau. Voilà un sujet central qui devrait être débattu en toute sérénité et avec hauteur dans une conférence nationale!

 

Dans la plupart des pays démocratiques où s’est posé ce problème, il a été abordé et résolu grâce à des politiques publiques qui ont été imaginées, conçues et mises en place par des dirigeants résolument animés de la volonté politique nécessaire pour y parvenir. Dans cet ordre d’idées, il y a lieu de mentionner le roman biographique du philosophe français Paul Nizan intitulé Antoine Bloyé, qui aborde ce qu’il appelle « la trahison de classe » et qui soulève la question de savoir comment changer de classe sans trahir les siens et se trahir, comment faire pour que les opprimés d’hier ne deviennent pas les oppresseurs de demain. C’est la responsabilité des élites d’un pays de créer une société qui ne fait pas que reproduire les classes sociales, une société qui favorise la mobilité sociale ascendante en donnant des chances égales à toutes et à tous, et en promouvant le mérite, la compétence, la redistribution, la solidarité et l’empathie.

 

Pour terminer, il n’est pas superflu de rappeler qu’Haïti est née dans l’oppression et contre l’oppression. Le plaidoyer qui est fait ici est celui d’une citoyenneté ouverte qui bannit toute forme d’oppression, d’où qu’elle vienne, une citoyenneté qui s’accompagne à la fois de droits et de devoirs, une citoyenneté qui deviendrait la base du vivre-ensemble et le socle sur lequel refonder la nation. Ce sont les valeurs promues par le GRAHN dans sa quête d’une « Haïti nouvelle fondée sur le droit, le partage, la solidarité, l’éducation, le respect de l’environnement et le culte du bien commun ».

 

Samuel Pierre

 

Radio Telé Solidarité: Emission d’Hommage en l’honneur du Reretté Bishop Guy Sansaricq

 

https://youtu.be/jkJZeIyAaBY

Rome Note de Sr Martha Seide FMA

Merci beaucoup Frère Tob pour cette belle émission.

Oui, il faut continuer le bon travail de Mgr Sansaricq. Le Seigneur lui a donné la grâce d’assurer son successeur. Donc il était préparé pour le ciel, sûr que le travail va continuer, il est parti avec la même humilité qu’il l’a caractérisé, sur la pointe des pieds sans déranger personne. Il sera d’intercession pour nous.

Courage! Il faut tenir allumé le flambeau!

Je vous suis très proche par la prière et dans le souvenir de Monseigneur.

Je ne promets pas, mais je ferai ce que je pourrai, moi aussi pour collaborer.

Grande union de prière

Sr Martha

 

Radio Telé Solidarité: Merci Bishop Guy

 

 

 

Radio Telé Solidarité: The Saint of our Time.

 

 

 

 

National  Center of The Haitian Apostolate-Information on the Celebration  of life of Bishop Guy Sansaricq

 

 

 

Brooklyn auxiliary who was first Haitian American bishop in U.S. dies at 86

 

BISHOP GUY A. SANSARICQ

Retired Auxiliary Bishop Guy Sansaricq of Brooklyn, N.Y., swings a censer Feb. 3, 2019, while celebrating an annual Mass to mark Black History Month at St. Patrick’s Cathedral in New York City. Bishop Sansaricq died Aug. 21, 2021, at age 86. (CNS photo/Gregory A. Shemitz)
image_pdfimage_print

BROOKLYN, N.Y. (CNS) — Retired Auxiliary Bishop Guy A. Sansaricq of Brooklyn, who had ministered in the Diocese of Brooklyn since 1971, died at the rectory at St. Gregory the Great Church in the Crown Heights neighborhood Aug. 21. He was 86.

“Bishop Sansaricq was the first Haitian American bishop in the United States. He was a symbol of the progress of the Haitian people here and, as someone who served as a bishop, gave the Haitian community some recognition and stature as immigrant people, a ministry he served very well,” Brooklyn Bishop Nicholas DiMarzio said Aug. 23.

A wake for the late bishop was scheduled for Aug. 31 at St. Jerome Church in Brooklyn and Sept. 1 at St. Gregory the Great Church.

His funeral Mass will be celebrated Sept. 2 at the Co-Cathedral of St. Joseph in Brooklyn. He will be interred in the Bishop Chapel Crypt in Douglaston, New York.

Due to concerns over COVID-19, masks will be required at all public services for the bishop.

“Please pray for the repose of his soul and for the consolation of his family and friends. May he rest in the peace of Christ, the Risen Lord,” Msgr. Steven Aguggia, diocesan chancellor, said in a release on details of the services for the late bishop.

He noted that Bishop Sansaricq was a member of the Priests’ Purgatorial Society, adding that all priests were invited to concelebrate his funeral Mass.

Bishop Sansaricq held numerous curial positions in the Diocese of Brooklyn. On Aug. 22, 2006, he was ordained as an auxiliary bishop for Brooklyn. On Oct. 6, 2010, Pope Francis accepted his resignation. He had just turned 76. Under canon law, bishops must submit their retirement at age 75.

Bishop Sansaricq also served the diocese as pastor emeritus of St. Gregory the Great in Brooklyn for the last 10 years. He was its pastor 2007-2011.

He had long had a ministry to the Haitian community. He published a quarterly bilingual newsletter on Haitian matters related to the Church, conducted an annual pastoral institute in Creole that attracted 90 students, and organized an annual convention of the National Haitian Apostolate, which he had headed since 1987.

The apostolate also serves the community nationwide through French-Creole Mass celebrations, yearly pilgrimages, and a national radio and television station.

Every year, Bishop Sansaricq coordinated a retreat for priests and a youth congress. He also was a co-founder of Haitian-Americans United for Progress, a service agency.

Born Oct. 6, 1934, into devout Catholic family in Jérémie, Haiti, he decided at age 13 that he wanted to become a priest. He studied for the priesthood at the diocesan seminary of the Jérémie Diocese and at St. Paul’s Pontifical Seminary in Ottawa, Canada. He was ordained a priest in Port-au-Prince, Haiti, in 1960.

After a year, Father Sansaricq was assigned to serve as chaplain for Haitian immigrants in the Bahamas, ministering from the Benedictine Priory of St. Francis in Nassau. In seven years in that work, he became aware of the plight of immigrants, and especially immigrants without legal papers.

When he completed his work in the Bahamas, he was given a scholarship to study social sciences at the Pontifical Gregorian University in Rome, where he received a master’s degree in 1971.

That same year he was accepted to serve in the Diocese of Brooklyn and was assigned to Sacred Heart of Jesus Parish in Brooklyn’s Cambria Heights neighborhood, where he served for 22 years.

In l993, he was named pastor of St. Jerome Church in Brooklyn. On June 6, 2006, Pope Benedict XVI named him an auxiliary bishop for Brooklyn. After his Aug. 22 episcopal ordination that year, he continued to minister at the parish.

“Bishop Sansaricq actually just sent an email out three days ago saying what he was going to do in organizing relief efforts at the National Haitian Apostolate” in the aftermath of the magnitude 7.2 earthquake that hit the island nation Aug. 14, said Bishop DiMarzio. “He had met the week before with the archbishop of Port-au-Prince, so Bishop Sansaricq was very active right to the end.”

The Haitian Apostolate held an Oct. 5, 2019, celebration to mark Bishop Sansaricq’s 85th birthday and honor him for his nearly 60 years of service as a priest.

In an opening speech, Dr. Pierre-Paul Cadet, president of the Association of Haitian Physicians Abroad, heralded the bishop’s efforts for Haiti.

“Bishop Sansaricq has really fought for justice, and has been the forefront of all messages of hope, especially for our brothers and sisters in Haiti who are suffering, pressed for justice, peace, equality,” Cadet said. “He has been a powerful voice in the struggle.”

“His heart and his palms are open,” said Rosanne Barber in an interview with The Tablet, Brooklyn’s diocesan newspaper, during that celebration two years ago. “He is a teacher, in all sense of the word. He has really advocated for our community.”

 

Proverbes

Poul pa Janm ale nan bal avèk malfini

Pitit moùn pòv pa janm ganyen  rezon douvan pitit moùn rich

Lamp pa limen san mèch

Lajan  fè chen danse

Dlo manyòk pa lèt

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s