National Center-Latest News-1er Mai 2016

Perpetual Help

 

 

REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE SIXTH SUNDAY OF EASTER (May 1st, 2016)

Acts 15, 1-2 + 22-29; Psalm 67; Revelations 21, 10-14 + 22-23; John 14, 23-29

Bishop Sansaricq20

 

By +Guy Sansaricq.

 

This Sunday announces two great feasts that we shall be celebrating shortly: that of the glorious Ascension of the Lord next Thursday and that of Pentecost in two weeks. Both of these feasts cast tremendous lights on the MYSTERY of CHRIST.

 

First Jesus having laid the foundation of his Church and having performed on Calvary his mission of reconciling us to the Father tells his apostles ”I am going away and will come back to you.” Yes he can go now for He has equipped the Church with the ability to BE ONE, to PRESERVE THE TRUTH and to DISPENSE HIS GRACE. He vested the Apostles with authority telling them: “He who listens to you listens to me” Next Thursday we will celebrate the glorious feast of the Ascension, a turning point in the history of Salvation, the day when Jesus turns over his mission to the Apostles and when Peter the fisherman assumes the power OF THE KEYS.

 

Ten days later, we will celebrate the incredible feast of THE GIFT that is the feast of Pentecost. Love remains the first commandment…that special love that has its primary source in God himself. It is that supreme power of LOVE that will be poured out upon all who keep JESUS’ WORD. All who receive the GIFT remain linked between themselves to prepare that day still in the future as described in the second reading of the day.  The Church is described as it will be at the end of time. It will be like a Holy City gleaming with the radiance of God and will have at its foundation the names of the twelve apostles of the Lamb. Then there will be no sun and no light for The City’s lamp will be the LAMB.   These great feasts awaken us to the great future of mankind if only we learn to “KEEP THE WORD.”

 

 

REFLEXIONS SUR LES LECTURES DU SIXIÈME DIMANCHE DE PAQUES (1 Mai 2016)

 

Bishop Sansaricq20

 

Ce dimanche nous prépare à célébrer deux grandes fètes du calandrier liturgique: celle de l’Ascension, Jeudi prochain et celle de la Pentecote dans deux semaines.  Chacune de ces fètes nous apporte de grandes lumières.

 

D’abord celle de l’Ascension qui marque un tournant dans l’histoire du salut. Jésus annonce son départ. “Ne soyez pas troublés, dit-il. Je m’en vais vers mon Père.” Sa mission est terminée. Il nous a transmis LA PAROLE, Il a offert sur la Croix le sacrifice de la RECONCILIATION. Il a jeté les fondations de son Eglise à qui Il a confié son autorité. “Qui vous écoute m’écoute, Qui vous rejette me rejette.”  Il n’y a pas lieu de s’inquiéter. “Mon Père aimera celui qui garde ma Parole, nous viendrons en lui et ferons en lui notre demeure.  L’Eglise regroupée autour de St Pierre et des Apotres assure la continuité car L’AVOCAT Qui vient du père vous enseignera toute chose.”

 

Dans deux semaines, ce sera La Pentecote, la FÈTE DU DON, déversé sur l’Eglise primitive mais aussi sur l’Eglise de tous les temps. Ce DON SUPRÈME accordé à tout croyant authentique assure en nous la permanence de l’Amour,  Sachons bien profiter de ces deux grandes fètes pour grandir dans la foi, l’espérance et surtout l’Amour car DIEU EST AMOUR!

Bishop Sansaricq

Entretien du Père Jean Jacques à Radio Telé Solidarité

 

 

 A001-01-Pere Jean Jacques

https://youtu.be/1AI5Mrz3U3Q

 

 

Le Père Provincial Saint Louis Jean Jacques  de la congregation des Pères Montfortains d’Haiti était le grand invité de Radio Telé Solidarité le Dimanche 15 Avril 2016. Le Père Jean Jacques a célébré le 22 Avril dernier son premier anniversaire comme Père Provincial de la Congrégation des Pères Montfortains d’Haiti

 

C’est une grace pour notre pays  d’avoir des évêques, des religieux et religieuses   des congregations religieuses du pays à la direction de l’Eglise Catholique d’Haiti. Le Père Jean Jacques est l’un de ces leaders spirituels qui dirigent avec beaucoup de joie et de sagesse la Congrégation des Pères Montfortains d’Haiti.  Il est un communicateur né et un religieux qui a une grande proximité avec ses confrères  Montfortains

 

Le Père Jean Jacques est originaire de Gros Morne et a au moins 13 ans dans la vie sacerdotale. Il était économe avant de devenir le Père Provincial de sa communauté.

Dans son entretien il nous a parlé de son ministère comme Père Provincial où il fait chaque jour l’expérience de la main de Dieu.  Il nous fit savoir  qu’il ya une cinquantaine de Prêtres Montfortains dans la province d’Haiti. Ils excercent leur ministère dans quatre departments: l’Ouest, le Nord Est, l’Artibonite et Jeremie. En   dehors d’Haiti, on les retrouve à Nassau Bahamas, Guadeloupe, New-York, Canada et France.

 

Il a mentionné les défis des Pères Montfortains d’Haiti qui vivent dans une société privée d’education sprituelle au sein d’un peuple pauvre qui achète 65% de son alimentation  à l’exterieur. Comme Père Provincial  il est un serviteur  au milieu de ses confrères Montfortains

Le Père Jean Jacques est un prêtre très humble, ouvert et l’un des lecteurs du bulletin Hebdomadaire du Centre National de l’Apostolat  Haitien à l’etranger. Cet entretien est son 2ème entretien à Radio Telé Solidarité commme Père Provincial.

Il nous a parlé de son voyage en France pour participer au Tricentenaire de la mort de Louis Marie Grignon  de Montfort, le fondateur des Pères Montfortains. On doit mentionner que Louis Marie Grignon de Montfort  est retourné à la maison du  Père en pleine mission à Saint Laurent sur Sèvre le 28 Avril 1716 à l’age de 43ans. Toute la famille Montfortaine était à Lourdes pour participer à cette grande celebration de la famille montfortaine internationale.

Louis Marie Grignon de Montfort est deja proclamé Saint. Il a été béatifié  par le Pape Leon XIII le 22 Janvier 1888 et a été canonisé par le Pape Pie XII  le 20 Juillet 1947.  Zenit, le monde vu de Rome a écrit que la cause de Doctorat de ce grand évangelisateur est en route. Selon ce journal, il pourrait en effet être un jour proclamé Docteur de l’Église etant donné l’influence de sa doctrine sur les fidèles du monde entier.

 

Nous étions très heureux de rencontrer  Le Père Jean Jacques  et nous lui souhaitons bonne chance dans son ministère comme Père Provincial de la Congrégation des Pères Montfortains. Pour écouter son entretien clicquer sur ce lien: https://youtu.be/1AI5Mrz3U3Q

Brother Tob

Entretien de Jean Claude Icart à Radio Telé Solidarité

 

Jean Claude12

 

Le Personnel de Radio Telé Solidarité dans son effort d’aider nos lecteurs , lectrices , telespectateurs et telespectatrices à mieux connaitre lesCommunautés Haitiennes de la diaspora  a decidé d’avoir des entretiens avec les leaders de ces communautés. Le Vendredi  22 Avril nous avons rencontré Mr  Jean Claude Icart, l’un des intellectuels Haitiens de belle eau à Montréal  pour un entretien  à Radio Telé Solidarité.

 

Rappelons que  Jean Claude Icart a trois maitrises et est un professionnnel de la recherche et un ancien professeur associé au department  de Sociologie de l’Université du  Quebec à Montréal. Jean Claude Icart est très impliqué dans  la communauté Haitienne et les Communautés Multiculturelles du Quebec.

 

Dans son entretien  Mr. Icart nous fit savoir  que les Haitiens commencèrent à se rendre au Quebec dans les Années 1960. Cette première vague se composait de     professionnels qui fuiyaient la dictature de Francois Duvalier. Docteur Louis Roy  fut l’un des premiers Immigrants Haitiens du Québec. Il faut également mentionner le nom de l’ecrivain et poète Antony Phelps qui arriva en exil au Québec en 1964. À travers sa riche production litteraire, il a amené Montréal à entreprendre un tour des Caraibes.

Mentionner aussi quelques noms célèbres de la Communauté Haitienne  du Québec. Michaelle Jean, Ancienne Journaliste vedette à Radio Television Canada et ancienne Gouverneur General du Canada,  le Regretté  Georges Anglade, géographe, homme  politique et  écrivain, mort tragiquement au cours  du tremblement de terre 2010 en Haiti .  On doit ajouter  que l’actuel ministre des Finances au Quebec Dominique Anglade est la fille de Georges Anglade. Docteur Samuel Pierre, Professeur en Sciences Informatiques à l’université du Québec à Montréal, Président du GRAHN Monde  est connu comme l’un des savants Haitiens égarés  sur le sol du Québec

Dany Laferrièrre , né Windsor Klebert Laferrière , est un intellectuel, écrivain et scenariste Haitien et Quebecois. Il a écrit plusieurs romans dont l’un  a pour titre “Comment faire l’amour à un Nègre sans se fatiguer.” Le 12 Decembre 2013, il a été élu membre de l’académie Francaise et est ainsi le 2ème membre de cette institution à l’intégrer sans avoir la nationalité Francaise après Julien Green de nationalité Américaine en 1971.

Professeur Icart nous a parlé du Symposium  Haitien qui a lieu en 1970  au Québec où les Haitiens se sont rencontrés pour parler du developpement et de la culture d’Haiti. Cet évènement marqua comme la naissance de la communaute  Haitienne . Beaucoup de ces Participants étaient très optimistes quant à leur retour en Haiti pour aller apporter leur contribution à la renaissance du pays.

Professeur Icart pense qu’il ya au moins 150.000 Haitiens qui vivent au Québec. Il nous a parlé des jeunes Haitiens au Québec. Il a mentionné  le nom de Dominique Anglade, ministre des Finances au Québec et  Harold Fortin l’attaché de presse du Bureau du Premier ministre au Quebec. Beaucoup de jeunes de la communauté Haitienne étudient à l’université  et il ajouta  même que ceux qui avaient abandoné les etudes  à l’age de 15 ou 16 ans y retournent à l’age de 20 ans pour terminer leurs etudes secondaires.

Il a parlé aussi sur les defis et les problèmes de la communaute Haitienne au Quebec. L’on a beaucoup de familles  monoparentales mais la communauté Haitienne suit avec beaucoup d’attention  tout ce qui passe en Haiti

Enfin il nous a parlé du regretté Paul Dejean  qui  a beaucoup aidé  les Immigrants Haitiens à obtenir leur Statut d’Immigrants au Quebec et du Prêtre Jesuite Karl Levêque  qui fut un intellectuel accompli et ardant militant politique, connu parmi les pionniers de la communaute Haitienne du Quebec. On doit ajouter que Karl Levêque est décédé le 18 Mars 1986 sur une table d’operation dans un grand  centre hospitalier de Montréal. On doit ajouter qu’il a fondé en 1970 avec Paul Dejean et Joseph Augustin 9 (Papy Djo) le bureau de la communaute Chretienne  des Haitiens de Montreal afin de venir au secours des compatriotes infortunés qui fuyaient  la dictature de  Duvalier.

L’entretien de Jean Claude Icart a beaucoup d’informations sur la communaute Haitienne du Québec. Je vous invite à clicquer sur ce lien pour entendre son entretien: https://youtu.be/JciVfVaGr5E

Brother Tob

 

Interview of Jean Claude Icart at  Radio Telé  Solidarité

 

Jean Claude12

 

The Staff of Radio Telé Solidarité in its effort to help our readers and viewers to better know the Haitian Community of  the diaspora has decided to have interviews  with the leaders of these communities. On Friday, April 22 we met with Mr Jean Claude Icart, one of the distinguished Haitian intellectuals in Montreal for an interview at Radio telé  Solidarité.

 

Jean Claude Icart can boast of three masters degree and is a former associate  professor of sociology at the department of sociology of the University of Quebec in Montreal. Jean Claude Icart is very involved in the Haitian community and the Multicultural Communities of Quebec.

 

In his interview Mr. Icart told us that Haitians began arriving in Quebec in1960, to escape the dictatorship of Francois Duvalier. Most were intellectuals such as Dr. Louis Roy who was among the first to arrive. He also mentioned the name of the writer and poet Anthony Phelps who came as a political refugee in 1964. Through his rich literary output, he led Montreal to a tour through the Caribbean.

Let us also mention some famous names from the Haitian Community of Quebec. Michaelle Jean, Former Journalist at the Canada Radio Television  and former Governor General of Canada, Georges Anglade, a geographer, politician and writer who died tragically in the 2010 Haitian earthquake. We have to add that the current Minister of Finance in Quebec Dominique Anglade is the daughter of Georges Anglade.

Dr. Samuel Pierre, Professor of Computer Science at the University of Montreal, the President of the World GRAHN is known as one of the Haitian scholars lost to our country. Dany Laferrièrre born Klebert Windsor Laferrière, is an intellectual, writer and screenwriter. He has written several novels, including “How to Make Love to a Negro without Getting Tired.” On December 12, 2013, he was elected member of the French Academy and hence became the second non-French member of this institution after Julien Green of US nationality in 1971.

Professor Icart told us about the Haitian Symposium held in 1970 in Quebec when Haitians met to discuss the development and culture of their native land. It marked the beginning of a Haitian community. Many of the participants were very optimistic that they would return to Haiti to contribute to its rebirth.

Professor Icart thinks that there are at least 150,000 Haitians living in Quebec. He talked to us about the young Haitians in Quebec. He mentioned the name of Dominique Anglade, Minister of Finance, Harold Fortin in Quebec at the Press Office of the Prime Minister in Quebec. A lot of young Haitians are studying at the  university and a hopeful trend appears to take place where many of those who had given up their studies at the age of 15 are returning to School at the age of twenty. They seem to discover the importance of a good education.

Mr. Icart also talked about the challenges and problems of the Haitian community in Quebec. For instance, there are a lot of mono-parental families. Regardless, the Haitian community is following with attention  everything that happens in Haiti

Finally, he told us about the dearly missed Paul Dejean who really helped Haitian Immigrants in Quebec to obtain their Immigrants status and the Jesuit Priest Karl Leveque, who was an accomplished intellectual and a passionate political activist, well remembered by the pioneers of the Haitian community in Quebec. We have to add that Karl Leveque died March 18, 1986 on an operating table in a large central hospital in Montreal. He is the one who founded along with Paul Dejean and Joseph Augustin  (Papy Djo) the office of the Christian community of Montreal in 1970. The objective of this organization was to rescue the newly arrived deprived refugees from the Duvalier dictatorship.

The interview of Jean Claude Icart has lots of information about the Haitian community in Quebec. I invite you to click on this link to hear his interview: https://youtu.be/JciVfVaGr5E

 

Brother Tob

 

 

Entretien de Nancy Guirand à Radio Telé Solidarité

 

A001-01-Guirand

 

Nancy M Guirand fut l’invitée de Radio Telé Solidarité le Vendredi 20 Avril 2016. Madame Guirand  a une maitrise en Gestion  des Affaires. Elle  a laissé Haiti très jeune et elle a compris l’importance  de meubler son esprit.

 

Mme Guirand  est  une experte en Diabète. Elle sillonne les Université, les bibliothèque des États Unis pour faire des exposés sur le diabète, maladie qui  ravage la population  des États Unis

Dans son entretien à Radio Telé Solidarité  Madame  Guirand communiqua qu’ une personne sur trois aux Etats Unis  est prédiabétique. Sans exercice physique et sans perte de poids, 15 à 30%  de  ces personnes deviendront  diabétiques dans 5 Ans. Les États Unis comptent plus de 28 millions d’ adultes atteints de diabète..

 

Madame Guirand insista sur  l’importance de faire des exercices physiques ou de marcher au moins 30 minutes par jour et de surveiller l’ alimentation. L’obésité qui affecte plus d’un tiers d’adulte américains est le principal declencheur de  Diabète de type 2.  Madame  Guirand mentionne   que le diabète est une maladie qui produit beaucoup de complications. Le Diabète peut causer des problèmes  au niveau de la vision , des reins  , des jambes  , provoquer des arrêts cardiaques et le stroke. Quand on souffre  de diabète, le risqué de tension et du choletesrol est élevé.. Oui c’est vrai le diabète  est une maladie genetique mais mais il résulte également de notre facon de vie. Plus que 170.000 personnes meurent de diabète aux États Unis chaque année

 

Nancy mentionna aussi que lorsque l’on mange trop l’on fait du tort à sa santé. Notre corps  n’a pas besoin d’excès de nourriture pour rester en santé., Elle nous exhorta  à manger en petite  quantité et selon elle  nous devons jeuner au moins 2 fois par semaine car on n’a pas besoin de manger  copieusement  7 jours par semaine

 

Comme Monseigneur Guy Sansaricq l’a mentionné l’excès en tout  nuit.  Madame Guirand est une éducatrice de diabète . Elle accompagne  les prédiabétiques et les gens qui souffrent du diabètte. Pour écouter son entretien clicquer sur ce lien: https://youtu.be/PjG38wgTgRk

Brother Tob

 

Interview of Nancy Guirand at Radio Telé  Solidarité

 

A001-01-Guirand

 

Nancy M Guirand was the guest of Radio Solidarité Telé on Friday, April 20, 2016. Ms. Guirand has a Masters in Business Administration. She left Haiti very young and she understood the importance of furnishing her mind.

 

Ms. Guirand is an expert in diabetes. She is a frequent guest speaker at Universities and libraries to make presentations on diabetes, a disease that is ravaging the US population

In her interview to Radio Solidarité Telé Nancy Guirand declared that one out of three in the United States is pre-diabetic and without exercise and without weight loss 15-30% of these people will develop diabetes within 5 Years..The United States has more than 28 million adults with diabetes.

 

Mrs. Guirand stressed the importance of doing physical exercises such as walking at least 30 minutes a day. One must also monitor the diet. Obesity affects more than one third of American adults and is the main shutter button of Type 2 diabetes. Diabetes is a disease that brings about many complications. Diabetes can cause problems of vision, kidneys, legs, cardiac problems and stroke. When you suffer from diabetes, you are likely to develop blood pressure and cholesterol. Yes it’s true diabetes is a genetic disease but it also results from your lifestyle. More than 170,000 people die from diabetes every year in the United States.

 

Nancy also mentioned that when we eat too much is not good for our health. Our body does not need a lot of food to stay healthy. She urged us to eat sparingly and according to her we can fast at least two days a week because we do not need to eat copiously 7 days a week

 

As Bishop Guy Sansaricq mentioned “excess in anything is harmful”  Mrs. Guirand is a diabetes educator. She  supports  pre-diabetic patients and people who suffer from diabetes. To listen to her interview click on this link: https://youtu.be/PjG38wgTgRk

 

Brother Tob

 

LE COLLEGE PASTORAL EST EN DEUIL

 Flower2

Le Collège Pastoral vous annonce avec infiniment de peine la mort d’une ancienne de ses Etudiants, de la promotion 2001-2004.  SOLANGE JOURDAIN-LOUIS, née le 11 Novembre 1944, est retournée à la maison du Père le Dimanche 24 Avril 2016. Elle sera exposée le Vendredi 6 Mai de 5h p.m. à 9h p.m. à Caribe Funeral Home à l’adresse suivante: 1922 Utica Ave – Brooklyn, NY  11234, entre K et L. Les funérailles seront chantées le Samedi 7 Mai à 8 h a.m à l’Eglise de Saint Jerome (Newkirk et Nostrand Avenues).

Nous reccommandons à vos ferventes prières l’âme de la défunte. Nous comptons également sur vos prières pour tous ceux qui la pleurent spécialement son mari: Jean Albert Louis; ses enfants: Jean Léonard, Nancy, Nathalie et Stanley Louis; ses frères et soeurs; ses petits-enfants; ses neveux et nièces; ses cousins et cousins; Les Filles de Marie Paridaens; les Affiliées des Filles de Marie Paridaens, les légionnaires de saint Jérôme, les membres de la grande chorale de saint Jérôme, les membres du groupe Feu d’Amour et le Collège Pastoral.

 

QUE L’AME DE SOLANGE LOUIS REPOSE EN PAIX PAR LA MISERICORDE DE DIEU!

Depart de Marie Ange Pierre

A001-12 Marie Ange Pierre

Le Personnel du Bulletin Hebdomadaire  du Centre National de l’Apostolat Haitien est triste de vous annoncer la mort de Marie Ange Pierre, membre très influent au niveau du movement Charismatique des Haitiens d’Outre Mer  survenue le 14 Avril 2016 à l’age de 75 ans

 

Nous disons un grand merci à Soeur Marie Josée Joseph , l’administratrice du conseil du Renouveau Charismatique des Haitiens d’Outre Mer qui a informé de cette triste nouvelle le personnel du bulletin hebdomadaire du Centre National de l’Apostolat Haitien

La regrettée soeur Marie Ange est rentrée aux États Unis en 1972, elle a eu un enfant Jean W.Pierre et un petit enfant Waldy R Pierre.

Les funerailles de Madame Marie Ange Pierre ont eu lieu le Samedi 14 Avril 2016 à la Paroisse Holy Spirit de l’archidiocèse de Newark. Soeur Marie Ange était une femme de foi et un grand leader du Renouveau Charismatique à New Jersey. Elle encourageait toujours ses frères et soeurs du Renouveau Charismatique de New Jersey à participer au congrès Annuel du conseil du Renouveau Charismatique.

 

Monseigneur Guy Sansaricq , directeur du Centre National presente ses sincères condoleances à son fils Walker Pierre , son petit fils Walker Pierre jr., la famille de la defunte et aux distingués membres du Conseil du Renouveau Charismatique des Haitiens d’outre mer.

Que le Seigneur accueille sa fille Marie Ange dans son Paradis

Le Centre National

 

Visite du Père Yves Voltaire aux Étaits Unis

Le Personnel du Bulletin Hebdomadaire du Centre National souhaite la plus cordiale Bienvenue au Père Yves Voltaire à New York. Le Père Voltaire est curé fondateur de la paroisse Notre Dame de Guadalupe de Paillant, directeur diocesain de la pastorale d’education et de la pastorale universitaire et Recteur de l’université publique du Sud d’Haiti.

Nous aurons la chance d’avoir une visite du Père Voltaire., probablement nous aurons la chance d’avoir un entretien avec lui  lequel sera publié la semaine prochaine.

Frère Tob

 

 

Cuba: départ du cardinal Ortega, artisan du rapprochement avec les Etats-Unis

  • Actualité

A01-20-Cardinal Ortega

 

Le président Raul Castro (de dos) et le cardinal Jaime Ortega, à La Havane le 12 février 2016

 

afp.com/YAMIL LAGE

La Havane – Le chef de l’Eglise catholique cubaine, le cardinal Jaime Ortega, acteur important du rapprochement historique avec les Etats-Unis et artisan d’un dialogue renouvelé entre l’Eglise et les autorités cubaines, sera bientôt remplacé, a annoncé le Vatican mardi.

Le pape François a accepté la démission que l’archevêque de La Havane avait présenté voici quatre ans peu après avoir fêté ses 75 ans, comme l’exige le droit canonique, a annoncé le Saint Siège dans un communiqué reçu par l’AFP à La Havane.

A bientôt 80 ans, le cardinal cubain a passé 35 années à la tête de l’archevêché de la capitale cubaine.

Considéré comme un homme de consensus, le cardinal Ortega a mené en 2010 auprès de Raul Castro – qui a succédé à son frère Fidel en 2006 – une médiation qui a débouché sur la libération de quelque 130 dissidents, inaugurant une nouvelle relation entre l’Eglise et l’Etat cubain après des années de défiance et de tensions.

Seule institution non officielle reconnue à Cuba, l’Eglise catholique constitue aujourd’hui l’unique interlocuteur politique des autorités, ce qui lui a parfois valu des critiques de l’opposition illégale.

Le cardinal fut aussi le messager du pape François au cours des 18 mois de négociations secrètes qui ont mené à l’annonce inattendue d’un rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis en décembre 2014. Cette annonce fut accompagnée par un échange de prisonniers entre les anciens ennemis de la guerre froide.

Evêque en 1978, Mgr Ortega avait été nommé archevêque de La Havane par Jean-Paul II en 1981, puis créé cardinal en 1994.

Il a organisé trois visites papales sur l’île : Jean Paul II en 1998, Benoit XVI en 2012 et François en 2015, et il avait également reçu la visite du président américain Barack Obama lors de sa visite historique sur l’île le mois dernier.

 

Le pape argentin a désigné pour le remplacer Mgr Juan de la Caridad Garcia Rodriguez, 67 ans, auparavant archevêque de Camagüey (Centre) depuis 2002.

Réputé discret, celui-ci devrait poursuivre l’oeuvre de son prédécesseur, qui confiait dans une interview l’année dernière que selon son ami Jorge Bergoglio, futur pape François, “l’Eglise ne peut être simple spectatrice“.

La date de la prise de fonctions du nouveau chef de l’Eglise cubaine sera annoncée ultérieurement, a annoncé l’archevêché dans un communiqué.

 

 

Primaires américaines, des victoires décisives pour Clinton et Trump

Jean-Yves Dana, le 27/04/2016 à 9h26

  • A001-03-Hilary

 

 

 

Carton plein pour le milliardaire, qui a triomphé dans les cinq primaires républicaines organisées sur la côte est américaine. De son côté, Hillary Clinton a gagné quatre scrutins démocrates, et distancé son rival Bernie Sanders de façon décisive.

ZOOM 

La candidate aux primaires démocrates le 26 avril à Philadelphie. / EDUARDO MUNOZ ALVAREZ/AFP

Les primaires se suivent et, même si elles ne se ressemblent pas toujours, elles rapprochent un peu plus les deux favoris des électeurs de l’investiture de leur parti l’été prochain. Pour Hillary Clinton chez les démocrates, celle-ci ne fait plus guère de doute désormais.

Après des semaines de mano à mano avec Bernie Sanders, l’ancienne première dame et secrétaire d’État se détache irrémédiablement depuis sa victoire de la semaine passée à New York. Mardi 26 avril, elle a remporté 4 États supplémentaires, portant son nombre de victoires à 25, ce qui lui permet de franchir la barre symbolique des 2000 délégués dans son escarcelle à ce jour (précisément 2026, dont environ 500 « super-délégués » – membres du Comité démocrate national, gouverneurs, élus et membres éminents du parti). Il lui en faut 2 383 pour gagner définitivement la bataille de l’investiture.

> A lire : Hillary Clinton, en route pour la Maison-Blanche ?

« J’applaudis le sénateur Sanders », lance Hillary

Dans ces conditions, Bernie Sanders, qui n’a remporté ce mardi qu’un seul État, celui de Rhode Island et ne compte pour sa part que 1 291 délégués, reconnaît lui-même que ses chances sont désormais extrêmement minces puisqu’il lui faudrait désormais engranger 85 % des délégués restant à attribuer pour dépasser au finish sa concurrente. Le sénateur du Vermont n’envisage pas de retrait, toutefois, et promet de rester en course jusqu’à la fin, en particulier pour la primaire de Californie, la plus importante de l’année en nombre de délégués, qui se tiendra le 7 juin.

Le changement de temps chez la gagnante était notable, du reste, ce mardi soir. S’exprimant symboliquement depuis Philadelphie, en Pennsylvanie – l’un des États qui a voté ce jour mais aussi là où se tiendra la convention démocrate en juillet –, Hillary Clinton, après une entrée en scène « à l’américaine », au son du tube Eye of the Tiger (la chanson du film Rocky), a tendu la main aux électeurs de Bernie Sanders dans un discours aux allures de réconciliation, après une campagne jusque-là particulièrement âpre.

« J’applaudis le sénateur Sanders et ses millions de partisans, grâce à eux nous allons relever le défi pour qu’il n’y ait plus d’argent opaque en politique, et pour réduire les inégalités », a-t-elle lancé. Et d’ajouter : « Que vous souteniez le sénateur Sanders ou moi, ce qui nous rassemble est plus important que ce qui nous divise. »

« Projeter l’Amérique vers l’avenir »

Puis elle n’a pas manqué d’attaquer le camp d’en face, les républicains, et tout particulièrement celui qui fait la course en tête, Donald Trump. Elle a fustigé ses positions anti-musulmans, son déni du changement climatique ou sa contestation du droit à l’avortement. « Au lieu de les laisser nous ramener en arrière, nous voulons projeter l’Amérique dans l’avenir », a déclaré Hillary Clinton, accompagnée de son mari. « Presque tous les sondages montrent que nous battrons Trump », a redit l’ancien président, prenant la parole à son tour.

> A lire : Primaires américaines, alliance entre Ted Cruz et John Kasich

Pour le milliardaire, précisément, ce mini « Super Tuesday » avait tout du super-mardi. Favori annoncé dans les cinq États en jeu, le Maryland, la Pennsylvanie, le Delaware, Connecticut et Rhode Island, il n’a pas connu d’échec et s’est imposé partout, voire a triomphé avec des marges impressionnantes, dépassant 50 % voire 60 % des voix, et laissant le sénateur du Texas Ted Cruz et le gouverneur de l’Ohio, John Kasich très loin derrière lui.

Pour ces deux derniers, qui avaient annoncé quelques heures plus tôt une forme d’alliance anti-Trump – qui ne prendra toutefois véritablement effet que lors des prochains scrutins, à commencer par l’Indiana dans une semaine, où John Kasich laissera le champ libre à Ted Cruz –, l’affront est aussi humiliant que spectaculaire.

Coup gagnant ou convention d’investiture « disputée »

Leur objectif unique, désormais, est de faire l’impossible pour empêcher Donald trump d’atteindre le nombre fatidique de 1 237 délégués le jour de l’investiture. S’ils y parvenaient, s’ensuivrait une convention d’investiture« disputée », lors de laquelle les délégués devront voter, autant de fois que nécessaire, afin de dégager une majorité absolue. Un événement qui n’a pas eu lieu depuis quarante ans.

Nous n’en sommes pas là. Donald Trump compte actuellement 945 délégués, empochés grâce à 27 victoires, soit, d’ores et déjà, plus de la moitié des États du pays. « Je me considère comme le candidat naturel », a-t-il pu fanfaronner mardi soir, depuis le hall de la « tour Trump » à New York. « Je gagne. En ce qui me concerne, c’est fini. Ces deux-là ne peuvent pas gagner. » Concrètement, il lui faut désormais s’imposer avec un très fort pourcentage dans les dix derniers scrutins pour obtenir la majorité absolue de représentants avant même la convention de Cleveland, en juillet.

Jean-Yves Dana

 

États-Unis : « Le parti républicain au bord de l’explosion »

Recueilli par François d’Alançon, le 27/04/2016 à 15h01

  • A001-04-Trump

 

 

 

 

La démocrate Hillary Clinton a fait un pas de plus vers l’investiture présidentielle après une nouvelle série de victoires aux primaires, tandis que Donald Trump accroît son avance sur ses deux adversaires républicains.

Entretien avec Pierre Mélandri, historien, professeur émérite des universités à Sciences-Po.

ZOOM 

Le candidat républicain Donald Trump salue ses supporters le 26 avril. / KENA BETANCUR/AFP

La Croix : Donald a-t-il fait un grand pas vers l’investiture avec ses dernières victoires ?

Pierre Mélandri : Donald Trump n’a pas encore atteint le seuil de la majorité absolue qui lui permettrait d’assurer sa nomination à la convention nationale du parti républicain à Cleveland, en juillet. Mais plus il s’impose, plus il sera difficile de bloquer sa nomination avec une convention ouverte qui permettrait un vote libre des délégués en faveur d’un autre, après le premier tour de scrutin. La primaire de l’Indiana, mardi 3 mai, sera une étape importante.

Le parti Républicain peut-il gagner l’élection présidentielle ?

P.M. : Le parti républicain se trouve dans une position difficile. L’alliance qui prévalait jusque-là entre une élite républicaine libertaire et néolibérale et une base mobilisée par une rhétorique antimoderniste, subliminalement raciste, est en train d’exploser.

La dénonciation du tout État, – à travers la défense de la dérégulation, de la baisse de la fiscalité pour les plus riches et les grandes entreprises et de l’ouverture des marchés –, répondait à l’attente des milieux économiques, tout en détournant la colère des classes moyennes blanches contre les programmes sociaux accusés d’enrichir les minorités. Le Tea Party, avec sa dénonciation de l’immigration et ses positions contre l’avortement et le mariage homosexuel, a ensuite permis au Républicains d’engranger des succès au Congrès.

Aujourd’hui, la base républicaine se sent trompée : ses revenus ont stagné, la mobilité sociale s’est rétractée et les inégalités se sont envolées. Donald Trump surfe sur l’exaspération de ces électeurs désemparés. En même temps, son discours sur l’immigration est ravageur pour la stratégie nationale du parti républicain qui risque de perdre un grand nombre de suffrages dans la communauté hispanique. L’électorat de l’élection présidentielle n’est pas le même que celui des élections au Congrès et dans les États.

Hillary Clinton part-elle favorite en novembre ?

P.M. : La voie de l’investiture se dégage pour Hillary Clinton même si sa candidature ne suscite pas l’enthousiasme chez les démocrates. Ses liens avec Wall Street entretiennent le soupçon de malhonnêteté. Donald Trump, s’il est le candidat républicain, pourrait mener une campagne très dure en exploitant ses faiblesses. Hillary Clinton peut néanmoins être élue présidente par défaut en raison de son positionnement au centre.

Recueilli par François d’Alançon

 

 

 

 

 

Le prix Aurora remis à la Burundaise Marguerite Barankitse

François d’Alançon, à Erevan, Arménie, le 24/04/2016 à 15h55

 

 

A01-Marguerite Barankitse

Lauréate du prix Aurora for Awakening Humanity, décerné dimanche 24 avril à Erevan, la présidente de l’association Maison Shalom réclame le déploiement de casques bleus pour protéger les civils et prévenir une guerre civile

ZOOM 

Maggy Barankitse, une Burundaise tutsie, lauréate du prix Aurora for Awakening Humanity décerné dimanche 24 avril à Erevan. / JOEL SAGET/AFP

« Si je n’étais pas chrétienne, je me serai suicidée », lâche Marguerite Barankitse, présidente et coordinatrice de Maison Shalom, devant un parterre d’anciens Prix Nobel de la paix, d’universitaires, diplomates et activistes des droits de l’Homme réunis à Erevan. « Rien ne remplace l’amour et le pardon ».

Le prix Aurora, décerné pour la première fois, dimanche 24 avril, à Erevan, au nom des survivants du génocide arménien, récompense l’humanitaire Burundaise, déjà auréolée par de multiples distinctions à travers le monde. Le jury de neuf membres, coprésidé par George Clooney et Elie Wiesel, a voulu attirer l’attention sur le Burundi, ce petit pays enclavé et surpeuplé qui risque une nouvelle fois de sombrer dans l’anarchie.

> À lire : Bujumbura vit dans la terreur

« L’ange du Burundi »

Le risque du chaos, Marguerite Barankistse, 60 ans, « l’ange du Burundi », en sait quelque chose. Le 17 juin 2015, menacée de mort, elle a quitté Bujumbura, après s’être caché un mois dans une chambre, chez l’ambassadeur de Belgique qui lui donnait refuge. Vingt-deux ans plus tôt, en octobre 1993, dans le Burundi déchiré par la violence, Marguerite Barankitse assiste chez elle, à l’assassinat de soixante-douze de ses amis, dans les collines de Ruyigi.

De cette tragédie naît une vocation : elle sauve vingt-cinq enfants des massacres et fonde avec eux la Maison Shalom, une « famille reconstituée » qui apporte aux orphelins l’éducation, la santé et l’environnement familial nécessaire pour grandir loin de la haine de l’autre.

> Lire aussi  : Le parti au pouvoir au Burundi s’en prend à l’Église catholique

Vingt-deux ans après, le climat de répression qui sévit au Burundi rappelle les périodes précédant la guerre civile des années 1990. Le pays a replongé dans la crise en avril 2015, quand le président Pierre Nkurunziza a annoncé qu’il solliciterait un troisième mandat, contrairement à l’accord d’Arusha, signé en 2000, qui a mis fin à la guerre civile et n’en prévoit que deux.

La population vit dans la peur

Depuis, la population vit dans la peur des enlèvements, de la torture, des assassinats ciblés et des exécutions extrajudiciaires qui ont succédé aux manifestations brutalement réprimées du printemps 2015. Dans les campagnes, la famine menace.

Les violences ont déjà fait plus de 500 morts et poussé près de 300 000 Burundais à quitter le pays dans une fuite silencieuse vers la Tanzanie, le Rwanda, l’Ouganda, la République démocratique du Congo, le Kenya et la Zambie.

Les interventions de l’Union européenne, de la Belgique, des États-Unis, les avertissements de l’Union africaine et les froncements de sourcils des Nations unies n’ont rien donné. Le conflit politique risque de dégénérer en guerre ethnique entre Hutus et Tutsis.

> À lire : Burundi, une répression à coloration ethnique

Inquiète de l’attentisme de la communauté internationale, Marguerite Barankitse tire la sonnette d’alarme. « Chacun se défausse au lieu d’agir pour empêcher la catastrophe. L’Union européenne affirme que la question relève de la compétence de l’Union africaine, l’Union africaine sollicite la Communauté des États d’Afrique de l’Est. La médiation internationale doit se poursuivre pour obliger le président Nkurunziza à respecter la Constitution et l’accord d’Arusha. Il faut protéger les civils avec des soldats de maintien de la paix. Sinon, ce sera une nouvelle guerre civile. 60 % de la population burundaise a entre 18 et 35 ans. Tous ces jeunes, sans espoir et sans travail, n’ont plus rien à perdre. L’inaction internationale va les pousser à prendre les armes pour se défendre contre la tyrannie ».

Un combat poursuivi en exil

Désormais, c’est en exil, à partir du Rwanda, que « Maggy » poursuit son combat pour la dignité au profit des réfugiés du Burundi, en particulier dans le camp de Mahama, peuplé en majorité de Hutus.

Au Burundi, le gouvernement a fermé toutes les activités de son organisation : les écoles d’infirmières, l’hôpital, la distribution de micro-crédits pour aider les mères d’enfants en bas âge à développer des projets dans la capitale et les trois provinces à l’est du pays, les 27 coopératives de production agricoles. « Des enfants sont morts dans les couveuses quand les autorités ont coupé l’électricité »,raconte Marguerite. « Le gouvernement a bloqué les comptes bancaires de Maison Shalom et mon compte personnel. Et les autorités ont émis contre moi un mandat d’arrêt international pour outrage à la magistrature suprême, insurrection et crime contre l’humanité ».

> À lire aussi : L’Union Africaine se détourne du Burundi

Dans un pays où les Hutus représentent 85 % de la population et les Tutsis 14 %, Marguerite Barankitse accuse le président Nkurunziza de jouer délibérément la carte ethnique. « Le président a besoin d’un bouc émissaire pour justifier sa politique de répression », explique la fondatrice de Maison Shalom.

« Son deuxième vice-président, son porte-parole et ses ministres l’ont quitté, parce qu’il violait la Constitution et les accords de réconciliation d’Arusha. Hutus et Tutsis se sont dressés ensemble contre lui. Aujourd’hui, Pierre Nkurunziza cherche à démontrer que cette opposition ne serait que le reflet de la nostalgie des Tutsis pour le pouvoir ».

« Il faut savoir pardonner et rester humble »

À Bujumbura, les forces de l’ordre ciblent les quartiers à majorité tutsie, à la recherche des « criminels armés ». Le 15 avril dernier, le gouvernement a annoncé la mise à la retraite de 700 militaires tutsis. Plus de 5 000 miliciens auraient été recrutés pour être formés au Congo par les Interahamwé, les anciens miliciens hutus génocidaires du Rwanda.

À la radio, le gouvernement utilise le même discours de haine qu’au Rwanda pendant le génocide de 1994 en incitant les Hutus à « commencer le travail »contre les « chiens errants ».

> À lire aussi : La Fondation Chirac honore Marguerite Barankitse, « l’ange du Burundi »

« En 1993, répète la toujours rebelle Marguerite Barankitse, j’ai protégé des gens qui avaient participé au massacre de ma famille. Il faut savoir pardonner et rester humble, à l’écoute des petites gens. Aujourd’hui, je suis en colère mais c’est une Sainte colère. Je ne me tairais pas pour mes enfants et pour mon pays, le Burundi. Je dérangerai tout le monde. Déranger, surprendre, étonner et s’émerveiller : c’est une belle et noble lutte pour la dignité. Nous ne nous laisserons pas humilier ».

François d’Alançon, à Erevan, Arménie

 

 

 

 

 

Le parti au pouvoir au Burundi s’en prend à l’Église catholique

Marie Malzac, avec RFI, le 29/03/2016 à 15h14

 

 

 

 

Le CNDD-FDD, parti au pouvoir au Burundi, s’en prend à l’Église catholique pour son rôle dans la grave crise que traverse le pays.

Le parti reproche aussi au président rwandais Paul Kagame d’avoir voulu « exporter le génocide » dans le pays.

Dans un communiqué publié le 26 mars, le CNDD-FDD, parti au pouvoir au Burundi, s’en prend à l’Église catholique et reproche à certains religieux leur « activisme inconsidéré ».

Elle n’a plus de « rôle spirituel, mais uniquement politique », écrit le CNDD-FDD dans cette note, qui évoque des « communiqués incendiaires pendant (les) homélies ».

« La volonté de diviser les chrétiens a été exprimée tantôt ouvertement tantôt à demi-mot par certains responsables de l’Église Catholique ainsi que le souci d’opposer les chrétiens aux différents membres des partis politiques ont poussé plus d’un à se poser des questions de la véritable mission des Chefs du clergé Burundais », poursuit la note.

> À lire : Burundi, les évêques désavouent le président

« L’Église catholique a trempé dans presque toutes les crises qui ont endeuillé le pays depuis l’arrivée des premiers missionnaires, qui par ailleurs sont les précurseurs des colonisateurs européens », relève encore le communiqué.

Début mars, les évêques avaient appelé à des négociations avec l’opposition. La conférence des évêques avait soutenu qu’un tel dialogue ne pouvait pas être refusé par un « politicien croyant, aimant Dieu », dans une allusion à peine voilée au président Pierre Nkurunziza.

Pas question de négocier avec des « terroristes putschistes »

Le gouvernement du Burundi avait déjà accusé, à la mi-mars, des responsables de certaines Églises de semer « la zizanie et la désolation » en prêtant « main-forte aux fauteurs de troubles et aux terroristes ».

Le positionnement de l’Église catholique, particulièrement influente dans un pays où 80 % de la population se dit chrétienne, n’a pas vacillé depuis le début, fin avril 2015, de la crise politique dans le paysElle est opposée au troisième mandat du président Pierre Nkurunziza, alors que la Constitution en prévoit deux au maximum, et a désavoué le processus électoral de juin 2015.

Dans son dernier communiqué, le CNDD-FDD répète qu’il n’est pas question de négocier avec des « terroristes putschistes », écartant ainsi toute possibilité de dialogue.

Par ailleurs, le CNDD-FDD accuse le président du Rwanda, Paul Kagame, de vouloir « exporter » le génocide Burundi et de « jouer au petit impérialiste ».

Marie Malzac, avec RFI

 

 

l y a 300 ans, saint Louis-Marie Grignion de Montfort

 

A001-02-St Louis Marie Grignon

Un enseignement qui a nourri la spiritualité de Karol Wojtyla

28 AVRIL 2016ANITA BOURDIN“VISITATIONS” DE MARIESAINTS, BIENHEUREUX

Canonisation De Jean XXIII Et De Jean-Paul II WIKIMEDIA COMMONS – Jeffrey Bruno

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort est mort il y a aujourd’hui 300 ans, le 28 avril 1716, à Saint-Laurent-sur-Sèvre (France) : c’est l’occasion de rappeler que la “cause” de son “doctorat” est en route. Il pourrait en effet être un jour proclamé docteur de l’Eglise, étant donné l’influence immense de sa doctrine sur la vie des fidèles dans le monde entier.

Pour être « docteur de l’Eglise », il faut d’abord être proclamé saint. C’est fait depuis bientôt 70 ans : il a été béatifié par le pape Léon XIII le 22 janvier 1888 et il a été canonisé par le pape Pie XII le 20 juillet 1947.

Surtout, c’est de lui que saint Jean-Paul II a tiré sa devise pontificale mariale et christologique “Totus Tuus” : “Je suis tout à toi”.

Lors d’un voyage en France, Jean-Paul II s’est recueilli dans l’église de Saint-Laurent-sur-Sèvre, le 19 septembre 1996, sur les deux tombes jointes de saint Louis-Marie Grignion de Montfort, et de la bienheureuse Marie-Louise Trichet – première « Fille de la Sagesse » –, morts le même jour, au même endroit, l’un en 1716, l’autre en 1759.

Au cours des vêpres, le saint pape a souligné ce qu’il doit à ce grand évangélisateur en insistant sur le baptême : « Je suis heureux de commencer mon pèlerinage en terre de France sous le signe de cette haute figure [de saint Louis-Marie Grignion de Montfort]. Vous savez que je dois beaucoup à ce saint et à son Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge. Aujourd’hui, puisque ma visite pastorale est placée, pour une bonne part, sous le signe du baptême, je voudrais avant tout mettre en relief le fait que, dans l’esprit de saint Louis-Marie, toute la vie spirituelle découle directement du sacrement du saint baptême, ainsi que le montre un passage significatif de l’Acte de consécration à Jésus-Christ par les mains de Marie, précisément rédigé par Montfort. Au centre de cet acte, il y a ces paroles : ‘Moi ― ici on prononce le nom, par exemple Louis-Marie, ou Jean-Paul, ou Charles ― pécheur infidèle, je renouvelle et ratifie aujourd’hui entre vos mains (entre les mains de Marie), les vœux de mon baptême : je renonce pour toujours à Satan, à ses pompes et à ses œuvres, et je me donne tout entier à Jésus Christ, la Sagesse incarnée, pour porter ma croix à sa suite tous les jours de ma vie…’ »

Il ajoutait, en clef mariale : “Le rappel des promesses du saint baptême est clair. Au cours de la liturgie baptismale, il a été demandé à chacun de nous : ‘Renoncez-vous à Satan, à toutes ses œuvres et à toutes ses séductions ?’; puis : ‘Croyez-vous ?’ L’acte du baptême va de pair avec le choix de Dieu, le choix du Christ, le choix de vivre dans la grâce de l’Esprit Saint. Ce choix est, en un sens, la victoire sur le péché originel. La grâce sacramentelle du baptême efface le péché originel. Mais l’homme qui le reçoit doit donc lui-même renoncer au péché, pour correspondre ainsi à la grâce de la justification qui lui est offerte dans la foi au Christ. Dans le sacrement du baptême, il y a un certain retour au commencement, aux origines, quand il fallait choisir le bien et non le mal, le salut et non le refus. Si Grignion de Montfort fait entrer cela dans le contenu de sa vraie dévotion à la Mère de Dieu, il le fait parce que Marie, par la volonté divine, dès son Immaculée Conception, a été inscrite dans le plan de Dieu pour surmonter le péché par la justification reçue de la grâce qui vient du Christ. Il est bon qu’au commencement de ce pèlerinage qui me conduira également à Reims pour le 1 500e anniversaire du baptême de Clovis, nous puissions considérer ici d’un point de vue marial la signification essentielle du sacrement du baptême. »

Il concluait son homélie disant : « Je voudrais conclure en vous redisant dans les termes de Grignion de Montfort combien votre vie trouve tout son sens dans la personne du Christ : ‘Dieu ne nous a point mis d’autre fondement de notre salut, de notre perfection et de notre gloire, que Jésus Christ.’ Priant avec lui, invoquons le Seigneur avec la Sainte Vierge : ‘Vous êtes, Seigneur, toujours avec Marie, et Marie est toujours avec vous.’ »

Marie-Louise Trichet, première disciple du père de Montfort, et co-fondatrice des Filles de la Sagesse, a été béatifiée par Jean-Paul II le 16 mai 1993.

Jean-Paul II a aussi fait inscrire la fête de saint Louis-Marie au calendrier liturgique « général » de l’Eglise universelle, par un décret de la congrégation romaine pour le Culte divin du 20 juillet 1996, anniversaire de sa canonisation. Il s’agit d’une mémoire facultative célébrée à l’anniversaire de la mort du saint, c’est-à-dire de sa « naissance au ciel », dies natalis.

Jean-Paul II a également adressé un message à la famille montfortaine à l’occasion du 50eanniversaire de la canonisation du saint, le 21 juin 1997. Il est adressé aux trois branches de la famille montfortaine : au supérieur général de la Compagnie de Marie, au supérieur général des Frères de l’Instruction chrétienne de Saint-Gabriel, et à la supérieure générale des Filles de la Sagesse. Le pape y dit d’emblée le « rayonnement » de saint Louis-Marie : « Je suis heureux de rendre grâce au Seigneur pour le rayonnement grandissant de ce saint missionnaire, dont l’apostolat était nourri par une profonde vie de prière, par une foi inébranlable en Dieu Trinité et par une intense dévotion à la Très Sainte Vierge Marie, Mère du Rédempteur. »

Il cite notamment cette prière à la Vierge de Miséricorde dans le ton de l’actuel jubilé : « En notre temps où la dévotion mariale est vivante mais pas toujours suffisamment éclairée, il serait bon de retrouver la ferveur et le ton juste du Père de Montfort pour donner à la Vierge sa vraie place et apprendre à la prier : ‘Mère de miséricorde, faites-moi la grâce d’obtenir la vraie sagesse de Dieu et de me mettre pour cela au nombre de ceux que vous aimez, que vous enseignez, que vous conduisez. (…) Vierge fidèle, rendez-moi en toutes choses un parfait disciple, imitateur et esclave de la Sagesse incarnée, Jésus-Christ votre Fils.’ »

Il y invitait « à faire fructifier ce trésor qui ne doit pas rester caché ».

Dans les années 1980, la supplique pour la proclamation de saint Louis-Marie comme docteur de l’Eglise universelle a été présentée à Jean-Paul II, à une époque où toutes les « causes » de doctorat étaient suspendues dans l’attente de revoir les critères « d’admission ».

Le mouvement de la cause de saint Louis-Marie reprit dans le sillage du doctorat de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus (1997).

« Louis-Marie Grignion de Montfort constitue une figure de référence significative, qui m’a éclairé dans des moments importants de ma vie… L’accueil de Marie dans la vie dans le Christ et dans l’Esprit introduit le croyant au cœur même du mystère trinitaire », confiait en outre Jean-Paul II en s’adressant aux membres du 8e Colloque international de Mariologie qui s’est tenu à Rome (11-13 octobre 2000) pour la promotion de la proclamation de saint Louis-Marie comme docteur de l’Eglise, avec pour thème : « Saint Louis-Marie Grignion de Montfort : spiritualité trinitaire en communion avec Marie ».

Le saint pape polonais évoquait notamment ses années de jeunesse dans la Pologne occupée, en disant : « Lorsque, séminariste clandestin, je travaillais à l’usine Solvay de Cracovie, mon directeur spirituel m’a conseillé de méditer sur le Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge. J’ai lu et relu plusieurs fois et avec un grand profit spirituel ce précieux petit livre ascétique à la couverture bleue tachée de soude. »

Il rappelait comment la place de Marie chez saint Louis-Marie se comprend par rapport au mystère de la Sainte Trinité : « En plaçant la Mère du Christ en relation avec le mystère trinitaire, Monfort m’a aidé à comprendre que la Vierge appartient au plan du salut par la volonté du Père, en tant que Mère du Verbe incarné, qu’Elle a conçu par l’œuvre de l’Esprit Saint. Chaque intervention de Marie dans l’œuvre de la régénération des fidèles ne se met pas en concurrence avec le Christ, mais dérive de lui et est à son service. L’action que Marie accomplit sur le plan du salut est toujours christocentrique, c’est-à-dire qu’elle fait directement référence à une médiation qui a lieu dans le Christ. Je compris alors que je ne pouvais pas exclure la Mère du Seigneur de ma vie sans désobéir à la volonté de Dieu-Trinité, qui a voulu ‘commencer et accomplir’ les grands mystères de l’histoire du salut avec la collaboration responsable et fidèle de l’humble Servante de Nazareth. »

Il invitait à la « docilité à l’Esprit Saint », à l’école de la Vierge Marie – un thème cher au pape François – en disant : « Marie apparaît donc comme un espace d’amour et d’action de la Personne de la Trinité, et Montfort la présente dans une perspective relationnelle : ‘Marie est totalement relative à Dieu et je l’appellerai volontiers la relation à Dieu, qui existe seulement en relation à Dieu’. C’est pourquoi la Toute Sainte conduit à la Trinité. En lui répétant chaque jour ‘Totus tuus’ et en vivant en harmonie avec Elle, on peut parvenir à l’expérience du Père dans la confiance et dans l’amour sans limite, à la docilité à l’Esprit Saint et à la transformation de soi selon l’image du Christ. »

 

 

Près de la moitié des Américains seront obèses d’ici à 2030
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/09/19/pres-de-la-moitie-des-americains-seront-obeses-d-ici-2030_1762148_3222.html#2JV5Fsl0MI3hUGCc.99

A001-06-Obese

Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter

Partager (752)Tweeter

image: http://s2.lemde.fr/image/2012/08/31/534×267/1754193_3_6939_pres-de-la-moitie-des-americains-seront_d4e690ef612ffc1088f4ff81b29ec18a.jpg

Selon un rapport de la Trust for America’s Health et de la Fondation Robert Wood Johnson, publié par le Huffington Post, près de la moitié des Américains seront obèses d’ici à 2030. Pis, treize Etats américains pourraient voir leur taux d’obèses atteindre 60 % !

En 1990, l’obésité touchait 12 % des Américains, pour atteindre 23 % en 2005 et 35,7 % entre 2009 et 2010. L’augmentation de 9 % ne serait donc pas aussi importante que ce que le pays a pu connaître durant ces vingt dernières années. Mais elle témoigne d’un important décalage entre les différents Etats. Si le Mississippi pourrait avoir le taux le plus élevé avec 66,7 % d’obèses, le Colorado n’atteindrait que 44,8 %.

Une des conséquences directes est le coût pour le système de santé américain, notamment des programmes de prévention contre l’obésité, qui pourraient passer de 48 milliards à 66 milliards de dollars sur les deux prochaines décennies.

UN RÔLE ACCRU DES ÉTATS

“Avec 6 millions de nouveaux cas de diabète, 5 millions concernant les problèmes cardiaques, et plus de 400 000 cas de cancers dans les vingt prochaines années, nous sommes dans une course tragique qui aura un impact horrible sur la qualité de vie de millions d’Américains, et qui pourraitnoyer un système de santé déjà au bord de l’implosion”, a estimé Jeff Levi, directeur exécutif de la Trust for America’s Health, sur ABC News.

Ce rapport préconise un rôle accru des Etats dans la politique de prévention et de soin de l’obésité. Une tâche que certains ont déjà commencé à assumer. La ville de New York a décidé d’imposer une interdiction partielle des ventes de sodas de plus d’un demi-litre, une idée lancée par le maire, Michael Bloomberg, pour lutter contre l’obésité.

Cette mesure, qui pourrait être contestée en justice par les grands groupes du secteur, doit entrer en vigueur dans six mois. La taille des sodas individuels vendus dans les

 

Good to know: Availability of resident visas for May 2016.

A27-4-Deacon Paul

Deacon Paul C. Dorsinville.

FAMILY PETITIONS/PETITIONS DE FAMILLE:

Spouse, minor child (up to 21), parent of US Citizen/ Epoux/se, enfant mineur(-21), parent de Citoyen US:                                                  No delay/ Pas de delai

Unmarried adult son/daughter of US Citizen/ Enfant majeur non-marie de Citoyen US:                                                                                22 Nov 2008..

Spouse, minor child of US Resident/ Epoux/se, enfant mineur de Resident US:

01 Nov 2014.

Unmarried adult son/daughter of US Resident/ Enfant majeur non marie de Resident US:                                                                  01 Sep 2009.

Married son/daughter of US Citizen w/family/ Enfant marie de Citoyen US avec famille:                                                                            01 Dec 2004.

Sibling of US Citizen w/family/ Frere/soeur de Citoyen US avec famiille:
22 Jul 2003.

EMPLOYMENT-BASED PETITIONS/ PETITIONS DE TRAVAIL:

No delay except for skilled workers, undergraduate professionals and “other workers”/ Pas de delai sauf pour les travailleurs specialises, les professionels avec moins de 4 ans d’ universite et “autres travailleurs”:  15 Feb 2016.

SPECIAL CASES/ CAS SPECIAUX:                                   Ad hoc.
#                          #                        #.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s