National Center-Latest News-September 13

 

 

 

Business Card 3

Perpetual Help

 

Pensée de la semaine:

 

“Un pessimiste fait de ses occasions des difficultés, et un optimiste fait de ses difficultés des occasions.”

(Harry Truman)

Thought of the week: “A pessimist makes difficulties out of his  opportunities   and an optimist makes opportunities out his difficulties.” (Harry Truman)

 

El pensamiento de la semana: “Un pesimista debido a sus oportunidades de dificultad y un optimista hace que las oportunidades de sus dificultades.” (Harry Truman)

 

REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE 24TH SUNDAY IN ORDINARY TIME (SEPT. 13TH, 2015)

Isaiah 50, 5-9; Psalm 116; James 2, 14-18; Mark 8, 27-35

 

 

 

Bishop Sansaricq20

 

                                                 By +Guy Sansaricq

https://youtu.be/o2_3cs576hA

 

 

Half way through the Gospel of Mark, we are faced with two new and stunning teachings first about Jesus’ identity and then about his death and Resurrection.

 

Who am I? Jesus asks his apostles. Peter answers “You are the Christ” thus acknowledging Jesus as the expected Messiah, the Savior announced by the prophets of old. Jesus appears relieved to find out that he is beginning to be identified as who he truly is! Peter’s confession represents a breakthrough. Jesus then felt comfortable disclosing new messages that he had kept hidden up to that point.

 

Thus we hear him revealing for the first time the mystery of Calvary. Let me quote his very words: “The Son of man must be rejected and killed and will rise after three days.” This stunning announcement is immediately followed by another one equally shocking “Whoever wishes to come after me must deny himself, take up his Cross and follow me. Whoever wishes to save his life will lose it and whoever loses his life for my sake and that of the Gospel will save it.”

 

Try not to be shocked! Rather open your heart to a teaching of the Gospel that is at once challenging and enlightening! Our salvation necessitated the Cross. It is also through the Cross that the Church will save the world. Self denial out of zeal for the MISSION Is prescribed as a condition for success! Christianity demands a spirit of sacrifice!

 

In life everything we do requires effort! The spreading of the Gospel is no exception! Victory is achieved   at a great price! May the Lord help you to appreciate the mystery of the Cross!

 

 

 

Bishop Guy Sansaricq

 

REFLEXIONS SUR LES LECTURES DU 24TH DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE (13 Sept. 2015)

 

 

Bishop Sansaricq20

 

 

 

https://youtu.be/o2_3cs576hA

 

 

Le message d’aujourd’hui va nous surprendre. Jesus demande à ses Apotres: “Qui suis-je?” Ceux-ci semblent tatonner dans leur réponse. Pierre soudainement se dresse pour proclamer: Tu es le Christ!”

 

Pierre veut donc dire que Jésus est le Messie, le Roi-Sauveur annoncé par les Prophètes du passé.

 

Jésus semble satisfait et mis en confiance. Enfin, il se sent reconnu dans son identité de Sauveur. Il continue donc: “Le Fils de l’homme sera rejeté, mis à mort mais sur trois jours ressuscitera. “ Voila une proclamation à laquelle les apotres ne s’attendaient pas. Mème Pierre proteste. L’idée d’un Christ souffrant ne lui avait jamais traversé l’esprit.

 

Mais Jésus sans se laisser troubler fait des déclarations tout aussi choquantes en ces termes: “Celui qui me suit doit s’oublier soi-mème, prendre sa Croix et me suivre! Celui qui veut sauver sa vie la perd. Celui qui perd sa vie pour moi ou pour l’Evangile la sauve.”  

 

C’est l’une des déclarations les plus typiques de l’Evangile et aussi les plus contestées! Le mystère de la Croix n’est pas pour Jésus seulement mais pour nous aussi! La construction du Royaume ne se fera pas sans effort ni sans sacrifice. Le salut n’est pas pour les fainéants, les coeurs partagés, ceux qui ne pensent qu’à soi. Il faudra affronter l’opposition farouche des méchants et pouvoir tenir tète aux assassins, aux meurtriers et aux tyrans de la pire espèce. C’est par votre persévérance en face des pires menaces et des persécutions que vous me porterez témoignage. L’Egoisme est mortel.

L’amour que je demande de vous doit aller jusqu’à l’héroisme! La loi de l’amour est exigente!

 

 

Bishop Guy Sansaricq

 

 

Entretien avec le Père Jean Marc Biron  SJ

 

 

Father Jean Marc Biron

 

 

 

                                         Père Jean Marc Biron  SJ

https://youtu.be/SG2HE7zl2i8


J’ai été très heureux  de rencontrer le Père Jean Marc Biron  SJ, le provincial superieur  des jesuites du Canada  Francais et d’Haiti pour un entretien à Radio Télé Solidarité. Le Père Biron est parmi les grands témoins de la foi de sa congregation. Il est dans sa cinquième année dans son poste de Superieur Provincial.

Dans la première partie de son entretien Le père Biron nous a parlé du pape Francois qui est très sensible au bien commun et un pape  qui parle le langage de tout le monde. Il s’est étendu sur son encyclique “laudato si!”qui nous invite  à protéger nos enfants et les enfants de nos enfants des impacts dévastateurs du changement climatique »,  appelant également à protéger les plus pauvres « qui ont le plus à perdre » face à la hausse du thermomètre mondial. Il condamne certaines formes d’economie qui continuent à enrichir un petit nombre tout en appauvrissant le plus  grand nombre. Pour beaucoup d’experts Le pape injecte un élément moral puissant dans un débat généralement embourbé dans la science, la politique et l’économie. .Selon lui Le ministère de Francois est très apprécié  dans le  monde où il joue un rôle de prophète. Il rejoint beaucoup de consciences qui sont éveillées au besoin d’un changement dans la manière de faire politique, de partager les biens et de vivre ensemble.

 

Le Père Biron pense que tout ce qui touche l’humanité touche l’Eglise.  Parmi les grands défis de l’église Il a parlé du problème de l’ecart entre les riches et les pauvres,  la migration, le multiculturalisme, le problème du langage. Il nous faut trouver un moyen de mieux communiquer avec le monde.

 

Il posa un regard sur  la province du Canada Francais ou il y a une carence de vocations religieuses. Les jesuites du Canada francais travaillent ensemble avec les non croyants quand ces derniers partagent les mêmes causes qu’eux.

Il remarqua que les pays du Nord ont instauré un mode de vie qu’ils ne veulent pas partager  avec le reste du monde. Il en vint ainsi à se référer à l’encyclique du Pape Francois qui souhaite que tout le monde puisse s’asseoir à la même table. Il déplora les inégalités sociales qui ravagent les pays du Sud en se posant cette question : À qui profite les aides Humanitaires  qu’on donne aux pays du sud?

Il nous a parlé des enjeux des Jesuites de la province Francaise et d’Haiti nous rappelant que le nombre des Pères Jesuites du Canada Français s’elève à 70 et que leur moyenne d’age est de 80. Au contraire, les Jesuites d’Haiti qui sélèvent au nombre de 55 accusent une moyenne d’age de 35 ans. Il est vrai que  près de 30

Père Biron et Brother Tob

 

parmi eux sont encore en formation. Les Jesuites d’Haiti auront bientôt leur propre province.  Il nous  a parlé du plan Aposotolique  des Jesuites D’Haiti qui comprend  5 axes  : l’education, l’ecologie pour arreter la déforestation qui ravage Haiti, la question Migratoire, l’accompagnement du peuple de Dieu au niveau spirituel. Les Jesuites d’Haiti exercent leur ministère dans 5 departements du pays.

Le Père  Jean Marc  nous a donné son opinion  sur certaines questions  d’actualité telles que la situation des Femmes au sein de l’église, la difference entre un prêtre religieux et un prêtre seculier , le rapprochement entre Les Etats Unis et Cuba , son travail comme Père Provincial. Il mentionna que dans l’église primitive les prêtres étaient souvent mariés et qu’il n’y a jamais eu de femmes prêtres. Il ne voit pas d’inconvénient à ce qu’il y ait des prêtres séculiers mariés. Il reconnait que les femmes sont en majorité au sein de l’Église bien qu’elles n’aient pas de place à la table des decisions.

 

L’entrevue du Père Biron  a eclairé nos lanternes sur beaucoup de questions  qui font couler beaucoup d’encre au sein de l’Église . Il est un prêtre très sincère  et qui a un grand amour pour la congregation des Pères Jesuites et pour Haiti. Pour écouter l’entrevue du Père Jean Marc Biron clicquer sur ce link : https://youtu.be/SG2HE7zl2i8

Brother Tob

 

Interview with Father Jean Mar Biron SJ

 

Father Jean Marc Biron


I was very happy to meet Father Jean Marc Biron SJ, provincial superior of the Jesuits of French Canada and Haiti for an interview with Radio TV Solidarity. Father Biron is  among the great witnesses of the faith within his congregation. He is in his fifth year in his position as Provincial Superior,  In the first part of his interview Father Biron spoke about the Pope who is very sensitive to the common good and is a pope who speaks the language of everybody. His encyclical invites us to protect our children and our children’s children from the devastating impacts of climate change. ” He also calls to protect the poorest” who have the most to lose “against the rising World thermometer. He condemned certain forms of economies that continue to enrich a small number while impoverishing the many. In the view of many experts Pope Francis injects a powerful moral element in a debate usually mired in weak arguments coming from  science, politics and economy .According to him the  ministry of Pope Francis is very popular in the world where he is viewed as a prophet. He speaks to many  consciences that are awaken to the pressing need for change in the areas of politics, global sharing and peaceful cohabitation. Father Biron stated that everything related to Humanity is related also to the church . Among the major challenges of the church He spoke about the problem of the gap between rich and poor, migration, multiculturalism and the language problem. The Church must find a way to communicate better with the world. He mentioned that the French province of Canada suffers from a shortage of vocations. The Jesuits of French Canada work together with non-believers when these share the same causes. He observed that the northern countries have established a lifestyle they do not want to share with the rest of the world thus refering to the recent encyclical of Pope Francis that expresses the wish that everyone sit side by side at the same table. He lamented the social inequalities that ravage developing countries wondering aloud Who benefits from Humanitarian aide given to countries of the south? He talked about the issues of the Jesuits of the Canadian French province and of Haiti. He reported that in French Canada the number of Jesuit priests is 70 with an median age of 80. In Haiti there are 55 Jesuits whose median age is 35. Indeed we must add that 30 of them are still in training. The Haitian Jesuits will soon form their own province. Their apostolic plan covers 5 areas:  education, ecology (in view of the deforestation process that threatens the country), the Migration question, the accompaniment of God’s people at the spiritual level. The Jesuits of Haiti are laboring in five departments of the country. Father Jean Marc provided his candid opinion on some current issues such as the situation of women in the church, the difference between a religious priest and a secular priest, the rapprochement between the US and Cuba, his work as Father Provincial. He informed us that the early church accommodated married priests, there were no women priests. He sees no objection to married Secular priests. He recognizes that women are in the majority within the Church while they have no place  at the decision table. The interview of Father Biron lights up our lanterns on many hot issues of the modern Church. He is a very sincere priest who has a great love for the Jesuits and also for Haiti. Listen to the interview of Father Jean Marc Biron with a click on this link: https://youtu.be/SG2HE7zl2i8 Brother Tob

 

 

Bienvenu à Son Eminence     Chibly Cardinal Langlois  à New York

 

Cardinal Langlois13

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son Eminence Chibly Cardinal Langlois sera à New York    le  15 Septembre  2015 afin de rencontrer  les prêtres de New York dans le but de soutenir le fond de solidarite pour les prêtres qui sont à la retraite en Haiti. Monseigneur Guy Sansaricq, les Pères Yvon Pierre et St Charles Borno respectivement directeur executif du Centre National , directeur du Centre National de l’Apostolat haitien et Coordonateur de la Pastorale haitienne du diocèse de Brooklyn seront présents à la rencontre du Cardinal ainsi que les Prêtres Haitiens de la zone.

Le Personnel  du Personnel Bulletin Hebdomadaire du Centre National  de l’Apostolat  Haitien  souhaite la plus cordiale bienvenue à son eminence Chibly Cardinal Langlois à New York. Bishop Guy Sansaricq encourage la vibrante communauté Haitienne de réppndre généreusement a l’appel dee  la conference Episcopale Haitienne dans ce Projet. On doit se soucier du sort de ces valeureux prêtres agés qui sont privés d’un toit décent dans leurs vieux jours. Ils ont passé leur vie à servir l’Eglise et deviennent des indigents quand ils ne peuvent plus travailler. Une chambre modeste dans une institution d’Eglise avec accès aux soins médicaux les plus élémentaires est le moins que l’on puisse leur offrir.

Brother Tob

Welcome to His Eminence Cardinal Chibly Langlois in New York

Cardinal Langlois13

 

His Eminence Chibly Cardinal Langlois will be in New York on September 15, 2015 to meet the Haitian priests of the area  for the purpose of building a solidarity fund for the Haitian priests who are retired because of old age. Bishop Guy Sansaricq, Fathers Yvon Pierre and St Charles Borno respectively executive director of the National Center, National Director of the National Haitian Apostolate Center and Pastoral Coordinator of the  Haitian ministry of the  Diocese  of Brooklyn will attend the meeting  along with all the area priests. The Weekly Bulletin Staff Personnel of the National Center of the Haitian Apostolate extends a warm welcome to his eminence Cardinal Chibly Langlois in New York. Bishop Guy Sansaricq encourages the vibrant Haitian community to support the Haitian Episcopal Conference in this Project. One must share the Cardinal’s concern because the old Haitian priests become literally homeless after spending their life in ministry to God’s people. A modest room in an institution built for them is the minimum we can provide for them. The Haitian Bishops because of lack of funds are deprived of this vital service to their own retired members of the clergy. Through the Cardinal, let us hear and respond to this cry for assistance to build a retirement home for these disabled and impoverished veterans of the Church evangelization mission.

 

Brother Tob

 

 

 

 

 

 

Interview with Sister Jamie Phelps

 

 

Sister Jamie

Respondent: Sr. Jamie T. Phelps, OP, Ph.D. Adrian Dominican Sister and Theologian complete interview responses 9-9-2015, Feast of St. Peter Claver.

Sister Jamie Phelps is one of the well-known Black Catholic Theologians in The United States. I am very blessed to ascertain her viewpoint on the soon to come Pope Francis’ visit to the United States.

 

 

Good Morning Sister Jamie

 Good Morning Bro. Tob

Could you tell us the significance of Pope Francis’s visit to The United States for the Christian Catholics of North America?

            From what I have read, this is the first time a sitting Pope has made an official visit to the United States. While Pope Benedict XVI and other Popes have visited the UN in New York, they did not visit the President and First Lady at the White House nor did they visit other U.S. cities.

According to the June 30th National Catholic Reporter, the Pope put the U.S. on His Itinerary as he planned to participate in the World Meeting of Families. Scheduled for September 26, 2015. His staff has developed a five-day schedule prior to this gathering.

He will arrive on the afternoon of September 22 after a three day visit to Cuba ( You will recall that in an earlier meeting or conversation with President Obama he had encourage a détente with Cuba, to which President Obama agreed after years of restricted travel and trade embargo of Cuba because of its socialist regime under Castro.)

The Pope is the political head of the Vatican State and thus in addition to be our religious leader he is a world statesman and as such he will begin his tour of the United States with a 48 hour visit to our nation’s capital. While in Washington DC he will meet with President Obama and First Lady Michelle Obama and address a joint session of Congress.

As the religious leader of the Catholic World, he will spend time in Washington D.C. to speak to the US Bishops at the Cathedral of St. Matthew, canonize Junipera Serra during a Mass at the Shrine of the Immaculate Conception on the campus of the Catholic University of America; visit the Washington D.C. Headquarter of Catholic Charities where he will meet with a group of homeless people and according to Cardinal Donald Wuerl visit with a group of seminarians studying in D.C.

On the 24th he will fly to New York and lead Vespers (evening prayer) at St. Patrick’s Cathedral. The following day, the 25th he will address the United Nations and attend an ecumenical and interreligious prayer event at the World Trade Center 8/11 Memorial Museum, visit a Catholic school in Est Harlem to meet with a group of immigrants and celebrate evening Mass at Madison Square Garden.

On the 26th of September, Pope Francis will fly to Philadelphia for the World Meeting of Families. In Philadelphia he will celebrate Mass at the Cathedral Basilica of Sts. Peter and Paul, meet with the Bishops at St. Charles Borromeo Seminary, and visit Philadelphia’s larges prison.

While many are applauding this significant visit, it is not without controversy. Native American Catholics have asked the Pope not to canonize Junipera Serra and to issue a statement condemning colonial conquest of Native Peoples and cultures. Previous Roman Popes supported the colonial seizure of Native American lands and Catholic missionary priests and other Catholic religious women and men participated in the mandated attendance of Indian Children in separate schools established to alienate them from their indigenous culture which was perceived as “pagan” and to “civilize” them by introducing them to Western European values and converting them to Catholicism to “save their souls.” Protestant Churches also participated in this form of “forced conversion.”

This conquest and occupation of Native Lands parallels the conquest and occupation of many territories in Africa using the same dehumanizing and devaluation of native African cultures. Retrospectively the Church has realized its error and since the Second Vatican Council has encouraged respect for indigenous and other cultures and collaboration with other Christians through Ecumenism and Interreligious Dialogue. Catholics are encouraged to engage in a process of inculturation in which diverse cultures are approached with a spirit of discovering what they have in common with Catholic Culture and how their culture can enrich Catholic Culture. African American Catholics took this mandate of Vatican II very seriously and have engaged in fifty years of identifying the continuity of the best traditions of African American culture that is the African American world view and values through the legitimate inculturation of the Roman liturgy and normative Catholic Dogma in the development of a distinct Black Roman Catholic Theology. In the latter project, the theologian starts with the daily individual and systemic experience of African Americans in the United States and bring them into critical dialogue with the official teachings (dogma) and Roman Catholic theology to discover and articulate these teachings and theology in a manner that contributes to the social and spiritual life of Black Catholics in the United States. In the process the positive life engendering aspects and traditions of diverse black cultures are affirmed and the negative and death inducing aspect of diverse black cultures are critiqued in light of the Gospel, official Catholic teachings and Roman Catholic Theology.

Please tell us a little bit about the Black Catholic Ministry in the United States and what are the expectations of Black Catholics with regard to Pope Francis’ visit?

In the years since Vatican II Black Catholic Ministry has witness much change. First, in response to the Councils mandates, efforts at liturgical inculturation has led to the emergence of a variety of liturgical practices more reflective of the gifts and core values of the Black experience as these provide resource for celebration of the Eucharist, sacramental celebrations, preaching and rituals that resonate with and express Black Catholic experience of God in the midst of their historical and contemporary social realities.

Second, the laity has been encouraged to assume their co-responsibility in the mission of the church both within the church and in society. As a result many National Black Catholic Organizations were initiated to allow for a collective visioning and continuation of the mission of Jesus Christ in the Black community. The National Black Catholic Clergy Caucus, the National Black Sister’s Conference, the National Association of Black Catholic Seminarians Association, the National Association of Black Catholic Deacons and Wives Association, the National Association of Black Catholic Ministers, the National Office of Black Catholics which was replaced by the National Black Catholic Congress, The National African American Catholic Youth Network, National Catholic Education Foundation ( see attached two-sided chart).

Through Xavier University’s Institute for Black Catholic Studies and Catholic Theological Union’s Augustus Tolton Program (Chicago) many lay ecclesial ministers have and religious men and women of diverse ethnic racial backgrounds who minister in the Black Catholic Community have completed master degrees in theology and received continuing education certificatesto enrich their participation as lay ecclesial ministers have used their God-given gifts and Catholic theological education to enhance the quality of culturally conscious ministry within many parishes and Archdiocesan organizations. The curriculum provides and interdisciplinary theological degree which brings Roman Catholic Theology into dialogue with the Black Catholic Experience and pastoral issues confronting the Black and Black Catholic Community in the United States.

Black Catholics like their non-Black Catholic sisters and brothers in the Faith are excited about the Pope’s visit as he comes to celebrate Eucharist and dialogue with ecclesial, public elected officials and ecumenical church leaders to encourage collaboration in addressing the economic, social and spiritual needs of the poor and other social concerns facing our nation and world. His attentiveness to our local Church in the United States and the problems facing modern families all over the world will be an occasion for him to call for our renewing our commitment to Gospel, ethical values and social and spiritual programs impacting the role of family in creating and sustaining a church and society embodying the universal love of God.

We are hoping that he will hear the cry of the poor and marginalized people in the United States as he has heard the cry of the poor and marginalized people in other nations. We are hoping that he will discover the richness and gifts that US Black Catholics bring to the US Catholic Church.

In the last 50 years the increased migration of Black Catholics (Catholics of African Descent) from the African Continent, Latin America and the Caribbean including Haiti have expanded the number of Black Catholics living and continuing the mission of Jesus Christ in the United States.

How can US Christians practice concretely the message of the Gospel that calls us to be neighbors to the smallest and most abandoned members of the community and to bring hope to the hopeless?  

 

 

Those who by their baptism and confirmation committed themselves to follow the Way of Jesus are call to continue the mission of Jesus as recorded in the Gospel in our daily lives. At an interpersonal level that means we must be attentive to the gifts and needs of each person we encounter as we realize that they, like our selves are made in the image and likeness of God and are call to use their gifts for the benefit of the common good of the human and ecological community. Simply stated, this requires us to respond to material and spiritual needs of the poor and most abandoned members of the community by relating to them with respect and responding their needs for food, clothing, shelter, health care, education etc. It also requires that we recognize the wisdom, insight and God-given gifts of the poor that we need to use in a collaborative manner for the benefit of all. Just smiling and speaking to each person that we encounter acknowledges our belief that they are fully human and a gift of God to the human community.

Using our talents and skills to respond to the needs of the homeless, addicted and others who are suffering in our community also continues the mission of Jesus who healed the sick, comforted the afflicted and preached the good News of the Kingdom and welcomed all whom he encountered to become members of His community and to dedicate their lives to living in accord with the will and way of God.

As a community we need to pool our personal and economic resources to develop church communities and to provide social justice programs and processes to address the needs of the homeless, addicted and others who have experienced social isolation, marginalization, devaluation or alienation in our social and ecclesial communities.\

Tell us how the Catholic Church in the United States can be a house of Hospitality according to an expression used by the Holy Father?

The agenda has already been set and all those citizens of the United States who encounter Pope Francis need to extend the courtesy, spirit of welcome and respect accorded the universal leader of the Roman Catholic Church.   One of his roles as the Supreme Pontiff is to continue to teach the Gospel and lead the members of the Catholic Church and to engage in constructive dialogue with the leaders of other Christian churches, and other religious and civic leaders from the diverse religious communities active within the United States. Hospitality requires that we enter into respectful dialogue with the Pope and be attentive to the words and deeds of Pope Francis as he meets with the pre-selected representative groups on his itinerary.   Hospitality requires that having heard his words we pledge to implement the insights and wisdom within our own interpersonal, social and ecclesial communities.

The unbelieving sociologist and philosopher Edgar Morin wrote that the recent Pope Francis’ encyclical “Laudato si” may be the act that calls for a new civilization. Do you agree with his opinion?

“Laudato si” (On Care for Our Common Home)[1] is Pope Francis’ most recent encyclical (May, 2015) which begins by calling all human beings to establish a “ new and universal solidarity” in order to work collaboratively to address the challenges of the ecological crises which is upon us. Human beings have damaged the very “earth” from which are human bodies are made. Quoting Blessed “Pope Paul VI”, Pope Francis noted that continued exploitation of nature by unchecked human activity “runs the risk of destroying it (nature) and becoming in turn a victim of this degradation.” [2] Affirming the integral relationship of all creation, the encyclical reminds us that

“…when our hearts are authentically open to universal communion, this sense of fraternity excludes nothing and no one. It follow that our indifference or cruelty toward fellow creatures of this world sooner or later affects the treatment we met out to other human beings/ We have only one heart, and the same wretchedness which leads us to mistreat an animal will not be long in showing itself in our relationships with other people. Every act of cruelty toward any creature is “contrary to human dignity.” We can hardly consider ourselves to be fully loving if we disregard any aspect of reality: “ Peace, justice, and the preservation of creation are three absolutely interconnected themes, which cannot be separated and treated individually without once again falling into reductionism” Everything is related, and e human beings are united as brothers and sisters on a wonderful pilgrimage woven together by the love God has for each of his creatures and which also unites us in fond affection with brother sun, sister moon, brother river, and mother earth.’[3]

 

A world that understands and embodies such a view of the world as a lived communion of all creation does indeed call for a “new civilization” because it calls for a radical transformation of our world as the locus of individualistic self-centered beings and nations to a world that embodies the radical communion of all human beings and nations who live in harmony with all other human beings, nations and all creation because of their acknowledgement of their common origin and relationship or Communion with a Triune God.” Even those who do not believe in God, like the unbelieving sociologist and philosopher Edgar Morin, can perceive the radical interdependency and communion of all creation.

Could you tell us how Pope Francis inspires you as a black female Theologian in the Church?

Pope Francis seems to be a prayerful ecclesial leader who has committed himself to living in the Way of Jesus. His embracing a simple life style and his concern for the poor, sick, marginalized and devalued persons in our society seem to embody the same concern for the poor, sick and marginalized person that Jesus embodied. He is a model for all Christians including those of us who embraced the consecrated life by vowing to live lives of obedience, chastity and poverty in order to focus our lives on following the way of Jesus as made manifest in the Gospel and teachings of the Roman Catholic papal and episcopal magisterium. Like Pope Francis, those of us called to be Roman Catholic Theologians must be women and men of prayer who “read the signs of the times” and teach like Jesus did. We must read, think, write and teach is in a manner that responds to the deepest questions about human existence and brings healing hope to those who feel abandoned, devalued and marginalized in contemporary society. We must use our intellectual, emotional and personal gifts to became agents of universal reconciliation and communion.

This year is the year of consecrated life, what can you tell us about consecrated women in the United States and how could you describe the problems and challenges facing religious women in the United States?

I began my life as a consecrated woman religious as a postulant in 1959 some 56 years ago as of September 8 the date I entered the Adrian Dominican Sisters (formally known as the Dominican Congregation of the Most Holy Rosary whose central headquarters or Motherhouse is in Adrian Michigan. During the formative years our formation directors instructed us how to live as consecrated women by studying the history, the Rule of St. Augustine, the meaning of the vows of poverty, chastity and obedience and the social and ecclesial customs and values which characterize Dominican women religious (sisters). As a Dominican sister,

 

I committed my life to live in community and share prayer as I searched for truth, engage in contemplative prayer and share the fruits of my study and communion with God through prayer with all whom I encountered in my living, spiritual and ministerial journey. Dominican Sisters like other women religious dedicate their lives embracing the Way of Jesus and serving others in accord with the will of God.

 

There are various forms of consecrated life embraced by both women and men in the United States and throughout the world. The Archdiocese of Chicago Web Page provides brief descriptions and definition of the Consecrated life from the Catechism of the Catholic Church.[4]

In the Church, which is like the sacrament- the sign and instrument – of God’s own life, the consecrated life is seen as a special sign of the mystery of redemption. To follow and imitate Christ more nearly and to manifest more clearly his self- emptying is to be more deeply present to one’s contemporaries, in the heart of Christ. For those who are on this “narrower” path encourage their brethren by their example, and bear striking witness “that the world cannot be transfigured and offered to God without the spirit of the beatitudes. “The Catechism of the Catholic Church – 932 *”

 

While those who embraced the challenged of vowed religious life in community of traditional religious congregation are decreasing the numbers of vowed religious women and men who live as vowed members of newly founded religious congregations and lay ecclesial institutes seem to be increasing.

 

I strongly believe the women and men of all ages and ethnic racial cultures are still being called to consecrated life but we need avenues to help them discover the particular congregation of style of community suitable the gifts which they have received and the forms of consecrated life that enables them to most effectively continue the mission of Jesus Christ.

 

After 56 years of religious life, I can truly say that those who say “yes” to God’s call to consecrated life will have a spiritual journey filled with opportunity to love God and people of all ages, nations and ethnic-racial cultures as they share their gifts through the various ministries of their congregations: education, health care, social work, community organization, law, outreach to the poor etc., They will surely grow in wisdom, age and grace and experiences the joys and sorrows of living in communion with those committed to continue the mission of Jesus Christ.

 

For current statistics of Religious life in the United States see the Cara Services church Statistics http://cara.georgetown.edu/caraservices/requestedchurchstats.html

 

Do you have a message for The Black community?

We like our ancestors are living in “the best of times and the worst of times”. As Black people we still continue to experience the scourge of racism which plagues our lives in many nations throughout the world. We people of African Descent have been burdened as scapegoats of negative projections which portray us as less human, less intelligent, less moral, less responsible etc. than our estranged brothers and sisters who are descendants of European, Asian and Latin American origin. We are perceived as a dangerous, violent, unholy minority who are relegated to the margins of society. When people encounter us and recognize the falseness of such projections they tend to view those they encounter as what was traditionally referred to as the “exceptional Negro.” Rather than change the general negative perception of our ethnic racial identity they deem the millions of us who do not fit the stereotype as the “exception.”

In reality we know that we people of African Descent are as fully human, intelligent, moral and responsible as our estranged brothers and sisters who have other racial-ethnic and national identities. We recognize that we are not a numerical “minority” but in fact a part if the human majority of African, Latino-Hispanic and Asian “People of Color” who inhabit the United States and the world or global community.

We know that God created us in the image and likeness of the Triune God has been a faithful God who has never left us alone. Black Catholics, other Black Christians and Black men of women of diverse religious beliefs know that God has gifted us and called us to use our gifts for other members of the African Diaspora as well as all members of the human community. We have been called to be agents of God’s call to reconciliation and communion between ourselves and those who consciously or unconsciously despise or look down upon there non-White brothers and sisters. Those of us who are Followers of Jesus Christ find that following His way of universal and inclusive love is the key to racial, gender and class reconciliation, inclusion and the communion of all human beings and all creation. Let us continue to be faith to God as we serve all our brothers and sisters regardless of their racial-ethnic and national identity because in truth we constitute the one Family of God. Let we the people of African Descent continue love God, all human beings and all creation because of God has first loved us! Let us continue to enrich our world with our gift of blackness as recommended by Pope Paul VI to the Bishops of Africa during the Mass at the conclusion of a 1969 Symposium some 46 years ago:

“….The Church of the West did not hesitate to make use of the resources of African writers, such as Tertullian, Optatus of Milevis, Origen, Cyprian and Augustine (cf. Optatam totius, No. 16). Such an exchange of the highest expressions of Christian thought nourishes, without altering the originality, of any particular culture. It will require an incubation of the Christian “mystery” in the genius of your people in order that its native voice, more clearly and frankly, may then be raised harmoniously in the chorus of the other voices in the Universal Church. Do we need to remind you, in this regard, how useful it will be for the African Church to possess centres of contemplative and monastic life, centres of religious studies, and centres of pastoral training? If you are able to avoid the possible dangers of religious pluralism, the danger of making your Christian profession into a kind of local folklore, or into exclusivist racism, or into egoistic tribalism or arbitrary separatism, then you will be able to remain sincerely African even in your own interpretation of the Christian life; you will be able to formulate Catholicism in terms congenial to your own culture; you will be capable of bringing to the Catholic Church the precious and original contribution of “negritude”, which she needs particularly in this historic hour.”[5]

 

 

Thank you Sister Jamie for agreeing to answer my questions

Brother Tob

You are most welcomed!-Sr. Jamie

 

 

 

 

 

 

 

GRAHN

 

Grahn1

 

 

Avez vous déjà entendu parler de GRAHN. C’est une organisation de professionnels Haitiens qui a vu le jour dans les semaines qui ont suivi le tremblement de terre dévastateur de 2010.

Le but de cette organisation est de former un forum du plus grand nombre possible de professionnels haitiens de la Diaspora et aussi d’Haiti pour réflechir ensemble, formuler et appliquer concrètement un plan de développement systematique d’Haiti dans le but d’extirper ce pays de son état chronique de misère sous-humaine.

Le premier initiateur de ce mouvement fut Mr. Samuel Pierre un expert en Informatique de première classe travaillant au Canada. Il a pu rapidement rassembler autour de ce projet plus d’une soixantaire d’ingénieurs, de sociologues, de planificateurs, d’architectes, d’agronomes, d’experts du monde financier, de médecins, d’éducateurs et d’historiens et d’autres experts appartenant à d’autres disciplines.

Ils se constituèrent en comités et rédigèrent un plan commun.

Le gouvernement Haitien accueillit leur offre d’aide et leur accorda un vaste terrain du coté de MILOT au Nord d’Haiti.

Ce groupe se veut totalement désintéressé. A les entendre parler l’on peut palper du doigt un sentiment fervent de patriotisme et un énorme enthousiasme pour la réalisation de leur projet dans un délai minimum. Ils projettent de batir une cité du savoir avec Kinder garden, ecole enfantine et élémentaire, Lycée, écoles professionnelles et universités etc. Le projet comprend le développement de l’agriculture avec des méthodes modernes, le développpement de la production et l’approche des problèmes de l’environnement comme l’érosion, l’eau, l’électricité etc.   Tout semble étre prévu.

 

Un comité s’affaire à trouver les fonds nécessaires pour mettre en branle ce projet gigantesque. Le comité Canadien a déjà recueilli $135 000.00. D’autres comités à New-York, Chicago, Miami s’acharnent a émuler les collègues Canadiens. Jusqu’à present l’argent recueilli provient de “pledge” d’individus dans l’ordre généralement de $ 2 000.00 ou $ 3 000.00 de la part d’Haitiens consciencieux qui partagent l’objectif de l’organisation. On leur fait confiance.

La première construction commencera en Janvier 2016. En Septembre 2016, tout est prévu pour l’ouverture de la première école d’enfants. GRAHN se donne dix ans pour réaliser le gros de ses projets. Il leur faut un budget de $ 50 000 000.00 pour accomplir leur objectif.

J’ai assisté à l’une de leurs réunions qui s’est tenue à Boston le 5 Septembre 2015. L’on ne peut s’empécher d’ètre impressionné par la qualité de leur approche et des valeurs exprimées dans tous les discours. Des réponses satisfaisantes furent données à toutes les questions du public.

On respire l’honnèteté, la dignité et une approche très calculée dans tout ce qui se passe.

Evidemment l’on se demande s’ils réussiront. Dieu seul connait l’avenir mais qui ne risque rien n’a rien. Eux aussi ne sont pas naifs car ils connaissent bien les difficulté inhérentes à un projet de cette envergure. Leur optimisme est respectable et louable. Pour les contacter aller à contact@grahn-monde.org . L’adresse est 1683 Lucerne, Laval Quebec Canada H7M 2E8

1-450-967-7049. Nous leur souhaitons bon succès et la grace du Dieu très bon qui veut faire de nous les hommes, les gérants responsables de sa création.

Bishop Sansaricq

 

Montréal-Entretien avec Madame NGongo Fabiola Nadine

 

Nadine1

 

 

https://youtu.be/ETfYUli9gHw

 

 

Nous étions très heureux de rencontrer Madame NGongo Fabiola  Nadine de la communauté congolaise de Montréal pour un entretien à Radio Télé Solidarité. Madame NGongo est née à Lubumbashi, République Démocratique du Congo, en 1970. Elle est une grande amie de la communauté haïtienne et a une soeur qui a un enfant avec un haïtien.

 

Yvrose Gelin

 

Yvrose Gelin

 

 

Elle est aussi une très bonne amie de Madame Yvrose Gelin de la communauté haïtienne de Montréal.

Elle passa son enfance, dès l’âge de 5 ans, en Belgique pour ensuite entamer ses études supérieures au Canada, à Ottawa et à Montréal.

Mariée et mère de famille, Mme NGongo travaille dans le domaine de l’éducation. Elle a à sa charge une classe d’enfants en bas âge et a pour responsabilité la mission de développement des stratégies de tous les stades de développement et  est spécialisée dans l’intervention précoce pour tout enfant de 0-12 ans et chargée du coaching des éducatrices et de la supervision des stages.

De plus, ayant pour formation primaire les relations internationales débutées à l’Université d’Ottawa, Mme NGongo a dû bifurquer pour plonger dans le monde de l’enfance et du travail. Elle détient également un certificat d’assistante dentaire et un certificat en petite enfance et intervention précoce, concentration psychologie.

Entre autre, Mme NGongo est Secrétaire d’une Association venant en aide aux mamans maraîchères en RDC. Elle est aussi active dans la facilitation et a été ex co-fondatrice de quelques compagnies d’affaires.

En somme, Mme NGongo est l’une des ambassadrices de la communauté congolaise au Canada. Elle nous a fait savoir que cette communauté, estimée à environ 15000 personnes, comprend l’importance de développer des liens de solidarité avec les autres groupes etniques de Montréal tout en soulignant que le Congo porte encore les cicatrices de la colonisation. Ce pays, occupé jadis par la Belgique, a une population estimée à 700000 d’habitants et compte 470 partis politiques.

Le Congo est il différent d’Haïti? Dans les années 1960, beaucoup de professeurs, docteurs et autres professionnels laissèrent Haïti pour aller apporter leur contribution au peuple congolais. Mme NGongo a évoqué avec tristesse le taux de pauvreté très élevé du Congo et a insisté sur le fait qu’il s’agit d’un pays ostracisé ou qui vit de l’otracisme par rapport à sa richesse. Une nation ignorée par la communauté internationale et qui continue à être pillée et gérée par ses voisins.

On doit ajouter que le Congo est déchiré par la guerre. Certes, la paix est toujours meilleure que la guerre et la seule facon de gagner une guerre c’est de l’éviter. Ainsi, mis à part la guerre, les grands défis du Congo sont particulièrement à la santé et à l’éducation. Comment peut-on arrêter cette guerre qui continue à endeuiller les familles congolaises? Une réponse doit être donnée ou trouvée pour le plus grand bien de ce peuple.

En outre, Mme NGongo nous a dressé un portrait de la femme congolaise qui est connue pour une mère, une femme qui prend toujours soin de son époux et qui est une seconde maman pour son époux. La femme congolaise est aussi parmi les victimes de cette guerre qui ravage le Congo. Selon les recherches au moins 3 femmes sont violées au Congo chaque 3 minutes.

Par ailleurs, soulignons que le français est la langue officielle du Cango et est parlé par 56 % de la population (78 % des plus de 10 ans), soit le pourcentage le plus élevé d’Afrique en 2010, derrière celui du Gabon. En effet, environ 88% des Brazzavillois de plus de 15 ans déclarent avoir une expression aisée à l’écrit en français. Les autres langues sont essentiellement des langues bantoues. Ainsi, les deux langues nationales véhiculaires du Congo sont le kituba et le lingala (13 %), viennent ensuite les langues téké (17,3 %), lari et plus d’une quarantaine d’autres langues dont les langues pygmées (1,4 %) qui ne sont pas des langues bantoues.

Rappelons que la capitale politique du Congo, l’autre Congo, est Brazzaville et la Capitale économique est Pointe Noire. L’esperance de vie est très basse au Congo. Quant au système éducatif, Mme NGongo nous a fait savoir qu’il reste beaucoup à faire. L’école n’est pas gratuite. Les enfants y vont quand les parents peuvent payer. Le système de santé pour sa part laisse à desirer, le taux de maladie infantile est très élevé et beaucoup de gens meurent faute de soins. Cette situation est-elle différente d’Haïti? D’où l’importance pour les pays du Sud de développer la solidarité et de comprendre que ce qui les unit doit être plus fort que ce qui les divise. Le fossé entre les pays riches et les pays pauvres est trop grand. N’assistons-nous pas encore à une forme de colonianisme quand certains pays riches imposent leur volonté aux pays pauvres tant au point de vue politique et économique? Comment peut-on aider la population du Congo et les autres pays du Sud à participer à la mondialisation de l’espérance?

L’entretien avec Mme NGongo, que nous remercions vivement pour sa disponibilité, a été est très émouvant. Le Congo continue à vivre des moments difficiles. Il y a toujours un prix à payer pour les pays du Sud qui veulent se libérer d’un colonisateur. Le dossier du Cango est un dossier brûlant et nous encourageons toute la communauté noire à supporter le peuple congolais. Pour écouter l’entretien avec Nadine clicquer sur ce lien:

 

Frère Tob

Pour le Centre National

—————————

 

 

 

Interview with Mrs Nadine Fabiola Ngongo

Nadine1

 

 

https://youtu.be/ETfYUli9gHw

 

I was very happy to meet Mrs. Nadine Fabiola Ngongo of the Congolese community in Montreal for an interview on Radio TV Solidarité. She is a very good friend of Mrs.

Yvrose Gelin

Mrs. Yvrose Gelin

 

Yvrose Gelin of the Haitian Community of Montreal and is a great friend of the Haitian community in general. She has a niece, her sister’s child, who is bi-cultural, that is Congolese and Haitian. Ms. Ngongo Fabiola Nadine is a native of the (DRC), in Lubumbashi. She was born in 1970 and spent her childhood from the age of 5 growing up in Belgium. She left Belgium so she could begin graduate studies in Ottawa and Montreal in Canada.

Ms. Ngongo is married mother who works in the field of education with a class young age dependent children. She is responsible for the creation of early intervention developmental strategies for children between the ages of 1 month-12 years. She coaches and supervise other educators as the complete there teaching internships.

Nadine is one of the ambassadors of the Congolese community in Canada. She informed us that the Congolese community in Montreal is estimated to be around 15,000. This community understands the importance of developing a network of solidarity with other ethnic groups in Montreal. Nadine told us that Congo still bears the scars of colonization. Historically, the Congo was occupied by the Belgium. The nation has a population of 70,000 and has 470 political parties. The Congo seems to have some things in common with Haiti. In 1960 many teachers, doctors and other professionals have left Canada to go to Haiti to contribute to build up of the Congolese community living there.

Nadine spoke sadly about the high rate of poverty in Congo. She insisted that the Congolese people were ostracized by countries who exploited it only for its rich natural resources. The exploitation and needs of the people of the Congo have been ignored by the international community as it continues to be plundered and assaulted by its neighbors. The Congo is torn by war. True peace is always better than war and the only way to win a war is to avoid it. The great challenges facing the Congolese people is the need for health care, quality education and the cessation of war. The search for means to acquire internal and international peace continues to cast a pall Congolese families.

 

Nadine is a model of an ideal   Congolese woman who is known for a maternal gifts which are evidence in her relationship to her husband and her children. Many Congolese women were victimized doubly as they witnessed the ravaging of their country and experienced the ravaging of their bodies as victims of rape. According to research at least 3 women are raped every 3 minutes in Congo.

French is the official language of the Congo and is spoken by 56% of the general Congolese population (and by 78% of the Congolese over 10 years of age.)   In 2010 the percentage of French speaking Africans in the Congo was   the second highest in Africa in 2010, second only to the French speaking people of Gabon. According to a research conducted over about 88% of the Africans who live Brazzaville, the Congo’s political capital, who are 15 years and older report having the ability to read texts written in common French.

The other spoken languages ​​are mainly variations of Bantu language. The two other national languages ​​of the country are vehicular Kituba and Lingala (13%), followed by the Teke languages ​​(17.3%). Lari and more than forty other languages ​​including that of the pygmies ​​(1, 4%) are not Bantu languages.

While Brazzaville is the political capital of Congo, Pointe Noire is the economic capital. Life expectancy is very low in Congo. Nardine informed us that much needs to be done to develop a better and extensive education system. Education is not free. Children go to school only when their parents can pay. Our Sister Nardine also was concerned about the plight of the Congolese health care system that leaves much to be desired. The rate of childhood disease which is very elevated and people die for lack of care. Is this any different from Haiti?

As we hear of the similarity of conditions among people in the Southern Hemisphere of the world, the importance of Southern countries developing networks of solidarity and understanding that the social realities that unite them should be stronger than those realities that divide them. The gap between rich and poor countries are too large. When some rich countries impose their will on poor countries both politically and economically this seems to be a form of modern colonialism. How can we help the people of Congo and the Southern countries to participate in processes which will emerge as a “globalization of Hope”?

Nadine’s interview was filled passionate emotion. The Congo continues to live in difficult times. There is always a price to pay for developing countries who want to liberate themselves from the colonizing forces. The development of a commitment to the development of Southern Hemisphere solidarity is critically important. The cause of post-colonial freedom and self-determination of the development of the Congo by the Congolese People   is a burning issue which we encourage the whole world-wide Black community to support. To listen the Interview of Nadine click on This link: https://youtu.be/ETfYUli9gHw

 

Brother Tob

 

 

 

 

À Cuba, plus de 3 500 prisonniers amnistiés avant la visite du pape François

Selon le quotidien d’État cubain « Granma », le Conseil d’État « a décidé de libérer 3 522 prisonniers à l’occasion de la visite de sa sainteté le pape François »

 

A019-Cuba-plus-de-3-500-prisonniers-amnisties-avant-la-visite-du-pape-Francois_article_main

 

 

 

 

 

 

Dans une église de la province de Santiago de Cuba, Cuba lundi 7 septembre 2015.

Avec cet article

A Cuba, l’Eglise aide à faire libérer certains prisonniers

Le drapeau américain flotte à nouveau sur La Havane

Visite historique de John Kerry à La Havane

Guantanamo divise toujours Cuba et les États-Unis

Le Conseil d’État, organe suprême de l’exécutif cubain, « a décidé de libérer 3 522 prisonniers à l’occasion de la visite de sa sainteté le pape François », peut-on lire dans l’édition du vendredi 11 septembre du quotidien d’État « Granma ».

L’organe officiel du Parti communiste cubain rappelle que La Havane avait déjà libéré près de 3 000 prisonniers avant la visite de Benoît XVI en 2012, et environ 300 un mois après celle de Jean-Paul II en 1998.

Un geste sans précédent depuis 1959

Cette fois-ci, une semaine avant la venue du pape argentin, prévue du 19 au 22 septembre à La Havane mais aussi à Santiago de Cuba et à Holguin, il s’agit d’un geste d’une ampleur sans précédent depuis l’arrivée au pouvoir du régime castriste en 1959.

Cette mesure tient compte « de la nature des faits pour lesquels ils ont été condamnés, de leur comportement en prison, du temps de peine déjà purgé et de leur santé », précise Granma. Parmi les bénéficiaires de cette amnistie, figurent des détenus âgés de plus de 60 ans ou de moins de 20 ans sans antécédents pénaux, des malades chroniques, des femmes, des prisonniers dont la liberté conditionnelle prend fin en 2016 et des étrangers dont le pays garantit l’extradition.

À part quelques « exceptions humanitaires », sont donc maintenus en détention les auteurs d’assassinats, de viols, d’actes pédophiles, de trafic de drogue, de violences et d’atteintes à la sûreté de l’État.

Des prisonniers du « septembre noir » encore détenus

Cette décision sera effective « dans 72 heures », a précisé Granma. Depuis 2012, les autorités cubaines n’ont pas publié le nombre de prisonniers sur l’île mais, à cette époque, la population carcérale était estimée à environ 57 000 dans 200 centres de détention.

En 2010, à la suite de la rencontre historique entre Raul Castro et le cardinal Jaime Ortega, archevêque de La Havane, plus d’une soixantaine de prisonniers politiques avaient été libérés, notamment ceux dit du « septembre noir ». Ces hommes, majoritairement catholiques, avaient été arrêtés en septembre 2003 pour avoir adhéré au « projet Varela » (du nom du prêtre Félix Varela qui lutta au XIXe siècle pour l’indépendance de Cuba) lancé en 1998 par le dissident Oswaldo Paya (décédé en 2012 dans un « étrange » accident de la route), en vue de demander l’organisation d’un référendum sur une réforme constitutionnelle donnant une plus grande liberté personnelle, politique et économique. Depuis la libération des dissidents, le dialogue entre l’Église et les autorités se poursuit.

Entre 60 et 100 prisonniers politiques

Selon le cardinal Ortega, il n’existe plus de prisonniers politiques dans les prisons cubaines. Une affirmation contredite par le groupe des « Damas di blanco » qui continuent, chaque dimanche après la messe à la paroisse Santa Rita, dans le quartier Vedado de La Havane, de manifester pour la libération des prisonniers politiques. Selon l’actuelle présidente des « Damas di blanco », Berta Soler Fernandez, il en resterait « au moins une centaine », à commencer par son mari qui appartenait au groupe du « septembre noir » et qui est toujours en résidence surveillée à domicile, sans droit de sortie ni de visite.

De son côté, la Commission cubaine des droits de l’homme (CCDH, interdite mais tolérée par les autorités) dénombre une soixantaine de prisonniers politiques.

  1. LE. (avec AFP)

 

 

 

Le Drapeau Palestinien flottera à l’ONU

 

pALESTINE13

Une résolution de l’ONU a été soumise jeudi 10 septembre au vote de l’assemblée générale des Nations unies pour que le drapeau palestinien soit hissé aux côtés de ceux des États membres.

0

fotolia

AVEC CET ARTICLE

Le Vatican se démarque d’une initiative de la Palestine à l’ONU

Vers une résolution de l’ONU en Méditerranée contre les trafiquants

En Israël, les écoles chrétiennes toujours en grève

Visite à hauts risques d’Emmanuel Macron en Israël

Une nouvelle étape de la campagne diplomatique menée par les Palestiniens pour faire reconnaître leur État.

Pourquoi le vote sur le drapeau palestinien à l’ONU est important ?

La Palestine est déjà un « État observateur non-membre » de l’ONU depuis le vote historique de l’organisation onusienne le 29 novembre 2012. Ce vote avait été acquis par une large majorité à 138 voix pour, 9 contre et 41 abstentions parmi les 193 pays membres de l’Assemblée.

Que les Palestiniens veuillent que leur drapeau flotte aux côtés de ceux des États de l’ONU semble logique. Comme l’aboutissement de leur quête de reconnaissance internationale. Ces dernières semaines, ils ont fait un intense lobbying pour « réunir le plus de votes possible », comme l’a indiqué leur représentant à l’ONU Riyad Mansour.

Le vote devait être une formalité dans une assemblée générale majoritairement acquise à la cause palestinienne. Mais la question posée était celle de l’ampleur du soutien qu’elle obtiendrait, sachant que les Européens sont toujours divisés sur la question palestinienne. Et qu’Israël et les États-Unis étaient opposés à cette résolution.

Pourquoi les Européens sont divisés sur cette mesure ?

La question du drapeau palestinien n’est au fond qu’une mesure symbolique, alors que fort de son nouveau statut à l’ONU, l’État de Palestine a intégré des agences de l’ONU et a rejoint la Cour pénale internationale.

> A lire aussi :Qu’apporte à la Palestine son adhésion à la CPI ?

Reste que comme toujours sur ce sujet, l’Europe n’a pas de stratégie unifiée. En 2012, les pays Européens avaient d’ailleurs voté en ordre dispersé aux Nations unies : France, Italie, Espagne, Suède, s’étaient prononcés en faveur de la reconnaissance par l’ONU du statut d’État observateur non-membre pour l’État palestinien. Mais le Royaume-Uni et l’Allemagne s’étaient abstenus.

Depuis, un certain nombre de parlements européens ont demandé à leur gouvernement de reconnaître l’État palestinien, comme ceux de Grande-Bretagne, de France, d’Irlande, d’Espagne, du Luxembourg et du Portugal, en également le parlement européen. La Suède est le premier État qui a reconnu la Palestine en 2014.

Qu’en est-il du Vatican, lui aussi observateur non-membre de l’ONU ?

Le Saint-Siège – qui, avec la Palestine est le seul à avoir ce statut –, va lui aussi bénéficier de la résolution qui demande que les drapeaux des États non-membres de l’ONU ayant statut d’observateur soient « hissés au siège et dans les bureaux des Nations unies après ceux des pays membres ».

> A lire aussi :Le Saint-Siège ne demande pas à l’ONU d’afficher le drapeau du Vatican

Le Vatican s’est démarqué de l’initiative palestinienne, mais sans s’y opposer. Il devrait lui aussi déployer son drapeau, non seulement à New York, mais aussi au fronton des autres bâtiments de l’ONU, à Genève ou à Vienne.

Agnès Rotivel

 

 

 

 

Aux États-Unis, les catholiques se mobilisent pour la visite du pape

Les villes de Washington, New York et Philadelphie se préparent à recevoir la visite du pape François, à la fin du mois de septembre.

 

Avec cet article

 

 

Etats19-Pape

De Cuba aux États-Unis, le voyage très politique du pape François

À New York, la fresque géante du pape François

Le pape François réforme les procédures de nullité de mariage

Le pape François remercie les religieuses américaines

Des initiatives ont été lancées sur Internet, et les municipalités s’impliquent dans la préparation.

La communauté catholique est mobilisée pour la visite du pape François, du 22 au 27 septembre, durant laquelle il visitera les villes de Washington, New York et Philadelphie sur la côte Est. Des initiatives lancées sur Internet permettent d’y associer les parties du pays qui ne recevront pas la visite du pape.

Conscient qu’il ne verra qu’une petite partie du pays, celui-ci a d’ailleurs récemment tenu à dialoguer, au cours d’une audience virtuelle, avec des communautés du Sud et de l’Ouest du pays.

Évangélisation de rue

C’est à proximité de Philadelphie, à Wilmington, qu’a débuté l’opération « Pop Up Pope » – littéralement « le pape qui surgit » – lancée par deux catholiques américains, Christa Scalies et Paul Tanner, un catéchiste, ancien sans-abri, créateur du site « The Catholic Word ». Ils se donnent pour objectif de « promouvoir le catholicisme et la visite du pape grâce aux réseaux sociaux et à l’évangélisation de rue ». Accompagnés d’une photo en Rcarton grandeur nature du pape François, qui peut « surgir » à tout moment et n’importe où, ils abordent les gens pour leur parler de la visite du pape.

L’idée a essaimé à Washington et à New York, mais aussi à Miami (Floride) et dans le Wisconsin, bien loin du trajet papal, où l’archidiocèse de Milwaukee a fabriqué son propre pape en carton.

Une méthode qui doit une partie de son succès à la possibilité de se prendre en photo avec la réplique du pape. « C’est plus que cela », affirme Christa Scalies. Même si elle se réjouit que cela permette d’attirer « les touristes, les gens qui aiment François, mais aussi ceux qui sont juste intrigués », le but est avant tout « d’engager la conversation et de leur parler de la visite du pape ».

Sur Internet, l’archidiocèse de Washington invite à l’engagement

Toujours sur Internet, le diocèse de Washington a lancé le site Walk With Francis (« Marche avec François »), qui invite les fidèles à « accueillir le pape en s’engageant à suivre son exemple de prière et de service ». Seul, en famille ou en paroisse, on s’y inscrit en choisissant parmi trois types d’engagement : la prière, le service des plus pauvres ou l’action en faveur de causes telles que la promotion de la dignité humaine ou la protection de l’environnement. Vendredi 4 septembre, le site recensait plus de 13 000 personnes inscrites, et 97 paroisses ou organisations.

D’origines différentes, ces initiatives se rejoignent sur les réseaux sociaux, en particulier sur Twitter :

Une fresque murale géante à Philadelphie

À Philadelphie, la mobilisation va au-delà de la communauté catholique. Une fresque murale géante de près de 400 mètres carrés, sur le thème du pape et de la famille, va par exemple être réalisée par les membres du « Mural Arts Program » de la ville, en partenariat avec les organisateurs du Rassemblement mondial des familles.

DR

Une fresque murale géante à Philadelphie préparée pour la venue du pape François.

Prévisualisation de la fresque.

Ce programme artistique a été créé par la municipalité de Philadelphie dans les années 1980 pour lutter contre les graffitis. Plus de 3 500 peintures murales ont été réalisées depuis par les jeunes de la ville. Sous la direction de l’artiste Cesar Viveros, plusieurs dizaines d’enfants travaillent depuis des mois à la réalisation de cette œuvre, qui sera installée sur la façade d’une école.

À New York, une autre fresque représentant le pape François est en cours de réalisation. Assorti de la mention « Bienvenue au pape François », ce portrait géant surplombe le Madison Square Garden, où sera célébrée une messe le 25 septembre.

1,5 million de personnes sont attendues à Philadelphie le 27 septembre, pour la messe de clôture du Rassemblement mondial des familles que présidera le pape François. Une célébration qui marquera aussi la fin de la semaine américaine du pape.

Gauthier Vaillant

 

 

 

 

 

Philadelphie, berceau de l’Amérique

L’ancienne capitale historique des États-Unis, où le pape François participera à la Rencontre mondiale des familles, les 26 et 27 septembre, est aussi un centre culturel et artistique majeur passionnant à découvrir.

Pliladelphie

SERRANO ANNA / HEMIS.FR

Vue sur l’avenue Benjamin-Franklin depuis l’esplanade du Philadelphia Museum of Art.

SERRANO ANNA / HEMIS.FR

Vue sur l’avenue Benjamin-Franklin depuis l’esplanade du Philadelphia Museum of Art.

Avec cet article

L’Hermione aux États-Unis célèbre l’amitié franco-américaine

Le pape appelle « chaque paroisse d’Europe » à accueillir une famille de réfugiés

Après Mgr Jacques Gaillot, le pape va recevoir le P. Guy Gilbert

Quand l’évêque de Rome se rend chez l’opticien…

Assis en face du célèbre fauteuil de George Washington, premier ­président des États-Unis, ­Benjamin Franklin se demanda des années durant s’il fallait voir dans le soleil aux treize rayons gravé sur le dossier, symbole des treize colonies américaines, un soleil couchant ou levant… « Ce père fondateur des États-Unis put dire qu’il s’agissait d’un soleil levant, car une nouvelle nation, l’Amérique, était en train de naître, libérée du joug de la Couronne britannique », appuie avec emphase Jay Howard, guide au parc historique national de l’indépendance de Philadelphie.

les premiers pas du pays

Uniforme kaki et chapeau de shérif, il fait revivre aux touristes et à des grappes d’écoliers américains les premiers pas du pays. Tout a été reconstitué en détail : plumes et encriers côtoient livres d’époque et pipes en bois sur les tables de la salle où fut signée la déclaration d’indépendance des États-Unis, le 4 juillet 1776 – devenu fête nationale –, puis rédigée la Constitution américaine.

> Lire aussi :De Cuba aux États-Unis, le voyage très politique du pape François

En sortant de cet élégant bâtiment de briques rouges surmonté d’un clocher blanc, aujourd’hui encadré de gratte-ciel, il faut aussi se glisser dans Congress Hall, où siégèrent les membres du premier Congrès américain, lorsque Philadelphie était encore la capitale, avant de s’arrêter quelques instants devant Liberty Bell, la cloche de la liberté, autre symbole des débuts de la nation.

Les Américains ont érigé la visite du quartier historique au rang de pèlerinage au berceau de leur nation. Parcourir ce site permet de mieux saisir ce qui fonde l’identité nationale des Américains et comment se forge, dans leur conscience, le mythe du « pays des libertés ».

le combat pour les droits

Le Centre national de la Constitution, vaste musée moderne établi sur l’esplanade, retrace le combat pour les droits – l’abolition de l’esclavage, le vote des femmes, la lutte pour les droits civiques des Noirs, et jusqu’au mariage des homosexuels, à qui une nouvelle aile est consacrée. On pourra, de manière plus ludique, y prêter serment sur la Constitution à l’image des présidents, ou découvrir le système de vote américain dans des isoloirs.

L’histoire se niche aussi dans les moindres rues pavées, au charme européen, de « Philly » : chez Bassett’s, le plus ancien glacier des États-Unis, à deux rues de la charmante Elphreys Alley, ou dans les multiples églises fondées par les premiers colons venus trouver ici la liberté religieuse.

> Lire aussi :Décès de Guy Carawan, le chantre du mouvement américain des droits civiques

De nombreux quartiers ont été préservés grâce à un accord tacite en vertu duquel les promoteurs immobiliers ne pouvaient pas, jusqu’aux années 1980, construire plus haut que la statue du fondateur de la ville, William Penn, fichée à 167 mètres au sommet de la mairie.

un art de vivre agréable

Ce serait cependant faire injure à Philadelphie que de la cantonner à son passé. Avec ses grands cuisiniers, ses nombreux parcs, ses fresques colorées sur les façades, sa taille humaine qui permet une découverte à pied, ses prix plus abordables que ceux de New York et de Washington – ses voisines et rivales –, la cinquième ville des États-Unis cultive un art de vivre agréable.

« L’époque est bel et bien révolue où les habitants fuyaient le centre-ville à cause de la criminalité et où plus aucun oiseau ne chantait à cause de la pollution des industries et raffineries », se réjouit Ruth Isaac Treatman. La jolie rue pavée dans laquelle, en pionnière, elle a installé, il y a vingt-cinq ans, sa boutique de café équitable, l’Old City Coffee, dans une échoppe de banjos centenaire, est devenue un vivier de start-up.

Quand on laisse derrière soi les rues pavées, on arrive à la grande avenue Benjamin-Franklin, imitation des Champs-Élysées – l’un des nombreux clins d’œil de « Philly » à la France. Elle conduit tout droit à la Fondation Barnes, fleuron artistique de la ville.

un centre culturel majeur

Philadelphie est non seulement capitale historique, mais aussi centre culturel majeur. Le musée qu’Albert Barnes (1872-1951), richissime pharmacien, avait conçu en banlieue, a été transféré en centre-ville il y a trois ans. La disposition originale de son étonnante collection n’a pas changé : chaque mur est couvert de tableaux disposés symétriquement, des chefs-d’œuvre modernes côtoient des masques africains, des objets médiévaux, des serrures…

A priori disparates, ces « ensembles » ont pour ambition de dévoiler « les similitudes formelles, la continuité et l’universalité de l’élan créateur ». Libre à chacun d’interpréter. Le rapprochement avec une peinture du Tintoret montre combien, trois siècles plus tard, Renoir s’inspirait du passé pour dresser le portrait de sa famille. Plus loin, ce sont Les Grandes Baigneuses de ­Cézanne – Barnes acquit 69 de ses œuvres – dont on découvre l’emprunt à la culture classique.

incontournable rocky

Le plus enthousiasmant est peut-être le Philadelphia Museum of Art, à deux pas, rendu célèbre par ­Sylvester Stallone dans le film Rocky (1982). C’est l’un des plus anciens musées du pays. Il contient 227 000 pièces dont d’innombrables impressionnistes : Tournesols de Van Gogh, Montagne Sainte-Victoire de Cézanne…

> Lire aussi : Le pape François, populaire auprès des Américains

De l’intérieur, la vue est imprenable sur la grande avenue Benjamin-Franklin où le pape célébrera la messe de clôture de la Rencontre mondiale des familles, le 27 septembre. Certaines pièces maîtresses sont d’ailleurs mises en avant pour l’occasion, notamment La Crucifixion, avec la Vierge et saint Jean l’évangéliste en lamentations, de ­Rogier van der Weyden (XVe  siècle), aux lignes épurées, à l’intensité spirituelle singulière.

En vue de cette visite, une exposition, « Splendeurs du Vatican », est prévue, de septembre à février, non loin, au Franklin Institute.

——————————-

En pratique

S’y rendre :American Airlines – US Airways propose des vols quotidiens directs toute l’année vers Philadelphie depuis Paris CDG. À partir de 706,62 € en classe éco.

Se loger : en plein quartier historique, le Penn’s View Hotel, hôtel de charme tenu par une famille italienne, propose des chambres à partir de 140 euros HT la nuit. Excellent restaurant italien (le « Panorama ») et un choix de vins exceptionnel.

Se restaurer  : Reading Terminal Market, marché couvert fermier établi en 1892, où 80 vendeurs (dont des familles Amish) proposent des spécialités locales, au croisement de 12th and Arch Streets (www.readingterminal market.org). Dans une gamme plus élevée, on peut goûter le fameux Cheese Steak, la spécialité culinaire locale, un sandwich avec de la viande de bœuf hachée recouverte de fromage, chez Barclay Prime, du restaurateur chic Stephen Starr, 237 S 18th Street. Après une visite dans les musées, pause mexicaine chez Buena Onda, 1901 Callowhill Road.

Faire du shopping : les boutiques – 2 000 dans le centre-ville – sont ici hors taxes (Macys Center City, Century 21…).

Organiser son voyage, l’office de tourisme de Philadelphie.

CÉLINE HOYEAU (à Philadelphie)

 

 

 

 

Proverbe

 

 

Lawouze fè banda tout tan solèy pankò leve

 

 

 

 

 

Lò makak fè Zanmi ak chen , se Zo bwa ke li ki Peye Sa

 

 

Chik pa respekte mèt bitasyon

 

 

Bouchon pa janm tronpe boutèy

 

 

Brav pa pale anpil

 

 

Bonne Fête Père Geffrard, Père Berette , Sœur Elza et Père Elder

 

Diocèse deWest Palm Beach-Bonne fête Père Geffrard

 

 

Happy Birthday Father Geffrard.

 

Valentine01

 

 

 

 

 

Le Mardi 8 Septembre , fête de la Nativité de la Vierge Marie Etait l’anniversaire du Père Geffrard, Coordonnateur de la pastorale Haitienne du diocèse de West Palm Beach. Le Père Geffrard est un fils de Limondade et un grand ami du Centre National de l’Apostolat Haitien. Le Père Geffrard est un prêtre très marial et un Homme de Dieu qui a un grand Amour pour son Église

 

Le Père Geffrard est un ancien étudiant du Seminaire Notre Dame à New Orleans ou il a obtenu une maitrise en Divinité. Il est ordonné prêtre le 18 Mai 2001 à l’Église Catholique de Ste Juliana du diocèse de West Palm Beach.

 

Son Excellence Monseigneur Guy Sansaricq, directeur executif du Centre National souhaite un heureux Anniversaire au Père Geffrard en ces mots:” Cher Père Geffrard:

 

Bonne Fète! Depuis des années nombreuses tu témoignes de la grandeur du Seigneur et de sa fidélité indefectible! Que le Seigneur te garde vigilant sur la montagne pour montrer la route à ceux qui viennent après toi! Que ta sagesse tranquille mais profonde imprègne les fidèles que tu sers avec tant de dévouement et d’amour! Que le Dieu de l’avenir veille sur tes pas et te conduise dans la plenitude de sa gloire.

 

Le Père Geffrard est parmi les grands amis du Centre National de l’Apostolat Haiten en Floride et il participe presque regulièrement aux activités du Centre National de l’Apostolat Haitien

 

 

Father Geffrard is known as a great friend of The National Center. He truly believes that The National Center has a big role to play in the evangelization of our Haitian brothers and sisters in the diaspora. He was at the 25th annual convention of the National Center and at our summer mini-convention.

 

 

 

Le Centre National de L’Apostolat Haïtien à l’Étranger est honoré de pouvoir s’associer aux parents du Père Geffrard, la grande Communauté Haïtienne Catholique du Diocèse de West Palm Beach, le peuple de Dieu de la paroisse de Limonade et aux amis (es) du Père Geffrard tant qu’en Haïti que dans la diaspora pour lui souhaiter un heureux Anniversaire.

 

Le Centre National de l’Apostolat Haitien invite le peuple de Dieu de prier pour le Père Geffrard en ce faste occasion

 

Le Centre National

 

 

 

 

 

 

Diocèse de Brooklyn-Bonne Fête Père Berette

Bonne Fête Père Berrette

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Vendredi Septembre 2014, était l’anniversaire du Révérend Hugues Berette,   vicaire de la grande paroisse de Holy Cross   du diocèse de Brooklyn.  Il est un Prêtre du diocèse de Jacmel, Ancien Curé Fondateur la Paroisse du Sacré-Cœur de Jacmel et ancien Économe du diocèse de Jacmel.   Sa présence dans l’Apostolat Haïtien en diaspora est une source de joie pour toute la pastorale haïtienne. Le Père Berette est un très bon prêtre et un prêtre heureux dans la vie sacerdotale

 

 

 

Père Berette est un gradué de l’université de Fordham de Bronx de l’état de New York ou il a décroché une maîtrise en Pastoral Leadership. Il a participé à plusieurs rencontres de Caritas International. Il est un cadeau de Dieu pour la pastorale Haïtienne.

 

« Bonne fête, cher Père Berette. Cher Père Berette! Bonne Fète   écrit son Excellence Monseigneur Guy Sansaricq, directeur éxecutif du Centre National. La joie de ta famille et de tes paroissiens éclate en mille voeux pour te souhaiter beaucoup de joie dans ton ministère! Le Seigneur t’a appelé à le suivre sur une voie speciale. Nous lui rendons grace car il a su bien te garder dans la fidélite à son alliance sainte! Que les jours qui viennent te trouvent toujours tenace à la tache, en première rangée parmi ceux qui témoignent de la vérité, de la beauté et de la puissance du Seigneur de toute gloire!

 

 

 

Le Centre National de L’Apostolat Haïtien à l’Étranger est honoré de pouvoir s’associer aux parents du Père Berette, la grande Communauté Haïtienne Catholique du Diocèse de Brooklyn, le peuple de Dieu du Diocèse de Jacmel et aux amis (es) du Père Berette tant qu’en Haïti que dans la diaspora pour lui souhaiter un heureux Anniversaire.

 

Nous demandons à tous nos amis &amies d’avoir une intention pour le Père Berette dans leur Prière, le Jeudi   11 Septembre 2014

 

Que le Seigneur le bénisse et lui accorde toutes les grâces nécessaires dans l’exercice de son ministère

 

Centre National

 

 

 

Joyeux Anniversaire Soeur Elza

 

 

 

 

 

 

Le  13 Septembre 2015, fête de Saint Jean Chrysostome, evễque et Docteur de l”eglise   c’est l’anniversaire de naissance de Sœur Elza Vallery, religieuse filles de Marie (FDM) depuis plus que 50 ans. . Elle est aussi un membre actif de la troupe Eclat oeuvrant au milieu des jeunes de Brooklyn. Elle est une lumière et une mère spirituelle pour notre troupe, dit Marjorie Etienne, ancienne directrice de la troupe Eclat.

Soeur Elza  est un cadeau de Dieu au centre national de l’Apostolat Haitien.

Son Excellence Monseigneur Guy Sansaricq souhaite un Joyeux Anniversaire à Soeur Elza en ces mots: Chère Soeur Elza:

 

Affecteux voeux de Bonne fête! Ton gout de la prière, ton amour pour le chant religieux et ton sourire permanent portent la joie partout ou tu passes. Nous rendons grace à Dieu de t’avoir appelée à vivre au milieu de nous. Que le soleil du Seigneur éclaire tes pas tout au long de la route!

 

Le Personnel du bulletin Hebdomadaire du Centre National demande au Seigneur de continuer à gater Soeur Elza de ses precieuses graces pour que le bon parfum de tes bonnes oeuvres remplisse nos activités pastorales de cet arome qui nous parle du ciel. Que notre Mère Marie continue  à protéger  Soeur Elza

Nous demandons à  tous  nos amis & amies d’avoir une intention dans leur prière , le  Dimanche 13 Septembre , pour la soeur Elza.

Encore une fois Soeur Elza :Heureux Anniversaire!

National Center

 

 

 

Bonne Fête Père Elder Hyppolite

Le 14 septembre 2015, c’est l’anniversaire du Père Maurice Elder Hyppolite  de la Congrégation des Salésiens.

 

Gradué de l’Université Pontificale Salésienne de Rome,  il  a décroché un Doctorat en Philosophie. Il est professeur et membre du conseil de L’institut de Philosophie St François Sales en  Haïti, membre du conseil et écrivain de la revue de philosophique Moun qui est très connue en Haïti et  en Diaspora. Père Hyppolite a reçu Le 4e Prix Henri de Lubac pour sa thèse sur « l’humanisme est intégral » de Jacques Maritain  »   .

Un admirateur du Vénérable Pierre Toussaint   sur qui il a fait des recherches avancées, il est l’auteur de deux livres importants sur ce candidat à la canonisation:  MÉMOIRES DE PIERRE TOUSSAINT NÉ ESCLAVE À SAINT-DOMINGUE (HAITI), la traduction de la biographie écrite par Hannah Farnham Sawyer Leeet publiée en 1854, peu de temps après la mort de Pierre Toussaint et Avec Pierre Toussaint, Quinze méditations qui sera bientôt traduit en anglais pour les anglophones. Il a également préparé Sur les traces de Mère Lange une chronique des débuts de la communauté des Sœurs Oblates de la Providence à Baltimore.

Monseigneur Guy Sansaricq souhaite un heureux anniversaire à son ami et frère le Père Elder en ces mots : « Bonne Fête! Que vos écrits riches d’inspiration et de sagesse continuent à toucher les coeurs et à illuminer les esprits.

Que le Seigneur vous garde comme la prunelle de ses yeux!

Bonne réussite pour le travail magistral que vous réalisez au niveau des livres liturgiques!

 

»

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sister Virginie Fish des sœurs Oblats de la providence et de Mother Lange Guild souhaite un Joyeux Anniversaire à son ami le Père Elder : « Father Elder,  May this day of celebrating life be one of great joy and thankfulness in your heart. God grant you all the blessings you need….and more!!!  Alleluia! ».

 

Pour souhaiter Bonne Fête au Père Maurice Elder Hyppolite, sdb, PhD, dont l’anniversaire de naissance est le 14 septembre, comme Haïtienne d’origine, je veux d’abord le remercier pour son importante contribution à faire connaître les futurs saints de notre terroir – de par leur naissance ou par leur affiliation – en nous offrant leurs histoires en français ou en traduction française:

 

Sœur Marie Lange, (OSP) co-fondatrice des Sœurs Oblates de la Providence = Sur les traces de Mère Lange. Le Vénérable Pierre Toussaint = Mémoires de Pierre Toussaint, Né Esclave à Saint-Domingue (Haïti) et Avec Pierre Toussaint, Quinze Méditations, en particulier mais aussi l’histoire du Bienheureux Jacques Jules Bonnaud, martyr,

 

et aussi pour son apport, comme Directeur de l’Institut de Philosophie S. François de Sales et de Moun-Revue de Philosophie, « à encourager et à stimuler l’effort de réflexion systématique dans la culture haïtienne”  et exprimer la bénédiction haïtienne” en partie en Créole.

 

En notre nom à tous, MERCI DU FOND DE NOS CŒURS, CHER PÈRE ELDER de continuer à nous enrichir spirituellement et philosophiquement par tes nombreux écrits et tes profondes réflexions.   Marlène

 

 

 

 

Le Centre National de L’Apostolat Haïtien à l’Étranger est honoré de pouvoir s’associer aux parents du Père Hyppolite, la grande Congrégation Salésienne , Le chapitre de Pierre Toussaint de New-York, Mother Lange Guild, Le peuple de Dieu de la Diaspora et aux  amis (es) du Père Hyppolite tant qu’en Haïti que dans la diaspora pour lui souhaiter un heureux Anniversaire.

 

Le Centre National, en cette occasion, invite  tous les Catholiques de la diaspora et d’Haïti à prier pour le Père Hyppolite.

 

Que  Maman Marie  soit sa protectrice !

Centre National

 

Good to know.       Pope Francis expands the faculty for abortion healing, streamlines the declaration of nullity of marriage process.

 

Deacon Paul

 

 

Deacon Paul C. Dorsinville. For the Year of Mercy, Pope Francis has expanded the faculty of pardoning abortion and lifting the related excommunication to all priests worldwide (like it is already done in North America), including the secessionist priests of the St Pius X fraternity. As for the declaration of nullity of marriage process, he has amended the Code of Canon Law of both the Roman and Eastern Rite Churches to make it faster and less costly. An automatic appeal of an affirmative declaration is not necessary any more. The Church will cover all the costs. The concerned parties must still provide, with the marriage certificate and the final divorce decree, evidence that one or both the presumed spouses was not willing or able to freely consent and commit to a life-time, exclusive marriage for the benefit of both parties and open to the gift and responsibility of children in accordance to the Catholic Church understanding.  The declaration of lack of form when the proper procedures had not been followed already takes a few months in comparison to the year average of a declaration of nullity up to now. More to follow later!                                                                                               +                                +                          +. Pour l’Année de la Miséricorde, Pape François a étendu la faculté de pardonner l’avortement et de lever l’excommunication y relatée à tous les prêtres du monde (comme cela se fait déja en Amérique du Nord) incluant les prêtres sécessionistes  de la fraternité de St Pie X. Pour le processus de déclaration de nullité de mariage, il a amendé le Code de Droit Canon des Eglises des Rites Romain et Oriental pour le faire plus rapide et moins cher. Un appel automatique de déclaration affirmative n’est plus nécessaire. L’Eglise  couvrira toutes les dépenses. Les partie concernées doivent encore fournir, avec l’acte de mariage et le jugement final de divorce, évidence que l’un ou les deux présumés époux ne voulait pas ou ne pouvait pas librement consentir et s’engager à un mariage exclusif pour la vie pour le bénéfice des deux conjoints  et ouvert au cadeau et à la responsabilité d’enfants d’après l’enseignement de l’Eglise Catholique. La déclaration de manque de forme quand les procédures normales n’avaient pas été respectées ne prend déja que quelques mois, en comparaison de la moyenne d’un an pour la déclaration de nullité jusqu’à présent. Plus de détails à suivre!                                                                                               #                                 #                           #.

 

 

Haïti: le premier parti d’opposition se retire du processus électoral

Par RFI Publié le 09-09-2015

 

 

haiti19

Des opposants manifestent devant le Conseil électoral provisoire à Port-au-Prince pour demander l’annulation des élections législatives, le 4 septembre 2015.AFP PHOTO/HECTOR RETAMAL

La crise électorale s’aggrave en Haïti. Alors que les résultats du premier tour des législatives du 9 août n’ont pas encore été annoncés, le premier parti d’opposition annonce son retrait du processus électoral. C’est un nouveau coup dur pour le conseil électoral provisoire (CEP), en charge de l’organisation des scrutins, qui était déjà sous le feu des critiques des organisations de défense des droits de l’homme.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

La note publiée par la plateforme Vérité est une attaque directe contre le Conseil électoral provisoire (CEP). Et les mots sont durs : pour le premier parti d’opposition, tout le processus est un « désordre électoral qui va renforcer l’instabilité et la dictature ».

La journée de vote du 9 août avait été marquée par les incidents et les fraudes. Le CEP avait décidé d’annuler le scrutin dans près d’un quart des circonscriptions du pays. Mais cela n’est pas suffisant pour Vérité qui refuse tout simplement désormais de cautionner le travail du Conseil électoral provisoire. Cette décision radicale est aussi une conséquence de l’exclusion du candidat de Vérité de la course à la présidentielle.

Manifestations

 

[1] Encyclical Letter of the Holy Father Francis, On Care for Our Common Home-Laudato Si ( Boston: Pauline Books & Media, 2015)

[2] Ibid, 2.

[3] Ibid, # 92 pp. 59-60.

[4] See Archdiocese of Chicago Office for Religious http://www.officeforreligious.org/forms-of-consecrated-life/ for a brief description of various forms of consecrated life.

[5] Papa Paolo VI’s Homily at Mass at the conclusion of the Symposium organized by the Bishops of Africa, Kampala – Thursday, 31 July 1969 – in English, French & Italian

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s