National Center-Latest News-May 24, 2015

Business Card 3

Esprit Saint

 

 

Pour lire le Bulletin Hebdomadaire du Centre National  Clicquer sur ce lien: \ https://solidariteflash.wordpress.com/

 

To read the weekly Bulletin of The National Center Click on this link:  \ https://solidariteflash.wordpress.com/

 

 

 

1-Pensée de la Semaine

 

2-Homily-Bishop Sansaricq

 

 

 

 

3-  Prière pour recevoir les dons de l’Esprit Saint

 

Pentecost

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4- Diocèse de Rockille Centre-212 Anniversaire     du drapeau  Haitien

 

Drapeau2-Chorale Notre Dame  Miraculeuse

 

 

5-Fête du Drapeau Par Soeur Bruno MiotFDM

 

 

Drapeau4 -Soeur Brunot

 

6- Hommage à Marlene Rigaud Apollon

 

 

 

 Marlene1

A20-Joyeux Anniversaire

 

 

 

 

 

7- Diocèse de Brooklyn : Deux Nouveaux évêques

 

 

 Brooklyn -Two new Bishops

 

8- Le Père Cyprian Davis est retourné

 

 

 

Cyprian Davis

Flowers for King

 

 

 

 

 

 

 

9- ENTRETIEN avec Clémence Rouvier, philosophe « Une responsabilité, pour une femme comme pour un homme, en Église est d’abord un service »

 

 

 

 

 

 

 

10- Proverbe

 

 

 

 

11 – Quelle place pour les femmes dans l’Église ?

 

 

 

 12- A la Une: garde à vue pour 6 policiers impliqués dans la mort de Freddie Gray

 

13- A la Une: Etats-Unis/Cuba, vers de nouvelles relations diplomatiques

 

Cuba

 

 

14- Le Salvador se prépare pour la béatification de monseigneur Romero, assassiné en 1980

 

Archbishop Oscar Romero

 

 

 

15- Good to know        Explaining one’s faith (Apologetics).

Deacon Paul C. Dorsinville.

16-In Brief

 

 

 

Pour lire le Bulletin Hebdomadaire du Centre National  Clicquer sur ce lien: \ https://solidariteflash.wordpress.com/

 

To read the weekly Bulletin of The National Center Click on this link:  \ https://solidariteflash.wordpress.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pensée de la semaine:Dans la sécheresse on découvre les bonnes sources, dans la détresse, les bons amis.

Thought of the Week: In time of drought we discover good sources and in distress, good friends.

Pensamos de la semana: En la sequía descubrimos buenas fuentes en peligro, buenos amigos.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

REFLECTIONS ON PENTECOST SUNDAY (May 24th, 2015)

Acts 2, 1-11; Psalm 104; 1 Corinthians 12, 3-13; John 20, 19-23

 

Bishop29

 

By +Guy Sansaricq.

 

Pentecost marks the birth of the CHURCH, the day she receives the breath of life from heaven.

The Apostles felt totally transformed as set ablaze by an unknown force. Mightily anointed by the Spirit they began to proclaim the lordship of Jesus with incredible zeal and power.

 

On this day, we who are heirs of the early Church must just like them rejoice at three great mysteries:

 

First, the prominence of the Spirit in our lives and in the life of the Church! The Spirit is the most precious promise of Christ to the believers. Without the Spirit no one can please God.

 

Second, the Spirit equips us with gifts that the world cannot provide. Traditionally seven gifts are mentioned. Wisdom the first one enables us to see our role in the world with the eyes of God. Understanding, the 2nd gift opens our minds to mysteries that surpass human abilities such as the mystery of Christ and the Church. These gifts enhance our love for ourselves, the world and God.

 

Thirdly, the gifts of the Spirit invariably bring forth love and unity. The multiple tongues of fire that illuminated the first Pentecost teach us that diversity of languages and cultures will no longer cause division but rather harmony and unity. Where there is the Spirit, love and unity always prevail.

 

Through the gift of the Spirit, we know that LOVE is a powerful incentive to transform the world into the kingdom of God. We know who we are, where we come from and where we are going. We know our mission in life and this fills us with a sense of fulfillment. Come Holy Spirit Come!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

REFLEXIONS SUR LES LECTURES DE LA FETE DE LA PENTECOTE (24 MAY 2015)

 

Bishop29

 

Pentecote! Fète de l’Esprit! Naissance de l’Eglise! Accomplissement de la Promesse!

 

Avec ce puissant souffle d’en-haut et cette explosion de langues de feu, les Apotres sont comme propulsés sur la place publique. Eclatant d’énergie neuve ils se mettent à annoncer à tue-tète que Jésus est Seigneur et qu’il n’existe aucun autre nom sur terre par lequel l’on puisse ètre sauvé.

 

Du coup, une ère nouvelle commence! Des milliers se convertissent. L’Eglise voit le jour. Jésus se montre vivant à travers ces hommes qui agissent en sa personne avec sa propre autorité et sa puissance. Le rève le plus cher de Dieu se réalise: des hommes assument la dispensation du mystère.  

 

Découvrons la place primordiale de l’ESPRIT dans toute vie chrétienne. C’est à partir de ce don librement accepté que nous acquérons la capacité d’agir avce sagesse et force dans tous les domaines de l’existence humaine. Nous sommes appelés à établir sur terre le Royaume de Dieu. Quelle mission à la fois redoutable et exaltante!

 

Ah! Chrétien, chrétienne, si tu savais le Don de Dieu, tu le demanderais à genoux! Accepte ce don que le monde ne peut offrir et vis en plenitude car ni le communisme, ni le capitalisme, ni la science ni la technologie, ni le nihilisme ni le modernisme n’éclairent sur la destinée de l’homme ni sur le sens dernier de la vie.

 

“Nul s’il ne renait de l’eau et de l’Esprit ne peut entrer dans le royaume des cieux!” (Jean 3)

 

Bishop Sansaricq

 

 

Prière pour recevoir les dons de l’Esprit Saint

 

Esprit Saint-24

« Sur Lui reposera l’Esprit du Seigneur, l’Esprit de Sagesse et d’Intelligence, l’Esprit de Conseil et de Force, l’Esprit de Science et de Piété ; et l’Esprit de Crainte du Seigneur le remplira. » (Is 11 2, 3)

Le don de Sagesse

« J’ai désiré et l’Intelligence m’a été donnée ; j’ai prié et l’Esprit de Sagesse est venu en moi. » (Sg 7, 7) Esprit Saint, accorde-nous le don de Sagesse qui nous fait reconnaître en tout

l’amour de Dieu, nous unit au Christ, met dans nos âmes une confiance filiale et dans nos cœurs la joie d’aimer, source de paix. « Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés enfants de Dieu. » (Mt 5, 9)

Le don d’Intelligence

« Donne-moi l’intelligence pour observer ta loi et je la garderai de tout mon cœur. » (Ps 118) Esprit Saint, accorde-nous le don d’Intelligence qui nous fait contempler le mystère de la foi, lire et comprendre la Parole de Dieu et nous donne de croire sans avoir vu. « Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. » (Mt 5, 8)

Le don de Conseil

« Enseigne-moi Seigneur, la voie de tes prescriptions, pour que je la suive jusqu’au bout. » (Ps 118) Esprit saint, accorde-nous le don de Conseil pour que nous discernions toujours la volonté de Dieu, même dans les moments les plus difficiles ; rends-nous doux et dociles à ton souffle. « Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage. » (Mt 5, 4)

Le don de Force

 

Pentecost

« Enfin cherchez des forces dans le Seigneur et dans sa puissance souveraine. » (Eph 6, 10) Esprit Saint, accorde-nous le don de Force qui rend courageux dans les épreuves, patients pour porter les croix de la vie, fermes pour témoigner paisiblement de notre foi. « Heureux les persécutés, car le Royaume des cieux est à eux. » (Mt 5, 10)

Le don de Science

« Le Seigneur conduit le juste par les voies droites, et pour assurer ses pas il lui a donné la science des saints. » (Sg 10, 10) Esprit Saint, accorde-nous le don de Science qui nous aide à discerner les chemins qui mènent vers Dieu et remplit nos cœurs d’un amour attentif aux souffrances des autres. « Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. » (Mt 5, 5)

Le don de Piété

« Vous avez reçu l’Esprit d’adoption, et c’est par cet Esprit que nous crions à Dieu : Abba ! Abba ! » (Rm 8, 15) Esprit Saint, accorde-nous le don de Piété pour que nous découvrions que la prière est une joie, que nous aimions le Père d’un amour filial et que nous recevions sa miséricorde d’un cœur humble. « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. » (Mt 5, 7)

Le don de Crainte

« Travaillez à votre salut avec crainte et tremblement ; car c’est Dieu qui, suivant sa bienveillance, produit en nous le vouloir et le faire. » (Ph 2, 12-13) Esprit Saint, accorde-nous le don de Crainte, que nous éprouvions notre faiblesse et rendions grâce à Dieu pour le don de la vie. « Heureux les pauvres, car le Royaume des cieux est à eux. » (Mt 5, 3)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diocèse de Rockille Centre-212 Anniversaire     du drapeau  Haitien

 

Drapeau2-Chorale Notre Dame  Miraculeuse

Drapeau1-Father Moise

La Communauté Haitienne Catholique du diocèse de Rockvville  Centre a célébré  le 212 Anniversaire     du drapeau  Haitien le Samedi 16 Mai par une célébration Eucharisque. Le Père Moise Aimé , le pionnier de la pastorale Haitienne du diocèse de Rockville Centre et leader Spirituel de la communauté Haitienne de la paroisse Notre Dame de la Medaille Miraculeuse à Wyandanch fut le célébrant et l’Homeliste.

 Drapeau8-Deacon Bellevue-Deacon Cantave

Les diacres  Dady Cantave, Angenou St Louis et Hernest Bellevue accompagnaient le Père Moise à cette célébration Eucharistique. La présence de ces 3 diacres à cette célébration du 212ème Anniversaire du drapeau Haitien est très appréciée par le peuple  de Dieu.

DSC_7844

La Chorale Notre  Dame de la medaille Miraleuse à Wyandanch  a bien performé à cette  célébration . Nous encourageons  les distingués membres de cette chorale  de  continuer à chanter pour le Seigneur car chanter est toujours  prier deux fois.

 

 

Des representants de toutes les communautés Haitiennes catholiques de Long Island étaient  presents à cette célébration.  Cependeant le comité de la Pastorale  Haitienne du diocèse de Rockville doit travailler davantage pour encourager plus de membres de la communauté à prendre part à cette célébration. On doit toujours se rappeler le sacrifice de nos ancêtres  pour nous donner un drapeau et Haiti est depuis quelques temps occupée par les bottes  etrangères. Notre dignité Nationale est souillée

 DSC_7854

Le Père Moise a prononcé une très bonne homélie qui invite tout le monde à la reflexion et sur l’importance de travailler pour l’unité au sein de la Communauté  Haitienne de Long Island. Il a insisté aussi sur l’importance de l’unité au sein de l’Église. . En écoutant l’Homélie du Père Moise sur  la fête du drapeau et l’unité j’ai fait un rêve pour la fête du drapeau pour l’année 2016  à Long Island. J’ai rèvé que tous les groupes de Long Island s’étaient unis  à la pastorale Haitienne de Long Island pour avoir une seule fête du drapeau.  Il est important de faire un effort pour travailler et  s’asseoir ensemble  malgré les divergences pour l’avancement de la communauté. Pour écouter la première partie de la messe et l’homelie du Père Moise clicquer sur ce link: https://youtu.be/qeiUi_b4Mv0

 DSC_7872

Comme je l’ai mentionné la chorale  de Notre Dame de la Medaille  Miraculeuse a bien chanté cette messe. Darcel Whitten-Wilamowski  , la coordonatrice de la pastorale  de la communauté  Noire  Catholique au diocèse de  Rockville Centre à la fin de la messe  a remis un certificat de Reconnaissance au Père Moise Aimé pour ses 25 ans de Ministère au diocèse de Rockille Centre. Le Père Moise fut très ovationné par le Peuple de Dieu. Pour écouter la 2ème partie de la messe clicquer sur ce lien: https://youtu.be/OxVRgTpwdVg

 DSC_7923

Ste Anne-Brentwood

 

La messe de l’Anniversaire  du drapeau a été suivie  par une gentille reception et une partie  culturelle. Presque toutes les communautés Haitiennes catholiques de Long Island ont participé  à la partie  Cultirelle. Pour écouter la première et la deuxième partie culturelle clicquer sur ces liens:

Culturelle1

                                                                                                                                                                              https://youtu.be/FTJNwxw8iq4

 

 

 Culturelle2

 

https://youtu.be/HZGIMrqVkVc

 

 

Drapeau 7 Jemima and Darcel

de Gauche a droite: Darcel et Jemima

Enfin  Voulons féliciter Darcel Whitten-Wilamowski, Coordonnatrice  de la Pastorale des Noirs Catholiques au Diocèse de Rockville Centre ainsi que Jemima  Desroches  la vice Coordonnatrice de la communauté  Noire  du diocèse de Rockville Centre et le comité diocésain de la Pastorale Haitiennedu diocèse de Rockville Centre

Brother Tob

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haitian Catholic Community of the Diocese of Rockvville- 212th  anniversary of the Haitian flag

 

Drapeau2-Chorale Notre Dame  Miraculeuse

Drapeau4 -Soeur Brunot

Drapeau9-Elda Cantavve

DSC_7863

The Haitian Catholic Community of the Diocese of Rockvville Centre celebrated the 212th  anniversary of the Haitian flag onSaturday, May 16th with a Eucharistic celebration. Father Moise Aime, the pioneer of Haitian ministry of the Diocese of Rockville Centre and Spiritual leader of the Haitian community in the parish of Our Lady of the Miraculous Medal in Wyandanch  was the  celebrant and the homilist.

 Drapeau15-Deacon Cantave

Deacons Dady Cantave, Angenou St Louis and Hernest Bellevue accompanied the Father Moise for  this Eucharistic celebration. The presence of these three deacons in the celebration of the 212th Anniversary of the Haitian flag was very much appreciated by the people of God. The Choir of Our Lady of the Miraculous  medal of  Wyandanch performed  very well in this celebration. We encourage the distinguished members of the choir to keep singing for the Lord because singing is always praying twice.

 

All the representants  of the Haitian faith communities of Long Island were present.  the committee of the Haitian Ministry of the Diocese of Rockville has to work harder to encourage more members of the Haitian community to take part in this event. We must always remember the sacrifice of our ancestors to give us a flag and Haiti is now sadly occupied by foreign boots. Our National dignity is tainted.

 DSC_7854

Father Moses gave a very good homily inviting everyone to reflection and the importance of working for unity within the Haitian community of Long Island. He also stressed the importance of unity within the Church. While listening to the homily of Father Moses I had a dream. I saw all the groups of Long Island uniting around the Haitian Pastoral office of Long Island to have one flag day celebration in May 2016.. It is important that we sit and work for the advancement of the community even within the context of some divergences. To listen to the first part of the Mass and the homily of Father Moses a click on this link: https://youtu.be/qeiUi_b4Mv0

 DSC_7872

As I mentioned the choir of Our Lady of the Miraculous Medal sang the Mass. At the end of the mass Ms. Darcel  Whitten-Wilamowski, the coordinator of the Pastoral of the Black Catholic community in the Diocese of Rockville Centre presented a certificate of  Recognition to Father Aimé Moses for his 25 years of ministry in the diocese of Rockille Centre. Father Moses was very applauded by the people of God. To listen to the second part of the Mass with a click on this link: https://youtu.be/OxVRgTpwdVg

 DSC_7923

The Mass of the flag-Day Anniversary was followed by a nice reception and a cultural show. Nearly all the Haitian communities of the diocese attended and performed at the  cultural show. To listen to the first and second cultural part with a click on these links:

 

Culturelle1

                          https://youtu.be/FTJNwxw8iq4

 

 

 Culturelle2

 

 

                                   https://youtu.be/HZGIMrqVkVc

Drapeau 7 Jemima and Darcel

From left to Right: Darcel and  Jemima

 

 

Finally  we Want to congratulate Darcel Whitten-Wilamowski, Coordinator of the Pastoral Care of Black Catholics in the Diocese of Rockville Centre as well as Jemima Desroches Administrative Assistant of the Black community in the Diocese of Rockville Centre and the Diocesan Haitian Pastoral Committee of the Diocese of Rockville Centre

Brother Tob

 

 

 

 

FETE DU DRAPEAU 2015-Soeur Brunot Miot FDM

Drapeau4 -Soeur Brunot

Chers amis,

Aujourd’hui est un jour spécial pour nous Haïtiens, c’est l’anniversaire de la création de notre bicolore. Pour parler du drapeau, il convient d’abord de parler de la patrie, du patriotisme.

Le Patriotisme trouve son origine dans la langue grecque et on l’utilisait pour distinguer le peuple grec, et non, un grec. Aujourd’hui, il est employé pour une personne qui s’identifie réellement à sa patrie. La racine de ce mot est « père » qui nous rappelle l’origine commune des gens qui forment un peuple. D’après Larousse, le patriotisme est un attachement sentimental à sa patrie, se manifestant par la volonté de la défendre, de la promouvoir. Une patrie, ce n’est pas seulement un pays, une terre, c’est une communauté à laquelle quelqu’un a le sentiment d’appartenir.                                                     C’est très important de distinguer le « patriotisme » du « nationalisme ». Tandis que le patriotisme est seulement décrit comme un sentiment, le nationalisme est défini comme un mouvement politique ou théorie politique qui affirme la prédominance de l’intérêt national par rapport aux autres nations. George Orwell a divisé les deux mots : agressif (qui attaque ) et défensif (qui défend). Le nationalisme est agressif et le patriotisme, défensif.                                                                                                              

Le degré de patriotisme est différent dans chaque pays. Il y a des peuples très patriotiques : Les Américains, fêtent grandiosement le 4 juillet, les Français célèbrent leur patrie le 14 juillet ; d’autres ne sont pas ou sont peu patriotiques. Les Américains, par exemple, à cause de leur patriotisme outré sont toujours prêts à s’engager dans les conflits internationaux, c’est pourquoi ils pensent que leur comportement est toujours juste. Aux Etats-Unis également, c’est très répandu d’avoir un drapeau devant sa maison ou à sa voiture pour exprimer son amour pour son pays ou son support à son armée. Ainsi le patriotisme joue une grande part dans la vie de l’homme et a une grande influence, non seulement sur le comportement de la vie des habitants d’un pays, mais aussi sur les décisions et le comportement politique de ce pays. Car un patriote est quelqu’un qui aime sa patrie et qui le prouve par ses actes ».

Et nous, Haitiens, sommes-nous un peuple patriotique ? Aimons-nous la terre de nos ancêtres et respectons-nous son symbole ? Sommes-nous fiers de voir le palmiste hissé au haut d’un mât ? On dit que les pays qui ont gagné leur indépendance, qui se sont battus pour l’obtenir sont plus patriotiques que d’autres parce qu’ils sont fiers d’être pays indépendants par leur propre force.

Point n’est besoin de rappeler les circonstances difficiles vécus par les esclaves qui les ont portés à créer ce drapeau pour vivre libres. Ce vouloir intense les a fait agir à rebours. Sans être indépendant, le pays a eu sa Constitution en mai 1801 ; en mai 1803, il a son drapeau sans jamais connaitre l’indépendance et puis cette poignée d’hommes en haillons, sur des routes défoncées a vaincu la grande armée napoléonienne. A cause de cette guerre à Saint-Domingue, La France a perdu ses ter- res aux Etats-Unis : La Louisiane, qui était alors un état français et que Napoléon a dû vendre aux Américains pour faire face aux dépenses exigées par cette guerre.

Si certains pays fêtent uniquement leur indépendance, nous, Haïtiens, nous fêtons et l’indépendance et le drapeau. Nous n’avons pas choisi un matériel sophistiqué pour créer ce drapeau. La Société Saint-Domingoise était composée de Blancs, de noirs et de mulâtres. Les Blancs constituaient le handicap, il fallait supprimer cette couleur, le cœur du drapeau français, ce que Dessalines a fait avec force à l’Arcahaie le 18 mai 1803… Et alors Catherine Flon en unissant le bleu au rouge unit concrète- ment Noirs et mulâtres et voilà notre bicolore avec 7 significations, nous dit Rigobert Carly.

La première est celle de la réconciliation. L’armée indigène se battait en bandes dispersées. Les meil leurs chefs de ces bandes, Petit-Noël, Sans-Souci, Lamour Dérance, refusèrent obstinément de se soumettre à l’autorité de Dessalines ; il fallait une stratégie unitaire. La soumission de ses chefs ainsi que le ralliement de Pétion a permis une armée unique ayant à sa tête Dessalines. C’est un acte de haute portée historique.

2e signification : celle de la liberté. Notre oriflamme est le symbole vivant du souffle puissant de la liberté qui animait l’armée indigène contre les hommes de Napoléon Bonaparte. Ainsi, chaque fois   que nous voyons flotter notre drapeau, nous devons penser aux efforts et aux sacrifices consentis par nos ancêtres pour vivre libres ou mourir.

3e signification : celle de l’Indépendance Nationale. L’indépendance est le fondement de la nation. Elle lui confie une personnalité légale et ses citoyens doivent lui assurer un destin de grandeur. Par conséquent, tout acte nuisible à l’indépendance nationale posé par nous est une souillure portée à notre drapeau.

4e signification : L’unité nationale . Que de déchirements internes causées par notre manque de compréhension dans la gestion politique de la nation. Au lendemain de notre indépendance, la nation fut divisée territorialement. Pétion dans l’Ouest… Christophe dans le Nord. Deux tempéraments oppo- sés politiquement et socialement. Ce qui nous a valu l’existence de deux états sur un espace territorial de 27.250 km2 : une République et un Royaume. Chacun de ses états hissait son drapeau, établissait son administration et présentait une vision différente de la politique. La division nationale disparait, un seul drapeau flotte sur le sol redevenu un et indivisible.

5e signification : La souveraineté nationale. La souveraineté et l’autonomie sont deux notions complémentaires.(souverain : caractère juridique ; autonome ; caractère administratif) Etre une nation souveraine et autonome, c’est établir dans les limites de son territoire les règles et principes de vie pour la pérennité de l’Etat. Notre drapeau flotte dans l’azur pour indiquer à tous, qu’une fois les principes établis, seuls les fils du pays ont le droit de les modifier dans le but de parvenir à une société plus humaine, plus juste, plus harmonieuse et respectueuse des droits des citoyens : droits à la vie et à la poursuite personnelle du bonheur.

6e signification : Existence du pays en tant qu’Etat. L’Etat est une autre forme de pouvoir politique. Il est le support indépendant des personnalités gouvernantes. C’est le drapeau qui symbolise la conti- nuité et l’autorité dont sont investis les gouvernants. Par conséquent, le drapeau est aussi le symbole vivant de la continuité de l’Etat.

7e signification : L’âme nationale.

Tous les idéaux nobles de grandeur qui ont contribué à faire de nous une nation reconnue et jadis respectée constituent une expression de la conscience nationale ou de l’ âme nationale. En dépit de nos luttes fratricides nous avons gardé un certain nombre de traits positifs qui faisaient l’originalité de notre personnalité : sentiment de l’honneur, amour passionné de la liberté, goût de l’héroisme. Qui d’entre nous possède encore ces sentiments ? Lesly Manigat répétait souvent :  «  Il nous faut retrouver l’âme des grands ancêtres ». C’est justement le but de ces fêtes nationales : nous aider à revivre les faits, à regarder les modèles et à ajuster notre comportement aux exigences de l’âme nationale.

!8 mai ! ce jour est pour nous, pour Haïti, un moment d’unité, de joie ; un jour privilégié durant lequel les Haïtiens se rassemblent, oublient les polémiques, les querelles politiques qui divisent   C’est aussi l’occasion de réfléchir sur ce qu’ est le pays aujourd’hui et sur ce qu’il doit être dans les 10 ou 20 an- nées à venir ; c’est le jour où nous devons penser à ce que nous sommes et nous engager pour être ce que nous voulons être. C’est enfin un temps de communion avec tous ceux qui ont consenti des sacrifices pour servir le pays au prix du sang.

Drapeau,                                                                                                                                                                                                                  En ce jour anniversaire de ta création                                                                                                                                                  212 ans d’existence,                                                                                                                                                                          tu flottes ! Tu flottes toujours dans le ciel.                                                                                                                                         Tu es le signe visible, la force tangible de la patrie.                                                                                                   Tu es le symbole de la dignité du cœur et de l’honneur.                                                                                                Sous les balles meurtrières                                                                                                                                                             de la Butte Charrier et de Vertières,                                                                                                                                                                 les esclaves, ces valeureux guerriers, au son du lambi,                                                                                                                    ont bravé et gravi les sentiers de la mort,                                                                                                                                                      décidant ainsi le sort de leur destinée…                                                                                                                                                            Ils n’ont pas reculé devant le danger de l’injustice,                                                                                                                                               parce qu’ils croyaient en toi, bicolore :                                                                                                                              rouge, représentant leur sang et les Mulâtres,                                                                                                                           bleu représentant notre ciel d’azur et les Noirs,                                                                                                                                                                          et, avec cette union fait la force,                                                                                                                                   rendre le pays indépendant non pas pour eux,                                                                                                                                       mais pour toutes les générations à venir                                                                                                                                                 pour nous, pour vous, pour moi.                                                                                                                                                              Reconnaissance à tous ceux qui ont travaillé dur,                                                                                                                                                        qui ont lutté pour nous procuré ce drapeau                                                                                                                                             et partant, un pays indépendant.

Bonne fête « bicolore ».                                                                                                                                                                                  Bonne fête à tous.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hommage à Marlene Rigaud Apollon

Marlene1

A20-Joyeux Anniversaire

 

Le 23 Mai est l’Anniversaire de Marlène Rigaud Apollon, éditorialiste à radio Solidarité et ancienne Coordonatrice du Mother Lange Guild de l’archidiocèse de Baltimore. Marlène est l’une  des étoiles de la Communauté Haitienne en Diaspora et un grand cadeau de Dieu au centre National de l’Apostolat Haitien à l’etranger

 

Je continue à me rappeler notre première rencontre avec Marlène et profite de cette occasion pour exprimer ma profonde gratitude à Monseigneur André Pierre, recteur de l’université Notre Dame d’Haiti qui a mis Marlene sur notre route.

 

On a rencontré Marlène à la première mini-Convention du Centre National. Monseigneur André Pierre était l’orateur principal de cette grande journée. Monseigneur Pierre profita de l’occasion pour créer un chapitre de Mère Lange à New-York. La Servante Marie Elisabeth est l’une des premières religieuges de race noire aux États Unis et candidate à la Sainteté. Marlène était à l’époque la Coordonnatrice du Chapitre de Mère Lange de Baltimore . Noblesse l’oblige Marlène était venue à cette mini convention et depuis lors elle est parmi les grandes amies du Centre National de l’Apostolat Haitien

.Son Excellence Monseigneur Guy Sansaricq souhaite un joyeux Anniversaire à Marlène en ces mots: Chère Madame Marlène:

 

Meilleurs voeux à l’occasion de votre anniversaire de naissance.

 

J’en profite pour vous exprimer ma reconnaissance pour votre collaboration à notre bulletin hebdomadaire.

 

Le mois de Mai est le mois des fleurs, le mois de la Vierge Marie, le mois du retour du soleil.

 

La Providence a voulu que vous ajoutiez une note de grandeur à la splendeur de ce mois de beauté.

 

+Guy Sansaricq

 

Mr. Max Auguste , directeur du Centre de formation Pierre Toussaint et Mother Lange souhaite un joyeux Anniversaire à Marlene: Très Chère Marlène,

 

C’ est toujours avec joie que nous voyons arriver pour toi un nouvel anniversaire de naissance, sachant que Dieu, entre-temps, n’ a fait qu’ augmenter ta sagesse et ta beauté d’ âme et de visage.Qu’ Il continue à prendre soin de toi et t’ accorde encore de nombreuses années pour poursuivre la semence du bonheur autour de toi.

 

Nous regrettons, bien sincèrement, que tu ne puisses être présente le dimanche 29 juin prochain pour recevoir le prix que nous te réservons. Tant de membres de “The Will of God-ML Chapter” souhaitaient rencontrer pour la première fois cette Marlène, leur marraine, dont le nom est sur les lèvres à chaque réunion.Mais sois rassurée qu’ il continuera à résonner ce jour-là.

 

Nous te souhaitons un anniversaire cousu en retour des sourires, des bisous, de la joie que tu répandes autour de toi, pendant que toutes les fleurs du printemps s’ alignent en compétition pour faire partie du bouquet déjà trop lourd pour être expédié.

 

Ad multos annos!

 

Le personnel du Bulletin du Centre National demande au Seigneur de continuer à benir Marlène et sa famille pour le plus grand bien de notre communauté

Le Personnel du Bulletin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diocèse de Brooklyn : Deux Nouveaux évêques

 

Brooklyn -Two new Bishops

 

 

 

Le diocèse de Brooklyn New York a accueilli avec joie la nomination de deux nouveaux évêques auxiliaires le Mardi 19 Mai de cette année. Ce sont le Père James Massa et le Chanoine Witold Mroziewski, deux prètres du Diocèse.

 

Le Père Massa agé de 54 ans est présentement le Modérateur de la curie diocésaine. Au Collége de Boston il acquit un baccalauréat en histoire et en Théology, à Yale University, une maitrise en divinité et ensuite à Forsham University un doctorat en Théologie Systématique. Il a occupé un poste important au Bureau de la Conférence des Évêques Américains comme Directeur exécutif de la commission oecuménique pour le Dialogue avec les autres religions. Il a été également professuer de Théologie au Grand Seminaire regional de la Province de New York.

 

Le Chanoine Mroziewski agé de 49 ans est né en Pologne où il fit ses études théologiques à l’Université de Lublin dans ce meme pays. Après avoir obtenu des dégrés avancés en Droit Canon il est rentré aux Etats=Unis en 1993, deux ans après son ordination sacerdotale. Il est à present Curé de la Paroisse Holy Cross de Maspeth Queens et promoteur de Justice pour les cas criminels au Tribunal Diocesain.

 

Ces deux prêtres ont toujours démontré leur foi profonde et un zèle éprouvé dans le service des fidèles. Ils sont d’authentiques témoins de la joie de l’Evangile.

 

La céréminie de consécration épiscopale aura lieu le Jeudi 20 Juillet à 2 pm à la co-cathedrale St Joseph de Brooklyn.

 

Nous présentons nos chaleureuses félicitations à ces deux prêtres élevés au ministère Apostolique et leur promettons nos prières pour un fructueux ministère.

 

 

 

Le Père Cyprian Davis est retourné

 

 

 

Nous annoncons avec tristesse la mort du Père Cyprian Davis, une des plus belles lumières du clergé noir américian. Il était moine bénédictain et était agé de de 84 ans.

 

 

Cyprian Davis

 

Il est devenu une sorte d’icone de la communauté Catholique noire à partir de son livre devenu classique sur l’histoire des noirs Catholiques aux Etats-Unis. Son livre extrèmement bien documenté a mis au jour la fidélité et l’heroisme des Catholiques noirs américains à travers l’histoire. Ils ont su rester asttachés à leur foi meme aux heures sombres où le racisme s’exercait dans les milieux catholiques avec autant de virulence que dans les autres secteurs de la société. On y trouve l’histoire de grands héros de la foi dans des personanges tels que Daniel Rudd, Augustin Tolson, Pierre Toussaint, Soeur Lange, sr Marie-Therese Duchemin etc. Ce livre est un monument qu l’on doit lire. Le Père Cyprien a souvent manifesté on grand amour pour le people Haitien et nos efforts dans l’Apostolat Haitien. Que son ame trouve le repos que le Seigneur réserve à ceux qui marchent dans la foi, la sincérité et l’amour inconditionnel!

 

 

St. Meinrad, Ind.

 

Cyprian Davis

A funeral Mass will be celebrated Thursday at St. Meinrad Archabbey in St. Meinrad for Benedictine Fr. Cyprian Davis, who died Monday at Memorial Hospital in Jasper. He was 84.

Davis wrote six books, including The History of Black Catholics in the United States, published in 1990. He was working on a revised edition of the book at the time of his death.

He also had written what is considered the definitive biography of Mother Henriette Delille, the black foundress of the Sisters of the Holy Family in antebellum New Orleans. Her sainthood cause was opened in 1988, and she was declared venerable in 2010.

Born Clarence John Davis on Sept. 9, 1930, in Washington, he joined the Catholic church as a teenager.

He studied at St. Meinrad Seminary from 1949 to 1956, was invested as a novice monk in 1950, professed simple vows in 1951, and was ordained to the priesthood in 1956.

Romero-small-versionWEB.jpgInterested in Oscar Romero? Check out this great article from our sister publication, Celebration.

Davis received a licentiate in sacred theology from The Catholic University of America in 1957 and a licentiate and doctorate in historical sciences from the Catholic University of Louvain, Belgium, in 1963 and 1977, respectively.

He began teaching church history at St. Meinrad in 1963, and in 2012 became the school’s first professor emeritus.

Davis was an archivist of the archabbey. He also belonged to the American Catholic Historical Association and the Society of American Archivists.

He also served as archivist for the National Black Catholic Clergy Caucus, of which in 1968 he was a founding member. Davis contributed to the second draft of “Brothers and Sisters to Us,” the U.S. bishops’ 1979 pastoral letter on racism, and helped write the initial draft of “What We Have Seen and Heard,” the 1984 pastoral letter on evangelization from the nation’s black Catholic bishops.

His other books include Christ’s Image in Black: The Black Catholic Community Before the Civil War, To Prefer Nothing to Christ, and The Church: A Living Heritage. He was co-author of Taking Down Our Harps: Black Catholics in the United States with Georgetown University theology professor Diana Hayes and Stamped With the Image of God: African Americans as God’s Image in Black with Dominican Sr. Jamie T. Phelps.

“Father Cyprian Davis was a significant leader as a Benedictine monk and priest of St. Meinrad Archabbey and as a spiritual writer, historian, and advocate for the vibrant presence of African-American Catholic leaders,” said a statement Monday from Archbishop Joseph Kurtz of Louisville, Ky., president of the U.S. bishops’ conference.

“Most of all, Father Cyprian was a humble child of God who sought in an unassuming way to live a life of holiness and to place his considerable talents at the service of Christ and his church,” Kurtz added.

Davis was honored numerous times. In 2007, he received the Marianist Award from the University of Dayton in Ohio. In 2003, he was awarded the Johannes Quasten Medal for Excellence in Scholarship and Leadership in Religious Studies by Catholic University. In 1992, Davis won the American Catholic Historical Association’s John Gilmary Shea Prize for “The History of Black Catholics in the United States,” for making the most original and significant contribution to the historiography of the Catholic church. He also won the Brother Joseph Davis Award in 1991 and was given an honorary degree in 2001 by the University of Notre Dame.

In a 2007 interview with Catholic News Service, Davis said his love of history is what helped motivate him to join the church. “I would never describe my odyssey as being an intellectual journey. It was more or less a falling in love with history. It made me fall in love with one of the things history talks about, and that would be the Catholic church,” he said.

He added his interest in U.S. black Catholic history started upon his return from his studies in Belgium in 1963. “All those times were in ferment, especially in regard to civil rights, and that’s when I began to realize its importance. People began to come and ask me about being black and Catholic: ‘What is my place in the church?’ ” he recalled. “That’s when I began to realize that this is important. … That’s when I began to do my own research.”

Interviewed at length by CNS in 1999, Davis said, “I think to a large extent the mentality of many black Catholics has been that we are a people who are almost like still on mission.” However, he added, “we also should have an understanding of contributions that have been made and are being made. And that there is more to being black and Catholic than the fact that we’ve got nice music,” he noted, laughing, “and that we probably do very, very wonderful liturgies. … There is more.

“There are more things that are out there. And we should be aware. And that we are a part — we are an integral part of the church. That is very important part. We’re an integral part of the church, and we’re not negligible.”

In a 1992 critique of the U.S. bishops’ 1990 pastoral letter “Heritage and Hope: Evangelization in the United States,” written in preparation for the fifth centenary of Christopher Columbus’ arrival to the Americas, Davis said: “What the pastoral fails to say is that both in North America as well as in South America, the Hispanic culture bore the marks of a Catholicism that was African as well as Native American, was black as well as brown.”

Also missing, he added, was acknowledgement that “bishops, priests, religious men and women, and institutions such as convents, monasteries and seminaries in the United States had their slaves.”

In a 2004 column for CNS, Davis said, “In another decade or so U.S. Catholics will learn that our church is more black, brown and in-between than Caucasian and more catholic than they dreamed. Will we be prepared for what that will mean?”

He is survived by a cousin and a niece

 

 

 

ENTRETIEN avec Clémence Rouvier, philosophe « Une responsabilité, pour une femme comme pour un homme, en Église est d’abord un service »

 

Clemence Rouzier

Selon Clémence Rouvier, directrice élue du 1er cycle du Theologicum de l’Institut catholique de Paris, la meilleure manière de répondre aux questions sur la place des femmes dans l’Église est toujours de revenir à l’Écriture et à la Tradition.

22/5/15 – 15 H 28

 

/DR

Clémence Rouvier, philosophe, directrice du 1er cycle du Theologicum de l’Institut catholique de Paris

/DR

Clémence Rouvier, philosophe, directrice du 1er cycle du Theologicum de l’Institut catholique de Paris

Avec cet article

Le pape François veut une « présence féminine plus incisive » dans l’Église

– En novembre dernier, le comité épiscopal « Études et projets » organisait à Lourdes un débat sur la place des femmes dans le gouvernement de l’Église en France, souhaitant y renforcer le rôle des femmes. Comment cela est-il possible, selon vous ?

Clémence Rouvier : Je côtoie beaucoup de femmes ayant des responsabilités dans différents lieux d’Église, à la Catho de Paris comme dans ma petite ville du diocèse de Chartres (Eure-et-Loir). Parmi elles, je n’en connais aucune qui soit dans une démarche militante féministe. Elles assument ces charges pour répondre à un appel ou pour donner sens à une recherche personnelle, mais sûrement pas pour revendiquer une place, une reconnaissance. Une responsabilité en Église, pour une femme comme pour un homme, est d’abord un service.

– Ne constatez-vous pas, dans ces lieux d’Église, une sorte de « plafond de verre » qui rend difficile l’accès des femmes aux postes supérieurs ?

  1. R. : En théologie, il n’y a pas de plafond de verre et ces catégories n’ont pas cours ici puisqu’il s’agit d’abord de compétences au sein d’un collège enseignant, où les décisions sont prises collégialement. Certes, je suis la première femme non-religieuse à être nommée à la tête du 1er cycle du Theologicum de la Catho de Paris, mais il y a ici énormément de laïcs formés, dont beaucoup de femmes qui sont encouragées à prendre des responsabilités à tous les niveaux.

– Les femmes semblent encore rares dans les conseils épiscopaux : pourquoi ?

  1. R. : C’est une question de personne et de culture : certains évêques ont le souci de nommer des femmes, d’autres moins.

– Mais n’y a-t-il pas, depuis une dizaine d’années, certaines restrictions à propos du rôle des femmes, par exemple, les lectures à l’ambon, ou la distribution de la communion eucharistique ou encore le service d’autel ? Des consignes romaines auraient-elles été données en ce sens ?

  1. R. : Non, il n’y a ni consignes ni lois générales dans ce domaine ! S’il y a un raidissement dans certains diocèses ou certaines paroisses, cela est plus lié à des habitudes locales et à certains prêtres, notamment quelques-uns de la jeune génération, en quête identitaire. Mais théologiquement, rien n’interdit aux femmes d’être proches de l’autel !

– Une femme formée théologiquement peut-elle prêcher des homélies ?

  1. R. : L’homélie est un acte pastoral, en cohérence avec la proclamation de l’Évangile et l’Eucharistie, et de ce fait liée au ministère ordonné. Et puis, ne réduisons pas la prédication aux liturgies ! Bon nombre de femmes prêchent des retraites spirituelles. En tant que théologienne, j’enseigne tous les jours la Parole à mes étudiants de la Catho de Paris, sans parler des lectures exégétiques de l’évangile de Marc que j’anime chaque mois dans ma petite paroisse près de Chartres devant une trentaine de personnes, dont mon curé. De même, j’avais été appelée comme experte au synode diocésain de Versailles (convoqué par Mgr Éric Aumonier en 2010-2011, NDLR) pour le suivi de sa préparation, l’accompagnement pendant toute sa durée et sa relecture finale devant le presbyterium. Lors de ce synode, le souhait avait été émis que des laïcs, femmes et hommes, puissent prêcher sous de nouvelles formes, mais je ne sais si cela a été mis en place.

– Selon vous, un ministère non ordonné de « diaconesse » pourra-t-il un jour être envisagé ?

  1. R. : Dans la mesure où il y avait des diaconesses dans l’Église primitive, la question peut légitimement être posée, le tout étant de savoir sous quelle forme ce diaconat féminin pourrait être envisagé. En fait, le prisme théologique pour répondre à toutes ces questions – qui sont pertinentes et qui peuvent parfois croiser des revendications sociales –, est toujours de revenir à l’Écriture et à la Tradition : tout en donnant aux femmes la primeur de l’annonce de la résurrection du Christ, la Bible invite à la complémentarité des responsabilités de l’homme et de la femme.

RECUEILLI PAR CLAIRE LESEGRETAIN

 

 

 

Proverbe

Sa Ki simen van , rekôlte tampèt

Tout sa ki ekri pa evangil

Zafè Koukou ak Frize pa gade wosiyòl

Youn bèl jaden pa paradi

Pi bèl Kalite fanm se kan li natirèl

Pito ou bay youn ènmi pase ou prete nan men Zanmi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelle place pour les femmes dans l’Église ?

 

Femmes das l'Eglise

Pour sa traditionnelle enquête de Pentecôte dans les diocèses de France, « La Croix » révèle que les femmes sont proportionnellement trois fois plus nombreuses à la base que dans les instances dirigeantes.

0

Bruno AMSELLEM POUR LA CROIX

Catherine Rivière (au centre), déléguée épiscopale à la pastorale sacramentelle et liturgique du diocèse de Lyon. Ce diocèse compte 41 % de femmes dans les instances dirigeantes, un taux supérieur à la moyenne nationale.

Bruno AMSELLEM POUR LA CROIX

Catherine Rivière (au centre), déléguée épiscopale à la pastorale sacramentelle et liturgique du diocèse de Lyon. Ce diocèse compte 41 % de femmes dans les instances dirigeantes, un taux supérieur à la moyenne nationale.

Avec cet article

ENTRETIEN avec Clémence Rouvier, philosophe « Une responsabilité, pour une femme comme pour un homme, en Église est d’abord un service »

Femmes dans l’Église: ce qu’en pensent les hommes

Les femmes pasteures ont trouvé leur style

Pour moi, être femme dans l’Église, c’est…

On les a longtemps crues cantonnées au fleurissement des autels et à la catéchèse. Or, aujourd’hui, elles sont théologiennes, économes, chancelières de diocèse, siégeant au côté de l’évêque dans son conseil rapproché… Plus que jamais, pas d’Église sans les femmes. Il n’est pas anodin non plus que deux d’entre elles – Frigide Barjot et Ludovine de La Rochère – aient entraîné les cortèges d’une « manif pour tous » largement composée de catholiques.

Pourtant, elles étaient bien rares à figurer dans la salle du Synode convoqué à Rome, parmi les évêques du monde entier, pour parler du couple et de la famille. La grande enquête menée par La Croix dans l’ensemble des diocèses de France confirme ce dont on pouvait se douter : pléthore à la base, les femmes se retrouvent peu nombreuses au sommet. Si trois laïcs sur quatre envoyés en mission par leur évêque sont des femmes, elles ne pèsent que le quart des membres dans les instances dirigeantes (1).

Dans certains diocèses, leur proportion passe même de 100 % à la base… à zéro dans les postes clés : Beauvais, Coutances, Dijon, Rouen. « Il y a quelque chose d’aberrant dans cette situation, lâche une femme invitée dans de nombreuses formations dans les diocèses. Beaucoup d’évêques ne voient pas qu’il y a un problème et cet aveuglement fait partie du problème ! »

CARTE INTERACTIVE. Cliquez sur les points pour afficher les statistiques de chaque diocèse.

« Nous devons jouer des coudes pour nous faire une place »

Alors que la parité fait son chemin en politique et dans l’entreprise, elles sont nombreuses encore à exprimer leur souffrance de ne pas être suffisamment reconnues ou associées à la prise de décision dans l’Église.

« Si j’ai eu la chance de travailler au service d’évêques courageux et novateurs sur ce plan, il y a de quoi être amère de constater à quel point nous devons jouer des coudes pour nous faire une place », souligne Marie-Claire Mantion, 60 ans, chancelière à Besançon après trente-six ans d’un parcours varié comme directrice de l’enseignement catholique, puis économe.

Principal verrou, le sacerdoce, qui conditionne l’accès à la plupart des postes à responsabilités. « En ne nommant que des prêtres dans son conseil épiscopal, l’évêque a simplement voulu manifester qu’ils sont ses plus proches collaborateurs », explique-t-on auprès du diocèse de Rouen. L’accent mis également, dans l’enseignement de l’Église, sur la spécificité de la « vocation de la femme » (des « sentinelles de l’invisible » selon Jean-Paul II) est aussi parfois une manière de justifier une réticence à associer davantage les femmes à la gouvernance. « Cela peut aussi s’avérer un piège, un faire-valoir pour maintenir les femmes à l’écart  des décisions, reconnaît Véronique Diaz, 56 ans, économe à Angoulême et mère de cinq enfants. Mais c’est à nous, en tant que femmes, d’être attentives à ce que ce ne soit pas le cas. »

> Lire aussi : Femmes dans l’Église: ce qu’en pensent les hommes 

Une évolution significative, mais lente

Plus largement, les diocèses n’échappent pas à la difficulté à vivre la parité dans l’ensemble de la société. « Lors de mon arrivée il y a sept ans, j’ai été plutôt bien accueillie, concède Véronique Diaz, première femme embauchée comme économe à Angoulême. Mais je n’échappe pas aux clichés et à certaines remarques, y compris de la part d’autres femmes. Si j’avais une cravate et un costume, je serais plus crédible ! »

Des pas significatifs ont cependant été franchis. Ainsi, on compte désormais 12 femmes chancelières et le même nombre d’économes diocésaines, postes stratégiques autrefois réservés aux prêtres. Avec la baisse des vocations, l’embauche de laïcs et la professionnalisation, conseillers, délégués épiscopaux et responsables de la communication se déclinent aussi, et de plus en plus, au féminin. C’est une femme passée par l’entreprise, Corinne Boilley, qui assume depuis 2012 la charge de secrétaire générale adjointe de la Conférence des évêques (CEF).

> En vidéo : « Les choses peuvent changer » 

Une marche irréversible ? Lente en tout cas, pour Marie-Jo Thiel, professeur à la faculté de théologie catholique de Strasbourg, qui ne s’attend pas à une révolution. « Il faut être réaliste et intégrer peu à peu des femmes à tous les postes de gouvernance, et pas seulement les religieuses. Par exemple, nommer une femme cardinale – juridiquement possible – du jour au lendemain ne servirait à rien car elle ne serait pas en mesure de gouverner, faute de collaboration. » « Faire monter les femmes en responsabilité prendra du temps si l’on ne veut pas les mettre uniquement pour faire joli », confirme une responsable diocésaine de la communication.

Faut-il imposer la parité ?

En attendant, malgré les bonnes volontés épiscopales, de grandes disparités subsistent. Si dans la plupart des cas, la collaboration entre femmes et clercs se passe bien, l’équation repose le plus souvent sur la personnalité du prêtre ou de l’évêque. Édith, mère de famille, a longtemps fait partie de l’équipe pastorale de sa paroisse parisienne en tant que responsable de la catéchèse. « L’arrivée de prêtres plus jeunes, avec une approche plus cléricale, a remis en cause cette coopération harmonieuse avec les laïcs. Avant même la fin de mon mandat, j’ai senti que c’était la fin pour moi… »

Faut-il imposer la parité ? « Il ne suffit pas de proclamer un principe pour y parvenir, objecte Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille qui pilote le comité ”Études et projets” sur “Hommes et femmes” au sein de la conférence épiscopale. Beaucoup de prêtres essaient de constituer leur équipe paroissiale sur une base paritaire mais ne trouvent pas forcément le nombre d’hommes ou de femmes nécessaire. Quant aux postes à responsabilités, j’estime que seule la compétence doit prévaloir. » Toujours est-il que l’Église sera d’autant plus crédible dans la société en encourageant la différence et l’altérité qu’elle les vivra dans ses propres structures.

 

 

A la Une: garde à vue pour 6 policiers impliqués dans la mort de Freddie Gray

Par Véronique Gaymard

Six policiers impliqués dans la mort de Freddie Gray ont été inculpés par un grand jury de Baltimore.RFI/Anne-Marie Capomaccio

Un grand jury de Baltimore a formellement inculpé les six officiers de police impliqués dans la mort de Freddie Gray qui avait succombé à une blessure cervicale une semaine après son arrestation le 12 avril dernier, ce qui avait déclenché des émeutes. Le Baltimore Sun publie les photos de trois officiers blancs, deux noirs et une femme noire, inculpés pour violence volontaire ayant entrainé la mort et mise en danger de la vie d’autrui. L’un d’eux est en plus inculpé de meurtre. Selon le New York Times, ces inculpations ne diffèrent pas de celles retenues par la procureure, mais ce qui est nouveau, c’est qu’un grand jury se mette d’accord pour ces inculpations dans un cas qui a généré une attention nationale.

 

 

 

 

 Archbishop Oscar Romero

Le Salvador se prépare pour la béatification de monseigneur Romero, assassiné en 1980   Assassiné en pleine messe au début de la guerre civile en mars 1980, l’archevêque Romero, surnommé « l’évêque des pauvres » sera béatifié samedi au Salvador après des décennies de polémiques, titre Infolatam. Car il est désormais considéré comme martyr par l’Église catholique. Le 23 mai, le Salvador sera le centre religieux le plus important d’Amérique Centrale, renchérit Diario Co Latino : plus de 250 000 personnes sont attendues autour de la Place des Amériques, avec un imposant dispositif de sécurité. Accueillant l’envoyé spécial du Vatican Angelo Amato, l’archevêque de San Salvador José Luis Escobar Alas a déclaré que l’église souhaitait « que les assassins de monseigneur Romero demandent pardon » et « que les entités judiciaires poursuivent leurs enquêtes », précise El Mundo.

 

 

 

 

A la Une: Etats-Unis/Cuba, vers de nouvelles relations diplomatiques

Par Véronique Gaymard

 

 

Cuba

 

Une ambassade américaine pourrait bientôt être ouverte à Cuba. (Photo: Raul Castro et Barack Obama à l’ouverture du sommet des Amériques au Panama, le 10 avril 2015).REUTERS/Peru Presidency

Les Etats-Unis et Cuba se sont dits optimistes sur le rétablissement de leurs liens diplomatiques, alors que des discussions doivent reprendre ce jeudi au département d’Etat américain, explique le Washington Post. Selon le sous-directeur aux affaires américaines du ministère cubain des Affaires étrangères, Gustavo Machin, il pourrait s’agir de la dernière phase de discussions, car « nous ne voyons pas d’obstacles, juste des questions à résoudre », a-t-il déclaré lundi.

Obama devra informer le Congrès au moins 15 jours avant l’ouverture de l’ambassade américaine à Cuba, précise le Washington Post. Mais selon le département d’Etat, cela pourrait être fait avant d’arriver à un accord final. Parmi les obstacles levés pour y parvenir, la décision de retirer Cuba de la liste des Etats qui soutiennent le terrorisme, qui devrait prendre effet le 29 mai.

La section des intérêts cubains à Washington autorisée à ouvrir un compte bancaire

Depuis plus d’un an, les Etats-Unis refusaient que la section des intérêts cubains ait accès à un compte bancaire, à cause de l’embargo. Du coup, Cuba avait un personnel restreint à Washington et devait effectuer toutes ses opérations financières en espèces. Selon La Jornada, un accord a finalement été trouvé hier avec une banque américaine, dont le nom n’a pas été révélé. Le gouvernement de Raul Castro serait en négociations avec une banque de Floride, rapporte le Miami Diario.

Ces deux obstacles levés (retrait de Cuba de la liste des Etats soutenant le terrorisme et levée de l’interdiction de compte bancaire aux Etats-Unis) sont de bon augure pour un rapide rétablissement des relations diplomatiques. Mais pour Cuba, une véritable normalisation impliquerait la levée de l’embargo et la fermeture de la base de Guantanamo, conclut le Washington Post.

Ce mardi, une course amicale de Hobbie Cat, des petits catamarans, s’est déroulée entre équipes cubaines et américaines le long du célèbre Malecón de La Havane, rapporte El Nuevo Herald. Le journal précise que les participants américains ont obtenu, pour la première fois depuis quinze ans, l’autorisation de leur gouvernement de naviguer jusqu’à Cuba.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Good to know        Explaining one’s faith (Apologetics).

 

Diacre Paul

                                                                                                                                                                         Deacon Paul C. Dorsinville.

Saint Peter told that one should be ready to explain one’s faith. Today, with the challenges of persecution, agnosticism, atheism, pantheism, polytheism, syncretism, etc., as believers and evangelizers we need the knowledge and skills to explain and defend our faith more than ever. It is time to rediscover “apologetics” updated to the current situation.

For instance, how do you explain to someone that one cannot practice both Catholicism and voodoo? You need to discuss the following points:

Is voodoo true? Is voodoo morally good? Does voodoo save?Is voodoo educative? Is voodoo useful ( re: discernment by conformity to Scripture, Church Magisterium and by the impact on individual and community)?

Food for thought!                                                   +                        +                     +

Saint Pierre a dit qu’on devrait être prêt à expliquer, justifier sa foi. Aujourd’hui avec les défis de persécution, agnosticisme, athéisme, panthéisme, polythéisme, syncrétisme, etc., en tant que croyants et évangélisateurs nous avons besoin de la conaissance et des techniques pour expliquer et défendre notre foi plus que jamais. Il est temps de redécouvrir “l’apologétique” mise à jour pour la situation courante.

Par exemple, comment expliquer à quelqu’un pourquoi on ne peut pratiquer le catholicisme et le vaudou à la fois?  Il faut être en mesure de discuter les points suivants:  Vaudou et vérité; Vaudou et moralité; Vaudou et salut; Vaudou et connais-sance; Utilité du Vaudou (d’après les critères de discernement: Conformité à l’Ecriture et au Magistère de l’Eglise, impact sur l’individu et la communauté).

Matière à reflection!
In Brief

Centre National –Invitation

ALL ARE INVITED TO THE

 

THE 30TH CONVENTION OF THE HAITIAN APOSTOLATE

                 An unforgettable experience

     

ON JUNE 13th 2015 FROM 9 AM TO 6 PM

 

PLACE: ST JOSEPH UNIVERSITY

               5600 WEST CITY AVE

               PHILADELPHIA PA 19131            

 

THEME: MAKE YOUR MARRIAGE STRONG IN CHRIST JESUS

                 LISTEN AND EXCHANGE YOUR VIEWS WITH A GREAT NUMBER OF ENLIGHTENED SPEAKERS.

                 PARTICIPATE IN CONFERENCES, WORKSHOPS AND CELEBRATIONS.

 

FEE:       $25.00 (+AN ADDITIONAL $10.00 IF YOU RESERVE YOUR LUNCH AHEAD OF TIME)

 

REGISTER: HAITIAN APOSTOLATE       332 East 32nd St         BROOKLYN NY 11226

 

TELEPHONE:   718-856-3323.

 

“THE DISCIPLES WERE OF ONE HEART SHARING EVERYTHING TOGETHER.”

 

SI OU KWÈ NAN KOMANDMAN TÈT ANSANM LAN, OU PA KA PA LA!

ENSKRI JODI A MENM!

 

 

notre_dame_du_cap_shrine_quebeccard_souvenir_canada_spirit_queen__885ce99b

Invitation au Festival de l’Assomption

du 8 au 16 août 2015

Bonjour à vous, fidèles organisateurs et organisatrices de pèlerinages!

 

En son Sanctuaire, Notre-Dame-du-Cap vous invite au Festival de l’Assomption qui se tiendra du 8 au 16 août 2015 sous le thème « Sur les pas du cœur qui bat… ». Comme le veut la tradition, la fête de l’Assomption atteindra son sommet le samedi 15 août. Cette année, nous accueillons le 1er cardinal d’Haïti, Mgr Chibly Langlois. Nous souhaiterions vous recevoir dès le 12 ou le 13 août pour bénéficier de notre programme de prédication-eucharistie en après-midi, de nos soirées festives dès 19 h 30 et de la fête à « Manman » durant tout le week-end.

 

La fête de l’Assomption débutera le vendredi 14 août. En soirée, dès 19 h 30, nous aurons un concert par la troupe « Éclat » de Brooklyn suivi de la procession aux flambeaux et d’une veillée de louange et d’adoration animée par la communauté haïtienne à 21 h 30. Cette année, le Père Wedner Bérard, o.m.i, coordonnera les activités de la pastorale haïtienne. Nous vous proposons également des kiosques de nourriture créole du 14 au 16 août ainsi qu’un kiosque d’exposition de tableaux haïtiens durant tout le festival.

 

Le samedi 15 août, il y aura chemin de la Croix à 10 h 30, suivi de la grande messe en créole dans la Basilique présidée par Mgr Langlois à midi. Un dîner « levée de fonds » en l’honorable présence du Cardinal Langlois et des prêtres concélébrants au profit des œuvres pastorales du Cardinal se tiendra après la messe de 14 h 30 à 16 h 30. Une fête culturelle suivra en après-midi sous le chapiteau à 17 h. Les festivités se poursuivront en soirée par un concert dès 19 h 30, suivi de la procession aux flambeaux et du feu de joie. Par la suite, place au programme de la NUIT BLEUE où le groupe « Éclat » de Brooklyn se produira de nouveau à 23 h!

Toujours présidée par Mgr Langlois, le dimanche 16 août, il y aura messe en créole-français à 10 h dans la Basilique. Un pique-nique familial se tiendra dans les Jardins du Sanctuaire dès 11 h et un concert d’orgue à 14 h dans la Basilique clôturera les festivités.

 

Un dépliant promotionnel complet sera disponible sur notre site internet d’ici la fin mai (www.sanctuaire-ndc.ca). Nous vous prions, en tant qu’organisateurs et organisatrices, de confirmer la venue de votre groupe en contactant le bureau des pèlerinages par téléphone (1 819 374-2441) ou par courriel à l’adresse pelerinages@ndc-cap.com.

 

Venez nombreux fêter ensemble la maman du peuple haïtien et de toute l’Église!

 

 

 

14 h Prédication et eucharistie à la Basilique.

19 h 30 Soirée festive devant la Basilique avec l’abbé Dany Dubois, prêtre chanteur, suivie de la procession aux flambeaux.

Jeudi 13 août

14 h Prédication et eucharistie à la Basilique.

19 h 30 Soirée festive avec le diacre Paul Racette témoin de Compostelle, suivie de la procession aux flambeaux.

Vendredi 14 août

14 h Prédication et eucharistie à la Basilique.

19 h 30 Concert par la troupe « Éclat » de Brooklyn et autres artistes, suivi de la   procession aux flambeaux.

21 h 30 Veillée de louange et d’adoration animée par la communauté haïtienne.

Samedi 15 août

10 h 30 Chemin de Croix dans les jardins du Sanctuaire.

12 h Grande messe en créole présidée par le cardinal d’Haïti Mgr Chibly Langlois.

De 14 h 30 à 16 h 30 Dîner « levée de fonds » avec le cardinal Mgr Langlois au sous-sol de la Basilique.

17 h Fête culturelle de la communauté haïtienne au sous-sol de la Basilique.

19 h 30 Soirée festive devant la Basilique suivie de la procession aux flambeaux.

21 h 30 Nuit bleue, concert avec la chanteuse Sylvie Desgroseillers.

23 h Concert au Petit Sanctuaire avec troupe « Éclat ».

Dimanche 16 août

10 h Messe en créole-français avec le cardinal Mgr Langlois à la Basilique, suivie d’un pique-nique dans les jardins du Sanctuaire.

 

Père Yoland ouellet, o.m.i.                                                                 Père Wedner Bérard, o.m.i.

Recteur, Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap              Coordonnateur pour la communauté haïtienne

 

In Brief

From Here to Haiti, Ltd.

ANNUAL WALKATHON

Saturday, May 30, 2015  10:00 a.m. to 1:00 p.m.

 

 

TWO LOCATIONS:

Canarsie Park in Brooklyn

(Entrance at Seaview Ave & E 86 St.)

In collaboration with The National Center of the Haitian Apostolate

 

Little Bay Park in Queens

(Entrance at Utopia Parkway – Whitestone)

In collaboration with Solidarite Haitiano-Americaine de Long Island

 

 

Registration fee $20

(Same day registration: $30)

 

Register online : http://www.fromheretohaiti.org

Pre-registration (before May 15th) includes a FHTH t-shirt.

Children under 10 are free but must be accompanied by a registered adult.

 

Participants will receive a gift bag filled with promo items and a chance to win prizes.

 

 

 

 

 

Consider becoming a sponsor.

For information, call any representative listed below.

 

 

Patricia Brintle: 646-209-3891 — Sonia S.R. Bienvil: 516-325-5052 — Joseph LouisXVI: 516-884-7841

Michael Jean:   347-265-6028 — Michelle Guerrier: 347-725-9384

 

 

 

 

From Here to Haiti, Ltd.

1446 Utopia Parkway, Whitestone, NY 11357

www.fromheretohaiti.org     fromheretohaiti@gmail.com

646-209-3891       718-746-3012

 

 

FROM HERE TO HAITI, LTD. is an exempt organization under section 501(c)(3) of the IRS Code. The IRS has determined that FHTH is a public charity under section 509(a)(2) and that contributions to FHTH are tax deductible under section 170 of the Code.

 

  •  Centre National de Apostolat Haitien-Convention
  • Cette année la convention se fera en une seule journée bien remplie. Theme: Batir son marriage sur Jesus. Date : Samedi 13 Juin de 9 am à 7 pm.  De grace, inscrivez vous d’avance. 332 East 32nd St Brooklyn NY 11226.  
  •  
  • Pour toute information: 1-718-856-3323.
  •  
  • Frais d’enregistrement: $25.00 (+plus $10.00 si vous prenez le lunch à midi)
  • Lieu: St Francis University Philadelphia PA
  •  
  •  
  • Pilgrimage To BaltimoreYou are all invited  to a great pilgrimage on the sites of Mother Marie  Lange  and to a promenade  at Baltimore Inner HaborSATURDAY JULY 18, 2015DONATION $60.00 (if you pay before June 18, $65.00 after that)SPONSORED BY THE”PIERRE TOUSSAINT AND MOTHER MARY LANGE INFORMATION AND SERVICE CENTER”N.B-WE WILL BE DIRECTED BY FR. MAURICE ELDER HYPPOLITE,SDB, coming from Haiti==========================================================LEAVING: Saturday July 18 at 7:30 a.m.Boarding: 1921 John F. Kennedy Blvd. Jersey City, NJ (Between Fulton & Woodlawn Aves.)RETURNING: Saturday 18 at 5:30 p.m.Boarding: 5:00 p.m.Arrival # 9:00 p.m.For more information please : CALL: 201-332-6753Max Auguste, Director
    •  
    •  
  • 24ème Congrès du Renouveau Charismatique des Haitiens d’Outre Mer
  • HAÏTIEN DE L’AN 2015Cliquez Ici Date:Vendredi 31 Juillet 2015 Samedi 1 Août 2015 Dimanche 2 Août 2015 Location:Meadowlands Exposition Center 355 Plaza Drive Secaucus, New Jersey 07094 Information?
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s