Latest News-October 19, 2014

Business Card 1

Perpetual Help

 

 

 

Pensée de la semaine:
“Le Royaume de Dieu n’est pas une société de gens parfaits mais de pécheurs pardonnés”.

 

 

 

 

Thought of the week: “The Kingdom of God is not a perfect society but sinners forgiven people.”

 

 

Pensamiento de la semana: “El Reino de Dios no es una sociedad perfecta, sino a pecadores perdonados personas.”

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE 29TH SUNDAY (OCTOBER 19TH, 2014)

Isaiah 45, 1, 4-6; Psalm 96; I Thessalonians 1, 1-5b; Matthew 22, 15-21

 

DSC_5776

 

   By +Guy Sansaricq

In today’s sacred readings we find these well known words of Jesus: “Repay to Caesar what belongs to Caesar and to God what belongs to God.” Jesus’ purpose in making this statement was above all to foil the plot of the Pharisees who were setting up a trap to catch him. Had Jesus said “pay the tax to Caesar” he would be widely viewed as a collaborator of the hated Roman invaders and right away lose the people’s favor. On the other hand, had he said “Don’t pay the tax,” he would be denounced to the Roman authorities as a dangerous rebel. Jesus’ concise and cleverly answer left his enemies speechless.

 

But there is a deeper meaning to the axiom. God is the first Lord. Homage is to be rendered to Him in the first place. Once this is established, the rules and laws of society will invariably lead to fairness, justice and peace. Don’t expect God to come down and write the rules and regulations of every society. It’s a prerogative we are called to exercise but always in conformity with God’s law of justice and love.

Regardless of the social system that is adopted, we have inescapable obligations toward society and government. Practical answers about the validity of this rule or that rule will flow naturally from our radical loyalty to the Supreme Ruler. Once we lose this primary perspective, confusion reigns.

Our modern societies tend by enlarge to be secular if not atheistic. No wonder the overwhelming confusion that reigns in areas of human rights or about the direction to give to the economy! No wonder that there is so much violence and wars! We need to take very seriously these words of Jesus: “Render to God what belongs to God.” From this will flow PEACE!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

REFLEXIONS SUR LES LECTURES DU 29ème DIMANCHE (19 Octobre 2014)

Isaie 45, 1, 4-6; Psaule 96; 1 Thessaloniciens 1, 1-5; Mathieu 22, 15-21            

 

DSC_5776

 

Par +Guy Sansaricq

 

“Donnez à Cesar ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu.” Ainsi tomba des lèvres de Jésus cette réponse lumineuse et inattendue. Les pharisiens en furent abasourdis. Comment comprendre cet axiome souvent cité et souvent aussi mal interprété?

Il faut d’abord noter la prééminence de la seconde partie de la phrase, “Donnez à Dieu ce qui appartient à Dieu.” Trop souvent nous essayons de résoudre nos problèmes en excluant Dieu de l’ équation. “DIEU D’ABORD” et ensuite les priorités sont établies. Il est le Premier et le Dernier, l’ALPHA et l’OMEGA. Quel sens peut-on donner au monde et à la vie quand cette perspective est niée?

 

Jésus veut donc faire comprendre aux Pharisiens et au monde de tous les siècles que les lois, les règles et les prescriptions doivent ètre avant tout ordonnées à Dieu. Comme chrètiens dans le monde, notre témoignage comporte une dimension politique et sociale que nous devons assumer.

 

Dieu a fait de nous des ètres responsables. Il ne va pas decendre du ciel et écrire pour nous en detail les règlements de l’état. C’est à nous de le faire en fonction de circonstances de temps et de lieu. Ce qui est essentiel c’est que nous gardions nos regards fixés sur le Dieu de l’amour, de la justice et de la

Vérité. Quand cette perspective est préservée, les systemes politiques produisent le progrès et la paix. Quand Dieu est nié, c’est la confusion, l’injustice, les confrontations sans fin, la guerre.

Il nous faut vraiment prier et lutter pour redonner au monde moderne ce SENS DE DIEU D’ABORD

Bishop Guy Sansaricq

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait du discours « L’Idéal Dessalinien » de Louis Mercier (À la Reconquête de l’Idéal Haïtien : Une voix d’hier pour aujourd’hui et demain, pp 37… 43) à l’occasion de l’inauguration du portrait de Dessalines dans la “Galerie des Héros Américains” du Lycée Philippe Guerrier du Cap-Haitien,  le 17 octobre 1941

 

Marlene

 

Marlène Rigaud Apollon

 

Son leitmotiv le plus mémorable de ce discours, répété plus d’une dizaine de fois et élaboré à chaque fois et dont je fais le titre de ce passage est le suivant:

 

Desalin2014NY-1

 

« On n’est pas Haïtien si on n’est pas Dessalinien »

 

Dessalines est le plus authentique et le plus pur produit du régime colonial, celui qui semble avoir reçu la plus forte impression du stigmate de l’esclavage, qui en a le plus souffert et dont les actes ne sont qu’une réaction violente de maîtres violents.  Si on étudie sa vie sans avoir au préalable approfondi les horreurs du régime colonial, si on ne place pas Dessalines dans le cadre véritable où il a évolué, on commet une erreur considérable qui fausse tous les jugements qu’on peut porter sur lui.

Il faut se dépouiller de ses conceptions de civilisé et de chrétien, se mettre, si j’ose dire, à l’état neutre, pour ensuite sonder les profondeurs du mal colonial, se résigner à s’enliser dans la boue infecte de l’esclavage, afin de comprendre Dessalines, son comportement et le bien que nous lui devons….

On lui a prêté des cruautés inouïes, comme si l’on est cruel quand on rend aux adversaires cruels la monnaie de leur pièce. Des soldats indigènes sont indignement mutiles à l’Acul. Le lendemain, tout autour de la ville du Cap, pendent sur de nombreux gibets, les cadavres de soldats français. C’était la réponse logique de Dessalines….Quand on désire conquérir une patrie et la conserver afin de sauvegarder sa Liberté, on doit employer les moyens qui s’imposent.   La guerre se fait avec les armes de la guerre ou ne se fait pas du tout. Dessalines était le seul homme qu’on pût opposer à Rochambeau et à tous ses barbares officiers.  Il est temps que les Haïtiens réalisent pleinement cette vérité: PAS DE DESSALINES, PAS D’INDÉPENDANCE !

…. Nous commençons à reprendre conscience de notre personnalité et de notre vocation.  Dessalines grandit de plus en plus et devient un magnifique symbole.  Il incarne notre Idéal de Peuple Noir, d’Unique Peuple Noir Libre et Indépendant….

C’est pourquoi, dans l’espoir d’élever toute une jeunesse qui cultive le sublime IDÉAL DESSALINIEN, nous plaçons aujourd’hui, dans la Galerie des Héros Américains du Lycée Philippe Guerrier le portrait de cet Être Immense par ses souffrances, Immense par sa haine de la haine, Immense par ses Réalisations, Immense par la Prodigieuse Projection qu’il a lancée dans cette voie ténébreuse que suit notre humanité, cet Être qui s’appelle

JEAN-JACQUES DESSALINES, L’IMPERATOR.

 

Et pour revenir au titre,

ON N’EST PAS HAÏTIEN SI ON N’EST PAS DESSALINEN, c’est-à-dire si on ne fait pas l’impossible pour aider l’Haïtien à monter haut, encore plus haut, toujours plus haut, afin d’imposer le respect et la considération de ceux qui n’attachent de l’importance qu’aux biens matériels et aux connaissances intellectuelles, sans aucune considération de la valeur morale de l’individu.

N’est-ce pas en partie ce qui nous est demandé à chacun ? Une grande part de L’idéal de Radio Solidarite dont nous célébrons la quatrième année d’existence ?

 

JOYEUSE 4ème ANNÉE A TOUS CEUX QUI CONTINUENT A TRAVAILLER D’ARRACHE-PIED POUR REMPLIR LA MISSION QU’ILS SE SONT DONNÉE.

Je suis heureuse de pouvoir vous accompagner.

JOYEUSE 4ème ANNÉE, RADIO SOLIDARITÉ!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FR. JEAN-MIGUEL AUGUSTE’S INSTALLATION AS PASTOR AT ST PIUS THE XTH PARISH IN QUEENS NY

 

Father Miguel 12

 

Last Sunday October 12th, a crowd of about 800 people flocked to the Church if St Pius Xth to attend the installation of Fr. Miguel Auguste as Pastor of this Rosedale Parish in Queens NY.

 

 

DSC_5776

 

Bishop Guy Sansaricq represented Bishop DiMarzio the titular Bishop of the Diocese to proceed with the ceremony. He was assisted by Fr. Thomas Pessei the regional Vicar of Queens who read the decree of installation.

 

The ceremony took place after the reading of the Gospel. Fr. Jean Miguel made his public profession of faith and pledged to be a caring, compassionate and enlightened shepherd of his flock.

`

The enthusiasm of the people was exceptionally warm. Fr. Miguel is indeed a very well liked priest, one who brims with spiritual energy, clear vision of his role, a strong personality and a great proximity with his people.

 

DSC_5782

 

Bishop Sansaricq, in his homily stressed the importance of a pastor in a parish. The role of the Pastor is manifold but two aspects can be highlighted today, he said. The Pastor must first feed his flock with good nourishment that is good solid doctrine. There is too much confusion in the prevalent culture that enwraps us. He went on to point to some of the current challenges. Then the second aspect that was stressed is the duty of the Pastor to defend the flock against the wolves. False prophets and false philosophies threaten the stability of our people in the Catholic faith we profess. Vigilance is necessary.

 

 

DSC_5806

Bishop then linked the theme of the installation to the particular Scripture readings of the day where Jesus spoke about the joy granted to those who accepted his invitation to the wedding feast. The wedding image highlights the theme of LOVE that best describes the relationship of God with us. Jesus is the husband, the bride is the Church. The Pastor of a parish marries his flock and is therefore bonded to his people as a husband is made one with his wife. Fr. Miguel is called to stand in your midst as a loving shepherd who reflects in his demeanor the face of Jesus the head shepherd of the Chu

There were close to 20 priests and deacons in the sanctuary. The choir, forty members strong, electrified the congregation. The crowd pressed together like sardines joined in the singing sometimes with hand clapping.

 

At the end Fr Auguste moved to the pulpit for his words of thanks. He was brief but received applause

after almost each one of his sentences. A hymn to Mary “Au pied du trone de Marie” was sung very loudly by an emotional congregation, at the special request of Fr. Miguel as this was one of his mother’s favored hymns. The close to 90 years old mother was sitting at the first pew.

 

After the mass, a reception was held under a tent in the spacious parking lot of the Church.

 

Congratulations! Dear Fr. Jean-Miguel! May God’s blessings surround you in your sacred ministry!

 

 

 

 

 

 

 

 

INSTALLATION DU PERE J-MIGUEL AUGUSTE COMME CURE DE LA PAROISSE ST PIE DIX DE QUEENS.

 

DSC_5762

 

Une véritable atmosphere de fête régnait a Rosedale Queens cette après-midi du 12 Octobre. Au moins 800 personnes sinon plus s’empilaient comme des sardines dans l’eglise trop petite de cette paroisse

qui battait de l’aile avant l’arrivée du dynamique Père Miguel. Par decision de l’Evêque titulaire du Diocèse, Mgr. DiMarzio, Père Auguste devait être installé comme curé. Voila ce qui avait attiré cette grande foule d’amis tous frémissant de joie.

 

DSC_5776

 

Mgr. Guy Sansaricq était celui qui devait présider à la cérémonie d’installation ainsi que le vicaire regional de la zone, Père Thomas Pettei. Près d’une vingtaine de prêtres et de diacres occupaient les sièges du sanctuaire. Une chorale de plus de quarante membres animaient le service avec une énergie et ferveur irrésistible. Rarement rencontre-t-on une liturgie aussi vibrante!

Après la proclamation de l’Evangile, le décret d’installation fut lu et Mgr. Sansaricq présenta à l’assemblée son nouveau curé. Les applaudissements qui éclatèrent pourraient presque faire tomber les murs de l’édifice s’ils n’étaient pas bien affermis.

 

DSC_5763

 

Mgr. Sansaricq ensuite prononca l’homelie de circonstance où il souligna le role essentil du curé pour nourrir ses fidèles et les protéger des défis de la culture ambiante. Il recommanda au nouveau curé de demeurer toujours ancré dans la prière et l’étude. Le thème de l’Evangile du jour étant celui de l’invitation du Christ au banquet des noces, l’Evêque souligna que l’image des noces fait ressortir l’amour de Dieu qui épouse l’humanité. Ainsi donc le Curé de Paroisse est comme un mari qui épouse sa communauté.

Chorale St Pius

 

A la fin de cette festive célébration, Fr. Miguel s’approcha de la chaire pour son mot de remerciment.

D’un ton ému il remercia ses nombreux amis de leur présence et s’engagea à servir et à aimer ses paroissiens de toutes ses energies et de toutes ses forces. Les applaudissement de la foule l’empéchèrent presque de continuer son discours. A la cloture, le cantique “au pied du trone de Marie” fut chanté a pleine voix par une foule émue. C’est que ce cantique, réclamé par Père Miguel est le chant préféré de sa pieuse maman qui était assise au premier rang. Que le Seigneur la bénisse!

Après la benediction finale, le clergé dut se faufiler pour sortir de l’Eglise car la foule voulait tomber au cou du nouveau curé pour le féliciter chaleureusement.

 

Une belle reception fut offerte sous une grande tente fixée dans la cour pour la circonstance. La fète se continua donc dans l’allégresse collective.

 

Compliments au Père Miguel. Que le Seigneur le garde toujours et que son ministère fasse avancer le Royaume de Dieu au milieu de notre peuple!

 

Le Personnel du Bulletin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RADAKA -Entretien avec le Docteur Phara Jean

 

Dr Phara Jean

Radio TéléSolidarité était très heureuse d’avoir un entretien avec le Docteur Phara Jean, ancienne présidente du groupe de prière RADAKA, l’une des jeunes étoiles de la communauté haïtienne du diocèse de Brooklyn et ancienne étudiante du Collège Pastoral.

Rappelons que le Dr Phara arriva aux États-Unis en l’année 1999. Comme tout jeune avisé et responsable, elle a été à l’école et au terme de ses études supérieures elle a décroché un Doctorat en Physiotérapie de l’Université de Long Island. Docteur Phara avait ainsi bien compris que l’éducation est la clef du succès. Voilà pourquoi elle a pris ses études très au sérieux et est devenue un grand exemple pour tous les jeunes qui croient que les études peuvent ouvrir bien des portes.

Dans l’entretien qu’elle a accordé à RadioTélésolidarité, Docteur Phara a mentionné que le groupe de prière RADAKA est entrain de célébrer son 20ème anniversaire de fondation. Pour cette occasion Monseigneur Sansaricq a célébré une messe d’action de grâce le 11 octobre à la paroisse Holy Innocents pour le groupe. Dans son homélie Monseigneur Guy Sansaricq a insisté particulièrement sur l’importance pour les membres de ce groupe de travailler ensemble. Radaka aura une grande soirée de gala le samedi 25 octobre 2014 avec la participation de l’une des princesses de la musique haïtienne Émeline Michel. Nous invitons toute la communauté haïtienne à participer à cette grande soirée de gala.

En outre, rappelons que le groupe RADAKA aide une école en Haïti, ses membres visitent certains Shelters pour les fêtes de noël. Ils comprennent ainsi que la foi sans les oeuvres est une foi morte.

Par ailleurs, le Docteur Phara nous a fait savoir qu’elle a déjà 12 ans dans le groupe RADAKA et les raisons qui l’ont motivées à entrer dans cegroupe. Au début très timide, aujourd’hui elle peut chanter et prier en public sans aucun problème. Elle nous a parlé aussi de son expérience comme ancienne présidente du groupe RADAKA et du groupe RADAKA JUNIOR dont elle est la responsable. Ce groupe a des jeunes entre 5 et 18 ans et ces derniers participent à la messe dominicale, chantent une fois par mois dans les messes dominicales à la paroisse Holy Innocents dont le Père Pascal Louis est l’administrateur. En somme, ces jeunes sont dans la bonne direction.

Le Personnel du Bulletin du Centre National remercie le Docteur Phara Jean pour sa disponibilité et souhaite un joyeux anniversaire au groupe RADAKA tout en invitant le peuple de Dieu à participer en grand nombre à la soirée de gala du groupe. Pour écouter l’entrevue du Docteur Phara clicquer sur ce Link:
Frère Tob

Pour le Centre National

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RADAKA-Doctor Phara

 

Dr Phara Jean

 

Radio Télé Solidarité was very happy to interview Dr. Phara Jean, the former Chairwoman [President?] * of the RADAKA PRAYER GROUP. She is one of the young stars of the Haitian Community of the Diocese of Brooklyn and isa former students of the Pastoral College.

Dr. Phara arrived in the United States in 1999 as very young girl. She attended college in the United States and completed her Ph.D. in physiotherapy at Long Island University. Dr. Phararealized that education is the key for success and therefore took her studies very seriously. She is a great example for all young people who believe that their studies can open many doors to success in life.(We remain mindful that heaven’s doors requires a different key- love of God, self and neighbor. Study of the bible, church teachings, tradition and the history of the church and saints however, can aid our learning to love universally and unconditionally as Jesus did.)

Dr. Phara mentioned that RADAKA is celebrating the 20th anniversary of its foundation. Bishop Sansaricq celebrated an anniversary Mass of Thanksgiving on October 12 at Holy Innocents parish for theRADAKA members, theirfamilies, and their guests. In his Homily Bishop Guy Sansaricq in his Homily exhorted the group to work together.

The RADAKA ANNIVERSARY GALA is scheduled for Saturday evening October 25, 2014. One of the princesses of the Haitian music, Emiline Michel will provide the main entertainment. We encourage all members of the Haitian Community and their friends to attend this celebration.

Doctor Phara has been a member of RADAKA for twelve years. RADAKA helps a school in Haiti and its members visit shelters during the Christmas Holiday Season. These activities and RADAKA’s practice of prayer are some of the reasons that motivated Dr. Pharma to become a member. Though she was naturally very shy, her membership in the group has enabled her to sing and pray in public without any problems.

Currently she is the manager of RADAKA JUNIOR.   Radaka Junior members are youth between 5 and 18 years of age. They attend Sunday Mass and sing once a month at the Sunday Masses in the parish of Holy Innocents where Father Louis Pascal is the administrator. These young people are being led in the right direction.

The Staff of the National Center extends a “Happy Anniversary” greeting to RADAKA and extends the invitation to God’s people to support the RADAKA by participating in large numbers in the evening gala.

To listen to the interview of Dr. Phara CLICK on this link:

Brother Tob

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ottawa-Entretien avec Marceline Olivier

 

Marcline

Marceline Olivier, leader de la communauté Haitienne d’Ottawa était l’invitée de Brother Tob à Radio Télé Solidarité. Marceline vit à Ottawa depuis près de 34 ans. Elle a 3 remarquables filles qui lui procurent une grande fierté. Marceline est parmi les leaders  de la Communauté Haitienne Catholique  d’Ottawa.

 

 

Father Joseph  Lin Eveillard

Le Père Joseph Lin Eveillard est le Leader Spirituel de cette communauté où il célèbre la messe en creole chaque Dimanche à 12:30 Pm. Il accueille entre 150 et 300 personnes chaque Dimanche . La communauté Haitienne de Foi d’Ottawa est très vivante avec ses groupes de prière, groupes de jeunes, un bulletin, des pèlerinages et voyages à l’étranger chaque 2 ans . Elle a visité Mexico au cours de l’été 2014 et Marceline nous fit savoir  que le voyage au Mexique a été un succes.

Marceline nous informe que la population Haitienne est estimée à environ 30000 et 50000. C’est sùr, beaucoup de jeunes de la Communauté Haitienne sont aux études et comme toute communauté  cette dernière  a ses problèmes et ses défis.  Marceline  est prête à encourager  la communauté Haitienne  de foi Catholique  à Ottawa à participer à la levée de fonds de Radio Télé Solidarité. Ce projet de Télé Solidarité est un grand défi de la pastorale Haitienne. Monseigneur  Guy Sansaricq de concert avec le Comité executif travaille d’arrache pied pour faire de Télé Solidarité un grand moyen  d’évangelisation , de solidarité et d’unité au sein de la Communauté Haitienne.

 

 

Bethany2

 

Marceline nous a informé  que le groupe de prière Bethanie de sa communauté a déja 28 ans d’existence. Les membres de  ce groupe se reunissent chaque Samedi Soir pour des seances de prière. On doit ajouter que la communauté Haitienne de foi Catholique d’Ottawa n’a que 12 ans depuis que la messe hebdomadaire Creole a débuté.

 

Marceline a mis l’accent sur les jeunes de la commmunauté. Ces derniers participent régulièrement aux retraites et ont une chorale qui chantent regulièrement chaque mois à la messe Creole de la paroisse du Sacre Coeur. Marceline est membre du Conseil du Renouveau Charismatique Des Haitiens d’Outre Mer et chaque année il y a toujours une délégation de la Communauté Haitienne d’Ottawa au Congrès du Renouveau Charismatique Des Haitiens d’Outre Mer.

 

Le Centre National de l’Apostolat  Haitien à l’étranger  encourage la communauté Haitienne d’Ottawa à aller dans cette voie tout en souhaitant du succès à Marceline et au Père Eveillard dans leur ministère à Ottawa. Pour écouter l’entretien de Marceline clicquer sur ce Link:

 

Frère Buteau (Brother Tob)

Pour le Centre National

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ottawa-Marceline Olivier

 

Marcline

 

Marceline Olivier, leader of the Haitian community in Ottawa was the guest of Brother Tob  at Radio Télé Solidarité on October 12, 2014. Marceline has lived in Ottawa  for almost 34 years and has three remarkable and beautiful daughters who are a great source of joy to her Amie and Marceline. Mrs. Olivier is among the leaders of the Haitian Catholic Community of Ottawa.

 

 

Father Joseph  Lin Eveillard

 

Father Joseph Lin Eveillard is the Spiritual Leader of the Haitian community in the archdiocese of Ottawa and has a Creole Mass every Sunday at 12:30 Pm. He welcomes  between 150 and 300 people every Sunday. The Haitian community in Ottawa is very  alive and active with prayer groups, youth groups, a newsletter, pilgrimages and travels abroad every second year. The Haitian Catholic Community  visited Mexico during the summer of 2014 and Marceline told us that it was a very enlightening and pleasant trip. Marceline informs us that the Haitian population is estimated to be between 30,000 and 50,000. Of course  many of the young  of the Haitian Community of Ottawa are in school and like any community it has its problems and challenges. Marceline is ready to encourage the Haitian Catholic community of faith in Ottawa to participate in the fundraising of  Radio TV Solidarité. This project Tele Solidarity is a great challenge for the Haitian ministry of The Diaspora. Bishop Guy Sansaricq in conjunction with the Executive Committee is working hard to make of TV Solidarity a great means of evangelization, solidarity and unity within the Haitian Community. Marceline informed us that the prayer group  Bethanie is already 28 years old. Members of the group meet every Saturday evening for prayer sessions. We have to add that the Haitian Catholic community of Ottawa has had Sunday Creole masses for 12 years.

Marceline expanded on the young people in the Ottawa Haitiancommunity. These attendretreatsand have formed a choir that sing regularly once a month at the  Creole Mass in the parishof the Sacred Heart. Marcelineis a board memberof theCharismatic RenewalOfHaitiansoverseasand every yearthere is alwaysa delegation from the Haitian Community of Ottawa at the Charismatic Congress of Haitians overseas.The National Center of the Haitian Apostolate abroad encourages the Haitian community in Ottawa to go this routeand wishes success to Marceline and Father Eveillard  in their ministry in Ottawa.Tolisten to the interviewMarcelineCLICKon thislink:

 

 

 

BrotherButeau(Brother Tob)

 

 

For The National Center

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Frère Joseph Charles-Entretien

 

 

Frere Lionel

 

&nb

Le personnel de Tele Solidarité a été très heureux de tenir un entretien avec le Frère Joseph Charles, leader du Groupe Charistimatique Misericorde Divine du Diocèse de Brooklyn. Frère Joseph est un zélé serviteur dans la vigne du Seigneur.

&nb

Le Renouveau Charismatique est une nouvelle Pentecole dans l’Église Catholique. Donc les groupes de Prières jouent un grand  role dans la vie spirituelle du peuple de Dieu. Avec les problèmes  et les défis que confronte notre monde,  qui aujourd’hui peut oser dire qu’il n’a pas besoin de la prière?

&nbsp

Le Frère Lyonel nous a parlé du Groupe Misericorde Divine. Ce groupe tient une séance de prière chaque Mercredi Soir. L’une des missions de ce groupe est d’aider les brebis égarées pour les ramener au Seigneur. Frère Lyonel nous fit savoir que le groupe Divine Mercy a déjà 13 ans d’existence et a une messe chaque 3ème Dimanche  à 2:00 Heures PM. Le Père Lamartine Petit Monsieur preside toujours cette messe creole. Frère Lionel profite de son entretien pour exhorter le peuple de Dieu à venir en grand nombre à cette messe. Dans sa paroisse  Our Lady of Lourdes, 95% de la Communauté est Espagnole et 5% est Haitienne. Frère Lionel est l’un des membres fondateurs du Groupe  de Prière Misericorde Divine.

Le Frère Lyonel est l’un des leaders  des groupes de Prière qui supporte la campagne de levée de levée de Fonds de Radio Télé Solidarité. Il encourage tous les autres leaders des groupes de prière à supporter cette campagne de levée de fonds car il estime que Radio Télé Solidarité fait un excellent travail dans la communauté Haitienne de la Diaspora.

 

L’exemple du Frère Lyonel mérite d’être suivi par tous les leaders des groupes de Prière et par toute la pastorale Haitienne.  Il est difficile de faire l’évangelisation sans utiliser les medias moderns de communication. Nous disons un grand merci au Frère Lionel  qui nous a aidé dans cette campagne de levée de Fonds pour la radio Télé Solidarité. Pour écouter l’entrevue du Frère Lionel clicquer sur ce link:

Frère Buteau (Brother Tob)

Pour Le Centre National

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Docteur Paul Latortue-Emission 12 Octobre 2014

 

 

 

Dr Paul Latortue

 

 

 

 

 

 

 

Radio Télé Solidarité etait très heureux d’avoir une autre emission  avec Docteur Paul Latortue le 12 Octobre 2014. Dans son emission il a offert d’important commentaires  sur la competivité, la mort de Jean Claude Duvalier et les prochaines elections en Haiti.

&nbsp

Concernant la competivité l’on doit savoir que chaque Année  plusieurs chefs d’etats , premiers ministres, hommes d’affaires se reunissent en Suisse pour un forum Economique. Ce forum a pour mission de regarder les institutions des pays, l’etat  de santé  et de l’education de la nation et la competivité au niveau mondial. Au niveau de la compétivité, sur 148 Pays Haiti est classée 143. Haiti est toujours au bas de l’échelle. Le Docteur insiste que si Haiti veut être competitive, toute la population Haitienne doit savoir lire et ecrire, on doit avoir un bon système de Justice, des routes, de l’electricité,  de l’eau potable pour toute la population et des elections Honnêtes. Le  Rapport  du forum  de l’economie mondiale  mentionna  dans le cas d’Haiti que si l’on veut que ce pays  soit  competif il doit avoir accès à l’investissement.  Le rapport continua pour dire que le pays d’Haiti a un problème d’infrastructure et un problème de corruption généralisée qui ravage cette nation.


Dans la 2ème partie Le Docteur  a parlé de la mort de Jean Claude Duvalier et pourquoi selon lui ce dernier n’a pas eu droit aux  funerailles nationales comme ancien chef d’etat. . Il signala qu’avec la mort de Baby7 Doc,  le Duvalierisme n’a plus de leader.

 

Dans la dernier  segment, Docteur Paul Latortue  a abordé  la question des prochaines élections d’Haiti. Il nous fit savoir que personne ne sait la date  de ces elections  Pour écouter l’emission du Docteur Latortue Clicquer sur ce link :

Brother Tob

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Doctor Paul Latortue-Talk Show-October 12

 

 

 

Dr Paul Latortue1

 

 

Radio TV Solidarity was very happy to broadcast another talk show with Dr. Paul Latortue on  October 12 ,  2014. In his talk Show  he commented on the issues of competitiveness, on the death of Jean Claude Duvalier and on the next elections to be held in Haiti. Each year several heads of states, prime ministers, businessmen meet in Switzerland for an Economic forum. This forum aims to look at the institutions of countries, their state of health and education. It analyses the issue of global competitiveness. In terms of competitivenes Haiti as a nation ranks 143rd over a total of 148 countries. Haiti is always at the bottom of the ladder.


Doctor Paul Latortue commented that if Haiti wants to be competitive, all the Haitian people must learn to read and write, we must  have a good system of Justice, roads, electricity, potable water for the population and  honest elections. The Report of the World Economy Forum mentioned that in the case of Haiti if we want this country to be competitive  it must have access to investment capital. He went on saying that the country has a  problem of infrastructure and one of  widespread corruption. In the second segment of his emission,  he talked about the death of Jean Claude Duvalier and why he was denied the right to a national funeral as former state leader.  He stated also that with the demise of Baby Doc the Duvalier party no longer has a leader. In the last segment Dr. Paul Latortue addressed the issue of the next election in Haiti. He told us that no one knows when the next elections will take place. To listen to the talk of Dr. Latortue CLICK on this link:

 

 

Brother Tob

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Communauté Haitienne de Philadephia -38ème Anniversaire de Fondation

 

Alfred  Laurien

 

La vibrante communauté Haitienne de Philadephia est en train de célébrer son 38ème Anniversaire de Fondation.  Le Père Alfred Lauricien OMI..est le  Coordonateur  de la Pastorale Haitienne de  ce diocese. Il est un grand   communicateur et l’un des grands lecteurs du Bulletin Hebdomadaire du Centre National. La Pastorale Haitienne aura une messe concébrée le Samedi 18 Octobre à 1:00 heure pm afin de rendre grace au Seigneur pour tout ce qui a été accompli au sein de cette communauté.

Cette communauté Haitienne de foi de Philadelphia est très vivante et participe toujours aux activités du Centre National de l’Apostolat Haitien National. Ce sera  une très grande celebration malgré l’absence de certains pionniers qui sont retournés à la maison du Père. Il est important de faire marche arrière pour comprendre l’importance de cette celebration. Les pionniers commencèrent à organiser une prière chaque Dimanche soir pour permettre aux Haitiens de la region de vivre leur foi dans leur langue. Cela a pris du leadership et la main divine pour permettre à la communauté d’arriver la ou elle est aujourd’hui avec la presence d’un prêtre Haitien qui les accompagne.

Rappelons que Philadelphia est Proche de New York, la communauté urbaine de Philadelphie a vu l’arrivée d’un certain nombre d’Haïtiens dans son périmètre urbain. Selon Madame Vida Moise l’un des leaders de la communauté Haitienne Catholique de Philadelphia  Philadelphia compte environ 60000 Haitiens.

 

Son Excellence Monseigneur Guy Sansaricq souhaite un Joyeux Anniversaire  à cette vibrante  Communauté Haitienne en ces  mots :

Rendons grace à Dieu ! La perseverance dans les efforts, la foi inébranlable dans la Providence débouchent immanquablement sur  le succès des objectifs. Je félicite tous ceux et celles qui ont pris le chemin de la prière, de la paix et de l’amour pour édifier la communauté d’aujourd’hui. Tout commence dans la foi et tout s’achève dans la foi. Evidemment vous le comprenez bien, le travail commencé n’est pas encore achevé. Que les vertus des pionniers demeurent un héritage précieux que les militants d’aujourd’hui ne manquent pas d’émuler. Au Seigneur en premier la gloire ! Aux témoins d’aujourd’hui, mille dons spirituels pour aller de victoire en victoire jusqu’à l’evangélisation intégrale de la communauté entière. Je vous exprime mes sentiments de grande estime et de fraternelle affection ! Que le Seigneur vous bénisse !

&nbs

Radio Télé Solidarité profita de ce 38ème Anniversaire  pour avoir un entretien  avec le Père Alfred Lauricien. Pour écouter l’entretien du Père Lauricien clicquer sur ce link:

Le Personnel du Bulletin Hebdomadaire du Centre National de l’Apostolat Haitien souhaite un Joyeux Anniversaire à la vibrante Communauté Haitienne de Philadelphia

Brother Tob

Pour le Centre National

 

 

 

 

 

Haitian Catholic  community of  Philadephia

Alfred  Laurien

 

The vibrant Haitian Catholic  community of  Philadephia is celebrating its 38th Anniversary of  Foundation. Father Alfred Lauricien OMI..is the Coordinator of the Haitian Ministry of Philadelphia .. Father Lauricien is a great communicator and one of the great readers of the Weekly Bulletin National Centre. His community will have a mass of Thanksgiving on  Saturday, October 18th at 1:00 Pm to  give thanks to God for all that has been accomplished in this community The Haitian community of faith of Philadelphia is vibrant and always participates in the activities of the National Center for Haitian Apostolate.


It will be a great celebration despite the absence of some pioneers who returned to the Father’s house. It is important to step back to understand the importance of this celebration. Some pioneers began a prayer meeting each Sunday evening to provide to the Haitian immigrants an opportunity to worship in their own language. It took leadership and the divine hand to bring this community to where it stands today with the presence of a Haitian priest to accompany them.

Philadelphia is not far from New York. According to Ms Vida Moise one of the leading members of the Haitian Catholic community, Philadelphia has about 60,000 Haitians. The Most Reverend Guy Sansaricq executive director of The National Center of The Haitian Apostolate and director of Radio Télé Solidarité wishes a Happy Anniversary to the vibrant Haitian community in these words. Praise be to God who heard from his heavenly throne your humble but persistent prayers. The enduring faith of the pioneers of this community, their enduring prayerfulness has brought about the good results we are celebrating today. The Lord always listens to the cries of the poor. Congratulation to all the men and women of good faith who have remained steadfast in their commitment to spiritual growth and progress. Indeed the task is not over. May you persevere in the same spirit of love witnessed by your pioneers and work hard the bring about the evangelization of the total Haitian community of Philadelphia which is about sixty thousand strong. Many Blessings to you!  Be assured of the admiration and love of all of us here at the National Center!

Radio TVSolidaritytook advantage of the38thanniversarytohave a talk withFather AlfredLauricien. Tolisten to the interviewof FatherLauricienCLICKon thislink:TheWeeklyBulletinStaff ofthe National Center forHaitianApostolatewisha Happy Anniversarytothe vibrantHaitianCommunity ofPhiladelphiaBrotherTobFor The National Center

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pape « a fait beaucoup de mal » au Synode, estime le cardinal Burke

 

 

 

Cardinal Burke

Dans son message, le Synode veut conforter et accompagner les familles

Texte intégral du message du synode des évêques adressé aux familles

Les lecteurs de La Croix face aux défis de la famille aujourd’hui

Cardinal Marx : « Je ne suis pas au synode pour que l’on répète les mêmes choses

Le cardinal américain Raymond L. Burke, préfet du Tribunal suprême de la Signature apostolique, a mis en cause, vendredi 17 octobre, l’attitude du pape François pendant cette assemblée générale extraordinaire du Synode des évêques sur la famille.

Le pape « a fait beaucoup de mal » en ne disant pas « ouvertement quelle était sa position » sur les passages les plus controversés du rapport intermédiaire, la relatio post disceptationem, notamment en ce qui concerne l’accès à la communion aux divorcés-remariés ou l’accueil des personnes homosexuelles.

« Plus que tout autre, le Pape, comme pasteur de l’Église Universelle, doit servir la vérité. Le pape n’est pas libre de changer la doctrine de l’Église sur l’immoralité des actes homosexuels, l’indissolubilité du mariage ou toute autre doctrine de foi », a expliqué le responsable du plus important tribunal du Saint-Siège dans un entretien téléphonique au site Internet américain BuzzFeed News.

Le cardinal américain, qui est apparu, au cours de ce Synode comme le chef de file des pères synodaux tenants d’une ligne ferme sur la doctrine au détriment de toute ouverture pastorale a également confirmé qu’il devrait prochainement quitter le Tribunal suprême de la Signature apostolique.

Tout en soulignant qu’il n’avait rien reçu d’officiel à ce sujet, le cardinal Burke a expliqué qu’il allait prochainement être nommé cardinal-patron de l’Ordre souverain de Malte, succédant ainsi au cardinal italien Paolo Sardi, 80 ans.

Le cardinal-patron de l’Ordre de Malte est le représentant du pape auprès de l’ordre, spécialement chargé de « promouvoir les intérêts spirituels de l’ordre et de ses membres ». Il ne fait pas partie de la Curie romaine.

Nicolas Senèze, à Rome

 

 

 

 

 

Cardinal Burke: I think I’m out

posted at 8:31 am on October 18, 2014 by Ed Morrissey

  • Cardinal Burke

The departure of Cardinal Raymond Leo Burke from the Apostolic Signatura has been rumored for weeks, but nothing official had been forthcoming. Yesterday, Burke himself confirmed it in an interview with Buzzfeed – kind of. Actually, when one reads Burke’s response, it sounds as if he still hasn’t heard anything official about his future:

In the interview with BuzzFeed News, Burke confirmed publicly for the first time the rumors that he had been told Francis intended to demote him from the church’s chief guardian of canon law to a minor post as patron to the Sovereign Military Order of Malta.

“I very much have enjoyed and have been happy to give this service, so it is a disappointment to leave it,” Burke said, explaining that he hadn’t yet received a formal notice of transfer. “On the other hand, in the church as priests, we always have to be ready to accept whatever assignment we’re given. And so I trust by accepting this assignment I trust that God will bless me, and that’s what’s in the end most important.”

When the Pope first took office, his pivot away from an emphasis on questions of sexuality were more a matter of personal tone rather than changes in church policy or personnel. There were rumors that he was trying to oust the man chosen by Pope Benedict to head the church’s office responsible for doctrine, Gerhard Müller, but last winter he instead elevated him from archbishop to cardinal. When word that Burke was on his way out began circulating last month, it signaled that Francis would take major steps to reshape the church. It coincided with the selection of a new archbishop of Chicago, Blase Cupich, who Catholic progressives celebrated for positions like breaking with the American church hierarchy when it withheld its support for President Obama’s health reform law over questions of abortion and contraception.

Internal discontent among conservatives inside church leadership began to simmer over in the weeks leading up to the synod. Just before it began, Burke, Müller, and other senior cardinals published a book in several languages attacking the ideas laid out by Cardinal Walter Kaspar on allowing those who had divorced and remarried to receive communion in a speech heartily praised by Pope Francis. It broke into open revolt at the midpoint of the synod, following publication of a document presented as a summary of discussions but that conservatives said misrepresented the debate by including passages on “welcoming homosexual persons” and discussing some of Kaspar’s proposal on divorce. The backlash appeared to have been especially strong from the English-speaking world, which includes a large number of African and American bishops; in an apparent attempt to mollify anglophone conservatives, the Vatican released a new translation of the report that changed the phrase “welcoming homosexual persons” to “providing for homosexual persons” and made other small changes, while leaving the versions in all other languages unchanged.

One reporter here in the press room at the Vatican pointed out that Burke’s response here isn’t much different than his other responses to the same rumors. The fact that he hasn’t been formally notified of a change means that this isn’t really a confirmation. On the other hand, no one here doubts it either, so … your mileage may vary.

Burke’s position on the Apostolic Signatura is somewhat analogous to being Chief Justice of the Supreme Court, only focused on issues of canon law within the Catholic Church. It has oversight over the Roman Rota, which handles (among other issues) appeals on annulments, a key issue in this synod. Burke has been outspoken against excessive reform of the annulment process, especially in suggestions for transforming it into an administrative process in certain cases. Burke also pushed back publicly, in speech and in writing, against the proposals of Cardinal Walter Kasper on admitting the divorced and remarried to the Eucharist. Interestingly, even while speaking out in sharp dissent to Kasper and the synod, Burke himself is one of its participants, leading one of the English-language circoli minori this week. (That group’s report can be found here.)

In his interview with Buzzfeed, Burke criticized Pope Francis for allowing the synod to “weaken the church’s teaching and practice,” particularly through the release of the draft relatio on Monday. Burke wanted the pontiff to speak out clearly after the relatio to correct the public impression that Catholic doctrine would be reversed:

“The pope, more than anyone else as the pastor of the universal church, is bound to serve the truth,” Burke said. “The pope is not free to change the church’s teachings with regard to the immorality of homosexual acts or the insolubility of marriage or any other doctrine of the faith.”

That may come as a surprise to those who think the church considers the Pope infallible, but that’s correct. Papal infallibility relies on a pope being in full solidarity with the bishops of the church, and this week solidarity is not easy to find. A synod such as this would be a poor vehicle for such an effort anyway. Plus, the last undisputed infallible declaration took place 64 years and six Popes ago, on the declaration of the Assumption of Mary as an article of faith for all Catholics. (A 1994 encyclical by St. John Paul II on the ordination of men only to the priesthood has been argued by some to be an instance of an infallible declaration, but it was not expressed ex cathedra.) The Second Vatican Council made it clear that infallibility relied on unity between the pontiff and the episcopacy:

And all this teaching about the institution, the perpetuity, the meaning and reason for the sacred primacy of the Roman Pontiff and of his infallible magisterium, this Sacred Council again proposes to be firmly believed by all the faithful. Continuing in that same undertaking, this Council is resolved to declare and proclaim before all men the doctrine concerning bishops, the successors of the apostles, who together with the successor of Peter, the Vicar of Christ,(2*) the visible Head of the whole Church, govern the house of the living God.

The circoli minori reports mostly push back against the language in the relatio, which shows that the episcopacy is not unified, and is more opposed than supportive of those changes anyway. If this synod was designed to weaken the Catholic Church’s doctrine and practice on those issues, as Burke said, at least at the moment it doesn’t appear to have been effective.

As for Burke, this interview raises a few questions. Although not officially announced, it does now appear that Burke is heading for Malta, and that Pope Francis will appoint a new prefect for the Apostolic Signatura. Burke is still just one member among several on that court, though, and it’s not at all clear what difference that change will make. The move to Malta will sideline Burke in an organizational sense, but it may make him more free to offer open dissent — although it hardly seems as though Burke feels constrained at the moment, anyway. The move will boost mistrust among traditionalists within the church, and perhaps serve as more of a distraction rather than an opportunity for unity. Plus, it tends to make Pope Francis’ moves on much-needed reforms look more political than perhaps necessary, unless the move begins a process to realign the judicial processes in the Curia, which is certainly a possibility.

However, if this move was political, then how does one explain the elevation of Cardinal George Pell to the Secretariat of the Economy in February of this year? Pell is equally outspoken in favor of traditionalism, especially during this synod. Last month Pell was added to the evangelization effort, and he has been an adviser to Pope Francis on curia reform since the conclave. If anything, Pell has been more outspoken about this synod, declaring the questions raised by Kasper to be “a stalking horse” for the erosion of Catholic doctrine, and insisting that the Catholic Church would not give in to “a secular agenda.” Yet Pell seems in no danger of reassignment.

The interview raised another question in the briefing room this morning, too. “Why Buzzfeed?” more than one reporter wondered today. In fact, a few people asked me, “What is Buzzfeed?” Burke is usually careful about his choices for interviews, I have been told, and there have been some raised eyebrows that Burke would choose to “confirm” a change in that venue. Buzzfeed has good reason to be proud of its scoop, and probably would have enjoyed the reaction here, too.

 

 

 

 

 

 

Cardinal Marx : « Je ne suis pas au synode pour que l’on répète les mêmes choses qu’avant »

 

 

Cardinal Max

Le cardinal Reinhard Marx et Mgr Georges Pontier, présidents des conférences épiscopales allemande et française, ont mis en garde contre un texte final du synode qui apparaîtrait en retrait avec la vision d’ouverture proposée par le rapport d’étape.

 

M.MIGLIORATO/CPP/CIRIC/

Le cardinal Reinhard Marx arrivant au synode sur la famille au Vatican le 7 octobre 2014.

M.MIGLIORATO/CPP/CIRIC/

Le cardinal Reinhard Marx arrivant au synode sur la famille au Vatican le 7 octobre 2014.

Avec cet article

Document : le rapport d’étape du Synode de la famille

Le Synode sous pression

Alors que le document final du Synode sur la famille devrait être profondément remanié après les débats dans les petits groupes linguistiques, le cardinal Reinhard Marx, archevêque de Munich et président de la Conférence des évêques allemands, a mis en garde vendredi 17 octobre contre la tentation de revenir sur le regard positif et bienveillant proposé dans le rapport présenté à mi-parcours et très critiqué dans l’aula synodale.

> Voir notre analyse sur les discussions autour du rapport 

Interrogé lors d’une conférence de presse au Vatican sur le fait que la notion de gradualité, à laquelle il s’était montré très attaché avant le Synode, était particulièrement critiquée dans les groupes linguistiques, le cardinal Marx a insisté sur la nécessité de « ne pas perdre le regard positif sur ce qu’il peut y avoir de bon dans ce que vivent les personnes ».

L’attention aux personnes

Pour lui, cette attention aux personnes doit demeurer fondamentale. « Peu importe que le mot gradualité soit employé ou que l’on cite l’analogie du cardinal Schönborn » : l’archevêque de Vienne avait suggéré de « reconnaître des éléments positifs » dans les unions civiles même non sacramentelles, comme l’Église catholique voit des éléments positifs dans les autres confessions chrétiennes.

>Voir le rapport d’étape  

Il convient avant tout, pour le cardinal Marx de répondre aux interpellations des catholiques sur ces sujets. « Ce sont des questions que nous posent nos fidèles, a insisté l’influent président de la conférence épiscopale allemande. En tant qu’évêques, nous ne pouvons pas sélectionner nos fidèles ! »

« Dire que la doctrine ne bouge pas relève d’une vision étroite»

« Sur ces questions, le balancement se fait sans cesse entre ceux qui regardent les situations et ceux qui regardent les personnes », a résumé de son côté Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France (CEF), qui relève aussi la position de « ceux qui ne veulent pas transiger sur les faits pour éviter les réactions négatives au sein de la culture à laquelle ils s’adressent ».

Mais, pour le cardinal Marx, le Synode ne doit pas avoir d’abord pour fonction de rappeler l’enseignement de l’Église : « La doctrine est évidente, nous essayons de l’appliquer. Il ne s’agit pas de dire qu’on ne bouge pas ».

« Dire que la doctrine ne bouge pas relève d’une vision étroite », a-t-il ajouté soulignant que, en la matière, il ne s’agissait pas de changer la foi. « On ne retire rien à l’Évangile. Le noyau de la vérité catholique demeure. »

« Je n’ai pas été invité pour répéter les mêmes choses qu’avant, avait-il confié en début de conférence de presse. Ce n’est pas ce que veut le Saint-Père. Il faut ouvrir des portes pour que l’Évangile de la famille puisse entrer en dialogue avec les personnes. »

Le sujet des divorcés remariés doit continuer à être débattu

Ainsi, sur les divorcés remariés, il a souligné que le document de travail issu du questionnaire envoyé aux diocèses avait dit que ce thème devait être abordé. « Il l’a été, s’est réjoui le cardinal Marx. Pour l’instant nous n’avons pas de propositions concrètes : ce sujet doit continuer à être débattu. J’espère que le débat reste ouvert. »

Alors que le cardinal Raymond Burke, préfet du Tribunal suprême de la signature apostolique, qui fait figure de chef de file des contestataires au sein du Synode, jugeait, vendredi matin, dans l’hebdomadaire Famille chrétienne, « très possible » que le document final soit rejeté par les pères « si les membres de la commission chargée d’écrire la relatio synodi ne prennent pas en compte l’approche rectifiée sortie des » groupes linguistiques, le cardinal Marx et Mgr Pontier ont écarté cette possibilité.

>Voir l’élaboration du texte définitif par les pères synodaux  

« Le débat a été intense, et parfois très animé, a reconnu le cardinal Marx, mais nous avons la volonté de trouver un point de vue commun. Nous pouvons nous mettre d’accord. » « Sur l’ensemble du texte, je serai étonné qu’on n’arrive pas à un consensus », a abondé son collègue français.

Nicolas Senèze, à Rome

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proverbe

Vre Kouraj, se Konnen Soufri

Ou Kriye viv! pou sa ki fè ou viv

Mete Zwezo nan Lalòj, pa vle di l a mouri ladan

Cheval ak bourik pa atle ansanm

Bèf pa janm bouke pote kòn li

 

 

 

 

 

 

 

 

ONU : cinq nouveaux membre non-permanents sont élus au Conseil de sécurité

Election à l’Assemblée générale des membres non-permanents du Conseil de sécurité. Photo: ONU

 

 

ONU-5 Nouveaux Membres

 

 

L’Angola, la Malaisie, la Nouvelle-Zélande, le Venezuela et l’Espagne siégeront au Conseil de sécurité pour une période de deux ans à partir du 1 janvier 2015, suite à leur élection par les 193 Etats membres des Nations Unies au cours d’une réunion jeudi à l’Assemblée générale.

L’Angola, la Malaisie, la Nouvelle-Zélande et le Venezuela ont été élu dès le premier tour, tandis que l’Espagne a été élue après plusieurs tours pour la départager de la Turquie, qui était également candidate.

Les cinq sièges disponibles pour cette élection étaient répartis entre les groupes régionaux, dont un siège pour le groupe de l’Afrique (actuellement occupé par le Rwanda), un siège pour le groupe de l’Asie-Pacifique (actuellement occupé par la République de Corée), un siège pour le groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes (actuellement occupé par l’Argentine) et deux sièges pour le groupe de l’Europe occidentale et autres Etats (actuellement occupés par l’Australie et le Luxembourg).

Les cinq membres permanents du Conseil, qui exercent chacun un droit de veto, sont la Chine, la France, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis. La Lituanie, le Tchad, le Chili, la Jordanie et le Nigeria maintiendront leurs sièges non permanents au Conseil jusqu’à la fin de 2015.

En vertu de la Charte des Nations Unies, le Conseil de sécurité a la responsabilité principale du maintien de la paix et la sécurité internationales. Chacun des membres du Conseil dispose d’une voix. En vertu de la Charte, tous les États membres de l’ONU sont tenus de se conformer aux décisions du Conseil.

Le Conseil de sécurité est également chargé de déterminer l’existence d’une menace contre la paix et de réagir à un acte d’agression. Il est aussi chargé de trouver des moyens pacifiques de régler un conflit ou une dispute entre les Etats. Dans certains cas, le Conseil de sécurité peut recourir à l’imposition de sanctions ou même autoriser l’usage de la force pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationales.

Le Conseil de sécurité recommande également à l’Assemblée générale la nomination du Secrétaire général et de l’admission de nouveaux Membres à l’Organisation des Nations Unies. Le Conseil et l’Assemblée générale, élisent ensemble les juges de la Cour internationale de Justice.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

 

 

 

 

 

 

 

 

L’intervention de l’UNICEF face à Ebola : des rescapés du virus se joignent à la lutte en Sierra Leone

 

 

 

Centre de santé à Kenema dans la Province orientale de la Sierre Leone(Photo:UNICEF/Dunlop).

Trente-cinq rescapés du virus Ebola se réunissent cette semaine à Kenema, l’un des épicentres de l’épidémie en Sierra Leone, afin de partager leur expérience d’Ebola, apprendre comment faire face à ses conséquences psychologiques, et trouver des moyens d’aider les membres de la communauté infectés.

Organisée par le Ministère de la protection sociale, du genre et de l’enfance, avec l’appui de l’UNICEF, des Centers for Disease Control des Etats-Unis et d’autres partenaires, cette rencontre est la première d’une série d’événements similaires prévus au cours des prochains mois, dans le cadre de l’intervention face à Ebola, pour recruter les personnes qui ont survécu à cette maladie mortelle et sont immunisées maintenant contre le virus.

« La Sierra Leone est confrontée à l’une des plus grandes crises de son histoire, et pour vaincre le virus Ebola, nous avons besoin de l’aide de tous les citoyens », a déclaré S.E. Alhaji Moijue Kaikai, Ministre de la protection sociale, du genre et de l’enfance. « Les gens qui ont survécu à Ebola donnent de l’espoir à ceux qui luttent encore contre la maladie. Nous devons accepter les rescapés et les accueillir à nouveau au sein de nos familles et de nos communautés. Nous exhortons tous nos partenaires à se joindre à la lutte contre le virus Ebola avec des actions, pas seulement des mots. »

À Kenema, les rescapés du virus qui participeront à la réunion pourront écouter des spécialistes sur la façon de surmonter les traumatismes et la stigmatisation imputables au virus Ebola. Les professionnels de la santé vont également leur donner les connaissances dont ils ont besoin pour aider les agents de santé et de la communauté à dispenser des soins aux personnes placées en quarantaine dans les communautés et dans les centres de traitement.

« Une des principales difficultés, pour les parents, les agents de santé  et nombre d’entre nous, consiste à s’occuper d’enfants qui ont été touchés ou infectés par le virus Ebola sans mettre en danger les gens qui s’occupent d’eux », a rappelé Roeland Monasch, Représentant de l’UNICEF en Sierra Leone. « Une façon créative de résoudre ce problème consiste à travailler avec les rescapés du virus Ebola qui peuvent  apporter à ces enfants l’amour, les soins et l’attention dont ils ont tellement besoin. »

Dans le climat de peur actuel, les personnes qui ont été exposées au virus Ebola et qui y ont survécu, sont souvent rejetées par leurs communautés. Une récente enquête de l’UNICEF menée auprès de 1 400 ménages dans tout le pays a révélé que les victimes d’Ebola sont confrontées à des niveaux élevés de stigmatisation, humiliation et discrimination dans leurs communautés, ce qui compromet leur capacité à reconstruire leur vie. Les enfants sont particulièrement vulnérables, surtout quand leurs parents ou eux-mêmes doivent être isolés pour le traitement.

Environ 96 pour cent des ménages de l’étude ont reconnu qu’ils adoptaient des attitudes discriminatoire à l’égard des personnes infectées, ou présumées infectées, par le virus Ebola et 76 pour cent ont affirmé qu’ils n’accueilleraient pas le retour d’une personne qui avait été infectée par le virus, même si cette personne était rétablie.

La conférence sera également l’occasion de présenter un nouveau manuel de formation psychosociale à destination des communautés touchées par le virus Ebola, et les rescapés du virus auront la possibilité de rencontrer des spécialistes de santé mentale et des psychosociologues.

L’UNICEF prévoit de former des survivants d’Ebola au cours de réunions similaires à travers tout le pays lors des 6 prochains mois. Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la Santé, plus de 650 adultes ont survécu à Ebola depuis le début de l’épidémie en Sierra Leone.

(Extrait sonore: Christophe Boulierac, porte-parole de l’UNICEF; propos recueillis par Alpha Diallo)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Document : le rapport d’étape du Synode de la famille

Voici le texte de la « Relatio post disceptationem » (relation post discussions) du Rapporteur Général, le Cardinal Péter Erdő (traduction non officielle du service de presse du Saint-Siège)

 

Dossier

 

Avec cet article

 

Introduction

I Partie

L’écoute : le contexte et les défis concernant la famille

Le contexte socioculturel

L’importance de la vie affective

Les défis pastoraux

II Partie

Le regard sur le Christ : l’Évangile de la famille

Le regard sur Jésus et la gradualité dans l’histoire du salut

La famille dans le dessein salvifique de Dieu

Le discernement des valeurs présentes dans les familles blessées

et dans les situations irrégulières

Vérité et beauté de la famille et miséricorde

III Partie

La discussion : les perspectives pastorales

Annoncer l’Évangile de la famille aujourd’hui, dans les différents contextes

Guider les futurs époux sur le chemin de la préparation au mariage

Accompagner les premières années de vie conjugale

Les aspects positifs dans les unions civiles et les concubinages

Soigner les familles blessées (séparés, divorcés non remariés,

divorcés remariés)

Accueillir les personnes homosexuelles

La transmission de la vie et le défi de la dénatalité

Le défi de l’éducation et le rôle de la famille dans l’évangélisation

Conclusion

* * *

Introduction

1. Lors de la veillée de prière célébrée sur la Place Saint-Pierre, samedi 4 octobre 2014, en préparation au Synode sur la famille, le Pape François a évoqué de manière simple et concrète la centralité de l’expérience familiale dans la vie de tous, en s’exprimant ainsi : « Le soir descend désormais sur notre assemblée. C’est l’heure où l’on rentre volontiers chez soi pour se retrouver à la même table, entouré par la présence des liens d’affection, du bien accompli et reçu, des rencontres qui réchauffent le cœur et le font croître, comme un bon vin qui anticipe au cours de l’existence de l’homme la fête sans crépuscule. C’est aussi l’heure la plus douloureuse pour celui qui se retrouve en tête à tête avec sa propre solitude, dans le crépuscule amer de rêves et de projets brisés : combien de personnes traînent-elles leurs journées sur la voie sans issue de la résignation, de l’abandon, voire de la rancœur ; dans combien de maisons est venu à manquer le vin de la joie et donc la saveur – la sagesse même – de la vie (…) Ce soir, nous nous faisons la voix des uns et des autres à travers notre prière, une prière pour tous ».

2. Lieu intime de joies et d’épreuves, d’affections profondes et de relations parfois blessées, la famille est véritablement « école d’humanité » (« Familia schola quaedam uberioris humanitatis est » : Concile Vatican II, Constitution sur l’Église dans le monde contemporain Gaudium et Spes, n°52), dont le besoin est fortement perçu. Malgré les nombreux signaux de crise de l’institution familiale dans les différents contextes du « village global », le désir de famille demeure vif, en particulier parmi les jeunes et motive le besoin que l’Église annonce sans relâche et au travers d’un partage profond cet « Évangile de la famille » qui lui a été confié au travers de la révélation de Dieu en Jésus Christ.

3. Sur la réalité de la famille, décisive et précieuse, l’Évêque de Rome a appelé à réfléchir le Synode des Évêques en son Assemblée générale extraordinaire d’octobre 2014, pour approfondir ensuite la réflexion lors de l’Assemblée générale ordinaire qui se tiendra en octobre 2015, tout comme au cours de l’ensemble de l’année qui s’écoulera entre les deux événements synodaux. « Le fait de convenire in unum autour de l’Évêque de Rome est déjà un événement de grâce, dans lequel la collégialité épiscopale se manifeste sur un chemin de discernement spirituel et pastoral » : c’est ainsi que le Pape François a décrit l’expérience synodale, en indiquant les devoirs liés à la double écoute des signes de Dieu et de l’histoire des hommes et à la fidélité, double et unique, qui en découle.

4. À la lumière de ce même discours, nous avons recueilli les résultats de nos réflexions et de nos dialogues au sein des trois parties suivantes : L’écoute, pour regarder la réalité de la famille aujourd’hui, dans la complexité de ses lumières et de ses ombres ; le regard fixé sur le Christ pour repenser, avec fraîcheur renouvelée et enthousiasme ce que la révélation transmise dans la foi de l’Église, nous dit sur la beauté et la dignité de la famille ; la confrontation à la lumière du Seigneur Jésus pour discerner les voies grâce auxquelles renouveler l’Église et la société dans leur engagement en faveur de la famille.

Première Partie L’écoute : le contexte et les défis concernant la famille

Le contexte socioculturel

5. Le changement anthropologique et culturel influence aujourd’hui tous les aspects de la vie et requiert une approche analytique et diversifiée, capable de percevoir les formes positives de la liberté individuelle. Il faut également prendre en compte le danger croissant représenté par un individualisme exacerbé qui dénature les liens familiaux et finit par considérer chaque composant de la famille comme une île, faisant prévaloir, dans certains cas, l’idée d’un sujet qui se construit selon ses propres désirs considérés comme un absolu.

6. La plus grande épreuve pour les familles de notre temps est souvent la solitude, qui détruit et provoque une sensation générale d’impuissance vis-à-vis de la réalité socio-économique qui, souvent, finit par les écraser. Il en est ainsi de la croissante précarité du travail, qui est parfois vécue comme un véritable cauchemar, ou d’une fiscalité trop lourde qui n’encourage certainement pas les jeunes à se marier.

7. Il existe des contextes culturels et religieux qui lancent des défis particuliers. Dans les sociétés africaines, existe encore la pratique de la polygamie et, dans certains contextes traditionnels, la coutume du « mariage par étapes ». Dans d’autres contextes, se maintient la pratique des mariages combinés. Dans les pays où la religion catholique est minoritaire, nombreux sont les mariages mixtes, avec toutes les difficultés qu’ils comportent en ce qui concerne la configuration juridique, l’éducation des enfants et le respect réciproque du point de vue de la liberté religieuse mais aussi avec les grandes potentialités de rencontre dans la diversité de la foi que ces histoires de vie familiale présentent. Dans de nombreux contextes, et pas seulement occidentaux, se diffuse actuellement largement la pratique de la cohabitation qui précède le mariage ou encore de cohabitations non orientées à prendre la forme d’un lien institutionnel.

8. Nombreux sont les enfants qui naissent en dehors du mariage, en particulier dans certains pays et nombreux sont ceux qui grandissent ensuite avec un seul de leurs parents ou dans un contexte familial élargi ou reconstitué. Le nombre des divorces est croissant et le cas de choix déterminés seulement par des facteurs d’ordre économique n’est pas rare. La condition de la femme a encore besoin d’être défendue et promue parce que de nombreuses situations de violence s’enregistrent à l’intérieur des familles. Les enfants font souvent l’objet de luttes entre leurs parents et ils constituent les véritables victimes des lacérations familiales. Les sociétés traversées par la violence à cause de la guerre, du terrorisme ou de la présence de la criminalité organisée connaissent également des situations familiales détériorées. Les migrations représentent en outre un autre signe des temps qu’il faut affronter et comprendre avec toute sa charge de conséquences sur la vie familiale.

L’importance de la vie affective

9. Face à ce cadre social, on rencontre chez les individus un plus grand besoin de prendre soin de leur propre personne, de se connaître intérieurement, de vivre mieux en syntonie avec leurs émotions et leurs sentiments, de chercher une relation de qualité dans la vie affective. De même, on peut rencontrer un désir diffus de famille, qui s’accompagne de la recherche de soi-même. Mais comment cultiver et soutenir cette tension au soin de soi-même et ce désir de famille ? Il y a là un grand défi également pour l’Église. Le danger de l’individualisme et le risque de vivre de manière égoïste sont importants.

10. Le monde actuel semble valoriser une affectivité sans limite, dont tous les versants doivent être explorés, même les plus complexes. De fait, la question de la fragilité affective est de grande actualité : une affectivité narcissique, instable et changeante qui n’aide pas toujours les sujets à atteindre une plus grande maturité. Dans ce contexte, les couples sont parfois incertains, hésitants et ont du mal à trouver des manières pour grandir. Nombreux sont ceux qui tendent à demeurer aux premiers stades de la vie émotionnelle et sexuelle. La crise du couple déstabilise la famille et peut arriver, au travers des séparations et des divorces, à produire des conséquences sérieuses sur les adultes, les enfants et la société, affaiblissant l’individu et les liens sociaux. Le déclin de la population ne détermine pas seulement une situation dans laquelle le remplacement des générations n’est plus assuré mais risque de conduire, avec le temps, à un appauvrissement économique et à une perte d’espérance dans l’avenir.

Les défis pastoraux

11. Dans ce contexte, l’Église perçoit le besoin de dire une parole d’espérance et de sens. Il faut partir de la conviction que l’homme vient de Dieu et que, donc, une réflexion capable de proposer à nouveau les grandes questions sur la signification d’être hommes peut trouver un terrain fertile dans les attentes les plus profondes de l’humanité. Les grandes valeurs du mariage et de la famille chrétienne correspondent à la recherche qui traverse l’existence humaine, y compris à une époque marquée par l’individualisme et par l’hédonisme. Il faut accueillir les personnes avec leur existence concrète, savoir soutenir leur recherche, encourager le désir de Dieu et la volonté de se sentir pleinement partie intégrante de l’Église même de ceux qui ont fait l’expérience de l’échec ou se trouvent dans les situations les plus disparates. Ceci exige que la doctrine de la foi, que l’on doit faire connaître toujours davantage dans ses contenus fondamentaux, soit proposée avec la miséricorde.

II Partie Le regard sur le Christ : l’Évangile de la famille

Le regard sur Jésus et la gradualité dans l’histoire du salut

12. Afin de « contrôler notre allure sur le terrain des défis contemporains, la condition décisive est de garder le regard fixé sur Jésus Christ, de s’arrêter dans la contemplation et dans l’adoration de sa face (…). En effet, chaque fois que nous revenons à la source de l’expérience chrétienne, de nouvelles routes et des possibilités impensables s’ouvrent. (Pape François, Discours du 4 octobre 2014). Jésus a regardé les femmes et les hommes qu’Il a rencontrés avec amour et tendresse, accompagnant leurs pas avec patience et miséricorde dans l’annonce des exigences du Royaume de Dieu.

13. Du moment que l’ordre de la Création est déterminé par l’orientation au Christ, il faut distinguer sans les séparer les différents degrés au travers desquels Dieu communique à l’humanité la grâce de l’alliance. En raison de la loi de la gradualité (cf. Familiaris Consortio, 34), propre à la pédagogie divine, il s’agit de lire en termes de continuité et de nouveauté l’alliance nuptiale, dans l’ordre de la Création et dans celui de la Rédemption.

14. Jésus Lui-même, en se référant au dessein premier sur le couple humain, réaffirme l’union indissoluble entre l’homme et la femme, tout en comprenant que « en raison de votre dureté de cœur (que) Moise vous a permis de répudier vos femmes ; mais dès l’origine, il n’en fut pas ainsi » (Mt 19,8). De cette manière, Il montre combien la condescendance divine accompagne toujours le chemin de l’homme, l’orientant vers son principe, non sans passer par la croix.

La famille dans le dessein salvifique de Dieu

15. Puisque, par l’engagement de l’accueil réciproque et par la grâce du Christ, les fiancés se promettent fidélité et ouverture à la vie, ils reconnaissent comme éléments constitutifs du mariage les dons que Dieu leur offre, prenant sérieusement leur mutuel engagement en son nom et face à l’Église. Or, dans la foi, il est possible de prendre les biens du mariage comme des engagements plus soutenables au travers de l’aide de la grâce du sacrement. Dieu consacre l’amour des époux et en confirme l’indissolubilité, en leur offrant l’aide pour vivre la fidélité et pour s’ouvrir à la vie. Le regard de l’Église ne se tourne donc pas seulement vers le couple mais vers la famille.

16. Nous pouvons distinguer trois étapes fondamentales dans le dessein divin concernant la famille : la famille des origines, lorsque Dieu créateur institua le mariage primordial entre Adam et Éve, comme fondement solide de la famille : homme et femme Il les créa (cf. Gn 1, 24-31 ; 2, 4b) ; la famille historique blessée par le péché (cf. Gn 3) et la famille rachetée par le Christ (cf. Ep 5, 21-32), à l’image de la Sainte Trinité, mystère dont découle tout amour véritable. L’alliance conjugale, inaugurée avec la Création et révélée dans l’histoire entre Dieu et Israël, arrive à sa plénitude avec le Christ dans l’Église.

Le discernement des valeurs présentes dans les familles blessées et dans les situations irrégulières

17. Vu le principe de gradualité du plan salvifique divin, on se demande quelles possibilités sont données aux époux qui vivent l’échec de leur mariage ou comment il est possible de leur offrir l’aide du Christ au travers du ministère de l’Église. À ce propos, une clef herméneutique significative provient de l’enseignement du Concile Vatican II, qui, s’il affirme que « l’unique Église du Christ subsiste dans l’Église catholique », reconnaît également que « bien (que) des éléments nombreux de sanctification et de vérité se trouvent hors de sa sphère, éléments qui, appartenant proprement par le don de Dieu à l’Église du Christ, portent par eux-mêmes à l’unité catholique » (Lumen Gentium, 8).

18. Dans cette perspective, doivent tout d’abord être réaffirmées la valeur et la consistance propre du mariage naturel. Certains se demandent s’il est possible que la plénitude sacramentelle du mariage n’exclut pas la possibilité de reconnaître des éléments positifs également dans les formes imparfaites qui se trouvent en dehors de cette réalité nuptiale mais dans tous les cas ordonnés à celle-ci. La doctrine des degrés de communion, formulée par le Concile Vatican II, confirme la vision d’une manière articulée de participer au Mysterium Ecclesiae de la part des baptisés.

19. Dans cette même perspective, que nous pourrons qualifier d’inclusive, le Concile ouvre également l’horizon dans lequel s’apprécient les éléments positifs présents dans les autres religions (cf. Nostra Aetate, 2) et cultures, malgré leurs limites et leurs insuffisances (cf. Redemptoris Missio, 55). Du regard tourné vers la sagesse humaine présente en eux, en effet, l’Église apprend comment la famille est considérée universellement comme forme nécessaire et féconde de coexistence humaine. Dans ce sens, l’ordre de la Création, dans lequel la vision chrétienne de la famille est enracinée, se déploie au niveau historique dans les différentes expressions culturelles et géographiques.

20. Un discernement spirituel étant donc nécessaire en ce qui concerne les cohabitations et les mariages civils ainsi que pour ce qui est des divorcés « remariés », il appartient à l’Église de reconnaître ces semina Verbi répandus hors des frontières visibles et sacramentelles. En suivant le vaste regard du Christ, dont la lumière éclaire tout homme (cf. Jn 1, 9 ; cf. Gaudium et Spes, 22), l’Église se tourne avec respect vers ceux qui participent à sa vie de manière incomplète et imparfaite, appréciant plus les valeurs positives qu’ils conservent que leurs limites et leurs manquements.

Vérité et beauté de la famille et miséricorde

21. L’Évangile de la famille, alors qu’il resplendit grâce au témoignage de nombreuses familles qui vivent avec cohérence la fidélité au sacrement, produisant les fruits murs de la sainteté quotidienne authentique, nourrit également ces semina Verbi qui attendent encore de mûrir et doit soigner les arbres qui sont devenus secs et demandent à ne pas être négligés.

22. Dans ce sens, une nouvelle dimension de la pastorale familiale actuelle, consiste dans la prise en compte de la réalité des mariages civils et également, en faisant les différences nécessaires, des cohabitations. En effet, lorsque l’union atteint une stabilité notable au travers d’un lien public, est marquée par une affection profonde, par la responsabilité vis-à-vis des enfants, par une capacité à résister dans les épreuves, elle peut être considérée comme un bourgeon à accompagner dans son développement vers le sacrement du mariage. Très souvent, en revanche, la cohabitation ne s’établit pas en vue d’un futur mariage possible mais sans aucune intention d’établir un rapport institutionnel.

23. Conforme au regard miséricordieux de Jésus, l’Église doit accompagner avec attention et sollicitude ses enfants les plus fragiles, marqués par un amour blessé et perdu, redonnant confiance et espérance, comme la lumière du phare d’un port ou d’une torche placée au milieu d’un groupe de personnes peut illuminer ceux qui ont perdu la route ou se trouvent au milieu de la tempête.

III Partie La discussion : les perspectives pastorales

Annoncer l’Évangile de la famille aujourd’hui, dans les différents contextes

24. Le dialogue synodal a permis de s’accorder sur les instances pastorales les plus urgentes à confier à la concrétisation des Églises locales, dans la communion cum Petro et sub Petro.

25. L’annonce de l’Évangile de la famille constitue une urgence pour la nouvelle évangélisation. L’Église doit la réaliser avec la tendresse d’une mère et la clarté d’une maîtresse (cf. Ep 4,15), dans la fidélité à la kénose miséricordieuse du Christ. La vérité s’incarne dans la fragilité humaine non pas pour la condamner, mais pour la guérir.

26. Évangéliser est une responsabilité partagée par le peuple de Dieu tout entier, chacun selon son propre ministère et charisme. Sans le témoignage joyeux des époux et des familles, l’annonce, même si elle est correcte, risque de ne pas être comprise et de se noyer dans le flot de paroles qui caractérise notre société (cf. Novo millennio ineunte, 50). Les Pères synodaux ont à plusieurs reprises souligné que les familles catholiques sont appelées à être elles-mêmes les sujets actifs de toute la pastorale familiale.

27. Il est fondamental de mettre en exergue le primat de la grâce, et par conséquent, les possibilités que l’Esprit offre par le sacrement. Il s’agit de faire comprendre par l’expérience que l’Évangile de la famille est une joie qui «remplit le cœur et toute la vie», parce que dans le Christ nous sommes «libérés du péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement» (Evangelii gaudium, 1). À la lumière de la parabole du semeur (cf. Mt 13, 3), notre tâche consiste à coopérer aux semailles: le reste est l’œuvre de Dieu. Il ne faut pas oublier que l’Église qui prêche sur la famille est un signe de contradiction.

28. C’est pourquoi une conversion missionnaire est requise : il ne faut pas se limiter à une annonce purement théorique et détachée des problèmes réels des personnes. Il ne faut jamais oublier que la crise de la foi a comporté une crise du mariage et de la famille et, par conséquent, la transmission de la foi des parents aux enfants a été souvent interrompue. L’imposition de certaines perspectives culturelles qui affaiblissent la famille et le mariage n’ont pas d’incidence sur une foi solide.

29. La conversion doit être avant tout une conversion du langage pour qu’il soit effectivement significatif. L’annonce doit faire connaître par l’expérience que l’Évangile de la famille est la réponse aux attentes les plus profondes de la personne humaine: à sa dignité et à la pleine réalisation dans la réciprocité et dans la communion. Il ne s’agit pas seulement de présenter des règles, mais aussi de proposer des valeurs, en répondant ainsi à un besoin que l’on constate aujourd’hui dans les pays les plus sécularisés.

30. L’approfondissement biblico-théologique indispensable doit être accompagné par le dialogue, à tous les niveaux. Beaucoup ont insisté sur une approche plus positive des richesses contenues dans les différentes expériences religieuses, sans passer sous silence les difficultés. Dans les différents contextes culturels, il faut tout d’abord saisir les possibilités, puis, à la lumière de celles-ci, repousser les limites et les radicalisations.

31. Le mariage chrétien ne peut pas être considéré uniquement comme une tradition culturelle ou une exigence sociale, il faut que ce soit une décision vocationnelle assumée après une préparation adéquate et un discernement mûr, dans un parcour de foi. Il ne s’agit pas de poser des difficultés ou de compliquer les cycles de formation, mais d’aller en profondeur et ne pas se contenter de rencontres théoriques ou d’orientations générales.

32. D’un commun accord, il a été rappelé que, dans la perspective familiale, une conversion de la pratique pastorale dans son ensemble est nécessaire pour dépasser les optiques individualistes qui la caractérisent encore. C’est pourquoi on a insisté à plusieurs reprises sur le renouvellement de la formation des prêtres et des autres agents pastoraux, avec une implication plus grande des familles.

33. De même, a été souligné le besoin d’une évangélisation qui dénonce avec franchise les facteurs culturels, sociaux et économiques, par exemple la place excessive donnée à la logique du marché, qui empêchent une vie familiale authentique, entraînant la discrimination, la pauvreté, l’exclusion, la violence. C’est pourquoi il faut développer un dialogue et une coopération avec les structures sociales, et encourager et soutenir les laïcs qui s’engagent dans les domaines culturel et sociopolitique.

Guider les futurs époux sur le chemin de la préparation au mariage

34. La réalité sociale complexe et les défis que la famille est appelée à affronter aujourd’hui demandent un engagement plus grand de la communauté chrétienne pour la préparation des futurs époux au mariage. En ce qui concerne ce besoin, les Pères synodaux ont insisté d’un commun accord sur l’exigence d’une implication plus grande de la communauté tout entière, en privilégiant le témoignage des familles, ainsi que l’enracinement de la préparation au mariage dans le chemin d’initiation chrétienne, en soulignant le lien du mariage avec les autres sacrements. On a également mis en évidence le besoin de programmes spécifiques de préparation proche au mariage qui soient une véritable expérience de participation à la vie ecclésiale et qui approfondissent les différents aspects de la vie familiale.

Accompagner les premières années de la vie conjugale

35. Les premières années de mariage représentent une période vitale et délicate au cours de laquelle le couple devient plus conscient des défis et du sens du mariage. D’où l’exigence d’un accompagnement pastoral qui dépasse la célébration du sacrement. Dans cette pastorale, la présence de couples ayant de l’expérience s’avère de la plus haute importance. La paroisse est considérée comme le lieu idéal où les couples experts peuvent être à la disposition de ceux plus jeunes. Les couples doivent être encouragés à assumer une attitude fondamentale d’accueil du grand don que représentent les enfants. Il faut souligner l’importance de la spiritualité familiale et de la prière, en encourageant les couples à se réunir régulièrement pour promouvoir la croissance de la vie spirituelle et la solidarité dans les exigences concrètes de la vie. Les liturgies significatives, les pratiques dévotionnelles et les Eucharisties célébrées pour les familles ont été mentionnées comme étant vitales pour favoriser l’évangélisation à travers la famille.

Les aspects positifs dans les unions civiles et les concubinages

36. Une nouvelle sensibilité de la pastorale d’aujourd’hui consiste à comprendre la réalité positive des mariages civils et, compte tenu des différences, des concubinages. Il faut que dans la proposition ecclésiale, tout en présentant clairement l’idéal, nous indiquions aussi les éléments constructifs de ces situations qui ne correspondent plus ou pas encore à cet idéal.

37. On relève également, dans de nombreux pays, un “nombre croissant de couples qui vivent ensemble ad experimentum, sans aucun mariage, ni canonique ni civil” (Instrumentum Laboris, 81). En Afrique, cela se produit surtout dans le mariage traditionnel, contracté entre familles et souvent célébré par étapes. Face à ces situations, l’Église est appelée à être “toujours la maison ouverte du Père […] où il y a de la place pour chacun avec sa vie difficile” (Evangelii gaudium, 47) et à aller en aide à celui qui éprouve le besoin de reprendre son chemin de foi, même s’il n’est pas possible de célébrer un mariage canonique.

38. En Occident, le nombre de ceux qui, après avoir longtemps vécu ensemble, demandent de célébrer le mariage à l’église est aussi en croissance constante. Le simple concubinage est souvent choisi à cause de la mentalité générale, s’opposant aux institutions et aux engagements définitifs, mais aussi dans l’attente d’une sécurité existentielle (un emploi et un salaire fixes). Dans d’autres pays, les unions de fait sont très nombreuses, non pas par rejet des valeurs chrétiennes relatives à la famille et au mariage, mais surtout du fait que se marier est un luxe ; ainsi la misère matérielle pousse à vivre dans une union de fait. Dans ces unions aussi, on peut voir des valeurs familiales authentiques, ou du moins le désir de celles-ci. Il faut que l’accompagnement pastoral commence toujours par ces aspects positifs.

39. Toutes ces situations doivent être affrontées de manière constructive, en essayant de les transformer en opportunité de cheminer vers la plénitude du mariage et de la famille, à la lumière de l’Évangile. Il s’agit de les accueillir et de les accompagner avec patience et délicatesse. À cet effet, le témoignage attrayant de familles chrétiennes authentiques, comme sujets de l’évangélisation de la famille, est important.

Soigner les familles blessées (séparés, divorcés non remariés, divorcés remariés)

40. Au cours du Synode, le besoin de choix pastoraux courageux a été clairement ressenti. Confirmant avec force la fidélité à l’Évangile, les Pères synodaux ont perçu l’urgence de chemins pastoraux nouveaux, qui partent de la réalité effective des fragilités familiales, en reconnaissant que, le plus souvent, celles-ci sont “subies” plus que choisies en toute liberté. Il s’agit de situations différentes dues à des facteurs personnels comme culturels et socioéconomiques. Envisager des solutions uniques ou s’inspirant de la logique du “tout ou rien” n’est pas signe de sagesse. Le dialogue et la confrontation vécus au Synode devront se poursuivre dans les Églises locales, avec la participation des différentes composantes, de manière à ce que les perspectives qui se profilent puissent être menées à leur plein mûrissement par le travail de la prochaine Assemblée Générale Ordinaire. L’Esprit qui nous guide, et qui est constamment invoqué, permettra au peuple de Dieu de vivre la fidélité à l’Évangile de la famille comme une prise en charge miséricordieuse de toutes les situations de fragilité.

41. Toute famille blessée doit tout d’abord être écoutée avec respect et amour, en devenant son compagnon de route, comme le Christ avec les disciples sur le chemin d’Emmaüs. Pour ces situations, les paroles du Pape François sont particulièrement pertinentes: «L’Église devra initier ses membres – prêtres, personnes consacrées et laïcs – à cet “art de l’accompagnement”, pour que tous apprennent toujours à ôter leurs sandales devant la terre sacrée de l’autre (cf. Ex 3,5). Nous devons donner à notre chemin le rythme salutaire de la proximité, avec un regard respectueux et plein de compassion mais qui en même temps guérit, libère et encourage à mûrir dans la vie chrétienne» (Evangelii gaudium, 169).

42. Un tel discernement est indispensable pour les personnes séparées ou divorcées. Il faut notamment respecter la souffrance de ceux qui ont subi injustement la séparation ou le divorce. Pardonner l’injustice subie n’est pas facile, mais c’est un chemin que la grâce rend possible. De même, il faut toujours souligner qu’il est indispensable de prendre en charge, de manière loyale et constructive, les conséquences de la séparation ou du divorce sur les enfants: ils ne peuvent pas devenir un “objet” de dispute, et il faut chercher les meilleurs moyens pour qu’ils puissent surmonter le traumatisme de la scission familiale et grandir le plus possible dans la sérénité.

43. Plusieurs Pères ont souligné le besoin de rendre les procédures de reconnaissance des cas de nullité du mariage plus accessibles et allégées. Il a été notamment proposé de pouvoir se passer de l’obligation de la double sentence conforme; ouvrir une voie administrative sous la responsabilité de l’évêque diocésain; entamer un procès sommaire dans les cas de nullité notoire. Selon des propositions éminentes, il faudrait envisager la possibilité de considérer l’importance de la foi des futurs époux pour la validité du sacrement du mariage. Dans tous ces cas, il faut bien souligner qu’il s’agit d’établir la vérité sur la validité du lien.

44. Quant aux procès matrimoniaux, outre la préparation d’un nombre suffisant d’agents, clercs et laïcs, qui s’y consacrent prioritairement, la simplification de la procédure, demandée par un grand nombre, exige que l’on augmente la responsabilité de l’évêque diocésain, qui pourrait, dans son diocèse, charger un prêtre, préparé en bonne et due forme, de conseiller gratuitement les parties sur la validité de leur mariage.

45. Les personnes divorcées non remariées doivent être invitées à trouver dans l’Eucharistie la nourriture qui les soutient dans leur état. La communauté locale et les pasteurs doivent accompagner ces personnes avec sollicitude, surtout si elles ont des enfants ou vivent dans une situation de pauvreté grave.

46. Les situations des personnes divorcées remariées exigent aussi un discernement attentif et un accompagnement empreint de respect, évitant tout langage ou attitude qui les feraient sentir discriminées. Prendre soin de ces personnes ne représente pas pour la communauté chrétienne un affaiblissement de sa foi et de son témoignage de l’indissolubilité du mariage, au contraire, c’est par ces soins qu’elle exprime sa charité.

47. Quant à la possibilité d’accéder aux sacrements de la Pénitence et de l’Eucharistie, certains ont argumenté en faveur de la discipline actuelle en vertu de son fondement théologique, d’autres se sont exprimés en faveur d’une plus grande ouverture à des conditions bien précises, quand il s’agit de situations qui ne peuvent pas être dissoutes sans entraîner de nouvelles injustices et souffrances. Pour certains, il faudrait que l’éventuel accès aux sacrements soit précédé d’un chemin pénitentiel – sous la responsabilité de l’évêque diocésain –, et avec un engagement évident en faveur des enfants. Il s’agirait d’une situation non généralisée, fruit d’un discernement réalisé au cas pas cas, suivant une règle de gradualité, qui tienne compte de la distinction entre état de péché, état de grâce et circonstances atténuantes.

48. Suggérer de se limiter uniquement à la “communion spirituelle” pour un nombre non négligeable de Pères synodaux pose des questions: si la communion spirituelle est possible, pourquoi ne pas pouvoir accéder à celle sacramentelle? Un approfondissement théologique a été donc sollicité à partir des liens entre sacrement du mariage et Eucharistie par rapport à l’Église-sacrement. Il faut également approfondir la dimension morale de cette problématique, en écoutant et en éclairant la conscience des époux.

49. Les questions relatives aux mariages mixtes ont été souvent citées dans les interventions des Pères synodaux. La diversité de la discipline relative au mariage dans les Églises orthodoxes pose, dans certains contextes, des problèmes graves auxquels il faut donner des réponses adéquates en communion avec le Pape, ce qui est valable aussi pour les mariages interreligieux.

Accueillir les personnes homosexuelles

50. Les personnes homosexuelles ont des dons et des qualités à offrir à la communauté chrétienne: sommes-nous en mesure d’accueillir ces personnes en leur garantissant un espace de fraternité dans nos communautés? Souvent elles souhaitent rencontrer une Église qui soit une maison accueillante. Nos communautés peuvent-elles l’être en acceptant et en évaluant leur orientation sexuelle, sans compromettre la doctrine catholique sur la famille et le mariage?

51. La question homosexuelle nous appelle à une réflexion sérieuse sur comment élaborer des chemins réalistes de croissance affective et de maturité humaine et évangélique en intégrant la dimension sexuelle: elle se présente donc comme un défi éducatif important. L’Église affirme, par ailleurs, que les unions entre des personnes du même sexe ne peuvent pas être assimilées au mariage entre un homme et une femme. Il n’est même pas acceptable que l’on veuille exercer des pressions sur l’attitude des pasteurs, ou que des organismes internationaux soumettent les aides financières à la condition d’introduire des lois s’inspirant de l’idéologie du gender.

52. Sans nier les problématiques morales liées aux unions homosexuelles, on prend acte qu’il existe des cas où le soutien réciproque jusqu’au sacrifice constitue une aide précieuse pour la vie des partenaires. De plus, l’Église prête une attention spéciales aux enfants qui vivent avec des couples du même sexe, en insistant que les exigences et les droits des petits doivent toujours être au premier rang.

La transmission de la vie et le défi de la dénatalité

53. Il n’est pas difficile de constater la diffusion d’une mentalité qui réduit l’engendrement de la vie à une variable des projets individuels ou de couple. Les facteurs d’ordre économique exercent un poids parfois déterminant contribuant à la baisse importante de la natalité qui affaiblit le tissu social, compromet les relations entre les générations et rend plus incertain le regard vers l’avenir. L’ouverture à la vie est une exigence intrinsèque de l’amour conjugal.

54. Sans doute faut-il, dans ce domaine aussi, un langage réaliste, qui se base sur l’écoute des personnes et qui sache expliquer que la beauté et la vérité d’une ouverture sans réserve à la vie est ce dont l’amour humain a besoin pour être vécu en plénitude. C’est sur cette base que peut reposer un enseignement sur les méthodes naturelles, permettant aux époux de vivre leur communication de manière harmonieuse et consciente, dans toutes ses dimensions, avec la responsabilité d’engendrer. Dans cette optique, il faut redécouvrir le message de l’encyclique Humanae Vitae de Paul VI, qui souligne le besoin de respecter la dignité de la personne dans l’évaluation morale des méthodes de contrôle des naissances.

55. Aussi faut-il aider à vivre l’affectivité, même dans le lien conjugal, comme un chemin de maturation, dans un accueil de plus en plus profond de l’autre et en se donnant de manière de plus en plus pleine. En ce sens, il faut insister sur le besoin d’offrir des chemins de formation qui alimentent la vie conjugale, et sur l’importance d’un laïcat qui offre un accompagnement fait de témoignage vivant. L’exemple d’un amour fidèle et profond, fait de tendresse, de respect, capable de croître dans le temps et qui vit, par son ouverture concrète à l’engendrement de la vie, l’expérience d’un mystère qui nous transcende, est sans aucun doute une grande aide.

Le défi de l’éducation et le rôle de la famille dans l’évangélisation

56. Le défi fondamental face auquel se trouvent les familles aujourd’hui est certainement le défi éducatif, rendu plus difficile et complexe par la réalité culturelle d’aujourd’hui. Il faut bien tenir compte des exigences et des attentes de familles capables d’offrir un témoignage dans la vie quotidienne, lieux de croissance, de transmission concrète et essentielle des vertus qui forgent l’existence.

57. L’Église peut jouer ce rôle précieux de soutien aux familles, à partir de l’initiation chrétienne, à travers des communautés accueillantes. Aujourd’hui encore plus qu’hier, dans des situations complexes comme dans les situations ordinaires, il lui est demandé de soutenir les parents dans leur tâche éducative, en accompagnant les enfants, les adolescents et les jeunes dans leur croissance, par des parcours personnalisés, pouvant les introduire au sens plein de la vie, et susciter des choix et des responsabilités, vécus à la lumière de l’Évangile.

Conclusion

58. Les réflexions proposées, fruit du dialogue synodal qui s’est déroulé en toute liberté et dans un mode d’écoute réciproque, entendent poser des questions et indiquer des perspectives que les Églises locales devront faire mûrir et préciser, par leur réflexion, durant l’année qui nous sépare de l’Assemblée Générale Ordinaire du Synode des évêques, prévue en octobre 2015. Il ne s’agit pas de décisions prises, ni de perspectives faciles. Cependant, le chemin collégial des évêques et la participation du peuple de Dieu tout entier, sous l’action du Saint-Esprit, pourront nous guider vers des voies de vérité et de miséricorde pour tous. Tel est le souhait que le Pape François a exprimé dès le début de nos travaux, en nous invitant au courage de la foi et à l’accueil humble et honnête de la vérité dans la charité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Good to know           Ministry: call, structure, cooperative action

 

Deacon Paul

 

Deacon Paul C. Dorsinville

God is for the people and He uses people to reach each other. And whatever ministry to address needs encompasses a call, a structure and cooperative action.

Call: God calls or the Church (from the greek “ek eklesia”, those called) calls an individual or a group for some specific action toward needs. There is a discernment that what is asked is in conformity with Scripture, Tradition, the Church Magisterium and the expected results will benefit the person(s) called and those in need, since God is not in contradiction with Himself.

Structure: The Church is both spiritual and an institution. And the ministry will take place within some formal setting taking into account jurisdiction, hierarchy and accountability.

Cooperative action: The Church as Body has many members with complementary skills, gifts and charisms. All are invited to “kenosis” to rise above the personal limitations, the likes and dislikes toward the greater good.

When you see some endeavor, do you ask yourself: what can I can contribute to make it better?

* I passed the feedback I received from some of you to the Sign of Peace at Mass to the diocesan Liturgy Office which indicated it is already effective by law!

+                        +                    +

Dieu est pour les humains et Il utilise les humains pour rejoindre les uns les autres. Et quelque soit le service pour adresser des besoins il  y a un appel, une structure et une action coopérative.

Appel: Dieu appelle ou l’Eglise (du grec “ek eklesia”, les appelés) appelle un individu ou un groupe pour une action spécifique envers le(s) besoin(s). Il y a un processus de discernement que cet appel est conforme à l’Ecriture, la Traditon, le Magistère de l’Eglise et les résultats anticipés vont aider la(/les) personne(s) et ceux dans le besoin, puisque Dieu n’est pas en contradiction avec Lui-même.

Structure: L’Eglise est à la fois spirituelle et institution. Le service sera dans une formalité tenant compte de jurisdiction, hiérarchie et responsabilité.

Action coopérative: l’Eglise comme Corps a plusieurs membres avec des connaissances, dons et charismes complémentaires. Tous sont invités à la “kénose” pou s’élever au-dessus des limites personelles, des choix émotionels pour le bien commun.

Quand tu vois un projet, est-ce que tu te poses la question: Qu’ est-ce que je peux contribuer pour le rendre meilleur?

*J’ai passé la question de certains d’entre vous sur la date effective du Signe de Paix dans la Messe au Bureau de Liturgie diocésain et la réponse est qu’il est déja en effet par loi!

#                       #                     #

 

 

 

 

L’auteur du texte de la célébration du 50ème Anniversaire de Vie Religieuse de Soeur Bruno à Westburry est Docteur Micheline Dole, Présidente du Chapitre des medecins Haitiens de New York et membre du Comité executif de Radio Solidarité. La Semaine Dernière nous avons mis le nom de Soeur Cecilia Duchaine FDM. Vous aurez la chance de lire à nouveau de lire le texte du Docteur Micheline Dole.

 

Sr Bruno50-1

Dr Dole et Soeur Bruno

 

Soeur Buno FDM-50 Ans de vie Religieuse

 

Sr Bruno50-2

 

Les festivités eurent lieu le dimanche28 septembre 2014. Elles débutèrent durant la messe de 2:30 pm à l’église St Brigid de Westbury, New York.           Ce fut un service solennel célébré par notre Révérend,Père Nesly Jean-Jacques assisté par le Cure de la paroisse, Fr. Anthony Stanganelli (Fr. Tony), Fr. Augustine, Diacre Hernst Bellevue  et le Père SyriaqueCiné venu d’Haïti pour la circonstance. Ce dernier nous a tous tenus en haleine pendant plus d’une demi-heure en mettant l’accent sur le « OUI » sincère, le oui d’engagement que Sœur Bruno eut à prononcer il y a 50 ans. Il compara brillamment les vœux de Sœur Bruno au  vrai ” oui “de l’un des frèresdécrit dans l’évangile du jour.           Les membres de la chorale de Westbury  revêtus de leur « parure du dimanche » et sous la direction de Mrs. Yolette Salnave et de l’organiste Derby ont fait vibrer l’enceinte. Un moment trèsémouvant au cours  de la célébration fut celui où Sr. Bruno en présence des religieux et des laïques eut à renouveler encore une fois son engagement à continuer ses vœux de Chasteté, de Pauvreté et d’Obéissance.           Après la messe, on se rendit à l’auditorium de l’école St. Brigid  somptueusement décoré en salle de réception par une équipecomposée de Martine Louis XVI, Rose Marie Polycarpe et autres pour continuer les festivités. Les tables étaient merveilleusement garnies par des mets succulents préparés par les cordons bleus de la paroisse. La courtoisie des Amis du Foyer qui servirent d’hôtesses fut remarquable.           La partie culturelle débuta par les mots de Bienvenue du Père Nesly  Jean-Jacques suivis par un chant d’ouverture exécuté avec brio par la nouvelle chorale des Jeunes de l’église de Ste Brigid dénommée  les ChœursAngéliques. Sœur Bruno reçut tour à tour des pluies de louanges sous forme de poésie, de danse, de discours, venant des amis et parents et surtout des jeunes de la paroisse.           Ce fut une très belle soirée dont l’éclatétait rehausse par la présence du vicaire de l’église de Ste Anne de Brentwood, le Père Eden Jean-Baptiste, de Mme.OrdeaLeveque,de Mme. Maggy César et de nombreux  parents et amis venus de partout.           Madame Cari Estime clôtura cette magnifique soirée par de gentils mots de remerciements et un entrainant chant de sortie.

Cette grandiose célébration fut selon l’avis de tous l’une des plus belles réalisations culturelles de la communautéhaïtienne de Ste Brigid. Je dis «  Chapeau bas » au comité organisateur et un grand BRAVO à celle qui fut le potomitan  dans la réalisation de ce grand évènement, Sœur Cecilia Ducheine.

 

Docteur Micheline Dole

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Sanctuaire Marial Cap de la Madeleine-Tournée Promotionnelle au bénéfice des Sanctuaires du Québec réalisée par

 

Berrard

 

le Père Wedner Bérard, omi à New-York du 16 au 20 mai 2014

Cette tournée m’a permis de visiter une nouvelle colonie d’Haïtiens à New-York particulièrement dans le faubourg de Queens. Les paroisses visitées à cette occasion sont au nombre de trois, à savoir: Ste Anne et St Joachim, St Boniface et Notre-Dame de Lourdes. Les deux premières sont dans le cadre de mon travail et la dernière par courtoisie. C’est une paroisse essentiellement anglophone mais très fréquentée par un bon groupe d’Haïtiens.

 

Ste Anne et St Joachim

218-26, 105 Ave

Queens Village, NY11429

9173654505

Nixon Jean François, Vicaire

 

St Boniface

631 Elmont Rd, NY11003

Carlens Vendredi, Vicaire

3479094745

 

Notre-Dame de Lourdes

9280, 220th Street

Queens Village, NY11428

 

 

 

 

Programme de la Tournée

 

16 Mai: départ de Montréal et arrivée à New York tard dans la soirée.

 

17 Mai: rencontre au matin avec le père Nixon Jean François au presbytère de la paroisse de Ste Anne.

 

17 Mai: rencontre informelle dans la soirée avec un groupe d’Haïtiens qui voulait s’informer des principaux sanctuaires du Québec et particulièrement de mon travail au Sanctuaire Notre-Dame du Cap.

 

18 Mai: 7h am messe à la paroisse Ste Anne avec une partie de la communauté haïtienne. L’assemblée composée majoritairement de retraités du troisième âge est estimée aux environs de 500 personnes. Ils ont bien accueilli l’invitation que je leur ai faite de visiter les sanctuaires du Québec, la Porte Sainte de la basilique de Québec et aussi Notre-Dame du Cap surtout à la période du Festival de l’assomption du 9 au 17 aout prochain.

 

18 Mai: 9h am participation à une cérémonie de première communion à la paroisse Notre-Dame de Lourdes.

&nbsp

18 Mai: 10h30 am messe concélébrée avec le père Carlens Vendredi à la paroisse St Boniface. 800 Haïtiens ont commémoré avec fierté et dignité la fête du drapeau. C’est dans un atmosphère de fête et de joie que j’ai lancé mon invitation pour un pèlerinage dans les différents sanctuaires du Québec.

 

18 Mai: 13h pm, retour à la paroisse Ste Anne et St Joachim pour promouvoir les sanctuaires du Québec et pour rencontrer la plus grosse partie des Haïtiens qui étaient venus nombreux à cette messe d’action de grâce en l’honneur du bicolore haïtien. C’était une belle et émouvante cérémonie marquée de chants et de mimes relatifs au drapeau, symbole d’unité et de fraternité entre les Haïtiens.

 

18 Mai: de 18 à 23h pm, rencontre festive avec 120 personnes, parents et enfants qui ont reçu la première communion à la paroisse Notre-Dame de Lourdes.

 

19 Mai: Journée de repos

 

20 Mai: retour au Sanctuaire.

 

P. Wedner Bérard, omi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Montreal-Joyeux Anniversaire Soeur Carmelite Millien

 

Carmelite

Flowe24

 

Le Vendredi 24 Octobre est l’anniversaire de notre sœur et amie Marie Carmelite Millien , membre du Réseau du Centre National à Montréal. Carmelite est un Cadeau de Dieu à la Pastorale Haitienne.

 

Carmelite est une travailleuse sociale à l’hopital la Chine à Montréal. Elle est Responsable de la Chorale et du groupe de Prière Marie Protectrice de la Paroisse St Antoine Marie Claret et elle enseigne la catéchèse aux Paroisses Marie Reine de la Paix et St David.

 

 

 

Harielle la fille de Carmelite souhaite un Heureux Anniversaire à sa mère : « Joyeux anniversaire  Manmie Carme,toi qui aime,par Dieu et pour Dieu,mais qui est aimée pour ce que tu es!I love You»

 

Son Excellence Monseigneur Guy Sansaricq directeur executif du Centre National et de Radio Télé Solidarité souhaite un Heureux Anniversaire à Carmelite : Chère Madame Marie-Carmélite Millien:

 

Bonne Fête! Continuez à tenir allumée la flamme de la foi à Montréal! La lumière que vous aidez à répandre éclaire beaucoup de coeurs et leur apporte la paix. Nous vous en sommes reconnaissants.

 

 

 

 

Brother Tob souhaite un Joyeux Anniversaire à sa Soeur Carmelitte

« Bonne Fête, Chère Carmelitte! La grâce du Seigneur ne connait pas de frontière. Qu’elle vous recouvre comme d’un manteau et vous accorde toutes vos demandes. Que le Seigneur fasse de grandes choses pour vous car son nom est Saint!

 

Le Centre National de L’Apostolat Haïtien à L’étranger profite de cette occasion pour  lui souhaiter  un Heureux Anniversaire en union avec sa famille, les membres de sa chorale, les membres de Radio Télé Solidarité  et la grande Communauté catholique Haïtienne de la Diaspora.

Nous demandons à  tous  nos amis & amies d’avoir une intention pour elle dans leur prière, la fin de Semaine  du 26 Octobre.

Que notre Mère Marie continue  de la protéger  et que le Seigneur bénisse sa famille!

Encore une fois, Carmelite: Ad multos Años !

Centre National.

 

 

 

 

 

in Brief

 

Tele Solidarite-Fund Raising Campaign

 

 

Dr Mcalla-2

 

 

 

The Bulletin The Haitian Apostolate Inc. has recently launched a fund-raising campaign for the purpose of purchasing Radio and TV cameras and other electronic equipment to enhance their radio and television programs on the internet. For many years now, these programs have been in existence but need to be professionally enhanced. These programs are accessible on a daily basis at SNAA.ORG. They provide religious instructions but also news of the community. Interviews with many important persons of the community are frequently aired. Many associations such as the Haitian Doctors’ Association will soon be preparing a weekly talk show program on health issues. Good equipments are necessary for better performance. A committee including members of the Haitian engineers, the Haitian Doctors and the Haitian artists Associations are overseeing the operation. I am temporarily the chairman of that board. Checks can be sent to: “Haitian Apostolate Inc.” 332, East 32nd St. Brooklyn NY 11226 This highly recommendable community service deserves the wide support of everyone who loves Haiti.                                                                               L’Apostolat Haitien National campagne de levée de fonds

 

 

foule23

L’Apostolat Haitien National vient de lancer une campagne de levée de fonds afin d’être en mesure de se procurer les équipements nécessaires pour le fonctionnement efficace de leur radio et de leur Television appelés Radio/TV solidarite. Tout le monde peut se brancher sur ces programmes 24 heures sur 24 sept jours par semaine en clicquant SNAA.ORG. Un large comité comptant parmi eux des membres des associations Haitiennes des ingénieurs, des médecins et des artistes sont en charge de cette station. Je suis provisoirement le chairman de ce “Board.” Les associations ci-haut mentionnées sont en train de préparer des talk shows hebdomadaires sur leurs domaines d’expertise. Nous espérons que le plus grand nombre possible de ceux qui aiment notre pays contribueront largement à cette entreprise qui a pour but de rehausser notre communauté. Tout chèque peut étre adressé comme suit: Haitian Apostolate inc. 332, East 32nd St Brooklyn NY 11226         Bishop Guy Sansaricq   .

 

 

 

 

Save

National Center-Holy Land Dear Friends:             The National Center of the Haitian Apostolate offers you the opportunity to go to the Holy Land and Rome. Our Holy Father, Pope Francis recently made this pilgrimage walking in the footsteps of Our Lord Jesus. He encourages us to see the places that are related to our Faith and Catholic tradition. He visited: Nazareth where the angel was sent to the Blessed Virgin Mary to announce the birth of Jesus; Bethlehem, the birthplace of our Savior, and he celebrated Mass in the Upper Room. As you carry the Cross, you will remember the sufferings, death of Jesus. How stunning it will be to stand on top of the Mount of Olives and view the Old City and remember where Jesus taught his disciples. Let us spend time in prayer and meditation in the same spots where Jesus prayed, healed the sick, wept and joined the disciples on a fishing trip. In Rome, you will be graced with a memorable audience with Pope Francis at the Vatican. Awesome! May the Lord bless us and prepare us for a great journey of faith. Please register early so you can benefit the $50.00 discount promised to the early birds. Chaplain: Father Yvon Pierre Contact Persons: Marie Monique Charlot 954-443-2698 Sister Juvenia Joseph 718-856-3323 Date of Pilgrimage: May 11-20, 2015     We have posted Haitian Apostolate flyer on a private website. The purpose of our doing this is so the client can use the site in his promotions. You should encourage them to put the web address in their parish bulletins and especially if they have a parish or ministry web site, they should have their web person create a link from their site to open this brochure. http://www.unitours.com/client/HaitianApostolateHolyLandandItaly.pdf   Fabrizio Fabbri President Unitours, Inc. 10 Midland Ave #202 Port Chester, NY 10573 Tel: 914-253-9446 Fax: 914-253-9001 Toll free: 800-777-7432 Website: www.unitours.com Facebook: http://www.facebook.com/Unitours Twitter: @UnitoursInc

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s