REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE TWENTY SECOND SUNDAY (August 31st, 2014)

Business Card 3

Perpetual Help

Visit telesolidarite.tv Skype Account: brothertob Weekly Bulletin Staff: Marlene Rigaud Apollon, Sister Jamie Phelps PHD, Deacon Paul Dorsainville Brother Tob: Editor Bishop Guy Sansaricq : Director Radio Solidarité : 1-302-797-4073 Visit SNAA.ORG Visit: Telesolidarite.tv- Blog: Solidarite Flash Face Book: Radiotelesolidarite Weekly Bulletin: , August 31, 2014-Sept 7, 2014 Unsubscribe here

 

 

 

1–Thought of The Week

 

2-Bishop Sansaricq-Homily

 

3- A Post-Ferguson Reflection On Blacks in America

 

 

 

 

 

 

4 Je reviens du XXIIIe Congrès charismatique des Haïtiens d’outre-mer

 

 

 

5- Radio Solidarité -4ème Anniversaire /Radio Solidarité -4 Years

 

 

 

6-  Bienvenue  à New York Docteur Paul Latortue  /Welcome To New York Doctor Paul Latortue

 

 

 

7- Bienvenue à New York Son Excellence Monseigneur Quesnel Alphonse

 

 

 

 

 

8- Les obsèques sous surveillance de Michael Brown à Saint-Louis

 

 

 

 

 

9- Diaspora Investment Survey / Sondage sur l’investissement de la Diaspora

 

 

 

 

10- Gaza / ONU : les enfants ont droit à l’éducation malgré le conflit

 

 

 

 

 

 

11- UNICEF: Aider les mères des régions rurales dans la lutte pour éliminer le VIH / SIDA

 

 

 

 

 

12-Proverbe

 

 

 

 

13- The Battle of the Nuns

 

 

 

 

 

 

14 Solidarité-Flash-Courriels

 

 

 

15- Good to know       USCCB’s “Praying with Body, Mind, and Voice”(2010) – End

 

 

 

 

 

16- In Brief

 

Pensée de la semaine: “C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire”. (Gandhi)

 

Thought of the week: “Satisfaction is found in the effort and not in the success. Fullness of effort is fullness of victory.(Gandhi)

 

 

Pensamiento de la semana: ” “La satisfacción se encuentra en el esfuerzo y el éxito no está en la plenitud de estrés es la plenitud de la victoria (Gandhi) ..
 

 

 

 

REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE TWENTY SECOND SUNDAY (August 31st, 2014)

Jer. 20, 7-8; Psalm 63; Romans 12, 1-2; Matthew 16, 21-27

Bishop Sansaricq20

 

By + Guy Sansaricq

 

Jesus speaks today about the doorway to LIFE. Peter – not unlike us – did not quite get it. “No, says he that cannot be.” Jesus rebuked him sternly: “Get behind me Satan. You are an obstacle to me. You are thinking not as God does, but as human beings do.”

 

What is it that provoked this brisk tension between Jesus and Peter? It’s Jesus’ announcement about his upcoming death and Resurrection. Jesus is referring to the mystery of the CROSS. St Paul will later   say   ”The Cross is foolishness in the eyes of the world yet power to the believer.” We are called to understand that the entire message and mission of Jesus hinges on one key event, his death and Resurrection. The Cross is the symbol that says it all. We like Peter have a hard time accepting that.

 

The closing words of Jesus are still more stunning. “Whoever wishes to come after me must deny himself take up his Cross and follow me. Whoever wishes to save his life will lose it, but whoever loses his life for my sake will find it.”  

In other words the doorway to life everlasting is the willingness to “lose” one’s life for the sake of the kingdom. Self denial out of love is a crucial step we must all accept to take. Satan and the world whisper to our ears: “You, first! You first! ” Jesus proclaims that his true followers have to strip themselves of the bitter root of selfishness. Love demands it. The Cross of Jesus shows us the way. Let us not be afraid to walk in his footsteps. If we want to love as Jesus loved, self denial shines as the necessary first step.

Love will not grow in a heart shackled by selfishness! May we be inspired by St Paul words: “I have accepted the loss of all things and consider them so much rubbish so that I may gain Christ.” (Phil 3, 9)

 

REFLEXIONS SUR LES LECTURES DU 22ÈME DIMANCHE (31 Aout 2014)

Jeremie 29, 7-8; Psaume 63; Romains 12, 1-2, Mathieu 16, 21-27                     

 

 

 

  Par +Guy Sansaricq

 

Nous recevons aujourd’hui un message qui nous fait presque peur. Cet enseignement est tellement fondamental que Jesus se fache contre Pierre qui semble ne pas comprendre. “Tu ne penses pas comme Dieu mais comme un homme de la terre.” Jésus lui dit “Tu te fais le porte-parole de Satan.”

 

Cet enseignement porte sur la mort du Christ et sur la nécessité pour nous de “mourir à soi” si nous voulons entrer dans la vie éternelle.” Nous devons apprendre à nous dépouiller de tout égoisme. L’amour de soi est un obstacle à l’amour. Tant que l’on ne pense qu’à soi, l’on est incapable de suivre le Christ qui nous a aimés jusqu’au bout. Heureux ceux qui voient plus loin que le bout de leur nez!

 

Le Christianisme ne consiste pas seulement dans l’obervance de quelques règles morales mais dans l’acceptation d’un autre mode de vie, d’un autre style de vie. Comme Jésus qui est mort sur la croix et est ressuscité à une vie nouvelle, nous devons accepter de mourir, ou en d’autres mots, de rompre avec nos habitudes et nos mentalités “tournées sur nous” pour renaitre à une perspective d’amour et de service “tournées vers les autres.” Pour arriver à cela il faut un changement tellement radical qu’on peut parler de mort. Ne nous faisons pas d’illusion l’égoisme et l’orgueil son frère jumeau sont les obstacles les plus tenaces à surmonter. Il faut vraiment “porter sa Croix” pour les dépasser.

 

Lorsque nos yeux se fixent seulement sur les plaisirs de la chair, nous ratons notre vocation humaine.

N’ayons pas peur de marcher sur les pas du Christ. Lui seul peut combler nos soifs les plus profondes.

Bishop Guy Sansaricq
 

 

 

 

 

 

 

A Post-Ferguson Reflection

On Blacks in America

 

Vacation is over for students. They are returning to school, many of them to continue to prepare for college, and many others to resume their higher education, in pursuit of a profession. To me, this seems like an opportune moment for a reflection on the situation of black Americans.

 

OBAMA

Allow me to begin by paraphrasing President Barack Obama. In a speech after a white police officer fatally shot a black teenager in Ferguson, Missouri, the president cited statistics showing that young men of color in many communities are more likely to end up ensnared in the criminal justice system and incarcerated than they are to study in college or find a good job.

Yes, we are aware that the situation of some blacks has changed in the third millennium. Some of them have achieved pivotal positions, with high salaries and great respect. We very proud of those whose achievements and leadership are making a difference in this society. But we cannot be content with the progress so far. We should strive to keep demonstrating that black Americans can contribute to changing the world for the better. We should also ask ourselves: Is it possible to be successful without sacrifices, hard work, a clear vision, and a willingness to work together for the benefit of both the black community and the nation as a whole?

 

 

Black1

 

 

Even with the achievements that I mentioned, too many in the black community continue to struggle. They are working hard, but they are finding it difficult to put bread on the table. Many are working two jobs, on meager salaries, in order to pay their rent and feed their children.

So we must ask ourselves: Is it possible to reach widespread, collective success in the black community? I believe collective success is possible if we really accompany the young generation and encourage them to take their studies seriously. If they do that, nothing can stop them—not even the barrier of racism or the suspicion by some whites that blacks are somehow stealing their jobs or unjustly earning salaries equal to those of whites.

 

 

6446-000031

Statistics show that one in every three black males born today can expect to go to prison at some point in life, compared with one in every six Latino males, and one in every 17 white males, if current incarceration trends continue. This report was submitted to the United Nations Human Rights Council this week in advance of the UN’s review of American compliance with the International Covenant on Civil and Political Rights. It argues that racial disparity pervades “every stage of the United States criminal justice system, from arrest to trial to sentencing.” So black leaders have a responsibility to accompany the black community and to encourage our youth to gain a good education, to be successful in this caste society.

It is not a secret that some police unfairly target the black population. In the face of that reality, the black community itself has to make a conscious decision that to be black does not mean that you have to be involved in gangs, criminal activities, but it does mean you must pursue education. If we truly understand and accept the challenge of this millennium, it is clear that the black community can equal other communities.

Still, too many of the estimated 44 million blacks in America face discrimination and prejudice. So we ask: Why is it so difficult for blacks to achieve a decent job? How can the spiritual leaders of the black community support and accompany the black population?

We at The Weekly Bulletin and at Radio-Télé Solidarité continue to do our best to walk with and provide information for the black community.

Brother Tob

 

 

 

 

Une réflexion post-Ferguson

Sur les Noirs en Amérique

 

Les vacances sont finies pour les étudiants. Beaucoup retournent à l’école pour apprendre un métier ou pour continuer à se préparer pour entrer à l’université. Cette semaine, nous voulons écrire un article sur la situation des noirs aux États-Unis.

 

OBAMA

 

Le président Barack Obama a dit dans un discours après la mort brutale de l’adolescent noir, Michaël Brown, à Ferguson par un policier blanc: ”montrant que vous avez des jeunes hommes de couleur dans de nombreuses communautés qui sont plus susceptibles de finir en prison ou dans le système de justice pénale que d’être dans un bon travail ou à l’université”. Nous sommes conscients que la situation de certains noirs a beaucoup amélioré au cours du troisième millénaire; certains d’entre eux sont en de très prestigieuses positions avec des salaires de 100.000S et plus par an. Nous sommes très fiers pour tous ceux et celles qui font une différence dans cette société par leur réalisation et par leur leadership. Nous pouvons continuer à montrer avec notre “noirceur” que nous pouvons apporter notre contribution au changement du  monde. Est-il possible de réussir sans sacrifices, sans travail et sans une vision claire sur la nécessité de s’asseoir ensemble et ainsi oeuvrer pour le bien-être  de la communauté noire?

 

Black1

 

 

Même avec une certaine réussite dans la communauté noire nous continuons à avoir un grand nombre de personnes de la communauté qui continue à se battre même s’ils travaillent pour apporter le pain pour nourrir leur famille. Certains sont “condamnés” à avoir deux emplois pour payer leur loyer et nourrir leurs enfants et quelques fois pour un salaire de misère. Est-il possible de parvenir à la réussite collective dans la communauté noire?  La réussite collective est possible si nous accompagnons vraiment la génération des jeunes et les encourageons à prendre leurs études au sérieux. Certains obstacles, comme le racisme, et certaines personnes de la population blanche qui pensent que les noirs ont volé leur travail et ne doivent pas avoir le même salaire que les blancs.

 

6446-000031

 

Selon les statistiques, 1 sur chaque 3 hommes noirs nés aux États-Unis peut s’attendre à aller en prison à un moment de sa vie, comparativement à 1 sur six hommes latinos, et 1 sur 17 hommes de race blanche. Ce rapport a été soumis au Comité des droits de l’homme de l’ONU. Il soutient que la disparité raciale imprègne “toutes les étapes du système de justice pénale aux États-Unis, de l’arrestation au procès, à la peine.». Ainsi, les leaders noirs ont la responsabilité d’accompagner la communauté noire et à encourager les jeunes à avoir une bonne éducation s’ils veulent réussir dans cette société de caste.  Ce n’est pas un secret que la population noire est considérée comme chair à canon pour certains policiers. La population noire doit accepter de faire un examen de conscience pour comprendre davantage qu’être noir ne veut pas dire automatiquement être membre d’un gang, se livrer aux activités criminelles, n’avoir pas besoin d’éducation. Il est clair que la communauté noire est en mesure de prouver ses capacités comme les autres communautés. Il est donc impératif pour nous de comprendre l’enjeu de ce millenium et vraiment nous efforcer d’unir la communauté noire. Cependant, certaines personnes noires font toujours face à des problèmes tels que la discrimination et des préjudices. Selon le Bureau de recensement des États-Unis, il y avait environ 44 millions d’Américains noirs aux États-Unis . Pourquoi est-il difficile pour beaucoup de noirs d’avoir un emploi décent? Comment les leaders spirituels de la communauté noire peuvent-ils soutenir et accompagner la population noire?  Nous au bulletin hebdomadaire et à Radio Télé Solidarité continuons à faire de notre mieux pour accompagner et apporter des informations sur la communauté noire.

 

Frère Tob

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je reviens du XXIIIe Congrès charismatique des Haïtiens d’outre-mer

 

Le Nouvelliste | Publié le : 18 août 2014

 

 

Charlotte B. Cadet

 

 

 

Charismatic2-2014

Ce vendredi après-midi 1er août 2014, un grand branle-bas se déploie à la réception de l’hôtel Hilton de Fort Lauderdale. Des Haïtiens venus de plusieurs coins des États-Unis d’Amérique, du Canada et même des Bahamas s’entrecroisent, se saluent, se congratulent. Et c’est pareil dans les hôtels voisins : Hyatt, Holiday Inn, etc. Ils sont tous présents pour la même cause, participer au XXIIIe congrès charismatique des Haïtiens d’outre-mer qui va se dérouler du 1er au 3 août. L’hôtel Hilton offre une vue prenante sur la mer et permet d’admirer de grands bateaux de croisière qui accostent ou qui prennent le large. À côté, dans un perpétuel va-et-vient, les petits bateaux de plaisance paraissent nains, ils font miroiter leur blancheur sur l’indigo de la mer. Cependant, on doit laisser le confort de l’hôtel pour se rendre au Broward County Convention Center de Fort Lauderdale, le lieu qui va accueillir, pendant trois jours, le XXIIIe congrès charismatique des Haïtiens d’outre-mer, sur le thème : « Vous serez baptisés dans l’Esprit-Saint » Ac 1,5. Dans le hall d’entrée du Convention Center, que de retrouvailles chaleureuses ! Que de bavardages mêlés d’éclats de rire ! Il est réellement bon de se retrouver ensemble entre frères et sœurs charismatiques.

 

Charismatique4-2014

 

 

Ce qui me fait penser tout de suite à un passage du psaume 133 : « Voyez, qu’il est bon, qu’il est doux d’habiter en frères tous ensemble. » Quant à moi, j’avoue avoir revu avec beaucoup d’émotions ces visages familiers, ces anciens membres de mon groupe de prière en Haïti (le groupe Joie), et qui ont quitté le pays, soit pour des raisons de sécurité, ou encore après le tremblement de terre du 12 janvier 2010. Quel plaisir de revoir le père Mike Petit-Homme qui venait parfois célébrer la messe pour le groupe, alors qu’il était vicaire à l’église du Christ-Roi de Bourdon ! Transféré depuis à Washington, il est toujours très actif et très dynamique dans sa nouvelle paroisse. Il est sept heures du soir. Le soleil étale encore sa brillance au dehors. Mais c’est déjà l’heure de l’ouverture du congrès. Construite en amphithéâtre, l’enceinte du Convention Center est à la mesure de l’évènement. D’emblée, les animateurs, Jean-Robert Thémistocle, Gilbert Dabady, Tony Jean-Baptiste, aidés de la musique entraînante du groupe Effusion, commencent à chauffer l’auditoire au rythme du chant-thème : « Vous serez baptisés dans l’Esprit-Saint. » Les congressistes font une entrée spectaculaire, les bras en l’air, en dansant, en chantant, en louant le Dieu vivant. Un clin d’œil bien espiègle m’a offert le plaisir d’admirer les dames qui font assaut d’élégance, allant des coiffures les plus variées aux tenues, certaines classiques, d’autres extravagantes, d’autres encore, un tantinet trop provocantes pour cette circonstance spéciale.

 

Charismatique5-2014

 

D’après les organisateurs, environ 4000 participants, y compris les jeunes au nombre de 200, ont fait le déplacement. Une présence d’hommes assez remarquable a attiré également mon attention. Et les porteurs de bannières ornées d’images saintes de l’Église catholique, représentant des groupes de prière et leur provenance, se promènent dans les allées en les faisant flotter sous les vivats de l’assemblée. Puis, monseigneur Malagreca, le premier organisateur de ce congrès, entonne le Veni Creator, suivi d’un chant en langues, pour implorer la venue de l’Esprit Saint sur l’assistance. Il remercie ensuite les différents conférenciers, les animateurs et les nombreux fidèles qui ont répondu à l’appel. On le sent rempli de la joie du Consolateur. Mgr Malagreca introduit chaque partie du congrès par un chant en langues. Il rejoint par là l’apôtre Paul dans sa première lettre aux Corinthiens au chapitre 12 qui parle longuement des dons spirituels. En effet, au verset 7, Paul dit : « À chacun, la manifestation de l’Esprit Saint est donnée en vue du bien commun, à tel autre, la puissance d’opérer des miracles, à tel autre la prophétie, à un autre la diversité des langues, à tel autre encore le don de les interpréter. » Qu’est-ce que le parler en langues ? D’après la Bible de Jérusalem : « Le charisme des langues appelé aussi glossolalie est le don de louer Dieu en proférant, sous l’action de l’Esprit Saint et dans un état plus ou moins extatique, des sons que tous ne peuvent comprendre. » Mais, l’apôtre nous rassure dans le même verset en mentionnant d’autres qui peuvent les interpréter. À chaque intonation d’un chant en langues, Mgr Malagreca me fait revivre les premiers temps du Renouveau charismatique où ce charisme était mis en exergue avec force, sous l’impulsion du feu de l’Esprit Saint pour louer le Seigneur, le Dieu vivant dans une assemblée. Ce qui faisait en même temps la force de ce mouvement. Qui est monseigneur Malagreca ? Mgr Joseph Malagreca est né à Brooklyn. Il est le coordonnateur du Renouveau charismatique catholique haïtien et hispanique de Brooklyn et l’aumônier du Conseil du Renouveau charismatique catholique des Haïtiens d’outre-mer (CRCCHOO). Mgr Malagreca parle l’anglais, l’espagnol, le français et le créole divinement bien. Il aime les Haïtiens d’une façon spéciale et les a toujours aidés dans différents domaines aux États-Unis. Actuellement, il est le curé de la paroisse de Holy Cross à Brooklyn, New York. Dans la préparation du congrès, il est assisté d’ un comité de laïcs dynamiques dont Marie José Joseph qui paraît dotée d’un certain leadership. Le Renouveau charismatique des États-Unis est comme un prolongement du Renouveau charismatique d’Haïti. D’ailleurs, beaucoup de membres militant actuellement en Amérique ont reçu leur formation première en Haïti, l’alma mater, avant d’émigrer chez l’Oncle Sam. La présence de la plupart des conférenciers illustre le fait : Sœur Claire Gagné, responsable nationale de l’Association des fidèles charismatiques d’Haïti, les pères Joseph Simoli et Dimitri Démesmin, des prédicateurs très populaires aux congrès d’Haïti. Sœur Claire, douée de puissants charismes, a présidé le ministère de guérison, armée de sa foi coutumière. Le père Simoli, avant de développer magistralement son enseignement : « L’Esprit Saint vous donne la force pour vaincre le péché », a mis du feu dans l’assistance avec son habituel concert de chants inspirés : « Lheu ma delivre se sou montay la monte… Le Seigneur est digne de notre adoration… » et bien d’autres airs connus, pour la plus grande satisfaction des congressistes. Il en est résulté un magnifique tableau pouvant rivaliser avec n’importe quel numéro d’opéra, à la vue de ces milliers de bras levés pour glorifier, pour exalter le nom du Seigneur, en chantant, en dansant. C’était beau et sublime à la fois ! Juste pour l’édification, il faut rappeler que le geste des bras levés est une expression de louanges remontant à la retraite de Pittsburg, en 1967, qui a vu la naissance du Renouveau charismatique. Dans trois ans, exactement en 2017, le mouvement fêtera ses 50 ans d’existence. De grandes manifestations sont prévues à Pittsburg pour commémorer cet évènement qui a fait dire au pape Paul VI : « Le Renouveau charismatique est une chance pour l’Église. » Le père Dimitri a conquis l’assistance par ses deux prédications d’une grande profondeur sur les charismes et spécialement son homélie, lors de la messe du samedi 2 août : « Le Seigneur fit pour moi des merveilles (La Vierge Marie et l’Esprit Saint). » Le père Dimitri a fait ressortir qu’au moment de la rencontre de l’ange Gabriel avec Marie, « l’Esprit Saint l’a prise sous son pouvoir. Il a consacré son corps pour que l’eau de vie passe. Elle était préparée pour être la Mère de Dieu. » Le père Dimitri a encore déclaré avec autorité que : « Satan n’est pas un être de chair, mais un être spirituel qu’il faut combattre seulement avec des armes spirituelles. » Autant de messages qui incitent à la réflexion. Les participants ont également bénéficié de la présence d’un grand leader du Renouveau charismatique mondial : Walter Matthews. D’origine américaine, il a servi ce mouvement pendant 37 ans et a occupé de hautes fonctions telles que directeur du Renouveau charismatique catholique américain, membre du Conseil pontifical pour les laïcs à Rome. Ses deux conférences : « Le baptême dans l’Esprit Saint, un don pour tous et pour l’Église », « L’Esprit Saint fait de vous un témoin », nous ont permis de mieux cerner le baptême dans l’Esprit. Précisons tout de suite que le baptême dans l’Esprit Saint nous réfère à un passage de l’Évangile de saint Marc, au chapitre premier, le verset 8 : Jean Baptiste parle à ceux qui viennent se faire baptiser : « Moi, je vous baptise avec de l’eau, mais Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. » D’après certains exégètes, « le baptême dans l’Esprit est une œuvre qui confère une nouvelle vie en Dieu. » C’est peut-être pourquoi notre conférencier, Walter Matthews, affirme que « le baptême dans l’Esprit Saint est pour nous tous, et un cadeau pour l’Église. Il garantit l’héritage. » Walter Matthews a interpellé les assistants par des paroles rafraîchissantes qui ont coulé comme cette eau vive symbolisant l’Esprit Saint dans la Bible. Il a fait ressortir que, comme témoin, le chrétien a une mission et il a donné quelques conseils pouvant aider dans cette mission : la motivation, le feu de l’Esprit, la parole, la vie de Pentecôte. La journée du samedi, la plus longue, n’a pourtant pas laissé de place à l’ennui. En plus de la messe comme point central, elle a été meublée d’un temps d’adoration du Saint Sacrement, d’enseignements enrichissants, d’interprétations vivantes de passages bibliques comme le baptême de Corneille, avec les personnages en tenue d’époque. On pouvait encore se réjouir des différentes mimes, des louanges, des danses. En fin d’après-midi, l’entrée des jeunes revenant d’une session conçue spécialement pour eux, dans une explosion de joie, en courant dans les allées, munis de leurs fanions multicolores, était un spectacle ravissant. Cependant, le clou de la journée demeure cette magnifique procession aux flambeaux précédée du Saint Sacrement aux alentours du Convention Center. Quel coup d’œil féerique que les flammes de ces bougies dansant au rythme d’une brise légère. Une vague impression d’être à Lourdes. C’est déjà dimanche. Les bonnes choses ne durent pas longtemps.

 

Charismatic3-2014

 

Il ne nous reste qu’une matinée pour vivre ces derniers moments de fraternité, pour renouveler une demande, prier pour un malade, chanter, danser comme le roi David devant l’Arche, en témoignage d’amour au Seigneur Dieu. Une matinée pourtant bien chargée. Elle débute à nouveau par des louanges et des chants : « chante, louwe, danse, n ap beni non Jezu, Tow, tow, je suis là. » Une joie indescriptible règne dans la salle. Un appel à l’Esprit Saint, en langues, invite les fidèles à la ferveur avant de passer aux témoignages. Ceux qui ont obtenu une grâce spéciale pendant ces trois jours sont invités à la proclamer pour l’édification du peuple de Dieu. Plusieurs personnes ont avoué avoir reçu des messages de guérison, de libération ou autres. La messe dominicale, solennelle est présidée par monseigneur Thomas Wenski, archevêque de Miami, entouré d’environ six prêtres. Mgr Wenski a captivé l’assemblée par son aisance dans la langue créole. Il parle sans accent. Il faut avouer qu’il a passé 18 ans à l’église Notre-Dame d’Haïti, à Little Haïti, Miami. Mgr a visité Haïti en plusieurs fois. Il aime aussi les Haïtiens et est toujours prêt à défendre leurs intérêts au pays de l’Oncle Sam. En ce dix-huitième dimanche du temps ordinaire, Mgr Wenski commente l’Évangile de la multiplication des pains. Il introduit son homélie par une blague en créole, assurément. Invité un jour à célébrer une messe dans les jardins où travaillaient des Haïtiens, il leur a demandé s’ils connaissaient Jésus. L’un d’entre eux lui a répondu tout de go : « Monpè, nou pa an Ayiti, isit nou pa vin n chèche Jezu, se lajan nou bezwen. » Hilarité des fidèles. Mgr Wenski a prêché entièrement en créole et a donné des conseils judicieux pour vivre notre foi. Ainsi, dans le passage de l’Évangile où Jésus dit à ses disciples : « Donnez-leur vous-mêmes à manger », il invite les congressistes à plus de générosité, plus de compassion, en partageant avec les démunis, pour l’amour de Jésus. « Donnez à manger spirituellement aux assoiffés de la justice, de l’amour. Invitez-les à l’Église. Soyez des témoins de la nouvelle évangélisation. Dieu nous invite tous à la fête. » Ainsi prend fin ce XXIIIe congrès charismatique des Haïtiens d’outre-mer. Trois jours de prière intense. Trois jours de ferveur. Trois jours de grâce. Trois jours de joie. Trois jours de fête. Pour conclure, il est bon d’emprunter ces paroles du pape François : « La première chose est la conversion qui fait que chaque chrétien devienne un témoin et que l’Esprit Saint nous aide à le vivre. » Charlotte B. Cadet Port-au-Prince, Haïti 15 août 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Radio Solidarité -4ème Anniversaire

 

Radio Solidarité se prepare à célébrer son 4ème Anniversaire le 17 Octobre 2014. Ce sera une journée de reflexion et de prière pour le personnel de Radio Solidarité sur le chemin parcouru au cours de ces 4 ans.

 

Ce sera une occasion de remercier le Seigneur et Manman Marie qui continuent à proteger le personnel de Radio Solidarité et le Directeur Fondateur Bishop Guy Sansaricq. Il a fait tout ce qui depend de lui pour permettre aux differentes composantes de la société d’exprimer leur point de vue à la Radio Solidarité. Nous continuons à croire que nous devons pratiquer la tolerance et de comprendre que nos divergences sont une grande source de richesse pour le progres de notre Communauté

 

La grande question Comment Radio Solidarité peut apporter sa contribution dans un monde déchiré par la haine , les guerres , l’hypocrisie , les cruautés, l’injustice et defendre les faibles ou les plus pauvres .

 

Cet été Radio Télé Sandarité a lancé une campagne de levée de fonds afin de voir comment elle peut se doter des equipements electroniques modernes pour pouvoir mieux servir la communauté Haitienne . Nous continuons à vous exhorter de participer à cette levée de fonds. Votre générosité est très importante pour le personnel de Radio Télé Solidarité. Il est très difficile de faire l’evangelisation sans la participation financière du peuple de Dieu . Comme vous avez pu le constater notre personnel travaille sans repit pour vous apporter des emissions de qualité au cours de ces 4 années. On Doit mentionner depuis un an Monseigneur Sansaricq Le directeur Fondateur de Radio Télé Solidarité a ajouté Radio Solidarité 24 sur le Site SNAA.ORG. Donc je vous invite à visiter SNAA.ORG et clicquer sur Solidarité 24

 

C’est clair il ya eu des moments de decouragements mais le Seigneur nous a toujours prouvé qu’il nous accompagne dans ce ministère. Il nous invite à continuer à avancer malgré certaines trahisons   incomprehensions , indifference , qurelle de chapelle et le problème de leadership qui secoue notre communauté. Nous profitons de l’occasion pour remercier tous ceux et celles qui ont apporté leur contribution à Radio Solidarité au cours de ces 4 dernières Années. Vos recompenses sont très grandes entre les mains du Seigneur. Continuons à prier le Seigneur de nous aider à faire de ce media de communication une source d’unité et de solidarité dans notre communauté pour l’avancement de son royaume.

Frère Buteau (Brother Tob)

Pour le Centre National

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Radio Solidarité -4 Years

Radio Solidarité is preparing to celebrate its fourth anniversary on Oct. 17 , 2014. It will be a day of reflection and thanksgiving for the staff of Radio Solidarité on the progress made during these 4 years.

 

This is an opportunity to thank Lord and Manman Mary who continue to protect the staff of Radio Solidarity and our Director Bishop Guy Sansaricq, the director founder of Radio Télé Solidarité. He has done everything who depends on him to allow different parts of Haitian society to express their views at  Radio Solidarité. We continue to believe that we should use or practice the tolerance and understanding that our differences are a great source of wealth for the progress of our community

 

The big question How Radio Solidarité can contribute in a world torn apart by hatred, war, hypocrisy and denounce the cruelty, injustice and defend the weak and the poor.

 

This summer Radio TV Solidarité has launched a campaign to raise funds to see how we can build the modern electronic equipment to better serve the Haitian community . We continue to urge you to participate in this fundraising. Your generosity is very important to the staff of Radio Tele Solidarité. It is very difficult to do evangelization without the financial participation of God’s people. As you may have noticed our staff work without respite to bring you Talk Show of quality over the four years. Last year Bishop Sansaricq Director Founder of Radio TV Radio Solidarité added Radio Solidarité 24 on the Site SNAA.ORG. I invite you to visit SNAA.ORG and CLICK on Solidarite 24

 

It is clear we have been times of discouragement but the Lord has always shown us that he is with us in this ministry. He invites us to keep moving forward despite some misunderstandings betrayals indifference and the leadership problem that shakes our community. We take this opportunity to thank all those who have contributed to Radio Solidarité over the past 4 years. Your reward is very great in the hands of the Lord. Continue to pray the Lord to help us make this communication media a source of unity and solidarity in our community

Brother Buteau (Brother Tob)

National Center for

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue  à New York Docteur Paul Latortue

 

Dr Paul Latortue1

Monseigneur Guy Sansaricq et Docteur Paul Latortue

 

Le Personnel du Bulletin Hebdomadaire du Centre National de l’Apostolat Haitien tient à informer le Peuple de Dieu que Docteur Paul Latortue est à New York pour la fin de Semaine du 31 Aout 2014  afin de participer à la celebration du 25ème Anniversaire de l’association des Anciens étudiants du collège de l’Immaculée Conception de la ville des Gonaives.

Pendant sa brève visite à New York il a rencontré Monseigneur Guy Sansaricq . Ces 2 grands hommes de notre communauté ont eu un entretien pendant plus que  50 minutes. Tout de Suite après Docteur Latortue a visité le studio de Radio Télé Solidarité . Il profita pour nous parler de son admiration pour le travail de Radio Télé Solidarité et sa grande joie de venir apporter sa contribution au travail d’education de Radio Télé Solidarité. Une image vaut plus que 1000 mots cliquez sur ce link pour entendre un bref entretien de Monseigneur Sansaricq avec Docteur Paul Latortue:http://youtu.be/Uej7_RCz_Y8?list=UUi3LCoGhSjsl1wH5a46FJVQ

 

Brother Tob de Radio Télé Solidarité a eu aussi un entretien avec Le professeur Paul Latortue. Dans notre prochaine edition nous aurons un article sur la visite du Docteur Paul Latortue à New York.

 

Rappelons que Docteur Paul Latortue est originaire des Gonaives, il est economiste de formation et il est ancien doyen du department de Gestion à l’Université de Porto Rico et il est professeur des Sciences économiques à l’université de Porto Rico

Le personnel du Bulletin du Centre National souhaite au Docteur Paul Latortue un très bon sejour à New York

Brother Tob

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Welcome to Doctor Paul Latortue in New York.

 

Dr Paul Latortue

Bishop Sansaricq and Doctor Paul Latortue

The Staff of the Weekly Bulletin Staff of the National Center of the Haitian Apostolate wishes to inform the people of God that Dr. Paul Latortue is in New York for the end of Week of August 31 to participate in the celebration of the 25th Anniversary of the Association of the former students of the College of the Immaculate Conception of the city of Gonaives

During his brief visit to New York he met Bishop Guy Sansaricq. These two great men of our community had a conversation for over 50 minutes. Dr. Latortue visited the studio of Radio Solidarité. He took the opportunity to talk about his admiration for the work of Radio Télé Solidarité and his great joy to come to contribute to the work of education of Radio Télé Solidarité. A picture is worth a 1000 words Click this link to hear a brief interview of Bishop Sansaricq with Dr. Paul Latortue: http://youtu.be/Uej7_RCz_Y8?list=UUi3LCoGhSjsl1wH5a46FJVQ

 

Brother Tob of Radio TV Solidarité had an interview with Doctor Paul Latortue. In our next edition we have an article on the visit of Dr. Paul Latortue in New York.

 

Dr. Paul Latortue is from Gonaives, he is economist by training and he is among the ambassadors of The Haitian Community in Diaspora. The staff of the Weekly Bulletin of the National Center wishes to Dr. Paul Latortue a great stay in New York

Brother Tob

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue à New York Son Excellence Monseigneur Quesnel Alphonse

 

 

Bishop Quesnel Alphonse

 

Le Personnel du Bulletin du Centre National de l’Apostolat Haitien à l’étranger tient à informer le Peuple de Dieu que Son Excellence Monseigneur Quesnel Alphonse, évêque auxiliaire de l’Archidiocèse de Port-au-Prince et l’auteur de l’emission Le Puit de Jacob est en visite pastorale à New York surnommée par le Bienheureux Pape Jean Paul II la Capitale du monde.

 

Monseigneur Quesnel est un homme de Dieu très simple et qui a une grande proximité avec le peuple de Dieu. Il est une grande inspiration et un modèle de foi, de piété et d’humilité pour le peuple de D’Haiti et de la diaspora Haitienne.

Il est en visite à New York pour prêcher une retraite pour le groupe de Prière RADAKA de la paroisse de Holy Innocents du diocèse de Brooklyn. Frère Reginald Magloire est le president de ce groupe. Les membres du groupe RADAKA font un très bon travail dans notre communauté au niveau de l’évangelisation et ils sont parmi les lecteurs du bulletin hebdomadaire du Centre National

 

L’emission le Puit de Jacob de Monseigneur Quesnel Alphonse est diffusée presque Chaque Dimanche à Radio Solidarité. Monseigneur Quesnel Alphonse

 

Le Personnel du Bulletin du Centre National souhaite un très bon sejour à son Excellence Monseigneur Quesnel Alphonse à New York

Brother Tob

 

 

 

 

 

 

 

 

Welcome to His Excellency Bishop Quesnel Alphonse in New York

 

Bishop Quesnel Alphonse

 

 

 

The Staff of the weekly Bulletin of National Center of the Haitian Apostolate wishes to inform the people of God that His Excellency Monsignor Alphonse Quesnel, auxiliary bishop of the Archdiocese of Port-au-Prince and the author of the spiritual Talk Show Le Puit de Jacob is in pastoral visit in New York called by Blessed Pope John Paul II Capital of the world Bishop Quesnel is a man of God very simple and has a close relationship with the people of God. He is a great inspiration and a model of faith, piety and humility for the people of Haiti and the Haitian of the diaspora. He is visiting New York to preach a retreat for the group Prayer of RADAKA of Holy Innocents Parish in the Diocese of Brooklyn. Brother Reginald Magloire is the president of that group. The members of RADAKA group do a great work of evangelization in our community and they are among the readers of the weekly bulletin of the National Center The Spiritual Talk Show Puit of Jacob Bishop Alphonse Quesnel is broadcast almost every Sunday at Radio Solidarité. Bishop Quesnel Alphonse The Personal of the weekly Bulletin of the National Center would like to wish a very good stay to Bishop Quesnel in New York Brother Tob

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les obsèques sous surveillance de Michael Brown à Saint-Louis

Le jeune Noir, tué le 9 août par un policier blanc après avoir volé une boîte de cigares, devait être enterré lundi 25 août.

Jeff Roberson/AP

Les personnes commencent à arriver aux obsèques de Michael Brown le 25 aout à Ferguson.

Jeff Roberson/AP

Les personnes commencent à arriver aux obsèques de Michael Brown le 25 aout à Ferguson.

Avec cet article

 Émeutes après la mort d’un jeune Noir aux États-Unis

Pap Ndiaye : « Ferguson, le symbole d’une classe moyenne afro-américaine face au racisme »

Barack Obama s’implique-t-il assez pour la communauté noire américaine ?

Cette cérémonie intervient dans un climat toujours tendu, même si en fin de semaine dernière, le calme semblait revenu après dix jours d’émeutes.

Des milliers de personnes étaient attendues lundi 25 août pour les obsèques publiques de Michael Brown, le jeune Noir de 18 ans tué le 9 août par un policier blanc à Ferguson, dans la région de Saint-Louis, dans le Missouri.

UNE CÉRÉMONIE SOUS HAUTE SURVEILLANCE

Cette cérémonie devait se tenir sous haute surveillance à Saint-Louis, aux abords et dans l’église baptiste Friendly Temple Missionary, qui peut accueillir jusqu’à 5 000 fidèles. Le corps devait ensuite être enterré au cimetière St Peters de la ville, en présence de sa famille.

De nombreuses personnalités de stature nationale étaient attendues à ces obsèques, dont le leader des droits civiques Al Sharpton. « Je crois que nous devons faire de ce moment une réflexion sur la manière dont nous réagissons à l’agressivité policière face à ce qui est considéré comme la petite délinquance, avait déclaré la veille le pasteur noir sur une chaîne de télévision américaine. C’est vrai de Ferguson à State Island, New York. » Al Sharpton faisait allusion à la mort d’un père de famille noir, Eric Garner, décédé le 17 juillet après avoir été plaqué au sol et étranglé par des policiers à Staten Island, dans la ville de New York.

RETOUR AU CALME FRAGILE

Après dix jours d’émeutes, survenues à la suite du drame, le calme semblait être revenu en fin de semaine dernière à Ferguson. Dimanche, sous une chaleur étouffante, quelque 400 manifestants, en majorité noirs, s’étaient réunis à la mémoire du défunt. Ils portaient pour la plupart les tee-shirts emblématiques du mouvement – « Mains en l’air, ne tirez pas » – en présence des parents de Michael Brown et du père de Trayvon Martin, un autre jeune Noir tué en 2012 en Floride.

La veille, une centaine de personnes avaient pour la première fois pris publiquement la défense du policier. « Présomption d’innocence », « Nous aimons les flics », ont scandé ces manifestants qui brandissaient des pancartes le long de la route dans un quartier sud de Saint Louis. « Je suis Darren Wilson », a clamé dans une déclaration l’une des créatrices d’un groupe de soutien sur Facebook à Darren Wilson, le policier de 28 ans qui a tué Michael Brown.

UN GRAND JURY ENQUÊTE

Deux semaines après le drame, les circonstances de la mort du jeune homme sont encore peu claires. Il sortait non armé d’une boutique de spiritueux où il venait de voler une boîte de cigares lorsqu’il a été tué de six balles, selon les autopsies. Pour les uns, Michael Brown aurait tenté de se saisir de l’arme du policier, qui l’a abattu. Pour d’autres témoins, dont l’ami qui accompagnait la victime, il avait au contraire les mains en l’air.

Un grand jury du comté de Saint-Louis a été chargé de décider s’il y a lieu de poursuivre le policier, pour l’heure mis en congé forcé. Ses douze membres – neuf Blancs et trois Noirs, selon les données fournies par les autorités locales – ont commencé ces derniers jours à étudier à huis clos les premiers éléments de l’enquête. Leur décision pourrait ne pas intervenir avant la mi-octobre.

Gilles Biassette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Diaspora Investment Survey / Sondage sur l’investissement de la Diaspora

 

 

HHTARG-Logo new

 

 

 

 

 

Kateleen

La Remarquable Katleen Felix

 

Participez a ce sondage et partagez avec votre reseau stp? Votre opinion est importante. / Can please you participate to this survey and share with your network? your opinion is important!

 

For more info / pour plus d’info sur la recherche: http://hhtarg.org/diapora-investment-survey/

Survey links / Liens pour le sondage:

English/Anglais: http://surveys.360medlink.ca/HHTARG/en/

 

French/Français: http://surveys.360medlink.ca/HHTARG/fr/

 

Kreyol/ Créole: http://surveys.360medlink.ca/HHTARG/cl/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gaza / ONU : les enfants ont droit à l’éducation malgré le conflit

 

 

Gaza-Enfant-ecole

Les cloches des 85 écoles de l’UNRWA qui servent actuellement de refuge à plus de 292.000 personnes ont retenti dimanche pour marquer ce qui aurait été le premier jour d’école.

Cet acte symbolique a été organisé par de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) pour rappeler que, malgré la guerre, les enfants de Gaza ont droit a l’éducation.

Des cérémonies ont eu lieu où enfants et enseignants ont pu lire des messages ainsi que le personnel de l’UNRWA.

Le Directeur adjoint des opérations de l’UNRWA, Scott Anderson, a participé aux évènements soulignant que 79 écoles ont été endommagées par les hostilités au cours des dernières semaines, et que 85 servent actuellement d’abris pours les Gazaouïs déplacés, dont 75.000 enfants.

« Alors que nous arrivons au 50eme jour de ce conflit, notre priorité de prendre soin de la population de Gaza et des réfugiés n’a pas changé. Continuer à éduquer les enfants demeure une priorité », a affirmé Scott Anderson ajoutant « nous allons trouver un moyen de le faire même dans des circonstances difficiles ».

L’UNRWA œuvre de concert avec le Ministère de l’éducation à l’élaboration d’un nouveau plan pour l’éducation des enfants dans ses abris et à travers la bande de Gaza.

L’UNRWA compte également s’appuyer sur les leçons apprises en Syrie dans des circonstances similaires, et compte fournir une éducation aux enfants, tout en espérant vivement que le conflit se termine bientôt et que cette organisation puisse  reprendre l’éducation régulière.

(Extrait sonore : Scott Anderson, Directeur adjoint des opérations de l’UNRWA ; propos recueillis par Oula Yassine)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

UNICEF: Aider les mères des régions rurales dans la lutte pour éliminer le VIH / SIDA

 

 

unicef-Mere-Sida

Une génération sans SIDA semblait jadis n’être qu’un rêve impossible. Mais, maintenant, la communauté internationale dispose de ce qu’il faut pour faire de ce rêve une réalité. Les progrès obtenus dans la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant ont permis de ralentir considérablement le taux de nouvelles infections chez les bébés dans les pays à revenu faible et intermédiaire. On n’a cependant pas constaté les mêmes progrès dans le traitement des enfants vivant avec le VIH, et la trajectoire du nombre de décès imputables au SIDA chez les adolescents vivant avec le VIH reste alarmante.

Les agents de santé communautaires en Côte d’Ivoire comblent la distance entre les femmes enceintes vivant avec le VIH et les soins qui leur sont indispensables pour rester en bonne santé, elles et leurs bébés.

A l’ombre d’un toit de chaume, un groupe de femmes enceintes, de jeunes mères et leurs partenaires écoutent Atanase Koukou Kouakou. Un manuel illustré à la main, il explique pourquoi il est important que toutes les femmes enceintes se fassent tester pour le VIH et se rendent régulièrement à leurs consultations prénatales.

Atanase est un agent de santé communautaire à Labo, un village situé à une centaine de kilomètres de Yamoussoukro, la capitale de la Côte d’Ivoire. Il est agriculteur mais fait du bénévolat pendant son temps libre pour sensibiliser sa communauté aux questions de santé et au problème du VIH.

La Côte d’ Ivoire affiche un des taux de prévalence du VIH chez les adultes les plus élevés de l’Afrique de l’Ouest — 3,7 pour cent — , selon l’Enquête démographique et de santé sur la prévalence du VIH de 2011 à 2012 .

Ce sont les femmes qui sont le plus touchées ; en Côte d’ Ivoire, le nombre de femmes vivant avec le VIH est deux fois plus élevé que le nombre d’hommes vivant avec le VIH.

La Côte d’ Ivoire est l’un des 22 pays prioritaires du Plan mondial pour éliminer les nouvelles infections à VIH chez les enfants d’ici à 2015 et maintenir leurs mères en vie. Ce plan couvre tous les pays à revenu faible et moyen, mais se concentre sur les 22 pays comptant le plus grand nombre de femmes enceintes vivant avec le VIH.

La Côte d’ Ivoire a fait des progrès remarquables dans la réduction du nombre de nouvelles infections à VIH chez les enfants, qui a diminué de 25 pour cent entre 2009 et 2012. Cependant, les efforts déployés pour prévenir la transmission du virus de la mère à l’enfant n’atteignent pas tout le monde. Plus de deux tiers des femmes enceintes éligibles vivant avec le VIH ne sont pas sous traitement antirétroviral.

Il est essentiel que les femmes vivant avec le VIH sachent qu’elles sont séropositives et aient accès aux connaissances et aux soins grâce auxquels elles, leurs bébés et leurs partenaires pourront rester en bonne santé. Mais les obstacles sont immenses.

Dans les zones rurales comme Labo, les femmes doivent parcourir une grande distance pour atteindre le centre de santé local. Selon le spécialiste VIH de l’UNICEF en Côte d’Ivoire, le Dr Jean Konan Kouamé, quand il s’agit des femmes des campagnes, la route est longue pour arriver à un diagnostic de séropositivité ou évaluer l’état de santé d’une femme après le diagnostic. « Si une femme enceinte a été testé positive au VIH, elle doit souvent parcourir de longues distances pour se rendre à un centre de santé qui peut effectuer un comptage de CD4, » explique-t-il.

Il ajoute : «Seul un médecin ou une sage-femme d’un établissement de santé peuvent effectuer un test VIH ou prescrire des médicaments antirétroviraux. » Une fois qu’elles ont subi le diagnostic, les femmes enceintes vivant avec le VIH ont beaucoup de mal à accéder aux soins de santé prénatals.

La stigmatisation et la discrimination représentent également des obstacles. Il arrive que les personnes vivant avec le VIH n’osent pas accéder aux soins de santé – ou ont peur de se faire tester. La discrimination peut même accroître leur vulnérabilité à la violence physique. Les femmes diagnostiquées pendant la grossesse risquent de ne rien vouloir dire à leurs partenaires, car elles ont peur de se faire accuser, d’être abandonnées, voire maltraitées. Les effets de la stigmatisation et de la discrimination sur la santé des femmes et leurs enfants peuvent être graves.

Les agents de santé communautaires comme Atanase peuvent aider à combler les lacunes dans les soins, dans la prévention, le dépistage et le traitement pour atteindre toutes les femmes. Comment ? « Un agent de santé communautaire est une personne qui est proche des gens sur le terrain, explique Atanase. Nous conseillons aux femmes enceintes d’aller à l’hôpital pour voir une sage-femme et de s’inscrire auprès du service national de santé, afin qu’elles puissent commencer à recevoir des soins. »

Le travail qu’effectue Atanase dans la communauté met particulièrement l’accent sur le soutien aux femmes enceintes vivant avec le VIH. Il incite les femmes et leurs partenaires à se faire tester et soutient les personnes dont le test est positif en surveillant qu’elles observent bien leur traitement et en leur donnant des conseils pratiques sur la façon de rester en bonne santé.

La Côte d’ Ivoire se prépare à lancer un traitement antirétroviral à vie à destination de toutes les femmes enceintes du pays vivant avec le VIH. Cette approche nouvelle permet d’offrir aux femmes enceintes vivant avec le VIH un traitement à vie dès qu’elles ont été diagnostiquées, grâce à quoi elles pourront rester en bonne santé et prévenir la transmission du VIH lors des prochaines grossesses. Le nombre de nouvelles infections à VIH parmi les enfants devrait encore reculer.

La clé du succès du programme – qui vise à sauver la vie des enfants et des femmes – est d’identifier les femmes qui ont besoin de soutien, leur offrir le test du VIH et s’assurer qu’elles suivent bien leur traitement antirétroviral.

Sur le terrain, armés des connaissances et de la formation nécessaires pour aider les femmes rurales dans leur périple vers l’accouchement et au-delà, les agents de santé communautaires comme Atanase peuvent être le lien crucial entre les collectivités et les établissements de santé pour dispenser un traitement à toutes les femmes vivant avec le VIH et prévenir ainsi la propagation du virus.

(Reportage: UNICEF)

 

 

 

 

 

 

 

 

Proverbe

Si ou vle danse sou pikan ou dwe mete sapat

Swe anpil pa di konnen travay

Tig vye, men zong li pa vye

Kon ou marye, se pa konsa ou divòse

Ti zwazo nan men plis pase zwa ki vole

Fòtin malonnèt pa jann dire

 

 

 

 

 

 

The Battle of the Nuns

In All Things

Raymond A. Schroth |

Nuns in US

Laypeople join women and men religious at a rally for Catholic nuns near the Gateway Arch in St. Louis Aug. 9. The show of support came as the Leadership Conference of Women Religious, representing the majority of the women’s religious congregations in t he U.S., was meeting for the first time since the Vatican’s call for reform of the organization. (CNS photo/Sid Hastings)

“In a selfish world, they epitomize selflessness and compassion.” (New York Times, 9/17) Who’s that? It’s rough out there. Maybe he’s taking about well-trained, kindly policemen.

One of the remarkable cultural developments within the American Catholic Church during the last few years is the emergence of women religious in the public consciousness in a way never before experienced.

It is certainly due in part to the march of feminism itself, so that just as more women are working, running corporations, serving in Congress and assuming university presidencies, so too do members of women’s religious orders assume leadership in the church, both intellectually as scholars and collectively fighting for social causes. And the response within part of the church hierarchy has been, to put it mildly, negative. Meanwhile the most fascinating response to this has been from lay intellectuals, both Protestant and Catholic.

New York Times columnist Nicholas Kristof, not a Catholic but committed to the same social justice causes as the Catholic church, writes that nuns today are not cloistered in convents: “I see them so often risking their lives around the world, confronting warlords, pimps and thugs, while speaking the local languages fluently.” He introduces us to a Sister Megan Rice who established a school in Nigeria in an area without electricity or running water, then returned to the U.S. where, age 82, she broke into a Nuclear complex in Oak Ridge, Tenn., to call attention to the nuclear threat. Others, such as Sister Jeannice Gramick, a founder of New Ways Ministry, led the way in the acceptance of homosexuals. The sister told her critics “it isn’t about sex. It is about love.” As a result the Vatican in 2012 reprimanded a group of nuns for promoting “radical feminist themes.”

Kristof asks why Pope Francis has not come to the defense of the nuns. Meanwhile the great Catholic novelist Mary Gordon, taking off from the interview with Pope Francis in America, asks in Harpers Magazine, “Is the new Vatican all talk?” (August 2014). American nuns, she writes, may have taken special note of the pope’s new emphasis on the poor rather than on sexual morality. Since the sex abuse crisis, she says, America’s nuns have been the de facto leaders of America’s liberal Catholics. “Like Francis himself, these women have been reprimanded for failing to give sufficient attention to abortion, contraception, and gay marriage. Rather two separate Vatican bureaucracies have launched investigations of American nuns.”

In fairness to Francis, she says, the church’s male leadership and its women religious have clashed throughout history. In a fascinating two pages she summarizes the relationship. Three examples: Benedictine nun Hildegard of Bingen (1098-1179) was excommunicated for burying an excommunicated nobleman in the convent’s graveyard. She refused to dig him up because he returned to the church before he died. In retaliation the bishop refused the sacraments and the right to sing prayers to the nuns. In 1871, Mary MacKillop, Australian founder of the Sisters of Saint Joseph of the Sacred Heart, was excommunicated when she disclosed that a priest was sexually abusing her school children. The bishop admitted his mistake on his deathbed. She was canonized in 2010. Margaret Anna Cusack (1829-99), a convert to Catholicism, raised money to help the poor and founded the Sisters of St. Joseph of Peace. Archbishop Corrigan of New York thwarted her efforts and convinced other American bishops to do the same. She left the church and died and Anglican.

When the document dealing with the purported moral failures of the Leadership Council of Women Religious was distributed in 2010, just after the nuns’ letter to Congress supporting President Obama’s healthcare initiative, across the country demonstrations and prayer groups responded with 60,000 signatures protesting the disrespectful treatment of these women. Ms. Gordon asked one leading nun why she retains her commitment to her religious order and the Roman Catholic Church. The nun replied:

Why would I leave a way of life that has been so fruitful for me, that’s given me so much. That allows me to live in a way that is so right for me? We offer community, we offer a real spirituality, we know how to listen, we know how to be with the dying. It’s very precious. I wouldn’t let it go. And I’d much rather focus on that than on the famous ‘dwindling numbers’ It’s not about numbers. It’s about who we are, what we are and can do in the world.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Solidarité-Flash-Courriels

Haiti : Bonsoir frère Tob !

Comment allez-vous, votre famille,vos actives? J’espère que tout va bien pour vous.

Mille merci pour le reportage de la radio tele solidarité que vous m’aviez envoyé. Vous m’informez sur tous ceux qui passent à  l’etrange mais surtout sur la societe Haitienne. J’apprecie vraiment la fete du 15 Aout. C’etait vraiment bien. Merci. Que Dieu vous benisse et vous protège. dans votre ministere. Sr.Melica Singelus

responsable des Novices

de la Congrégation des Soeurs de St Antoine

Merci de tout Coeur Je suis toujours contente de recevoir des informations concernant la communauté Je suis fière de vous et du travail colossal que vous accomplissiez Vous pouvez toujours compter sur mes prières  Salut à toute l equipe Je vous aime

 

Gerda Baron Olibrice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Good to know       USCCB’s “Praying with Body, Mind, and Voice”(2010) – End

 

 

Deacon Paul

Deacon Paul C. Dorsinville

“By its very nature song has both an individual and a communal dimension. Thus, it is no wonder that singing together in church expresses so well the sacramental presence of God to his people.”(United States Conference of Catholic Bishops, “Sing to the Lord”, no. 2). As we raise our voices as one in the prayers, dialogues, and chants of the Mass, most especially in the Eucharistic Prayer, as well as the other hymns and songs, we each lend our individual voices to the great hymns of praise and thanksgiving to the Triune God.

PRAYING IN UNISON.

In the Mass, the worshiping assembly prays in one voice, speaking or singing together the words of the prayers. By saying the same words at the same time, we act as what we truly are – one Body united in Christ through the Sacrament of Baptism.

BEING SILENT.

“Silence in the Liturgy allows the community to reflect on what it has heard or experienced, and to open its heart to the mystery celebrated.”(“Sing to the Lord”, no. 118). We gather in silence, taking time to separate ourselves of the concerns of the world and enter into the sacred action. We reflect on the readings in silence. We may take time for silent reflection and prayer after Holy Communion. These times of silence are not merely times when nothing happens; rather, they are opportunities for us to enter more deeply in what God is doing in the Mass, and, like Mary, to keep “all these things, reflecting on them” in our hearts (Lk 2:19).

The Church sees in these common postures and gestures both a symbol of the unity of those who have come together to worship and also a means of fostering that unity. We are not free to change these postures to suit our own individual piety, for the Church makes it clear that our unity of posture and gesture is an expression of our participation in the one Body formed by the baptized with Christ, our head. When we stand, kneel, sit, bow, and sign ourselves in common action, we give unambiguous witness that we are indeed the Body of Christ, united in body, mind, and voice.                                          +                            +                       +

(Suite et Fin).

LE CHANT.

“Par sa nature même , le chant a à la fois une dimension individuelle et communautaire. Donc, ce n’est pas une surprise  que chantant ensemble à l’église exprime si bien la présence sacramentelle de Dieu  envers son peuple.”(Conférence des Evêques Catholiques des Etats-Unis, “Sing to the Lord”, no.2). Pendant que nous élevons nos voix comme un seul dans les prières, dialogues et chants de la Messe, plus spécialement dans la Prière Eucharistique,ainsi que les autres hymnes et chants, nous prêtons chacun nos voix individuelles  aux grands hymnes de louange et d’action de grâce à la Trinité Divine.

PRIERE EN UNISON.

A la Messe, l’assemblée adorante prie d’une seule voix, disant ou chantant  ensemble les mots des prières. En disant les mêmes mots au même moment, nous agissons comme ce que nous sommes vraiment – un Corps uni dans le Christ par le Sacrement du Baptême.

LE SILENCE.

“Le silence dans la Liturgie permet à la communauté de réfléchir sur ce qu’elle a entendu ou expériencé, et d’ouvrir son coeur au mystère célébré.”(“Sing to the Lord”, no. 118). Nous nous rassemblons en silence, prenant le temps de nous séparer des affaires du monde pour entrer dans l’action sacrée. Nous réfléchissons sur les lectures en silence. Nous pouvons prendre un temps de réflection silencieuse et de prière après la Sainte Communion. Ces temps de silence ne sont pas simplement des moments où rien ne se passe, de préférence, ce sont des opportunités pour nous d’entrer plus profondément dans ce que Dieu  accomplit dans la Messe, et, comme Marie, de garder “toutes ces choses, réfléchissant sur elles”dans nos coeurs. (Luc 2:19).

L’Eglise voit en ces positions et gestes communs à la fois un symbole de l’unité de ceux qui se sont rassemblés pour adorer et aussi un moyen de promouvoir cette unité. Nous ne sommes pas libres de changer ces positions pour accomoder notre propre piété individuelle, car l’Eglise rend clair que notre unité de position et geste est une expression de notre participation dans le seul Corps formé par les baptisés avec le Christ, notre tête. Quand nous nous tenons debout, agenouillons, asseyons, inclinons et faisons le signe de croix en action commune, nous donnons le témoignage non ambigu que nous sommes vraiment le Corps du Christ, uni en corps, esprit, et voix.                                          #                        #                       #

 

 

In Brief

. BONIFACE (LOWER) CHURCH
631 ELMONT ROAD
ELMONT, NY 11003

5 SEPTEMBRE – 7 SEPTEMBRE 2014

3 Jours de Retraite avec Le

Rev. Père Dimitri Demesmin

Venant D’Haïti

Thème: Granmèt fè m temwanye w tout kote mwen ye

VENDREDI 5 SEPTEMBRE A 8:00 PM

SAMEDI 6 SETEMBRE A 7:00 PM

DIMANCHE 7 SEPTEMBRE A 6:00 PM
(youn di lòt)
Nap tann nou tout an foul

Pour plus d’informations appelez le (516)354-0715

As for me and my household, we will serve the Lord”. Joshua 24:15
It is with this theme that the Charismatic Haitian Renewal Convention will have its 7th Annual Convention on September 19, 20, 21, 2014. Friday 19 from 5:30 pm to 10:00 pm
Saturday 20 from 8:30 am to 9:30 pm and Sunday 21 from 8:30 am to 2:30 pm.
The place is Gymnasium Saint Vincent Ferrer 840 George Bush Blvd
Delray Beach, FL 33483
The speakers: Bishop Gerald M. Barbarito
Father Miracle Gustave
Father Luc Philogene

The Animators: Sr Claire Gagne, Gilbert Dabady, Arno Macean, Bijoux Jean
For accommodation you can call 561-254-4531
For more information you can reach Fr. Yves Geffrard at 772-971-9080

We are truly excited and looking forward to 

this year’s fundraising event honoring

Bishop Sansaricq, St. John the Baptist Parish and

commemorating the 10th Anniversary of the Class of 2004. 

 

Please support the efforts of the Pastoral Institute so that it can continue to provide formation and training opportunities for lay persons throughout the Diocese of Brooklyn.  Funds raised from this annual event will go to the Pastoral Institute Scholarship Fund.

 

Ticket price will increase on September 1st.

Buy your tickets now and save 20%

Click here to download the reservation form

Community Resource, Inc.

 

 

FWA sou Santé pou

kominotéAyisyen an

13 Septanm, 2014

11h matin à 3h apremidi

Dolan Family Health Center

284 Pulaski Road

           Greenlawn New York 11790                                                        

Pliske  21òganizasyonavekseviskominotéappatisipe

 

  • Enfòmasyonsou santé pou tout manm nan fanmi a
  • Atelyesou yoga, santé fanm, santé gason
  • Gen mounkipoutraduisiou pa pale angles
  • ouvé a piblik la / Antre gratis

 

Palé avekPastor Franck oswa reléGinette Rows631-804-8856

 

 

 

Save

20%Tickets are currently $100 each and $1,000 for a table of 10, if purchased

by September 1st. 

 

After September 1st, the price increases to $125 per ticket and $1,250 for table of 10.Offer Expires: September 1, 2014

 

National Center-Holy Land Dear Friends:             The National Center of the Haitian Apostolate offers you the opportunity to go to the Holy Land and Rome. Our Holy Father, Pope Francis recently made this pilgrimage walking in the footsteps of Our Lord Jesus. He encourages us to see the places that are related to our Faith and Catholic tradition. He visited: Nazareth where the angel was sent to the Blessed Virgin Mary to announce the birth of Jesus; Bethlehem, the birthplace of our Savior, and he celebrated Mass in the Upper Room. As you carry the Cross, you will remember the sufferings, death of Jesus. How stunning it will be to stand on top of the Mount of Olives and view the Old City and remember where Jesus taught his disciples. Let us spend time in prayer and meditation in the same spots where Jesus prayed, healed the sick, wept and joined the disciples on a fishing trip. In Rome, you will be graced with a memorable audience with Pope Francis at the Vatican. Awesome! May the Lord bless us and prepare us for a great journey of faith. Please register early so you can benefit the $50.00 discount promised to the early birds. Chaplain: Father Yvon Pierre Contact Persons: Marie Monique Charlot 954-443-2698 Sister Juvenia Joseph 718-856-3323 Date of Pilgrimage: May 11-20, 2015     We have posted Haitian Apostolate flyer on a private website. The purpose of our doing this is so the client can use the site in his promotions. You should encourage them to put the web address in their parish bulletins and especially if they have a parish or ministry web site, they should have their web person create a link from their site to open this brochure. http://www.unitours.com/client/HaitianApostolateHolyLandandItaly.pdf   Fabrizio Fabbri President Unitours, Inc. 10 Midland Ave #202 Port Chester, NY 10573 Tel: 914-253-9446 Fax: 914-253-9001 Toll free: 800-777-7432 Website: www.unitours.com Facebook: http://www.facebook.com/Unitours Twitter: @UnitoursInc

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s