REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE FOURTEENTH SUNDAY (July 6th, 2014)

Business Card 1

 

 

 

Perpetual Help

Pensée de la semaine: “Il faut deux ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire” (Proverbe chinois)

 

Thought of the week: It takes two years to learn to speak and a lifetime to learn to be silent” (Chinese proverb)

 

Pensamiento de la semana: Se necesitan dos años para aprender a hablar y toda una vida para aprender a estar en silencio(proverbio chino)

 

 

 

REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE FOURTEENTH SUNDAY (July 6th, 2014)

Zechariah 9, 9-10; Psalm 145; Romans 8, 9 +11-13; Matthew 11, 25-30.

 

DSC_4940

 

 

By +Guy Sansaricq.

 

On the July 4th weekend we hear lots of speeches on the rein of justice, freedom and human rights in this country. There is an explosion of patriotism and in many ways that is legitimate.!

 

The readings of today’s mass were not selected to fit the theme of this national Holyday. Yet they bring some light on the subject as they focus on the mercy of God and on his humility so to speak. The 1st reading depicts him like a king riding on an ass as opposed to those who proudly ride white horses. He “proclaims peace to the nations.” “He banishes the chariots and the warrior’s bow.” He comes (the Psalm) “to lift up all who are falling and to raise up all who are bowed down.” He is not a warrior God.

 

In the Gospel, Jesus in the same vein praises the Father who reveals himself to the little ones then offers rest to “those who labor and are burdened.” He describes himself as being “meek and humble of heart” and offers refreshment to “those who are troubled and weary.”

 

Military might and success in violent wars tend to be viewed as the primary source of national pride. Yet, Failure and Death await those who live according to the flesh. Success and abundance of life are promised to those who live according to the Spirit.

Compassion for the needy, search for Social Justice, humility of heart flowing from true wisdom are the priorities Christian nations and indeed Christian families and individuals should value above all. May our vision of life and our prayers be always enriched and enlightened by what we hear today namely that God is slow to anger and rich in mercy and that Jesus is meek and humble of heart!

 

 

 

 

REFLEXIONS SUR LES LECTURES DU QUATORZIÈME DIMANCHE (6 Juillet 2014)

Zacharie 9, 9-10; Psaume 145; Romains 8, 9 +10-13; Mathieu 11, 11, 25-30         Par +Guy Sansaricq.

 

Après tous les feux d’artifice du 4 Juillet, les lectures d’aujourd’hui nous mettent en garde contre l’arrogance, la violence (1ère lecture et psaume)et les déboires qui résultent des excès de la chair. (2de lecture.) Ecoutons Jésus rendre gloire au “Père qui se révèle aux humbles et aux pauvres.” Ecoutons Jésus se décrire comme “doux et humble de coeur” et appeller à lui ceux qui “succombent sous le poids des fardaux de la vie.” Venez a moi nous dit-il! Ne cherchez pas le Bonheur là où il n’existe pas!

 

Laissons nous éclairer par cette vision “d’un Dieu d’amour toujours lent à la colère et plein d’amour.” Laissons nous consoler par cette image de “Jésus doux et humble de Coeur “ qui “se penche sur les coeurs affligés” pour “relever ceux qui sont tombés et redresser ceux qui sont courbés.”

 

Apprenons à ne pas tirer trop de gloire des dons que nous avons recus de la nature et des succes obtenus par nos efforts personnels. L’égoiste est comme un détourneur de fonds. Il usurpe pour son profit personnel ce que Dieu lui a donné pour le bien commun trahissant ainsi sa vocation communautaire. Par l’Esprit, il nous faut détruire les prétensions de la chair afin de vivre en plénitude.

 

Venez à moi vous qui ploiyez sous le poids du fardeau et je vous donnerai le repos!

 

 

Bishop Sansaricq

 

 

 

 

 

 

 

 

Entretien avec Monseigneur Pierre André Dumas

 

 

Bishop Pierre Andre Dumas

 

Son Excellence Monseigneur Pierre Dumas, évêque du diocèse de l’Anse à Veau-Miragoane était le grand invité de Brother Tob à Radio Télé Solidarité à la fin de semaine du 29 Juin ou notre Église célébrait  la fête de St Pierre et de St PAUl. Monseigneur Pierre Dumas est le premier évêque du diocèse Des Nippes.  L’Église  Catholique d’Haiti continue à faire de son mieux pour accompagner le peuple de Dieu d’Haiti au Niveau de l’Évangelisation  et de l’education. Le Diocèse de Anse à Veau –Miragoane est le dernier diocièse créé par l’Église Catholique d’Haiti et le  dernier department créé par l’etat Haitien. Monseigneur  Dumas nous parla de sa vision et de son Esperance pour son diocèse.  Il fut nommé évêque du diocèse de Anse-à –Veau et Miragoane le 13 Juillet 2008.Il a paraphrasé le President Petion qui a dit il qu’il  faut que les Nippes  rentrent au giron du pays d’Haiti

Le diocèse  des Nippes compte 47 Prêtres , 32 paroisses avec une cathedrale à Anse à Veau et une co Cathedrale  à Miragoane. Monseigneur Dumas est sur tous les fronts pour faire avancer son diocèse . Il veut suivre à la lettre le message du saint Père Francois à savoir que l’Eglise doit vivre une grande proximité avec le peuple de Dieu.

Le Diocèse de L’Anse à Veau –Miragoane est en train de vivre une pastorale de proximité avec le peuple de Dieu de ce department. Il nous informa  dans son entretien des priorités de son diocèse. L’éducation est la première priorité du Diocèse de l’évêque Dumas. Aussi exige-t-il des Prêtress des 32 Paroisses de son diocèse d’avoir au moins une école prebytérale et une école professionnelle dans leur paroisse meme s’il faut la fonder. Dès son arrivée au diocèse il créa une commission sur l’education avec le Père Docteur Yves Voltaire , recteur de l’université publique du departement des Nippes à la tête de cette commission   Il ajouta qu’un peuple progresse s’il a l’education à la base. Il mentionna que

 

Pere Voltaire

Père Docteur Yves Voltaire

 

le Père Docteur Yves Voltaire Recteur de l’université de l’etat pour le department du Sud est aussi le responsable de la commission de l’education du diocèse de Anse-à Veau-Miragoane. Il nous parla de l’unité et des recherches à l’Université Notre Dame . Il parla du Dynamisme du St Père Francois qui exige que l’Église soit proche du peuple. Il comprend que les sacrements et l’accompagnement spirituel  ne doivent pas être un luxe pour le peuple de Dieu. Les prêtres et les parents  du diocèse Anse à Veau –Miragoane ont ils les moyens de payer les professeurs ? Comment l’etat Haitien peut il supporter ces écoles surtout dans ces regions d’Haiti où la pauvreté bat son plein? Comment La communauté Haitienne Catholique de la diaspora peut elle apporter sa Contribution? Nous félicitons l’Église Catholique pour cet effort d’accompagner les jeunes d’Haiti au niveau de l’education.

Monseigneur Dumas  insista que son diocèse a besoin de beaucoup de ressources humaines. Il exhorta les professionnels à la retraite de la communauté Haitienne de la diaspora  de  venir apporter leur contribution  au peuple  de Dieu du son Diocèse… Donc son diocèse l’on a besoin des ressources Logisliques, economiques,materielles et surtout des gens qui comprennent les objectifs élevés de l’Eglise.

Un diocèse , une église Locale est une oeuvre de fondation de l’Esprit Saint. L’Eglise est la présence de Dieu au milieu de son peuple. Il est important de savoir que les Nippes se composent de deux parties l’une semi urbaine et l’autre rurale. On doit mentionner  que les Nippes étaient très negligées et même ignorées et donc manquent beaucoup d’insfracture educative , Monseigneur ouvre ses bras pour accueillir tous ceux et celles qui veulent apporter leur contribution.

 

Sa 2ème priorité est la mission ,  Il est un diocèse de Province. Il pense qu’il est juste que l’evangelisation se fasse en milieu  paysan, On ne peut pas faire seulement l’evangelisation de la population des villes. C’est ce qui explique pourquoi il pense que son son diocèse doit accompagner les paysans au niveau de l’evangelisation et de l’education car il va être difficile  de parler d’intégration Fraternelle quand les regions rurales sont ignorées. Il veut que la masse paysanne de son diocèse grandisse en humanité. Il insista sur les petites communautés missionnaires   et ces petites communautés auront pour mission de prier ensemble et d’aider le peuple de Dieu à mieux comprendre la réalité du pays et leur mission.

 

Monseigneur Dumas nous dit que sa 3ème priorité est l’agriculture, Il insiste que l’agriculture va revaloriser la production locale/ Quand les provinces ne produisent pas ou peu les gens des villes crèvent de faim.  La deplorable migration vers la ville s’accélère et le pays en vient à dependre de plus en plus de l’exterieur pour les produits de consommation. Il mentionna que le role de l’Eglise est d’accompagner le peuple de Dieu à trouver le salut global en Jesus Christ ce qui veut dire qu’elle ne peut pas rester indifferente aux souffrances humaines. Elle encourage les femmes paysannes à se regrouper en Association car elles ont leur role à jouer dans le developpement économique du diocese.

 

Monseigneur Dumas pense qu’il y a de l’espoir car notre Dieu est un Dieu d’ouverture. Il nous a parlé du grand projet des Nippes qui a pour nom Nippes Pays de Dieu. Près de 260 personnes collaborèrent à la redaction de ce projet qui va valoriser les sites touristiques des Nippes, la mer et developer l’eco tourisme. Ce projet  va creer des opportunités et des emplois pour les jeunes . Ce n’est pas seulement un projet pour construire des grandes chaines d’hotels mais  c’en est un projet qui inclut des écoles de formation tellles que l’école de Geologie et d’hotellerie, Il nous parla de sa joie comme premier évêque du diocèse Des Nippes. Il continua pour nous dire que sa grande joie sera de voir les gens du departement des Nippes retourner apporter leur contribution  et leur expertise au developpement de leur terre natale.

 

Il nous parla de l’embrion des facultés de l’université Notre Dame au diocèse des Nippes avec les facultés des Sciences Infirmières , de droit, de sciences informatiques, de communications, l’institut de formation educative et la formation sur la doctrine sociale de l’Église et des cours online. Il exhorta tous ceux qui veulent apporter leur contribution d’appeler les responsables du diocèse, L’association CORA et

 

Marie Fouche1

 

 

Marie Fouché  qui est parmi les bras droits de Monseigneur Dumas aux États Unis. Enfin il nous dit qu’il est très fier des Gens du departement des Nippes de la diaspora et leur demande de continuer à monter bien haut le drapeau des Nippes. Pour écouter l’entrevue de Monseigneur Dumas `a Radio Télé Solidarité clicquer sur ce link: http://youtu.be/gOty7WhwuFE

 

Brother Tob

Pour le Centre National

 

 

 

Interview with Bishop Dumas

 

 

 

Bishop Dumas

 

 

His Excellency Bishop Pierre Dumas, Bishop of Anse à Veau=Miragoane was the special  guest of  Brother Tob at Radio Télé Solidarité this last  weekend of June 29th when our Church celebrated the feast of St Peter and St Paul. Bishop Pierre Dumas is the first Bishop of the Diocese Of Nippes. The  Catholic Church in Haiti continues to do its best to support the people of God of Haiti at the levels of Evangelization and education. The Diocese of Anse à Veau-Miragoâne is the last diocièse created by the Catholic Church in Haiti and the Nippes region is the last department created by the Haitian government. Bishop Dumas spoke about his vision and his hopes for his diocese. He was appointed Bishop of the Diocese of Anse-à-Veau and Miragoane on  July 13 2008 and  paraphrased President Petion, who said that The Nippes must return to the bosom of the country. The diocese has 47 priests, 32 parishes with a cathedral in Anse à Veau and a co-Cathedral in Miragoane. Bishop Dumas is on all fronts to advance his diocese. He wants to follow the message of the Holy Father Pope Francis namely that the  church  must be very close to the people of God. The Diocese Of Anse à Veau-Miragoane tries its very best to live out this ideal.

Bishop Dumas informed us in his interview of the priorities of his diocese. Education comes in the first place.. So  Bishop Dumas asked of the 47 priests of his 32  parishes to have at least one prebysteral school and professional school in their parish even if they should create it. Upon his arrival in the diocese he created a committee on education with Father Doctor Yves Voltaire, rector of the state university of the Nippes department as the head of this commission. He added that education build communities and ensures progress. He spoke of the dynamism of the Holy Father Francis who exhorts  the Church to the peripheries. He understands that the sacraments and spiritual guidance should not be a luxury for the people of God. But do the  priests of the diocese and the parents at Anse à Veau-Miragoane have the means to pay for teachers? How is the Haitian  state supporting the schools in the regions of Haiti where the population lives in extreme poverty? How can the Catholic Haitian Community of the Diaspora bring its contribution? We applaud the Catholic Church of Haiti for this effort to support the education of the youth. Bishop Dumas insisted that his diocese needs a lot of human resources. He urged retired professionals of the Haitian diaspora  to come and contribute to the progress of God’s people of the Nippes. He mentioned that Father Doctor Yves Voltaire Rector of the state university department for the South is the chairman of the Committee of Education of the Diocese. He spoke of the bonds that exist between his diocese and the Notre Dame University headquartered in Port-au-Prince. So his diocese needs the resources in the areas of Logistics, economics, material equipment and especially people who understand the lofty objectives of the Church. A diocese is a foundation of the Holy Spirit. The church is the presence of God among his people. It is important to know that Nippes consists of two parts one semi urban and the other rural. It should be mentioned that Nippes were very neglected and thus lacks many educative infrastructure. Bishop Dumas opens his arms to welcome all who want to contribute to his efforts. His second priority is the mission. His diocese is provincial.  He feels therefore that evangelization must be aim at the  peasant world. It cannot be confined to the urban population. This is why he thinks his  diocese must accompany the farmers at the evangelization and education because it will be difficult to talk about integration and Fraternal community when the peasants are left behind. He wants the peasant masses in his diocese to grow in humanity. He stressed the need of small missionary communities that can lead the people in prayer of course but also help them discover their mission and understand the challenging reality of the country He tells us that his third priority is agriculture. Agriculture will upgrade local production. The failure of production in the countryside causes the suffering of large cities. It harms the whole country as we become increasingly dependent on foreign imports for food. He mentioned that the role of the Church is to help the people of God find the global salvation in Jesus Christ. Human suffering cannot remain foreign to Church’s mission. . He  encourages rural women to come together in Association because they have their roles to play in the economic development of his diocese. Bishop Dumas thinks there is hope and our God is a God of continuous fresh beginnings.. He told us of the great project of Nippes named “Nippes is God’s Country.” Nearly 260 persons participated in the redaction of this project which will develop attractions in the area. It’s a project of  eco-tourism. This project will create opportunities and jobs for young people. this is not just a project to build large chains of hotels but schools like a school of Geology and one for the Hotel industry will be erected.  He spoke of his joy as the first Bishop of the Diocese Of Nippes. He continued to tell us that his joy is to see people of the department of Nippes return and contribute their expertise to the development of their native  department.. He spoke of the faculties of the University of Notre Dame in the diocese Nippes with faculties of Nursing, law, computer science, communications, educative training institute, training in the social doctrine of the Church and courses online. He urged all those who want to contribute to call officials of his diocese or the CORA association and Marie Fouche one of the right arms of Bishop Dumas in the United States. In the end he said he is very proud of the people of the department of Nippes diaspora and exhorts them to keep raising the Nippes flag very high. To listen to the interview of Bishop Dumas `a Radio TV Solidarity click this link: http://youtu.be/gOty7WhwuFE

 

 

 

Brother Tob

 

For The National Center

 

 

 

 

Levée de fonds de Radio Télé Solidarité

 

Nancy-2

 

L’été est toujours la periode des vacances et du repos. C’est une occasion pour certaines personnes de faire des rencontres , d’aller  à la plage , de lire de nouveaux livres pour meubler leur esprit. Le Personnel du Bulletin Hebdomadaire du Centre National de l’Apostolat Haitien et radio Télé Solidarité va continuer à faire de son mieux pour informer la communauté à travers ses medias de communication

 

Depuis près de deux semaines Monseigneur Guy Sansaricq, Père St Charles Borno et Madame Nancy Esposito en communion avec les autres membres du Comité Executif de Radio Télé Solidarité ont lancé une campagne de lévée de fonds afin de voir comment Radio Télé Solidarité peut se procurer certains Equipements électroniques pour nous permettre de mieux vous servir.

Nous voulons  toucher toutes les composantes de la société Haitienne de la Diaspora à travers cette campagne. Avec vous cette campagne de levée de fonds doit être une reussite. C’est un moment pour vous d’encourager vos amies et amis à envoyer une contribution  à Radio Télé Solidarité  toujours à l’adresse du Centre National au332 East 32nd Street Brooklyn NY 11226.

 

Nous savons par le moyen de vos courriels combien certaines personnes de notre  communauté et même les amies de notre communauté apprecient le travail du Centre National dans ses efforts d’utilisation des moyens modernes de Communication. Cette semaine j’ai eu une chance d’avoir une conversation avec le diacre Augustin Pierre Louis de l’archidiocèse d’Atlanta qui nous fit savoir combien il apprécie Radio Télé Solidarité et parfois il comment souvent il envoie le Bulletin Hebdomadaire du Centre National de l’Apostolat Haitien à d’autres personnes de la Communauté Haitienne d’Atlanta.

Radio Télé Solidarité est la voix de l’Église Catholique  de la Communauté Haitienne de la diaspora. Elle veut être en directe au moins 2 fois le mois  pour les messes du  Dimanche. Nous voulons avoir des programmes pour nos jeunes, des personnes agées, sur la santé, l’education et les sciences. Pour cela, il faut une grande equipe qui aime travailler et qui comprend que l’intérêt de la communauté doit primer sur les autres intérets. Radio Télé Solidarité est un grand défi pour la pastorale Haitienne  et pour tous ceux et celles  qui comprennent la necessité de travailler ensemble pour le progrès de notre communauté.

 

Nous continuons à exhorter tous les groupes de prière, les associations professionnelles, les associations communautaires, les groupes de jeunes, les distingués prêtres de la pastorale Haitienne d’aider radio Télé Solidaritédans dans cette cette levée de fonds. Les gens qui souhaitent avoir plus d’informations sur cette levée de fonds peuvent s’adresser au Bureau National á 332, East 32nd St   Brooklyn NY 11226. Nous comptons sur tous les amies et amis du bulletin Hebdomadaire du Centre National et Radio Télé Solidarité pour nous aider dans cette campagne de levée de fonds qui nous permettra de mieux fonctionner comme communicateur du message evangélique dans toute sa splendeur.

Brother Tob

Pour le Centre National

solidarite@optonline.net

 

 

fundraising campaign of  Radio-TV Solidarite

 

 

 

Nancy-2

 

 

Summer is always the period for vacation and rest. It provides an opportunity for some people to make new encounters, to go to the beach, read new books and enlighten their minds. The Staff of The Weekly Bulletin of the National Center of the Haitian  Apostolate and  Radio-Télé-Solidarité will continue to do its best to inform the community through the use of modern media. For nearly two weeks Bishop Guy Sansaricq, Father Charles St Borno and Mrs. Nancy Esposito in communion with the entire body of the Executive Committee of Radio-TV Solidarite launched a fundraising campaign to see how Radio Solidarite can acquire some crucial Radio equipment so as to serve you better. We want to reach all segments of the Haitian Diaspora through this campaign. With you this campaign of fundraising should be a success. We would like to count on you to encourage your friends to send a contribution to Radio TV Solidarité at the address of the National Center: 332, East 32nd Street.    Brooklyn NY 11226 . We know through your  emails that many in our community and even friends of our community appreciate the work of the National Centre through the use these media of communication. This week I had a chance to have a conversation with Deacon  Pierre Augustin Pierre-Louis a Deacon of the Archdiocese of Atlanta. He made us know how much he appreciates Radio Télé Solidarite to the point that sometimes he sends our Weekly Bulletin of the Haitian apostolate to his friends in the Atlanta Haitian Community. Radio TV Solidarité is the voice of the Catholic Church of the Haitian Community in the Diaspora, Télé Solidarité  wants to be live at least twice a month for Sunday Masses. We want to have programs for our youth and the elderly and we need also to broadcast talk shows on health, education and science. It takes a great team that loves to work and understands that the community interests must take precedence over all other interests. Radio TV Solidarite is a great challenge for the Haitian ministry and for all those who understand the necessity of working together for the progress of our community. We continue to urge all prayer groups, professional associations, regional associations, youth groups, the  distinguished priests of the Haitian pastoral Ministry to help radio TV Solidarité in  this fundraiser. People who wish to have more information about this fundraising can write to the Center at 332, East 32 nd  Brooklyn NY 11226 We urge all the friends of the Weekly bulletin of the National Center and Radio Télé Solidarité to help us in this campaign with energy, enthusiasm and zeal.

BrotherTobFor The NationalCentersolidarite@optonline.net

 

 

 

 

 

Marie  Fouché  est Honorée

 

Marie Fouche

 

Le Personnel du Bulletin du Centre National est très heureux de vous apprendre que Marie  Fouché du Centre National de l’Aspotolat Haitien a été Honorée à la soirée de Gala de CORA du 28 Juin 2014. Marie est aujourdh’ui sur tous les fronts pour aider le diocèse de Anse-a Veau Miragoane. Elle est l’une des porte-paroles du diocèse de l’Anse à Veau -Miragoane et l’un des bras de son  Excellence Monseigneur Pierre André Dumas dans la diaspora. L’exemple de Marie mérite d’être suivi par tous les leaders de la communauté Haitienne de la diaspora.

 

Bishop Sansaricq profite de l’occasion pour féliciter Marie Fouché en ces Mots “ Sois toujours un arbre qui porte des fruits! Que le Seigneur bénisse tous tes efforts!”

 

Le Personnel du bulletin du Centre National souhaite du succès à Marie Fouché dans son ministère pour le diocèse de Anse a Veau -Miragoane

Le Personnel du Bulletin

 

 

Marie Fouche of the National Center of the Haitian Apostolate was honored

 

 

Marie Fouche4

 

 

The Personnel of the weekly Bulletin of the National Center is very pleased to learn that Marie Fouche of the National Center of the Haitian Apostolate was honored at the  Gala of the CORA on June 28, 2014.  Marie is on all fronts to help the diocese of Anse-a-Veau-Miragoane. She  is one of the spokespersons of the Diocese of Anse à Veau-Miragoane and one of the  right arms of His Excellency Bishop Pierre Andre Dumas in the diaspora. Mary’s example should be followed by all the leaders of the Haitian diaspora The personal of the weekly Bulletin of the National Center wishes success to Marie Fouche in her ministry for the Diocese of Anse a Veau-Miragoane

 

Personal of the Weekly  Bulletin

of The National Center of The Haitian Apostolate

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ENFIN LIBRES: LE MOUVEMENT DES DROITS CIVIQUES AUX ETATS-UNIS

Marlène Rigaud Apollon

2 juillet – 5 juillet 2014

 

 

Lyndon

 

Source: http://iipdigital.usembassy.gov/st/french/publication/2011/02/201102011306 42×0.2581402. html#ixzz36S7drsQi

 

Cela leur a pris beaucoup de temps mais ils y sont finalement parvenus le 2 juillet 1964. C’est ce jour-là, en effet, il y a de cela 50 ans, qu’en présence du Dr. Martin Luther King Jr qui, le 28 aout de l’année precedente avait organisé sa fameuse « Marche à Washington », le président Lyndon Johnson apposa sa signature sur le projet de loi sur les droits civiques et s’adressa à la Nation en ces termes :

President Lyndon B. Johnson signs the 1964 Civil Rights Act as Martin Luther King, Jr., and others, look on. July 2, 1964. Cecil Stoughton, White House Press Office (WHPO)

 

Des Américains de toute race et de toute couleur de peau ont donné leur vie pour que triomphe notre liberté.

Des Américains de toute race et de toute couleur de peau se sont efforcés de construire une nation offrant à tous de plus larges chances. Aujourd’hui, notre génération est appelée à poursuivre la recherche sans fin de la justice sur notre propre territoire.

Nous tenons pour évident que tous les hommes sont créés égaux. Pourtant, nombre d’entre eux n’ont pas droit à un égal traitement.

Nous tenons pour évident que tous les hommes jouissent de certains droits inaliénables. Pourtant, nombre d’Américains ne jouissent pas de ces droits.

Nous tenons pour évident que tous les hommes ont droit aux bienfaits de la liberté. Pourtant, des millions d’entre eux sont privés de ces bienfaits – non parce qu’ils s’en sont montrés indignes, mais à cause de la couleur de leur peau.

Les raisons de cette situation sont profondément enracinées dans l’histoire, la tradition et la nature même de l’homme.

Nous sommes à même de comprendre – sans rancœur ni haine – comment tout cela est arrivé.

Mais cela ne peut plus durer. Notre Constitution, fondement de notre République, l’interdit. […] L’objectif de la loi est simple.

Elle ne réduit en rien la liberté de quelque Américain que ce soit, pour autant qu’il respecte les droits d’autrui.

Elle n’accorde aucun traitement particulier à quelque citoyen que ce soit.

Elle dit que la seule limite que puisse connaître l’aspiration d’un homme au bonheur, et à la prospérité future de ses enfants, dépend de ses seules capacités.

Elle dit que ceux qui sont égaux devant Dieu seront aussi égaux dans l’isoloir, à l’école, et au travail. […] Mes chers compatriotes, le moment est venu de franchir le pas. Nous ne devons pas faillir.

Tarissons la source du poison raciste. Prions pour que nos cœurs s’ouvrent à la sagesse et à la compréhension. Laissons de côté les différences sans fondement et rendons à notre nation son intégrité. Faisons en sorte que se lève rapidement le jour où notre force incommensurable et notre esprit sans bornes connaissent enfin la liberté.

Le 6 août 1965, il signait la loi sur le droit de vote.

 

Tiré de : A Page from our American History, National Museum of African American History and Culture (NMAAHC), Lonnie Bunch, Director

 

Victoire après Victoire, le combat se poursuit. Ce 4 juillet, les Etats-Unis fêtent 238 ans d’Indépendance et comme d’habitude, les célébrations seront grandioses, et, comme d’habitude, elles seront accompagnées du bel hymne national « The Star-Spangled Banner (La Bannière Etoilée),

dont vous pouvez suivre les paroles, composées à Baltimore par Francis Scot Key sur le youtube suivant : http://www.youtube.com/watch?v=c9UzA1uFudI

The Star-Spangled Banner, (La Bannière Etoilée)

Oh, say, can you see, by the dawn’s early light, What so proudly we hail’d at the twilight’s last gleaming? Whose broad stripes and bright stars, thro’ the perilous fight, O’er the ramparts we watch’d, were so gallantly streaming? And the rockets’ red glare, the bombs bursting in air, Gave proof thro’ the night that our flag was still there. O say, does that star-spangled banner yet wave O’er the land of the free and the home of the brave?

 

JOYEUX 238ème ANNIVERSAIRE AUX ETATS-UNIS,

NOTRE PAYS D’ADOPTION OU DE NAISSANCE.

 

 

Marlène Rigaud Apollon, M.S. I Want to Dance (Poetry: Dramatic and triumphant journey of Haitian immigrants from the early 60s) Si je n’avais que des regrets: L’Exil, Le Royaume, Le Reste (Poésie) La Mystique de la Citadelle/The Mystique of the Citadelle, “Un livre à lire et à relire” Louis Mercier … Une voix d’hier pour aujourd’hui et demain – Un vibrant message à transmettre Louis Mercier … A voice from yesterday for today and tomorrow – A vibrant message to pass on

 

 

 

 

 

 

 

 

Messe funéraire du regretté Monseigneur François Smith Jeannot

 

Rev__Smith_Jeannot-1

 

La  messe funéraire du regretté Monseigneur François Smith Jeannot, ancien vicaire général du diocèse de Jacmel, a eu lieu le samedi 28 juin 2014 à la paroisse Saint Grégoire du diocèse de Brooklyn. Cinq prêtres et trois diacres ont prit part à la liturgie funéraire. Le Père Stanley Rousseau, de l’archidiocèse de Boston, présidait et le Père Raphaël Bruno, camarade de promotion du regretté Monseigneur Jeannot, a tenu l’homélie.

Monseigneur Jeannot après plus de 40 ans de vie sacerdotale est retourné à la maison du Père. Il a accepté beaucoup de privations dans son pèlerinage terrestre avant sa grande rencontre avec son Sauveur. Il est désormais à sa vraie place là où finissent les tourments de la vie, les querelles, la maladie, la souffrance etc…

 

DSC_5070

La chorale de la paroisse Sainte Catherine de Gêne, du diocese de Brooklyn, fondée par le Père Gérald Dumont, curé de la paroisse Notre-Dame des Miracles, a rendu un vibrant hommage à Monseigneur Jeannot.

 

Father Dumont

 

Le Père Dumont est connu pour être l’un des prêtres très proche de Mgr Jeannot. Il a joué l’orgue aux funérailles du regretté disparu.

 

 

DSC_5080

En outre, le Père Raphaël Bruno a souligné dans son homelie qu’‘‘un gros mapou de Saut d’Eau vient de nous laisser’’ et que ‘‘le sommeil est le frère de la mort; il nous fait entrer dans la vie qui ne terminera jamais’’. Il insista sur le fait que ‘‘nous sommes tous de passage sur la terre’’. Monseigneur Jeannot a laissé cette terre à l’age de 77 ans. De plus, selon le P. Bruno, ‘‘en octobre 1959, 7 séminaristes commencèrent à étudier au Grand Séminaire Notre-Dame d’Haïti’’. ‘‘Monseigneur Fritz Jeannot et lui faisaient partie de ce petit groupe de séminaristes. Le Recteur était un jésuite qui, au moment d’accueillir les nouveaux séminaristes leur disait: je vous conduirai tous au sacerdoce’’. Le Père Bruno poursuivait son homélie en parlant du ‘‘cyclone’’ de François Duvalier de l’année 1964 qui a fermé le Grand Séminaire Notre-Dame d’Haïti. Ainsi, les professeurs et les séminaristes ont du vider les lieux. C’était un moment de grande consternation.

Par aileurs, les propos du Recteur du Séminaire étaient prophétiques. En effet, tous les 7 séminaristes de 1959 furent ordonnés prêtres, parmi lesquels le Père Smith Jeannot le 11 juin 1966  au Cap de la Madeleine. Le parcours des 7 séminaristes de 1959 nous aide à comprendre davantage cet adage qui dit: “quand le ciel a décidé la terre ne peut pas s’y opposer’’.

 

Stephanie

La chanteuse Stéphanie Jeannot

 

La chanteuse Stéphanie Jeannot a chanté un chant aux funérailles de Monseigneur Smith Jeannot. Le chant a invité tout le monde à la réflexion et a aidé l’assemblée à comprendre davantage combien la vie terrestre est très courte.

Pour entendre une partie de l’homelie du Pere Bruno clicquer sur ce link: http://youtu.be/IxiZDqL-IY8

 

 

DSC_5096

Père Gérard Laguerre

Son Excellence Monseigneur Launay Saturné, évêque du diocèse de Jacmel, a envoyé un message de condoléances qui a été lu par le Père Gérard Laguerre du diocèse de Jacmel. Ce dernier exerce son ministère dans le diocèse de Brooklyn.  Dans son message Mgr Launay a parlé de sa peine en apprenant la nouvelle de la mort de Monseigneur Smith Jeannot et a saisit l’occasion pour informer le peuple de Dieu que tous les prêtres du diocèse de Jacmel s’étaient rassemblés à la Cathédrale de Jacmel le samedi 28 juin à 8:00 Am pour  une messse de Requiem en memoire de Mgr Jeannot. Il a aussi mit l’accent sur le ministère de Monseigneur Jeannot à Jacmel et combien ce dernier a fait tout son possible pour aider le diocèse de Jacmel  au début de sa fondation. Pour écouter le message de Monseigneur Launay clicquer sur ce link”http://youtu.be/5rzqxNDQcHU

 

 

Deacon Pierre Louis

Diacre Augustin Pierre-Louis

Le diacre Augustin Pierre-Louis a lui aussi présenté les sympathies de l’archidiocèse d’Atlanta qui avait 2 délégations à cette cérémonie funéraire. Notons que Monseigneur Jeannot a eu un ministère à la paroisse Saint Pierre et Saint Paul dans l’archidiocèse d’Atlanta et ses funérailles ont eu lieu un jour avant la fête des Saints Pierre et Paul.

 

 

Father Rousseau

Le Père Stanley Rousseau, le célébrant principal a dit également un petit mot avant l’absoute pour exprimer les sympathies de la délégation de Boston qui était avec lui et profita pour rappeler au peuple de Dieu que Monseigneur Jeannot a exercé aussi son ministère à Boston.

 

Father Fabien1

 

Le Père Rony Fabien, ancien curé de la Cathédrale de Jacmel qui exerce son ministère à la paroisse Sainte Martha a chanté l’absoute.

 

 

Soeur Jeannot

Plusieurs délégations étaient présentes à la paroisse Saint Grégoire ce samedi 28 juin afin de rendre un dernier hommage à Monseigneur Jeannot. Le Rév. frère Baine Japhait, Supérieur Général des Frères de Saint Alphonse était parmi les participants. Monseigneur Jeannot était un ancien responsable de formation des Frères de Saint Alphonse.

 

 

A12-Sr Yanick

Yanick Thomas, l’une des Cousines de Mgr. Jeannot

Nous disons un grand Merci à Monseigneur Jeannot pour tout ce qu’il a accompli sur terre pour le peuple de Dieu et nous demandons au Seigneur d’accorder à ce serviteur fidèle une place dans son Paradis.

 

Brother Tob

Pour le Centre National

 

 

 

 

 

The funeral mass of the late Monsignor Francois Smith Jeannot

 

Rev__S__Jeannot

former Vicar General of the Diocese of Jacmel was held on Saturday, June 28, 2014 in the parish of St Gregory of the Diocese of Brooklyn. Five priests and three deacons concelebrated the liturgy.

 

 

Father Rousseau

 

Father Stanley Rousseau of the Archdiocese of Boston was the celebrant and Father Raphael Bruno, classmate of the late Monsignor Jeannot was the homilist.

Monsignor accepted many hardships in his earthly pilgrimage before his big reunion with his Savior. After more than 40 years of priestly life Monsignor has returned to our Father’s house the sufferings of life, strife, and disease that is inherent in the human life journey are over. The many hardships of Monsignor’s earthly pilgrimage have been supplanted by the joys of eternal life in communion with the Lord.

 

 

DSC_5070

 

The choir of the parish of St. Catherine founded by Father Gerald Dumont, Pastor of Our Lady of the Miracles Parish paid glowing tribute to Monsignor Jeannot. Father Dumont, one of Monsignor Jeannot’s close friends, accompanied the choir on the organ. During the homily

 

DSC_5080

 

Father Raphael Bruno said that in his homily at the funeral of the late Monsignor Fritz Jeannot said that a big mapou of Saut d’Eau has just left us. He said that sleep, the brother of death takes us into a life that will never end. He insisted that we all must pass from the earth. Monsignor Jeannot left earth at the age of 77 years. He had been ordained in October, 1959 with 7 other seminarians including Father Bruno himself, who had decided to spend their lives serving God.  The Jesuit Superior of the seminary had welcomed the new seminarians by telling them that he would support them as they continued their journey to priestly ordination. He was a very sincere priest and man of his word. After the Cyclone of 1964 Francois Duvalier closed the seminary so the teachers and seminarians had to vacate the premises. It was a time of great consternation.  However the prophetic words of the Jesuit Superior were fulfilled. All 7 of the seminarians who had entered in 1959 were ordained priests on June 11, 1966 in Cap de La Madeleine. The story of these 7 seminarians helps us to understand the saying “When the sky decides the land nothing can stop it!” To listen to a part of the Homily of Father Bruno click on this link:http://youtu.be/IxiZDqL-IY8

DSC_5069

 

Several people took part in or sent message to those gathered for the funeral:

 

 

Stephanie

Stephanie Jeannot, the well-known singer, sang a song which invited everyone to reflect on and how life on earth is very short.

 

 

 

DSC_5096

Father Gerard Laguerre

His Excellency Bishop Launay Saturne, Bishop of the Diocese of Jacmel sent a message of condolence which was read by Father Gerard Laguerre, who was ordained for the Diocese of Jacmel but currently ministers in the Diocese of Brooklyn.  Bishop Launay’s message spoke of his sadness at the news of the death of Monsignor Smith Jeannot. He also informed those people of God who were attending the funeral that all the priests of the Diocese of Jacmel had gathered at the Cathedral of Jacmel on Saturday, the 28th June at 8:00 am for aRequiem mass in memory of Mgr. Jeannot. He emphasized that Monsignor Jeannot’s ministry in the Diocese of Jacmel, Monsignor Jeannot taken total responsibility to help the foundation of Diocese of Jacmel succeed. To listen the Message of  Bishop Launay click on this link”http://youtu.be/5rzqxNDQcHU

 

A12-Sr Yanick

Soeur Jeannot

 

 

Several delegations were present to St Gregory parish this Saturday, June 28 to pay their last tribute to Monsignor Jeannot:

 

 

Deacon Pierre Louis

Deacon Augustin Pierre Louis

Deacon Augustin Pierre Louis presented the condolences of the Archdiocese of Atlanta from the two delegations from Atlanta who were present for the funeral Mass.   He noted the coincidence that Monsignor Jeannot had ministered in the parish of St Peter and St Paul in Decatur, Georgia (a parish of the Archdiocese of Atlanta) and his funeral was taking place the day before the feast of St Peter and St Paul.

Father Stanley Rousseau, the celebrant said a word before the absolution to express the condolences of the delegation Boston who was with him.

 

Father Fabien1

Father Rony Fabien, former pastor of the Cathedral of Jacmel and has a ministry in the parish of St. Martha of the diocese of The Rockville Centre  sang the final absolution
Brother Baine Japhait, Superior General of the Brothers of St Alphonse was among of the participants of this farewell mass.   Monsignor Jeannot who had been a formation director for the Brothers of St Alphonse.

 

 

 

 

We at Radio Solidarite say a big thank you to Monsignor Jeannot for everything he has done on earth for the people of God and we ask the Lord to give this faithful servant a place in his Paradise.
Brother Tob

 

For the National Center

 

 

 

 

 

 

 

Celebration of The Pierre Toussaint and Mother Mary Lange Information and Service Center

 

 

Mother Lange15

 

On Sunday, June 29th, The Pierre Toussaint and Mother Mary Lange Information and Service Center celebrated its 15th. Anniversary. It was a very joyful event.

 

 

Father Elder

 

 

After a mass at St.Patrick Church, Jersey City, celebrated by Fr. Maurice Elder Hyppolite, a well known figure in the fields of Pierre Toussaint and Mother Mary Lange history, and who came directly from Haiti for the occasion, a nice reception was held

 

 

Auguste15

 

 

at the Auguste’s residence for the out of town guests. It was followed by a Gala at the world class Catering/Restaurant, Le Chandelier where Father Maurice Hyppolite delivered a vibrant allocution. Notably, were present at this event, Mr. Vincent Coq, Coordinator of the Pierre Toussaint Guild and members of his family. We are also thankful to friends and family who came from Boston and New York to be with us that day. Special thanks to The Planthengo Vacations agency and the Legionnaires of Mary of Saint Patrick Church of Jersey City.

 

 

 

Pierre Moreau

 

The Toussaint and Lange Award was given for the first time to The Most Reverend Bishop Guy Sansaricq, Father Maurice Elder Hyppolite SDB and Mrs. Marlene Rigaud Apollon.

 

We thank everyone who contributed to the success of  that event either by their presence or their support.

 

Max Auguste

Director

 

 

augustemax@aol.com
 

 

 

Washington muscle son dispositif contre l’évasion fiscale

À partir de mardi 1er juillet, les banques étrangères seront tenues de livrer aux États-Unis des informations détaillées sur les dépôts de leurs clients américains ou imposables aux États-Unis.

Réagir0

Avec cet article

Lutter contre l’évasion fiscale, une urgence économique

Les États-Unis pourront, à partir de mardi 1er juillet, utiliser un arsenal législatif inédit contre l’évasion fiscale qui leur permettra de passer outre le secret bancaire dans les grandes places financières mondiales, dont la Suisse et le Luxembourg.

« C’est le tremblement de terre qui fait s’effondrer le barrage », affirme Pascal Saint-Amans, chef de l’unité de lutte contre les paradis fiscaux à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Le « séisme » se résume à un acronyme, Fatca (Foreign Account Tax Compliance Act), du nom de la loi qui va entrer en vigueur aux États-Unis après de longues tractations et plusieurs scandales d’évasion fiscale impliquant des banques suisses et leurs riches clients américains (UBS, Crédit Suisse, etc.).

Obligation de livrer des informations sur les comptes

Aux termes de cette réglementation, des dizaines de milliers de banques étrangères seront tenues de systématiquement livrer aux États-Unis des informations détaillées sur les dépôts de leurs clients américains ou imposables aux États-Unis, pour les comptes dépassant 50 000 dollars.

Si elles ne se conforment pas à cette obligation, les banques s’exposent à une sanction-couperet : une retenue de 30 % sur les revenus bruts perçus au titre de leurs activités aux États-Unis.

Plus de 77 000 banques dans le monde se sont engagées à collaborer avec les États-Unis afin de soigner leurs relations avec la première économie mondiale.

Un soutien international

Pour consolider le dispositif, Washington a obtenu l’engagement de plus de 70 pays à faire respecter la réglementation Fatca. Les grandes puissances occidentales (Grande-Bretagne, France, Allemagne, etc.) figurent sur cette liste aux côtés de places financières connues pour leur opacité (Suisse, Luxembourg, Îles Caïmans, Singapour, etc.).

« Le fort soutien international pour Fatca ne fait aucun doute », a récemment estimé Robert Stack, adjoint au Trésor chargé de la taxation internationale.

Profiter de l’offensive contre les paradis fiscaux

Le gouvernement de Barack Obama a pu profiter de l’offensive contre les paradis fiscaux déclenchée en 2009, au plus fort de la crise financière. Les pays industrialisés et émergents du G20 se sont, depuis, engagés à généraliser l’échange automatique d’informations gravé dans la loi Fatca.

Mais Washington a dû faire face à l’hostilité de l’industrie bancaire, inquiète du coût du dispositif et de sa complexité.

Les banques suisses se disent « prêtes »

« Cette loi est incroyablement compliquée et on peut se demander si ses coûts ne vont pas dépasser ses bienfaits », indique Payson Peabody, de l’organisation Sifma qui représente des grands noms de Wall Street.

Selon lui, Fatca ne fait rien de moins que transférer aux établissements financiers « le fardeau » de la lutte contre l’évasion fiscale.

Les banques étrangères auront ainsi la charge d’identifier quels sont leurs clients soumis à cette réglementation et devront s’assurer qu’elles ont les moyens opérationnels de répondre aux exigences de Washington. Chaque erreur risque de se payer comptant.

Concernées au premier chef, les banques suisses se disent « prêtes » même si le dispositif peut leur coûter près de 250 millions d’euros et les forcer à modifier leur approche concernant les ressortissants américains.

« Un énorme chantier d’un coût élevé », selon la FBF

En France, la Fédération bancaire française concède que la mise en œuvre de Fatca a été « un énorme chantier d’un coût élevé ».

Selon ses détracteurs, la loi a déjà commencé à compliquer la vie des expatriés américains qui auraient désormais plus de mal à ouvrir des comptes bancaires. D’autres lui attribuent l’envolée sans précédent du nombre des Américains ayant renoncé à leur citoyenneté.

Même du côté de ses partisans, certains critiquent l’unilatéralisme de cette « Lex Americana » qui n’impose pas de réciprocité aux banques américaines sur la fourniture de données sur leurs clients étrangers.

Sa portée est également l’objet de discussions. « Cela va être plus difficile d’utiliser les schémas traditionnels de l’évasion fiscale », admet Heather Lowe, de l’organisation Global Financial integrity. « Mais il ne fait aucun doute que les gens trouveront des moyens de contourner la loi » en s’adressant à des pays et des banques hors de son champ d’action.

SEVERIN HUSSON AVEC AFP

 

 

 

 

 

 

 

 

Kolej Pastoral-Graduation ceremony

 

 

Last Sunday June 29th, St Jerome Church was the scene of a joyful graduation ceremony. Some thirteen adult students received their diplomas from the “Kolej Pastoral” of the Haitian Apostolate after completing three years of biblical and doctrinal studies. The same number received certificates as they finished two years in the same institution. The more than twenty first-year students provided the music and also the abundant food that was served after the Church service.

 

We presume that you know what the “Kolej Pastoral” is. It’s an intensive course offered to Parish leaders to initiate them into some close to forty books of the Bible and to provide them with a solid doctrinal formation so they can play a leadership role in their parish or prayer groups. The “Kolèj” fulfills the wish expressed by St Paul and also the letter to the Hebrews “Make God’s people pass from an elementary knowledge to a more perfect knowledge of the mystery of Christ.”

 

It’s a 3 year program offered on 15 Saturdays per year including a weekend retreat each year. Over the past 15 years more than 400 students have graduated from that program. Congratulations to our new graduates and indeed to Sister Juvenia who is the soul of the Kolèj.

 

 

Kolèj Pastoral-Remise des diplomes

 

 

L’Apostolat Haitien s’est réjoui dimanche dernier, 29 Juin, à la remise des diplomes à une douzaine d’élèves qui bouclaient le cycle de trois ans d’étude bibliques et doctrinales au “Kolèj Pastoral.”

Des certificats furent également remis à une autre douzaine d’élèves qui eux complétaient leur deuxième année. Père Yvon Pierre, le Directeur du Centre National présida à la remise des diplomes. Mgr. Sansaricq prononca quelques mots après les lectures d’Ecriture Sainte. Essentiellement il exhorta à acquérir une connaissance biblique adequate afin d’ètre plus profondément enracinés dans la foi.

C’est le but du KOLEJ PASTORAL: former un laicat éclairé au sein de nos communuatés catholiques. L’ignorance de la Bible et de la doctrine est une honte inadmissible.

 

Après le service religieux, une réception copieuse reunit l’assemblée dans la salle paroissiale. Compliments aux nouveau diplomés et surtout à Soeur Juvenia, l’ame du Kolèj.

 

 

 

 

Decès

LE COLLEGE PASTORAL EST EN DEUIL

 

 

Flower Condoleance

Nous vous annonçons avec infiniment de peine la mort de Monsieur Ulrick Rosarion. Il est retourné à la maison du Père le Samedi 28 Juin 2014. Ses funérailles auront lieu le Samedi 5 Juillet 2014 à l’Église du Sacré Cœur de Port-au-Prince en Haïti.

Nous recommandons à vos humbles prières le repos de l’âme du défunt et la famille éprouvée par ce deuil spécialement son épouse Mercedès R. née Saint Hilaire, son fils Ralph Rosarion et sa sœur Mrs. Elvire Othello, une de nos dévoués volontaires au Centre National de l’Apostolat Haïtien, une ancienne étudiante du Collège Pastoral.

PAIX A L’ÂME DE MONSIEUR ULRICK ROSARION !

 

 

 

 

 

 

Les présidents Avril, Aristide, Alexandre, Martelly… saluent la mémoire de Leslie F. Manigat

29/06/2014 04:20:00 Auteur(e) La Redaction

Taille de la police:

Select Language​▼

L’ex-président Manigat

Catastrophe nationale, perte incommensurable, modèle pour la jeunesse, icône du savoir académique, homme de caractère… les mots ne manquent pas pour honorer la mémoire de Leslie François Manigat, décédé le vendredi 27 juin. Le chef de l’Etat Michel Martelly, le Premier ministre Laurent Lamothe, les anciens chefs d’Etat Jean-Bertrand Aristide, Prosper Avril, Boniface Alexandre, le Sénat, la classe politique et des personnalités de la société s’inclinent devant la disparition de l’ancien président de la République. Leurs témoignages.

Le président Michel Martelly « Le président de la République, S.E.M. Michel Joseph Martelly, a appris avec beaucoup de consternation la triste nouvelle du décès, ce vendredi 27 juin, de l’ancien président d’Haïti, le professeur Leslie Saint-Roc François Manigat, suite à une longue maladie courageusement supportée.   Au nom du gouvernement et du peuple haïtien, le chef de l’Etat présente ses sincères condoléances à la famille, aux proches, amis et sympathisants du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP). Le Président de la République étend ses mots de sympathie à son épouse, la dirigeante politique, Mme Mirlande Manigat.   Par ce décès, la République perd l’un de ses dignes fils qui a eu la lourde responsabilité d’occuper la magistrature suprême de l’Etat. Le Président de la République salue la mémoire et le parcours du professeur Manigat et le présente en modèle à la jeunesse du pays. » Fanmi Lavalas de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide « Unis au représentant national, Dr Jean Bertrand Aristide,  l’organisation politique Fanmi Lavalas adresse ses sincères condoléances et le témoignage de sa sympathie à Mme Mirlande H. Manigat et famille, aux membres du RDNP,  éprouvés par le décès de l’ancien président, le professeur Leslie F. Manigat.  Fanmi Lavalas invite ses membres et sympathisants à avoir une pensée spéciale pour le défunt et tient à témoigner à Mme Mirlande H.Manigat son profond soutien en cette pénible circonstance. » L’ancien président Prosper Avril « C’est avec beaucoup de consternation que j’ai appris la nouvelle de la disparition de Leslie François Manigat. Ce départ constitue une perte  incommensurable pour le pays, surtout pour la jeunesse haïtienne que M. Manigat a formée pendant toute sa vie. Les astres comme lui, je me demande comment les remplacer. Je l’ai connu dans le monde universitaire, mais je n’ai pas eu la chance de l’avoir comme professeur. J’ai appris à l’apprécier, il est doté d’une grandeur exceptionnelle. Pendant qu’il était président, j’étais au palais national avec lui et j’ai pu apprécier ses qualités d’administrateur et son intelligence. » L’ancien président Boniface Alexandre « La disparition du président Leslie François Manigat est une perte énorme pour le pays. Il était un intellectuel pour qui j’avais beaucoup de respect et même de l’admiration.  Il a beaucoup donné à son pays… » Le Premier ministre Laurent Lamothe « Profondément affecté par le départ de cet illustre citoyen, le chef du gouvernement adresse ses plus profondes condoléances à sa famille, à ses parents et proches lourdement affectés par ce décès qui crée un vide immense dans l’univers intellectuel haïtien et dans le monde. En ce moment difficile où la République entière pleure ce monument qui nous a laissé un héritage innommable, le Premier ministre Lamothe invite la jeunesse à s’inspirer de ce modèle de patriotisme, de professionnalisme et d’intellectuel symbolisé par le professeur Leslie François Manigat. Le Premier ministre Laurent Lamothe appelle la population à rendre un hommage à la dimension de ce héros des temps modernes disparu, tout en promettant de continuer, à l’instar du professeur Leslie François Manigat, à lutter pour renforcer la démocratie et assurer un mieux-être à tous les fils et filles du pays. » Jacky Lumarque, recteur de l’université Quisqueya « Comment apprendre à vivre l’absence physique des êtres dont le geste, la voix, le regard, les silences attentifs ont, pendant des années, comblé nos espaces de tant de joie pour le cœur comme pour l’esprit ? Point besoin de chercher une quelconque consolation dans la diversion. Recevoir la souffrance frontalement, avec la même densité que pour les instants de bonheur, mais en prenant la mesure du défi qui se pose pour ceux qui restent dans la course de se maintenir à la hauteur du projet d’humanité à construire collectivement. DIEM NON PERDIDI (Je n’ai pas perdu ma journée) : mission accomplie pour toi, Cher Leslie, d’une vie pleine, digne, d’un Haïtien natif-natal, d’un intellectuel universel, singulier-pluriel, dont l’œuvre académique continuera longtemps encore à façonner l’éducation de notre jeunesse et à préparer la venue de la nouvelle Ayiti. L’histoire n’est pas terminée et Haïti n’a pas dit son dernier mot. » Pierre Buteau, de la Société haïtienne d’histoire « Une triste nouvelle. C’est une catastrophe pour Haïti. Au regard de la situation actuelle du pays, quand quelqu’un comme Manigat part pour le grand voyage, c’est une catastrophe.  Depuis son retour au pays dans les années 50, il s’est très vite adonné à l’enseignement à l’Ecole normale supérieure où il a été un professeur qui a orienté une bonne partie de notre jeunesse vers la production intellectuelle et la réflexion scientifique. « Cette génération doit retenir deux choses de Leslie François Manigat : une carrière exemplaire sur le plan intellectuel et universitaire. Une carrière quand même exemplaire au niveau politique. Pas mal de pays peuvent nous envier, avec raison, quand une terre a produit Leslie Manigat. Il est l’un des historiens les plus importants du XXe et XXIe siècle. » Agronome Jean André Victor, du MOPOD et du Parti libéral haïtien « Nous avons appris la nouvelle avec beaucoup de tristesse. La classe politique et la nation ont perdu. C’est un personnage qui a plusieurs dimensions. Historien, politicien, chef de parti politique, écrivain… C’est quelqu’un de très respecté même par ses détracteurs. Il a beaucoup de mérites. Dans un pays où il y a toujours de l’instabilité, de la division, c’est une grande réalisation s’il arrive à laisser le RDNP qui continuera à vivre après sa disparition, ce qui n’arrive pas souvent au pays. Je souhaite que sa mort donne plus de sagesse aux acteurs politiques afin qu’ils puissent reconnaître qu’il est temps d’entrer dans la rationalité et la modernité. » Le notaire Ernst M. Avin « Leslie François Manigat est un esprit curieux, un esprit encyclopédique. Il n’y a avait pas de sujets tabous pour Leslie François Manigat. Il partageait tout ce qu’il avait avec tout le monde. Dans le domaine de la connaissance, jamais il ne refusait le dialogue ou de donner des explications. C’était un homme de partage. Le pays a fait une énorme perte. Son plus grand rêve était le développement du pays dans tous les domaines… »  Me Gérard Gourgue « Le pays ne peut pas produire deux Leslie François Manigat. C’est une perte irréparable. La mort d’un homme c’est la mort de l’homme, mais la dimension de Manigat… On peut le suivre, essayer de comprendre et d’expliquer ce qu’il a dit. Manigat a formé beaucoup de promotions d’étudiants. Lorsqu’un homme de la trempe de Manigat meurt, on ne peut pas dire n’importe quoi. C’est un ancien président de la République qui vient de mourir. C’était un président constitutionnel à l’époque. » Le Sénat de la République « Leslie Manigat a dominé l’époque contemporaine et s’est distingué de la cohue par son choix de l’excellence, sa noblesse d’âme et son culte de l’honneur. Il demeure pour l’intelligentsia haïtienne l’icône  du savoir académique et de l’utopie nationaliste et progressiste. Le Sénat de la République honore la mémoire du savoir et s’incline respectueusement devant sa dépouille. Il compatit à la douleur des parents et alliés affectés par ce grand deuil et prie Madame Mirlande Manigat, les membres de sa familles, le RDNP d’accepter l’expression de ses sincères condoléances. » La Fusion des Sociaux-Démocrates Haïtiens « La FUSION s’incline devant la dépouille de cet Haïtien authentique qui a su porter bien haut  le nom de notre pays dans les centres universitaires d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Amérique latine.  L’intellectuel et l’historien qui a marqué son passage en nous laissant une œuvre considérable qui servira à la formation des générations futures. Il est regrettable que les soubresauts et les aléas de la vie politique haïtienne ne lui aient pas permis de servir son pays comme il l’aurait souhaité, ni de contribuer à son développement et la restauration de son prestige à la dimension des rêves qu’il caressait pour sa patrie.  En cette   pénible circonstance, la FUSION salue le travail de cet Haïtien de grande valeur et son apport dans la lutte pour une Haïti meilleure. « L’organisation politique INITE Saluant la famille éplorée par ce deuil et les proches du défunt, le porte-parole du Parti Inite, Dieudonne Saincy, qualifie de « perte immense et irrécupérable » le décès du professeur Manigat. « Au sein d’Inite, nous sommes touchés humainement et politiquement parlant par ce départ. C’est une perte tant pour le pays que pour la classe politique haïtienne. » L’OPL « Nous devons au professeur Manigat la gratitude d’avoir contribué particulièrement à la formation de plusieurs générations de socioprofessionnels tant en Haïti qu’à l’étranger. Figure proéminente de la scène politique haïtienne, l’histoire immédiate et inachevée de notre chère Haïti retiendra que le coup d’État dans la nuit du 19 au 20 juin 1988 contre le président Manigat marquera l’impossible modernisation par le haut de ce singulier petit pays, L’OPL s’incline devant la dépouille mortelle de ce grand disparu et lui adresse un suprême adieu fraternel. L’OPL présente ses sincères condoléances à sa distinguée épouse, Madame Mirlande Hyppolite Manigat, à ses filles, à ses parents, à ses proches et amis, ainsi qu’aux dirigeants et membres du RDNP. L’OPL les assure de sa solidarité patriotique. » La MINUSTAH « La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies en Haïti, Mme Sandra Honoré, a appris avec tristesse la disparition du professeur émérite et leader politique, Leslie François Manigat, 43e Président de la République d’Haïti. Le Président Manigat restera longtemps dans les mémoires pour son rôle très influent en tant qu’historien, intellectuel, diplomate et penseur politique. Son engagement de longue date envers l’éducation pour le développement ainsi que son approche innovante de la gouvernance et de la transparence ont laissé une marque indélébile dans la vie sociale et politique en Haïti. La Représentante spéciale du Secrétaire général présente ses sincères condoléances à son épouse, Dr. Mirlande Manigat, ses enfants et ses proches, ainsi qu’à sa famille politique et au peuple de la République d’Haïti. »

Robenson Geffrard Source : Le Nouvelliste

 

 

 

 

 

 

 

Good to know       Commencement address of “Kolèj Pastoral”        Deacon Paul Dorsinville

 

 

Deacon Paul

On Sunday June 29, the Classes of 2014 graduated at St.Jerome, Brooklyn, NY and at the reception, the faculty speaker made these remarks:

Graduation/Commencement: end of a phase and beginning of the next one.

Appreciation of efforts to know the Bible better as well as the Catechism of the Catholic Church, to deepen the spiritual life and have a sense of realities.

Appreciation of the support of the families of the participants.

What for?

1-Encounter Jesus, the Father, self and others.

2-Share one’s experience of faith (new evangelization) through attitude, behavior, deeds.

3-Implement the Church mandate of pastoral care of fellow immigrants for 3 generations.

Homework: download “Erga Migrantes Caritas Christi”(2004) from www.vatican.va

Church ministry: communion, collaboration and cooperation in parish, with the “Kolèj”

Complete French text follows:

Bonsoir!

S.E. Monseigneur Guy

Révérends Prêtres

Révérends Diacres

Soeur Juvénia, Soeur Carmèle  et autres consoeurs religieuses

Professeurs, instructeurs et assistants

Gradués des classes de 2014

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs

Aujourd’hui, c’est la graduation, la fin d’une phase et le commencement de la prochaine phase. Gradués, nous saluons vos efforts de ces années pour une meilleure conaissance de la Bible, du Catéchisme de l’Eglise Catholique, de la prière et de situations pratiques par les sessions de Jé Kléré. Nous saluons les sacrifices de vos familles pour les samedis de classe, les week-ends de retraite plus le temps d’étude et de recherche.

Tout ceci, pour: 1-rencontrer Jésus et à travers Lui, trouver le Père, soi-même et le prochain; 2-partager son expérience de foi avec la familloe, les compagnons de travail, et la paroisse par l’attitude, le compotement, le service et les paroles quand nécessaires, comme disait St François d’Assise; 3-répondre au mandat de l’Eglise qui nous demande d’acceuillir et d’assister les immigrants sur trois générations pour les intégrer dans la paroisse et le diocèse, addressant leur besoins en éducation, logement, travail, immigration, santé, vie de famille, etc. et bâtir une communauté solide.

Comme vous l’avez appris, la sainteté, la nouvelle évangélisation et le service ne sont pas réservés aux évêques, prêtres, diacres, religieux et religieuses, mais font partie de l’appel et de la mission de chaque baptisé. En venant au “Kolèj Pastoral”, vous êtes mieux équipés pour y répondre.

C’est un engagement à la formation continue en matière de religion et des problèmes concrets de nos frères et soeurs. Il ne suffit pas de dire :”Seigneur! Seigneur!”, mais il faut accepter la conversion personelle et passer à l’action. Allez rencontrer les responsables de vos paroisses pour s’entendre sur les spécifiques de votre ministère dorénavant. Car l’Eglise, le Corps du Christ est communion, collaboration et coopération; pas de “grenn siwèl”ni d’individualisme ou personalisme à outrance.

Restez soudés entre vous et soudés au “Kolèj”. Participez à la retraite annuelle. Suggérez-nous des sujets pour des présentations de suivi. Et comme dernier homework, tirez le document “Erga Migrantes Caritas Christi”(2004) de www.vatican.va en français ou en anglais.

Et vous chers invités, parents et amis, considérez l’invitation que Jésus vous fait de venir vous aussi au “Kolèj”. Inscrivez-vous aujourd’hui même pour la prochaine classe.

Maintenant, comme le recommande Pape François, il ne faut pas pas faire souffrir le Peuple de Dieu par trop de paroles. Encore une fois, Compliments, A Bientôt et Bienvenue!

 

 

 

 

Proveb

Gete menen lanmou

Grangou fè Makak manje piman

Janm long pa vle di konnen mache

Gran Kòk di :M Chante Kan m vle; piti di Mchante kanm Kapab

Jako ki ganyen lèspri denonse vòlè

Lò makak fè zanmi ak chen, sezo bra ke liki peye sa

De moun konpran’n pawòl pa soufri

Ce que vous ne savez pas sur le professeur Leslie F. Manigat

<!– image –> Leslie François Manigat

 

Lesly Manigat

 

 

Le notaire Ernst M. Avin connaissait Leslie F. Manigat depuis son plus jeune âge. A l’école classique, à l’université jusqu’au palais national, Ernst et Leslie sont demeurés inséparables. Ils étaient encore ensemble aux derniers jours de l’ancien président de la République. Dans son bureau d’études, Me Avin a reçu Le Nouvelliste et lui a fait bien de confidences sur ses relations d’amitié avec l’éminent professeur.

Saint-Louis de Gonzague. 1934. Le petit Leslie, innocent avec un visage angélique, fait ses premiers pas à l’école. A ses côtés, deux ans plus tard, Ernst M. Avin qui allait devenir l’un de ses plus fidèles compagnons de lutte politique. « (…) Nous avons fait toutes nos études classiques ensemble, de la dixième jusqu’à la philo. On a terminé en 1948, c’est pourquoi j’ai dit toujours que notre promotion, c’est la promotion des droits de l’homme parce qu’ en 1948, c’était la nouvelle donne, la Déclaration universelle des droits de l’homme », raconte calmement et avec précision le notaire Avin.

Dans son bureau où est empilée une montagne de dossiers, l’homme de 82 ans n’oublie rien. Il parle de ses expériences avec Leslie Manigat comme si c’était hier. « Manigat, lui, fait de la politique depuis son plus jeune âge, dit-il.  Nous sommes à Saint-Louis de Gonzague en dixième, en 1939, nous étions déjà en train de parler des nazis, de l’Angleterre, de tout ce qui se passait…Il était intéressé par la politique, d’autant que sa famille est une famille politique. Il s’intéressait à tout ce qui bouge, c’était une sorte d’encyclopédie… »

« Nous avons été séparés en 1948. Lui est parti, il a été poursuivre des études à Paris, et moi je suis resté ici. En 1951, j’ai quitté le pays pour aller faire des études de notariat.  Mais nous nous sommes rencontrés à Paris.  Il a fait de grandes études, il a été maître de conférences à l’Institut des sciences politique de Paris, ce qui n’est pas une mince affaire, pour un Haïtien en plus. »

« Il a commencé à faire de la politique à partir du moment où il a été à Paris, et qu’il est retourné pour ensuite aller former son parti politique au Venezuela. Comme notaire, j’ai fait l’ajustement pour mettre les statuts du RDNP en harmonie avec la loi sur les partis politiques, ici en Haïti. »

Manigat, un fervent chrétien

« Vous parlez de politique, mais Manigat, esprit encyclopédique, est  musicien et aussi un fervent chrétien. Je peux vous faire un témoignage de sa vie spirituelle. Tout le monde voit l’homme politique, mais on ne savait pas les combats qu’il menait sur le plan spirituel. Je peux te donner un exemple. Il m’a fait chercher un matin par le ministre des Affaires étrangères. Il m’a dit qu’on a trouvé un charme au palais national, dans une petite pièce l’on trouvait des ossements ressemblant à ceux des enfants, comme si on faisait des sacrifices humains. Je faisais le tour du palais pour visiter, quand je suis arrivé devant cette pièce, on m’a dit que ne je ne pouvais pas rentrer. Il a demandé pourquoi il ne pouvait pas rentrer. Il a fait chercher l’intendant qui confirme que personne n’est jamais rentré dans cette pièce. Il a dit ‘’ map fè kraze l’’. Je veux voir. »

« À Paris, nous avons fait plusieurs pèlerinages ensemble pour aller prier, nous avons été sur la voie Apia pour voir les martyrs, là où se trouvent les tombes  des martyrs,  nous avons visité Saint-Pierre de Rome, la Basilique de Latran. Et tout ça c’est pour vous dire qu’il était profondément croyant et je peux dire que dans un sens c’est ce qui nous a sauvé la vie. Ce combat spirituel que nous étions en train de mener et que tout le monde ne connaissait pas. »

«Avec lui, on savait avec qui on avait à faire. C’était ça la philosophie politique de Manigat.  Et comme je vous dis, au point de vue spirituel, c’était un croyant, un croyant ferme. Et nous avons été sauvés, parce que, maintes fois, nous avons eu des signes d’une protection divine. »

L’idéologie politique

« En ce qui a trait à l’idéologie politique, Ernst Avin loue aussi son ancien camarade. «Je lui ai dit :  Ami, écoute-moi, je partage tes convictions politiques, je partage ta philosophie politique. Dans l’exercice de tes fonctions, c’est autre chose. Ce n’est pas un vain mot, j’ai horreur des gens qui n’ont pas de philosophie ou d’idéologie politique. Ils sont capables de toutes les vilaineries . Si vous me dites que je suis socialiste, pas de problème,  je suis communiste, je n’ai pas de problème. Mais il faut vous définir. Manigat se définissait.»

« Après avoir été victime d’un coup d’Etat en 1988, Leslie Manigat devait partir pour l’exil. Là encore, Ernst M. Avin était à ses côtés.  « Au bout d’un certain temps, là où nous étions, on nous a dit que l’avion était là.  Trois rangées de soldats me séparaient de lui. Il a dit : « Mais où est Ernst » ?  J’ai répondu : « Je suis là ». Il a traversé la haie de soldats, on l’a laissé faire et il est venu me trouver. Il a dit : « Je ne  comprends absolument rien. Comment as-tu pu faire tout cela ? Tu étais avec moi dans la Villa d’accueil. Tu es sorti avec ma fille, tu es retourné encore dans la gueule du loup, tu as été prendre des choses pour moi à la  Villa d’accueil. Voici que tu me ramènes maintenant de la nourriture. »

« Il était toujours le plus fort »

« Après le coup d’Etat, Manigat m’a dit : « Je vais te demander quelque chose. Sauve ma bibliothèque, c’est la chose à laquelle je tiens le plus au monde. Je lui ai dit « Je ne sais pas si je vais réussir , mais je te promets d’essayer ». J’ai sauvé la bibliothèque en la déposant chez les Frères de Saint- Louis de Gonzague. Les Frères de Saint- Louis de Gonzague, c’est notre creuset. C’est là que nous avons appris tout ce que nous produisons maintenant. Manigat, musicien, jouait du bulbe. Il était aussi un homme de théâtre. Manigat, qu’il s’agisse de la littérature, il était toujours le plus fort. En littérature, il pouvait citer Jude d’Élia. Il pouvait citer tous les poètes de l’époque, la philosophie, n’en parlons pas. Manigat vous parlera même de la spirale de Frankétienne jusqu’à cette date. C’est ce qu’on appelle un esprit encyclopédique, un esprit curieux.»

« Avec Manigat tu as toujours des surprises.  Au moment tu t’y attends le moins,  tu lui parles de quelque chose, il te dit il faut que tu lises Untel. Il n’a absolument rien oublié. Au contraire, il fait de nouvelles études sur la question et il te donne des ouvrages de références. »

« Ce n’est pas Namphy qui a fait partir Manigat »

« Bon au pouvoir,  lui et moi, on se parlait presque chaque jour. Il y a quand même  des choses que je ne dirai pas, parce que ce sont peut-être des secrets d’Etat. J’étais au courant de tout ce qu’il faisait. Mais ce n’est pas Namphy qui a fait partir Manigat. Permettez-moi de me taire. Namphy n’aspirait pas à cela. Il y a comme une sorte de conjuration qui est partie du fait que Jean-Claude Paul qui était le chef  aux Casernes on voulait le faire arrêter parce qu’on prétendait qu’il était impliqué dans une affaire de drogue. On l’avait déplacé. Manigat a dit mais non, vous ne pouvez pas le déplacer, il est un officier des Forces armées d’Haïti. S’il a fait quelque chose, on le jugera ici. On ne peut pas le prendre et l’envoyer aux Etats-Unis, comme un vulgaire quelconque. Nous sommes un Etat souverain. Il était intraitable sur ces questions-là.»

« Moi je l’ai vu au moment il venait d’être élu, mais il n’était pas encore installé. Un représentant de la Croix-Rouge me demande de l’introduire auprès de Manigat. Je demande à Manigat. Manigat dit, ne refuse jamais quand les gens te demandent,  ‘’Yap ba w gwo pye’’. Dis lui qu’il peut venir. Je revois le type et je lui dis de faire attention, car Manigat est très chatouilleux sous les questions de protocole et les questions politiques. Ce n’est pas le genre de personne à qui vous allez dire n’importe quoi et qui va vous faire de cadeaux. Le type n’a pas suivi le conseil. Il a commencé par lui parler de la Croix-Rouge, à un certain moment il lui dit et l’affaire des prisonniers politiques. Manigat lui dit comment ? Je ne suis même pas encore installé et vous me parlez de prisonniers politiques. Sachez, Monsieur, que je n’ai pas l’intention, moi, d’avoir des prisonniers politiques. Manigat lui dit vous êtes français ?  Le type lui dit, oui je suis français. Il lui dit : vous avez  lu le rapport Badenteir ? Le type n’avait pas lu le rapport. Badenteir était un ministre de la Justice qui avait essayé d’aménager l’univers carcéral en France qui n’était vraiment pas brillant.»

« Manigat lui dit : Monsieur, avant de venir me parler, allez lire le rapport de Badenteir, vous verrez que l’univers carcéral en France n’est pas du tout recommandable. Alors vous demandez à notre agent de vous introduire. C’est la meilleure personne que vous auriez pu trouver pour vous introduire auprès de moi. Mais quand je serai installé au pouvoir, votre fenêtre  d’entrée auprès de moi, ce sera le ministère des Affaires étrangères. ‘’Li voye misye au pilori’’. Pour lui, la souveraineté nationale n’était pas un vain mot.»

« J’étais son conseiller au culte, puisque ma fonction de notaire m’interdit de faire de la politique. Dans ce sens que la fonction de notaire est incompatible avec  celle de l’ordre administratif, judiciaire et militaire. Puisque je gère un service public, je n’ai pas le droit, moi, d’être pour ou contre X. Je peux avoir ma philosophie personnelle, comme je vous ai dit, je me suis défini. Moi je suis un défenseur des droits humains, c’est la même chose avec Manigat.»

« Il  a été en exil au vénézuela et à Trinidad and Tobago. Je l’ai rencontré à Trinidad. Nous sommes restés très liés, tandis qu’il était en exil. Je n’étais pas en exil. Mais vous savez, les gens ne doivent pas exagérer non plus. Il y a des choses qui sont toujours dans l’ordre du possible et vous n’imaginez pas  que vous puissiez passer au travers. Donc, il s’agit de faire les choses, quand même, avec une certaine intelligence. D’avoir un certain crédit. Ça ne veut pas dire qu’un malheur ne puisse pas vous arriver.»

« Il est revenu au pays en 90 après son exil. Il a milité dans le RDNP. On ne voulait pas qu’il soit président. On lui a refusé sa candidature disant qu’il avait été déjà président. Nous avons mené un combat sur le plan juridique. Nous avons été dans les BEC et les BED et au Conseil électoral pour demander où il est écrit que Manigat ne pouvait pas être candidat.»

« C’était une décision politique. Sur le point juridique, ça  avait des conséquences.  On a sommé l’Etat et nous avions attaqué ce texte en inconstitutionnalité.  Vous savez que vous ne pouvez pas attaquer par la voie directe pour l’inconstitutionnalité. On a révoqué trois juges de Cassation pour qu’ils ne rendent pas la décision. C’est Ertha Pascal Trouillot qui est responsable de ce forfait-là.  Juridiquement parlant, nous avions eu raison.»

« Vous savez, ça n’a pas changé. C’est la même chose, puisque le président Martelly non plus, on a jamais dit quel était son score. Tout le monde sait que c’est l’international qui a pris la décision. Nous sommes sur le chemin de voir la même chose en ce moment. Dans ce sens là, la vision de Manigat était encore la bonne.  Ce sont toujours ces gens-là qui font les élections. »

« Ici, on n’aime pas les gens de savoir »

« Evidemment, comme vous savez, ici on n’aime pas les gens de savoir. Et qu’à partir du moment où quelqu’un est un intellectuel vraiment brillant et extraordinaire, on a toujours tendance à le rabaisser. Et à dire qu’il n’est pas l’homme du peuple, ‘’pèp la pa konprann anyen nan sa l ap di a’’. On peut dire que c’est de  l’élitisme. C’est possible, je dis que tout le monde doit faire des études  classiques, des études primaires. C’est souhaitable. Il est même souhaitable que tout le monde fasse des études secondaires. Mais tout le monde ne peut pas aller à l’université. »

« Il y a un stade qui est réservé à une élite. Il n’est pas donné à tout le monde d’être  un licencié en mathématiques, tout comme il n’est pas donné  à tout le monde d’être docteur en droit. Plus vous possédez de la connaissance, plus les gens vous en veulent. Manigat n’avait peut-être  pas le charisme d’un leader populaire comme Aristide.  Mais même du côté des intellectuels, on lui en voulait à mort. Ce n’est pas de la droite seulement. De la gauche comme de la droite.»

La fin

« Il est tombé malade, il a été opéré. Vraiment ça n’allait pas. Il  y a eu le Chikungunya qui l’a vraiment terrassé. Oui, pendant les six ou huit dernier mois, Manigat était obligé de rester dans sa chambre. Il ne sortait pas. Les derniers moments étaient vraiment  pénibles, il ne croyait plus à rien. Il s’est, en quelque sorte, laissé mourir. Parce qu’il voyait les malheurs de son pays.»

« Cette génération doit retenir qu’il y a quand même des Haïtiens qui ont essayé de dégager une vision de l’homme haïtien dans toute sa totalité, dans ce que nous avons non seulement comme culture, mais de ce que nous avons dans notre spiritualité, dans nos potentialités. C’est ce que Manigat, à mon avis, a voulu apporter. Mais malheureusement, il n’y a pas eu le temps de faire tout ça. »

« Il est l’ami vrai, dans le sens du partage, parce qu’il partageait tout ce qu’il avait avec tout le monde. Jamais il ne refusait  le dialogue ou les explications. Donc, c’était un homme de partage. C’était un homme qui apportait non seulement le côté politique, mais  le savoir dans tous les domaines. C’est ce que je retiens de lui comme ami et comme homme politique, mais malheureusement le sort ne l’a pas voulu.»

« Certainement, le pays a fait une énorme perte. La mort d’un homme, c’est la mort de l’homme. Mais quand il s’agit d’un homme comme Manigat, le pays a perdu, parce que le pays n’a pas su, n’a pas pu ou n’a pas voulu ; ou peut-être, lui, il n’a pas pu transmettre toutes ses idées, ces choses pour lesquelles, il avait rêvé. Donc son rêve, il ne l’a pas réalisé. Son plus grand rêve, c’était de faire avancer, de développer le pays. Pas seulement au point de vue du savoir, mais dans tous les domaines. Qu’il s’agisse de la finance mais surtout dans le domaine de l’éducation. On ne va pas oublier qu’il a été lui-même le fondateur de Institut des hautes études internationales devenu Institut national d’administration, de gestion et des hautes études internationales (INAGHEI).»

Propos recuellis par Robenson Geffrard et décryptés par Martine Stavius

 

 

Solidarite, New York Web Site: SNAA.ORG –Reflection for June 6, 2014 the Fourteenth Sunday in Ordinary Time, by Sr. Jamie T. Phelps, OP, PhD, who is a perpetually vowed woman religious and Roman Catholic theologian and lecturer. Sr. Jamie has been a member of the Adrian Dominican Sisters (a congregation of Dominican women religious whose motherhouse is in Adrian, Michigan since 1959.

 

 

Fourteenth Sunday in Ordinary Time

 

The readings for the Fourteenth Sunday in Ordinary Time provided words of peace and comfort for those whose Faith is grounded by an absolute all-encompassing Trust in God’s presence and promises.   Jesus came into human history that we might have life and live it to the full. Such fullness of life is predicated on our being at peace with God, ourselves and others. God has promised us such peace.

 

 

Sister Jamie

27 Peace I leave with you; my peace I give to you. I do not give to you as the world             gives. Do not let your hearts be troubled, and do not let them be afraid. “[1]

Those who live in profound peace experience the divine indwelling of the Father, Son and Spirit in the depths of their being. They live in mutual relationship and harmony with God. No-one and nothing can harm or disturb them because God is their rock and their foundation.

We realize that our Christian vocation is to live in the both consciousness that ourboth “body” and “soul,” is to conform his already redeemed person to the same Spirit he has already received at baptism.[2]

 

‘you are in the spirit,if only the Spirit of God dwells in you.  …Whoever does not have the Spirit of Christdoes not belong to him.

If the Spirit of theone who raised Jesus from the dead

dwells in you, the one who raised Christfrom the dead

will give life to your mortalbodies also,

through his Spirit that dwells” (rom 8:9, 11-13)

 

Jesus’ invitation in the Gospel

Come to me, all you who labor and are

burdened, and I will give you rest. Take my yoke upon you and learn from me,

for I am meek and humble of heart; and you will find rest for yourselves

 

For my yoke is easy, and my burden light.”

 

MSGR. JOSEPH PRIOR in his commentary on this passagestates that

Jesus is not speaking only of work associated with a livelihood when he refers to “labor.” He speaks of “heavy burdens” that people have to carry. Regardless of the type of work whichwe labor, life itself has certain burdens and responsibilities that might seem heavy and hard life itself has certain burdens and responsibilities that might seem heavy and hard to carry.

We might think of the anxietiesof:

  1. Youth struggling to decide what road they want to take in life.
  2. the unemployed. Although they do not work they are weighed down with the stress of finding a job and providing for themselves until employed.
  3. those who live in a depressed area where crime is rampant. Safety for themselves and their families lays heavily on their thoughts.
  4. those entangled in drug use longing to be freed from the addiction.
  5. war torn lands and the fear for life that is ever present.
  6. the young children in Nigeria who have been kidnapped, burdened with fear, oppression and the threat of harm…and their parents and the worry they carry.
  7. those who are suffering with illness or disease.
  8. those burdened with grief at the loss of a loved one.[3]

 

Whoever we are, there are “burdens” that we carry so it is to everyone that Jesus says: “Come to me all you who labor and are heavy burdened and I will give you rest.”…

Going even deeper into the context of this passage we realize that Jesus is not just speaking of the burdens of life. When he speaks of the “yoke” he is using an image of the Mosaic Law with which his disciples would have been familiar. The heavy demands of the law especially the demands that many of the scribes and Pharisees were focused on would seem unbearable. How could one remain in a right relationship with God with all these demands and the inability to keep all the stipulations of the law? JESUS IS THE ANSWER.”[4]

Jesus’ redemptive act enables us to live in communion with God and so whatever our burdens we can be certain that our daily burdens are inconsequential. Through Jesus’ life, suffering, death and resurrection our burdens have indeed been lightened. When Jesus picked up his cross, he carried our crosses.

“…..when Jesus promises “rest” he is assuring us that this rest is found in himself. The “rest” that Jesus offers is closely associated with the peace he brings and offers. The relationship that he establishes with us is a powerful one by which he unites us to himself. His victory over sin and death in his resurrection from the dead makes him the Lord of Life. United with him in life and love gives us the strength to face any difficulties or challenges in life. He is the source of strength and comfort. Prayer with Jesus affords us the “rest” we need. In union with Christ through prayer our burdens become “light” because joined with him we can carry those burdens. He is the strength and it is his arm that helps us lift the load. When our challenges in life are joined with his, we “take up” his yoke. So that when our yoke becomes his and his yoke becomes ours it can be lifted because we do not lift it ourselves. Thus, Jesus says: “Take up my yoke and learn from me for I am meek and humble of heart.”[5]

 

Let us walk in a meek and humble truth that God is the only source and the strength of our

 

[1]John 14:27New Revised Standard Version Catholic Edition (NRSVCE)https://www.biblegateway.com/passage/?search=John+14%3A27

[2]CATHOLIC CULTURE.ORG http://www.catholicculture.org/culture/liturgicalyear/calendar/day.cfm?date=2014

 

[3]CATHOLIC PHILLY.COM http://catholicphilly.com/2014/07/think-tank/the-mass-in-focus/jesus-eases-our-burdens-whatever-they-may-be/

 

[4]Ibid,

 

[5]Ibid,

 

 

 

 

 

 

 

 

In Brief

We have posted Haitian Apostolate flyer on a private website.

The purpose of our doing this is so the client can use the site in his promotions.  You should encourage them to put the web address in their parish bulletins and especially if they have a parish or ministry web site, they should have their web person create a link from their site to open this brochure.

http://www.unitours.com/client/HaitianApostolateHolyLandandItaly.pdf

 

Fabrizio Fabbri

President

Unitours, Inc.

10 Midland Ave #202

Port Chester, NY 10573

Tel: 914-253-9446  Fax: 914-253-9001

Toll free: 800-777-7432

Website: www.unitours.com

Facebook:  http://www.facebook.com/Unitours  

Twitter: @UnitoursInc

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s