REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE SECOND SUNDAY OF LENT (March 16th, 2014)

 

 logo

                     

Visit telesolidarite.tv

Skype Account: brothertob

Weekly Bulletin Staff: Marlene Rigaud Apollon, Sister Jamie Phelps PHD, Deacon Paul Dorsainville

Brother Tob: Editor

Bishop Guy Sansaricq : Director

 

Radio Solidarité : 1-302-797-4073

Visit SNAA.ORG

Visit: Telesolidarite.tv

Blog: Solidarite Flash

Face Book: Radiotelesolidarite

Weekly Bulletin: March 9th-March16th

 

Pensée de la semaine: “Aucun homme n’est libre s’il n’arrive pas à se contrôler” (Pythagore)

Thought of the week: “No man is free if he can not control himself” (Pythagoras)

Pensamiento de la semana: “Ningún hombre es libre si no puede controlarse a sí mismo” (Pitágoras)

*********************************

 BishopSansaricq19

Bishop Guy Sansaricq.

 

REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE SECOND SUNDAY OF LENT (March 16th, 2014)

Genesis 12, 1-4; Psalm 33: 2 Timothy 1, 8-10; Matthew 17, 1-9                            By +Guy Sansaricq

Today we joyfully hear the story of Jesus’ transfiguration. You probably remember how it happened. Jesus had taken his three favorite disciples to a mountain. Suddenly, Moses and Elijah, the two greatest champions of the Old Testament appeared while Jesus’ face became bright like the sun and his clothes white as light. A voice from heaven said: “This is my beloved son. Listen to Him.”

This unusual episode in the life of Jesus occurred a few days after Jesus had told his disciples that he had to suffer and die. Obviously this vision of the glorified Jesus serves many purposes: It pictures Jesus as one robed with God’s glory, one who is truly the Son of God, one much greater than Moses and Elijah. These two giants of the Old Testament appeared to acknowledge Jesus as the Messiah they announced. The voice from heaven gives the same testimony. The Passion of Jesus is manifested as a messianic act decreed from all eternity. Hence, we are better prepared for Good Friday and Easter.

No wonder that the 2nd reading urges us “to take our share of hardship for the Gospel from the strength that comes from God.”  During Lent we are constantly urged to accept hardships and sacrifices in order “to destroy death and gain the life and immortality brought by Jesus.’

We are called to accept that life comes from death.  We too have to die to sin if we want to rise to grace and fuller life. Yes it is through the Cross that we accede to victory. Lent is a time when we discipline ourselves. It might be difficult and demanding but it is the necessary way to uproot our selfish dispositions and bad habits. Lent is like a rocky trail that leads to the mountaintop of spiritual fulfillment. Don’t hesitate to climb!

 

REFLEXIONS SUR LES LECTURES DU DEUXIÈME DIMANCHE DE CAREME (16 Mars 2014)   

Genèse 12, 1-4; Psaume 33; 2 Timothée 1, 8-10, Mathieu 17, 1-9

+Guy Sansaricq

Le Carème est un temps qui nous invite à refreiner nos instincts egoistes et à rechercher la sainteté. Cela n’est pas facile. Pour devenir saint l’on doit pouvoir aimer et pour aimer il faut savoir pardonner et pousser l’esprit de service jusqu’à l’oubli de soi. Pour y parvenir il faut déraciner de son Coeur et ses actes toute racine amère. C’est à ce travail que nous invite le Carème.

Pour nous encourager sur ce chemin difficile et déconcertant, l’Évangile d’aujourd’hui nous offre le récit de la Transfiguration.  Jesus nous est décrit avec ses trois disciples preférés sur une montagne. Et voici qu’apparaissent Moise et Elie. Ensuite une voix proclame: “Celui-ci est mon Fils Bien-aimé, Ecoutez le.”

Ce récit nous rassure. Jésus qui quelques jours auparavant disait à ses disciples qu’il allait souffrir et mourir semble vouloir les rassurer. Oh Bien sùr! Il subira la Passion et la mort mais Il est le Fils Bien-Aimé du Père, il est reconnu par Elie et Moise les deux champions de l’Ancien Testament, il possède la gloire du Fils Unique.  Cette scène de la Transfiguration nous fait comprendre que la Passion du Christ est un acte méssianique décrété de toute eternité. C’est un mystère d’amour.

Oui dans l’Evangile, il y a cet appel persistant au sacrifice et à la Pénitence. Mais c’est pour conduire “à la vie et l’immortalité.” Il faut mener une lutte sans merci et douloureuse contre le péché. Mais c’est avec l’assurance de la vie et de la victoire finale. Cette espérance nous rend inébranlables. Ne néglige donc pas les pénitences du Carème. C’est le sentier ardu qui mène au sommet de la montagne.

Bishop Sansaricq

******************************

Hommage to Mrs Elsy Mecllembourg  Guibert -Editorial

Colonel Marie Carmel

From right to left Lieutnant Colonel Marie Carmel Houanche, Bishop Sansaricq

and Elsy  Mecllembourg Guibert,

The Month of March is the month dedicated to women by the National Center of the Haitian Apostolate.

We continue to express our gratitude to the valiant women of our community who are struggling every day to change this cruel world of darkness in which we live today.

In the first place, we want to pay tribute to the nuns of Haiti who do not hesitate to go to the farthest corners of this island to evangelize educate and evangelize the children of their native land. Indeed we shall not forget the good sisters who work in pastoral work in the Haitian Diaspora. The Bulletin of the National Center of Haitian Apostolate is very proud of all these Haitian religious sisters who work so very hard to help our community in the area of evangelization and education.

 ElsyMain

Ms. Elsy Mecllembourg Guibert

will  be honored on April 5 , 2014 by the chapter of the Association of Physicians of New York

This week we were fortunate to have an interview with Ms. Elsy Mecllembourg Guibert, former student of the Sisters of the Sacred Heart who has been living in New York for nearly 16 years.

She has a Masters Degree in Public Health and is also the founder of EMG Health Communication Incidentally her organization will have a great activity on March 23 , 2014 to honor the women of our community with the opera singer Nicole St Victor  . She urges all in the Haitian community to come and cheer this great star of Haitian music who has already performed on three continents. She will be singing eleven songs at Flushing Town Hall

 at 6 pm on March 23rd.

The work of Mrs. Elsy Mecllembourg Guibert is very appreciated in the Haitian community where she is rightly considered one of our “grandes Dames.” She will also be honored on April 5 , 2014 by the chapter of the Association of Physicians of New York. She is among the great readers of the newsletter of the National Center of Haitian Apostolate .

Mrs.  Guibert in her  interview talked about EMG and its mission. She informed us that EMG is celebrating its 15 years of existence during which time Health Promotion has been the main focus.

EMG has programs that that assists elderly people.

Mrs. Guibert strongly emphasized her intention to promote the celebration of the International women Month on March 22 at the occasion of its 15th anniversary. EMG will take this opportunity to honor Marie Marthe St Cyr of Lambi Funds who accompanies Women of Haiti with Micro Credit.

DSC_4015

The Lieutnant Colonel  Nurse Marie Carmell Houanche of the U.S. Army will also be honored.

Mrs. Guibert is very proud to be Honored by the Association of Haitian Physicians’ New York Chapter. In her Interview she warmly congratulated Dr. Micheline Dole chairwoman of the Association of Haitian Physicians’ New York Chapter. She listed the major challenges Haitian women face in this great city. She also added that women continue to be a great inspiration to our community and finally remarked that behind every great man there’s always a woman

To listen to the interview of Ms. Guibert and Lieutnant Colonel Marie Carmell Houanche  click this link:

Frère Buteau Espiegle (Brother Tob)

For The National Center

Email: solidarite@optonline.net

Hommage à Madame Elsy Mecllembourg  Guibert

Elsy1

De Droite à Gauche Lieutnant Colonel Marie Carmell Huanche, Bishop Guy Sansaricq et Madame Elsy Mecllembourg  Guibert

Le Centre National de l’Apostolat Haitien réserve le mois de Mars pour honorer les valeureuses femmes de notre communauté  qui luttent chaque jour pour changer ce monde de cruauté et de noirceur que nous habitons aujourd’hui.

En tout premier lieu, nous voulons rendre un vibrant hommage aux religieuses du Pays d’Haiti qui sillonnent notre pays pour eduquer et evangeliser les enfants d’Haiti sans oublier les religieuses qui travaillent dans la pastorale Haitienne de la diaspora. Le Bulletin Hebdomadaire du Centre National de l’Apostolat Haitien est très fier de toutes ces religieuses Haitiennes qui continuent à travailler très dur  pour aider notre communauté au niveau de l’evangelisation et de l’education.

Elsy

Cette semaine nous avons eu la chance d’avoir un entretien avec Madame Elsy Mecllembourg  Guibert , ancienne etudiante des soeurs du Sacre Coeur qui vit à New York depuis près de 16 ans et qui a une maitrise en Santé publique. Elle est aussi fondatrice de EMG Health Communication qui aura une grande activité  le 23 Mars à  Flushing Town Hall pour honorer les femmes de notre communauté avec

NICOLE ST_ VICTOR SOPRANO

 la chanteuse d’Opéra  Nicole St Victor. Elle exhorte toute la communauté Haitienne à venir applaudir cette grande étoile  de la musique Haitienne. Ce sera une grande occasion pour  la communauté Haitienne de New  York de venir acclamer cette grande dame qui a déjà performé sur les 3 continents. Elle aura à chanter 11 morceaux  à Flushing Town Hall.

.

Madame Elsy Mecllembourg  Guibert sera honorée le 5 Avril 2014 par le chapitre de l’association des Medecins de New York

Le travail de Madame Guibert est très apprécié au sein de notre communauté où elle a sa place parmi nos grandes Dames. Elle sera honorée le 5 Avril 2014 par le chapitre de l’association des Medecins de New York. Elle est parmi les grandes lectrices du bulletin du Centre National de l’Apostolat Haitien.

Madame Guibert dans son entretien  nous a parlé de EMG et de sa mission. Elle nous fit savoir que EMG est en train de celebrer ses  15 ans  d’existence, quinze ans d’activités incessantes pour promouvoir la Santé.

Elle a des programmes qui sont la depuis 10 ans incluant le programme qui accompagne les personnes agées.

ElsyMain

Madame Guibert a beaucoup insisté sur  1a 15ème celebration annuelle de la journée Internationale des Femmes  du 23 Mars où ENG Honorera Marie Marthe St Cyr de Lambi Funds qui accompagne les Femmes d’Haiti au niveau du Micro Credit

DSC_4015

                                                  et  le Lieutnant Colonel et infirmière Marie Carmelle Houanche de l’Armée Américaine.

Madame Guibert est très fière d’être Honorée par l’association des medecins Haitiens  du Chapitre de New York. Dans son entretien elle felicite chaleureusement Docteur Micheline Dole la presidente de l’association des medecins Haitiens du Chapitre de New-York. Elle a enuméré les grands defis des femmes Haitiennes de New York mentionnant ainsi que les femmes continuent à être une grande inspiration pour notre communauté. Evidemment elle ajouta que derrière tout grand Homme il ya toujours une femme.

Pour écouter l’entrevue de  Madame Guilbert clicquer sur ce link

Frère Buteau(Brother Tob)

Pour le Centre National

Courriel: solidarite@optonline.net

***********************************

*******************************

Entrevue avec le docteur Paul Latortue

Doctor Paul Latortue

                       

Docteur Paul Latortue, doyen de l’Université de Porto-Rico et l’un des grands ambassadeurs de l’élite intellectuelle de la communauté haïtienne en Diaspora, était le grand invité du professeur Étienne Thélémaque et Brother Tob à Radio Télé Solidarité le dimanche 9 mars 2014. Il fait le va et vient entre Porto-Rico et Haïti. Il est parmi les haïtiens de la diaspora sur qui notre mère Haïti Chérie peut encore compter et a profité de son entretien pour nous parler de sa dernière tournée en Haïti à la fin du mois de février et au début du mois de mars 2014.

Dans son introduction, professeur Thélémaque a présenté le docteur Latortue comme un grand haïtien qui se soucie du bien publique et a un grand amour pour sa région natale, le département de l’Artibonite, tout en lui demandant de nous expliquer cette fameuse phrase du regretté  Jacques Stephen Alexis “Les peuples sont des arbres qui fleurissent à la bonne saison” et sa contribution au développement culturel du pays. Le docteur Latortue reconnait que la famille Alexis est une famille très  importante qui a joué un grand rôle dans l’histoire de notre pays et nous a fait savoir qu’il y a une bibliothèque qui porte le nom de Jacques Stephen Alexis dans la ville des Gonaïves.

Artibonite riviere

Rivière de l’Artibonite

En outre, le docteur Latortue a affirmé que la vallée de l’Artibonite peut nourrir l’île d’Haïti; que cette vallée joua un grand rôle dans la production nationale dans les années 1950 jusqu’au début des années 1960 avec les gouvernements Estimé et Magloire qui ont drainé le barrage de Péligre et cela

 Peligre

donna de très bons résultats à la production agricole. Cette dernière, selon le docteur Latortue, commença à péricliter en 1962 avec François Duvalier et continua ainsi avec Baby Doc Duvalier. C’est ce qui explique que le riz de l’Artibonite coûta plus cher que le riz de Miami qui envahit le marché local et porta un grand coup à la production locale. Est-ce que cette situation a changé après 1986 suite au départ de Baby Doc? Quel rôle ont joué l’élite haïtienne marchande qui n’est jamais productrice mais fait toujours son argent à partir des importations et les gouvernements successifs de l’après 86 forcés d’appliquer les impositions du Fond Monétaire International et de certaines puissances étrangères?

2199-un-arbre-au-milieu-de-la-plaine-WallFizz

De plus, selon le docteur Latortue, nous sommes en train de perdre plus de 30 hectares de terre dans le Nord-Ouest et plus de 80 hectares de terre au Plateau Central à cause de la sécheresse. Il pense toutefois que c’est un problème qu’on peut résoudre si nous arrivons à resoudre le problème de l’eau qui est toujours un grand handicap pour la production locale, tout en soulignant aussi le problème de sécheresse de la Plaine de l’Arbre, une section communale d’Anse-Rouge, dans le département de l’Artibonite. Si cette Plaine arrive à avoir de l’eau elle peut, d’après le docteur Latortue, produire de l’ail et des oignons que nous pourrions exporter pour des millions de dollars chaque année. On a perdu la Plaine du Cul-de-Sac qui s’est transformée en zone résidentielle. Dans notre cas, poursuit le docteur Latortue, tout n’est pas encore perdu car il faut un peu de bonne volonté et mieux accompagner nos frères et soeurs paysans de l’arrière pays.

 Carnaval1

Carnaval 2014

Par ailleurs, le docteur Latortue croit que le secteur tertuaire peut se développer aussi dans le département de l’Artibonite. Il a pris en exemple le carnaval 2014 . Il pense que c’est une très bonne chose de la part du gouvernement en place de penser à organiser le carnaval  national dans différents endroits du pays. Il a profité pour nous dire que les haïtiens vivent bien avec les gens de même région qu’eux, et qu’il est temps pour nous haïtiens de vivre de façon nationale. Il nous a aussi fait savoir que la ville des Gonaïves a plus d’électricité que Port-au-Prince grâce à une nouvelle usine électrique financée par Petro Caribe du Vénezuela et nous a parlé

le_village_d_ennery-ad7

d’un hôtel qui se trouve à Ennery qu’on peut comparer avec les grands hôtels de Miami. Selon le docteur Latortue il y a un pas vers l’avant qui a été fait lorsqu’on tient compte des inondations de 2004 et de 2006 qui avaient ravagé la ville des Gonaïves.

le_village_d_ennery-ad35

Aussi, le docteur Latortue reconnait que durant ces 10 dernières années, l’Église Catholique d’Haïti du diocèse des Gonaïves a fait un grand pas au niveau de l’éducation. En effet, selon lui, partout dans le diocèse on retrouve de très bonnes écoles dirigées par les responsables de l’Église Catholique et ceci même dans les endroits les plus réculés où les voitures ne peuvent pas arriver. Dans un pareil endroit se trouve l’École Catholique Secondaire de Perodin où il est difficile d’aller en voiture; on doit s’arrêter à Petite Rivière de l’Artibonite et continuer à pied, à cheval ou à dos de mulets. Malgré cela ses étudiants sont bien reconnus pour leur performance académique même au niveau national.

 Yves Marie Pean

Il reconnait le travail colossal de son Excellence Monseigneur Marie Yves Pean , évêque du diocèse des Gonaives et certains prêtres du Diocèse des Gonaives au niveau de l’éducation des jeunes du Departement de l’Artibonite

D’autre part, le docteur Latortue nous a parlé du grand projet d’avoir un cours de Maîtrise pour les étudiants en Management. Il espère que la succursale de l’Université Notre-Dame d’Haïti pourra débuter ce programme au début du mois de janvier 2015. Elle a déjà ciblé des professeurs étrangers qui peuvent apporter leur contribution à ce grand projet. Pour entamer ce programme il faudra au moins 1 million de dollars americains afin de donner des bourses d’étude et assurer les salaires des professeurs. En fait, ce cours de Maîtrise ne sera pas seulement pour les étudiants de l’Artibonite, tous les autres étudiants des autres départements d’Haïti seront invités à s’inscrire et ces cours seront  dispensés le vendredi et le samedi.

Doctor Paul Latortue

Docteur Latortue

Mortel

Doctor Mortel

Nous avons eu l’opportunité de parler au docteur philantrope Rogrigue Mortel, directeur de la propagation de la foi de l’archidiocèse de Baltimore et fondateur de l’École Secondaire Collège James M. Stine, dirigée par les Clercs de St Viateur. Il nous a dit que l’archidiocèse de Baltimore a un programme de jumelage avec 22 paroisses du diocèse des Gonaïves depuis l’année 2001. Dans ce jumelage l’archidiocèse de Baltimore s’occupe de la cantine scolaire, du payement des salaires des professeurs et de la formation des catéchètes. Docteur Mortel fait le va et vient entre les États-Unis et Haïti pour s’occuper de sa fondation et est parmi les grands ambassadeurs de la communauté haïtienne de la diaspora.

Il est évident que les docteurs Latortue et Mortel ont appliqué cette fameuse phrase de feu Président Fritz Gerald Kennedy dans son discours d’investiture: “ne demandez jamais ce que le pays peut faire pour vous, demandez toujours ce que vous pouvez faire pour votre pays”. Selon le Docteur Latortue, que nous remercions vivement pour sa disponibilté et son dévouement, il sera difficile de parler d’un vrai développement pour Haïti sans tenir compte de la vallée de l’Artibonite, laquelle pourra devenir un grenier pour l’île d’Haiti si on arrive à resoudre le problème de l’eau et de la sécheresse qui ravage le pays lorsque nous n’avons pas de pluie.

Frère Tob

Pour Le Centre National

*******************************************

Interview with Doctor Latortue

                                       Doctor Paul Latortue

Dr. Paul Latortue, dean of the University of Puerto Rico and one of the great ambassadors of the intellectual elite of the Haitian Diaspora Community was the honored guest of Professor Etienne Thelemaque and Brother Tob of Radio Télé Solidarité on Sunday, March 9, 2014

Dr. Latortue travels back and forth between  Puerto Rico and Haiti. He is a member of the Haitian Diaspora that our Dear Mother Haiti can depend upon. He used his interview to talk about this visit in Haiti at the end of February and early March 2014.

Professor Etienne Thelemaque introduced Dr. Latortue stating the he is a great Haitian who cares about the public good and has a great love for his native land particularly the region of Artibonite. Professor Dr. Latortue Thelemaque asked Doctor Latortue to tell the audience about   the late Jacques Stephen Alexis’ contributions to the cultural development of the country and to explain his famous saying. “People are trees that bloom in the right season.”

Artibonite riviere

Dr. Latortue noted that the Alexis family has played a major role in the history of our country.  (A library is named Stephen Alexis in his honor in the city of Gonaïves.) The family was engaged in the development of the Artibonite Valley as an agricultural resource. The crops cultivated in this region could feed the whole island of Haiti. Artibonite Valley played an important role in national production from 1950 until the early 1960’s. Under the Estimé and Magloire governments,the barrage of Péligre (a section communal of Mirebalais) was drained and this contributed to increased agricultural production of Haiti.

Peligre

 Production began to collapse in 1962 under the late President Francois Duvalier who did not believe in supporting the national development of  technology or the agricultural production. This continued with Baby Doc Duvalier, his successor. Artibonite rice that became more expensive than the rice from Miami Florida which is imported and sold in the local market.  This foreign invasion of the local market by foreign import had a negative impact and the local production of Artibonite rice slowed down.  The situation got even worse after 1986 with the departure of Baby Doc. The Haitian elite Merchant who gains more by the sale of imported goods than by the sale of local production contributed to the collapse of local rice.  After 1986 successive governments were forced to apply the conditions imposed by the International Monetary Fund and other foreign powers which imposed imported goods.

Dr. Latortue insists that it will be difficult to speak of a true development for Haiti without targeting the Artibonite Valley , the granary of the island of Haiti. Of course, we need to solve the problem of water shortage and of drought ravaging Haiti.  For long periods of time we have had no rain.  Haiti is losing more than the 30 acres of land in the North West and more 80 acres of land in the central plateau due to the drought. This problem can only be solved if we can overcome the shortage of water which undermines local crop production.  Drought on the plain interferes with the growth of the “Plaine de l’Arbre” in the communal section of Anse Rouge which is located in the region of Artibonite. If the “Plaine de l’Arbre” could be successfully cultivated garlic and onions could be produced and replace these items that Haiti imports at the cost of millions of dollars each year. The “Plain of Cul de Sac” no longer produces crops since it has been turned into a residential area totally taken over by housing. However the development of the Artibonie Valley might benefit the economic well-being of our peasant brothers and sisters in the hinterland who earn their livelihood by farming.

Carnaval

Dr. Latortue suggested that a tertiary sector of economic growth could be developed in the region of Artibonite by expanding the celebration of Carnival.   Carnival 2014 was economically profitable to the region.  It is a very good thing for the government to organize the National Carnaval in different regions of

le_village_d_ennery-ad7

the country.  While Haitians like to live among people of their own region, it might be good to encourage them to associate with fellow countrymen of other regions of the nation so as to develop a national identity.  Some progress has been made in that sense.  The city of Gonaives has more electricity than Port au Prince, thanks to a new power plant financed by Petro Caribbean Venezuela.  A newly built hotel in Ennery is comparable to any Miami hotel.  These are positive steps considering the flooding in 2004 and 2006 has devastated Gonaives.

 le_village_d_ennery-ad35

Dr. Latortue recognizes that in the last 10 year the Haitian Catholic Church of the Diocese of Gonaives has made ​​great strides in terms of education. Throughout the diocese there are very good schools run by officials of the Catholic Church.  Even in the most remote places where it is impossible to reach by car, schools have been opened.  For example the Catholic secondary school in Perodin, where you must stop your car at “Petite-Rivère de l’Artibonite and then continue on foot or horseback or mules, students are recognized for their academic performance at the National level. He insisted that Bishop Yves Marie Pean of the diocese of Gonaives and certain catholic priests of the diocese of Gonaives should receive respect and applause for the colossal development they achieved in the area of education.

Dr. Latortue also told us of the great project to begin a Masters degree program in management.  He hoped that the annex of Notre Dame can start this program at the beginning of January 2015.  They have already targeted foreign teachers who can contribute to this great project. To start this program it will take at least 1 million dollars of American currency to give scholarships and provide faculty salaries. Dr. Latortue tells us that this course will not only be for the students of Artibonite, other students from the other regions of Haiti’s will be invited to register.  The courses will be offered on Friday and Saturday.  At the behest of Dr. Latortue 15 students from Haiti are already studying in doctoral degrees programs at the University of Puerto Rico. They are seeking PhD in diverse fields.

In addition to my conversation with Dr. Latortue, I was also able to speak with a second philanthropist: Dr. Rogrigue Mortel director of Propagation of the Faith of the Archdiocese of Baltimore and founder of the Secondary Catholic School

 Collegestine1

College Stine

COLLEGE JAMES M. STINE in St Marc -Haiti directed by the Fathers of St. Viator.  Dr. Mortel informed me that the Archdiocese of Baltimore has had a “twinning program” with 22 parishes in the diocese of Gonaives since the year 2001. In this pairing the Archdiocese of Baltimore is responsible for the school canteen, the payment of salaries of teachers and the training of catechist. Dr. Mortel also travels back and forth between the United States and Haiti to care for his foundation. He too is among the great ambassadors of the Haitian community in the diaspora.

Doctor Paul Latortue

Doctor Latortue

 Mortel

Dr. Rodrigue Mortel

It is obvious that Drs. Latortue and Mortel who are known among the great Haitians  of our time  understand  and implement  the  famous phrase of the late President John Fritzgerald Kennedy in his inaugural speech ,” As not what your country can do for you, but  what you can do for your country !”.

Brother Tob

For The National Center

Washington Entretien avec l’Ambassadeur Louis Harold Joseph

Ambassadeur Louis Harold Joseph

M. Louis Harold Joseph, ex Ambassadeur d’Haïti aux Bahamas et aux Etats-Unis, actuellement PDG d’une compagnie desservant les communautés haïtiennes installées à travers le monde Je suis très heureux d’avoir un entretien avec lui pour les lectrices et lecteurs du bulletin du Centre National de l’Apostolat Haïtien.

Bonjour Ambassadeur Joseph

Bonjour Brother Tob

  1. 1.    Voudriez-vous nous parler de votre ville natale et les raisons qui vous ont motivées à étudier l’économie?

    Je suis originaire du Cap-Haïtien d’une famille modeste. Mes parents furent instituteurs dans le système scolaire public dans le Département du Nord. Comme beaucoup de Capois, j’ai fait mes études primaires chez les Frères de l’Instruction Chrétienne et mes études secondaires au Collège Notre Dame du Perpétuel Secours.
    J’ai commencé à avoir un certain engouement pour l’économie quand j’étais en classe de philosophie. En effet, durant cette année académique (1973-1974) j’ai eu un cours d’introduction à l’économie avec le Professeur George Werleigh, la discipline m’a séduit et l’année suivante je me suis inscrit à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l’Université d’Etat d’Haïti
  1. 2.    Pourriez-vous faire une différence  pour nous entre la communauté Haïtienne de Washington de 1982 et celle d’aujourd’hui?

    La communauté haïtienne de Washington DC, comparativement à 1982, s’est élargie  considérablement. Il y a eu plusieurs moments dans la migration haïtienne vers les Etats-Unis.  A la fin des années 1950 les Haïtiens fuyaient le pays à cause de la dictature et de la situation politique qui en résultait. A partir de la fin des années 70 cela a changé complètement. La misère noire qui commençait à sévir dans les campagnes poussait les paysans à émigrer en masse vers les villes et les pays avoisinants, notamment vers la République Dominicaine, Les Bahamas et les Etats-Unis. Dans cette foulée Washington DC avec ses environs est devenue la ville de prédilection de bien des compatriotes haïtiens.
  1. 3.    Quels sont les grands défis de la population Haïtienne de Washington?

    La situation a beaucoup évolué aux Etats-Unis d’Amérique en termes de droits humains et civiques. En effet, aujourd’hui un Africain-Américain assure la présidence du pays et peut-être à l’occasion des prochaines élections une femme lui succédera. Les défis des membres de la communauté haïtienne sont plutôt économiques et sociaux. Du point de vue de développement économique, les écarts entre Haïti et les Etats-Unis sont énormes, il n’y a même pas lieu de comparaison. En Amérique nous vivons à l’ère d’une nouvelle révolution technologique. L’internet, la nanotechnologie et la globalisation ont tout bouleversé. Bien des disciplines et professions ont disparu et d’autres ont vu le jour. Des experts dans le domaine du travail ont fait remarquer qu’à l’époque où nous vivons un individu doit s’attendre à changer de profession au moins deux fois dans sa vie.
    La qualité de l’éducation s’est dégradée considérablement en Haïti. L’intégration de l’Haïtien moyen dans la société américaine devient de plus en plus difficile. Alors vous pouvez imaginer le vécu quotidien d’un compatriote Haïtien à Washington DC qui ne sait ni lire ni écrire.
  2. 4.    Quels ont été les grands moments de votre carrière diplomatique?

    Je suis un fonctionnaire de l’Etat Haïtien. Ma carrière a débuté en 1977 comme ingénieur commercial au Ministère du Commerce et de l’Industrie. En 1982 j’ai été transféré à l’Ambassade d’Haïti à Washington DC comme Deuxième Secrétaire et Assistant Commercial Attaché. J’ai pratiquement gravi tous les échelons à cette Ambassade pour devenir Ministre Conseiller et Chargé d’Affaires a.i. de 1997 à 2002.
    Les moments forts de ma carrière furent mon passage aux Bahamas comme le premier Ambassadeur résident Haïtien à Nassau et la présentation de mes lettres de créances au Président Barack Obama. Aux Bahamas j’ai eu l’opportunité de travailler d’une part avec les leaders religieux et laïcs de la communauté haïtienne et d’autre part avec les autorités bahamiennes pour renforcer les relations entre les deux pays et améliorer la situation de nos frères et sœurs vivant aux Bahamas. L’Ambassade d’Haïti aux Bahamas, sous ma direction et avec la collaboration des leaders communautaires et des hommes d’affaires, a commémoré solennellement le Bicentenaire de l’Indépendance de la République d’Haïti en janvier 2004.
    En ce qui concerne les Etats-Unis, c’était un privilège et un honneur d’être le premier Ambassadeur Haïtien à présenter ses lettres de créance au premier président américain d’origine africaine.
  1. 5.    Vous avez été aux Bahamas pendant des années, jusqu’à quel point pensez vous   que la situation des Haïtiens qui y résident  s’améliore ou se détériore?

    Il est très difficile de répondre à une telle question d’une manière effective dans l’espace d’une simple interview. Toutefois, je vais faire de mon mieux pour y répondre. La situation des Haïtiens aux Bahamas est de loin préférable à celle de nos sœurs et frères en République dominicaine. Les Bahamas qui ont eu leur indépendance des Anglais en 1973 sont aujourd’hui membre de l’Organisation des Nations Unies, de l’Organisation des Etats Américains et de la CARICOM. L’économie de ce pays dépend largement du tourisme. Les dirigeants sont des visionnaires intelligents, ils savent qu’un système politique et de gouvernance basé sur le préjugé racial ou ethnique serait intolérable et détruirait leur économie. Cela ne voudrait pas dire qu’il n’existe pas un certain préjugé vis-à-vis des membres de la communauté haïtienne. Toutefois, ce préjugé contre les Haïtiens n’est ni érigé en système ni encouragé par l’Etat. D’autant que l’église catholique ou protestante, des leaders de la société civile, des ambassades étrangères et Amnistie Internationale sont toujours présents pour accompagner cette communauté dans sa lutte et dénoncer les abus et les forfaits.
    Une classe moyenne de jeunes Haïtiens-Bahamiens se forment et s’intègrent dans la société bahamienne. Elle n’a peut-être pas encore la force nécessaire pour s’imposer politiquement, mais déjà les politiciens bahamiens n’ont pas manqué de rechercher leurs votes à l’occasion des élections générales. En passant il importe de souligner que l’actuel Gouverneur Général des Bahamas, Son Excellence Arthur Foulkes, est d’origine haïtienne du côté maternel. En effet, sa mère est originaire de la ville du Cap et issue de la famille     Maisonneuve. Son prédécesseur fut Arthur Dion Hanna qui est apparenté aux Hanna des Gonaïves.
  1. 6.    Après le tremblement de terre de 2010 en Haïti on a parlé d’une solidarité planétaire envers ce pays. On a encore des gens sur les tentes, on a le choléra et les pauvres d’Haïti continuent à devenir plus pauvres. Dans ce contexte dans quelle mesure peut-on parler de “reconstruction?”D’une manière ou d’une autre la reconstruction doit se faire. Il nous prendra certainement beaucoup plus de temps pour la réaliser. Après le tremblement de terre nous avons encore raté le train, une chance extraordinaire pour refondre notre pays. Je crois que la communauté internationale, face à ce terrible séisme qui a frappé notre pays en janvier 2010, a été sincère. La faiblesse de nos structures internes, dans le privé comme dans le public, et la discorde parmi les élites politiques ne nous ont pas permis de saisir les opportunités offertes. Aujourd’hui nous constatons une certaine fatigue de la communauté internationale vis-à-vis du cas haïtien. D’autant que bien des pays occidentaux ne sont pas encore sorti de la récession et doivent faire face, d’une part, à des problèmes internes pressants et d’autre part à d’autres points chauds à travers le monde.
    Je crois qu’il revient d’abord à nous Haïtiens de nous mettre ensemble et de nous entendre sur la politique à adopter pour développer et promouvoir notre pays.
  1. 7.    Pour relever Haïti au niveau économique, quelles sont à votre avis les quatre priorités que nos gouvernements devraient se fixer?

    Comme on dit souvent Haïti est un Pays à construire entièrement et tout est prioritaire. Toutefois, il y a des degrés au niveau des priorités. Je crois que tout le monde serait d’accord que la priorité des priorités en Haïti est l’éducation. Récemment j’écoutais une émission de radio relative à la transition démocratique en Tunisie à Radio France Internationale (RFI), le commentateur a fait remarquer que la transition en Tunisie a été facilitée par le niveau élevé d’éducation de la population. Cela a permis aux tunisiens d’avoir une plus grande cohésion sociale et de s’entendre beaucoup plus facilement.
    En second lieu j’aurais privilégié le contrôle des naissances. Certainement une telle politique démographique provoquerait une vive controverse parmi les chrétiens en Haïti. Mais ce débat est capital, la population haïtienne ne peut pas continuer à s’accroître à ce rythme. Nous sommes déjà à 11 millions disent les experts en Haïti. La croissance de la population haïtienne devient aujourd’hui une réelle entrave à la croissance économique du pays.
    Enfin j’aurais recommandé l’intégration à part entière du monde rural dans l’économie nationale et la construction de route de pénétration dans nos campagnes. Souvent à tort ou à raison on décrit Haïti comme un pays à deux vitesses, le formel et l’informel, la ville et la campagne. Le système de production tel que décrit par Paul Moral dans son livre “Le paysan haïtien” ne peut plus subsister. Ce n’est pas par hasard que les paysans abandonnent la terre pour émigrer vers les grandes villes à l’intérieur du pays et vers les pays avoisinants. Pendant des décennies ils ont été laissés pour compte. Cette grave injustice sociale doit être corrigée.
  1. 8.    Êtes vous optimiste quant à l’avenir d’Haïti ?

    Depuis la fin du régime des Duvalier en 1986 Haïti s’enlise dans une transition démocratique et nous ne sommes pas au bout du tunnel. Après trente ans de dictature qui ont pratiquement piétiné et brisé toutes les institutions du pays, il n’en serait autrement. D’autant que Haïti n’a jamais été un pays démocratique. Certes le processus est lent, trop lent même, mais nous marchons inéluctablement vers la démocratie. Nous avons fait bien des avancées. En effet la liberté de la presse, le droit à la parole, l’importance de renouveler le personnel politique dans le pays par des élections libres et honnêtes sont des concepts qui sont généralement acceptés parmi les Haïtiens. Ce ne sont pas entièrement des acquis aujourd’hui, mais on ne saurait faire marche arrière. Les débats, les querelles qui se font souvent entre les différentes branches du pouvoir sont plutôt des signes positifs qui nous font croire que le bon sens et le droit finiront par triompher en Haïti. Il s’agit d’être positifs et patients.
  1. 9.    Vous avez lancé récemment une compagnie sur l’internet, pourriez-vous nous dresser un bref portrait de cette compagnie tout en mettant l’accent sur sa mission?

    J’ai été rappelé en octobre 2011 de mon poste d’Ambassadeur d’Haïti à Washington. Pendant ma longue carrière de diplomate j’ai noté combien nos frères et sœurs de la diaspora avaient des problèmes pour obtenir leurs documents d’état civil en Haïti. Aussi avec l’assistance de quelques amis ai-je décidé de lancer sur le Web une compagnie à obligations limitées, la “Haiti Vital Records Express LLC (HVR-EXPRESS)”, dont la principale mission est de faire le lien avec la mère patrie et permettre aux membres des communautés haïtiennes établies un peu partout dans le monde d’obtenir leurs documents en Haïti sans les difficultés que nous tous Haïtiens connaissons.

10.Pour les gens qui seraient intéressés à entrer en contact avec la compagnie comment pourraient-ils le faire?

Les potentiels usagers pourraient visiter notre Site Web à www.hvr-express.com, nous envoyer un courriel à services@hvr-express.comou nous atteindre directement au (301) 563-9415 (Tél.) ou au (301) 563-9829 (Fax). La compagnie est ouverte de 9 h 00 AM à 5 h 00 PM du lundi au vendredi et de 9 h 00 à midi le samedi.

Merci Ambassadeur Joseph d’avoir accepté de répondre à mes questions

Frère Buteau (Brother Tob)

Pour le Centre National

********************************

A Lesson of Acceptance and of Peace

Marlène Rigaud Apollon

Marlene

March 14, 2014

 

Thursday, March 13, 2014, at the invitation of our daughter Maggi, their mother, my husband and I made our way to Miami to attend the “Heritage Day Celebration” at our 4 and 6 year-old grand-children’s Heritage School.  Joyful and full of expectation, we arrived in enough time to join the rest of the family and other excited parents and grand-parents, some of whom had brought folding chairs to supplement the outdoor benches facing the basketball field where the performances were to be held.

The pre-kindergarden 3 class of our four year old grandson, Daniel, representing the country of Spain opened the celebration.  Boys and girls dressed in magnificent red and black authentic Spanish costumes walked in perfect order and began to dance to a Spanish music, following the choreographers’ instructions.  Each turn, lift of the arms, tap of the feet and back and forth step was greeted with the wild applauses of their families.

The pre-kindergarden 4 class, representing the United States followed.  The children in American attire were proudly applauded for reciting the Pledge of Allegiance to the Flag and happily encouraged for their dance to the Yankee Doodle Dandy tune.

Our 6 year old grandson Nicho’s kindergarten class, representing the country of Israel was the third group on the stage.  Dressed in beautiful Israeli costumes, they performed elaborate steps and got an enthusiastic reaction from their families. Of course, as for Daniel, our excitement was high and we all thought that Nicho did a wonderful job.  I, in particular, having danced with both of them on previous occasions to Haitian rhythms, thought that they both were excellent dancers.

Among the other countries represented by the upper classes were Mexico, the Netherlands,  Costa Rica, Lebanon, Jamaica, Moroco, Brazil, Italy, all giving convincing, if not necessarily perfect demonstration of what they had learned.  In each case the coolness and composure of the children and young people spoke well of the skills of the choreographers, often parents originally from the county represented, who had taught them the various dances.

Afterwards came the visit of the classes, each with beautiful and accurate displays about the particular country.  And outside each class-country, the appropriate food and drinks were served.

Watching the natural interaction between those children of different cultures, I thought of how wonderful it would be if it were like that in the real world.  For centuries, people have dreamed of that, written about it, sung about it but wars still rage throughout the world and young and old continue to die.  If only we could learn that, as the Disney song says so well, although

It’s a world of laughter

A world of tears

It’s a world of hope

And a world of fear

There’s so much that we share

That it’s time we’re aware

It’s a small world after all

It’s a small world after all

It’s a small world after all

It’s a small world after all

It’s a small, small world!

 

The children at the Heritage School are learning that lesson early in life.  May they continue to grow with that knowledge and, later, as adults, may they come to realize that Peace between nations is the natural way of life!

http://www.youtube.com/watch?v=7jiaU0xbOKs

snaa.org

Marlène Rigaud Apollon, M.S.

Cris de colère, Chants d’espoir
I Want to Dance (Poetry)
Si je n’avais que des regrets (Poésie)
La Mystique de la Citadelle/The Mystique of the Citadelle
Louis Mercier A la Reconquête de l’Idéal Haitien, Une voix d’hier pour aujourd’hui et demain
Louis Mercier, To Re-conquer the Haitian Ideal, A voice from yesterday for today and tomorrow

Livres en Folie, Haiti 2009

Haiti Rising Anthology, Contributor

http://virtuelfransk.weibrecht.net/undervis/haitiweb/boat_people.htm

http://virtuelfransk.weibrecht.net/undervis/haitiweb/todigte.htm

Une Leçon d’Acceptation et de Paix

Marlene

Marlène Rigaud Apollon

14 mars 2014

Jeudi 13 Mars 2014, à l’invitation de notre fille Maggi, leur mère, mon mari et moi avons pris la route pour Miami pour assister à la ” Célébration de la Journée du Patrimoine ” à  Heritage School, (Ecole du Patrimoine) où nos petits-enfants de 4 et 6 ans son enrôlés.  Joyeux et pleins d’anticipation, nous sommes arrivés assez tôt  pour nous joindre au reste de la famille et à d’autres parents et grands-parents aussi excités que nous, dont certains avaient apporté des chaises pliantes pour suppléer aux bancs qui se trouvaient à l’extérieur face au terrain de Basket où les performances devaient se tenir.

La classe Pré-Maternelle 3 de Daniel,  notre petit-fils de quatre ans, représentant l’Espagne a ouvert la célébration Petits garçons et petites filles vêtus de magnifiques costumes espagnols rouges et noirs ont défilé dans un ordre parfait et ont commencé à danser sur un air de musique espagnole, en suivant les instructions de deux choré-graphes. Chaque pirouette, chaque levée de bras, frappement des pieds et pas en avant ou en arrière était  accueilli de vifs applaudissements de leurs familles.

Puis ce fut le tour de la Pré Maternelle 4, représentant les États-Unis. Les enfants en tenue américaine furent applaudis avec fierté pour leur recitation du Serment d’Allégeance au Drapeau et joyeusement encouragés pour leur danse sur l’air de Yankee Doodle Dandy.

La classe Maternelle de notre petit-fils Nicho de 6 ans, représentant Israël fut le troisième groupe sur la scène . Vêtus de beaux costumes israéliens, ils ont effectué des pas complexes qui leur ont mérité une réaction enthousiaste de la part de leurs familles. Bien sûr, comme pour Daniel, notre excitation était grande et nous avons tous pensé que Nicho avait été merveilleux. Moi, en particulier, ayant dansé avec tous deux en d’autres occasions au rythme de la musique haïtienne, j’étais d’avis qu’ils étaient tous les deux d’excellents danseurs.

Parmi les autres pays représentés par les classes des plus grands,  il y avait le Mexique, les Pays-Bas, Costa Rica,  le Liban, la Jamaïque, le Maroc, le Brésil, l’Italie, tous les jeunes donnant des demonstrations convaincantes, même si ells n’étaient pas nécessairement parfaites de ce qu’ils avaient appris des chorégraphes qui étaient souvent des parents originaires des pays représentés.

Ensuite vint la visite des classes, chacune aménagée pour représenter les régions importantes et illustrer les points charactéristiques des différents pays. Les enfants servaient de guide et montraient à leurs parents le travail qu’ils avaient eux-mêmes réalisés et dont ils étaient fiers.  A l’extérieur, des parents et enseignants qui s’étaient portés volontaires, servaient les divers mets et boissons typiques des différentes pays.  Nous étions tous impressionnés, je crois, par l’assurance de nos enfants.

En regardant l’interaction naturelle entre ces enfants de différentes cultures, la pensée m’est venue que cela aurait été si merveilleux s’il en était ainsi dans le monde réel. Mais, pendant des siècles, les gens ont rêvé de cela, écrit, chanté là-dessus, mais les guerres continuent à faire rage à travers le monde et jeunes et vieux continuent à mourir. Si seulement nous pouvions apprendre que, comme la chanson de Disney le dit si bien, bien que

C’est un monde  de rire

C’est un monde de pleurs

C’est un monde d’espoir

C’est un monde de peur

Il y a tant de choses que nous partageons

Qu’il est temps que nous prenions conscience

Que c’est un tout petit monde après tout

C’est un tout petit monde après tout

C’est un tout petit monde après tout

C’est un tout petit monde après tout

C’est un tout petit, tout petit monde

A l’Ecole du Patrimoine (Heritage School), les enfants apprennent cette leçon tôt dans leur vie. Qu’ils continuent à grandir avec cette connaissance et, quand ils atteindront l’âge adulte, qu’ils prennent conscience que la Paix entre Nations est la façon naturelle de vivre!

http://www.youtube.com/watch?v=7jiaU0xbOKs

snaa.org

Marlène Rigaud Apollon, M.S.

Cris de colère, Chants d’espoir
I Want to Dance (Poetry)
Si je n’avais que des regrets (Poésie)
La Mystique de la Citadelle/The Mystique of the Citadelle
Louis Mercier A la Reconquête de l’Idéal Haitien, Une voix d’hier pour aujourd’hui et demain
Louis Mercier, To Re-conquer the Haitian Ideal, A voice from yesterday for today and tomorrow

Livres en Folie, Haiti 2009

Haiti Rising Anthology, Contributor

http://virtuelfransk.weibrecht.net/undervis/haitiweb/boat_people.htm

http://virtuelfransk.weibrecht.net/undervis/haitiweb/todigte.htm

 

 

Archdiocèse de Miami- Celebration of Life of Father Pierre Yves Jocelyn

Homilies

‘Li te Bon Gadyen Pép Bondye a’

Archbishop Wenski’s homily at funeral Mass for Father Pierre Yves Jocelyn

Father Pierre Yves Jocelyn

Saturday, March 08, 2014
Archbishop Thomas Wenski – The Archdiocese of Miami

Archbishop Thomas Wenski preached this homily at the funeral Mass for Father Pierre Yves Jocelyn, which was celebrated March 8, 2014, at St. Mary Cathedral. Father Jocelyn was a priest of the Diocese of Les Cayes, Haiti, who came to work in the Archdiocese of Miami in 1999. He served at St. Bartholomew Church, Miramar; Notre Dame d’Haiti, Miami; and St. Helen, Fort Lauderdale. He died Feb. 28, 2014.

FILE PHOTO
Father Pierre Yves Jocelyn

Jodi a, nan lafwa nou genyen nan Jezi Kri ki mouri epi li leve byen vivan, nou di Pè Iv Joslen orevwa. Nou renmen li bay Bondye Papa Kè Sansib la. Pou Mari Claire ak lòt frè l ak sè l yo, nou di nou “kondoleyans”. “Fatig chemen an” fini pou li, koulye a nou mande pou Jezi Kri, li menm Pè Iv te sèvi kom prêt, resevwa l pou l ba l rekompans lavi nèt ale a; epi, n ap mande Jezi pou li siye tout dlo nan je sila yo kap kriye lanmò li.

Pè Iv te gen 52 zan kom pè.  Li te sakre pou Dyosèz Okay; epi, nan laj lè anpil moun pran retrèt, pè Iv vini Miyami pou travay.  Nan ane 1999, li antre Miyami epi li gen tan sèvi nan twa pawas anvan maladi a empoze l fè plis.  Li te sèvi nan pawas Sen Baltemi, nan Notredam d’Ayiti, ak nan Sent Elen. Men, li fè 12 zan kire Sakre Kè Okay – epi maten gen moun ki soti nan tout pawas sa yo ki la maten an – epi tou, pè yo k ap konselebre mès sa a soti ni nan Archedyosèz Miyami, ni nan Dyosèz Okay.
Evèk Okay, eminans Chibly Kadinal Langlwa, pa ka la maten – se paske demen genyen yon gran lamès pou akeyi li kom premye kadinal ayisyen nan stad Silvio Claud, Pòtoprens.  Men, li voye yon delegasyon pè soti Okay pou yo asiste antènman Pè Iv. An menm tan, li voye yon lèt ban mwen.  M ap li li pou nou.

“Ekselans,

“Se avèk anpil tristès nan kè n, nou te aprann lanmò Pè Iv Joslen jou ki te 28 fevriye a. Nouvèl la pat pran tan pou l rive nan zòrèy chak pè, ak fidèl nan dyosèz la, sitou nan pawas Sakré-Kè kote pè Joslen te kire pandan douz lane,  kote li te kite anpil bon souvni  nan fason li tefèl ak tout Kominote pawasyal la. Se yon pawas Pè Joslen te make anpil nan jan li te gen sousi pou fòme fidèl yo kit nan òganizasyon sèvis lansèyman katechèz la, kit se nan domèn labib, kit se te nan litiji.  Plis toujou, ak prezans li, pawas la te grandi pi plis kote li te bati 2 nouvo chapèl nan lokalite Kanmi ak nan lokalite Bat (Barthe). Sèke Pè a te yon pè ki dinamik. Li te renmen Legliz la e li te mete tout devouman l deyò nan pawas sa a pou akonpaye fidèl yo sou chimen Wayom Bondye a.

“Nan sans sa a, Pè Joslen kite yon gran vid nan Dyosèz Okay. Yon vid nan kè konfrè l yo, patikilyèman sila yo li te genyen kòm vikè nan Sakre-Kè Okay. Li te make pè sa yo anpil, nan jan li te edeyo antre  nan lavi pastoral la. Imaj Pè Joslen kòm gadyen Pèp Bondye a toujou rete vif nan lespri yo.

“Nou rete kwè Pè Joslen kite bon jan souvni nan kè fidèl ki nan Achidyosèz Miami tou, nan kè presbitéryòm Achidyosèz sa a ak nan kè pa w, Monseyè Wenski. Se pou sa gen yon santiman kominyon nan yon menm soufrans m santi ki makònen mwen kòm Evèk Okay ansanm avèk w ki se Achevèk Miami. Menm santiman sa a travèse presbiteryòm nou yo ansanm ak kominote fidèl nou yo. Se pou sa m santi li nesesè pou nou fè yon sèl kè, pandan ni bò kote pa w, ni bò kote pa mwen, nap lapriyè ansanm pou Granmèt la akeyi ofrann pwòp lavi pa li. Pè Joslen te fè jefò chèche sanble nan mezi li kapab ak JeziKri ki se premye modèl tout pè.

“Se pou rezon sa a, m te depeche yon delegasyon pè pou reprezante Dyosèz Okay la nan selebrasyon fineray la. M pa kapab vini akoz obligasyon m genyen,  paske Konferans Evèk Ayiti yo ap fè yon mès pou di Granmèt la mèsi nan okazyon Pap Franswa te chwazi pou l te plase yon evèk Ayisyen nan ran kadinal yo.  Mwen pa ka prezan nan antèman an. Men, mwen avèk nou nan panse m, nan kè m ak nan lapriyè.

“Nou vle anonse w tou, jou samdi 8 mas sa a, gen yon mès kap selebre nan pawas Sakre-kè Okay pou n fè yon sèl ak selebrasyon kap fèt Miami an. Dyosèz Okay ap fè yon sèl ak Achidyosèz Miami nan yon menm espri lapriyè.

“M vle pwofite okazyon sa a pou m di w yon gran mèsi, pou ankadreman Pè Joslen te jwenn bò kote Achidyosèz Miami nan dènye moman ministè li kòm pè, nan period retrèt li pandan maladi a te kòmanse ap manifeste sou li e jis nan dènye moman li yo. Nou rekonesan anpil pousa ou menm ansanm ak lòtsèvis Achidyosèz Miami te fè pou pè Joslen. Nou rekonesan pou swen li te jwenn ak pou jan nou te edel nan dènye moman li yo. Mèsi a tout moun ki te pran ka li, paran li yo, fidèl katolikyo, ak konfrè pè ki anndan presbiteryòm Achidyosèz Miami an.

“Nap rete soude nan lapriyè pou Frè nou an repoze nan kè Bondye, Papa kè sansib la.

+ Em. Chibly Kad. Langlois
Evèk Dyosèz Okay, Ayiti”

Sa Kadinal Chibly di se vre:  “Pè Joslen te fè jefò chèche sanble nan mezi li kapab ak Jezi Kri ki se premye model tout pè.”  Epi, mwen konnen se vre sa li di sou fidèl Sakre Kè yo, pou jan yo te renmen l.  Nan 1999, anvan li te vin Miyami Pè Iv envite m pou chante yon mès nan Pawas Sakre Kè Okay. Fidèl yo te renmen l anpil.  Epi, mwen sonje mwa pase a lè m te beni Legliz Notredam d’Ayiti a, te gen yon jenn pè Okay ki tap asiste seremoni a.  Li di m apre lamès:  Monsenyè, mwen sonje lè w te vini Okay pou fè lamès ak Pè Iv.”  Li te anfankè nan Sakre Kè – epi, jodi a, li se prèt. Epi, frè m ak sè m, nou mèt konprann si anfankè sa a rive prèt, sete gras a bèl egzamp Pè Joslen trase ba li.
Tankou Kadinal li, lanmò Pè Joslen kite yon gran vid ni nan Dyosèz Okay, ni bò isit nan Archidyosèz Miyami. Li te Bon Gadyen Pèp Bondye a. Nou pap bliye l.
Nou lapriyè Bondyè pou li resevwa l lakay li. Pè Joslen te toujou di li renmen Katedral Sent Mari – epi, se konsa, nou chante antèman li nan bèl Legliz sa a.  Chak Legliz se tankou yon ti moso syèl la nou jwenn sou tè a, paske se nan legliz nou vin viv ak Bondye chak fwa nou reyini pou lamès.  Konsa, fèt nou reyini nan kay Bondye sa a – nan ti moso syèl la sa a – nan prezans kò pè Iv se yon deklarasyon lafwa nou.  Paske menm jan nou la ak kadav Pè Iv bò isi a, nou gen lafwa, nou gen konfyans nanm li ak Bondye nan kay li ki anwo nan syèl la.
Nan denye ane yo, maladi ak soufrans te make lavi Pè Iv.  Men, Pè Iv ki te konn ofri sakrifis lamès chak jou pat refize aksepte ak lafwa sakrifis maladi li a.  Kom Jezi te soufri anpil, soufrans Pè Iv sipòte a fè l samble pi plis ak Jezi.  Ki fè, jan m te di nan kòmansman, “fatig chemen an fini pou li”.  Nou mande Bondye padonnen tout peche l yo epi fè l rive nan paradi a;  se pou Manman Mari akeyi l; se pou Jezi kouronen ak lavi ki pap janm fini an – paske li te yon bon sèvitè Jezi Kri ki te byen travay pou fè Bon Nouvèl Jezi Kri gaye toupatou li te pase.

************************************

Entretien avec Le Père Desinor

Chibly-16-3

Son Eminence Cardinal Chibly Langlois et son Excellence Archevêque Auza

Nonce Apostolique d’Haiti

L’elevation de son eminence Cardinal Chibly Langlois comme le premier Cardinal Haitien continue à faire couler beaucoup d’encre. Brother Tob etait  très heureux d’avoir le Père Jean Desinor , Le directeur General de Radio Télé Soleil, porte parole de l’archidiocèse de Port-au-Prince et Coordonnateur du Reseau étoile (Le reseau de toutes les radios Catholiques d’Haiti) pour un entretien à la radio Solidarité le Mercredi  12 Mars 2014.

Le Père Desinor est parmi les grands amis du Centre National. Grace à son leadership et son sens aigu d’unité La radio Télé Solidarité peut diffuser toutes les emissions de Radio Télé Soleil. Le Père Desinor est un cadeau de Dieu pour  radio Solidarité et pour le peuple de Dieu de l’archidiocèse de Port-au-Prince.

Chibly-16-2

Dans son entretien il nous a informé comment le peuple de Dieu d’Haiti a accueilli la nouvelle de l’elevation du Cardinal Chibly. Selon lui  cette elevation a marqué l’Église Catholique d’Haiti comme un des évènements les plus frappants de son histoire de plus de 500 ans d’evangelisation.

Il a ajouté que cette nouvelle a résonné comme une explosion  ce 12 Janvier , une date qui nous rappelle les 300 000 morts du tremblement de terre  du 12 Janvier 2010.  Même dans la tristesse le Seigneur  continue a prouver au peuple Haitien qu’il le regarde comme son peuple et qu’il est present dans tous les details de leur vie.

Père Désinor nous informa comment plus de 200 Haitiens ont laissé Haiti pour la ville eternelle pour la cérémonie de la remise de barette rouge aux nouveaux cardinaux le 22 Fevrier 2014. Il faut ajouter que plusieurs centaines  d’ Haitiens de la Diaspora étaient également presents à Rome pour ce grand événement. Il me fit savoir que sa visite à la cite éternelle pour ce grand evenement est et sera un moment inoubliable pour lui et le peuple Haitien.

Chibly-16-4

Le 28 Fevrier notre premier Cardinal est retourné en Haiti, il est accueilli  au pied de l’avion par le primat de l’église d’Haiti son  Excellence l’ Arhevêque Guy Poulard, archevêque de Port-au-Prince et le President Martelly. Au Salon diplomatique, Monseigneur Guire Poulard et le President Martelly prononcèrent des discours pour accueillir le Nouveau Cardinal et après le Cardinal Chibly prononca un discours de remerciement . Après l’Aeroport Le Cardinal Chibly  s’est rendu au sanctuaire Marial du Belair et fit un petit tour à l’archevêche de Port-au-Prince. La même soirée il est retourné aux Cayes où il a eu une grande celebration Eucharistique.

Chibly-16-5

Le Père Desinor nous informa que le 9 Mars date du 31ème  anniversaire de la venue du bienheureux Pape Jean Paul II, le stade Sylvio Cator de Port-au Prince etait rempli à craquer avec les membres de la conference Épiscopale au complet et plus de 350 prêtres  pour une messe avec le nouveau Cardinal comme President et homeliste de cette celebration Eucharisque.

Plusieurs personnes ont pris la parole à la fin de cette celebration dont le Nonce Apostolique Mgr. Bernaditto Auza

The elevation of his eminence Cardinal Chibly Langlois as the first Haitian Cardinal continues to be the first item  of the religious news of Haiti  . Brother Tob was very happy to have Father John Desinor , The General Director of Radio TV Sun, spokesman for the Archdiocese of Port -au- Prince and Coordinator of the Network Star ( The network of all Haiti  Catholics radios of Haiti ) for an interview with radio Solidarité on Wednesday, March 12, 2014

Pere Jean Desinor

Father Desinor

Father Desinor is among the best friends of the National Center . Thanks to his leadership and his sense of unity Radio Télé  Solidarité can stream all broadcasts of Radio TV Soleil. Father Desinor is a gift of God to the People of God of the Archdiocese of Port -au- Prince.

In his interview he told us how God’s people of Haiti welcomed the news of the elevation of Cardinal Chibly as the first Haitian Cardinal. According to him the elevation of Cardinal Chibly is one of the most striking events that ever happened in Haiti over her 500 years of evangelization.

He remarked that this news broke out as wildfire this Jan. 12, a date that reminds us of the 300 000 dead of the earthquake of January 12, 2010 . Even in the sadness of the Lord continues to prove to the Haitian people that it is his people and that He is is present in every detail of their lives.

He told us that more than 200 Haitians left Haiti to the Eternal City for the ceremony of the conferral of the red Biretta on February 22, 2014. To their number we must add hundreds of Haitians from the Diaspora who were also present in Rome. Fr. Desinor confided that his visit to the Eternal city for this great event is and will be an unforgettable moment for him and the people of God of Haiti.

Chibly16

On February 28 our first Cardinal returned to Haiti where he was greeted at the foot of the aircraft by the Primate of the Church of Haiti His Excellency the Archbishop Guy Poulard, the Archbishop of Port -au- Prince and President Martelly. In the diplomatic welcoming salon of the airport, Archbishop Guire Poulard and President Martelly gave speeches to welcome the new Cardinal. Cardinal Chibly pronouced a speech to thank them. Afterward Cardinal Chibly went to the Marian shrine of Belair and briefly visited the headquarters of the Archdiocese of Port -au- Prince. The same afternoon he returned to the Cayes where he had a great Eucharistic celebration.

John Paul II

Blessed Pope John Paul II

Father Desinor informed us that on March 9th, that coincidentally marked the 31st anniversary of the visit of Blessed Pope John Paul II at the Sylvio Cator stadium in Port -au-Prince. A solemn service was held in the same place. The stadium was Packed. All the country Bishops as well as 350 priest were in attendance. The Cardinal was the main celebrant and the homilist on the occasion. Several people spoke at the end of the celebration including  the Apostolic Nuncio Bishop Bernaditto Auza.

Brother Tob

For The National Center

******************************************

France: À l’armée, les inégalités entre hommes et femmes persistent

A-l-armee-les-inegalites-entre-hommes-et-femmes-persistent_article_main

Dans un rapport publié aujourd’hui, le Haut comité d’évaluation de la condition militaire constate de « petites difficultés » pour les femmes dans l’armée et recommande notamment des « aménagements horaires » pour tenir compte de leurs contraintes familiales.

GERARD JULIEN / AFP

15,07 % de femmes militaires pour lesquelles l’égalité homme-femme n’est pas toujours reconnue au plan professionnel.

GERARD JULIEN / AFP

15,07 % de femmes militaires pour lesquelles l’égalité homme-femme n’est pas toujours reconnue au plan professionnel.

 

Pourquoi une enquête sur la place des femmes dans les armées ?

Créé en 2005 auprès des plus hautes autorités de l’État (président de la République et ministre de la défense), présidé par un magistrat (actuellement Michel Pinault, président de section au Conseil d’État), le Haut comité d’évaluation de la condition militaire dresse chaque année un bilan social de l’exercice du métier des armes et a aussi toute latitude pour enquêter sur les questions importantes.

Engagée voilà quatre décennies, la féminisation des armées françaises ne pouvait qu’attirer son attention. Le Haut comité a tiré un constat mitigé de plusieurs mois d’auditions et de visites de casernements. Des inégalités subsistent, même si, avec 15,1 % de femmes militaires, l’armée française affiche le plus fort taux de féminisation des armées européennes (9,7 % pour le Royaume-Uni et 9,1 % pour l’Allemagne) et se situe au même niveau que l’armée des États-Unis.

De quelles inégalités s’agit-il ?

S’il note que « la place des femmes dans les forces armées n’est plus un problème ni même une question », le Haut comité estime que « leur situation n’est pas pour autant stabilisée » et que « des évolutions sont encore nécessaires ». Reconnue « sur un plan juridique », l’égalité hommes-femmes « ne l’est pas toujours au plan professionnel », précise le rapport. Le document note « de fortes disparités des taux de féminisation selon les métiers et une tentation qui consiste, par commodité, à ne plus chercher systématiquement la féminisation ».

Ainsi, 38,2 % des militaires féminins servent en unité de soutien (administration et gestion notamment) et 22,3 % en unité de combat (force de contact) ou opérationnelle (santé par exemple). En 2012, à peine 6,7 % des femmes ont participé à une opération à l’étranger. De même, seuls 19,4 % des personnels d’état-major sont féminins. Et les femmes sont très peu nombreuses à bénéficier du grade d’officier général avec direction d’un service (deux dans la marine, une dans la gendarmerie, aucune dans les armées de terre et de l’air).

Les femmes militaires sont, enfin, plus nombreuses que les hommes à posséder un contrat à durée déterminée. Ces inégalités influent sur le moral du personnel féminin. Le Haut comité a constaté que « les départs anticipés par rapport à la fin du contrat ou de la carrière sont plus nombreux chez les femmes que chez les hommes », tous grades confondus, et que les raisons de ces départs sont souvent « liées à des motifs familiaux » (maternité et éducation des enfants).

Comment remédier à cette situation ?

Selon le rapport, ces contraintes familiales constituent des « éléments qui forment des filtres invisibles et écartent des talents, en particulier féminins, de l’accès à des responsabilités importantes » possible par le biais de concours et de formations. Le document souligne cependant que, « compte tenu des modes de vie d’aujourd’hui », des personnels masculins peuvent aussi rencontrer ce genre d’obstacles, liés alors à la paternité par exemple.

En conséquence, le Haut comité recommande au ministère de la défense et aux états-majors des armées de prendre une série de dispositions pour adapter – dans la mesure où les conditions opérationnelles le permettent – la vie professionnelle des personnels militaires : congés de formation, développement de la formation à distance, multiplication des entretiens de carrière, pratique des autorisations d’absence, développement des crèches dans les enceintes militaires. L’objectif étant de limiter les ruptures de contrats avant leur terme des personnels féminins et… masculins. Dans l’armée de terre, c’est aujourd’hui le cas de 25 % des engagés.

ANTOINE FOUCHET

******************************

Harcèlement sexuel dans l’armée : une femme filmée à son insu sous la douche

La justice a suspendu la démission d’une apprentie militaire, contrainte au départ après avoir porté plainte contre un sergent qui l’avait filmée nue sous sa douche.

11/3/14 – 12 H 10

À l’armée, les inégalités entre hommes et femmes persistent

Le premier exemple de pratique sexiste dans l’armée n’a pas tardé à faire surface devant les tribunaux, quelques jours après la publication d’un livre intitulé “ La guerre invisible , qui évoque lui-même une quarantaine de cas de ce type survenus ces dernières années.

Filmée sous la douche avec un téléphone portable

Une stagiaire âgée de 25 ans qui suivait une formation d’agent de restauration au Centre militaire de formation professionnelle de Fontenay-le-Comte (Vendée) soutien en effet avoir été contrainte à la démission, en raison de la plainte qu’elle a déposée le 20 novembre dernier, après avoir été filmée nue par un sergent à son insu, alors qu’elle prenait sa douche après son service. Elle vient d’obtenir du tribunal administratif de Nantes la suspension de la résiliation de son contrat de dix mois au sein de l’armée, en attendant que l’affaire soit jugée au fond.

Les faits se seraient produits le soir de la qualification de l’équipe de France de football pour la Coupe du monde. « Les casernements étant malheureusement mixtes », le sergent mis en cause aurait « passé un téléphone portable entre le bas de la cabine et le sol », a expliqué l’avocat de la jeune femme, Me Jacques Delacharlerie. La stagiaire a porté plainte pour dénoncer ce comportement, mais elle n’aurait pas été défendue par sa hiérarchie dans sa démarche, bien au contraire.

Pressions à la démission

Elle affirme qu’il lui a été « demandé de présenter une demande de résiliation de son contrat selon un modèle qui lui a été fourni, sous la menace d’être considérée comme en situation de désertion », note le tribunal administratif de Nantes dans son ordonnance du 28 février dernier. « À croire que c’était moi qui étais coupable de quelque chose », a déploré la plaignante. « Ils ont commencé par me demander si ça ne me dérangeait pas de démissionner mais je leur ai fait clairement comprendre que je resterai », a-t-elle expliqué, en indiquant avoir été ensuite convoquée le 20 décembre « dans le bureau du colonel où il m’a dit :’’pour vous c’est terminé, pour le bien-être de la formation, des élèves, des formateurs’’ ».

Malheureusement, tous les mauvais agissements à l’encontre des femmes ne remontent pas jusqu’au sommet de la hiérarchie militaire, selon le constat de l’institution elle-même. C’est pourquoi, à la suite de la publication de « La Guerre invisible » le 27 février dernier, le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian a demandé l’ouverture d’une enquête interne sur les violences sexuelles et les cas de harcèlement commis à l’encontre des femmes dans les armées françaises.

JEAN-BAPTISTE FRANÇOIS (avec AFP)

*************************************************

 Reap: Elms reminder of Sisters of St. Joseph legacy for National Catholic Sisters Week

Sister1

The 81st Commencement, in 2012, of the College of Our Lady of the Elms held Saturday at the MassMutual Center in Springfield. Here Elms College President Mary Reap greets class Valedictorian Victoria Puff on stage before Puff’s class address. At right is commencement speaker and honorary degree recipient Mark G. Hambley. (Republican file)

By The Republican Lifestyle Desk The Republican
on March 01, 2014 at 9:02 AM, updated March 01, 2014 at 9:03 AM

By SISTER MARY REAP

Beginning March 8, our country will celebrate the first annual National Catholic Sisters Week. With a theme of “Celebrating Women of Character, Courage and Commitment,” the week highlights the service that women religious have provided since the founding of the Catholic Church in America.

In our diocese, members of various congregations have served in a variety of capacities.

Sister2

The Sisters of St. Joseph of Springfield are constant reminders of the commitment of women religious in the area of education. Early in the 20th century, they founded the College of Our Lady of the Elms as a school to train young women to become educators. The Sisters ensured that the college would be a place where women could prepare themselves for a career and prepare for a life of service to others in the Catholic intellectual tradition.

Mother John Berchmans, left, a Sister of St. Joseph of Springfield, whose secular family name was Somers, established Our Lady of the Elms College, in 1928, with the Most Rev. Thomas O’Leary, diocesan bishop. Sister Mary Cecelia Lucey, an accomplished musician and diocesan music teacher, succeeded her at the Elms. This photo was taken in 1948 on the Elms campus. It is reprinted in The Republican’s “The Irish Legacy: A History of the Irish in Western Massachusetts,” and is part of the Sisters’ archives at Mount Marie in Holyoke.

The college has expanded in many ways since then, and today the it educates men and women in graduate and undergraduate classes, both on and off campus. What has remained constant is the Sisters’ charism. This legacy continues to teach belief in a world of compassion where human dignity is respected and where all people share the same basic rights and responsibilities.

An education that claims to be Catholic must make a contribution to the Church and to society through the quality of its academic programs based on a concern to show the full meaning and value of the human person.

This combined commitment to excellence and to faith is evident in the Elms’ new Center for Natural and Health Sciences. The center provides classrooms and laboratories for the natural sciences, computer information technology, and nursing programs, all geared toward teaching students to serve society. It will offer science, technology, and nursing programs. with a strong ethical component.

The 22,000 square-foot building has 15 dedicated learning spaces including a student-faculty research laboratory, a 63-student capacity lecture hall, a 54-student “in the round” lecture hall, three computer information technology laboratories, a general and an advanced biology laboratory, a general and an advanced chemistry laboratory, two preparation and research rooms, two nursing simulation laboratories, one nursing skills laboratory, outfitted with 10 hospital beds, 10 total bathrooms, and three student lounge areas.

The Elms’ community is unwavering in its belief that students — while the focal point for us — must see others as their focal point. The college is a community whose values include a commitment to the service of others, a service that seeks just solutions to the many problems of today’s world. We challenge students to reach out to others and find ways to serve.

When asked about the role that Catholic higher education can play in today’s society, Pope Benedict XVI, now Pope Emeritus, once explained that Catholic universities may more and more be places where, in the light of the Gospel, it is possible to experience the harmonious unity existing between faith and reason.

At its basic core, Catholic higher education is a well-rounded education founded on the principles of social justice and the dignity of humankind. These are the principles upon which the Sisters of St. Joseph of Springfield built the College of Our Lady of the Elms, and went on to staff the diocese’s many parish schools. They are the principles that will continue to guide the college as it builds on their legacy and provides a Catholic education for future leaders of our community and our nation.

We owe a debt of gratitude to the many congregations of women religious who have provided our country with a Catholic school system and who taught us the values we cherish. They have given us numerous reasons to celebrate National Sisters Week.

Sister Mary Reap, who joined the Congregation of Sisters, Servants of the Immaculate Heart of Mary, in 1961, has served as President of Elms College in Chicopee, since 2009. During her tenure she has overseen the completion of the new Center for Natural and Health Sciences, and was instrumental in developing the community college transfer program. In addition, she currently is on the board of the Association of Catholic Colleges and Universities. She previously served as President of Marywood University in Scranton, Penn., from 1988 to 2007. The university, founded by Reap’s order, was the first Catholic women’s college in Pennsylvania.

National Catholic Sisters Week, being held for the first time as part of Women’s History Month, is part of a larger SisterStory program initiative, supported by a three-year, $3.3 million grant the Conrad N. Hilton Foundation awarded to Minnesota’s St. Catherine University, the country’s largest women’s undergraduate college, in late 2013.


More about the contributions of area women religious may be found in The Republican’s “The Irish Legacy: A History of the Irish in Western Massachusetts.

*********************************

 

                                                 CONVENTION OF THE HAITIAN APOSTOLATE.

The National Center of the Haitian Apostolate will hold its 29th convention

In La Quinta Hotel   in the town of SECAUCUS  New Jersey.

When?   On the weekend of June 13-15, 2014.

It begins at 4 p.m. on Friday June 13th and ends after lunch by 2 pm on Sunday the 15th

Purpose?

Fervent Catholics who are pastoral workers need a space to be helped and healed, a place

where faith itself in the crucified and risen Jesus is renewed, where the most profound

questions and daily concerns are shared, where deeper discernment about our experiences and

life itself is undertaken under the light of the Gospel  for the purpose of directing individual and

social decisions toward the good and beautiful.”  (Evangelii Gaudium)

Undertake a resolute process of discernment, purification and reform to give new vigor

               to our communal project of transforming our culture and our society.

 

               As Church members, our vocation is not simply personal achieved through individualistic piety

               We are called to be a cell in a body, a branch in a tree, a stone in the temple. We must

               therefore learn to pray together, the learn together, to plan and act in the unity of the Spirit.

               Let us not allow ourselves to be robbed of the Gospel and of a sense of community.

 

Who should come?

a)    Every Catholic Parish and Prayer group should delegate a minimum of 2 members.

b)    Every Catholic who wishes to enlarge his (her) vision of the Church’s mission

c)     Everyone who knows the potential of the Church to bring change and wishes to reinforce it.

d)    Anyone who believes in the mandate of the Church to make Jesus present today.

e)    Every person of good will who wants to participate in promoting unity, love and peace

through the power of the Spirit that flows from the Risen Lord.

Who will be there?

Father Yvon Pierre the current director of the National Center is the chairman of the Convention.

Most likely Cardinal Chibly Langlois will bring the key message.

Bishop Sansaricq and the entire membership of the National Center’s Convention Committee.

Some experts in various fields such as communication, organizational skills etc.

There will also be moments of intense prayers, adoration of the Blessed Sacrament and masses.

CONVENTION DE L’APOSTOLAT HAITIEN NATIONAL

Le Centre National de l’Apostolat Haitien va tenir sa vingt-neuvième convention à

La Quinta Hotel dans la ville de SECAUCUS à New Jersey.

Quand

La rencontre commence le vendredi 13 Juin, 2014 à 4 p.m

Pour se terminer le dimanche 15 Juin à 2 pm.

But?

Les fervents Catholiques qui sont nécessairement des agents pastoraux ont besoin d’un espace

pour trouver de l’aide et pour guérir. Il ont besoin d’un lieu où leur foi en Jésus Crucifié et

ressuscité se renouvelle, où les questions les plus profondes et les soucis de tous les jours se

partagent, un lieu où s’effectue un discernement plus profond sur les expériences pastorales et

sur la vie elle-mème à la lumière de l’Evangile afin de mieux orienter les décisions personnelles et

communes vers la recherche du Royaume.”

Il faut entreprendre un processus de discernement, de purification et de réforme  pour donner

une nouvelle vigueur à notre projet commun de changer la culture et de transformer la société.

Comme membres de l’Eglise notre vocation et notre spiritualité ne sont pas simplement

Individuelles. Nous sommes appelés à ètre la cellule d’un corps, la branche d’un arbre, la pierre

d’un temple. Nous devons apprendre à prier ensemble à ETRE ENSEMBLE dans l’unité de l’Esprit.

Ne nous dépouillons pas de cette identite communautaire que nous confère l’Evangile!

Qui?

Père Yvon Pierre, le Directeur du Centre National dirigera la reunion.

Le Cardinal Chibly Langlois des Cayes apportera le message principal selon toute probabilité.

Bishop Sansaricq et tout le comité de la Convention seront là à votre service.

Nous aurons aussi des experts dans different domaines.

Qui devrait venir?

Chaque paroisse Catholique Haitienne et chaque groupe de prière devraient se faire représenter

par un minimum de deux personnes.

Tout Catholique anxieux d’élargir sa vision d’Eglise et son engagement au royaume.

Toute personne qui voudrait aider l”eglise Catholique à mieux accomplir sa mission.

Tous ceux qui croient dans le mandat de l’Eglise de rendre Jésus present aujourd’hui et partout.

Toute personne de bonne volonté voulant participer à la promotion de l’amour, de l’unité et de la

paix par la puissance de l’Esprit émanant du Christ Ressuscité.

*******************************************

Proverbes

1. Se pa pou yon zo ma di chyin bonjou bòpè

2. Se pa tout tanbou ki rele moun

3. Yon ze jodi bon pase yon poul demen

4. Yo pa manje lanmori san grès

5. Yon papiyon pa fè mwa me

**********************************

Courriels

Frere Buteau,

Un tres grand merci pour cet hommage a l’egard des femmes. Je te remercie au nom de toutes celles qui ne peuvent pas le faire.

Sr Juvenia

Dear Br. Buteau,
I am humbled and honored to receive this mark of distinction along with so many  great women.
Thank you Journal Solidarite’.

Warmest regards,
Micheline  DoleMD MPH

President

AMHE New York Chapter
***********************

Good to know                 Blessed Anniversary, Pope Francis ! – USCCB Multicultural Parish Guide

Deacon Paul C. Dorsinville

France1

On March 13, 2013, we heard “Habemus Papam…Franciscum !”  One year later:”Best wishes, Holy Father Francis! We are praying for you.”

The USCCB has launched “Best Practices for Shared Parishes: So That They May All Be One”, a guide to assess challenging ministerial situations, identify pastoral responses based on proven best practices and apply intercultural competences in the form of attitudes, knowledge and skills for shared or multicultural parishes (33% of Catholic parishes in 2010). It will also help to discern pastoral planning strategies based on integration, inclusion and intercultural sensitivity, which lead to a higher level of stewardship.

This guide (Pub. No. 7-389) in English and Spanish is available through the USCCB Bokstore and builds on a previous resource (Pub. No. 7-301). This is of interest since almost 100% of Haitian Ministry occurs in multicultural parishes.

+                               +                             +

Le 13 Mars 2013, nous avons entendu “Habemus Papam …Franciscum!” Un an plus tard, nous disons: “Meilleurs Voeux, Saint Père François! Nous prions pour toi.”

La Conférence des Evêques Américains vient de publier un guide pour les paroisses multi-cultu-relles (33% du total en 2010). Ce guide en Anglais et Espagnol (Pub. No. 7-389) est disponible au USCCB Bookstore et part d’une ressource précédente (Pub. No. 7-301). Cela nous concerne puisque près de 100% de l’Apostolat Haïtien a lieu dans des paroisses multiculturelles.

*    *    *

*************************************

Text for Reflection for Sunday, march 16, 2014 Second  Sunday of Lent recorded for Haitian Radio Solidarite, New York Web Site: SNAA.ORG – composed by Sr. Jamie T. Phelps, OP, PhD, perpetually vowed religious   member of the Adrian Dominican Sisters (a congregation of women religious whose motherhouse is in Adrian, Michigan) and Roman Catholic Theologian

Sister Jamie

Second Sunday of Lent, 2014 – Reflection by Sister Jamie T. Phelps, OP

Readings: Genesis 12:1-4 ; Psalm 33:4-5,18-20, 222 Timothy 1:8-10 ;/Matthew 17:1-9


God’s promises to his chosen people and to us are not fulfilled as we might imagine but they are kept in accord with God’s vision of life. . God promised Abraham that his name would be great, that he   would make him “a great nation and promised to bless those who blessed him. Abraham did not see the fulfillment of God’s promises during his life time.   Yet everyone of us know the name of Abraham and the three great religions of the world, Judaism, Christianity and Islam all tell his story as part of their account of Salvation history.[1]  Abraham was a man of great faith and as such hastened to follow God’s will and way even when asked to do that which was difficult.

“Go forth from the land of your kinsfolk and from your father’s house to a land that I will show you.

Who among us want to abandon our families forever and go into a strange city our country where we are unknown? Could any amount of money or prestige   persuade us to sever ties with those who gave birth to us, nurtured us and surrounded us with love? Most of us would turn down the invitation to remain in the security of our own family and community. Most of us don’t have enough trust or faith. We prefer to remain in the security of what we consider familiar, normal or safe.

However God calls us to be open to change Fullness of life necessitates change. Intellectual, moral, biological, intellectual, psychological, social, moral and religious growth requires change and some change requires our ability to take risk!

People of faith can embrace change if they trust in God. God who is always present to us will not abandon us in our time of need.  God acts in us and through us to help us live in communion with God and one another for the welfare of all.

He saved us and called us to a holy life,
not according to our works
but according to his own design

and the grace bestowed on us in Christ Jesus before time began, but now made manifest
through the appearance of our savior Christ Jesus,
who destroyed death and brought life and immortality
to light through the gospel.

The Gospel tells of the transfiguration.  Jesus takes his beloved disciples up into the mountain top and they see Him in his divine glory.

Jesus took Peter, James, and John his brother,
and led them up a high mountain by themselves.
And he was transfigured before them;
his face shone like the sun
and his clothes became white as light.
And behold, Moses and Elijah appeared to them,
conversing with him.

“Jesus is showing the apostles his whole self, divinity in its complete oneness with its humanity.”[2]
Jesus revealed his glory to his disciples and to us to shore up our faith and to assure them and us that no matter what happened in His life journey, no matter what sufferings we would have to endure, we need not fear since God is indeed on our  side and in the end God’s everlasting love  will triumph.

As we listen to the news of our young Black sons being attacked or killed and those responsible being found “not guilty” in the courts of law, many of us question whether the lives of our male children and people of color are less valued than those of others.   We are tempted to question where God is and whether He has abandoned us to the injustice of the institutionalized racism.  We are tempted to lose faith and trust in God.

Yield not to temptation. Wait on the Lord and be of good courage. In God’s own time our change will come.  God did fulfill his promise to Abraham. It was :”In remembrance of His covenant with Abraham God raised up Moses (see Exodus 2:24; 3:8), and later swore an everlasting kingdom to David ‘s sons (see Jeremiah 33:26).In Jesus’ transfiguration today, He is revealed as the One through whom God fulfills his divine plan from of old.”[3]

Each of us can name men and women who being faithful, like Abraham have contributed to the on-going liberation of African and other peoples all over the world, these people had to have faith and courage enough to fear nothing even suffering and death.

Lent is a time to reflect on how Jesus suffered and died for our salvation. In gratitude for God’s self-gift we are called to be willing to suffer for others and to manifest God’s universal unconditional love and call to communion. We are called to embrace redemptive suffering “to bear our “share of hardship for the gospel with the strength that comes from God.”
Only faith and trust in God will allow us to discern and offer our lives for the lives of others.  We must trust in the Lord and believe that God will always be with us leading us to fullness of life. The gospel of the Transfiguration assures us of the glory that lies ahead so we need not be afraid of any challenges or sufferings we must confront in the present.  “Lord, let your mercy be on us, as we place our trust in you.” (Ps 33:23)

 

FLASH !   FLASH !   FLASH !

 

2  Grands Evènements à ne pas Rater.

Une Grande Messe Annuelle

à l’Occasion de la fête Patronale de St. Marc
Vendredi 25 Avril 2014

7:00 p.m. – 8:00 p.m.

à l’Eglise Holy Spirit et Our Lady Help

of Christians Church

 Main St et Clinton St. – East Orange,  NJ

Célébrant Principal : Bishop Guy Sansaricq et Co-celebrants

Et

 

Un Grand Gala Dinner Dance

Vendredi 25 Avril 2014

Cocktail Hour : 8 :30 p.m.

Dinner: 9:00 p.m. – 2 :00 P.M.

 St. Demetrious’ Hall

721 Rahway Ave, Union, NJ 07083

Sponsored by

sister flora

SAINT ANNE ET CELITA PROJECTS, INC.

Participation à l’avance : $ 50.00 par personne

Jusqu’au 20 Avril 2014

**************************

Artistes: Jocelyne Dorisme

et

Ersnt Vilsaint (vente Signature de son CD)

Et Autres …

SHALI

1- Celebration du mois de la francophonie avec une seance de ventes du livre ” Amer Cafe” par l’ecrivain haitien Roger Edmond le Dimanche 16 Mars 2014 a la biblioteque d’Uniondale situee au 400 Uniondale Ave Uniondale NY 11553 a 2:30pm.

Contactez Sonia 516 325-5052 ou la biblioteque 516 488-2220.

2- Soiree Gala a l’occasion du 5eme Anniversaire de la Solidarite Haitiano-Americaine de Long Island, Inc. (SHALI)- Samedi 29 Mars 2014 a Mirelle’s- 170 Post Ave Westbury , NY 11590 a 9:00pm- ticket $50.00 a l’avance.

Raffle – peinture par l’artiste peintre Frenal Mezilas- $5.00 par ticket.

Contacter Sonia 516 325-5052 or Lydia 516 605-5904 for tickets

Sonia


[1] Eleonore Stump, “The Promise of God”  http://liturgy.slu.edu/2LentA031614/reflections_stump.html

[2] John Foley S. J.,” Brilliant Suffering” http://liturgy.slu.edu/2LentA031614/reflections_foley.html

[3] Sunday Bible Reflections by Dr. Scott Hahn http://www.salvationhistory.com/homily_helps

March 16th 2014 – Second Sunday of Lent

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s