REFLECTIONS OF THE READINGS OF THE 8TH SUNDAY IN ORDINARY TIME (March 2nd, 2014)

REFLECTIONS OF THE READINGS OF THE 8TH SUNDAY IN ORDINARY TIME (March 2nd, 2014)

Isaiah 49, 14-15; Psalm 62; 1 Corinthians 4, 1-5; Matthew 6, 24-34

By +Guy Sansaricq

This coming Wednesday will be Ash Wednesday, the official opening day to the Penitential season of Lent that prepares us to the great feast of Easter.

Today’s liturgy however makes no reference to this. It simply continues our prayerful meditation on the “sermon on the mount” which we began a few weeks ago. The teaching that comes forth from the readings focuses on the mystery of Divine Providence. One verse sums it up:”Seek first the kingdom of God and its righteousness and everything else will be given you besides.

Most of us are very pragmatic…and my goodness, it’s a good thing! It does not help to be day dreamers, lazy or naïve. Yet, the stories of Abraham, of Moses and of the entire history of Salvation depict God as the supreme Lord of history and one who never fails those who put their trust in Him.

 

It is because of our trust in God that we joyfully undertake impossible tasks. Trust in God gives wings.

It helps the Christian to forgive offenses, to provide assistance to the needy with the little resources he   has. It prompts missionaries to go to distant lands with empty purses. It inflames the zeal of martyrs and Confessors. Trust in Divine Providence is an essential dimension of Christian life.  

That does not mean that you will be spared all trials and sufferings but that God walks besides you at all times.  The Psalmist was right saying: “Only in God is my soul at rest.” Trust gives courage and joy!

Can a mother forget her infant? Even should she forget, I will never forget you!”  (1st reading)

He who trusts in the Lord is like mount Zion! He shall never be shaken.

 

REFLEXIONS SUR LES LECTURES DU 8ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE (2 Mars 2014)

Isaie 49, 14-15; Psaume 62; 1 Corrinthiens 24, 1-5; Mathieu 6, 24-34     Par  +Guy Sansaricq.

 

Les lectures du jour ne mentionnent pas le Carème qui commence dans trois jours avec le Mercredi des Cendres. Ne manque pas ce rituel traditionnel porteur de graces spéciales. Mais, la liturgie d’aujourd’hui livre simplement un  enseignement sur la Divine Providence. Une phrase résume tout le discours: “Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice et tout vous sera donné par surcroit.”

 

Ce n’est pas aussi facile que l’on croit. La tendence humaine c’est de compter d’abord sur ses propres forces.  Oh! Bien sùr, c’est important! Il ne s’agit pas de se croiser les bras et d’attendre tout du ciel. Ne déformons pas la pensée du Seigneur. Cependant, pour chercher le royaume de Dieu, l’on est amené à consentir à d’énormes sacrifices. Comment y arriver sans la foi?  La confiance dans la Providence conduit à l’héroisme du témoignage. La confiance donne des ailes.

 

Les exigences de l’Evangile tels que l’oubli de soi, le détachement des biens de ce monde, le service des démunis mènent à des options radicales impossibles à assumer sans une confiance totale dans la Providence.  Chaque page de l’histoire de l’Eglise en témoigne. Pense aux grands héros de la foi tels que Moise, David, Marie, les apotres et Jésus lui-mème.

Cette confiance n’est pas naïve, irréfléchie, absurde. Elle résulte d’un discernement spirituel, fruit de la prière et repose sur la promesse divine. Celui qui fait confiance au Seigneur est comme la montagne de Sion. Il ne sera jamais ébranlé! La confiance absolue dans la Providence jaillit spontanément des coeurs de ceux qui croient! Jésus a embrassé la Croix car il avait confiance que le Père le ressusciterait.

Le Seigneur est le Maitre des évènements de l’histoire. Fais lui une confiance sans mesure!

Bishop Sansaricq

**************************************************

Pensée de la Semaine: L’Amitié est un calcul ou l’Amour propre cherche toujours quelque chose à gagner.

Thought of the Week: Friendship is a crafty play where self love seeks its own gain.

Pensamiento de la Semana: La amistad es un cálculo o propio Amor Siempre buscar algunas cosas para ganar

*************************************

 

 

A Congregation for Haiti’s Rural Poor-Editorial

SistersofFondwain2009-150x150

Some Sisters of St. Antoine of Fondwa

Sister Melicia Singelus of the Congregation of the Sisters of St. Antoine of Fondwa, an order whose mission is to bring God’s word to the poor people of rural Haiti, was the special guest of Brother Tob at Radio Solidarité on Sunday, February 23.

Sister Melicia

Sister Melicia has been in religious life for 12 years. Currently, she is  responsible for novices at Trouin, a communal section of Léogâne.
She grew up in a poor family in Côtes-de Fer, and that background is one of the factors that motivated her to give her life to God in Congregation of the Sisters of St. Antoine of Fondwa, to support the poorest people in Haiti.

The congregation was founded in 1996 by Sister Simone and Sister Carmelle. Father Joseph Philippe is the founder and spiritual director. The congregation has 19 sisters, focused on supporting the poorest farmers in the fields of education, health and evangelization.

Before the congregation arrived, many young girls from the age of 10 were permitted by their parents to have a husband or live with a man. The Sisters of St. Antoine of Fondwa helped parents to understand the importance of young people going to school, so that they don’t end up holding a child in their young arms, instead of a diploma.

Soeur Melicia

In the interview,
Sister Melicia spoke about the College of St. Antoine at Fondwa, which has 500 to 600 students. Many of them, she said, have to walk between six and seven hours before arriving at school. Try to imagine what it must be like for these poor children, forced to leave home at 3 AM.

Thinking of those difficult conditions, encountering Jesus the liberator of the poor in the children of Fondwa, we should ask ourselves: Why is it so difficult for these children to have a school close their home? The great paradox is that the international community has pledged $10 billion in post-earthquake aid to Haiti, including $3.6 billion from the United States. But when you look at the continuing conditions in Haiti, these questions remain unanswered: Where did that money go? How much of it has actually made its way to our shattered homeland? How much of it has been spent? How wisely has it been spent?

People are still living in tents. Sharing the fate of so many victims of the devastating earthquake of 2010, some of our priests and religious do not even have a decent house to live in. Poor children have to trudge long distances to school. Tragically, we live in a world where even children’s rights are often violated, a world too ready to use children as soldiers or to build prisons for young people, instead of helping them gain a solid education.
Sister Melicia also discussed the situation of women farmers of Fondwa. These women have begun to form an association to better defend their interest s in the unequal society of Haiti.

Father Joseph

Father Joseph Philippe

Father Joseph Philippe, a Spiritan priest, is the founder of the congregation, and of the College of St. Antoine and the University of Fondwa. He has done colossal work. He fully understands how important it is for the church to go to the periphery, as Pope Francis has asked our priests and bishops to do. He has asked them to support the people of God to achieve social justice and gain a solid education.

universite de Fondwa

One of the prerequisites for admission to the University of Fondwa is to return after graduation to a village, to work with farmers as an agronomist, a veterinarian, or a manager. That seems like a reasonable, intelligent requirement for students in the faculties of agronomy, medicine, nursing, and education. Once these students graduate, they must be well paid, so they can meet their needs.

Focusing intensely on education, Father Philippe understands that education and organization can help farmers of Fondwa to climb out poverty. The farmers’ organization that Father Philippe helps guide now has over 400 members, representing the 20 zones in the valley of Fondwa. There’s also an association of Fondwa farmers in the United States.

The university has foreign teachers—from Cuba, for example, and America—teaching courses. Father Philippe’s organization has a radio station named Radio Zetwal, which helps farmers to get information and stay connected with each other. The Weekly Bulletin of The National Center of the Haitian Apostolate congratulates Father Joseph Philippe and the Sisters of St. Antoine for their great contribution to the farmers of Fondwa.

—Brother Tob,
for The National Center

Une Congrégation religieuse pour les Pauvres des Sections rurales d’Haiti

 

Enfant Paysans

Figure1-Les Enfants des Paysans

 

Soeur Mélicia Singelus de la Congrégation des Soeurs de St Antoine  de Fondwa était l’invitée de Brother Tob  à Radio Solidarité le Dimanche 23 Février 2014. Elle a 12 ans de vie religieuse et est responsable des Novices pour sa congrégation à Trouin , une section communale de Léogane.

 

Soeur Melicia est originaire de Côte-de-Fer, elle est issue d’une famille pauvre  et c’est l’une des raisons qui l’ont motivée à donner à Dieu sa vie dans la congrégation de St Antoine de Fondwa pour accompagner les plus pauvres d’Haïti. Parfois nos prêtres et nos religieuses vivent à l’image du pays. Certains de nos prêtres et de nos religieuses n’ont même pas  une bonne maison pour habiter surtout après le tremblement de Terre de 2010. C’est l’un des problèmes des Soeurs de St Antoine depuis le tremblement de Terre de 2010. La Congrégation des Soeurs de St Antoine de  Fondwa a été fondée en 1996 par le Père spiritain  Joseph Philippe et compte 19 soeurs et ces dernières ont pour mission  d’accompagner les paysans des plus pauvres des sections communales dans le domaine de l’éducation, de la santé et de l’évangélisation

Soeur Melicia

Figure 2 Soeur Mélicia Singélus

La Soeur Melissa  a mis l’accent sur le Collège Fraternité de St Antoine de Fondwa qui compte entre 500 et 600 éleves dont beaucoup doivent marcher entre 6 et 7 heures d’horloge avant d’ arriver à l’école. Vous pouvez penser à cette triste situation pour ces pauvres enfants qui sont obligés de laisser leur maison  à 3:00 heures du matin pour arriver au collège Fraternité de St Antoine  avant 7:45 Am. Ensuite, en fin de journée ils  doivent à nouveau marcher 6 heures ou 7 heures pour retourner à la maison. La grande question à se poser c’est comment rencontrer Jésus le libérateur des Pauvres dans les enfants pauvres de Fondwa. . Pourquoi est-il si difficile pour ces enfants d’avoir une école plus proche de leur maison. Le troublant paradoxe est qu’on a déjà donné à Haïti plus de 4 milliards de dollars après le tremblement de Terre. Ou est passé cet argent? On continue à avoir des gens sous les tentes et les enfants pauvres d’Haïti n’ont toujours pas une bonne école dans leur région. Cela me fait penser aux 600.000 enfants soldats à travers le monde. Nous vivons dans un monde ou même les droits les enfants sont violés, un monde qui est prêt à utiliser des enfants  comme soldats  ou à bâtir des prisons pour les jeunes au lieu de les aider à  avoir une bonne éducation

Soeur Melissa nous informa aussi dans son entretien sur la situation des femmes paysannes de Fondwa. Ces dernières commencent à se regrouper en associations afin de mieux défendre leurs intérêts dans la société inégalitaire d’Haïti. On doit mentionner aussi avant l’arrivée des Soeurs de Ste Antoine à Fondwa , beaucoup de jeunes filles dès l’âge de 10 ans étaient autorisées par leur parent à avoir un mari ou à vivre avec un homme. Les Soeurs de Ste Antoine ont aidé les parents de Fondwa à comprendre l’’importance pour les jeunes d’aller à l’école au lieu d’ avoir un enfant sur les bras. Le jeune age est fait pour préparer l’avenir. L’éducation est un atout précieux.

fondwa

Le travail du Père Spiritain Joseph Philippe, Fondateur de la congrégation des Soeurs de St Antoine, de l’école de St Antoine et de l’université de Fondwa est colossal. Ce prêtre a compris combien il est important pour l’église d’aller à la périphérie comme le Pape François demande à nos prêtres et à nos évêques et d’accompagner le peuple de Dieu au niveau de l’évangélisation et de la justice sociale. C’est ce qui explique que ce zélé serviteur du Seigneur continue à faire tout ce qui dépend de lui pour accompagner les paysans et les paysannes de Fondwa au niveau de l’éducation. L’un des prérequis pour l’admission d’un étudiant  à l’Université de Fondwa est l’engagement consenti qu’ après les études universitaires le nouveau diplomé doit retourner  dans un village pour travailler avec les paysans comme agronome, docteur, vétérinaire ou comme gestionnaire. On a des professeurs étrangers, des américains, les cubains qui dispensent des cours à l’université de Fondwa. N’est il pas nécessaire d’imposer ces exigences aux étudiants des facultés d’ Agronomie et de médecine  et les écoles d’infirmières d’Haïti? Mais ces derniers doivent être bien rémunérés pour pouvoir répondre à leur besoin.

smallinsidestantoine

Il est évident que le Père Philippe a compris que l’éducation et l’organisation  peuvent aider les paysans de Fondwa, une section communale de Léogane  à sortir de la misère. L’organisation du Père Philippe compte plus de 400 membres qui représentent les 20 zones de la Vallée de Fondwa et aussi une association de paysans de Fondwa aux états Unis. L’organisation du Père Philippe a aussi la station de Radio Zetwal à Fondwa  afin de permettre aux paysans d’avoir des informations et de rester connectés entre eux. Le bulletin du centre National de l’Apostolat Haïtien à l’étranger félicite le Père Joseph Philippe et les Soeurs de St Antoine  pour leur grande contribution aux paysans de Fondwa.

Brother Tob

Pour Le Centre National

*******************************

Chibly3

Plus de cinq cents Haitiens en provenance directement d’Haiti mais aussi de la Diaspora étaient présents à Rome pour l’installation de Mgr Chibly Langlois au rang des cardinaux de la Sainte Eglise. L’on pouvait compter d’important contingents de Boston, de Connecticut, de New York, de Paris comme aussi  les nombreux étudiants Haitiens des universités écclesiastiques de la Cité éternelle. L’on peut évaluer à 600

le nombre des Haitiens venus à Rome pour escorter Mgr. Langlois.

Le Vendredi 21 Février  à huit du soir, une réunion de prière fut dirigée par Mgr. Lafontant à l’Eglise de Ste Marie sur la via Merulana. C’est dans cette Eglise qu’est gardée l’icone originale de Notre Dame du Perpétuel Secours, la patronne d’Haiti. L’Eglise pas très vaste était pleine d’Haitiens. La cérémonie fut très touchante animée de chants Francais et créoles. La brève homélie de Mgr. Lafontant fut très appréciée. Elle mit en relief les thèmes bibliques d’humilité et de simplicité qui doivent nécessairement briller dans les gestes et paroles des ministres de l’Eglise.

Le lendemain 22 Février, fète de la chaire de St Pierre, la vaste Basilique St Pierre était pleine à craquer.  Près de deux cents cardinaux occupaient les premiers rangs. Evèques et prètres en très grand nombre se bousculaient serrés comme des sardines dans les chaises derrière eux. Tout le reste de l’Eglise sans un espace libre était occupé par les officiels de nombreux pays et par les amis de dix-neuf nouveaux cardinaux. Sans billet d’admission personne ne pouvait entrer.   Le Pape Benoit XVI était exceptionellement présent. Habillé e blanc, il était tout simplement assis parmi les cardinaux.

À 11 heures tappant, le cortège des nouveaux cardinaux fit son entrée en procession avec le Pape Francois. La grande chorale de la Basilique fit vibrer les voutes accompagnée des accords solennels des grandes orgues. Très vite le Saint Père dirigea les prières rituelles qui furent suivies de la lecture de l’épisode de Jacques et de Jean réclamant de s’asseoir à la gauche et à la droite du Seigneur.  Jésus leur demanda alors s’ils étaient prèts à boire le mème calice destiné au Messie et s’ils étaient prèts a ètre baptisés du meme baptème que le Seigneur.  La lecture terminée Le Saint Père prit la parole pour demander aux nouveaux cardinaux d’accepter leur nouveau role avec beaucoup de simplicité et d’humilité. Le service de l’Eglise ne doit jamais ètre concu comme un droit aux honneurs du monde. Ensuite suivit l’appel des cardinaux l’un après l’autre pour recevoir la barrette cardinalice et le parchemin officiel de leur nomination. Après cela les nouveaux cardinaux allèrent l’un après l’autre donner l’accolade aux nombreux anciens cardinaux installés dans les premieres rangées du Sanctuaire. Sans plus tarder la cérémonie se conclut.  Mgr. Langlois se vit confier la garde de la Basilique St Jacques sur le Corso, l’une des voies les plus fréquentées du Centre Ville de Rome.

Une délégation officielle dirigée par le Président Martelly avait pris place dans le transepte droit de l’Eglise. Après la celebration, le nouveau cardinal ainsi que ses proches et Mgrs. les éveques Haitiens Launé Saturné de Jacmel, Saint-Illien de Hinche, Joseph Lafontant et Quesnel Alphonse de Port-au-Prince se rendirent à un diner sur la Via Veneto.

Dès 6 pm Son Eminence Mgr Langlois était de retour dans la grande salle Paul VI, juste derrière la Basilique St Pierre  pour recevoir l’hommage de ses parents et amis. Ils étaient en très grand nombre pour se faire photographier avec lui. Cela dura plus de deux heures de temps.

Le lendemain dimanche 23 Juin le St Père célébra la messe de dix heures du matin toujours à St Pierre. Les nouveaux Cardinaux l’entouraient à l’autel. L’Homélie se porta sur les lectures du 7ème dimanche ordinaire invitant les cardinaux tout comme les fidèles à vivre dans l’humilité du pardon et de l’amour inconditionnel. L’on peut dire que tout se déroula dans l’ordre le plus parfait.  Les Haitiens présents manifestèrent beaucoup d’affection à leur nouveau Cardinal. Mgr. Langlois par ses manières simples et distinguées gagna les coeurs. Profitons donc de ce bref raport pour le féliciter chaleureusement encore uen fois de sa prestigieuse nomination.

*********************************

Interview with Monsignor Malagrega

Mgr Malagrega

Monsignor Joseph Malagreca, the chaplain of the Haitian Charismatic Renewal in the U.S. and Pastor of the Parish of Holy Cross of the Diocese of Brooklyn, N.Y., was a special guest of Brother Tob at Radio Tele Solidarité on Sunday, February 23rd2014.  Monsignor Malagreca is among the builders of the Catholic faith of the Haitian community in the Diocese of Brooklyn.

In this interview, Monsignor talked about his joy and experiences at the 22nd Congress in Rhode Island last August 2013, by stating that the Haitian Charismatic Congress which he oversees is always a great meeting place for the Haitian Catholic Community in the Diaspora.  According to him, this conference is always a highlight for the Haitian ministry with thousands of Catholic Haitians who come from all over The United States and Haiti.    There are also good animations from different artists such as: Jean Robert Themistocles, Gilbert Dabady Antony Jean Baptiste,   Effusion group with the presence of Sister Claire Gagné, who is Coordinator of the charismatic renewal of Haiti.  Furthermore, Monsignor Malagreca told us that he has been a priest for 38 years and has worked with the Haitian community for 34 years.   He thinks it is a blessing for him to work with the Haitian community because Haitians are people of great faith and have a great love for Jesus.
Monsignor also gave us information regarding the 23rd Congress at Broward County Convention Center in Fort Lauderdale from 1st to 3rd of August 2014.  The theme this year is, “You Will Be Baptized in the Holy Spirit.”  The guest speakers of the Congress will be: Reverend Father Joseph Simoly, Reverend Father Dimitry and the closing Mass will be presided by Bishop Thomas Excellene Winski, Archbishop of the Archdiocese of Miami.

Monsignor Malagreca further, mentioned that he had known archbishop Wenski for several years, and he is a friend.  He responded quickly to his request to organize the 23rd Congress at Fort Lauderdale.  Archbishop Wenski has already informed the Haitian priests of the Archdiocese of Miami about the 23rd Congress.  They already began to provide their collaboration by informing the faithful of the upcoming event.  They will also be present at this Congress for confessions. It means that the Haitian Catholic Community of faith in Florida is already mobilized for the 23rd Congress of the Charismatic Renewal in Fort Lauderdale for this summer.

Efusion

Monsignor Malagreca oversees one of the largest parishes in Brooklyn.  He welcomes over two thousands faithful for Eucharistic Celebrations during the weekend at the Church of Holy Cross.  The Haitian Community is about one-third of the parish population.  Five hundreds of them attend the11:30 AM Creole Mass every Sunday, and also others go to an earlier English Mass.   He thinks the Haitian community of Holly Cross is a jewel for the parish.  They are very active in all the ministries.  In addition, there is a very strong adult choir, a youth choir and a youth group.  Monsignor Malagreca also proceeded to tell us about his joy at having Father Hugues Berrette as his new vicar.  He has been without one for the past four months.  Father Berette is a very good priest, a good communicator and very close to his faithful.

The next question I asked Monsignor was. How does he find time to juggle all these responsibilities?   He is pastor of a Parish,   chaplain of the Charismatic Renewal of the Haitian Community and head of the Charismatic Renewal of the Spanish Community.  To which he answered, “To date The Lord has given me very good health; I pray a lot, and I’m blessed with a very good team.”  Sister Joseph Marie Josée nicknamed Princess Renewal, and the right arm of Monsignor Malagreca is the brain and plays a key role on this team.   Monsignor Malagrega is very grateful to Marie Joe for her tremendous work at Renewal.

Monsignor Malagreca elaborated further that the year2015 will be special.  He said that because the Church will confront many of the challenges facing Catholic families in this modern society. According to him, the traditional family is attacked with very high rate of divorce. Homosexual couples and lesbians are fighting to dismantle the family unit as we know it.  He recalls in his ministry in the eighty’s in the parish of St Jerome; he celebrated two hundred weddings per year.   And even at the beginning of his ministry at St. Anne and St. Joachim he celebrated at least one hundred marriages a year. Today, he celebrates less than twenty marriages a year.  This crisis is one of the biggest challenges confronting the church.

He informed us to address this issue; Pope Francis will come to the U.S. for a conference in the year 2015 in Philadelphia.  He will preside over the closing of a conference on the family. The big question to be debated is how “can we encourage a courageous pastoral, intelligent and loving.”  Is it not important as mentioned by Cardinal Oscar Maradiaga, close to the new pope, during his interview with La Croix in which he pointed out the need for the Church to support and grow, as a mother her children all couples and families, regardless of their situation in relation to the “ideal” of the Christian life?

Finally, I’m very grateful for the opportunity for this interview with Monsignor Joseph Malagreca.  It is not by accident that he is well-known, and he is well loved by our community.  Monsignor is a good shepherd to the people of God. The National Center for Haitian Apostolate abroad wishes him success both Sister Mary Jo and advice Charismatic Renewal for the 23rd Congress Lauderdale from 1 to 3 August 2014. To listen to the interview of Bishop Malagreca click the link http://www.youtube.com/watch?v=ECjVYzcDfiI&list=UUi3LCoGhSjsl1wH5a46FJVQ&feature=shareabove.
Brother Buteau ( Brother Tob )
For National Center

Entretien avec Monseigneur Joseph Malagreca


Monseigneur Joseph Malagreca, Aumônier du Renouveau Charismatique des Haïtiens d’Outre-mer et Curé de la Paroisse Holy Cross du diocèse de Brooklyn était le grand invité de Brother Tob  à Radio Télé Solidarité le dimanche 23 février 2014. Il est parmi les bâtisseurs de foi de la   communauté haïtienne du diocèse de Brooklyn.

Dans son entretien, Mgr Malagreca nous a parlé de sa joie et son expérience au 22ème Congrès Charismatique à Rhode Island, événement spirituel qui, selon ses dires, est toujours une grande rencontre pour la communauté haïtienne de la diaspora. En effet, ce congrès est toujours un moment fort pour la pastorale haïtienne avec des milliers de fidèles catholiques qui viennent d’un peu partout, une très bonne animation avec les artistes Jean Robert Thémistocle, Gilbert Dabady, Antony Jean Baptiste, le groupe Effusion, Soeur Claire Gagné, la Coordonatrice du Renouveau Charismatique d’Haïti etc.

Jn Robert 2

En outre, Monseigneur Malagreca nous a fait savoir qu’il est prêtre depuis 38 ans et travaille avec la communauté haïtienne depuis 34 ans. Il pense que c’est une bénédiction pour  lui de travailler avec les haïtiens car la communauté haïtienne est, dit-il, un peuple de grande foi et qui a un grand amour pour Jésus. Mgr Malagreca nous a aussi donné des informations sur le 24ème Congrès au Boward County Convention Center à Lauderdale du 1er au 3 août 2014 dont le thème sera: “Vous serez baptisés dans L’Esprit Saint”. Les grands orateurs de ce congrès seront: P. Joseph Simoly, Père Dimitri Démesmin. La messe de clôture sera présidée par son Excellence Monseigneur  Thomas Wenski, archevêque de Miami.

wenski

Monseigneur Malagreca a mentionné  qu’il connait Monseigneur Wenski depuis plusieurs années et c’est un ami. Il a repondu à sa demande  d’organiser le 23ème Congrès à Lauderdale  très vite et Monseigneur Wenski a déjà informé les prêtres haïtiens de l’archidiocèse de Miami du 23ème Congrès. Ces derniers seront prêts à apporter leur collaboration dans la confession en informant leurs fidèles pour prendre part aussi au Congrès. Ceci dit, la communauté haïtienne de foi catholique de la Floride est déjà mobilisée pour le 23ème Congrès du Renouveau Charismatique à Lauderdale en été prochain.

Mala2

Par ailleurs, Monseigneur Malagreca nous a fait savoir qu’il accueille dans sa paroisse plus de 2000 fidèles pour les célébrations eucharistiques de fin de semaine. Il reçoit environ 500 membres de la communauté haïtienne pour la messe en créole et pense que cette communauté là de Holy Cross est un bijoux pour la pastorale haïtienne avec deux chorales et des groupes de jeunes. Monseigneur Malagreca nous a parlé aussi de sa joie d’avoir le Père Hugues Berrette comme son nouveau vicaire car il a passé 4 mois sans vicaire. On pourrait bien se demander comment Monseigneur Joseph Malagreca arrive-t-il à concilier toutes ces taches? Curé d’une paroisse, Aumônier du Renouveau Charismatique des Haïtiens d’Outre-mer et Responsable du Renouveau Charismatique de la Communauté Espagnole. Selon lui, jusqu’à date, le Seigneur lui a accordé une très bonne santé, il prie beaucoup et il a une très bonne équipe de collaborateurs. Soeur Marie Josée Joseph est la tête pensante de cette équipe et Monseigneur Malagreca est très reconnaissante envers cette dernière pour son travail colossal au niveau du Renouveau.

Soeur Claire

De plus, Monseigneur Malagreca  nous a dit dans son entretien que  dans la societé moderne la famille est attaquée avec des taux de divorce très élevés, des couples homoxexuels et des lesbiennes. Il se rappelle dans son ministère dans les années 80 à la paroisse St Jérôme qu’il célébrait 200 mariages par année et même au début de son ministère à Ste Anne et St Joachim il célébrait au moins une centaine de mariage. Par contre, de nos jours, il célèbre moins de 20 mariages. Cette crise du mariage est très ressentie au niveau de l’Église. Mgr Malagreca nous a du même coup informé de la venue du Pape François en l’année de 2015 à Philadelphie aux États-Unis pour présider la clôture d’un congrès sur la famille.

Aussi, comment peut-on encourager «une pastorale courageuse, intelligente et pleine d’amour»? N’est-il pas important, comme l’a mentionné le Cardinal Oscar Maradiaga, proche du nouveau pape, durant son entretien à La Croix dans lequel il rappelait la nécessité pour l’Église d’accompagner et de faire grandir comme une mère ses enfants, tous les couples et familles, quelque soit leur situation au regard de «l’idéal» de la vie chrétienne.

Enfin, il est évident que le ministère de Monseigneur Joseph Malagreca est très apprécié au sein du peuple de Dieu de la pastorale haïtienne. Il est à la fois un bon pasteur et un grand admistrateur. Le Centre National de l’Apostolat Haïtien à l’étranger lui souhaite du succès  aussi bien à Sœur Marie Jo et le Conseil du Renouveau Charismatique pour le 23ème Congrès à Lauderdale du 1er au 3 août 2014. Pour écouter l’entrevue de Monseigneur Malagreca clicquez sur ce link. http://www.youtube.com/watch?v=ECjVYzcDfiI&feature=share&list=UUi3LCoGhSjsl1wH5a46FJVQ

LIFT EVERY VOICE AND SING!

Marlène Rigaud Apollon

February 27-28 2014

mra

As the Black History Month is coming to an end, I find it fitting to close it with the song entitled “Lift every voice and Sing,”that has become known as the Black National Anthem or the Negro National Anthem and is a testimony of the Tremendous Power of Hope!

Lift Every Ev’ry Voice And Sing written by poet James Weldon Johnson was first performed on  February 12, 1900, Abraham Lincoln’s birthday.

James Weldon Johnson

Johnson’s brother, John Rosamond set it to music in 1905 and it was readily adopted by African-Americans all over the U.S. who found in its lyrics’ symbolism a way to  “subtly speak against racial bigotry” while expressing their patriotism and their hope for the future.

I don’t remember where exactly I heard it for the first time, except that it was in Baltimore where I spent most of my life.  I found it magnificent and uplifting and I’ve loved it ever since.  I am glad to share it with you.  It’s worth listening to if you’ve never heard it before, or sing along if you have.

(Based on “The True story of our national anthem”  http://newsone.com/1358435/the-true-story-of-our-national-anthem)

Music and lyrics: http://www.youtube.com/watch?v=ya7Bn7kPkLo

Lift ev’ry voice and sing,
Till earth and heaven ring.
Ring with the harmonies of Liberty;
Let our rejoicing rise,
High as the list’ning skies,
Let it resound loud as the rolling sea.
Sing a song full of the faith that the dark past has taught us,
Sing a song full of the hope that the present has brought us;
Facing the rising sun of our new day begun,
Let us march on till victory is won.

Stony the road we trod,
Bitter the chast’ning rod,
Felt in the days when hope unborn had died;
Yet with a steady beat,
Have not our weary feet,
Come to the place for which our fathers sighed?
We have come over a way that with tears has been watered,
We have come, treading our path through the blood of the slaughtered,
Out from the gloomy past,
Till now we stand at last
Where the white gleam of our bright star is cast.

God of our weary years,
God of our silent tears,
Thou who has brought us thus far on the way;
Thou who has by Thy might,
Led us into the light,
Keep us forever in the path, we pray.

Lest our feet stray from the places, our God, where we met Thee,
Lest our hearts, drunk with the wine of the world, we forget Thee,
Shadowed beneath thy hand,
May we forever stand,
True to our God,
True to our native land.

Marlène Rigaud Apollon, M.S.
Cris de colère, Chants d’espoir
http://virtuelfransk.weibrecht.net/undervis/haitiweb/boat_people.htm
I Want to Dance (Poetry)
Si je n’avais que des regrets (Poésie)
La Mystique de la Citadelle/The Mystique of the Citadelle
Louis Mercier A la Reconquête de l’Idéal Haitien, Une voix d’hier pour aujourd’hui et demain
Louis Mercier, To Re-conquer the Haitian Ideal, A voice from yesterday for today and tomorrow

********************

Annonce de Decès

Le Centre National de l’Apostolat Haitien à l’étranger est très triste de vous annoncer la nouvelle de la mort de Madame Annette Theagene, la mère de Danielle Theagene leader et fondatrice du groupe HAYO de la paroisse St Boniface. Madame Theagene est retournée à la Maison du Père le Mardi 24 Fevrier 2014

Le Centre National de l’Apostolat Haitien à l’étranger presente ses sincères Condoleances à Danielle et à toute la famille éprouvée par ce deuil

Les Prières de Monseigneur Guy Sansaricq  et du Père Yvon Pierre sont avec Danielle et Famille en ce moment de grande tristesse

Le Centre National

La Famille Sylien est en deuil

         Theese

                                               Marie Therèse Syllien est retournée

Le Personnel du Bulletin du Centre National de l’Apostolat Haitien est très triste de vous annoncer que Madame Marie Therèse Syllien,la mère de Josette et Evelyne Syllien est retournée à la maison du Père le Vendredi 28 Fevrier 2014, à l’age de 75 ans après une maladie  chretiennement supportée.

Madame  Marie Therèse Syllien est une  paroissienne de la paroisse Notre Dame du Rosaire de la Croix-Des-Bouquets et elle était très active aux activités de sa paroisse

Les Funerailles de Madame Marie Therèse Syllien auront lieu le Samedi 8 Mars 2014 à Boston

Le Centre National de l’Apostolat Haitien à l’étranger presente ses sincères Condoleances aux enfants de Therèse: Josette, Evelyne, Jean Daniel , Gerald  , ses petits enfants enfants David  Andrea Fleurant and Ridgy Reanud à sa soeur Lise Syllien et efants

à  son  frere Michelle Syllien et efants et à toute la famille éprouvée par ce deuil

Les prières de Monseigneur Guy Sansaricq , du Père Yvon Pierre sont avec la Famille Syllien en ce moment de grande tristesse

Le Centre National

******************************

Entrevue avec le Docteur André Peck

Dr. Andrew Peck was the special guest of Brother Tob at Radio Télé Solidarité on Sunday, February 23, 2014. He is the executive director of the Haitian Coalition Americaine (HCC) with a mission to serve the welfare of the Haitian Community and the other ethnic group in New York.

In his interview Doctor Peck emphasized his hometown Port -à-Piment and the reasons that motivated him to study the medicine and to practice as Physician in the United States. He did all his studies in Port -au- Prince. He belongs to a family of six children, two of his sisters are physicians, he also has 2 sisters who are nurses and a fifth sister who is an accountant.  His mother was born in Port -à-Piment and his Fatherin Cuba. He lives in New York for nearly 18 years.

Haitian-American Community Coalition’s (formerly known as Haitian Centers Council-HCC ) was founded in 1982 to a period or the Haitian community living tune very bad press or the Haitian community was accused of being responsible for the spread of the AIDS virus In the United States . He tells us that it was quite wrong to accuse us of bringing AIDS to the United States. He acknowledged the contribution of the late Dr. Henri Franck, his predecessor, as the leader of this coalition. He mentioned that his organization accompanies people suffering from AIDS, he insisted that the disease has different phases. Doctor Peck informed us that we started talking about AIDS in 1980. Today we have many effective medications for AIDS prevention

Doctor Peck01

Dr. Andrew Peck was the special guest of Brother Tob at Radio Télé Solidarité on Sunday, February 23, 2014. He is the executive director of the Haitian Coalition Americaine (HCC) with a mission to serve the welfare of the Haitian Community and the other ethnic group in New York.

In his interview Doctor Peck emphasized his hometown Port -à-Piment and the reasons that motivated him to study the medicine and to practice as Physician in the United States. He did all his studies in Port -au- Prince. He belongs to a family of six children, two of his sisters are physicians, he also has 2 sisters who are nurses and a fifth sister who is an accountant.  His mother was born in Port -à-Piment and his Fatherin Cuba. He lives in New York for nearly 18 years.

Haitian-American Community Coalition’s (formerly known as Haitian Centers Council-HCC ) was founded in 1982 to a period or the Haitian community living tune very bad press or the Haitian community was accused of being responsible for the spread of the AIDS virus In the United States . He tells us that it was quite wrong to accuse us of bringing AIDS to the United States. He acknowledged the contribution of the late Dr. Henri Franck, his predecessor, as the leader of this coalition. He mentioned that his organization accompanies people suffering from AIDS, he insisted that the disease has different phases. Doctor Peck informed us that we started talking about AIDS in 1980. Today we have many effective medications for AIDS prevention.

AIDS is a chronic disease like diabetes and blood pressure. It is difficult to know the number infected by the disease of AIDS in the Haitian community living in Brooklyn. Dr. Peck mentioned that we belong to a community that likes to keep everythingsecret. But sometimes we forget that a disease does not fall on trees but on humans.

We have to increase the political education of our people.  Brooklyn is considered a major stronghold of the Haitian community. He receives many people from other multi-ethnic communities in Brooklyn for AIDS tests or other services which his organization offers. 1 out 10 of the Haitian Community in Brooklyn sees a physician for AIDS testing.  He encouraged lovers to have an AIDS tests before sexual intercourse. Both members of the couple must take the tests and should repeat their testing every 3 to 6 months. Only frequent testing can guarantee that partners can engaged in sexual activity without the risk of the AIDS virus.

He identified several other problems that plague the Haitian community in New York.  We tend to devalue formal education and resist integration with other African, African American and other cultural groups within the United States and often neglect our health needs. The Haitian Community, especially men and boys do not like to visit a physician for regular check-ups. Sometimes they only agree to see their doctors at the last minute, that is, after the disease has advance beyond the possibility of cure.Among our biggest challenges is our need to recognize the importance of tolerance and the need of rich, middle class and poor Haitians to work together despite their class and cultural differences.

He also affirmed the many gifts of the Haitian community.  We have a lot of Haitian leaders who do a very good job in community.  The Haitian community is comprised of many very passionateand intelligent people.

He exhorted the youth of the Black community to mimic some of the stars of the Black community who use their talents to make a difference in society.   He warned young people to be cautious of what they post on face book since their writings can cause them to get a negative evaluation when in the Labor market when they are looking for jobs.   He ended his presentation to tell us about what programs his organization to offers the community. To listen to the interview of Dr. Peck click on the link above. http://www.youtube.com/watch?v=bMeodFxCotI&feature=share&list=UUi3LCoGhSjsl1wH5a46FJVQ&index=1

Finally we say a big thank you to Mona Lissa, a member of the Executive Committee of Solidarité TV,  who made arrangements for us to meet Dr. Andrew Peck, who obviously is one of the  leaders of the Haitian Community in New York.

Brother Buteau(BrotherTob)

For the National Center

Entrevue avec le Docteur André Peck

Doctor Peck01

Le Docteur André Peck etait l’invité special de Brother Tob à Radio Télé Solidarité le Dimanche 23 Fevrier 2014. Il est le directeur executive de la coalition Haitiano Americaine (HCC )qui a pour mission de servir le bien être de  la Communauté  Haitienne de New-York.

Dans son entretien Doteur Peck a  mis l’accent sur sa ville Natale Port-à Piment  et les raisons qui l’ont motivé à etudier la medicine et d’exercer sa profession comme Medecin aux États Unis. . Il fit toutes ses etudes  à Port-au-Prince. Il appartient à une famille de 6 enfants dont deux de ses soeurs sont medecins, il a aussi  2 soeurs infirmières et une soeur Comptable et on doit ajouter que  sa mère est née à Port à Piment et son Père à Cuba.Il vit à New York depuis  près 18 ans.

docteur peck12

la coalition Haitiano Americaine (HCC) etait fondée  en 1982 a une periode ou la communauté Haitienne avait très mauvaise presse  ou l’on accusa la communauté Haitienne d’être à l’origine de la propagation du virus  du SIDA Aux États Unis . Il nous dit que  Ca été un très mauvais calcul de nous accuser d’apporter le  SIDA aux États Unis . Il reconnait la contribution du regretté Docteur Henri Franck  qu’il a remplacé à la tête  de cette coalition et Il mentionna que son oganisation accompagne les gens  qui souffrent du Sida .   Il insiste que la maladie du Sida  a differentes phases.  Doteur  Peck nous a fait savoir qu’on commence à parler du Sida depuis 1980.  Aujourd’hui on a beaucoup de preventions contre le SIDA et avec les medicaments qui sont très efficaces la maladie du SIDA est comme une maladie chronique comme le diabète et la tension. Il est difficile de savoir le nombre infecté par la maladie du SIDA dans la communauté Haitienne  de  Brooklyn et  Docteur Peck ajouta  que nous appartenons à une communauté  qui aime tenir tout sur le seau du secret  et cela fait partir de notre Culture. Mais parfois nous oublions que  la maladie ne tombe pas sur les arbres mais  sur les êtres humains.

On a interêt à faire l’education politique de notre population. Il ajouta que 1haitien sur 10 à Brooklyn  accepte de tester  pour le virus du Sida et Brooklyn est considéré une grande bastion de la communauté Haitienne. Il recoit plus de gens des autres communautés multi Ethniques qui viennent soit pour des tests de SiDA ou d’autres services offerts par son organisation

Il a evoqué certains problèmes de la communauté Haitienne de New York tels que l’education , l’integration et savoir saisir les opportunités. Il mentionna que la Communauté Haitienne surtout les garcons  n’aiment pas voir ses medeins. Parfois ces derniers vont voir leur medecin seulement  à la dernière minute.

Il nous a fit savoir qu’on a beaucoup de liders Haitiens qui font un très bon travail dans la communité. Selon lui le peuple Haitien est très fougueux, très intelligent le grand defi  c‘est toujours la tolerance  et l’importance de s’asseoir et de travailler ensemble et   nos differences sont une grande richesse.  Il invita les amoureux à faire deux tests de Sida avant toute relation sexuelle  et les 2 tests doivent se faire entre 3mois et 6mois  et ceci après le 2ème test les partenaires peuvent faire l’amour sans aucun risque d’attaquer le virus du SIDA

Il exhorta les jeunes de la communauté Noire à imiter certains etoiles de la communauté Noire qui font une differene dans la société et il mit en garde les jeunes  de prendre de precautions sur ceux q’ils ecrivent sur facebook et leurs écrits  peuvent jouer contre eux même pour trouver un emploi sur le marché du Travail et il finit pour nous dire certains programmes que son organization offre à La communauté. Pour ecouter l’entrevue du Docteur Pek clicquer sur ce link . Enfin nous disons un grand Merci à Mona Lissa , membre du Comité Executif de Télé Solidarité  qui a fait les arrangements  pour nous permettre de rencontrer  Docteur André Peck, l’un des leaders de la Communauté Haitienne de New York

Frère Buteau (Brother Tob)

Pour le Centre National

National Center

Dans la file des visites de courtoisie aux nouveaux cardinaux

Gerhard Ludwig Muller, le nouveau cardinal allemand au Vatican le 22 Février, lors des visites de courtoisie

Après avoir été créés cardinaux samedi 22 février, les nouveaux prélats ont reçu leurs fidèles et amis venus souvent de loin pour les saluer au cours des « visites de courtoisie ».

Franco Origlia / Getty Images/AFP

Gerhard Ludwig Muller, le nouveau cardinal allemand au Vatican le 22 Février, lors des visites de courtoisie.

Franco Origlia / Getty Images/AFP

Gerhard Ludwig Muller, le nouveau cardinal allemand au Vatican le 22 Février, lors des visites de courtoisie.

Avec cet article

 Les cardinaux débattent de l’accueil des divorcés remarries

Vatican22

Au milieu de la foule compacte mais enjouée qui patiente sous les colonnades du Bernin, le P. Augustin Aubrou, directeur de la communication de l’archevêque d’Abidjan Jean-Pierre Kutwa, a tout prévu. Il sort de son sac à dos des dizaines de petits drapeaux de la Côte d’Ivoire. En quelques instants, toute la délégation ivoirienne s’agite et s’interpelle en riant, en attendant de passer les portiques de sécurité pour pénétrer dans la vaste salle Paul-VI où se tiennent, de 16 h 30 à 18 h 30, la plupart des « visites de courtoisie » en ce samedi 22 février.

Ces visites traditionnelles, appelées aussi « visites de chaleur », permettent à chacun des 18 nouveaux cardinaux présents sur les 19 créés le matin même, lors de la célébration à la basilique Saint-Pierre – âgé de 98 ans, le cardinal Loris Francesco Capovilla, ancien secrétaire du bientôt pape Jean XXIII, n’a pu faire le voyage –, de recevoir leurs familles, amis et représentants officiels.

À côté des prêtres en col romain et des laïcs en costume cravate, deux imams en boubou traditionnel sont du voyage. « Le cardinalat de Mgr Kutwa est un grand honneur, non seulement pour les catholiques mais pour tous les Ivoiriens », déclare doctement Mamadou Dosso, responsable de la grande mosquée du Plateau, le quartier d’affaires d’Abidjan. Lors des deux précédentes créations de cardinaux ivoiriens (Bernard Yago en 1983 et Bernard Agré en 2001), des imams s’étaient rendus au Vatican, rappelle-t-il.

Des imams présents pour honorer sa collaboration au dialogue interreligieux

Le nouveau cardinal ivoirien est lui-même très impliqué dans le dialogue interreligieux. Ainsi pendant la crise politique ivoirienne de 2010-2011, il a pris l’habitude avec divers responsables chrétiens et musulmans de se retrouver « toutes les semaines dans le Centre de Sant’Egidio » afin d’aider à apaiser les tensions. « Ce cardinalat est un peu le couronnement de notre travail commun », ajoute l’autre imam, Cissé Djiguiba.

Parvenus sous la voûte de béton de la salle Paul-VI, tous les Ivoiriens tentent de se faire prendre en photo à côté de « leur » cardinal, coincé entre deux plantes vertes dans son fauteuil roulant. Quelques semaines plus tôt en effet, Mgr Kuwta a fait une mauvaise chute et s’est fracturé la jambe. Ce qui fait dire au maire du Plateau, Noël Akossi Bendjo, qu’à l’image de cette « flamme d’espérance dans la souffrance », la joie faite à la Côte d’Ivoire vient consoler ses habitants « de toutes les vicissitudes » vécues ces dernières années.

Des fidèles entonnent un swing : « En ce jour béni que tu nous donnes, nous venons Seigneur te glorifier ! » D’autres, les larmes aux yeux, baisent l’anneau cardinalice que le pape François lui a enfilé au doigt quelques heures plus tôt dans la basilique Saint-Pierre. Au cours du consistoire, le cardinal Kwuta a également reçu la barrette pourpre, « signe de la dignité et de l’office de cardinal », ainsi que l’attribution de l’église Sainte-Emerance à Rome, symbole de sa participation à la mission pastorale du pape pour cette ville.

« Transformer un malheur en opportunité »

À quelques mètres de là, on se bouscule avec une même joie contagieuse autour du premier cardinal haïtien, Chibly Langlois. Souriant et svelte – à 55 ans, il est le deuxième plus jeune cardinal, après l’archevêque majeur des syro-malankars, l’Indien Baselios Cleemis Thottunkal –, il se prête aux jeux des photos, se laissant embrasser et toucher par les très nombreux Haïtiens venus spécialement à Rome pour cet événement historique.

Là aussi, cet honneur cardinalice est ressenti comme un « signe d’espérance » par une population traumatisée par le tremblement de terre du 12 janvier 2010, qui a fait près de 300 000 morts et oblige toujours 200 000 Haïtiens à vivre sous des abris de fortune, alors que l’île est régulièrement frappée par des cyclones.

L’Église catholique a d’ailleurs été particulièrement affectée par ce séisme de 2010 puisque deux tiers des églises et chapelles dans la région de Port-au-Prince ont été détruites… et ne sont toujours pas reconstruites. « Quatre ans après le tremblement de terre, alors qu’il semblait aux Haïtiens qu’ils étaient oubliés de Dieu, ce cardinalat voulu par le pape François nous aide à développer la joie au cœur de la tristesse », estimait la veille le cardinal Langlois. « Nous sommes capables de transformer un malheur en opportunité, de l’utiliser comme un levier pour susciter plus de solidarité et de fraternité. »

En comparaison, les files d’attente qui se sont formées devant le canadien Gérald Lacroix, archevêque de Québec, ou devant l’Anglais Vincent Nichols, archevêque de Wesminster, ou même devant le Coréen Andrew Yeom Soo-Jung, archevêque de Séoul, paraissent bien sages. Dans le même temps, les trois nouveaux cardinaux italiens – le secrétaire d’État Pietro Parolin, le secrétaire général du synode des évêques Lorenzo Baldisseri et le préfet de la Congrégation pour le clergé Beniamino Stella –, ainsi que l’Allemand Gerhard Ludwig Müller, recevaient leurs visiteurs dans les magnifiques salons « raphaélliens » du Palais apostolique.

CLAIRE LESEGRETAIN, à Rome

Les embauches et heures supplémentaires suspendues au Vatican

Par mesure d’économie, le Vatican a décidé de suspendre les embauches et les heures supplémentaires de ses employés, que le pape François soumet pourtant à un travail accru, a révélé

(EVANDRO INETTI / ZUMA PRESS/MAXPPP)

Arrivée du Pape François à l’audience générale du 19 février 2014, place St Pierre au Vatican à Rome.

(EVANDRO INETTI / ZUMA PRESS/MAXPPP)

Arrivée du Pape François à l’audience générale du 19 février 2014, place St Pierre au Vatican à Rome.

Avec cet article

 Les cabinets McKinsey et KPMG chargés d’améliorer les communications et la comptabilité du Vatican

Dossier  La réforme de la Curie

Suisse

 

La Secrétairerie d’État a adressé un courrier aux responsables de la vingtaine de congrégations et de conseils pontificaux, demandant notamment de suspendre les embauches et les heures supplémentaires des employés. Outre les économies qui seront réalisées, il s’agit de geler la gestion du personnel du Vatican dans l’attente de grands changements en perspective, en particulier dans la refonte de ces dicastères.

D’après des informations publiées par le quotidien italien Il Messaggero, et confirmées à I.Media, une lettre circulaire, signée par le secrétaire d’État, le cardinal Pietro Parolin, a ainsi demandé aux responsables de la Curie de bloquer les embauches, de ne pas procéder à des renouvellements de contrats et de ne pas permettre le recours aux heures supplémentaires ou au travail dominical.

Contenir les dépenses concernant le personnel au niveau des bilans prévisionnels du Saint-Siège pour 2014

L’élection du pape François et son succès populaire ont entraîné une augmentation de la charge de travail pour de nombreux employés, y compris le dimanche.

Il s’agirait de contenir les dépenses concernant le personnel, au vu des bilans prévisionnels du Saint-Siège pour 2014, tout en ne procédant pas à des licenciements ni à d’autres mesures qui pourraient mettre en difficulté les employés ayant des familles à charge.

Une certaine crispation est observée dans le personnel du Vatican sur la grande refonte en perspective, avec fusions de services et éventuels redéploiements. Les réformes économiques de la Curie sont préparées par des commissions ad hoc, des cabinets d’experts privés, sous le pilotage du « C8 », le conseil de cardinaux conseillers du pape, des prélats étrangers pour la plupart à la Curie.

AFP

********************************

Proverbe

1. Tonm tonm avek gren’n, avantaj se pou rat.

2. Lè ou rinmin singnin fò ou konnen rete san

3. Sa youn fè, lòt profite li

4. Kabrit kapab fè tout sa yo vle, se devan dife yo grate tèt yo

5. Bon konseye pa fè bon maryaj

****************************************

Comment mieux protéger les femmes migrantes ?

Un rapport sur « l’égalité pour les femmes migrantes » est rendu ce jeudi 20 février à la ministre des droits des femmes.

(FRANCOIS LAFITE/WOSTOK PRESS/MAXPPP)

Les femmes du foyer de travailleurs migrants de la rue Bara a Montreuil, 2013.

(FRANCOIS LAFITE/WOSTOK PRESS/MAXPPP)

Les femmes du foyer de travailleurs migrants de la rue Bara a Montreuil, 2013.

Avec cet article

Immigration en France : ce qu’il faut savoir 

Ces femmes étrangères que la France veut protéger

En voici les principales recommandations, analysées par les associations de défense et de protection des femmes.

C’est un rapport sur les femmes migrantes, mais dont les recommandations pourraient faire avancer la cause des femmes en général. En 53 propositions, le rapport d’Olivier Noblecourt (PS), remis ce jeudi à Najat Vallaud-Belkacem, reprend en effet des thématiques larges et transversales : accueil, travail, violences, mobilité…

« Ce sont des sujets qui concernent toutes les femmes, estime ainsi Lorraine Nicolas, directrice technique du Centre National d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CNIDFF) qui a participé aux groupes de travail. Beaucoup de problématiques sont communes, même si elles sont accentuées concernant les étrangères et les migrantes. » La responsable salue cependant « la prise en compte de ce public spécifique », les femmes représentant, depuis 2008, la majorité de la population immigrée.

1. Mettre en place un service intégré de l’accueil :

La mesure : « construire un parcours d’intégration » comprenant des « passerelles avec les associations ». « Il faut que, dès leur arrivée sur le territoire, celles-ci soient systématiquement informées à l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII) des lieux de ressources existant, associations ou institutions, explique Lorraine Nicolas. Il s’agit de faire travailler les professionnels en réseau, au niveau local ou national, afin d’inscrire ces femmes dans un parcours global, transversal, durable. Cela peut passer par des conventions de partenariat entre les bureaux de l’OFII et les associations telles que le CNDIFF. »

2. Mieux outiller les accompagnants :

La mesure : « inclure un module obligatoire sur l’égalité homme-femme dans la formation des professionnels au contact de ces femmes ». « Il s’agit à la fois de former et sensibiliser les policiers, agents en préfecture, travailleurs sociaux, en première ligne dans l’accueil de ces femmes, précise Lorraine Nicolas. Il est important de les « outiller », c’est-à-dire de leur donner des supports pratiques pour cela, notamment pour les travailleurs sociaux. Il faut davantage les former à la fois au repérage des violences conjugales en général et aux spécificités des violences faites aux femmes étrangères : mariages forcés, mutilations, esclavage moderne… »

3. Accompagner les victimes de violences :

La mesure : « améliorer l’application des dispositions législatives concernant les étrangères victimes de violences. » « La délivrance d’un titre de séjour pluriannuel pour ces femmes est une grande satisfaction, explique Violaine Husson, de la Cimade, spécialisée dans l’assistance juridique et l’accueil des étrangers. Actuellement, elles n’ont droit qu’à un titre d’un an, et encore, c’est peu appliqué. Or ces femmes ont besoin de plus un an pour se remettre des violences subies. Le rapport préconise aussi de délivrer un titre de séjour avec droit au travail pour les femmes victimes de polygamie et qui tentent d’en sortir. » En revanche, la Cimade regrette que les mesures ouvertes aux femmes mariées ne soient pas étendues aux femmes vivant en concubinage ou sous le régime du Pacs.

4. Renouveler les pratiques :

La mesure : « instituer un référent dans les préfectures ». « Là aussi, c’est positif, observe Violaine Husson. Cela permettra aux femmes comme aux associations d’avoir un point de contact mieux identifié. À condition bien sûr que l’existence de ce référent soit indiqué dès l’accueil. »

5. Agir pour l’insertion professionnelle :

La mesure : « harmoniser et simplifier les méthodes d’établissement des attestations de comparabilité des diplômes ». « Pour les immigrés en général et les femmes en particulier, on est confronté à un gros problème de déqualification, explique Lorraine Nicolas, au CNIDFF. Les femmes souffrent ainsi doublement sur le marché du travail, d’être femmes et d’être étrangères. Il existe en France un centre de comparabilité des diplômes, qui traduit les compétences étrangères en équivalents français, mais il est peu connu. De même, le système de validation des acquis et de l’expérience (VAE) fonctionne mal. »

6. Accès à la mobilité :

La mesure : « généraliser les plates-formes d’accès à la mobilité et les systèmes de tarification solidaire des transports en commun ». « La mobilité est un obstacle très important à l’insertion sociale des femmes, et cela est accentué pour les immigrées qui vivent principalement dans les banlieues ou les zones « sensibles », observe Lorraine Nicolas. Il faut travailler avec les collectivités pour améliorer le réseau de transports en commun. Il y a aussi des expérimentations très intéressantes d’auto-écoles sociales, avec des modalités pédagogiques et financières adaptées. On rentre dans la problématique par le biais des femmes, mais en réalité, ce sont des quartiers entiers qu’il faut désenclaver. »

Téléchargez >>

Olivier Noblecourt, L\’égalité pour les femmes migrantes

Plus de 3 000 religieux par an quittent la vie consacrée

Jean Pierre POUTEAU/CIRIC

Moines et moniales cisterciens à l’abbaye de Citeaux (Côte d’Or).

Jean Pierre POUTEAU/CIRIC

Moines et moniales cisterciens à l’abbaye de Citeaux (Côte d’Or).

Le chiffre a été rendu public par le secrétaire de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique. Selon le P. José Rodriguez Caballo, plus de 3 000 religieux ou religieuses quittent chaque année la vie consacrée. Cette moyenne a été établie à partir du nombre d’abandons signalés entre 2008 et 2012.

Cette crise des vocations religieuses est en grande partie due à une culture du « zapping », a souligné le religieux au cours d’une journée d’études qui s’est tenu à Rome le 29 octobre. Des extraits de son discours ont été publiés par l’Osservatore Romano.

« Phénomène inquiétant »

« Si cela continue, la survie de certaines institutions pourrait gravement être mise en péril », a-t-il affirmé, en qualifiant des départs de « phénomène inquiétant ». « Ces abandons sont certainement un symptôme d’une crise plus large dans la vie religieuse et consacrée », a-t-il poursuivi. Il a insisté sur l’importance pour l’Église de regarder ces problèmes en face et de ne pas « regarder ailleurs ».

Parmi les causes de ces défections, le P. Rodriguez Caballo a notamment cité une « absence de vie spirituelle (prière personnelle, prière communautaire, vie sacramentelle) » conduisant à une « profonde crise de foi ». La communauté religieuse, voire l’Église, n’ont alors « plus de sens » pour le religieux qui quitte la vie consacrée.

Crise de l’autorité

Le secrétaire de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique insiste aussi sur une crise de l’autorité au sein même des communautés, ainsi que des « problèmes interpersonnels, les malentendus, le manque de dialogue et de communication authentique ».

Le P. Rodriguez Caballo cite aussi les questions affectives. Ces « violations du vœu de chasteté » peuvent prendre plusieurs formes : mariage, mais aussi « des actes homosexuels répétés » ou des relations hétérosexuelles « plus ou moins fréquentes ».

720 000 religieux dans le monde

Selon la dernière édition de l’annuaire statistique pontifical, publié en 2012, les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique regroupaient alors 197 136 hommes (évêques, prêtres, diacres permanents, séminaristes, religieux non-prêtres) et 523 654 femmes engagées définitivement dans leur ordre (41 036 dans des monastères autonomes, 466 306 dans les instituts centralisés et 16 312 dans les instituts séculiers).

Par ailleurs, environ 650 prêtres diocésains par an ont quitté le sacerdoce entre 2006 et 2011, selon le Saint-Siège. En revanche, l’annuaire ne fait aucune mention des défections de religieux.

Loup Besmond de Senneville

**********************************************

Les Légionnaires du Christ demandent pardon pour leurs « déficiences »

Dans un long communiqué diffusé jeudi 6 février, la congrégation controversée prend ses distances avec son fondateur et annonce une vaste modification de ses statuts

6

Legionnaires du Christ

Séance de travail lors du chapitre général extraordinaire des Légionnaires du Christ.

Legionnaires du Christ

Séance de travail lors du chapitre général extraordinaire des Légionnaires du Christ.

Plus de trois ans après sa mise sous tutelle pontificale par Benoît XVI, et près d’un mois après le début d’un chapitre général extraordinaire chargé de remettre à plat son fonctionnement, la congrégation des Légionnaires du Christ a officiellement demandé pardon, jeudi 6 février, pour les actes commis par son fondateur, le P. Marcial Maciel (1920-2008), mais aussi pour ses propres « déficiences ».

Dans un long communiqué de cinq pages, les Légionnaires annoncent que ce chapitre a réellement entrepris d’« établir définitivement la position de notre congrégation sur les comportements du P. Marcial Maciel et sur son rôle de fondateur », évaluant « la gravité du mal et le scandale causé » et espérant « pouvoir racheter notre histoire douloureuse et vaincre par le bien les conséquences du mal ».

Sur leur fondateur, le P. Maciel, coupable de crimes de pédophilie et d’une véritable double vie, la congrégation reconnaît fermement ses « actions très graves et objectivement immorales ».

« Nous demandons pardon pour ces déficiences qui ont augmenté la douleur et l’incertitude de beaucoup »

« Nous voulons exprimer notre profond regret pour les abus de mineurs séminaristes, les actes immoraux commis avec des hommes et des femmes adultes, l’usage arbitraire de son autorité et des biens, la consommation exagérée de médicaments addictifs et l’appropriation d’écrits publiés par des tiers », soulignent les Légionnaires, expliquant combien « l’attitude incohérente de continuer à se présenter pendant des dizaines d’années comme prêtre et témoin de la foi alors qu’il cachait ces conduites immorales nous apparaît incompréhensible ».

« Nous réprouvons tout cela avec fermeté, continuent-ils. Nous regrettons que de nombreuses victimes et personnes affectées aient espéré en vain une demande de pardon et de réconciliation de la part du P. Maciel, et aujourd’hui, nous voulons faire nous-mêmes cette demande, en exprimant notre solidarité envers elles toutes. »

La congrégation n’entend pas non plus s’exonérer de la façon dont elle a mal géré les révélations sur son fondateur : « Nous reconnaissons aujourd’hui l’incapacité initiale à croire les témoignages des personnes qui avaient été victimes du P. Maciel, le long silence institutionnel et, plus tard, les hésitations et les erreurs de jugement au moment d’informer les membres de la congrégation et les autres personnes. Nous demandons pardon pour ces déficiences qui ont augmenté la douleur et l’incertitude de beaucoup ».

« Chemin de renouveau »

Pour autant, alors que des voix s’étaient fait entendre pour demander sa dissolution pure et simple, la congrégation entend bien continuer son œuvre, tout en se situant « avec humilité » dans un « processus de renouveau et de conversion » dont témoigne l’élection comme nouveau directeur général d’un Mexicain, de longue date dans la congrégation, mais qui n’y avait jamais occupé de fonction à haut niveau.

Sur ce « chemin de renouveau », les Légionnaires annoncent trois grands changements en ce qui concerne la réforme du charisme, l’exercice de l’autorité et la formation des religieux, trois domaines sur lesquels elle était fortement critiquée.

En ce qui concerne leur charisme, les Légionnaires rappellent que la congrégation a déjà expliqué « qu’elle ne peut pas proposer le P. Maciel comme modèle, ni ses écrits personnels comme guide de vie spirituelle ». « Nous reconnaissons sa condition de fondateur. Cependant, une congrégation religieuse et ses traits essentiels ne tirent pas leur origine de la personne du fondateur. C’est un don de Dieu que l’Eglise accueille et approuve et qui vit ensuite dans l’institut et dans ses membres. »

« Séparation claire entre le domaine de la conscience, le for interne et le for externe »

Ils reconnaissent qu’« une compréhension inadaptée du concept de fondateur, l’exaltation excessive et la vision acritique de la personne du P. Maciel nous ont souvent conduits à donner une valeur universelle à ses indications et à trop nous y accrocher » et annoncent que, « dans la révision des constitutions actuelles, une des tâches principales a été de séparer ce qui exprimait réellement le patrimoine charismatique de notre congrégation d’autres éléments secondaires ».

Le chapitre souligne aussi avoir constaté « certaines tendances qui nous ont empêché de bien comprendre notre charisme », citant « le manque d’insertion dans l’Église locale, ainsi que l’insistance démesurée sur notre propre effort, l’efficacité humaine, le prestige extérieur, l’accomplissement de normes minutieuses ».

Pour ce qui est de l’exercice de l’autorité, le chapitre dit avoir « cherché à introduire une séparation claire entre le domaine de la conscience (la direction spirituelle et la confession), le for interne et le for externe (la direction du supérieur et les règles de vie religieuse), pour mieux garantir la liberté et l’intimité de chaque religieux ».

« Les événements de ces années marqueront l’identité et la vie de notre congrégation »

Il souligne aussi qu’avec la suppression du vœu particulier de charité, qui poussait à ne pas critiquer ses supérieurs, « nous apprenons progressivement à partager et discuter librement avec nos frères les réflexions et suggestions sur tous les sujets qui touchent à la vie et à la mission de la congrégation ».

Enfin, pour ce qui est de la formation des religieux, le chapitre insiste sur « le besoin d’améliorer l’accompagnement vocationnel pour que les novices et les religieux fassent mûrir leur décision personnelle devant Dieu avant d’émettre leur profession religieuse ». De nombreuses critiques s’étaient élevées sur le manque de liberté des candidats à la Légion.

Pour autant, les Légionnaires reconnaissent que, si le chemin d’un « renouveau authentique et profond », selon les mots du pape François, a « progressé », il n’est, pour autant « pas encore terminé ». « Les événements de ces années marqueront l’identité et la vie de notre congrégation », insistent-ils avant, une nouvelle fois, de « demander pardon et réitérer notre effort de réconciliation envers tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont été blessés par les tristes événements de ces années et par nos déficiences ».

Nicolas Senèze

**************************************

Version imprimable Partager

  Un combat pour l’égalité et la justice sociale

Diane Lamoureux

L’auteure est professeure au Département de science politique de l’Université Laval

Enraciné dans la lutte contre les injustices faites aux femmes, le mouvement féministe vise à remettre en question la structuration même de la société.

Le féminisme existe au Québec comme courant organisé depuis près de 50 ans. Que l’on prenne comme point de départ la fondation de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), en 1966, ou celle du Front de libération des femmes, en 1969, il y a toujours eu au Québec des organisations se réclamant du féminisme depuis les années 1960. Ces organisations et les courants d’idées sur lesquels elles se sont appuyées ont transformé de façon considérable les conditions d’existence des Québécoises. Elles participent également du vaste tissu associatif de la société québécoise et permettent de donner vie et sens à notre démocratie. À travers le féminisme, des milliers de femmes vivent leur citoyenneté et se battent au quotidien pour l’élargissement de la démocratie, pour des politiques publiques plus équitables, pour prendre en charge leur existence, pour contrer la violence institutionnelle ou personnelle à leur encontre et pour échapper à des situations de marginalité ou de pauvreté. Pas étonnant que le mouvement cherche actuellement à faire le bilan de ses actions passées et à dégager des perspectives pour les années à venir. Le présent texte se veut une contribution à ce débat nécessaire.

Un retour aux fondamentaux

Depuis son émergence comme mouvement social au XIXe siècle, le féminisme a été confronté à un paradoxe concernant son positionnement dans les luttes sociales : être un mouvement pour l’égalité entre les femmes et les hommes, ou être un mouvement pour la justice sociale ayant pour point d’ancrage la lutte contre les injustices commises à l’encontre des femmes? L’enjeu est loin d’être strictement rhétorique; il conditionne les stratégies d’action, les enjeux de lutte et les alliances du mouvement.

Si l’on pense que le féminisme est un mouvement pour l’égalité entre les hommes et les femmes, plusieurs positionnements sont possibles. Il y a longtemps eu un débat égalité/différence dans le féminisme, à savoir s’il fallait définir les femmes comme « des hommes de sexe féminin » et neutraliser le facteur sexe (ou genre) quant à ses implications sociales – la position égalitariste –, ou s’il fallait plutôt insister sur la différence entre les hommes et les femmes, valoriser le féminin et décliner l’humanité selon deux genres – la position différentialiste.

La position différentialiste a déjà été largement discréditée par le fameux « on ne naît pas femme, on le devient » de Simone de Beauvoir. Elle nous renvoie à une compréhension naturaliste du social, en plus de revêtir un caractère hétérosexiste. Elle est naturaliste, d’abord, parce qu’elle fait du sexe biologique le fondement du genre social, comme si celui-ci était une garantie de quoi que ce soit, et, ensuite, parce qu’elle en déduit un certain nombre de traits de caractère (exemple : les femmes sont plus attentives que les hommes au bien-être d’autrui). Et elle est par ailleurs hétérosexiste, dans la mesure où elle postule que la complémentarité ne peut s’effectuer qu’entre personnes de sexes différents.

La position égalitariste me semble beaucoup plus répandue et peut-être plus pernicieuse. Pour neutraliser le genre, il faut d’abord montrer comment il est à l’œuvre dans nos sociétés et comment il structure les rapports sociaux. C’est ce qui explique que la position égalitariste peut nourrir autant une position libérale d’insertion des femmes dans la société existante qu’une position féministe radicale (qui va à la racine de l’oppression des femmes et pense qu’il faut abolir le système social patriarcal pour parvenir à leur libération).

Dans la variante libérale, la position égalitariste n’exclut pas les luttes pour faire changer les lois discriminatoires et mettre en place des mesures en faveur des femmes ou de l’égalité, mais présuppose que c’est l’ignorance de la situation des femmes de la part des autorités politiques qui explique les injustices et les discriminations. Cela conduit à la documentation des inégalités de genre (les commissions d’enquête gouvernementales des années 1970 ou la Convention pour l’élimination de la discrimination à l’encontre des femmes, adoptée par l’ONU, par exemple) et à la préconisation de solutions pour y mettre fin, comme l’équité salariale et les organismes gouvernementaux responsables de la « condition féminine».

Pour sa part, la variante radicale conduit à l’organisation de luttes contre divers aspects de l’oppression des femmes (travail domestique, oppression sexuelle, absence de droits, accès à certains domaines réservés aux hommes), bref, à un certain « syndicalisme féminin ». Celui-ci peut être « de combat » puisque les résistances à l’égalité entre les femmes et les hommes sont nombreuses, mais il n’en reste pas moins sur le terrain d’un mouvement « identitaire », lié à la catégorie « femmes ». Cela conduit graduellement à une transformation du mouvement féministe en mouvement des femmes.

Que ce soit dans sa variante libérale ou dans sa variante radicale, le mouvement est rapidement conduit à se poser la question suivante : l’égalité de quelles femmes, avec quels hommes? Ainsi, du fait d’une compréhension étriquée des inégalités sociales, réduisant celles-ci aux seules inégalités de genre, le féminisme libéral devient l’horizon du féminisme radical – contrairement aux espoirs des féministes radicales des années 1970 qui espéraient une radicalisation des libérales. L’enjeu du féminisme tend ainsi à se réduire à l’ajout de femmes à tous les échelons de la hiérarchie sociale (plus de députées, d’entrepreneures, de militaires, d’ingénieures, etc.).

Par contre, si l’on conçoit le mouvement féministe comme un mouvement pour la justice sociale ayant pour point d’ancrage la lutte contre les injustices faites aux femmes, le chemin est peut-être plus sinueux, mais en même temps plus prometteur. Certes, il ne s’agit pas de fondre le féminisme dans le vaste creuset des luttes anticapitalistes, mais plutôt de tenir pour acquis que nos sociétés sont structurées par divers systèmes consubstantiels d’injustice – qui forment un nœud qui ne peut être séquencé qu’à des fins d’analyse.

Dans cette optique, les enjeux auxquels sont confrontés les féministes ne sauraient se réduire à des enjeux d’inégalités de genre. Ils doivent embrasser aussi les inégalités de race et de classe si nous voulons que nos luttes permettent la liberté et l’égalité de toutes les femmes et non d’une petite minorité qui ne devrait l’amélioration de son sort qu’à l’assujettissement accru d’autres femmes.

Cela exige d’abord de comprendre que l’injustice, dans les sociétés contemporaines, a plusieurs facettes, dont les plus importantes, pour reprendre les catégories d’Iris Young, sont l’exploitation, la marginalisation, l’absence de pouvoir, l’impérialisme culturel et la violence. Cela nécessite ensuite d’envisager la question des rapports sociaux et de leur interrelation. Il en découle que l’enjeu n’est plus seulement la situation des femmes, mais la structuration du vivre-ensemble – « le monde », selon Hannah Arendt.

Quels terrains de lutte?

Si l’enjeu du féminisme devient « le monde », cela élargit considérablement ses terrains de lutte potentiels. Une des grandes leçons que nous pouvons tirer du « printemps québécois », c’est que pour susciter une mobilisation politique de grande ampleur, nécessaire à la transformation des rapports sociaux de classe, de sexe et de race qui prévalent au Québec, il ne faut pas se cantonner à des revendications sectorielles mais parvenir à transformer celles-ci en questions d’intérêt public concernant l’ensemble des citoyennes et des citoyens. C’est ainsi qu’un refus de la hausse des droits de scolarité a été formulé en termes d’opposition au principe néolibéral de l’utilisateur-payeur, ce qui a permis au mouvement étudiant de contrer (au moins à court terme) une telle hausse tout en ralliant à sa cause celles et ceux qui luttent contre la « taxe santé », contre la hausse des tarifs d’électricité ou des loyers. C’est un exemple qui peut être inspirant pour le mouvement féministe.

Avec l’avènement du féminisme, les enjeux des femmes, autrefois confinés à la sphère domestique, se sont élargis. Ils embrassent maintenant la violence, l’avortement, la contraception, les inéquités salariales, l’accès aux emplois non traditionnels, etc. Cependant, certaines réticences demeurent quand des féministes abordent des enjeux de politique étrangère, de fiscalité, d’immigration, de militarisme, d’inégalités sociales, de culture et de développement économique – questions d’importance lorsque « le monde » devient notre enjeu.

Dans les prochaines années, il nous reste donc à établir l’idée que rien de ce qui est humain n’est étranger aux préoccupations féministes. Ainsi, on ne peut pas réfléchir à l’organisation de notre système de santé en faisant l’impasse, par exemple, sur la division sociale et sexuelle du travail qui prévaut dans ce secteur, ni sur les répercussions de la tarification des soins pour les femmes plus spécifiquement, les inégalités sociales de santé, la division sexuelle et générationnelle du travail au sein de la famille, le rôle des femmes immigrantes dans les soins aux personnes, etc. Autour de ces questions s’articulent donc, de façon très concrète, des rapports sociaux de sexe, de classe et de race, qu’il s’agit de mettre au jour si nous voulons aboutir à des solutions socialement justes, mais dont il faut se garder d’isoler les uns des autres.

À cet égard, la présence à Ottawa d’un gouvernement conservateur, néolibéral, raciste, homophobe et antiféministe peut, paradoxalement, s’avérer un atout pour désectorialiser les actions et les réflexions féministes. Sans renoncer aux revendications « classiques », il faut pouvoir expliquer à tous ceux et celles qui combattent ce gouvernement que son programme homophobe et antiféministe est partie prenante de sa politique néoconservatrice et néolibérale, qui ne pourra être combattue efficacement qu’en prenant aussi en compte ses dimensions antiféministes. Tout en faisant émerger les rapports de genre, il faut constamment les relier aux autres rapports sociaux de domination.

Le contexte dans lequel se déroulent les luttes féministes a changé. Depuis les années 1960, nous avons dû lutter de pied ferme pour obtenir des transformations législatives et l’inflexion des politiques publiques, dans un contexte où nos luttes trouvaient un certain écho au sein de l’appareil institutionnel. C’est de moins en moins le cas et nous nous battons à contre-courant, ce qui nous met dans la posture politique ambiguë de devoir défendre nos « acquis ».

Ceci rend d’autant plus urgent le besoin de développer une solidarité politique entre les femmes au Québec, mais aussi au-delà des frontières, tout en développant, comme cela s’est produit dans la dernière décennie, des alliances avec d’autres mouvements sociaux. Il ne s’agit pas de postuler que les situations vécues par les femmes peuvent se réduire à un dénominateur commun qui induirait une sorte de sororité automatique. Nous n’en sommes plus là. Il s’agit plutôt de tenir compte des différences (entre les femmes et entre les féministes et leurs alliés) et de les formuler politiquement pour parvenir à une solidarité réfléchie, qui permette d’agir ensemble sans que le prix de cette action commune soit la négation de certaines.

Cela implique également que, comme féministes, nous nous engagions dans les luttes contre les guerres impérialistes, le néolibéralisme et le néoconservatisme. Elles sont aussi les nôtres, non pas parce qu’il y aurait une sorte d’anticapitalisme général qui fédérerait toutes les luttes sociales, mais parce que le type de régime que veut instaurer la nouvelle droite pose un problème d’ensemble que nous ne pouvons ignorer en tant que féministes si nous prenons au sérieux les valeurs de liberté, d’égalité et de solidarité.

En effet, le militarisme nourrit la violence contre les femmes (et pas seulement dans les zones de conflit). Les guerres des dernières décennies – y compris celles qui auraient été entreprises pour « libérer » les femmes, comme en Afghanistan – ont accru la violence sociale en général et la violence sexiste en particulier. Le retour à la « loi du plus fort » est lourd d’une normalisation des rapports sociaux qui ne peut que nous être préjudiciable, tant comme femmes que comme féministes.

Quant au néoconservatisme, il vise à enfermer les femmes dans l’univers privé de la famille, définie en termes classiquement patriarcaux et hiérarchiques, structurée autour de la logique du « papa a raison » qui dispense d’avoir à fournir des raisons. Enfin, le néolibéralisme dépolitise les rapports sociaux au nom de la gouvernance et réduit la citoyenneté à l’autonomie matérielle. Or, pour formuler nos propres préoccupations politiques, nous avons besoin d’une compréhension du social en termes de rapports sociaux entre groupes et non pas en termes de morale individuelle.

Ceci signifie que le développement d’une politique féministe ne peut pas être que pour les femmes; il doit interroger l’ensemble des rapports sociaux d’injustice, de domination et d’exclusion. C’est la condition pour maintenir vivant un féminisme de rébellion sociale poursuivant des finalités de justice sociale.

Il y a un an, Benoît XVI quittait le Vatican, laissant le siège de Pierre vacant

PAPE FRANCOIS29

VINCENZO PINTO / AFP

Le pape Benoît XVI s’apprête à quitter le balcon de Castel Gandolfo, le jeudi 28 février 2013, après avoir prononcé ses dernières paroles publiques en tant que souverain pontife, avant l’heure de sa renonciation officielle fixée à 20 heures.

VINCENZO PINTO / AFP

Le pape Benoît XVI s’apprête à quitter le balcon de Castel Gandolfo, le jeudi 28 février 2013, après avoir prononcé ses dernières paroles publiques en tant que souverain pontife, avant l’heure de sa renonciation officielle fixée à 20 heures.

Benoît XVI coupe court aux spéculations sur la validité de sa démission

Il y a un an, le 28 février 2013, la renonciation historique de Benoît XVI prenait effet. Lors de sa dernière audience générale place Saint-Pierre la veille, il avait expliqué avec simplicité et sérénité les motivations de sa décision. « Je n’abandonne pas la croix, mais je reste d’une façon nouvelle près du Seigneur Crucifié. Je n’assume plus le pouvoir de la charge du gouvernement de l’Église, mais je demeure dans le service de la prière », avait-il déclaré.

Jeudi 28 février, moins de trois heures avant sa démission qui devrait prendre effet à 20 heures, le pape quittait le Vatican à bord d’un hélicoptère blanc, orné d’un fanion aux couleurs du Saint-Siège, pour Castel Gandolfo où il est resté quelques mois avant de revenir s’installer au monastère Mater Ecclesiae, dans l’enceinte du Vatican, le jeudi 2 mai, où il fut accueilli par le pape François.

Les cloches de Rome s’étaient alors mises à sonner à toute volée au moment où l’hélicoptère décollait au-dessus de la somptueuse basilique Saint-Pierre. Au même moment, le pape postait son ultime tweet sur son compte @pontifex. « Mettez le Christ au centre de vos vies ». « Merci pour votre amour et pour votre soutien », a-t-il écrit, trois heures avant l’entrée en vigueur de sa démission historique.

« Je suis désormais un simple pèlerin sur cette terre, un pèlerin qui va commencer la dernière étape de son pèlerinage »

Peu de temps avant, dans la cour Saint-Damase et devant une cinquantaine de gardes suisses au garde-à-vous, des cardinaux, prêtres et tous ses collaborateurs proches avaient salué Joseph Ratzinger, certains s’agenouillant pour baiser son anneau, et l’avaient applaudi. Frêle et voûté, s’appuyant sur une canne et marchant à pas le

nts, le pape avait salué l’assistance de la main.

« Je suis désormais un simple pèlerin sur cette terre, un pèlerin qui va commencer la dernière étape de son pèlerinage. » Telles furent les dernières paroles publiques de Benoît XVI en tant que souverain pontife, s’adressant à la foule qui se pressait sous la loggia de sa résidence d’été à Castel Gandolfo.

Acclamé par des milliers d’Italiens qui agitaient leur mouchoir blanc et leur petit drapeau jaune et blanc aux couleurs du Vatican, le pape avait livré de sobres adieux, se disant « heureux d’être entouré de la beauté de la Création et de votre sympathie qui me fait beaucoup de bien », et appelant les fidèles à « aller de l’avant avec le Seigneur pour le bien de l’Église et du monde ».

Depuis, une vie discrète au monastère Mater Eclesiae

À 20 heures heure française, la seule manifestation concrète de cette fin de règne avait été, de la part des gardes suisses montant la garde devant le porche de Castel Gandolfo, de lever le camp.

Depuis, Benoît XVI a mené une vie très discrète. Samedi 23 mars 2013, le pape François est venu lui rendre visite à Castel Gandolfo, mais aucune apparition publique n’a eu lieu à cette occasion. Il y a quelques jours, samedi 22 février, Benoît XVI a participé au premier consistoire du pape François, à la surprise générale, près d’un an après sa renonciation. Certains médias ont alors évoqué une sorte de dyarchie au Vatican, se demandant si Joseph Ratzinger s’était bien retiré totalement comme il l’avait promis. Des spéculations « simplement absurdes » a alors répondu Benoît XVI dans une lettre publiée mercredi 26 février par le quotidien La Stampa=p

***************************************************

Benoît XVI coupe court aux spéculations sur la validité de sa demission

Il-y-a-un-an-Benoit-XVI-quittait-le-Vatican-laissant-le-siege-de-Pierre-vacant_article_main

Le pape émérite Benoît XVI a rejeté les « spéculations absurdes » sur la validité de sa démission et affirmé son « identité de vues » et « son amitié » pour le pape François, dans une lettre inhabituelle publiée mercredi 26 février par le quotidien

(AP Photo/Alessandra Tarantino)

Le pape émérite Benoît XVI (à gauche) salue le pape François à la fin du consistoire samedi 22 février dans la basilique Saint-Pierre.

(AP Photo/Alessandra Tarantino)

Le pape émérite Benoît XVI (à gauche) salue le pape François à la fin du consistoire samedi 22 février dans la basilique Saint-Pierre.

Avec cet article

EN VIDÉO : Il y a un an, Benoît XVI bouleversait l’Église en annonçant sa renonciation 

Il réagissait à des analyses de certains médias qui évoquaient une sorte de dyarchie au Vatican, se demandant si Joseph Ratzinger s’était bien retiré totalement comme il l’avait promis. Le pape émérite était en effet apparu samedi dernier lors du Consistoire dans la basilique Saint-Pierre.

« Il n’y a pas le moindre doute quant à la validité de ma renonciation au ministère pétrinien (la fonction de pape, ndlr). L’unique condition de la validité est une pleine liberté de décision. Les spéculations sur l’invalidité de la renonciation sont simplement absurdes », affirme le pape émérite, en réponse à des questions que lui avait posées par écrit La Stampa.

Il s’explique aussi sur la tenue blanche qu’il porte comme le pape François : « Le maintien de l’habit blanc et du nom de Benoît constitue une chose simplement pratique. Au moment de la renonciation, il n’y avait pas d’autres habits à disposition. Du reste je porte l’habit blanc d’une manière clairement distincte de celui du pape. Là aussi il s’agit de spéculations sans le moindre fondement. »

Enfin, Benoît XVI évoque les propos qu’il avait adressés récemment au contestataire suisse allemand Hans Küng, son ancien collègue d’université devenu le théologien le plus critique à son égard : « Le professeur Küng a cité littéralement et correctement les paroles de la lettre que je lui avais adressée. » Dans cette lettre, l’ancien pape affirmait : « Je suis reconnaissant de pouvoir être lié par une grande identité de vues et une amitié de cœur au pape François. Je considère que mon unique et ultime devoir est de soutenir le pontificat par la prière. »

Samedi, Benoît XVI avait créé la surprise en se présentant au Consistoire : il avait été applaudi par 150 cardinaux réunis dans la basilique pour la création par François de 19 d’entre eux. Assis discrètement au premier rang, dans un coin, sur une simple chaise au milieu des cardinaux, il avait été salué chaleureusement au début et à la fin par le pape François. En signe de déférence et de soumission totale au nouveau pontife, il avait retiré alors sa calotte blanche.

Benoît XVI vit retiré sur la colline du Vatican et entretient un contact régulier avec son successeur.

AFP

Good to know             Social Teaching of the Church          Deacon Paul C. Dorsinville

From the Letter of James to “Rerum Novarum”(P. Leo XIII, 1891)  to subsequent papal documents, Vatican II Council and the Catechism of the Catholic Church has emerged the Social Teaching  applying the Gospel to socio-economic changes following the Industrial Revolution. It is still a great secret while it provides criteria to evaluate various models of society:

Eminent dignity of the human person, created by God, redeemed by Jesus Christ

Contribution of humankind to Creation, dignity of work

Right of association and organization: family, union, religion

Right to fair wages and decent work conditions

Preferential option for the poor

Role of government, subsidiarity, democracy

Protection of the environment

Pope Francis keeps challenging us to care for the poor and marginalized and we become uncomfortable, whether we are elected officials or executives or decision-makers of any kind.

Individually and collectively, we must pass the test of Matthew 25 to join Jesus in the Kingdom!

+                      +                   +

Appliquant l’énseignement des Ecritures aux changements socio-éconmiques  qui ont suivi la Révolution Industrielle du 19ième siècle à ce jour, Pape Léon XIII et ses successeurs, le Concile Vatican II et le Catéchisme de l’Eglise Catholique nous ont donné les critéria pour évaluer les divers modèles de société (c’est encore un grand secret):

Eminente dignité de la Personne humaine, créée par Dieu, sauvée par Jésus-Christ

Paricipation de l’humanité à la Création, dignité du travail

Droit d’association et d’organisation: famille, syndicat, religion

Droit à une juste rénumération et de bonnes conditions de travail

Option préférentielle pour le pauvre

Role du gouvernement, subsidiarité, démocracie

Protection de l’environnement

Pape François nous rappelle sans cesse le défi de responsabilité envers les pauvres et marginalisés, ce qui nous mets mal à l’aise, que nou soyons politiciens ou dirigeants de n’importe quoi. Individuellement et collectivement , nous devons passer l’examen de Mathieu 25 pour rejoindre Jésus dans le Royaume!

****************************************************

L’inclusion sociale des migrants au coeur des discussions organisées par l’Alliance des civilisations

Terre

                        Une Table ronde sur le thème “L’inclusion sociale et les migrations – Progressions dans le programme pour l’après-2015″ a eu lieu récemment au Siège des Nations Unies à New York. Cette rencontre, organisée par l’initiative de l’ONU, Alliance des civilisations, s’est déroulée en présence, entre autres, de José Luis Rodriguez Zapatero, ancien Président du gouvernement espagnol.

Notre invité, Jordi Torrent, Gestionnaire des projets des moyens de communication et de l’éducation, à l’initiative des Nations Unies « Alliance des civilisations », explique la problématique des migrations dans les sociétés.

L’Alliance des civilisations est une initiative du Secrétaire Général des Nations Unies qui a pour mission d’améliorer la compréhension et les relations entres nations et peuples de cultures et de religions différentes, et de contribuer à freiner les forces qui alimentent la polarisation et les extrémismes. L’Alliance a été établie en 2005 à l’initiative des gouvernements espagnols et turcs, sous le patronage des Nations Unies.

(Interview : Jordi Torrent, Gestionnaire des projets des moyens de communication et de l’éducation, à l’Alliance des civilisations ; propos recueillis par Jean Pierre Amisi Ramazani)

******************************************

Health

2014 Guidelines for Stroke Prevention in Women

Posted on Feb. 19, 2014, 6 a.m. in Women’s Health Diagnostics Stroke

Women’s Risks – image from Shutterstock

The fifth leading cause of death in men and the third-leading cause of death in women, stroke risk factors include high blood pressure, high cholesterol and smoking. New evidence now suggests that other additional factors may raise stroke risk among women.  Preeclampsia, a condition in which blood pressure rises during pregnancy, places women at twice the risk of a stroke and four times the risk of high blood pressure later in life. As well, use of birth control pills while hypertensive may also raise stroke risk.  Other risk factors more common in women than men include migraine with aura, atrial fibrillation, diabetes, depression and emotional stress. Writing that: “We provide current evidence, research gaps, and recommendations on risk of stroke related to preeclampsia, oral contraceptives, menopause, and hormone replacement, as well as those risk factors more common in women, such as obesity/metabolic syndrome, atrial fibrillation, and migraine with aura,” the study authors submit that: “To more accurately reflect the risk of stroke in women across the lifespan, as well as the clear gaps in current risk scores, we believe a female-specific stroke risk score is warranted

*************************

 

3rdAnnual Leadership Convention

hanagala

 

HANA: Celebrating 30 Years of Service, Collaboration, Leadership and Excellence

Goal:

The goal of the 3rd Annual HANA Convention is to mobilize Haitians nurses, Haitian American Nurses and other nurses as Change Agents to analyze and integrate the Institute of Medicine (IOM) Report on the Future of Nursing: Leading Change, Advancing Health. As a result of attending this convention, nurses will be transformed, engaged and empowered while addressing professional nursing practice, global health and nursing education in Haiti.

Objectives:

  • Identify strengths and weaknesses in nursing education and health care in Haiti.
  • Analyze current trends and paradigm shifts in nursing education and methods of healthcare delivery in international settings.
  • Explore the values and benefits of cultural diversity in promoting cultural competent care.
  • Reflect with other chapter members and partners to advance nursing practice and improve health care globally.
  • Discuss the implementation of the Affordable Care Act and the role of nurses in the delivery of care.
  • Embrace the use of Technology in nursing in promoting the delivery of health care.
  • Review and analyze the pitfalls and effective use of social media in nursing practice.
  • Empower nurses to lead change effectively.

Concurrent Sessions and Poster Presentations

  • Affordable Care Act
  • Cultural Diversity
  • Leadership Institute
  • Leadership& Empowerment
  • Nursing Education and Health Care in Haiti
  • Technology (Social media, face book, Twitter, Simulation, iPods, E-MAR, Electronic Health Records (EHR)
  • Chapters Needs Assessment
  • Horizontal Violence/Mental Health Issues

Target Audience: Nurses (LPNs, RNs, ARNPs, and DNPs), student nurses, Graduate students, pre-select nursing students and other health care professionals

5/28/2013 ME/GB/MF

******************************************

Plus de 20 000 oiseaux marins sont morts à la suite des tempêtes sur le littoral atlantique

Affaiblis et épuisés par les tempêtes successives, plus de 21 000 oiseaux marins morts se sont échoués sur les plages du littoral atlantique depuis fin janvier.

XAVIER LEOTY / AFP

Cadavres de macareux moines retrouvés sur une plage de Sainte-Marie-de-Ré, après une des tempêtes qui a touché le littoral cet hiver. Ces oiseaux sont probablement morts d’épuisement et du manque de nourriture.

XAVIER LEOTY / AFP

Cadavres de macareux moines retrouvés sur une plage de Sainte-Marie-de-Ré, après une des tempêtes qui a touché le littoral cet hiver. Ces oiseaux sont probablement morts d’épuisement et du manque de nourriture. 

Avec cet article

Des milliers d’oiseaux meurtris par les tempêtes

oiseau

Il s’agit d’une « hécatombe » sans précédent depuis au moins un siècle, a annoncé mercredi 26 février la Ligue de protection des oiseaux (LPO).

Au 24 février, sur la côte allant du Pays basque au Finistère sud, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) comptabilisait 21 341 oiseaux morts et 2 784 acheminés dans ses centres de sauvegarde, victimes des tempêtes à répétition qui ont touché cet hiver la façade atlantique. Le macareux moine (un oiseau de haute mer au gros bec triangulaire orange surnommé « perroquet de mer »), et le guillemot de Troïl sont les espèces les plus touchées et, dans une moindre mesure, le pingouin torda.

« De nombreux oiseaux flottants », morts pour la plupart, « au large des côtes ont été signalés par les marins pêcheurs. Autant dire que le bilan, encore provisoire, risque de s’alourdir dans les prochains jours », écrit la LPO dans un communiqué. La Ligue a effectué ces comptages durant trois week-ends, en mobilisant plus de 500 bénévoles.

manque de nourriture, épuisement et boulette de pétrole

Ces oiseaux ont essentiellement souffert d’un « manque de nourriture », a expliqué à l’AFP Nicolas Gendre, responsable de programmes à la LPO. « On pense que les tempêtes ont déplacé les oiseaux sur des zones moins riches en nourriture », a-t-il dit. « Par ailleurs, les oiseaux doivent se maintenir sur l’eau et, quand il y a une forte houle, ils dépensent plus d’énergie pour pouvoir survivre, se nourrir ». Quelques oiseaux ont pu aussi victimes des boulettes de pétrole, des bateaux ayant profité des intempéries pour dégazer au large.

« Jusqu’en 1900, on n’a aucune trace » d’un échouage aussi massif, a indiqué Nicolas Gendre. « Après les tempêtes, on trouve toujours quelques cadavres d’oiseaux. Mais en Charente-Maritime, c’est 4 ou 10 individus », a-t-il dit, soulignant que de nombreuses interrogations subsistaient pour expliquer un phénomène d’une telle ampleur.

La Croix avec AFP

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s