REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE 7th SUNDAY IN ORDINARY TIME (Feb. 23rd, 2014)

ed the sermon on the mountain, which is the first of the five long speeches of Jesus found in the Gospel of Matthew. In that sermon Jesus, like Moses who gave the old law from a mountain, MASTERFULLY proclaims the NEW LAW of his NEW KINGDOM.

The NEW LAW does not contradict the old. It rather reinforces it while forcefully accentuating some of its demands.  For instance, the demand for love present in the old law, as evidenced in the first reading, has now become the golden rule. It is the key principle from which everything flows.

Revenge frequently viewed as legitimate self defense is now radically banned. One must be willing to offer the left cheek to the adversary who has slapped him on the right. To the thief who steals our coat, we are called to let go of our shirt as well. We should be willing to walk two miles with the oppressor who forces us to carry his load for one mile. The enemy is to be loved as much as the friend.

Love is not a floating feeling of the heart but a commitment to reflect the image of God for God is love.

Everything HE does is out of love. Jesus came to the world to lay his life for the sake of sinners. We are saved by love. Love is the force that saves mankind not military might, war, hatred or violence.

The message is not naïve, impractical, absurd. It has motivated millions throughout the ages and still inspires millions today. May you too come to discover JESUS and the transforming power of love!

 

THE LOVE OF GOD IS TRULY PERFECTED IN HIM WHO KEEPS THE WORD OF CHRIST! (1 John 2, 5)

REFLEXIONS SUR LES LECTURES DE 7ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE (23 Fevrier 2014)

Lévitique 19, 1-2 +17-19; Psaume 103; 1 Corinthiens 3, 16-23; Mathieu 5, 38-48   Par  +Guy Sansaricq

Nous prions ces- jours-ci à partir du Grand discours de Jesus appelé “Le Sermon sur la Montagne.” Moise avait donné La Loi de l’Ancien Testament à partir de la Montagne du Sinai. Jesus lui aussi se situe sur une montagne pour proclamer solennellement la Loi Nouvelle de son Royaume.

Il ne s’agit pas d’une liste de règlements à observer aveuglément mais d’un appel vibrant à la loi d’amour. Il faut aimer son ennemi. Accepter sans se plaindre les pires injustices comme le vol ou les abus physiques des pires adversaires. C’est la loi absolue de l’amour au point meme que cela paraisse ridicule et absurde.  C’est que Dieu est AMOUR. Le chrétien est donc appelé à refléter son image.

La force qui sauve le monde n’est donc pas la violence, la guerre, l’oppression, la haine, la puissance militaire mais l’amour. A travers l’histoire, des millions d’hommes et de femmes l’ont cru. Aujourd’hui encore, des  millions vivent cet idéal au prix de grands sacrifices. C’est ton tour de te joindre à eux pour sauver ce monde divisé, opprimé, torturé par la faim et la misère d’un coté et avili d’un autre coté par une autre caravane d’ètres humains cyniques et superbes cuiracés d’indifférence.   Ils s’amusent alors que leurs ressources humaines et matérielles pourraint changer la face de la terre. Pour un monde nouveau, il faut des coeurs nouveaux! L’amour seul transforme! L’amour fait des miracles!

C’est la règle d’or!

Ouvre ton coeur à aimer jusqu’au bout! C’est ta vocation, O Chrétien! O défi merveilleux!

Le Seigneur est lent à la colère et plein d’amour! (Psaume du jour)

***********************************************

Pensée de la Semaine: Plus grande est la confiance,plus dure est la trahison

Thought of the Week : Greater is  the trust, the harder  is the treason

Pensamiento de la Semana:Mayor es la confianza, la traición más difícil

******************************************

******************************

A New Cardinal, A Renewed Hospital

Chibly22

Auxiliary Bishop Glandas Marie Erick Toussaint of the Archdiocese of Port-au-Prince, the director general of Hôpital Saint François de Sales, was the special guest of Brother Tob on Radio-Télé Solidarité this week. In addition to his role at the hospital, which was so terribly damaged by the earthquake of January 12, 2010, Bishop Toussaint is also responsible for the care of retired priests in the Episcopal Conference of Haiti.

In the interview, he mentioned how the brave people of Haiti have welcomed with great joy the news that Pope Francis had chosen Bishop Chibly Langlois to become the first-ever Haitian cardinal. He said he had known the cardinal-elect since 1983 in the Petit Seminaire College Saint Martial. He emphasized the qualities of Bishop Langlois and said he thinks he is a very good choice to be a member of the College of Cardinals. Bishop Toussaint is very proud his generation produced three bishops: Cardinal-elect Langlois of the Diocese of Les Cayes, Bishop Launay Saturné of the Diocese of Jacmel, and himself. Bishop Toussaint, a priest for nearly 20 years and a bishop for three, is very close to the farmers of Haiti and extremely devoted to the Blessed Virgin Mary.

Bishop Toussaint said that the Catholic Church of Haiti will offer a Mass of Thanksgiving at Stade Sylvio Cator in Port-au-Prince, on Sunday, March 9, at 3:00 PM, the anniversary of the visit of Blessed John Paul II to Haiti, to thank the Lord for the gift that Pope Francis has made to Haiti. This gift of a cardinal comes at a moment when our country continues to experience difficult times and is still known as one of the poorest nations in the world.

It is clear that the elevation of Cardinal-elect Langlois is a positive step for the church of Haiti and for our whole country. In the interview, Bishop Toussaint mentioned that all segments of the Haitian people—including our brothers and sisters of the Protestant community and our brothers and sisters who practice voodoo—welcomed the news. We ask the people of God to keep our first cardinal in prayer, because he will bear the heavy responsibility of serving as the ambassador of the church in Haiti to the Eternal City.

Bishop Toussaint expressed deep gratitude to Catholic Relief Services for its role in helping to rebuild the 200-bed hospital. He also spoke of his ministry providing for the needs of retired priests. Sadly, some Haitian priests and bishops have considerable economic difficulties in their twilight years. The late Archbishop François-Wolff Ligondé, the first Haitian archbishop of the Archdiocese of Port-au-Prince, is an example. He was not able to publish his memoirs before his death, because he did not have money. The pension our Haitian bishops and priests receive in their retirement is less than a pittance. For anyone who wants to support Haiti’s retired priests and bishops, the account number is 2860 000 729, and the name of the account is CEH/Priests Solidarity.

The staff of The Weekly Bulletin of The National Center of the Haitian Apostolate encourages all our friends to support this project.

Brother Tob

Un nouveau cardinal, un hôpital restauré

Chi23

chibly22-1

 Son Excellence Marie Erick Toussaint Glandas  , évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Port-au-Prince fut l’invité Special de Brother Tob à Radio Télé Solidarité le Dimanche 19 Février 2014. Monseigneur Glandas est un évêque très Marial et très proche des paysans et Paysannes d’Haiti. Il a 20ans de vie sacerdotale et 3ans de vie Episcopale

Rappelons que l’évêque Glandas est le directeur General de l’Hopital Saint Francois Sales et est responsible du projet

de la securité sociale des Prêtres à la retraite  au sein de la conference épiscopale d’Haiti . Dans son entretien il mentionna comment  le valeureux peuple d’Haiti a accueilli avec grande joie  la nouvelle de  l’elevation de l’eminence Chibly Langlois au rang de Cardinal et il ajouta qu’il a connu le Cardinal Chibly depuis l’Annee 1983 au Seminaire St Martial. Il mis l’accent sur les qualités du Cardinal Chibly et opina que c’est un très bon choix. Il est très fier de voir que sa generation a donné 3 évêques qui sont Son Eminence Chibly Langlois, leader spirituel du diocese des Cayes , Son Excellence Monseigneur Launay Saturne, l’évêque du diocese de Jacmel et lui-même.Il nous informa que l’Eglise Catholique d’Haiti aura une messe d’action de Grace le Dimanche 9 Mars, 2014 à 3:00PM au Stade Sylvio Cator, la date d’anniversaire  de la visite du bienheureux St Père Jean Paul II en Haiti afin de remercier le Seigneur de ce cadeau que le Saint Père Francois fit à l’Eglise Catholique d’Haiti à un moment ou notre pays continue à vivre des moments difficiles et est connu comme l’un des pays les plus pauvres de la planète provoquant parfois la risée du Monde.

Il est clair que l’élevation du Cardinal Chibly est un pas pour l’église D’Haiti et pour notre pays. Monseigneur Marie Erick Glandas Toussaint l’a mentionné dans son

Entrevue. Toutes les couches sociales de la population Haitienne et nos frères et soeurs de la communauté protestante et nos frères et soeurs vodouisants ont bien accueilli cette nouvelle. Nous demandons au Peuple de Dieu de mettre toujours dans  sa prière notre premier Cardinal qui est et sera ;a cible des medias . On doit ajouter qu’Il est devenu l’ambassadeur de l’église Catholique d’Haiti dans la cité éternelle et c’est une grande responsabilité

Monseigneur Marie Glandas nous informa de l’inauguration de l’Hopital Catholique St Francois de Sales pour le mois d’octobre 2014. Il nous fit savoir qu’il est le directeur general de ce dernier qui sera un chef d’oeuvre. Il ajouta que ce dernier aura 200 lits et ce sera un Hopital moderne avec tous les services. Monseigneur Glandas est très reconnaissant envers Catholic Relief Services CRS qui a  permis à l’église Catholique d’Haiti de reconstruire l’Hopital St Francois de Sales après le Tremblement de Terre de 2010

Monseigneur Toussaint mit l’accent aussi sur son ministère comme responsable de la Sécurité sociale des Prêtres d’Haiti à l’age de la retraite. Il insista que certains prêtres et certains évêques d’haiti ont eu des difficultés economiques considerables au soir de leur vie. Le regretté Archevêque Francois Wolf Ligondé le premier Archevêque Haitien de l’archidiocèse de Port-au-Prince est un grand exemple, il n’apas  pu publier ses memoires avant sa mort car il n’avait rien. Ce que nos éveques et pretres ont comme pension  a leur retraite en Haiti est moins qu’une pittance. Monseigneur Toussaint nous donna ce numeros de compte pour tous ceux et celles qui veulent supporter le projet de la conference episcopale pour les pretres a la retraite. BNC le numero de

compte: 2860 000 729 le nom du compte est: CEH/ Solidarite Sacerdotale.

Le personnel du bulletin du centre National encourage tous ses amis et amies  a supporter ce projet et à aider l’église Catholique dans Ses Projets.

Brother Tob

************

Basililique du Cap de la Madeleine-50eme Anniversaire

Le Père  Yoland Ouellet , Recteur du Sanctuaire Marial du Cap de la Madeleine et l’un des grands amis de la communauté Haitienne Catholique au Quebec était l’invité special de Brother Tob à Télé Solidarité pendant Son court sejour à New York du 10 au 12 Février2014.  Le Père Ouellet est un prêtre très Marial et doué de grandes relations humaines.

Le Père Ouellet a toujours prouvé son grand amour pour l’Église et sa grande proximité avec les communautés Multiculrelles de la province du Quebec. Il comprend que son role  comme prêtre est de mettre tout le monde ensemble avec le Christ comme centre et La Sainte Vierge Marie comme médiatrice et mère de l’Église  Universelle.

Cap de La Madeleine

Les `Pelerins et les pelerines de la Communauté Haitienne participent toujours en grand nombre au festival marial du Sanctuaire Marial du Cap de La Madeleine  chaque 15 Aout. Ces derniers profitent toujours de cette occasion pour visiter tous les sanctuaires du Quebec. Cette année est aussi une année de Jubilé pour certains Sanctuaires du Quebec. La Paroisse de Notre Dame du Quebec est entrain de celebrer son 350ème anniversaire de fondation. Elle fut érigée le 15 septembre

1664 par Mgr François de Laval. Le Père Ouellet exhorta les pelerins et pelerines de la Communauté Haitienne à venir célébrer les350 ans d’histoire religieuse et patrimoniale du Québec. Il a  mis l’accent sur la porte Sainte  installée à la Basilique Notre Dame pour cette année Jubilaire. On doit ajouter qu’elle est la septième porte du genre dans le monde et  la première en dehors  de l’Europe. Toutes les autres sont situées en Italie, en Espagne et en France.

Le Père Ouellet exhorta ses amis de la Communauté Haitienne à visiter l’oratoire  Saint Joseph à Montreal considéré comme l’un des plus grands sanctuaires du Monde dont le fondateur fut le Bienheureux Frère André canonisé le 17 Octobre 2010 par le St Père Emerite Benoit XVI. Le Père Ouellet nous nous a dressé un portrait du Bienheureux Frère André de la congregation  de  Sainte Croix et qui est l’Homme religieux le plus célèbre au Quebec. Il nous a fait  savoir que le Frère André était de la même Génération que le Bienheureux Frederic fondateur du Sanctuaire Marial du Cap de la Madeleine. Le Grand Paradoxe le Frère André fut presque illetré, ceci nous prouva encore que le Seigneur utilise qui il veut pour avancer son œuvre.

religious-building-and-site-sanctuaire-notre-dame-du-cap-272980476

Il est important de souligner que deux millions de visiteurs de toutes les origines, cultures, doctrines ou croyances  viennent chaque année  se recueillir à l’Oratoire  St Joseph

Enfin il nous parla festival Marial de l’Année de 2014. Le gand invité de l’Église d’Haiti sera son Excellence Monseigneur Launé Saturneé , l’evêque de Jacmel  qui sera le celebrant et l’Homeliste de la messe en Créole du 15 Aout au Sanctuaire  et la grande Chorale de la pastorale Haitienne d’Orlando animera   la messe en creole.  Il mous parla de sa dernière tournée à Orlando pour rencontrer la Communauté Haitienne.le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap est le 2e plus grand sanctuaire marial en Amérique du Nord  et le plus important au Quebec et ce  Sanctuaire  fête cette année le 125e anniversaire de sa fondation. C’est en effet le 22 juin 1888 que le Sanctuaire a été dédié officiellement à « Notre-Dame-du-Très- Saint-Rosaire » et que le Bienheureux père Frédéric a été témoin du « miracle des yeux » avec ses deux compagnons. Le coup d’envoi de cette commémoration spéciale sera donné dès le 21 juin2014, lors d’un triduum marial de célébration.  Pour en savoir davantage, visitez :  www.sanctuaire-ndc.ca

Le Personnel du Bulletin du Centre National souhaite du succès au Père Ouellet pour le festival Marial de 2014 tout en demandant au peuple de Dieu de repondre en grand nombre. Tele Soliadarité sera en direct au Cap de la Madeleine pour le Festival Marial de 2014[

Brother Tob

Pour le Centre National

*******************

Shrine of Cap de la Madeleine 50th Anniversary

Gaetan26

Father Yoland Ouellet, rector of the Marian Shrine of Cap de la  Madeleine and one of the great friends of the Haitian Catholic community in Quebec, was the special guest Brother Tob at Tele Solidarité  during His short stay  in New York from  February  10th to February 12th, 2014 . Father Ouellet, a priestwho has a deep devotion to Mary,  is very  talented in human relations.

Father Ouellet has always demonstrated his great love for the church and his proximity to the multi-cultural communities in the province of Quebec. He understands his role as a priest is to bring everyone closer to one another and to Christ as the center and the Blessed Virgin Mary as intercessor and mother of the Universal Church .

Ouellet19

The  Pilgrims of  the Haitian Community  are always involved in many of the Marian festivals at the Marian  Sanctuary Cap de la Madeleine on  August 15 . They  take this opportunity to visit all the shrines of Quebec. This year is a jubilee year for some Sanctuaries Quebec . The Parish of Our Lady of Quebec is  celebrating its 350th anniversary of foundation . It was erected on September 15
1664 by Bishop François de Laval. Father Ouellet exhorted Pilgrims of the Haitian Community to celebrate the 350 years of religious history and heritage of Quebec. He emphasized the Holy door installed at Notre Dame for this Jubilee year . It is the seventh door of its kind in the world and the first outside Europe. The others are located in Italy, Spain and France.
Father Ouellet exhorted his friends  of Haitian Community to visit  Saint Joseph ‘s Oratory in Montreal.  This prayer chapel is considered as one of the greatest shrines of the world.  It’s  founder  Blessed Brother Andre was canonized on  October 17, 2010 by the Holy Father Benedict Emeritus XVI. Father Ouellet gave us a portrait of Blessed Brother André, the most famous religious  in Quebec. Brother André was almost illiterate.  This fact demonstrates that  the Lord  can use anyone He wants to advance His  work and often he uses the least expected person. About two million visitors, of all backgrounds, cultures, beliefs and doctrines come to gather each year at the Oratory of St Joseph.   Brother André was the same generation as Blessed Father Frederic the founder of the Marian Shrine of Cap de la Madeleine. The Shrine Notre -Dame -du -Cap is the second largest Marian shrine in North America and the largest in Quebec. This year -2014, the Shrine of Our Lady of Cap celebrates the 125th anniversary of its founding.   On June 22, 1888 the Shrine was officially dedicated to “Our Lady of the Most Holy Rosary” and the Blessed Father Frederic witnessed the “Prodigy Eye “with his two companions.

Ouellet26

During the annual Marian Festival at the shrine of Cap de la Madeleine, the Haitian Community will gather to celebrate the Eucharist.  The special guest will be His Excellency Bishop Laune Saturne Bishop of Jacmel-Haiti. He will be the celebrant and homilist of the Mass in Creole.  The Haitian pastoral choir of the diocese of Orlando will perform at the Creole Mass scheduled for August 15, 2014.The special commemoration will begin on 21 June at a Marian Triduum celebration. For more information, visit : http://www.sanctuaire-ndc.ca

The staff of The weekly Bulletin of the National Center  prays that Father Ouellette’s Marian Festival of 2014  will be a source of many blessings for all its participants.  We pray that  large numbers of people will respond to the call to come and prayer at these Marian Shrines.  Tele Soliadarité will broadcast live from Cap de la Madeleine during the  Marian Festival 2014.

Brother Tob

*******************************

Black History Month

Our Common History

Marlène Rigaud Apollon

 

February 21-23, 2014

 

As a black woman born in Haiti, I always felt proud of who I am which, in my mind, was to be a part, among others, of the family of enslaved people who were captured, drowned at sea, separated from their families then sold like cattle, their body parts examined to make sure they were of “good quality” and who, after 300 years joined in a fiery revolt to become free and put an end to slavery all around.

I always felt cousin, sister, relative to the millions of people with part of my ancestry and history, who were dispersed on various islands of the Caribbean, this son on one island, this mother on another, but also on some part of the larger continent, and further, their hearts broken, never to see each other again.

Once, while visiting North Carolina, I told a black shuttle driver who was asking me where I was from originally that I was born in Haiti, and he remarked with sadness in his voice, “You guy don’t like us”.  I knew this was a common impression about Haitians, in the early days of our migration to the U.S.  and it wasn’t always wrong.  Some people did act “superior”, not knowing much about the African-Americans’ own struggles and victories in the U.S.

My response to my driver was that I had always told myself that when they were carrying our ancestors from Africa and dropping them here and there at random along the way, they could have dropped his great grand-mother in North Carolina and her brother, possibly my great-grand father in Saint-Domingue, which was Haiti’s name before its Independence.  I hope this made him feel better.  In any case, ever since that day I made it a point to tell Haitians who would say something disparaging about Blacks in the U.S. – fortunately, they were few– to read about the extraordinary accomplishments of African-Americans and they would learn to admire them and think of them as part of the grand human family to which we all belong, whatever our origins.

As I once said in my article “Changing America,” as immigrants with children and grand-children born in the U.S; as Americans of all ethnic and national origins who trace their roots to the Native Americans, “the First People,” the Mayflower pilgrims or the various immigrants who followed over the years in search of Freedom and a better life, let’s all be proud and elated that the extraordinary contributions, throughout the History of the United States, of those among us whose ancestors were brought to the Americas in shackles and against their will, are finally acknowledged and displayed publicly with acceptance, love and brotherhood for all the world to see that we, indeed, are ONE.

MOIS DE L’HISTOIRE DES NOIRS

NOTRE HISTOIRE COMMUNE

 

Marlène Rigaud Apollon

21-23 Février 2014

 

En tant que femme noire née en Haïti, je me suis toujours sentie fière de qui je suis, ce qui, dans mon esprit, était d’être, entre partie, de la famille des asservis qui avaient été capturés, noyés en mer, séparés de leurs familles puis vendus comme du bétail, leurs corps inspectés pour s’assurer qu’ils étaient de «bonne qualité» et qui, après 300 ans s’étaient unis dans une révolte flamboyante  pour se libérer et mettre partout fin à l’esclavage.

Je me suis toujours sentie cousine, sœur, parente des millions de personnes qui partageaient une partie de mon héritage et de mon l’histoire, qui avaient été dispersées sur diverses îles des Caraïbes, ce fils-ci sur une île, cette mère-la sur une autre, mais aussi sur une partie du plus grand continent et plus loin, leurs cœurs brisés de ne jamais plus se revoir.

Une fois, pendant une visite en Caroline du Nord, j’ai dit à un chauffeur de navette qui me demandait d’où j’étais originaire que j’étais née en Haïti et il commenta, un peu de tristesse dans la voix, « Vous autres ne nous aimez pas ».  Je savais que c’était une impression commune au sujet des Haïtiens, dans les premiers jours de notre migration aux États Unis et elle n’était pas toujours fausse.  Certains adoptaient parfois des airs de « supériorité » sans même savoir grand-chose sur le combat ou les victoires des Afro-Américains aux États-Unis.

Ma réponse à mon chauffeur fut que je m’étais toujours dit que lorsqu’on transportait nos ancêtres d’Afrique et qu’on les déposait pêle-mêle en cours de route, on avait pu débarquer son arrière-grand-mère en Caroline du Nord et le frère  de cette dernière qui aurait pu être mon arrière-grand-père à moi, à Saint-Domingue, le nom d’Haïti avant son indépendance»  .

J’espère que ma réponse lui a remonté le moral.  Toujours est-il que depuis ce jour, j’ai pris sur moi de dire à mes compatriotes qui diraient quelque chose de désobligeant sur les Noirs Américains – heureusement, ils n’étaient pas nombreux – de se renseigner sur les extraordinaires réalisations des Afro-Américains et ils apprendraient à les admirer et à les considérer comme une part de la grande famille humaine à laquelle nous appartenons tous, quelles que soient nos origines.

Comme je l’ai une fois souligné dans mon article « Changer l’Amérique », en tant qu’immigrants avec des enfants et petits-enfants nés aux États-Unis ; en tant qu’Américains de toutes origines ethniques et nationales qui tracent leurs racines aux Amérindiens, « les Premiers Habitants », aux pèlerins du Mayflower ou aux divers immigrants qui ont suivi au cours des ans en quête de Liberté et d’une vie meilleure, soyons tous fiers et ravis que les extraordinaires contributions, à travers l’Histoire des États-Unis, de tous ceux parmi nous dont les ancêtres ont été transportés en Amérique, enchaînés et contre leur gré sont enfin reconnues et mises en évidence publiquement avec acceptation, amour et fraternité montrant au monde entier qu’en effet, nous sommes UN.

*********************************************

Les cardinaux échangent sur la famille et le mariage

Venus du monde entier pour un consistoire de deux jours sur la famille, les cardinaux ont des regards différents sur le respect du magistère et son application miséricordieuse, à partir d’une longue introduction du théologien Walter Kasper

GABRIEL BOUYS / AFP

Le pape François s’adresse aux cardinaux réunis en consistoire, jeudi 20 février au Vatican.

Avec cet article

                         Les évêques japonais rendent publiques les réponses au questionnaire sur la famille

Les évêques de France publient un résumé des contributions pour le Synode sur la famille

Les évêques irlandais ne publieront pas l’enquête sur la famille

 Le diocèse de Belfort expose les réponses au questionnaire du Vatican sur la famille

La diversité des situations familiales contemporaines pose un défi pastoral à l’Église catholique. Le pape François, qui souhaite une Église soignant comme « un hôpital de campagne sur un champ de bataille », a fait de la réponse à ce défi la grande affaire de son pontificat.

Le consistoire extraordinaire, qui réunit depuis hier et jusqu’à ce soir environ 150 cardinaux du monde entier sur a priori ce seul thème, rentre dans le cadre des consultations que le pape en vue du Synode des évêques convoqué en 2015 et précédé d’un premier Synode extraordinaire sur la pastorale familiale en octobre prochain. Un processus volontairement long pour prendre le temps du discernement et du cheminement, selon une approche chère au pape jésuite.

Le présent consistoire a ainsi pour but « d’approfondir la théologie de la famille et la pastorale que nous devons mettre en œuvre dans les conditions actuelles », comme il l’a défini dans un mot d’accueil, court mais précis : « Ce qui nous est demandé, c’est de reconnaître combien il est beau, vrai et bon de former une famille, d’être une famille aujourd’hui ; combien c’est indispensable pour la vie du monde, pour l’avenir de l’humanité. Il nous est demandé de mettre en évidence le lumineux plan de Dieu sur la famille et d’aider les conjoints à le vivre avec joie dans leur existence, en les accompagnant dans beaucoup de difficultés. »

Long exposé pastoral et théologique de Walter Kasper

Les deux jours de réflexion se tiennent à huis clos dans l’enceinte du Vatican en deux demi-journées. Après l’accueil du pape, la première matinée a été consacrée à un exposé introductif de près de deux heures en italien du cardinal allemand, Walter Kasper.

Auteur en juillet 1993 outre-Rhin d’un document cosigné avec le cardinal Karl Lehmann et Mgr Oskar Saier sur l’accompagnement pastoral des divorcés, ce théologien très respecté a rappelé la définition de la « famille comme Église domestique par son hospitalité et sa vie spirituelle », a insisté sur la « gradualité non pas de la loi mais de sa compréhension qui exige temps et accompagnement », selon un compte rendu à la presse du P. Federico Lombardi, porte-parole du Vatican.

Le cardinal Kasper a abordé la place des divorcés remariés et de l’indissolubilité du mariage, questions les plus sensibles posées à ce consistoire, définissant le problème comme celui de « tenir le binôme de la fidélité aux paroles du Christ et à la miséricorde de Dieu ».

« Une pastorale courageuse, intelligente et pleine d’amour »

Suivie de deux interventions, l’introduction – non publiée – de Walter Kasper devait ouvrir la série d’échanges entre cardinaux dans l’après-midi et le lendemain. Le pape a demandé dans son mot d’accueil de ne pas « tomber dans la “casuistique”, parce qu’elle ferait inévitablement abaisser le niveau de notre travail ». « Il ne s’agit pas de répéter la doctrine de l’Église que tout le monde connaît », a insisté le P. Lombardi devant la presse.

« Nous devons reconnaître les signes du temps de 2014 comme il avait été fait en 1963, 1964 et 1965 pendant le Concile Vatican II », a expliqué à ce sujet le cardinal Oscar Maradiaga, proche du nouveau pape, durant son entretien à   La Croix  dans lequel il rappelait la nécessité pour l’Église d’accompagner et de faire grandir, comme une mère ses enfants, tous les couples et familles, quelle que soit leur situation au regard de « l’idéal » de la vie chrétienne.

Le pape François, en ce sens, a encouragé les cardinaux à définir « une pastorale courageuse, intelligente et pleine d’amour ».

Le débat des cardinaux se tient tandis que le Vatican établit la synthèse des multiples réponses au questionnaire sur la famille diffusé à travers le monde. Cette synthèse sera examinée par les 15 membres du conseil ordinaire du Secrétariat général du Synode des évêques, qui se réunit du 24 au 25 février prochain.

Sébastien Maillard (à Rome

******************************************

Le pape François a renouvelé son passeport argentin

Ministère argentin de l’intérieur

Le passeport et la carte d’identité du pape François, émis le 14 février par les autorités argentines.

Francois

Alors que ses prédécesseurs renonçaient jusqu’ici au passeport de leur pays d’origine, le pape François a choisi de voyager avec un passeport argentin dont il vient de demander le renouvellement aux autorités argentines, a annoncé lundi 17 février le ministre argentin de l’intérieur Florencio Randazzo. Il a également renouvelé sa carte d’identité.

Le pape a contacté la semaine dernière l’ambassadeur d’Argentine à Rome Juan Pablo Cafiero « pour l’informer qu’il voulait continuer de voyager dans le monde avec son passeport argentin », a raconté le ministre argentin dont les services ont diffusé des photographies de la carte d’identité et du passeport du pape.

« Ce nouveau geste du pape en faveur de notre pays nous comble de fierté, s’est réjoui le ministre. Il a choisi de renouveler son passeport et sa carte nationale d’identité pour voyager dans le monde en qualité de représentant suprême de l’Église catholique avec un document de voyage similaire à celui de n’importe quel citoyen argentin. »

Passeport valable jusqu’en 2024

Selon lui, le pape « a demandé expressément à ne pas profiter des privilèges tant pour son nouveau passeport que pour sa carte et a suivi les voies administratives normales ». Sur ses photos, le pape François apparaît toutefois dans la soutane blanche traditionnelle, coiffé de la calotte papale, alors que les Argentins sont normalement tenus de présenter une photo sans couvre-chef.

Si Jorge Mario Bergoglio a également bénéficié d’un nouveau système permettant aux Argentins résidant à l’étranger de renouveler leurs documents d’identité dans 49 ambassades et consulats dans le monde – alors qu’auparavant ils étaient tenus de revenir en Argentine – le ministre a aussi laissé entendre qu’une équipe de la chancellerie argentine s’était déplacée au Vatican pour prendre en photo le pape et procéder au relevé d’empreintes digitales.

Le passeport émis le 14 février 2014 est valide jusqu’en 2024 et le pape le recevra à son domicile déclaré de la résidence Sainte-Marthe au Vatican, précise le ministère. Sa carte d’identité est quant à elle valable jusqu’en 2029.

La citoyenneté vaticane, « citoyenneté de fonction »

Traditionnellement, les papes, comme la reine d’Angleterre, voyagent sans document d’identité. Ainsi, en 2007, Benoît XVI et son secrétaire d’État, le cardinal Tarcisio Bertone, étaient-ils arrivés au Brésil sans passeport. La compagnie italienne Alitalia avait alors été mise à l’amende par les autorités brésiliennes pour avoir transporté deux « étrangers » sans papier, ce qui avait provoqué une vive protestation de la nonciature apostolique au Brésil. En 2013, le pape François était lui aussi arrivé au Brésil sans passeport, sans incident diplomatique cette fois.

Aux termes des accords du Latran de 1929, la citoyenneté vaticane est liée à une résidence stable dans la Cité du Vatican et à l’exercice d’une fonction au service du Saint-Siège. Mais cette « citoyenneté de fonction », qui ne se substitue pas à la nationalité d’origine, est précaire et disparaît quand son titulaire ne remplit plus les conditions nécessaires.

En tant que souverain de l’État de la Cité du Vatican et résidant sur son sol, le pape acquiert logiquement la citoyenneté vaticane. Résidant toujours dans la Cité du Vatican, le pape émérite Benoît XVI a conservé la citoyenneté vaticane après sa renonciation. Mais la question pourrait se poser d’un pape qui choisirait, après sa renonciation, de retourner vivre dans son pays d’origine.

Nicolas Senèze (avec AFP, La Nacion et O Estado de São Paulo)

***************************************

Le pape François salue Benoît XVI

Benoit 16

Pape Benoit XVI et le St Père Francois

Dans la basilique, à 11h précises, l’orgue annonce l’arrivée du pape argentin. Au premier rang, à côté des cardinaux, le pape émérite Benoît XVI sourit modestement quand le pape François vient le saluer amicalement, avant de se prosterner devant l’autel. Les 18 nouveaux cardinaux ont pris place en arc de cercle, de part et d’autre de l’autel : 19 avaient été choisis le 12 janvier dernier mais, à 94 ans, l’ancien secrétaire du pape Jean XXIII, Loris Francesco Capovilla, n’a pu faire le voyage et recevra la barrette cardinalice ces prochains jours à Sotto il Monte, la ville natale du bientôt saint Jean XXIII.

Une « voie » à parcourir

La procession s’avance au rythme du solennel « Tu es Petrus », entonné par les choeurs du Vatican. En tant que premier de la liste des impétrants, le secrétaire d’Etat Pietro Parolin exprime au Saint-Père sa gratitude « au nom des nouveaux cardinaux ». Après la psalmodie de l’Evangile en latin « Jésus marchait devant eux » (Mc 10,32-45), le pape souligne l’importance de ces nombreuses marches de Jésus. « Il n’est pas venu pour enseigner  une philosophie, une idéologie, mais une ‘voie’, une route à parcourir avec lui », commente-t-il dans sa courte homélie. Une route qui n’est pas confortable « parce que c’est celle de la Croix (…) mais, à la différence des disciples d’alors, nous savons que Jésus a vaincu et nous ne devrions pas avoir peur de la Croix ».

Le pape les nomme un à un

Après avoir exprimé aux nouveaux cardinaux combien l’Eglise a besoin d’eux _ « elle a besoin de vous, de votre collaboration et plus encore de votre communion ; elle a besoin de votre prière, de votre compassion » _, le pape les nomme chacun d’une voix ferme. Les 18 hommes d’Eglise gardent la tête baissée, conscients de la lourde responsabilité qui leur incombe : celle d’assister le chef de l’Eglise en lui restant fermement attaché, tel un pivot, un gond (en latin « cardo, cardinis »). C’est  pour cela qu’ensemble, ils réaffirment le Credo puis promettent fidélité à la Sainte Eglise apostolique romaine et obéissance au successeur de Pierre, le pape François.

Remise de l’anneau cardinalice

A ses pieds, chacun d’eux vient ensuite s’agenouiller à tour de rôle, pour être coiffé de la barrette pourpre, « signe de la dignité et de l’office de cardinal (qui) signifie que tu es prêt à l’accomplir avec force, au point de donner ton sang pour l’accroissement de la foi chrétienne, pour la paix et l’harmonie au sein du Peuple de Dieu, pour la liberté et l’extension de la Sainte Eglise catholique ». Dans le même mouvement, le pape leur remet l’anneau cardinalice, « signe de dignité, de sollicitude pastorale et d’une plus étroite communion avec le Siège de Pierre », ainsi que le rouleau de papier leur assignant une église de Rome, symbole de leur participation à la mission pastorale du pape pour cette ville. Le cardinal Parolin devient ainsi titulaire de la paroisse Saints-Simon-et-Jude-Thadée, le cardinal Soo-Jung de Saint-Crisogone et le cardinal Langlois de Saint Jacques-en-Auguste…

Bénédictions du pape et applaudissements de la foule

Le pape les bénit chacun et les embrasse chaleureusement. Puis tandis qu’il signe la bulle de création de ces cardinaux, ceux-ci échangent entre eux le baiser de paix, soutenus par  les chœurs qui proclament le Psaume 44 : « Sur toute la terre tu feras d’eux des princes, je ferai vivre ton nom pour les âges des âges »… Coiffé de leur barrette, les cardinaux chantent le Pater noster avant de recevoir la bénédiction finale du Saint Père. Tous les visages témoignent d’une grande joie. Au passage de la procession quittant la basilique, la foule applaudit à tout rompre et n’hésite pas à lever les bras pour prendre en photo « leur » cardinal.

Dans quelques heures, sans guère de temps pour souffler, les nouveaux cardinaux vivront une autre étape importante : les traditionnelles « visites de chaleur », ou visites de courtoisie, chacun s’étant vu attribuer un lieu dans le Palais apostolique ou dans la salle Paul VI pour recevoir la cohorte de leurs proches et de leurs diocésains.

CLAIRE LESEGRETAIN

***

Holy Cross Parish-A New Vicar

Berette

Father Hugues Berette

Le Personnel du Bulletin du Centre National de l’Apostolat Haitien à l’étranger  tient à informer le Peuple de Dieu que le Père Hugues Berette est le nouveau vicaire de la paroisse Holy Cross. Monseigneur Joseph Malagrega, aumônier du Renouveau Charismatique des Haitiens d’outre mer est le Curé de cette paroisse.

Rappelons que Le Père Berette est un ancien vicaire des  paroisses de St Jerome, du Sacre Coeur du diocèse de Brooklyn.Il est connu dans la pastorale Haitienne du diocèse de Brooklyn comme un prêtre très dynamique, très proche de ses fidèles et très ouvert

Le Père Berette est un très bon prêtre et un grand lecteur du bulletin hebdomadaire  du Centre National. Il est un gradué de l’université de Fordham de Bronx de l’état de New York ou il a décroché une maîtrise en Pastoral Leadership. Il a participé à plusieurs rencontres de Caritas International.  Il est un cadeau de Dieu pour la pastorale Haïtienne.

Le Centre National de l’Apostolat Haitien souhaite du succès au Père Berette dans son nouveau ministère à la Paroisse Holy Cross

Brother Tob

Pour le Centre National

Holy Cross Parish-A New Vicar

 

                   Berette

Father Hugues Berette

 

The Personal of the weekly Bulletin of the National Center of the  Haitian Apostolate abroad wishes to inform the people of God that  Father Hugues Berette is the new vicar of Holy Cross Parish . Monsignor Joseph Malagrega , Chaplain of Charismatic Renewal of Haitian  overseas is the pastor of this parish .
Father Berette is a former vicar of the parishes of St. Jerome, Sacred Heart Parish in the diocese of Brooklyn. He  is known in the Haitian ministry of the Diocese of Brooklyn as a dynamic priest , very close to his faithful and very open.
Father Berette is a good priest and a great reader of the weekly bulletin of the National Center . He is a graduate of Fordham University in the Bronx of New York where he earned a Master of Pastoral Leadership . He has participated in several meetings of Caritas International. He is a gift of God for the Haitian ministry in the diocese of Brooklyn .
The National Center for Haitian Apostolate wish success to the Father Berette in his new ministry in the Holy Cross Parish
Brother Tob
For National Center

*******************************************

Les cardinaux échangent sur la famille et le mariage

Venus du monde entier pour un consistoire de deux jours sur la famille, les cardinaux ont des regards différents sur le respect du magistère et son application miséricordieuse, à partir d’une longue introduction du théologien Walter Kasper

20/2/14 – 15 H 39

GABRIEL BOUYS / AFP

Le pape François s’adresse aux cardinaux réunis en consistoire, jeudi 20 février au Vatican.

GABRIEL BOUYS / AFP

Le pape François s’adresse aux cardinaux réunis en consistoire, jeudi 20 février au Vatican.

Avec cet article

Cardinaux

La diversité des situations familiales contemporaines pose un défi pastoral à l’Église catholique. Le pape François, qui souhaite une Église soignant comme « un hôpital de campagne sur un champ de bataille », a fait de la réponse à ce défi la grande affaire de son pontificat.

Le consistoire extraordinaire, qui réunit depuis hier et jusqu’à ce soir environ 150 cardinaux du monde entier sur a priori ce seul thème, rentre dans le cadre des consultations que le pape en vue du Synode des évêques convoqué en 2015 et précédé d’un premier Synode extraordinaire sur la pastorale familiale en octobre prochain. Un processus volontairement long pour prendre le temps du discernement et du cheminement, selon une approche chère au pape jésuite.

Le présent consistoire a ainsi pour but « d’approfondir la théologie de la famille et la pastorale que nous devons mettre en œuvre dans les conditions actuelles », comme il l’a défini dans un mot d’accueil, court mais précis : « Ce qui nous est demandé, c’est de reconnaître combien il est beau, vrai et bon de former une famille, d’être une famille aujourd’hui ; combien c’est indispensable pour la vie du monde, pour l’avenir de l’humanité. Il nous est demandé de mettre en évidence le lumineux plan de Dieu sur la famille et d’aider les conjoints à le vivre avec joie dans leur existence, en les accompagnant dans beaucoup de difficultés. »

Long exposé pastoral et théologique de Walter Kasper

Les deux jours de réflexion se tiennent à huis clos dans l’enceinte du Vatican en deux demi-journées. Après l’accueil du pape, la première matinée a été consacrée à un exposé introductif de près de deux heures en italien du cardinal allemand, Walter Kasper.

Auteur en juillet 1993 outre-Rhin d’un document cosigné avec le cardinal Karl Lehmann et Mgr Oskar Saier sur l’accompagnement pastoral des divorcés, ce théologien très respecté a rappelé la définition de la « famille comme Église domestique par son hospitalité et sa vie spirituelle », a insisté sur la « gradualité non pas de la loi mais de sa compréhension qui exige temps et accompagnement », selon un compte rendu à la presse du P. Federico Lombardi, porte-parole du Vatican.

Le cardinal Kasper a abordé la place des divorcés remariés et de l’indissolubilité du mariage, questions les plus sensibles posées à ce consistoire, définissant le problème comme celui de « tenir le binôme de la fidélité aux paroles du Christ et à la miséricorde de Dieu ».

« Une pastorale courageuse, intelligente et pleine d’amour »

Suivie de deux interventions, l’introduction – non publiée – de Walter Kasper devait ouvrir la série d’échanges entre cardinaux dans l’après-midi et le lendemain. Le pape a demandé dans son mot d’accueil de ne pas « tomber dans la “casuistique”, parce qu’elle ferait inévitablement abaisser le niveau de notre travail ». « Il ne s’agit pas de répéter la doctrine de l’Église que tout le monde connaît », a insisté le P. Lombardi devant la presse.

« Nous devons reconnaître les signes du temps de 2014 comme il avait été fait en 1963, 1964 et 1965 pendant le Concile Vatican II », a expliqué à ce sujet le cardinal Oscar Maradiaga, proche du nouveau pape, durant son entretien à   La Croix  dans lequel il rappelait la nécessité pour l’Église d’accompagner et de faire grandir, comme une mère ses enfants, tous les couples et familles, quelle que soit leur situation au regard de « l’idéal » de la vie chrétienne.

Le pape François, en ce sens, a encouragé les cardinaux à définir « une pastorale courageuse, intelligente et pleine d’amour ».

Le débat des cardinaux se tient tandis que le Vatican établit la synthèse des multiples réponses au questionnaire sur la famille diffusé à travers le monde. Cette synthèse sera examinée par les 15 membres du conseil ordinaire du Secrétariat général du Synode des évêques, qui se réunit du 24 au 25 février prochain.

Sébastien Maillard (à Rome

 

******

Sanctuaire du Cap de la Madeleine-Courriel

Bonjour Brother Tob!
J’ai bien reçu votre montage de l’interview. Du beau travail professionnel! Grand merci pour cette grande collaboration avec le Sanctuaire Notre-Dame du Cap qui accueille des milliers d’haïtiens à chaque année pour fêter maman Marie dans son Assomption.!

Yoland Ouellet,o.m.i.
recteur

Merci Père Ouellet et le Personnel du Bulletin du Centre National vous souhaite du succès dans votre ministère au sanctuaire Marial du Cap de la Madeleine

Brother Tob

**************************************

 

St Boniface Parish-Homage to our beloved Sister Danielle

Daniel

st bon2

Some Leaders of HAYO Group

February 26 will be the 39th birthday of  our beloved sister and friend Danielle Theagene-Alston,  the founder of the Haitian American Youth Organization (HAYO) at St. Boniface Church in Elmont, NY and a great gift from God to the Haitian Youth of St Boniface Parish

 

Danielle is one of the young Haitian leaders who work very hard to bring Haitian youth together. She is a beautiful and amazing young woman, happily married to her wonderful husband Eddie Alston for 16 years. June will be their 17th wedding  anniversary. They are the parents of three beautiful children: twin daughters Laila and Lauryn, 10, and Matthew, 6.. Danielle is a lovely mother and a christian wife

 

She was born in Brooklyn of Haitian parents, Jules and Annette Theagene. Danielle credits them for her spiritual development. “They taught me about my Catholic faith, developed it as I grew and taught me to always believe that God is my everything,” Danielle said. “Everything that I am as a leader I owe to them. They encourage me when I am down, cheer me on when the group succeeds and even watch my children when I am on outings that my kids cannot attend. I love my parents very much, and I thank GOD for them every second.”

 

Thanks to the solid grounding her parents gave her, Danielle really knows her roots and always expresses her deep love for the motherland of her parents and for Haitian culture. That is what led her in 1994 to establish the HAYO youth group, one of the beautiful groups for Haitian young people on Long Island.

029

Father Vendredy and some members of HAYO Group

The HAYO of St. Boniface involves youths from 7 years of age to college students. It helps them to build values, character, faith and strength. HAYO puts God first in all that it does, and incorporates as much of the Haitian culture as possible into its activities. It takes part in various community service projects and it organizes events at the church to get young people involved in something positive that will better their lives.

 

In this work, Danielle counts on the constant support of her husband, and on the guidance of God through any of the difficulties she faces. Her belief is this: “The will of God will never take you where the grace of God will not protect you.”

 

 

Bishop Sansaricq offered this birthday greeting to Danielle: “Dear Danielle: Happy birthday! It’s always fun to move ahead in life. May the Lord at this point bless you with fresh energy to continue your good work with the youth of St Boniface.

 

 

Brother Tob would like to wish a Happy Birthday to Danielle: Dear Danielle, may the Lord bless you with joy on the occasion of your birthday! Continue your marvelous service to your parish youth group. You will be amazed to see that everything you do for others will mysteriously accrue to your benefit. May God Bless you abundantly.’’

 

 

Jo Ann Perou, former  coordinator of the youth  of The National Center, added: “Abundant blessings and best birthday wishes to you Danielle, in recognition of your longstanding service and ministry to our community. I am delighted that we have met and have had the pleasure of working together. I sincerely wish you all the best that God intends for you in life. Stay blessed and have a fabulous birthday!”

 

Our  beautiful sister and friend Youseline Cherfilus, a leader of HAYO, said: “To my lovely Sister in Christ Danielle, happy birthday! You are very special, and you deserve the best. I wish you a wonderful life filled with love, health and happiness.  You are someone special for God. You are so dedicated to Him. May our God and Savior continue to bless you and your family! I also hope others bring you joy, just as you’ve brought joy to everyone in the HAYO group, and especially me. Once again, happy birthday! And I wish you many more to come.”

 

We at The National Center of the Haitian Apostolate are very honored to add our humble voice to the family of Danielle, the people of God of the Diocese of Rockville Centre, the great HAYO youth group and the whole Haitian Catholic community of St. Boniface Parish, in wishing Danielle a happy birthday and good health. We encourage our brothers, sisters and friends of The National Center to remember her  in their prayers.

The National Center

************************************************************************

 

Proveb

Se pa tout limyè Ki  Klere Kay

Avan mayi vèt te donnen , makak te manje grenn bwa

Kan yo vle tiye youn chen yo di li anraje

Sila ki pwomèt bliye, sila ki espere sonje

Si ou vle danse sou pikan ou dwe mete sapat

*************************************

Ezechias Clenor: Belle Glade man tackles illiteracy, masters ‘art’ of perseverance

Now a student at Fort Lauderdale Institute of Art

Dan Corcoran

Dan Corcoran reports

WPTV

Eche

BELLE GLADE, Fla. – A young man from Belle Glade is teaching our community about the art of never giving up. Beyond the smoke stacks and the sugarcane in the often-hardened heart of Belle Glade, wonderful things are just waiting to be discovered.

“To let him slip through the cracks would have been a crime,” said Belle Glade artist Lester Finney, who knows something special as soon as he sees it. “I get very emotional when I see talented children end up in trouble and people don’t see their beautiful talents.”

On a quiet day, quiet kid walked into Finney’s art studio. His name was Ezechias Clenor. Clenor’s mother died when he was 15 years old. Soon after, his father left town.

“A lot of people dropped the ball when it came to Ezechias,” said Finney. At age 19, Clenor’s reading ability was that of a third grader. “He was going to be a statistic right along with everybody else,” Finney said.

“I did want to learn it but basically, I just started off on the bottom,” said Clenor of where he came from years ago.

“He said, ‘I can draw’,” Finney said of Clenor. “And I said ‘Go draw me something. Let me see it’. And what he brought me back floored me.”

“When I draw, I feel deeply into art,” said Clenor. “I imagine things.” Quietly – and masterfully – Ezechias began to make his mark on the world. “Sometimes I like to draw portraits.”

With help from his community, Clenor began to thrive. But not being able to read was holding him back. Teacher Elaine Bartlett was enlisted to help. She used the Orton Gillingham Reading Program, a multi-sensory approach. Students are instructed to use their fingers to carve through sand; learning letters and the words.

“Just overlook that you are writing in sand and that it seems babyish,” said Barlett. “But it really works.”

Clenor kept at it, and in just four months, that third grade reading level – soared – to grade eleven. “I got chills up and down my spine because I knew that he was going to do great things,” Bartlett said. “He’s awesome and that would have been wasted.”

“It just showed me the visual,” said Clenor. “How you work with the visual mind.”

Clenor began showing his artwork far beyond the Glades. “It feels great when they see me,” he said. “It makes me feel great.”

Among those who noticed his talents, The Art Institute of Fort Lauderdale, where Clenor recently earned an Associate’s Degree in Graphic Design.

Ms. Bartlett and Mr. Finney attended the graduation ceremony. “The young man that he is now is totally different,” said Finney.

“Making everyone around me – for supporting me – proud,” said Clenor. “I feel like becoming a great artist.”

Clenor is now pursuing his Bachelor’s Degree in Graphic Degree.

A la Une: manifestation à haut risque au Venezuela

Vene

Le Venezuela qui se prépare à une autre grande manifestation d’étudiants ce mardi 18 février 2014. La tension entre le gouvernement et l’opposition était montée d’un cran à la veille de ce nouveau rassemblement. Lundi, 17 février 2014, les agents des services secrets ont perquisitionné le siège du parti d’opposition « Voluntad Popular ».

Une vidéo provenant d’une caméra de surveillance, postée sur le site du journal El Universal, montre comment ces agents sont entrés dans le bureau et ont braqué leurs armes sur plusieurs des employés. La « Mesa de Unidad », vaste coalition de l’opposition a dénoncé dans le journal Tal Cual un « acte lâche ». Son secrétaire exécutive, Ramon Guillermo Avaledo s’est insurgé contre une perquisition réalisée sans mandat, ce qui constitue à ses yeux un grave délit.

Le gouvernement vénézuélien augmente la pression sur les opposants

Le président de l’Assemblée nationale, Diosdado Cabello les a une nouvelle fois accusés de vouloir renverser le gouvernement. Dans les colonnes du journal Correo del Orinoco, le dirigeant bolivarien traite l’opposant Leopoldo Lopez (qui est à l’origine de la manifestation prévue ce mardi) d’irresponsable. « Arrête ton cirque », lui a-t-il lancé entre autres. Sur le site de Telesur, une chaîne de télévision proche du gouvernement, on trouve d’autres mises en garde adressées à l’opposition. Selon la ministre de la Communication Delcy Rodriguez, des groupes violents auraient prévu de prendre le pouvoir par la force. Le journal d’opposition Tal Cual, de son côté, estime que la grande manifestation de ce mardi est absolument « légitime ».

Mais elle comporte des risques de dérapages. Parce que certains pro-Chavez sont eux aussi appelés à descendre dans la rue, note le Miami Herald qui parle sur un ton dramatique d’un « showdown », d’un affrontement à la manière d’un duel entre l’opposition et le gouvernement. Un chauffeur de taxi interrogé par le correspondant du journal avoue : « C’est vrai nous sommes un peu angoissés, nous ne savons pas comment ça va se passer, je pense que pas mal d’habitants de Caracas vont éviter de se déplacer vers le centre-ville ».

Le Venezuela détourne un communiqué de l’Unasur

Face à cette tension croissante, les organisations régionales appellent au calme. C’est le cas de l’Union des nations sud-américaines. Dans un communiqué cité entre autres par le journal péruvien El Comercio, l’Unasur se montre « préoccupée par les actes de violence » qui ont accompagné les manifestations de la semaine dernière. Le quotidien révèle toutefois que le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Elias Jaua a détourné certains passages du communiqué, lors qu’il l’a lu à la télévision. Exemple : alors que l’Unasur dans le texte réitère de manière assez générale et neutre son engagement en faveur de l’ordre démocratique et de l’Etat de droit au Venezuela, Elias Jaua lui affirme beaucoup plus précisément que les membres de l’organisation « réfutent des tentatives de rompre avec l’Etat de droit » dans le pays.

Le Mercosur lui aussi a publié un communiqué. Et ce dernier, pas besoin de le détourner en faveur du gouvernement vénézuélien. Il adopte déjà la lecture officielle des autorités de Caracas, souligne le magazine brésilien Carta Capital. Le Mercosur évoque des tentatives pour« déstabiliser l’ordre démocratique »au Venezuela. Aucun doute, souligne Carta Capital, le bloc économique dont fait partie le Brésil a choisi de « prendre position en faveur du gouvernement vénézuélien ».

Les Etats-Unis pour une reprise des discussions avec les talibans

L’objectif est d’échanger un soldat américain prisonnier contre 5 détenus de Guantanamo. C’est une information exclusive du Washington Post. En fait les Etats-Unis souhaitent obtenir la libération du sergent Bowe Bergdahl, capturé par les talibans en juin 2009, et ce avant leur départ d’Afghanistan prévu pour la fin de cette année. Cela fait deux ans que l’offre d’échange de prisonniers est sur la table, écrit le Washington Post. Pour l’instant, les nouvelles discussions n’ont pas encore démarré.

*********************

Journée internationale de la langue maternelle: les langues locales pour la citoyenneté mondiale

l’UNESCO et ses partenaires célèbrent la Journée internationale de la langue maternelle. Partout dans le monde sont organisés des activités, des conférences, des concerts, des séminaires pour aider chacun à explorer l’importance de la diversité linguistique et du multilinguisme.

La position de l’UNESCO envers l’éducation multilingue est renforcée dès lors qu’il s’agit de promouvoir l’éducation à la citoyenneté mondiale. Selon l’UNESCO, « L’éducation à la citoyenneté mondiale vise à donner aux apprenants les moyens de jouer un rôle actif à la fois aux niveaux local et mondial afin de remédier aux défis mondiaux et, finalement, de contribuer de manière proactive à la création d’un monde plus juste, pacifique, tolérant, inclusif, sûr et durable».

Les langues locales constituent la majeure partie des langues parlées sur notre planète dans le domaine scientifique. Elles sont aussi les plus menacées. L’exclusion de langues se traduit par l’exclusion de ceux qui les parlent de leur droit humain fondamental au savoir scientifique.

Pour ce faire, l’éducation multilingue a son rôle à jouer. Dans les domaines de l’éducation et de la science, beaucoup reste encore à faire pour le développement et l’emploi d’une langue maternelle souvent locale. En outre, la connaissance d’une langue internationale est un atout pour appréhender les défis mondiaux.

La journée de la langue maternelle 2014 se propose d’examiner les questions relatives à la science en langues locales.

Des experts se pencheront sur le rôle des langues locales dans la promotion des savoirs traditionnels ou autochtones, et leur contribution à la résolution des enjeux majeurs liés à la citoyenneté mondiale.

(Extraits sonores: Daniel Dickinson et  Emma Reverter de la Radio des Nations Unies; Thomas Kryger de la Section des nouvelles; propos recueillis par Florence Westergard)

Classé sous Actualités du Siège, Culture et éducation, L’info.

Etats-Unis: opération séduction pour Hollande devant les patrons français

par RFI

Ils ont échangé un « hug » le président et le patron. Si François Hollande se dit heureux de ce symbole, Carlos Diaz, le meneur des Pigeons aux Etats-Unis, se dit rassuré. Reste à savoir si, comme ils l’espèrent, les entrepreneurs français aux Etats-Unis ressentiront les effets du tournant social-libéral du président français.

Avec notre envoyé spécial à San Francisco,Florent Guignard

Au pays de l’esprit d’entreprise, François Hollande s’est montré plus social-libéral que jamais. En particulier devant les jeunes patrons de start-up françaises implantées dans la Silicon Valley, avec toute une série d’annonces et tout un plaidoyer en faveur de l’attractivité et de la compétitivité.

Rien de neuf, à en croire François Hollande : « Nous reconnaissons les entreprises comme créatrices de richesses, c’est ma thèse depuis des années ». Une offensive de charme qui a produit son petit effet : le chef de file des Pigeons, mouvement d’entrepreneurs en colère, a été jusqu’à demander un « hug », une accolade, au chef de l’Etat.

« Nous avons fait le choix de l’entreprise »

On l’avait bien compris depuis le pacte de responsabilité, mais à San Francisco, François Hollande va encore plus loin dans son ode aux entrepreneurs : innovation, compétitivité, fiscalité.

Un véritable discours de séduction, reçu comme tel par Carlos Diaz, le jeune patron français qui avait pris la tête des Pigeons contre la politique fiscale du gouvernement : « Quand Barack Obama va voir les entrepreneurs de la Silicon Valley, il leur fait une accolade, ce qu’on appelle un « hug » ici aux Etats-Unis. Et moi ma question pour vous aujourd’hui c’est : est-ce que vous êtes capable d’embrasser finalement les entrepreneurs et leur faire un hug ? »

François Hollande est piégé et ne peut évidemment pas refuser. Les deux hommes se donnent donc l’accolade. Une image, un symbole que François Hollande assume: « Ce n’était pas le plus difficile. Mais c’était une preuve, une preuve qu’on a besoin d’entrepreneurs et que les entrepreneurs ont aussi besoin de reconnaissance. »

« L’image qu’on retient, et c’est une image qui est très forte, c’est celle d’un président qui embrasse l’innovation, qui embrasse l’entreprenariat et qui montre à tout le monde que c’est la voie qu’il faut suivre, s’enthousiasme Carlos Diaz. Le discours de François Hollande était super. On a entendu tout ce qu’on voulait entendre. Il faut que ça se suive d’actes, et les actes commencent aussi peut-être par des symboles. J’avais envie qu’il fasse un symbole.

Pierre Gattaz, le président du Medef, le patron des patrons français, est lui aux anges : « Mais bien évidemment, c’est le discours du Medef ». C’est presque le baiser qui tue, un baiser qui ne manquera pas de faire réagir l’aile gauche de la majorité.

**************************************

We are studying these days what is callGood to know         New Evangelization and Pastoral Care of Immigrants

Deacon Paul C. Dorsinville

New Evangelization has to do with encountering Christ, sharing one’s experience of Faith and passing it on.

Pastoral Care of Immigrants and refugees is the response of receiving dioceses toward new-comers over the first three generations according to the Vatican directives of “Erga Migrantes Caritas Christi”in five steps: 1-Welcome and Solidarity, 2-Services (from emergency assistance and resettlement to long-term insertion and integration) and Advocacy, 3-Facilitation of religious practice of choice, Offering the Faith, 4.Faith Formation, Liturgy, Sacraments and Devotions for Catholics and 5. Integration into Parish and Diocese.

What are the best practices toward this dual objective? What a coordinated plan at the diocesan and national level should like? How to support bishops, priests, deacons, religious and lay leaders in their respective ministries?

To address these and other questions for an effective Haitian Ministry, register for the upcoming 29th Convention of the National Haitian Apostolate in Secaucus, NJ  from late June 13 to noon June 15, 2014. “Be always Ready to do what is good (Tit 2:14)

+                         +                           +

Venez avec vos expériences et questions pour un meilleur Apostolat Haîtien au niveau diocésain et national à la 29ième Convention de l Ápostolat Haîtien National à Secaucus, NJ du 13 au 15 Juin 2014. Contactez votre coordonateur diocésain! “Soyez toujours prêt à faire ce qui est bien(Tit 2:14)”
+

Lippold

***********************************

Journée internationale de la langue maternelle: les langues locales pour la citoyenneté mondiale

Terre

                       

Depuis quatorze ans, l’UNESCO et ses partenaires célèbrent la Journée internationale de la langue maternelle. Partout dans le monde sont organisés des activités, des conférences, des concerts, des séminaires pour aider chacun à explorer l’importance de la diversité linguistique et du multilinguisme.

La position de l’UNESCO envers l’éducation multilingue est renforcée dès lors qu’il s’agit de promouvoir l’éducation à la citoyenneté mondiale. Selon l’UNESCO, « L’éducation à la citoyenneté mondiale vise à donner aux apprenants les moyens de jouer un rôle actif à la fois aux niveaux local et mondial afin de remédier aux défis mondiaux et, finalement, de contribuer de manière proactive à la création d’un monde plus juste, pacifique, tolérant, inclusif, sûr et durable».

Les langues locales constituent la majeure partie des langues parlées sur notre planète dans le domaine scientifique. Elles sont aussi les plus menacées. L’exclusion de langues se traduit par l’exclusion de ceux qui les parlent de leur droit humain fondamental au savoir scientifique.

Pour ce faire, l’éducation multilingue a son rôle à jouer. Dans les domaines de l’éducation et de la science, beaucoup reste encore à faire pour le développement et l’emploi d’une langue maternelle souvent locale. En outre, la connaissance d’une langue internationale est un atout pour appréhender les défis mondiaux.

La journée de la langue maternelle 2014 se propose d’examiner les questions relatives à la science en langues locales.

Des experts se pencheront sur le rôle des langues locales dans la promotion des savoirs traditionnels ou autochtones, et leur contribution à la résolution des enjeux majeurs liés à la citoyenneté mondiale.

(Extraits sonores: Daniel Dickinson et  Emma Reverter de la Radio des Nations Unies; Thomas Kryger de la Section des nouvelles; propos recueillis par Florence Westergard)

Classé sous Actualités du Siège, Culture et éducation, L’info.

******************************************************

Etats-Unis: opération séduction pour Hollande devant les patrons français

par RFI

Hollande22

 

Le fameux «hug» entre François Hollande et Carlos Diaz.REUTERS/Robert Galbraith

Ils ont échangé un « hug » le président et le patron. Si François Hollande se dit heureux de ce symbole, Carlos Diaz, le meneur des Pigeons aux Etats-Unis, se dit rassuré. Reste à savoir si, comme ils l’espèrent, les entrepreneurs français aux Etats-Unis ressentiront les effets du tournant social-libéral du président français.

Avec notre envoyé spécial à San Francisco,Florent Guignard

Au pays de l’esprit d’entreprise, François Hollande s’est montré plus social-libéral que jamais. En particulier devant les jeunes patrons de start-up françaises implantées dans la Silicon Valley, avec toute une série d’annonces et tout un plaidoyer en faveur de l’attractivité et de la compétitivité.

Rien de neuf, à en croire François Hollande : « Nous reconnaissons les entreprises comme créatrices de richesses, c’est ma thèse depuis des années ». Une offensive de charme qui a produit son petit effet : le chef de file des Pigeons, mouvement d’entrepreneurs en colère, a été jusqu’à demander un « hug », une accolade, au chef de l’Etat.

« Nous avons fait le choix de l’entreprise »

On l’avait bien compris depuis le pacte de responsabilité, mais à San Francisco, François Hollande va encore plus loin dans son ode aux entrepreneurs : innovation, compétitivité, fiscalité.

Un véritable discours de séduction, reçu comme tel par Carlos Diaz, le jeune patron français qui avait pris la tête des Pigeons contre la politique fiscale du gouvernement : « Quand Barack Obama va voir les entrepreneurs de la Silicon Valley, il leur fait une accolade, ce qu’on appelle un « hug » ici aux Etats-Unis. Et moi ma question pour vous aujourd’hui c’est : est-ce que vous êtes capable d’embrasser finalement les entrepreneurs et leur faire un hug ? »

François Hollande est piégé et ne peut évidemment pas refuser. Les deux hommes se donnent donc l’accolade. Une image, un symbole que François Hollande assume: « Ce n’était pas le plus difficile. Mais c’était une preuve, une preuve qu’on a besoin d’entrepreneurs et que les entrepreneurs ont aussi besoin de reconnaissance. »

« L’image qu’on retient, et c’est une image qui est très forte, c’est celle d’un président qui embrasse l’innovation, qui embrasse l’entreprenariat et qui montre à tout le monde que c’est la voie qu’il faut suivre, s’enthousiasme Carlos Diaz. Le discours de François Hollande était super. On a entendu tout ce qu’on voulait entendre. Il faut que ça se suive d’actes, et les actes commencent aussi peut-être par des symboles. J’avais envie qu’il fasse un symbole.

Pierre Gattaz, le président du Medef, le patron des patrons français, est lui aux anges : « Mais bien évidemment, c’est le discours du Medef ». C’est presque le baiser qui tue, un baiser qui ne manquera pas de faire réagir l’aile gauche de la majorité.

**************************************

Vatican: le pape crée ses 19 premiers cardinaux en présence de Benoît XVI

AFP

Le pape François au milieu des cardinaux, à la basilique Saint-Pierre au Vatican, le 22 février 2014

AFP

Le pape François au milieu des cardinaux, à la basilique Saint-Pierre au Vatican, le 22 février 2014

 

Pape22

 

Le pape François a créé samedi dans la basilique Saint-Pierre ses 19 premiers cardinaux, avec l’appui moral de son prédécesseur Benoît XVI, venu pour la première fois assister à une cérémonie depuis sa démission il y a un an.

Le pontife émérite de 86 ans était au premier rang, habillé tout de blanc, calotte sur la tête, parmi les cardinaux, vêtus de rouge. Il a été salué avec chaleur à son entrée par François, et de nouveau à la fin de la cérémonie, les deux hommes se serrant la main longuement.

Le secrétaire d’Etat Pietro Parolin a remercié Benoît XVI pour sa présence, au nom de tous.

Jorge Mario Bergoglio a succédé le 13 mars 2013 à Joseph Ratzinger qui avait démissionné le 28 février. C’est la première fois que l’ancien pape allemand, qui vit retiré au Vatican et a promis de ne pas s’immiscer dans les affaires de son successeur, participe à une grande cérémonie.

Vraisemblablement, le pape François le lui a demandé pour manifester la pleine communion au sein de l’Eglise.

Dix-huit des dix-neuf nouveaux “princes de l’Eglise” étaient présents, car le très âgé Loris Francesco Capovilla, 98 ans, ancien secrétaire du pape Jean XXIII, n’a pas réussi à venir de Bergame (nord de l’Italie).

Chaque nouveau cardinal s’est approché et agenouillé pour se voir poser sur la tête la barrette (coiffe rouge à quatre bords). Le pape leur a passé l’anneau cardinalice et remis leur titre dans un parchemin enroulé, chacun recevant symboliquement la charge d’une des centaines d’églises romaines. Il les a ensuite embrassés avec plus ou moins de chaleur.

De Ouagadougou, d’Abidjan, des Cayes en Haïti, de Cotabato aux Philippines, de Managua, de Castries (Sainte-Lucie) aux Antilles, de Pérouse (centre de l’Italie), plusieurs des nouveaux cardinaux étaient venus des “périphéries”, formule qu’aime utiliser François.

Le choix du pape argentin reflète l’accent qu’il met sur les pasteurs plutôt que les gestionnaires.

Dans l’après-midi, les traditionnelles “visites de courtoisie” ont permis aux familles et à qui voulait d’entrer au Vatican pour féliciter les heureux élus.

Alors que les quatre cardinaux de Curie, dont le tout nouveau cardinal Parolin, recevaient dans les somptueux salons pontificaux ornés de fresques de la Renaissance, les quatorze autres étaient dispersés dans le cadre moderne de l’immense salle Paul VI.

Beaucoup se pressaient aux deux entrées dans l’espoir de saluer les cardinaux de leur pays, ou par curiosité.

Le cardinal Jean-Pierre Kutwa, d’Abidjan, était acclamé par des femmes ivoiriennes chantant des “alleluia”. Des imams étaient venus aussi dans la délégation. “C’est un clin d’œil que le pape a fait pour la paix”, a dit le cardinal, infatigable artisan de la réconciliation dans son pays, qui recevait dans une chaise roulante.

Non loin, réservé, le cardinal de Ouagadougou, Philippe Ouédraogo, proche des plus démunis dans son pays, affirmait que le pape François “nous ramène à l’Evangile. Qui vit l’Evangile retrouve les hommes dans ce qu’ils sont réellement”.

– “Avoir un coeur plus grand” –

Le cardinal haïtien des Cayes, Chibly Langlois, assurait que “tout Haïti, toutes confessions confondues, se réjouit” de “la grande sollicitude du pape” qui a créé le premier cardinal haïtien de l’Histoire.

Le cardinal-archevêque de Westminster, Vincent Gegard Nichols, très connu pour ses prises de position sociales fortes au Royaume-Uni, a résumé ainsi la volonté du pape: “il nous invite à avoir un horizon plus large et un cœur plus grand”.

Le pape avait écrit dès janvier aux heureux choisis que leur sélection n’était “ni une promotion, ni un honneur”, mais “un service”.

Dans la basilique, François a demandé aux cardinaux nouveaux et anciens de “vivre en communion” avec lui et entre eux, d’être armés de “compassion” et d’œuvrer pour la paix, avertissant que “la route que Jésus choisit est celle de la Croix”.

Ce sont seize nouveaux électeurs (moins de 80 ans, en cas de Conclave) qui entrent au Sacré collège, et trois autres sont émérites sans droit de vote. Le Sacré collège compte 218 cardinaux dont 122 électeurs.

AFP

******************************

 Health -New Prostate Supplement Hits the Shelves

Discover the incredible benefits of a new natural prostate supplement taking the country by storm.

Claim your sample today »

(Boston) – If you haven’t heard the whispers, there’s a new supplement available for the millions of men in the country who suffer from prostate problems. Launched in early 2013, this new supplement has become one of the fastest selling supplements in the country. The success is borderline inexplicable so we decided to ask Peak Life’s Chief Marketing Officer his secret.

“It’s not complicated,” said the CMO. “We sell a great product at a lower price than many of our competitors. Customers are smart – if you create a product that can benefit millions of Americans and it works, it’s going to sell. That’s what we’ve done here.”

As it turns out, unlike many other prostate remedies, within a short amount of time, men who had taken Peak Life Prostate reported:

  • Fewer trips to the bathroom
  • Improved urine flow
  • Reduced dribbling and leaking
  • Feeling more comfortable and relaxed

The makers of Peak Life Prostate are so confident in their new product they are offering every man in the country a risk-free sample

 

We are studying these days what is callGood to know         New Evangelization and Pastoral Care of Immigrants

New Evangelization has to do with encountering Christ, sharing one’s experience of Faith and passing it on.

Pastoral Care of Immigrants and refugees is the response of receiving dioceses toward new-comers over the first three generations according to the Vatican directives of “Erga Migrantes Caritas Christi”in five steps: 1-Welcome and Solidarity, 2-Services (from emergency assistance and resettlement to long-term insertion and integration) and Advocacy, 3-Facilitation of religious practice of choice, Offering the Faith, 4.Faith Formation, Liturgy, Sacraments and Devotions for Catholics and 5. Integration into Parish and Diocese.

What are the best practices toward this dual objective? What a coordinated plan at the diocesan and national level should like? How to support bishops, priests, deacons, religious and lay leaders in their respective ministries?

To address these and other questions for an effective Haitian Ministry, register for the upcoming 29th Convention of the National Haitian Apostolate in Secaucus, NJ  from late June 13 to noon June 15, 2014. “Be always Ready to do what is good (Tit 2:14)

+                         +                           +

Venez avec vos expériences et questions pour un meilleur Apostolat Haîtien au niveau diocésain et national à la 29ième Convention de l Ápostolat Haîtien National à Secaucus, NJ du 13 au 15 Juin 2014. Contactez votre coordonateur diocésain! “Soyez toujours prêt à faire ce qui est bien(Tit 2:14)”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s