REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE THIRD SUNDAY IN ORDINARY TIME (Jan. 26th, 2014)

REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE THIRD SUNDAY IN ORDINARY TIME (Jan. 26th, 2014)

Isaiah 8, 23 – 9, 3; Psalm 27; 1 Corinthians 1, 10-17; Matthew 4, 12-23

By +Guy Sansaricq.


Can you feel it? Take your time, go and read the scripture texts of the day! You will then feel the sweetness of a gentle breeze of joy and hope in your inner selves. You will feel the thrill of the voice of Jesus resonating through the towns of Galilee calling everyone to repentance and curing every disease and illness among the people. “Repent, for the kingdom of heaven is at hand!”

 

His presence is described as bringing an end to anguish and darkness. He is like a light shining in the dark. Psalm 27 rings out “The Lord is my light and my salvation of whom should I be afraid?” The 2nd reading warns us to bring an end to all rivalries and divisions so as not to empty the cross of its meaning. This line is particularly relevant as yesterday was the day of prayer for the unity of the Church. The division of Christians in twenty thousand autonomous units is a blatant betrayal of Jesus’  teachings on the CHURCH which should always

stand as ONE ORGANIZED BODY and not as an army in disarray. “You should all be united in the same mind and in the same purpose.” (2nd reading)

 

But the dominant note of the day is the call of the apostles to “be fishers of men.” Jesus does not want to be a lone leader, the only doer, the “leader maximo.” (like Fidel) He wants people to be involved with him. He is the head of a body in which all the members must fully participate in the task of saving mankind. Justice, righteousness, peace, holiness and life spring from him as from the source but will require people like Peter, James and john and you and me to reach out to the ends of the world and the end of time. As we see Jesus calling the apostles, we witness the birth of the holy CHURCH! Christ is not divided. Neither should the Church ever be! There is to be one Christ, one faith, one Church!

REFLEXIONS SUR LES LECTURES DU 3ÈME DIMANCHE ORDINAIRE (26 Janvier 2014)

Isaie 8, 23 à 9, 3; Psaume 27; 1 Corinthiens 1, 10-17; Mathieu 3, 12-23               Par +Guy Sansaricq

Aujourd’hui nous voyons Jésus entièrement lancé dans sa mission. Il traverse la Galilée préchant dans les synagogues et guérissant le peuple de toutes maladies. Sa présence et son action déclenchent un émoi général décrit comme un lever de soleil, la fin de toute angoisse, la naissance d’une ère nouvelle.

Comme un coup de trompette sonnant le réveil, son message principal est simple et puissant  “Repentez vous car le Royaume de Dieu est au milieu de vous!”

 

L’Evangile donne le récit saisissant de l’appel des apotres. Pierre et André, Jacques et Jean, des pècheurs sont soudainement interpellés par Jésus. Laissant leurs filets et leurs parents, ils acceptent de devenir des pècheurs d’hommes. Jésus n’entend pas tout faire tout seul. Il pose la première pierre de ce qui deviendra L’EGLISE. Jésus est le MESSIE, le SAUVEUR; il est la TÈTE. Mais il appelle des hommes à ètre les DISPENSATEURS DU MYSTÈRE. L’Eglise sera donc un CORPS ORGANISÉ, le CORPS DU CHRIST non pas une foule en débandade pronant un Christianisme aux mille versions! Oh! Quel caprice!

La seconde lecture du jour tombe à point puisque hier 25 Janvier était le jour de prière pour l’unité des chrétiens. C’est qu’un très grand nombre de chrétiens sincères ressentent profondément que l’ètat actuel du Christianisme éparpillé en vingt mille petites unités qui s’appellent “églises” est un scandale faisant insulte à la Croix du Christ. La seconde lecture du jour cite donc St Paul “Au nom de Jésus je vous exhorte à tomber d’accord dans ce que vous dites et qu’il n’y ait point de divisions  parmi vous . Qu’au contraire vous soyez unis dans un mème esprit et un mème objectif. “

Tirons de ces textes un sens plus profond de la grandeur du mystère de l’Eglise sainte et indivisible!

****************************

Pensée de la semaine: “Il faut deux ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire” (Proverbe chinois).

Thought of the week: “It takes two years to learn to speak and a lifetime to learn to be silent” (Chinese proverb).

Pensamiento de la semana: “Se necesitan dos años para aprender a hablar y toda una vida para aprender a estar en silencio” (proverbio chino).

********************************************************

Télé Solidarite-Flash

La direction de Télé Solidarité  voudrait informer le peuple de Dieu que Télé Solidarité sera en direct le Dimanche 26 Janvier 2014  à 10:30AM à la Paroisse St Boniface du diocèse de Rockville Centre pour la messe en Créole

Le Célébrant sera le Père Vendredy Charlince, leader spirituel de la communauté Haitienne de St Boniface

Pour participer à cette célébration  visitez le site de Telesolidarite.tv et cliquer sur live.

Nous vous encourageons à visiter Telesolidarite.tv car Télé Solidarité travaille 24heures sur 24 Heures

Frère Tob

Pour Télé Solidarité

Solidarity-Flash

The direction of Télé  Solidarité   would like to inform the people of God That Télé Solidarité  will be live on  Sunday, January 26, 2014 at 10:30 AM at St Boniface Parish for its  Creole Mass

The Celebrant will be Charlince Vendredy, Spiritual leader of the Haitian Community of St Boniface Parish

To participate in this celebration please visit the site Telesolidarite.tv  and click on live.

We encourage you to visit Telesolidarite.tv TV Solidarity because  it broadcasts  24 hours seven days a week.

Brother Tob

For Télé Solidarité

Radio Tele Solidarite est sur Face Book, Notre adresse est radiotelesolidarite ou vous pouvez visiter SNAA.ORG et cliquer sur FACE Book

Radio TV Solidarité is on Face Book, Our address is radiotelesolidarite or you can visit SNAA.ORG and click on FACE Book

 

À l’occasion de l’elevation de son Eminence Cardinal Chibly Langlois comme le premier Cardinal Haitien de l’Église Catholique d’Haiti, Son Excellence Monseigneur Guy Sansaricq , le premier évêque Haitiano Américain de la diaspora fut l’invité de la télévision Catholique du diocèse de Brooklyn Currents Net TV. Nous disons un grand merci à Katie Breidenbach , journaliste à Currents Net TV  qui nous a envoyé le link de cet entretien pour les lectrices et lecteurs du bulletin Hebdomadaire du Centre National.Vous trouverez ci joint le link de cet entretien

Video link: http://netny.net/currents/video/haitian-bishop-among-19-new-cardinals-11314/

Brother Tob

On the occasion of the elevation of His Eminence Cardinal Chibly Langlois as the first Haitian Cardinal of the Catholic Church in Haiti, His Excellency Bishop Guy Sansaricq, the first American bishop of the Haitian diaspora was the special guest at Catholic TV of the diocese of Brooklyn Currents Net TV. We say a special  thank you to Katie Breidenbach journalist Currents Net TV who sent us the link of  this interview for the  readers of Weekly newsletter of  National Center of The Haitian Apostolate.Attached is the link to this interview

Video link: http://netny.net/currents/video/haitian-bishop-among-19-new-cardinals-11314/

Brother Tob

Sunday , January 26 at 9:00 Pm interview with Father Reginald Jean Mary, the architect of Marian Shrine in Little Haiti.

***************************************************************

 1.    Dedication of the Marian Shrine in Little Haiti, Miami-Editorial

Father Reggy12

Prayer ascends and grace descends!  In less than a week February 1st,  2014  will be attending  the dedication of the Marian shrine in Little Haiti, Miami. Father Reginald Jean Mary, pastor of  The  Mission Notre Dame D’Haiti of the Archdiocese of Miami proposed and contracted the architects who built the Marian Shrine.

The dedication will be an historic moment  of grace for the Haitian community in Miami and the Diaspora. His Excellency Bishop Thomas Wenski, Archbishop of the Archdiocese of Miami, will be the celebrant of the Eucharistic.   He is one of the founders of the Haitian Catholic Community of Faith in the Archdiocese of Miami. Bishop Wenski is loved and highly respected by the Haitian population of Florida.  He has a great love for the Haitian people as evidenced by the fact that he has learned to speaks fluently  creole. Several Roman Catholic bishops of the Church in Haiti will be present at this Mass.  Bishop Guy Sansaricq, the first Haitian American bishop, will be among the concelebrants.
The Miami  Haitian Catholic Community is a great source of pride for all Haitian of the Haitian Diaspora.  This community can boast ofseveral facts: several members of the Haitian communityare  in elected positions in the city government; several Haitian professional organizations  have been initiated and Some  Haitian priests hold prestigious positions in the Archdiocese of Miami. The Haitians Priests of the Archdiocese of Miami welcome between 2000 -5000 parishioners for Eucharistic celebrations each weekend.  In addition Haitian Catholics are highly visible during  special Archdiocesan gatherings including the annual six-day Jericho Spiritual Revival; the catechumenal re-enactment of  the Israelites passing through the Red Sea; and  Eucharistic Congresses where  they receive between 6,000 and 10,000 people.

To understand the importance of this celebration must backtrack in  the late  year 70s and until the end of the year 80’s.  Haitians in  little Haiti of  Miami were known as  illegal  boat people living in  extreme poverty. (even those who work  annual revenues did  not exceed 16000 dollars). Perceived only as poor people with black skin,  Haitians were  despised in Miami.  Father Thomas Wenski , who later become the Archbishop of Miami, decided to encourage the Archdiocese of Miami to buy a plot of land and establish a church in little Haiti so members of the Haitian community would  to be able to live their faith and worship as other ethnics group Miami did.  Father Reginald Jean Marry (Father Reggy) followed in the footsteps of Archbishop Wenski Archbishop of Miami when he became pastor of the Mission Notre Dame D’Haiti to support the Haitian community of Little Haiti.  Some observers wonder how many hours Father  Reggy sleeps at night  given the colossal amount of  ministry he does in little Haiti.  The Parish Mission of Our Lady of Haiti welcomes nearly 5,000 people for its Eucharistic celebrations each week. It’s Pierre Toussaint Center  provide Haitians adult  education courses to enable their  integration into the labor market. It also sponsors  several youth groups and other Catholic action groups for the Haitian Community.  Sometimes Father Reggy accompanies his  parishioners in the hospital because he does not want  just pray for them, Father Reggy thinks that  prayer and actions  always work together.  Despite the demands of  his pastoral ministry the Father Reginald finds time to visit the Haitian students in the Archdiocese of Miami in universities to encourage them.  He even has agreed to be a member of the Executive Committee of Solidarity TV the first Catholic Television of the Haitian diaspora community on the net .
Father Reggy understood the importance of  full –engagement to change the image of the Haitian community in Little Haiti. The example of Father Reggy in little Haiti serves as a model for church leaders who have an interest in  learning how to minister effectively  in our Haitian Communityas we seek to first,change  the negative  image people erroneously have of us and secondly, gain recognition as a vital member of the Roman Catholic Community in the United States
‘Noblesse oblige’ The  two noble heroes who have recognized and responded to the needs of our Haitian  Community  will be honored during the opening day of the first Marian Shrine of the Haitian Diaspora Community in Little Haiti. His Excellency Archbishop Thomas Wenski of the Archdiocese of Miami, considered as the Father of the Haitian Community Miami, and Father Reginald Jean Mary, the great visionary who proposed and was instrumental in the building  of the first Marian Shrine of the Haitian community in the Diaspora deserve the gratitude of the whole Haitian Catholic Community.
BrotherTob
For T

Inauguration du sanctuaire marial à Little Haiti, Miami

Sancctuaire 3

Sanctuaire12

 

Pryè a monte, grass la desan’n! Le 1er février 2014 ce sera l’inauguration du sanctuaire marial à Little Haiti, Miami. Le grand architecte de ce sanctuaire est le Père Réginald Jean-Marie, curé de la Mission Notre-Dame d’Haïti de l’archidiocèse de Miami. Ce sera un moment de grace, un moment historique pour la communauté haïtienne de Miami et de la diaspora.

Mgr Thomas Wenski, archevêque de Miami et l’un des fondateurs de la communauté haïtienne catholique de foi de Miami, présidera à la célébration eucharistique. Il est très aimé et respecté au sein de la population haïtienne de la Floride  pour son grand amour pour le peuple haïtien. De plus, il parle couramment le créole. Mgr Guy Sansaricq ainsi que plusieurs évêques de l’Église catholique d’Haïti seront présents à cette messe d’action de grâce.

Miami est vraiment une grande source de fierté pour la diaspora haïtienne. Avec plusieurs élus de la communauté haïtienne, des organisations professionnelles et une pastorale haitienne avec certains prêtres qui occupent des postes importants. Certains curés haïtiens de l’archidiocèse de Miami accueillent entre 2000 et 5000 paroissiens pour les célébrations eucharistiques en fin de semaine, sans compter les grandes soirées de  Jérico, Mer Rouge, les congrès eucharistiques qui attirent entre 6000 et 10000 personnes.

Pour comprendre toute l’importance de cette célébration qui inaugurera le sanctuaire marial, il faut faire marche arrière, c’est-à-dire à la fin des années 70 et jusqu’à la fin des années 80. En ces temps-là, dès qu’on parlait des haïtiens de Little Haiti, on ne voyait que des boat people, des gens illégaux et des misérables. Même ceux et celles qui travaillent actuellement, leur revenue annuelle ne depassent pas toujours $16000US. Ces pauvres gens à la peau noire sont très souvent méprisés dans la société de Miami. Ainsi, le Père Thomas Wenski, aujourd’hui archevêque de Miami, décida d’encourager l’archidiocèse de Miami à acheter un  lopin de terre à Little Haiti pour la communauté haïtienne afin qu’elle puisse vivre sa foi comme les autres ethnies de Miami.

À ce propos, le Père Réginald Jean-Marie a suivi les traces de Mgr Wenski et est sur tous les fronts pour accompagner la communauté haïtienne. Certains observateurs se demandent même combien d’heures le Père Reginald dort la nuit pour arriver à faire ce travail colossal à Little Haiti. La paroisse qu’il dirige, la Mission Notre-Dame d’Haïti, accueille près de 5000 personnes pour ses célébrations eucharistiques en fin de semaine. Elle a aussi le Centre Pierre Toussaint qui accompagne la population au niveau de l’éducation et son réinsertion sur le marché du travail, y compris plusieurs groupes de jeunes et d’actions catholiques.

Malgré ses multiples activités, le Père Réginald trouve du temps pour aller visiter les étudiants haitiens de l’archidiocèse de Miami dans les universités pour les encourager et des fois ce prêtre accompagne ces paroissiens même à l’hôpital car il ne se contente pas de prier pour eux. Pour le Père Réginald, prière et action doivent toujours marcher ensemble. Il a aussi accepté d’être l’un des membres du comité exécutif de Télé Solidarité, la première Télévision Catholique de la communauté haïtienne de la diaspora sur le net. Il  a ainsi compris l’importance de s’engager à fond pour changer l’image de la communauté haïtienne à Little Haiti. Son exemple mérite d’être suivi. Nos leaders ont intérêt à comprendre  que plus ils s’engagent dans notre communauté pour changer son image et plus ils auront la chance d’être reconnus dans cette société d’accueil.

Enfin, noblesse oblige! Les deux héros de cette journée d’inauguration du premier sanctuaire marial de la communauté haïtienne de la diaspora à Little Haiti seront indubitablement l’archevêque de Miami, Thomas Wenski, considéré comme le père de la communauté haïtienne de Miami et le Père Réginald Jean-Marie.

BrotherTob

Pour le Centre National

——————————

La photo de José Marti

Un précieux souvenir retrouvé

Marlène Rigaud Apollon

25 janvier 2014

Jose Martie

Dans un passage des dernières pages de Contribution de l’Ile d’Haïti à l’Histoire de la Civilisation (Louis Mercier : Fardin 2e ed. 1985, p 79) que j’ai cité dans Louis Mercier A la Reconquête de l’Idéal Haïtien, Une voix d’hier pour aujourd’hui et demain (p. 53) Louis Mercier écrit ceci :

« C’est en Haïti que les révoltés cubains, fuyant la persécution, trouveront refuge. Le libérateur José Marti et le grand Maceo y viendront chercher du secours.  Ils obtiendront le concours offi-cieux du gouvernement et l’aide efficace de beaucoup d’Haïtiens ». Et il précise « L‘auteur de ces notes conserve précieusement une photo offerte à son père par Marti, avant de s’embarquer pour la lutte finale et en témoignage de reconnaissance.[1][1] »

Je me suis longtemps demandée ce qu’était advenu de cette fameuse photo.  Soudain, après avoir lu sur le site de la Présidence (https://www.facebook.com/martelly2010) que le président Martelly avait procédé à l’inauguration, le jeudi 23 janvier, de la Place Jose Marti au Cap-Haitien,


cette histoire de photo et de la connection de Millevoye Mercier, le père de Louis Mercier avec José Marti m’est revenue à l’esprit et je me suis souvenue de l’article « Una visita a la casita de Marti » (Une visite à la petite maison de Marti) que j’avais lu là-dessus il y a deux ans environ sur le blog http://josemarticuba.blogspot.com/2011/05/jose-marti-en-cabo-haitiano.html.  Et noir sur blanc, la réponse m’a sauté aux yeux. Voici l’article dans sa totalité :

«Une visite à la « Petite Maison » de Marti

Un groupe de notre personnel de santé a visité un modeste bâtiment en maçonnerie de trois étages, peint en blanc, ses portes et fenêtres en bleu, dans le rez-de-chaussée de laquelle avait logé notre Jose Marti en 1895. Évidemment la façade de l’habitation a été transformée, mais son intérieur semble figé dans le temps.

 

 

Sur ses murs, témoins de nos angoisses d’indépendance, seules trois photos sont accrochées: l’une du Sacré-Cœur de Jésus, une autre du regretté feu Pape Jean-Paul II et la plus grande et la plus ancienne de toutes, de notre apôtre.

 

 

L’haïtienne Esther Noel, âgée de 41 ans, a déclaré à Granma que la résidence est une propriété de famille dans laquelle elle vit depuis 1981 avec sa mère, Mme Esperanza.  Elle a relaté que d’au-tres parents y avaient vécu avant et que la photo de notre Martí a toujours présidé le mur prin-cipal de la « salle de séjour », préservant l’aura d’une profonde vénération ».  

 

José Martí était un grand général, qui a combattu pour l’indépendance de Cuba, s’est rendu à Haïti et a vécu dans cette maison, où il s’est réuni avec quelques Haïtiens et Cubains pour conti-nuer avec leurs plans conspirateurs d’indépendance », affirma Esther, professeur et avocate, qui ajouta que c’est un honneur d’avoir cette photo instantanée de Martí dans son salon.

 

 

A l’extérieur de la maison, dans la partie supérieure de la porte d’entrée, une plaque de marbre garde en permanence pour l’histoire l’empreinte de Marti en ce lieu: «C’est la maison de Mille-voye Mercier, dans laquelle a demeuré José Martí amené par le Dr Ulpino Dellunde.  Avril 1895. Le Comité haïtien pour le centenaire de la naissance de l’Apôtre. 28 janvier, 1953 ».

Fenêtre (porte) de la maison des Mercier où logea José Martí

 

Au-dessus, à gauche, une plaque indiquant ce fait

Cette simple plaque révèle l’étroite amitié qu’a maintenue l’auteur d’Ismaelillo avec Ulpino Del-lunde, médecin cubain  qui a hébergé Marti à plusieurs reprises dans sa propre maison et l’a aidé à obtenir des armes pour la guerre.

 

Une rue du Cap Haïtien porte le nom de José Martí, réaffirmant qu’il est déjà autant nôtre que de ce point de la géographie haïtienne dans laquelle se croisent les histoires de nos deux peuples frères.

 

Ce mystère était résolu.  La photo était bien celle que José Marti avait donné à Millevoye Mercier en reconnaissance de son hospitalité.  D’autres questions se posent, en ce qui a trait à la chaine de passation, par exemple. L’essentiel, pour le moment, est qu’elle a été retrouvée.

N.B.  Marlène Rigaud Apollon est la petite fille de Louis Mercier de part sa mère.

**************************************

Diocese of Brooklyn: Get Well Father Borno St Charles


The Staff Weekly Bulletin of the National Center of the Haitian Apostolate abroad would like  to inform the people of God that  Father St. Charles Borno , the first Haitian pastor of St. Teresa of Avila  Parish in the Diocese of Brooklyn was in the hospital from Wednesday, January 22, 2014 to Friday, January 24, 2014 . As you know the disease is inherent part of human life and the staff of our newsletter wish a speedy recovery to the good Father Borno  one of the stars of the Haitian ministry of the diocese of Brooklyn.

Father Borno will be a member of the Executive Board of  Télé  Solidarité, the first Catholic Television of the  Haitian community of the diaspora  on the net. Attached is the last interview of Father link Borno at Télé Solidarité: http://youtu.be/ys5g5P0IHz0

Finally the Prayers of His Excellency Monsignor Guy Sansaricq , executive director of the National Center and the Father Yvon Pierre , director of the National Centre are with the Father Borno at this difficult time

Brother Tob

Father Borno

Le Personnel du Bulletin Hebdomadaire  du Centre National de l’Apostolat Haitien à létranger tient à informer le Peuple de Dieu que le Père St. Charles Borno , le premier Curé  Haitien de la Paroisse Ste Teresa of Avila du diocèse de Brooklyn était à l’hopital du Mercredi 22 Janvier 2014 au Vendredi 24 Janvier 2014.  Comme vous le savez la maladie fait partie inherente de toute vie humaine et le personnel de notre bulletin souhaite un prompt retablissement au Père Borno.

Rappelons que le Père Borno est le fondateur de la troupe Eclat , l’une des meilleures chorales  de la pastorale Haitienne du diocèse de Brooklyn et il sera l’un des membres du conseil executif de la télévision Télé Solidarité , la première Télévision Catholique de la communauté Haitienne Catholique de la diaspora sur le Net. Vous trouverez ci joint le link dernier entretien du Père Borno à Télé Solidarité: http://youtu.be/ys5g5P0IHz0

Enfin les Prières de son Excellence Monseigneur Guy Sansaricq, directeur executif du Centre National et le Père Yvon Pierre, directeur du Centre National sont avec le Père Borno en ce moment difficile

Brother Tob

he National Center of   the Haitian Apostolate

_______________________________________________

Interview of Father Miguel Auguste

Father Miguel Auguste, the administrator of the parish St Pius X of the Diocese of Brooklyn was the great special guest  of Radio TV  Solidarité on Sunday, January 19. In his interview he spoke of the  relations between Haiti and the Dominican Republic; his parish;  and his opinion on the elevation of Cardinal Chibly Langlois(considered the first cardinal of the Catholic Church in Haiti).  Click on this link to personally listen to the  fullinterview of Father Miguel http://www.youtube.com/watch?v=5P_Iu9ip1M0&feature=sharenoembed&list=UUi3LCoGhSjsl1wH5a46FJVQ
Brother Tob
National Centre for

**********************************************

__ Le Collège Pastoral est en deuil

Nous vous annonçons avec infiniment de peine la mort de la maman d’une ancienne étudiante du Collège Pastoral : Marie-Lourdes Germain. Madame Marie Emite Damour, née le 3 Juillet 1928 est retournée à la maison du Père le 10 Janvier 2014.  L’exposition a eu lieu le Vendredi 17 Janvier 2014 à la maison funéraire : J. Foster Phillips Funeral Home, Inc. (179-24 Linden Blvd. Jamaica, New York  11434). Les funérailles ont été chantées à l’Eglise Sainte Anne et Saint Joachim (218-26  105th  Ave – Queens Village, New York  11429)  le Samedi 18 Janvier 2014 à 10h a. m. Elle a été inhumée au Cimetière de Port-au-Prince en Haïti.

Nous comptons sur vos prières pour le repos de l’âme de la défunte et toute la famille éprouvée par ce deuil, spécialement ses enfants: Marie Lourdes Germain et Famille ; à Dr. Yves Joseph et famille; à ses neveux et ses nièces.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Le Collège Pastoral est en deuil

Nous vous annonçons avec infiniment de peine, la mort de la maman d’un étudiant de la 2ème année du Collège Pastoral : Christophe Leroy. Mme Mercira Henry, née le 19 Juillet 1925, est morte le 6 Janvier 2014.   Les funérailles ont eu lieu à l’Eglise Adventiste de Boston – Brockton 237 Court Street, le 21 Janvier 2014.

Nous comptons sur vos prières pour le repos de l’âme de la défunte et toute la famille éprouvée par ce deuil spécialement pour ses enfants: Rose, Andrée, Carmen et Christophe Leroy ; Rosanne et Ronald Henry ; à ses neveux et nièces.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Le Collège Pastoral est en deuil

Nous vous annonçons avec infiniment de peine la mort du mari d’une ancienne étudiante du  Collège Pastoral : Renette Jean-Jacques. Mr. Luco Jasmin, né le 12 Novembre 1939, est retourné à la maison du Père le Mardi 13 Janvier 2014. L’exposition a eu lieu le Vendredi 24 Janvier 2014 à Caribe Funeral Home (Utica & Ave K & L). Les funérailles ont été chantées à l’Eglise Saint Jérôme de Brooklyn (Newkirk & Nostrand) le Samedi  25 Janvier 2014 à 10h a.m.

Nous recommandons à vos humbles prières le repos de l’âme de la défunte et toutes les personnes éprouvées par ce deuil spécialement sa femme : Renette Jean-Jacques ; ses enfants : Shakespere, Yvan Marti, Capuchine, Caroline Jasmin & Yves Nelly Jean-Jacques. N’oubliez pas aussi dans vos prières ses frères, ses neveux et nièces.

_____________________________________________

Homage to  Ms. Darcel  Wilamowski

 001

Sunday , January 26 is the birthday of Ms. Darcel  Wilamowski.Darcel is one of the leaders of a talk show at Télé Solidarité.  His major ministry is serving as the Director of the Sr. Thea Bowman Mass Choir and the Coordinator for the Office of Multicultural Diversity Catholics of African Ancestry – Haitian American Apostolate Ministry for the Diocese of Rockville Centre.

As part of his ministry,  Darcel coordinates  the Black History Month Eucharisticcelebration at the Cathedral of St Agnes of the diocese of Rockville Centre in Long Island .. To know more about this event you can click on this link: http://www.youtube.com/watch?v=xrM6sbDpJsE&list=UUi3LCoGhSjsl1wH5a46FJVQ&feature=share&index=1

Bishop Sansaricq executive director of The National Center of The Haitian Apostolate  would like to wish a Happy birthday to his friend Darcel in these words: “Happy Birthday, dear Darcel! May you continue to grow in faith and in that peace that springs forth from a prayerful heart! Be like Mount Sion that can never be shaken!

Darcel is a lovely woman, very friendly, and one of the spokeswomen of the Black Community of Long Island. She is very spiritual and continuously accompanies the Black community in its faith-filled social and spiritual journey.

The staff of the weekly bulletin and télé Solidarité asks  our  brothers and sisters  to pray for Darcel on  this special occasion  of the anniversary of her birth.

The National Center

********************************

François Hollande et le Saint-Siège s’engagent à dialoguer plus

Francois-Hollande-et-le-Saint-Siege-s-

Le président français a insisté sur la dominante internationale de son entretien avec le pape François, à qui il a aussi expliqué sa conception de la laïcité.

Gabriel Bouys / AP

Le président français François Hollande reçu par le pape François vendredi 24 janvier 2014 au Vatican.

Avec cet article

                         Les catholiques et François Hollande, une relation tendue

François Hollande a rencontré le pape François

Le Saint-Siège a rappelé que les positions de l’Église sur la politique familiale du gouvernement français, en particulier contre le mariage homosexuel, avaient un fondement « moral et non religieux ».

Aucun déplacement du pape en France n’est à ce stade prévu.

La France affiche une « convergence » avec le Vatican « sur les grands sujets internationaux » les plus dramatiques. À l’issue de son entretien de 35 minutes avec le pape François suivi d’un entretien d’une heure et quart avec son secrétaire d’État, Mgr. Pietro Parolin, le président français a surtout insisté sur les préoccupations que Paris et le Saint-Siège partagent à propos de plusieurs violents conflits, citant en premier la Centrafrique et plus largement l’Afrique.

Effectuant sa première visite au Vatican depuis son élection en mai 2012 alors que se déroule près de Genève une conférence sur la Syrie, François Hollande a reconnu la place que la diplomatie vaticane occupe dans la recherche d’une transition politique pour sortir ce pays de la guerre. Il a aussi évoqué comment la France et le Saint-Siège se retrouvaient dans la défense des chrétiens d’Orient.

« La famille, la bioéthique, le respect des communautés religieuses et la protection des lieux de culte » examinés

« La mondialisation et ses excès », la « lutte contre le trafic d’êtres humains », l’attention envers les réfugiés et, plus encore, la lutte contre le changement climatique ont également été citées comme terrain de convergence diplomatique dans ce que François Hollande a toujours conçu comme une rencontre « de chef d’État à chef d’État ». De fait, son long entretien avec Mgr Parolin, qu’il a reçu ensuite à déjeuner à l’ambassade de France près le Saint-Siège, a aussi été à dominante diplomatique pour les trois quarts du temps.

Mais, dans son communiqué officiel diffusé après ces entretiens qualifiés de « cordiaux », le Vatican indique comment « quelques arguments d’actualité ont été examinés, comme la famille, la bioéthique, le respect des communautés religieuses et la protection des lieux de culte ». Mgr Parolin a laissé à son collègue français, Mgr Dominique Mamberti, secrétaire pour les relations avec les États, le soin d’aborder ces « arguments » pendant un quart du temps de l’entretien.

Il a ainsi expliqué, selon une source interne à la délégation française, comment la prise de position de l’Église exprimée contre la loi instaurant le mariage homosexuel reposait sur un fondement « moral et non religieux ». À ce titre, elle ne pouvait pas être ignorée au prétexte de la laïcité. En réponse, François Hollande a regretté que des éléments extrémistes aux intentions d’abord politiques se soient accaparés du débat.

.

« S’il y a un mot qui nous a rassemblés, c’est celui de dignité »

« S’il y a un mot qui nous a rassemblés, c’est celui de dignité (de la personne humaine, NDLR.) », a conclu le président socialiste dans sa déclaration à la presse au centre Saint-Louis, sans distinguer les différentes conceptions que ce terme peut porter. Il « a été réaffirmé l’engagement mutuel à maintenir un dialogue régulier entre l’État et l’Église catholique et à coopérer de manière constructive dans les questions d’intérêt commun », résume dans son communiqué le Saint-Siège, se référant aussi à la « promotion de la dignité de la personne humaine ».

Accompagnant le président Hollande, Nicolas Hulot, son envoyé spécial pour la protection de la planète, a profité de l’occasion pour rappeler l’importance d’un engagement du pape François sur cette cause, en vue de la conférence sur le climat que Paris accueillera en 2015. Le Saint-Siège n’était toutefois pas hier en mesure de confirmer – ni de démentir – que le pape travaillerait à une « encyclique sur l’écologie », comme l’a avancé Nicolas Hulot, ni qu’il envisageait une visite en France.

François Hollande a toutefois pris soin de signaler au nouveau pape qu’il serait toujours la bienvenue en France, le quittant d’un chaleureux « à bientôt ».

****************************************

                                                                                                                            

Le pape François est-il antilibéral ?

La condamnation du libéralisme sauvage par le pape François, dans sa première exhortation apostolique, publiée le 26 novembre, a provoqué de très vives réactions Le pape François

Le pape François sur la place Saint-Pierre, le 4 décembre.

Avec cet article

Evangelii gaudium, la première exhortation apostolique du pape François

Décryptage de Jean-Yves Naudet, professeur d’économie à l’université d’Aix-Marseille, et président de l’association des économistes catholiques.

« Dans son exhortation, le pape s’exprime d’abord comme un pasteur, et non comme un économiste. Pour ce faire, il reprend des thèmes assez classiques qui figurent dans la pensée de l’Église ou dans l’Évangile. C’est par exemple le cas de l’option préférentielle pour les pauvres, ou bien de la définition large de la pauvreté, qui n’est pas seulement matérielle, mais peut être spirituelle ou morale.

Deuxième­ grand thème, développé par François : l’argent. Là encore, rien de neuf : pas besoin d’être chrétien pour affirmer que l’argent est un bon serviteur et un mauvais maître. Le pape se place dans le sillon de ses prédécesseurs, en citant abondamment le compendium de la doctrine sociale de l’Église, de même que Benoît XVI et Jean-Paul II. Or, Jean-Paul II était réputé comme le plus anti-étatiste des papes : il avait condamné les excès de l’État providence.

Pas de rupture de fond par rapport au discours économique habituel de l’Église

La condamnation du libéralisme sauvage par le pape François, dans sa première exhortation apostolique, publiée le 26 novembre, a provoqué de très vives réactions de la part de certains économistes américains libéraux. Je n’ai pas le sentiment que François introduise une rupture de fond par rapport au discours économique habituel de l’Église.

Il évoque par exemple l’exclusion, dont il souligne largement les effets. Pour ma part, en tant qu’économiste, j’aurais tendance à dire que certaines formes d’État providence très poussée encouragent l’exclusion, à l’inverse de l’économie de marché. Mais le pape n’entre pas dans ces raisonnements économiques.

Posée ainsi, la question ne me semble donc pas vraiment pertinente. Le pape joue un rôle de pasteur et ne se laisse pas enfermer dans de telles catégories idéologiques. Il ne faut pas attendre de lui qu’il élabore une théorie économique. Il écrit d’ailleurs lui-même que son texte n’est pas une nouvelle encyclique sociale.

Le pape François ne se situe pas du tout dans une logique de lutte des classes

Son rôle est de réveiller les consciences, de pointer les problèmes, mais non d’élaborer des solutions. Dans le même sens, ceux qui voient dans cette exhortation des penchants socialistes, ou marxistes, se trompent. Le pape François ne se situe pas du tout dans une logique de lutte des classes. Dire que les riches doivent aider les pauvres n’a rien à voir avec la théorie de Marx.

La réaction – à mon sens excessive – de certains milieux économiques américains s’explique par le fait qu’ils s’appuient sur une vision très dogmatique de l’économie de marché. Certains d’entre eux sont encore dans la logique des deux blocs antagonistes, américain et soviétique, comme au temps de la guerre froide. Critiquer l’un, c’est favoriser l’autre.

Le pape laisse aux économistes des thèmes à travailler

Quoi qu’il en soit, le pape laisse aux économistes des thèmes à travailler. Je pense en particulier à l’importance que nous accordons au « court terme », et contre lequel le pape François nous met en garde. Il a raison, mais il faut maintenant approfondir cela sur le plan économique. Comment mettre en place des techniques qui pourraient nous aider à favoriser les décisions à long terme ?

Plusieurs outils sont possibles, comme l’éducation des ménages en matière d’endettement, la constitution de noyaux durs d’actionnaires dans les entreprises, la moindre importance à accorder aux profits prévus trois mois plus tard. »

Recueilli par  LOUP BESMOND DE SENNEVILLE

++++++++++++++++++++++++++

Dans le monde, 1% de la population détient la moitié des richesses

En trente ans, les inégalités de richesses et de revenus n’ont cessé de se creuser sur la planète d’après l’ONG internationale Oxfam dans un rapport publié à l’occasion du Forum économique mondial de Davos.

Cette concentration croissante est liée à la crise, à la dérégulation financière, à la corruption, aux politiques fiscales et d’austérité.

L’ONG Oxfam énumère une série de recommandations contre cette tendance dangereuse pour la cohésion politique et sociale.

« En finir avec les inégalités extrêmes. » Alors que le gratin économique et financier mondial se retrouve du 22 au 25 janvier à Davos, en Suisse, le rapport publié mardi 21 janvier par l’ONG internationale Oxfam veut lancer un pavé dans la mare. Le message est clair :  « Les inégalités économiques s’amplifient rapidement dans la plupart des pays. Près de la moitié des richesses sont détenues par 1% de la population mondiale, tandis que 99% des habitants de la planète se partagent l’autre moitié. »

Et l’ONG d’adresser une mise en garde :  « Si rien n’est fait, la mise à mal des institutions politiques se poursuivra (…). Les inégalités extrêmes ne sont pas une fatalité, elles peuvent et doivent être combattues rapidement. » Pourquoi ?  Parce qu’elles « sont néfastes et inquiétantes à plus d’un titre : elles sont moralement contestables, peuvent avoir des conséquences négatives sur la croissance économique et la réduction de la pauvreté et peuvent exacerber les problèmes sociaux. Elles aggravent d’autres inégalités,comme celles entre les hommes et les femmes », soulignent les auteurs de l’étude.

Enfin, « étant donné l’ampleur de la concentration grandissante des richesses, la confiscation des opportunités et la représentation politique inégale constituent une tendance forte et inquiétante. »

La Croix réalise un tour d’horizon des grands enseignements du rapport.

1/ Une concentration croissante des revenus et des richesses dans les mains de quelques-uns 

Entre 1980 et 2012, les 1% les plus riches ont augmenté leur part de revenu dans 24 des 26 pays pour lesquels Oxfam dispose des données entre 1980 et 2012 (lire graphique ci-dessous). Sept personnes sur dix vivent dans un pays où l’inégalité économique a augmenté au cours des 30 dernières années. Aux États-Unis, relève Oxfam, les 1% les plus riches ont confisqué 95% de la croissance post-crise financière depuis 2009, tandis que les 90% les moins riches se sont appauvris.

Aujourd’hui, près de la moitié des richesses mondiales sont maintenant détenues par seulement 1% de la population. La richesse des 1% les plus riches s’élève à 110 trillions de dollars.

Pour illustrer l’ampleur de la concentration des richesses, la fortune combinée des 10 personnes les plus riches d’Europe (217 milliards d’euros) dépasse le coût total des mesures de relance mises en œuvre dans l’Union européenne (UE) entre 2008 et 2010 (200 milliards d’euros).

Oxfam voit dans cette concentration « une réelle menace pour les systèmes économiques et sociaux inclusifs. Au lieu d’avancer ensemble, nous voyons les inégalités se creuser en matière de pouvoir économique et politique, ce qui exacerbe inévitablement les tensions sociales et accroît le risque d’éclatement de la société. »

2/ Presque tous les pays sont concernés 

Les pays qui affichent la plus forte croissance de la part des revenus des 1% les plus riches sont les Etats-Unis (+ 140%) ;  l’Australie (+ 90%) et la Suède (+ 75%) (lire graphique).

En France, la part des revenus nationaux allant aux 1% les plus riches est restée quasiment stable en trente ans, une constance permise par le système de redistribution, et que l’OCDE avait déjà mise en lumière.

Dans les pays à revenu intermédiaire – Indonésie, Chine, Inde, Pakistan et Nigeria – les 10% les plus riches de la population ont acquis une part bien plus importante des revenus nationaux que les 40% les plus pauvres sur les 30 dernières années, et la tendance se poursuit.

3/ La dérégulation financière a accentué le phénomène, comme l’austérité en Europe

La concentration des richesses, écrit Oxfam, « engendre une influence politique injustifiée qui, au final, prive les citoyens des revenus des ressources naturelles, produit des politiques fiscales injustes et encourage la corruption, tout en mettant à mal le rôle régulateur des États. Combinées, ces conséquences nuisent à la redevabilité et à l’inclusion sociale », et ce « dans différents contextes ».

L’ONG déplore notamment la dérégulation financière enclenchée aux Etats-Unis, et met ce phénomène, études scientifiques à l’appui, « en corrélation directe » avec l’accroissement des inégalités économiques outre-Atlantique.

En Europe, poursuit l’étude, « les principaux partisans de l’austérité comme   le FMI commencent à reconnaître que les mesures d’austérité rigoureuses   [décidées pendant la crise de la dette] n’ont pas donné les résultats escomptés en termes de croissance et de relèvement, mais ont en fait compromis les perspectives de croissance et d’égalité ».

L’ONG pointe également les stratégies d’optimisation fiscale des entreprises multinationales, en particulier dans le secteur énergétique, au détriment des pays d’Afrique. L’étude cite notamment le cas d’Areva au Niger.

Enfin, « les réformes fiscales au profit des élites constituent un autre mécanisme perpétuant les privilèges. Depuis la fin des années 1970, 29 des 30 pays pour lesquels nous disposons de données appliquent un   taux marginal d’imposition   plus faible pour les tranches les plus riches de la société. »

4/ Les recommandations d’Oxfam 

L’ONG énumère une liste d’actions à mener pour inverser la tendance, à l’adresse des « personnes réunies à Davos dans le cadre du Forum économique mondial ». Les principales sont :

* ne pas contourner la fiscalité dans leur propre pays ou dans des pays où ils investissent et opèrent en tirant parti des paradis fiscaux.

* soutenir une fiscalité progressive sur les richesses et les revenus.

* défendre un salaire minimum vital dans toutes les sociétés qu’ils détiennent ou contrôlent.

Et de plaider pour « un objectif global de mettre fin aux inégalités économiques extrêmes dans tous les pays. Il doit inclure la surveillance constante de la part des richesses allant aux 1% les plus riches dans chaque pays. »

***********************

Recul des classes moyennes dans les pays avancés

L’Organisation internationale du travail note dans son rapport annuel la hausse des inégalités de revenu dans les pays riches

Les classes moyennes de nombreuses économies avancées (ici en Espagne) régressent (Andres Kudacki/AP).

Les inégalités ont progressé dans la grande majorité des pays avancés, a averti lundi 3 juin l’Organisation internationale du travail (OIT), qui dénonce l’augmentation des salaires des hauts dirigeants et des profits des grandes entreprises.

Alors que l’économie mondiale se remet lentement de la crise financière, la plupart des pays émergents et en développement connaissent une hausse de l’emploi et une réduction des inégalités de revenus, contrairement aux pays à revenu élevé, indique le rapport annuel de l’OIT sur le travail dans le monde.

À l’inverse, les inégalités de revenus ont augmenté dans les économies avancées au cours des deux dernières années, dans le contexte d’une hausse du chômage mondial – dont l’OIT prévoit qu’il passera de 200 millions aujourd’hui à près de 208 millions en 2015.

Des revenus moins inégaux dans les pays émergents

Selon le rapport, les inégalités de revenus ont augmenté entre 2010 et 2011 dans 14 des 26 économies avancées étudiées, y compris en France, au Danemark, en Espagne, et aux États-Unis.

Les inégalités économiques sont aussi en hausse parce que les petites entreprises sont en retard par rapport aux plus grandes en termes de profit et d’investissement productif. « Alors que la plupart des grandes entreprises ont à nouveau accès aux marchés financiers, les start-up et les petites entreprises sont affectées de manière disproportionnée par les conditions d’octroi du crédit bancaire », note les auteurs du rapport.

Les chiffres présentent une évolution positive dans de nombreuses régions du monde en développement mais ils dressent un tableau inquiétant pour de nombreux pays à haut revenu, malgré la reprise économique. « Dans certains pays européens en particulier, la situation commence à mettre à rude épreuve le tissu économique et social », estime le directeur général de l’OIT, Guy Ryder.

Le déclin des classes moyennes en Occident

Le rapport montre aussi que les classes moyennes de nombreuses économies avancées régressent, un phénomène nourri notamment par le chômage de longue durée, la détérioration de la qualité de l’emploi et les travailleurs qui abandonnent le marché du travail.

« Le rétrécissement des groupes à revenus intermédiaires dans les économies avancées est un sujet de préoccupation, non seulement pour la capacité d’intégration de ces sociétés mais aussi pour des raisons économiques. Les décisions d’investissement à long terme par les entreprises dépendent aussi de la présence d’une vaste et stable classe moyenne qui soit en mesure de consommer », rappelle Raymond Torres, directeur de l’Institut international d’études sociales, le département de la recherche de l’OIT. En Espagne, les ménages à revenus intermédiaires sont moins nombreux  : ils ne représentent plus que 46 % à la fin de 2010 contre 50 % en 2007. Aux États-Unis, les 7 % les plus riches de la population ont vu leurs revenus nets moyens augmenter pendant les deux premières années de la reprise. Les autres, soit 93 % des Américains, ont vu leur revenu net décliner.

« Nous avons besoin de plus d’emplois de meilleure qualité afin de permettre une répartition plus équitable des revenus à la fois dans les économies avancées et en développement », souligne Raymond Torres.

L’essor des pays émergents

Dans les économies émergentes et en développement, les classes moyennes ont grossi de 263 millions en 1999 à 694 millions en 2010. C’est une grande avancée pour un nombre croissant de pays asiatiques et latino-américains, qui s’est récemment étendue à certains pays d’Afrique et du monde arabe.

Cependant, une « population flottante » vulnérable – celle qui est juste au-dessus du seuil de pauvreté – a augmenté de 1 117 millions en 1999 à 1 925 millions en 2010, essentiellement dans les économies à revenus faibles ou intermédiaires. Cette catégorie vulnérable représente près de trois fois la taille de la catégorie à revenu intermédiaire. « Dans les pays en développement, le défi le plus important est de consolider les progrès réalisés récemment en matière de réduction de la pauvreté et des inégalités », ajoute Raymond Torres. Le rapport montre comment l’investissement productif, les salaires minimaux et la protection sociale ont contribué à cette entreprise dans des pays comme le Brésil, le Costa Rica, l’Inde, l’Indonésie, la Turquie et le Vietnam.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Etats-Unis: Des mémoires qui déstabilisent Barack Obama?

Par Anne-Marie Capomaccio

Le livre de Robert Gates a fait parler de lui bien avant sa mise en vente en librairie, mardi, aux Etats-Unis. Dans Mémoires d’un ministre en guerre, l’ancien ministre de la Défense décrit un président Obama hésitant, et peu impliqué dans la conduite de la guerre en Afghanistan. Des critiques dont se sont immédiatement saisis les adversaires politiques du chef de l’Etat : l’occasion était trop belle pour les républicains.

Robert Gates est un homme unanimement respecté, au point que ce ministre de la Défense de Georges Bush est resté à son poste lors du premier mandat de Barack Obama – une première dans l’histoire des Etats-Unis. C’est donc une voix qui porte lorsqu’il critique Barack Obama dans son livre Mémoires d’un ministre en guerre (Duty. Memoirs of a Secretary of War). Et ses accusations sont déstabilisantes pour le Président, décrit comme un leader qui a envoyé sans conviction 30 000 hommes supplémentaires en Afghanistan, et surtout comme un commandant en chef des armées qui n’a pas confiance dans son état-major.

Robert Gates est encore plus dur avec le vice-président Joe Biden, décrit comme un homme qui s’est trompé sur toutes ses analyses de politique étrangère. L’opposition américaine, en cette année électorale, se délecte sur le thème « nous vous l’avions dit », le tandem Obama-Biden n’est pas à sa place à la Maison-Blanche.

L’affaire fait grand bruit aux Etats-Unis

Mais l’affaire, qui fait grand bruit aux Etats-Unis, prend une tournure différente alors que le livre est depuis mardi en librairie. Barack Obama renouvelle son soutien à Robert Gates. Il répond qu’il maintient la confiance qu’il a toujours eue dans son ancien ministre de la Défense… et ce qui peut être interprété comme des hésitations, dit Obama, s’explique par la difficulté de la situation : « C’était la bonne stratégie en Afghanistan, a expliqué le Président. C’est difficile, cela a toujours été difficile d’envoyer des hommes au combat, et ma confiance dans nos troupes est sans faille ».

Quant à Robert Gates, il revient sur ses écrits. Il fait le tour des réseaux de télévision pour dire que ses propos ont été sortis de leur contexte, qu’il a toujours été d’accord avec Barack Obama… Bref, c’est de la faute des journalistes, nous avons l’habitude, et des élus, incapables de sortir d’un raisonnement politicien…

Si l’attention s’est focalisée sur les passages consacrés au chef de l’Etat, Robert Gates, dans ce livre, est très dur aussi avec le Congrès, et avec les conseillers du Président. Et c’est le fonctionnement de la Maison-Blanche qui est remis en question. Robert Gates caricature des conseillers en culotte courte, tout juste sortis de l’école, qui isolent le Président, s’adressent à des généraux qui ont l’expérience du terrain sans aucun respect, et surtout sans les écouter. C’est grave car cela signifie que Barack Obama est mal entouré, et prend des décisions en recevant des informations éventuellement altérées. Quant aux élus du Congrès, ils sont décrits, je cite, comme incompétents, hypocrites, animés par un esprit politicien et faisant passer leur carrière avant l’intérêt de la Nation.

Le livre arrive trop tôt… ou trop tard

En lisant le livre de Robert Gates, on se fait du souci sur la chaîne de décision dans la politique étrangère des Etats-Unis. On se demande aussi pourquoi Robert Gates est resté à son poste, et pourquoi il a attendu toutes ces années pour s’exprimer. C’est d’ailleurs la question que posent tous les observateurs aux Etats-Unis. Robert Gates parle trop tard ou trop tôt. Trop tôt car Barack Obama est toujours en fonction, et ce livre l’embarrasse dans une année électorale, l’embarrasse alors qu’il a des décisions importantes à prendre dans le domaine de la politique étrangère : l’Afghanistan justement, la Syrie, l’Iran, pour ne citer que ces dossiers. Ou il parle trop tard car il aurait dû avoir le cran de démissionner, ou de s’exprimer alors qu’il était en poste. Et donc, pour finir, Robert Gates est mal à l’aise. Et c’est pourquoi nous assistons à ce rétropédalage dans la presse ces derniers jours…

Mgr Joseph de Metz-Noblat, nouvel évêque de Langres

Mgr Joseph de Metz-Noblat

Bishop

Le pape François a accepté mardi 21 janvier la démission pour raison d’âge de l’évêque de Langres (Haute-Marne), Mgr Philippe Gueneley, 75 ans. Il a choisi pour lui succéder le vicaire général du diocèse de Verdun (Meuse), Mgr Joseph de Metz-Noblat, 54 ans.

Fils d’un officier de marine, né en 1959 à Cherbourg (Manche), Joseph de Metz-Noblat a fait ses études secondaires à Nancy (Meurthe-et-Moselle) et Saint-Dizier (Haute-Marne), avant d’entamer des études de droit à Nancy à l’issue desquelles il obtient une licence en droit civil. Entré en 1980, au séminaire de Nancy, il rejoint en 1983 le séminaire de Metz et est ordonné prêtre en 1987 pour le diocèse de Verdun.

Vicaire à Saint-Mihiel (1987-1989), il est nommé en même temps aumônier diocésain du Mouvement eucharistique des jeunes (MEJ) et aumônier d’équipes d’Action catholique (1987-2005) avant de devenir vicaire à Commercy (1989-1995). Il entame en 1992 des études à la faculté de droit canonique de Paris et obtient en 1995 une licence en droit canonique.

Curé des groupes paroissiaux de Triaucourt et Rembercourt (1995-2000), de ceux de Vavincourt à partir de 1997 et de Beauzée à partir de 1999, il est aussi responsable du service diocésain des vocations (1996-2001) et devient ensuite curé de Verdun (2000-2005). En 2003, il devient également vice-official à l’officialité interdiocésaine de Nancy, Saint-Dié, Verdun et Dijon et juge à l’officialité provinciale de Besançon.

En 2005, le P. de Metz-Noblat est nommé supérieur de la propédeutique interdiocésaine à Nancy et suit, l’année suivante, les cours de l’Institut de formation des éducateurs du clergé. Également délégué épiscopal au diaconat permanent (depuis 2006) et délégué diocésain à la formation aux ministères (depuis 2008), il avait quitté Nancy en 2011 pour prendre la responsabilité de vicaire général du diocèse de Verdun.

Mgr de Metz-Noblat est enfin engagé au sein de l’Union apostolique du Clergé, une fraternité internationale groupant des milliers de prêtres diocésains de tous les continents. Directeur national de 2006 à 2012, il en est premier conseiller international depuis 2004.

L’ordination épiscopale de Mgr de Metz-Noblat sera célébrée en la cathédrale de Langres le dimanche 16 mars à 15 heures.

L’ordination épiscopale de Mgr de Metz-Noblat, jusqu’ici vicaire général du diocèse de Verdun (Meuse), sera célébrée en la cathédrale de Langres le dimanche 16 mars

N. S.

**********************************************

Le pape François est-il antilibéral ?

La condamnation du libéralisme sauvage par le pape François, dans sa première exhortation apostolique, publiée le 26 novembre, a provoqué de très vives réactions Le pape François

Le pape François sur la place Saint-Pierre, le 4 décembre.

Avec cet article

Evangelii gaudium, la première exhortation apostolique du pape François

Décryptage de Jean-Yves Naudet, professeur d’économie à l’université d’Aix-Marseille, et président de l’association des économistes catholiques.

« Dans son exhortation, le pape s’exprime d’abord comme un pasteur, et non comme un économiste. Pour ce faire, il reprend des thèmes assez classiques qui figurent dans la pensée de l’Église ou dans l’Évangile. C’est par exemple le cas de l’option préférentielle pour les pauvres, ou bien de la définition large de la pauvreté, qui n’est pas seulement matérielle, mais peut être spirituelle ou morale.

Deuxième­ grand thème, développé par François : l’argent. Là encore, rien de neuf : pas besoin d’être chrétien pour affirmer que l’argent est un bon serviteur et un mauvais maître. Le pape se place dans le sillon de ses prédécesseurs, en citant abondamment le compendium de la doctrine sociale de l’Église, de même que Benoît XVI et Jean-Paul II. Or, Jean-Paul II était réputé comme le plus anti-étatiste des papes : il avait condamné les excès de l’État providence.

Pas de rupture de fond par rapport au discours économique habituel de l’Église

La condamnation du libéralisme sauvage par le pape François, dans sa première exhortation apostolique, publiée le 26 novembre, a provoqué de très vives réactions de la part de certains économistes américains libéraux. Je n’ai pas le sentiment que François introduise une rupture de fond par rapport au discours économique habituel de l’Église.

Il évoque par exemple l’exclusion, dont il souligne largement les effets. Pour ma part, en tant qu’économiste, j’aurais tendance à dire que certaines formes d’État providence très poussée encouragent l’exclusion, à l’inverse de l’économie de marché. Mais le pape n’entre pas dans ces raisonnements économiques.

Posée ainsi, la question ne me semble donc pas vraiment pertinente. Le pape joue un rôle de pasteur et ne se laisse pas enfermer dans de telles catégories idéologiques. Il ne faut pas attendre de lui qu’il élabore une théorie économique. Il écrit d’ailleurs lui-même que son texte n’est pas une nouvelle encyclique sociale.

Le pape François ne se situe pas du tout dans une logique de lutte des classes

Son rôle est de réveiller les consciences, de pointer les problèmes, mais non d’élaborer des solutions. Dans le même sens, ceux qui voient dans cette exhortation des penchants socialistes, ou marxistes, se trompent. Le pape François ne se situe pas du tout dans une logique de lutte des classes. Dire que les riches doivent aider les pauvres n’a rien à voir avec la théorie de Marx.

La réaction – à mon sens excessive – de certains milieux économiques américains s’explique par le fait qu’ils s’appuient sur une vision très dogmatique de l’économie de marché. Certains d’entre eux sont encore dans la logique des deux blocs antagonistes, américain et soviétique, comme au temps de la guerre froide. Critiquer l’un, c’est favoriser l’autre.

Le pape laisse aux économistes des thèmes à travailler

Quoi qu’il en soit, le pape laisse aux économistes des thèmes à travailler. Je pense en particulier à l’importance que nous accordons au « court terme », et contre lequel le pape François nous met en garde. Il a raison, mais il faut maintenant approfondir cela sur le plan économique. Comment mettre en place des techniques qui pourraient nous aider à favoriser les décisions à long terme ?

Plusieurs outils sont possibles, comme l’éducation des ménages en matière d’endettement, la constitution de noyaux durs d’actionnaires dans les entreprises, la moindre importance à accorder aux profits prévus trois mois plus tard. »

Recueilli par  LOUP BESMOND DE SENNEVILLE

******************************************************

Dans le monde, 1% de la population détient la moitié des richesses

En trente ans, les inégalités de richesses et de revenus n’ont cessé de se creuser sur la planète d’après l’ONG internationale Oxfam dans un rapport publié à l’occasion du Forum économique mondial de Davos.

 

Cette concentration croissante est liée à la crise, à la dérégulation financière, à la corruption, aux politiques fiscales et d’austérité.

L’ONG Oxfam énumère une série de recommandations contre cette tendance dangereuse pour la cohésion politique et sociale.

« En finir avec les inégalités extrêmes. » Alors que le gratin économique et financier mondial se retrouve du 22 au 25 janvier à Davos, en Suisse, le rapport publié mardi 21 janvier par l’ONG internationale Oxfam veut lancer un pavé dans la mare. Le message est clair :  « Les inégalités économiques s’amplifient rapidement dans la plupart des pays. Près de la moitié des richesses sont détenues par 1% de la population mondiale, tandis que 99% des habitants de la planète se partagent l’autre moitié. »

Et l’ONG d’adresser une mise en garde :  « Si rien n’est fait, la mise à mal des institutions politiques se poursuivra (…). Les inégalités extrêmes ne sont pas une fatalité, elles peuvent et doivent être combattues rapidement. » Pourquoi ?  Parce qu’elles « sont néfastes et inquiétantes à plus d’un titre : elles sont moralement contestables, peuvent avoir des conséquences négatives sur la croissance économique et la réduction de la pauvreté et peuvent exacerber les problèmes sociaux. Elles aggravent d’autres inégalités,comme celles entre les hommes et les femmes », soulignent les auteurs de l’étude.

Enfin, « étant donné l’ampleur de la concentration grandissante des richesses, la confiscation des opportunités et la représentation politique inégale constituent une tendance forte et inquiétante. »

La Croix réalise un tour d’horizon des grands enseignements du rapport.

1/ Une concentration croissante des revenus et des richesses dans les mains de quelques-uns 

Entre 1980 et 2012, les 1% les plus riches ont augmenté leur part de revenu dans 24 des 26 pays pour lesquels Oxfam dispose des données entre 1980 et 2012 (lire graphique ci-dessous). Sept personnes sur dix vivent dans un pays où l’inégalité économique a augmenté au cours des 30 dernières années. Aux États-Unis, relève Oxfam, les 1% les plus riches ont confisqué 95% de la croissance post-crise financière depuis 2009, tandis que les 90% les moins riches se sont appauvris.

Aujourd’hui, près de la moitié des richesses mondiales sont maintenant détenues par seulement 1% de la population. La richesse des 1% les plus riches s’élève à 110 trillions de dollars.

Pour illustrer l’ampleur de la concentration des richesses, la fortune combinée des 10 personnes les plus riches d’Europe (217 milliards d’euros) dépasse le coût total des mesures de relance mises en œuvre dans l’Union européenne (UE) entre 2008 et 2010 (200 milliards d’euros).

Oxfam voit dans cette concentration « une réelle menace pour les systèmes économiques et sociaux inclusifs. Au lieu d’avancer ensemble, nous voyons les inégalités se creuser en matière de pouvoir économique et politique, ce qui exacerbe inévitablement les tensions sociales et accroît le risque d’éclatement de la société. »

2/ Presque tous les pays sont concernés 

Les pays qui affichent la plus forte croissance de la part des revenus des 1% les plus riches sont les Etats-Unis (+ 140%) ;  l’Australie (+ 90%) et la Suède (+ 75%) (lire graphique).

En France, la part des revenus nationaux allant aux 1% les plus riches est restée quasiment stable en trente ans, une constance permise par le système de redistribution, et que l’OCDE avait déjà mise en lumière.

Dans les pays à revenu intermédiaire – Indonésie, Chine, Inde, Pakistan et Nigeria – les 10% les plus riches de la population ont acquis une part bien plus importante des revenus nationaux que les 40% les plus pauvres sur les 30 dernières années, et la tendance se poursuit.

3/ La dérégulation financière a accentué le phénomène, comme l’austérité en Europe

La concentration des richesses, écrit Oxfam, « engendre une influence politique injustifiée qui, au final, prive les citoyens des revenus des ressources naturelles, produit des politiques fiscales injustes et encourage la corruption, tout en mettant à mal le rôle régulateur des États. Combinées, ces conséquences nuisent à la redevabilité et à l’inclusion sociale », et ce « dans différents contextes ».

L’ONG déplore notamment la dérégulation financière enclenchée aux Etats-Unis, et met ce phénomène, études scientifiques à l’appui, « en corrélation directe » avec l’accroissement des inégalités économiques outre-Atlantique.

En Europe, poursuit l’étude, « les principaux partisans de l’austérité comme   le FMI commencent à reconnaître que les mesures d’austérité rigoureuses   [décidées pendant la crise de la dette] n’ont pas donné les résultats escomptés en termes de croissance et de relèvement, mais ont en fait compromis les perspectives de croissance et d’égalité ».

L’ONG pointe également les stratégies d’optimisation fiscale des entreprises multinationales, en particulier dans le secteur énergétique, au détriment des pays d’Afrique. L’étude cite notamment le cas d’Areva au Niger.

Enfin, « les réformes fiscales au profit des élites constituent un autre mécanisme perpétuant les privilèges. Depuis la fin des années 1970, 29 des 30 pays pour lesquels nous disposons de données appliquent un   taux marginal d’imposition   plus faible pour les tranches les plus riches de la société. »

4/ Les recommandations d’Oxfam 

L’ONG énumère une liste d’actions à mener pour inverser la tendance, à l’adresse des « personnes réunies à Davos dans le cadre du Forum économique mondial ». Les principales sont :

* ne pas contourner la fiscalité dans leur propre pays ou dans des pays où ils investissent et opèrent en tirant parti des paradis fiscaux.

* soutenir une fiscalité progressive sur les richesses et les revenus.

* défendre un salaire minimum vital dans toutes les sociétés qu’ils détiennent ou contrôlent.

Et de plaider pour « un objectif global de mettre fin aux inégalités économiques extrêmes dans tous les pays. Il doit inclure la surveillance constante de la part des richesses allant aux 1% les plus riches dans chaque pays. »

***********************

Vatican : les cardinaux courage du pape François

africa

L’Ivoirien Jean-Pierre Kutwa (à g.) et le Burkinabè Philippe Ouédraogo. © KAMBOU SIA/afp

En dévoilant sa liste de cardinaux, le pape François a choisi de privilégier des personnalités actives dans leur pays. Parmi eux, deux Africains connus pour leur courage et leur tolérance, Philippe Ouédraogo et Jean-Pierre Kutwa.

Mis à jour le 23/01/2014 à 14h26.

La personnalité des dix-neuf prélats que le pape François a choisi comme cardinaux le 12 janvier montre bien sa volonté de gouverner l’Église catholique avec des pasteurs de terrain venus de tous les horizons. Comme pour la composition de son Conseil spécial de huit cardinaux, surnommé le C8, où l’archevêque de Kinshasa, Laurent Monsengwo, représente l’Afrique, le pape a distingué des personnalités actives dans leur pays plutôt que des ecclésiastiques ayant fait carrière au sein de la Curie, l’administration du Vatican.

Seize de ces nouveaux dignitaires ont moins de 80 ans, âge limite pour être électeurs du prochain pape. Deux sont ouest-africains, le Burkinabè Philippe Ouédraogo, 67 ans, et l’Ivoirien Jean-Pierre Kutwa, 68 ans. En février, le Sacré Collège comptera treize cardinaux électeurs africains sur 122.

“Le carriérisme n’a pas lieu d’être dans l’Église”

Archevêque de Ouagadougou, Ouédraogo est une figure montante de l’épiscopat africain connue pour son courage quand il s’agit d’affronter le pouvoir politique ou les dysfonctionnements de l’Église. Juste après l’élection du pape, il confiait à J.A. son espoir d’une réforme profonde de la Curie : “Nous avons assisté, impuissants, à tous les scandales. C’est malsain. Il faut aller dans le sens du concile Vatican II et privilégier la collégialité dans l’action. Le carriérisme n’a pas lieu d’être dans l’Église.” “Priez pour moi afin que je ne me dérobe jamais, par peur ou par négligence, devant les loups qui agressent le troupeau, et ce même au prix de ma vie”, demandait-il lors de son installation, en 2009, à Ouagadougou.

De son côté, Kutwa a pris la succession de Bernard Agré à la tête de l’archevêché d’Abidjan en 2006. Pendant la crise ivoirienne, il a tenté de jouer les médiateurs entre Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, et multiplié les signes d’ouverture à l’égard des musulmans.

Les deux Africains seront “créés” cardinaux par le pape le 22 février. Ils revêtiront la pourpre cardinalice en compagnie de huit Européens, quatre Sud-Américains, deux Asiatiques, deux Caribéens et un Nord-Américain. Une large place accordée à l’Amérique du Sud et à l’Europe qui laisse deviner que le pape argentin s’est surtout fondé sur ses réseaux personnels, encore peu développés en Afrique et en Asie. Sensible à une meilleure représentation des pays du Sud aux postes clés de l’Église, François devrait donner davantage de place à ces deux continents lors de ses prochaines nominations

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : Église catholique | Vatican : les cardinaux courage du pape François | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Follow us: @jeune_afrique on Twitter | jeuneafrique1 on Facebook

***************************************

Recul des classes moyennes dans les pays avancés

L’Organisation internationale du travail note dans son rapport annuel la hausse des inégalités de revenu dans les pays riches

Les classes moyennes de nombreuses économies avancées (ici en Espagne) régressent (Andres Kudacki/AP).

Les inégalités ont progressé dans la grande majorité des pays avancés, a averti lundi 3 juin l’Organisation internationale du travail (OIT), qui dénonce l’augmentation des salaires des hauts dirigeants et des profits des grandes entreprises.

Alors que l’économie mondiale se remet lentement de la crise financière, la plupart des pays émergents et en développement connaissent une hausse de l’emploi et une réduction des inégalités de revenus, contrairement aux pays à revenu élevé, indique le rapport annuel de l’OIT sur le travail dans le monde.

À l’inverse, les inégalités de revenus ont augmenté dans les économies avancées au cours des deux dernières années, dans le contexte d’une hausse du chômage mondial – dont l’OIT prévoit qu’il passera de 200 millions aujourd’hui à près de 208 millions en 2015.

Des revenus moins inégaux dans les pays émergents

Selon le rapport, les inégalités de revenus ont augmenté entre 2010 et 2011 dans 14 des 26 économies avancées étudiées, y compris en France, au Danemark, en Espagne, et aux États-Unis.

Les inégalités économiques sont aussi en hausse parce que les petites entreprises sont en retard par rapport aux plus grandes en termes de profit et d’investissement productif. « Alors que la plupart des grandes entreprises ont à nouveau accès aux marchés financiers, les start-up et les petites entreprises sont affectées de manière disproportionnée par les conditions d’octroi du crédit bancaire », note les auteurs du rapport.

Les chiffres présentent une évolution positive dans de nombreuses régions du monde en développement mais ils dressent un tableau inquiétant pour de nombreux pays à haut revenu, malgré la reprise économique. « Dans certains pays européens en particulier, la situation commence à mettre à rude épreuve le tissu économique et social », estime le directeur général de l’OIT, Guy Ryder.

Le déclin des classes moyennes en Occident

Le rapport montre aussi que les classes moyennes de nombreuses économies avancées régressent, un phénomène nourri notamment par le chômage de longue durée, la détérioration de la qualité de l’emploi et les travailleurs qui abandonnent le marché du travail.

« Le rétrécissement des groupes à revenus intermédiaires dans les économies avancées est un sujet de préoccupation, non seulement pour la capacité d’intégration de ces sociétés mais aussi pour des raisons économiques. Les décisions d’investissement à long terme par les entreprises dépendent aussi de la présence d’une vaste et stable classe moyenne qui soit en mesure de consommer », rappelle Raymond Torres, directeur de l’Institut international d’études sociales, le département de la recherche de l’OIT. En Espagne, les ménages à revenus intermédiaires sont moins nombreux  : ils ne représentent plus que 46 % à la fin de 2010 contre 50 % en 2007. Aux États-Unis, les 7 % les plus riches de la population ont vu leurs revenus nets moyens augmenter pendant les deux premières années de la reprise. Les autres, soit 93 % des Américains, ont vu leur revenu net décliner.

« Nous avons besoin de plus d’emplois de meilleure qualité afin de permettre une répartition plus équitable des revenus à la fois dans les économies avancées et en développement », souligne Raymond Torres.

L’essor des pays émergents

Dans les économies émergentes et en développement, les classes moyennes ont grossi de 263 millions en 1999 à 694 millions en 2010. C’est une grande avancée pour un nombre croissant de pays asiatiques et latino-américains, qui s’est récemment étendue à certains pays d’Afrique et du monde arabe.

Cependant, une « population flottante » vulnérable – celle qui est juste au-dessus du seuil de pauvreté – a augmenté de 1 117 millions en 1999 à 1 925 millions en 2010, essentiellement dans les économies à revenus faibles ou intermédiaires. Cette catégorie vulnérable représente près de trois fois la taille de la catégorie à revenu intermédiaire. « Dans les pays en développement, le défi le plus important est de consolider les progrès réalisés récemment en matière de réduction de la pauvreté et des inégalités », ajoute Raymond Torres. Le rapport montre comment l’investissement productif, les salaires minimaux et la protection sociale ont contribué à cette entreprise dans des pays comme le Brésil, le Costa Rica, l’Inde, l’Indonésie, la Turquie et le Vietnam.

********************************

Etats-Unis: Des mémoires qu

Le livre de Robert Gates a fait parler de lui bien avant sa mise en vente en librairie, mardi, aux Etats-Unis. Dans Mémoires d’un ministre en guerre, l’ancien ministre de la Défense décrit un président Obama hésitant, et peu impliqué dans la conduite de la guerre en Afghanistan. Des critiques dont se sont immédiatement saisis les adversaires politiques du chef de l’Etat : l’occasion était trop belle pour les républicains.

Robert Gates est un homme unanimement respecté, au point que ce ministre de la Défense de Georges Bush est resté à son poste lors du premier mandat de Barack Obama – une première dans l’histoire des Etats-Unis. C’est donc une voix qui porte lorsqu’il critique Barack Obama dans son livre Mémoires d’un ministre en guerre (Duty. Memoirs of a Secretary of War). Et ses accusations sont déstabilisantes pour le Président, décrit comme un leader qui a envoyé sans conviction 30 000 hommes supplémentaires en Afghanistan, et surtout comme un commandant en chef des armées qui n’a pas confiance dans son état-major.

Robert Gates est encore plus dur avec le vice-président Joe Biden, décrit comme un homme qui s’est trompé sur toutes ses analyses de politique étrangère. L’opposition américaine, en cette année électorale, se délecte sur le thème « nous vous l’avions dit », le tandem Obama-Biden n’est pas à sa place à la Maison-Blanche.

L’affaire fait grand bruit aux Etats-Unis

Mais l’affaire, qui fait grand bruit aux Etats-Unis, prend une tournure différente alors que le livre est depuis mardi en librairie. Barack Obama renouvelle son soutien à Robert Gates. Il répond qu’il maintient la confiance qu’il a toujours eue dans son ancien ministre de la Défense… et ce qui peut être interprété comme des hésitations, dit Obama, s’explique par la difficulté de la situation : « C’était la bonne stratégie en Afghanistan, a expliqué le Président. C’est difficile, cela a toujours été difficile d’envoyer des hommes au combat, et ma confiance dans nos troupes est sans faille ».i déstabilisent Barack Obama?

Quant à Robert Gates, il revient sur ses écrits. Il fait le tour des réseaux de télévision pour dire que ses propos ont été sortis de leur contexte, qu’il a toujours été d’accord avec Barack Obama… Bref, c’est de la faute des journalistes, nous avons l’habitude, et des élus, incapables de sortir d’un raisonnement politicien…

Si l’attention s’est focalisée sur les passages consacrés au chef de l’Etat, Robert Gates, dans ce livre, est très dur aussi avec le Congrès, et avec les conseillers du Président. Et c’est le fonctionnement de la Maison-Blanche qui est remis en question. Robert Gates caricature des conseillers en culotte courte, tout juste sortis de l’école, qui isolent le Président, s’adressent à des généraux qui ont l’expérience du terrain sans aucun respect, et surtout sans les écouter. C’est grave car cela signifie que Barack Obama est mal entouré, et prend des décisions en recevant des informations éventuellement altérées. Quant aux élus du Congrès, ils sont décrits, je cite, comme incompétents, hypocrites, animés par un esprit politicien et faisant passer leur carrière avant l’intérêt de la Nation.

Le livre arrive trop tôt… ou trop tard

En lisant le livre de Robert Gates, on se fait du souci sur la chaîne de décision dans la politique étrangère des Etats-Unis. On se demande aussi pourquoi Robert Gates est resté à son poste, et pourquoi il a attendu toutes ces années pour s’exprimer. C’est d’ailleurs la question que posent tous les observateurs aux Etats-Unis. Robert Gates parle trop tard ou trop tôt. Trop tôt car Barack Obama est toujours en fonction, et ce livre l’embarrasse dans une année électorale, l’embarrasse alors qu’il a des décisions importantes à prendre dans le domaine de la politique étrangère : l’Afghanistan justement, la Syrie, l’Iran, pour ne citer que ces dossiers. Ou il parle trop tard car il aurait dû avoir le cran de démissionner, ou de s’exprimer alors qu’il était en poste. Et donc, pour finir, Robert Gates est mal à l’aise. Et c’est pourquoi nous assistons à ce rétropédalage dans la presse ces derniers jours…

***

Bon a savoir/Good to know             Mission of the Church         Deacon Paul Dorsinville

Jesus sent his followers to announce the Good News, baptize, reconcile, celebrate the Eucharist and serve the people while discerning the signs of the times.

This pastoral work requires an organizational structure, procedures  and practical adaptations to the societies.

So there are dioceses subdivided in parishes which are sometimes  regrouped in deaneries. There are secretariates, vicariates and concerns based on geography or specific issues. There are specialized agencies and offices, support services and affiliations.

In the USA, to satisfy Church Law, public statutes and generally accepted principles of accounting, each diocese has administrative guidelines more or less as follows:

The parish is a corporation headed by the Bishop, the Vicar General, the Pastor (Secretary) and lay Trustees.

One Main Bank Account for all receipts and expenses.

The Pastor has oversight of all separate accounts (including parish groups and affiliated organizations); he gives prior authorization for all fund-raising activities and expenses.

Appropriate insurance is required for church related activities on premises and away; riders for special activities,

Background checks for all clergy, staff, employees and volunteers having contact with children; “VIRTUS” training and youth protection (or similar program)

Financial reports, audits

Stewardship

Maintenance and Repairs, Capital projects, prior authorization from Diocese above a set amount

Finance Council

Many in ministry wish there were less meetings at all levels and less administrative chores to focus on the pastoral work.  But for now, one has to do both

+                                +                          +

La grande Comission de Jésus à l Eglise (Mat 28) demande une structure et des procédures car Elle est divine et humaine. Chaque diocèse a ses directives administratives. La majorité de nous dans le ministère auraient bien aimé se soucier seulement de pastorale sans tant de réunions et d’administration. Mais nous n’avons pas le choix.

*                                *

Proverbes

1. Bèl pawòl pa vle di verite pou sa

2. Se jou babye ou konnen pawòl kache

3. Rete trankil se remèd kò

4. Fè tripotay se metye sal

5. Joumou pa donnen kalbas

**********************

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s