REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE FEAST OF CHRIST THE KING (NOV. 24TH, 2013)

REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE FEAST OF CHRIST THE KING (NOV. 24TH, 2013)

2 Samuel 5, 1-3; Psalm 122; Colossians 1, 12-20; LUKE 23, 35-43               By +Guy Sansaricq.

The feast of Christ the King is the greatest solemnity of the Catholic calendar along with Christmas, Easter and Pentecost. It’s the anticipated celebration of the second return of Christ in glory. Christians rejoice at an event that will bring to fulfillment the entire history of salvation.  For us, children of light, this day is the glorious final point of all our hopes, the splendid Omega Day of all human history, hence a day of exalting gladness. 

Jesus is celebrated as a glorious King in the manner of David (1st Reading) who won every one of his battles. Indeed David had many flaws to his character, yet in the Jewish culture he stood as the model king as he brought unity and victory to his kingdom.  Jesus is strikingly different. When he said to Pilate: “Yes I am a king!” his crown was one of thorns, his scepter the Cross and his royal vestment the scarlet of his blood. Yet, like David and more than David he brings eternal unity and victory to mankind.  

 

His kingdom is one of self-denial in the service of extreme love. To that kingdom we belong when we allow ourselves to be fascinated by the person of Jesus and his holy Gospel. Yes, what will save the whole world is not the power of wealth or victory on the battlefield; it is not access to supreme comfort and excessive pleasure but the power of love. This is what we learn looking at Jesus as a man totally deprived of human wealth yet returning in unspeakable glory as the eternal king to whom all is submitted in heaven and on earth. The man on the Cross, the big loser in the eyes of the world is paradoxically the eternal winner. This causes supreme joy to the Christian believer!

WORTHY IS THE LAMB THAT WAS SLAIN TO RECEIVE POWER AND GLORY FOREVER AND EVER! AMEN!

 

REFLEXIONS SUR LES LECTURES DE LA FETE DU CHRIST-ROI (24 Novembre 2013)

2 Samuel 5, 1-3; Psaume 122; Colissiens 1, 12-20; Luc 23, 25-43                                   Par +Guy Sansaricq.

La fète du Christ-Roi anticipe avec une joie extrème l’évènement à venir du second retour du Christ.

Nous proclamons sans gène que le condamné dépeint dans l’Evangile tout couvert de sang et couronné d’épines est le roi dont le monde a besoin. Son dépouillement absolu, sa souffrance sans nom illustrent tout simplement la radicalité de son Evangile de grace. Son chemin seul mène à la victoire!

Son royaume n’est pas comme ceux que nous voyons tous les jours qui s’affichent par la force des armes, l’opulence des palais royaux et les apparats orgueilleux du pouvoir. Tout cela doit passer comme les feux d’artifice d’une nuit de carnaval. Ainsi en est-il des plaisirs decevants du corps!

Jésus, l’Agneau Immolé, est celui qui revient à la fin du monde. C’est lui qui a le dernier mot. C’est lui qui amènera l’histoire du monde à son apogée de gloire. C’est lui que le Père a établi comme le Souverain absolu dont le règne n’aura pas de fin. Hatons nous de nous ranger sous son drapeau.

 

Oui, Il est roi et nous règnerons avec lui si comme lui nous pratiquons l’oubli de soi, le service des autres et l’amour jusqu’à la mort. C’est la voie royale du Nouveau Royaume dont nous devons dès à prèsent embrasser les consignes. Réjouissons nous à la perspective d’une victoire finale du Bien sur le Mal. Que l’amour désordonné de ce monde qui passe ne nous détourne pas des joies éternelles! Le chemin de la Croix est le chemin de la Victoire! Heureux sont ceux qui le croient!

DIGNE EST L’AGNEAU IMMOLÉ DE RECEVOIR LA GLOIRE ET LA PUISSANCE POUR LES SIÈCLES SANS FIN!

Bishop Guy Sansaricq

******************************************************

Pensée de la semaine: “Chaque instant qui passe est le premier du reste de ta vie, vis le comme s’il était le dernier”. (Philippe de Berny)

Thought of the week: “Every passing moment is the first of the rest of your life, live it as if it were the last.” (Philippe de Berny)

Pensamiento de la semana: “Cada momento que pasa es el primero del resto de tu vida, vivirla como si fuera el último.” (Philippe de Berny)

***************************************

Our First Month of 24/7 TV Broadcasting

It’s been a month now since Télé Solidarité began a 24-hour broadcasting schedule. In that time, we have been pleased to receive encouraging messages of support, urging us to move forward.

That day, October 24, United Nations Day, was a memorable one for the staff of Télé Solidarité and for our viewers, who can now tune in to this Internet TV station 24 hours a day. We consider it a major step forward for our community.

Bishop Guy Sansaricq completely understands the importance of using the mass communications media to fully support the people of God in the great works of evangelization, education and awareness. So we are engaging in dialogue with several Haitian professional associations and priests to assemble a committee that can help Télé Solidarité succeed.

Why is that important? We believe that a good television station is vital for any community that wants to move forward. So the start of a 24-hour schedule is a crucial advance that will help us to meet the great challenge of proving that we in the Haitian ministry are able to work together. We hope that this television ministry will make a real difference and a will be a source of grace and unity for our whole community. We must always  remember our motto: In unity there is always strength.

The quality of our broadcast is continuing to make progress, with the promise of some excellent programming. We have already interviewed priests, political personalities, human rights activists, all known in our community for their commitment to the people. And Professor Frantz Voltaire, the founder of CIDICHA (Centre International de Documentation et d’Information Haïtienne, Caribéenne et Afro-Canadienne), has told us he is ready to lead a broadcast on the history of Haiti.

As you’ve witnessed, The National Center for the Haitian Apostolate has made a considerable effort to raise the level of technology to assist in evangelization. Bishop Sansaricq continues to open his arms to all those who are willing to help our station grow and advance. The challenge facing Télé Solidarité is formidable. In addressing that challenge, we are very open to our brothers and sisters of the Protestant community who want to be interviewed on TV broadcasts about education and other problems of the Haitian community. We have insisted in our newsletters that Protestants and Catholics can always work together in mutual respect for the well-being of our entire community. We want Télé Solidarité to be a voice for the voiceless, the poor, and women who are victims of violence by men.

With God’s grace, we would like to inform you that Télé Solidarité will be live for the pilgrimage of the Haitian community to the Marian shrine of the Immaculate Conception in the Archdiocese of Washington on December 7. The celebrant will be Bishop Sansaricq.

We ask all our friends to pray for the projects of The National Center and the staff, as we work hard to increase collaboration in the Haitian ministry. Please support us, if you can, with a donation during the coming Christmas season.

Brother Tob

Télé Solidarité a un mois depuis qu’il commence à emettre 24 heures sur 24 et depuis lors nous avons reçu plusieurs témoignages de solidarité qui nous encouragent à aller de l’avant. Ce 24 octobre, jour de la Fête des Nations Unies, est une date mémorable pour le personnel de Télé Solidarité où nos fidèles télespectatrices et téléspectateurs peuvent regarder Télé Solidarité 24 heures sur 24. Pour certains  c’est un grand pas dans la bonne direction pour notre communauté. Notre directeur, Son Excellence Monseigneur Guy Sansaricq, comprend très bien l’importance pour notre pastorale d’utiliser les médias de communication pour bien accompagner le peuple de Dieu au niveau de l’évangelisation, de l’éducation et de la conscientisation.

Nous continuons à dialoguer avec plusieurs associations professionnelles haïtiennes et des prêtres afin d’arriver à un comité qui peut aider Télé Solidarité à aller de l’avant. Une bonne station de télévision est toujours importante pour toute communauté qui veut progresser. Voilà pourquoi nous allons à petit pas mais dans la bonne direction car nous continuons à croire que c’est un grand défi pour la pastorale haïtienne de prouver que nous sommes capables de travailler ensemble pour faire de cette télévision une source de grâce et d’unité pour notre communauté. On doit toujours se rappeler notre devise “L’union fait la force”.

Au niveau des émissions on continue à progresser avec certaines promesses des personalités de notre communauté comme le professeur Frantz Voltaire, Président Fondateur de CIDICHA et professeur d’Université à Montréal, qui est prêt à conduire une émission sur l’Histoire d’Haïti. Nous avons déjà accordé des entretiens à plusieurs prêtres, des personalités politiques, des droits humains, des personnes connues dans notre communauté pour leur engagement et qui encouragent même notre communauté et nos amis à supporter Télé Solidarité.

Le Centre National de l’Apostolat Haïtien à l’étranger a fait un effort considérable au niveau de la technologie pour accompagner le peuple de Dieu au niveau de l’évangélisation, de l’éducation et de l’information. Monseigneur Guy Sansaricq continue à ouvrir ses bras à tous ceux et celles qui sont prêts à aider Télé Solidarité, la première station de télévision catholique de la communauté haïtienne de la diaspora. La grande ouverture sera probablement au mois de mars 2014.

Le défi de Télé Solidarité est énorme. Nous sommes très ouverts aux frères et soeurs de la communauté protestante qui veulent avoir des entretiens à la télé ou des émissions sur l’éducation et les problèmes de la communauté haïtienne. Nous avons proné dans notre bulletin que les protestants et les catholiques peuvent travailler ensemble toujours dans le respect mutuel pour le bien-être de notre Communauté.

Nous continuons à mettre des bouchées doubles afin de voir si nous pouvons être en direct pour le pèlerinage de la communauté haïtienne au sanctuaire marial de l’Immaculée Conception de l’archidiocèse de Washington. Nous demandons à tous nos amis de prier pour les projets du Centre National et pour le personnel qui essaie de faire de son mieux pour apporter sa collaboration à la pastorale et à la communauté haïtienne. Nous continuons à exhorter tout un chacun pour une donation pour le Centre National pour la Noël et le nouvel an.

Frère Tob

Pour le Centre National

*********************************

THE THANKSGIVING FEAST

(Read English version below))

La Fète de la Thanksgiving (action de grace) remonte historiquement à l’année 1621 quand les premiers colons anglais souvent appelés les Pèlerins tinrent une fète pour remercier Dieu de leur première bonne récolte sur cette terre. C’était une simple fète religieuse car les croyants de tous les temps pensent à remercier le ciel à la fin d’une saison de moisson abondante.

La fète cette année-la recut un cachet spécial quand Massasoit le chef de la tribu native des Wampanoag survint inattendument sur les lieux avec sa femme et 90 de ses hommes dans un geste d’hospitalité. Ces visiteurs étrangers furent invités à partager le repas de fète.

Plus de deux cent ans plus tard en 1843 un dossier fut découvert relatant ce fait. La fète de la Thanksgiving fut alors relancée et devint progressivement une institution à connotation religieuse soulignant l’importance de dire merci au Seigneur pour toute faveur recue et soulignant également la dimension interraciale qui inscrivit dans l’ame américaine à l’aurore de son histoire une sorte de vocation à la fraternité universelle.

Malgré l’histoire troublée de ce pays ce premier repas de la thanksgiving évoque subtilement la paix et l’harmonie qui devraient ètre l’héritage d’une nation batie sur la foi en Dieu et l’amour universel. 

 

****************************************

(English version)

 

The American feast of Thanksgiving originated in 1621 when the first British settlers, oftentimes called the Pilgrims, held a big feast to thank God for their first successful harvest. That was a simple religious feast as believers always thank the heavens at the end of the harvest season.

That celebration received a special mark when Massasoit, the leader of the native tribe of the Wampanoag unexpectedly arrived with his wife and ninety of his men in a gesture of hospitality. The surprise guests were invited to share the meal.

In 1843, more than two hundred years later a historical document was discovered relating that event. From then on the original event received a prophetic meaning, welcomed with fervor and enthusiasm and progressively became a cherished American institution.

This feast subtly calls the people of the U.S. to always value faith in a provident God and brotherly love without border. 

****************************

Le Père Jean Moise Delva , directeur de la pastorale Haitienne du Diocèse de Brooklyn l’une des plus grandes communautés Haitiennes de la diaspora fut le grand invité de Radio Télé Solidarité le 27 Octobre 2013. Dans son entretien avec le diacre Paul Dorsainville il parla de sa vocation et de son implication à la paroisse de St Jerome avant de devenir prêtre.

Il parla les defis de la pastorale Haitienne et il insista sur l’importance d’encadrer les jeunes qui sont l’avenir de notre église. Il mit l’accent sur son travail comme directeur de l’Apostolat Haitien du diocese de Brooklyn et ses activités. Il ajouta que la pastorale Haitienne de Brooklyn aura une activité culturelle le 22 Decembre avec l’artiste Leon Dimanche et la messe du premier Janvier aura lieu à la paroisse Holy Innocents.Le Père Delva compte apporter sa contribution à Télé Solidarité et le Père Delva a toujours demontré sa grande proximité avec les jeunes soit à la paroisse de St Jerome et à la paroisse de Ste Anne. Le Père Delva est un prêtre très dynamique et un prêtre qui est très proche de ses paroissiens. Télé Solidarité est vraiment sur la bonne voie avec tous prêtres qui veulent apporter leur contribution. Monseigneur Guy Sansaricq et le Père Yvon Pierre sont très contents de voir l’entousiame de nos batisseurs de foi   et comment ils sont prêts à utiliser Télé Solidarité  pour

accompagner le peuple de Dieu au niveau de l’evangelisation. Grace à la magie de la technologie vous pouver regarder Tele Solidarite sur vore IPAd, Television en inserant une corde dans votre ordi et votre Télévision et même au telephone.. Pour écouter l’entrevue du Père Delva vous pouvez clicquer sur ce link Frère Buteau (Brother Tob)

Father Jean Moise Delva, director of the Haitian ministry of the Diocese of Brooklyn one of the largest Haitian Diaspora communities  was the special guest of  Solidarity Radio TV on October 27, 2013 . In his interview with  Deacon Dorsainville he spoke of his vocation and of his involvement in the parish of St. Jerome before becoming a priest.

He spoke of the challenges of the Haitian ministry and he  insisted on the importance of mentoring young people who are are the future of our church.

He emphasized his work as director of the Haitian Apostolate of the Diocese of Brooklyn and its activities. He added that the Haitian ministry of Brooklyn will have a cultural event on December 22 with artist Leon Dimanche and  Mass on January 1 will be held in the parish of Holy Innocents. Father Delva intends to contribute to TV Solidarity and Father Delva has always demonstrated his close proximity with young people while serving in the parishes of St. Jerome and St. Anne . Father Delva is a very dynamic priest and one who is very close to his parishioners. Solidarity TV is really on track with all the priests who want to participate in our ministry. Bishop Guy Sansaricq and Father Yvon Pierre are very happy to see the enthusiasm of our builders of faith and how they are willing to use TV Solidarity to accompany the people of God in the process of evangelization Thanks to the magic of technology you can watch Tele Solidarity on your IPAd , Television by inserting a cord in your computer and your television and even on the phone .. To listen to the interview of Father Delva you can CLICK on this link Brother Buteau ( Brother Tob )

******************************************

La Congrégation des Filles de Marie est en deuil

Nous vous annonçons la mort d’une de nos sœurs Filles de Marie belges: notre sœur Anne-Marie. Elle a travaillé en Haïti pendant plusieurs années spécialement comme maîtresses de novices. Elle est entrée dans son éternité le 16 novembre vers 15h30 à l’âge de 100 ans.

En une semaine, son état s’est dégradé rapidement et elle s’est endormie paisiblement comme la flamme d’une bougie qui diminue et s’éteint. Deux de ses neveux étaient présents ainsi que la supérieure de la maison de repos qui l’a accompagnée par une prière d’offrande.

Après une longue vie faite de droiture et de courage, notre sœur a rejoint Celui qu’elle a servi et aimé avec tant de générosité.

Les funérailles ont eu lieu le Samedi 23 novembre à 9h30 dans la chapelle de la maison de repos et l’inhumation se fera dans le caveau de famille de son Châtelet natal.

La Congrégation compte sur vos prières pour le repos de l’âme de la défunte, pour sa famille biologique et sa famille religieuse.

**************************

Good to know                Unusual lights this Thanksgiving Day     Deacon Paul Dorsinville

Thanksgiving Day is the fourth Thursday of November in the USA  since a decision by President Franklin Roosevelt during the Great Depression. It is a national day of prayer, family reunion, great meals, watching parades and ballgames, and increasingly early Christmas shopping. The tradition started after the first good harvest of the surviving Pilgrims of the Mäyflower with the assistance of friendly Native Americans. On and off over the years (George Washington, Abraham Lincoln, etc.) till it became an annual ritual.

In 2013, it coincides with the First Day of Hanukkah, the 8-day festival of lights when our Jewish brethren celebrate on the 25th day of the lunar month of Kislev the re-dedication of the Temple with the miracle of 1-day supply of oil lasting for the 8 mandatory days. This coincidence will occur again in the year 79,811 – if you are still around!

In addition, the comet ISSON, hurling from a distant area of outer space will close upon our Sun that same day with spectacular display of light visible by the naked eye. And a second comet is close by, but you need binoculars for that one.

Enjoy the wonders! No extra drinks required! Have a Blessed Thanksgiving Day!
*

Le jour dÁction de Graces cette année coincide avec le 1er jour de Hannukah, le festival juif des lumières. Cést très rare: la prochaine fois sera en 79.811. Il y a aussi la comète ISSON qui aura un rendez-vous spectaculaire avec notre Soleil. Plus il y a une autre comète tout près!

Apprécions les merveilles du Seigneur! Bonne Journée dÁction de Graces!

Le Mercredi 30 octobre 2013 à 15:06 par Adelaide Patrignani dans Vie de l’Église Plus de 3000 religieux abandonnent chaque année la vie consacrée C’est le chiffre alarmant fourni le 29 Octobre par un dicastère du Vatican. Quelles sont les causes de ces abandons ? Comment combattre cette fragilité des vocations ?

Pour justifier la crise des vocations, on peut se référer au “nombre des abandons”. Cette donnée est “certainement le symptôme d’une crise plus large dans la vie religieuse et consacrée” qui, si elle s’amplifie “met en sérieux danger la survie de quelques-uns [des instituts religieux]”. C’est ce qu’a expliqué José Rodriguez Carballo (ci-contre), secrétaire de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique (le dicastère vatican en charge des religieux). Il intervenait le mardi 29 Octobre à Rome dans le cadre d’une journée d’études sur le thème “Fidélité et persévérance vocationnelle dans une culture du provisoire”. Un extrait de son intervention, intitulée “La fragilité vocationnelle : quelles responsabilités pour les institutions de vie consacrée ?”, a été publié dans la version italienne du journal du Vatican L’Osservatore Romano.

Les chiffres

Les autorisations d’abandons (qui revêtent différentes formes : décrets de démissions, dispenses d’obligations sacerdotales, etc.) sont délivrées par trois dicastères différents. En additionnant le nombre d’abandons enregistrés pendant 5 années consécutives (2008-2012), on peut calculer une moyenne d’environ 3000 par an : “plus de 3000 religieux ou religieuses ont quitté chaque année la vie consacrée”, selon José Rodriguez Carballo. Et le prélat espagnol précise que ni “les membres des sociétés de vie apostolique qui ont abandonné leur consécration, ni ceux en vœux temporaires” n’ont été pris en compte.

Bien qu’il soit “quasiment impossible de révéler avec exactitude” les causes de ces abandons, les documents fournis lors d’une demande d’abandon révèlent des motifs récurrents.

Une première raison : la crise spirituelle

Le secrétaire de la Congrégation relève d’abord l’ “absence de la vie spirituelle – prière personnelle, prière communautaire, vie sacramentelle – qui conduit, bien souvent, à compter exclusivement sur les activités de l’apostolat, pour pouvoir ainsi continuer ou pour trouver des subterfuges. Très souvent ce manque de vie spirituelle débouche sur une profonde crise de la foi”. Et ce grand vide spirituel, dont les religieux témoignent peu, n’est pas la seule perte de sens qu’ils peuvent rencontrer sur le chemin de leur vie consacrée.

La désaffection à l’égard de la vie communautaire

La “perte du sens de l’appartenance à la communauté, à l’institution, et dans certains cas à l’Église elle-même” est la deuxième cause dont parle José Rodriguez Carballo. Elle se manifeste “dans la critique systématique des membres de sa propre communauté ou de son institution, en particulier de l’autorité, qui produit une grande insatisfaction; dans la participation insuffisante aux moments communautaires ou aux initiatives de la communauté, à cause d’un manque d’équilibre entre les exigences de la vie communautaires et les exigences de l’individu et de l’apostolat qui se déroule”.

Le franciscain précise que les problèmes rencontrés le plus fréquemment dans la vie communautaire concernent “les relations interpersonnelles, les incompréhensions, le manque de dialogue et de communication authentique, l’incapacité psychique à vivre les exigences de la vie fraternelle en communauté, l’incapacité à résoudre les conflits…”

Quant aux difficultés avec l’Église, il peut s’agir d’un “manque de vraie communion avec elle”. Cela se traduit par un rejet de “l’enseignement de l’Église sur des thèmes spécifiques comme le sacerdoce des femmes et la morale sexuelle”.

Les problèmes affectifs

Ils sont nombreux, d’après José Rodriguez Carballo, pouvant aller “du fait de tomber amoureux, qui se conclut par le mariage, à la violation du vœu de chasteté, soit par des actes répétés d’homosexualité […], soit par des relations hétérosexuelles, plus ou moins fréquentes.

Parfois les problèmes affectifs ont une répercussion claire sur la vie fraternelle en communauté […], en provocant des conflits continuels qui finissent par rendre la communauté invivable”.

Un reflet de la société actuelle ?

Pour mieux expliquer ces différentes facteurs d’abandon, il faut pour le secrétaire de la Congrégation analyser “la société de laquelle proviennent nos jeunes”.

“Nous vivons à une époque caractérisée par des changements culturels imprévisibles “, affirme-t-il, “nouvelles cultures et sous-cultures, nouveaux symboles, nouveaux styles de vie et nouvelles valeurs. Tout cela arrive à une vitesse vertigineuse”.

Pour Mgr Carballo, les anciennes valeurs ont laissé la place “à la complexité, à la pluralité, à l’opposition de modèles de vie et de comportements éthiques”. La société actuelle se caractériserait par “l’incertitude, par le doute, par le repliement dans le quotidien et dans l’émotionnel”. “Il devient difficile”, soutient-il, “de comprendre ce qui est essentiel et ce qui est secondaire et accidentel”.

Une société de marché

“Tout est mesuré et évalué selon l’utilité et la rentabilité, même les personnes”, déplore José Rodriguez Carballo. “Une telle conception mercantiliste de la personne va jusqu’à privilégier l’action, l’utilité, et même l’apparence sur l’être”.

Une société du “zapping”

Ce serait une autre tendance qui pousserait les jeunes à abandonner l’aventure de la vie consacrée. Un zapping, qui, au sens figuré, signifie “ne pas tenir ses engagements à long-terme, passer d’une expérience à l’autre, sans faire aucune expérience qui marque la vie”.

Mgr Carballo dépeint aussi un monde où “il n’y a pas de place pour le sacrifice, ni pour le renoncement, ni pour aucune valeur similaire. En revanche, celles-ci sont présentes dans le choix de la vocation qui exige, par conséquent, d’aller à contrecourant”.

Une société individualiste

La dernière teinte venant assombrir ce tableau de la société actuelle, c’est celle de “la domination du néo-individualisme et de la culture de la suggestivité”. Le prélat espagnol explique que “l’individu est la mesure de tout et tout est vu, mesuré et évalué en fonction de soi-même et de l’autoréalisation”.

“L’homme actuel parle beaucoup, il est apparemment un grand communiquant, mais en réalité il ne réussit pas à communiquer en profondeur et, par conséquent, il ne réussit pas à rencontrer l’autre”, remarque-t-il.

Quelles solutions ?

José Rodriguez Carballo a finalement proposé à son auditoire quelques pistes pour “prévenir les abandons”, sans toutefois espérer “les éviter totalement”. Parmi ces propositions, choisir comme “structure fondamentale” de la vie consacrée “une expérience renouvelée du Dieu Un et Trinitaire” ; ne pas “s’enfermer dans un mysticisme séparé de tout et de tous”, mais faire en sorte que le “dynamisme trinitaire” établisse “une relation de communion avec les autres” et pousse au “don de soi-même aux autres” ; présenter “la vie consacrée et religieuse dans toute sa radicalité évangélique” et faire un discernement adéquat ; fournir “un accompagnement personnalisé” pendant la formation initiale et les premières années de profession solennelle.

Le texte intégral de José Rodriguez Carballo est sur l’Osservatore Romano (en italien)

*****************************

Le P. Georges Vandenbeusch, enlevé au Cameroun, avait choisi de rester près de ses paroissiens

Dans la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 novembre, le P. Georges Vandenbeusch a été enlevé dans l’extrême nord du Cameroun.

(Élodie, Ratsimbazafy)

Le P. Georges Vandenbeusch.

(Élodie, Ratsimbazafy)

Le P. Georges Vandenbeusch.

Ancien curé de Sceaux, dans les Hauts-de-Seine, il connaissait les dangers et avait choisi de rester, explique son évêque de l’époque, Mgr Daucourt.

Avec cet article

 Deuxième année au Cameroun

Curé de la paroisse de Nguetchewe (diocèse de Maroua-Mokolo), le P.Geroges Vandenbeusch,  âgé de 42 ans se trouvait près de Koza à 30 kilomètres de la frontière avec le Nigeria. Prêtre Fidei Donum (1) du diocèse des Hauts-de-Seine (il a été curé de la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux jusqu’à l’été 2011), il vivait dans l’extrême nord du Cameroun depuis deux ans.

« Il a su très vite s’intégrer dans sa paroisse, apprenant par exemple en quelque mois la langue de la région. Il est connu ici pour être un prêtre dynamique et chaleureux, sympathique et actif », témoigne le P. Christian Aurenche, curé de la paroisse Saint-Joseph-Tokombéré à Maroua.

C’est dans le nord du Cameroun que la famille Moulin-Fournier a été enlevée en février 2013 par un groupe affilié aux islamistes nigérians de Boko Haram, le même groupe islamiste aux mains duquel serait le P. Vandenbeusch, avant d’être libérée fin avril.« La zone est dangereuse, on le sait, confesse le P. Christian Aurenche. Il y a des coupeurs de routes, des combattants liés à Boko Haram, de nombreux réfugiés venus du Nigeria, ce qui n’est pas sans poser des problèmes avec la population locale.

Une zone classée rouge

Mais, jusqu’à maintenant, nous n’étions pas directement menacés. Nous sommes intégrés dans la société. Nos actions dans le domaine de la santé, de l’éducation sont très appréciées. Et puis, nous ne sommes pas des têtes brûlées. Depuis l’enlèvement de la famille Moulin-Fournier, nous ne sortons plus la nuit, nous faisons très attention aux routes que nous empruntons. »

Avec le P. Vandenbeusch, on trouve dans le diocèse de Maroua-Mokolo deux autres prêtres Fidei Donum français ainsi que plusieurs Européens. « Le gouverneur de Maroua nous poussait à partir. Mais nous, on ne peut pas: nous sommes envoyés auprès des fidèles, ils comptent sur nous, sur nos actions. Partir, c’est les abandonner. Et puis le gouvernement avait envoyé des renforts dans la région pour la sécuriser », explique encore le P. Aurenche.

« Cette zone, classée rouge par le centre de crise du ministère des affaires étrangères, était formellement déconseillée du fait du risque terroriste et du risque d’enlèvement, souligne pour sa part le Quai d’Orsay. En connaissance de cause, le P. Georges avait fait le choix de demeurer dans sa paroisse pour l’exercice de sa mission. »

Il a parlé encore récemment de son souhait de demeurer dans sa paroisse

« C’est son choix que d’être resté au plus près de ses paroissiens », affirmait comme en écho jeudi soir 14 novembre Mgr Gérard Daucourt, son ancien évêque, dont est issu le P.Georges Vandenbeusch. « Il a parlé encore récemment de son souhait de demeurer dans sa paroisse avec l’évêque de Maroua Mokolo, et même avec l’ambassadeur venu le voir sur place. D’autres peuvent faire des choix différents. Moi je le respecte et je l’admire, même si je ne demanderai jamaisà d’autres de faire le même », poursuit Mgr Daucourt, évoquant le sort tragique des moines de Tibéhirine en Algérie.

Jeudi 14 novembre 2013 au soir, quelques heures à peine après avoir appris la triste nouvelle par un autre prêtre français en poste dans le même diocèse camerounais et dont une sœur est religieuse dans le diocèse de Nanterre, Mgr Daucourt a ainsi improvisé une conférence de presse à l’évêché pour apporter son soutien au jeune prêtre et livrer aux journalistes les quelques détails portés à sa connaissance par les autorités locales.

La seule chose que l’on ait retrouvé, c’est une valise quasi-vide

Vers 22h30, une quinzaine de pillards auraient forcé les portes d’un monastère de religieuses tout proche,visiblement à la recherche d’argent. N’en trouvant pas, ils auraient gagné le presbytère du P. Georges non loin de là. Alerté sans doute par le bruit, celui-ci a eu le temps de prévenir l’ambassade avant d’être emmené à pied dans la nuit, et probablement sans chaussures. « La seule chose que l’on ait retrouvé, c’est une valise quasi-vide à l’exception d’un chéquier à son nom, le long de la route menant au Nigéria », précise Mgr Daucourt.

Si les deux évêques – le Français et le Camerounais, « très mobilisé lui aussi » – ont d’abord espéré une issue heureuse et surtout rapide – « peut-être le retrouver à quelques kilomètres de là » – chaque heure qui passe les pousse à envisager la thèse d’un enlèvement crapuleux. Le plus probable est que le groupe initial tente de revendre le P. Georges à l’un des groupes islamistes locaux, comme celui de Boko Haram qui sévit au Nigéria à coups d’attentats meurtriers dans des églises depuis quelques mois.

le P. Georges était conscient de la fragilité de la situation

« On ne peut pas obliger un prêtre à rentrer. Toute décision dans l’Eglise est nécessairement partagée »,appuie le vicaire général du diocèse, le P. Hugues de Woillemont. « Certes,le P. Georges était conscient de la fragilité de la situation sur place et savait que le diocèse où il servait était classé en zone rouge par le quai d’Orsay, mais ce n’était pas le cas en 2011 lorsqu’il est parti. Sinon nous ne l’aurions jamais envoyé ».

C’est dans le cadre d’un échange entre les deux diocèses que l’ancien curé de Sceaux, une paroisse favorisée du diocèse, a décidé de partir remplir sa mission sous d’autres cieux. Orphelin très jeune, il a toujours eu le souci de vivre « au milieu des plus pauvres », témoignent ses anciens paroissiens.

questions sans réponse

Dans ses lettres à son diocèse, il évoquait d’ailleurs surtout ses « joies »au contact de ses paroissiens. Aux yeux de son vicaire général qui le connaît bien, le P. Georges dispose de quelques atouts pour affronter l’épreuve qui l’attend : « en bonne santé », « solide », il est aussi un prêtre « épanoui ».

Le diocèse de Nanterre n’était pas en mesure, hier, de répondre à toutes les questions, comme l’opportunité de la création d’un comité de soutien ou la manière de répondre à une éventuelle demande de rançon…… « Nous comptons bien le revoir. Nous prions pour lui : j’ai d’ailleurs demandé aux paroisses du diocèse de le mentionner chaque jour à la messe, et avec tous les autres otages chaque dimanche. Cela n’empêche pas l’inquiétude mais nous gardons confiance », a tenu à insister Mgr Daucourt, pour qui ce nouvel enlèvement est la preuve que « l’ Eglise n’est pas en dehors de la société et partage au contraire ses épreuves ».

Laurent Larcher et Anne-Bénédicte Hoffner

(1)  Un prêtre Fidei Donum est temporairement en mission sur d’autres continents

  (2) En réalité,ancien évêque. Mgr Daucourt est aujourd’hui administrateur apostolique du diocèse de Nanterre, car le pape vient d’accepter sa démission pour raisons de santé. Mais il reste responsable du diocèse jusqu’à la nomination d’un nouvel évêque

Proverbes

1. De je pete pa jwe zo

2. Si lapli pa tiye krapo, seren pap tiye yo

3. Vini nan peyi si avèk chapo kreve pa ampeche fè fòtin

4. Bon fanm bon, move fanm se lanfè

5. Atake pa difisil se retrete ki rèd

***********************************************

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s