REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE 23RD SUNDAY IN ORDINARY TIME. (SEPT. 8TH, 2013)

REFLECTIONS ON THE READINGS OF THE 23RD SUNDAY IN ORDINARY TIME. (SEPT. 8TH, 2013)

Wisdom 9, 13-18; Psalm 90; Philemon 1, 9-17; Luke 14, 25-33                 By +Guy Sansaricq.


The last sentence of the Gospel encapsulates the teaching of the day:  ”Anyone who does not renounce all his possessions cannot be my disciples.” This might sound at first excessive, yet, let’s try to discover the deeper wisdom of Jesus’ remarks. The goods of the earth are made for us and our daily use. We need them in order to survive. Yet, be careful. Their misuse may cause us great harm.

 

Because of our sinful nature, we tend to grant extravagant value to passing material things. Because of visceral attachment to earthly riches and treasures people lose their souls by the thousands.

Greed for earthly possessions leads to civil strife, war and bloodshed.  The immortal soul is superior to the body which is doomed to die. A healthy moderation in the use of material goods is crucial to salvation. Earthly riches no matter how useful are never to become an obstacle to eternal salvation.

This point needs to be made clear and loud. The soldier who is called to war must give up his family and possessions to defend his land. No less is required to the disciple of Christ. What is at stake is our eternal destiny. By God’s grace, thousands have lived up to that standard throughout Christian history. We count martyrs and heroes by the millions. “Whoever follows me must take up his Cross.”

What about you today? Have you discovered the power of the Gospel?  In order to follow Jesus, we must die to the old self and rise to newness of life. Jesus wants to set us free from the enslavement to worldly goods for what he offers is far greater. Don’t you think so? Then the right choice is yours!

REFLEXIONS SUR LES LECTURES DU 23ÈME DIMANCHE ORDINAIRE DE L’ANNÉE (8 Decembre 2013)

Sagese 9, 13-18; Psaume 90; Philemon 1, 9-17; Luc 14, 25-33                            Par  + Guy Sansaricq.

Comment ne pas se laisser déranger par la dernière phrase de l’Evangile du jour où Jésus declare “Celui qui ne renonce pas à tous ses biens ne peut pas ètre mon disciple?”  A partir de cette phrase et de beaucoup d’autres du mème genre, la pauvreté évangélique a vu le jour.

Tout le monde accepte volontiers une certaine modération dans l’usage des biens de ce monde. Mais Jésus réclame davantage c’est à dire un renoncement radical à tout esprit de possession. S’agit-il d’un conseil évangélique ou d’une règle radicale applicable à tous? Dans le meme discours Jésus parle aussi de la croix que tout disciple devra accepter de porter.

Que tous nous nous laissions interpeller par ces paroles sans chercher à les édulcorer outre mesure.

Chose certaine! Jésus veut créer en nous une nouvelle mentalité en face des biens de ce monde qui éblouissent, déforment et corrompent trop d’humains. La recherche effrénée des richesses matérielles

cause la perte de beaucoup d’ames. Une véritable liberté en face des biens terrestres est une exigence incontournable du Royaume. La cupidité doit ètre extirpée comme une racine amère de tout esprit chrétien, la charité étant la vertu essentielle du royaume nouveau.

Il y a une certaine radicalité dans le Chritianisme que nous aimons trop minimiser. Pour ètre disciple de Jésus, il faut mourir à soi-mème et naitre de nouveau! “Heureux les pauvres en esprit; c’est à eux qu’appartient le royaume des cieux!” Sois heureux, toi pauvre par choix, d’ètre compté  parmi  les élus!

Monseigneur Guy Sansaricq

___________________________________________

Pensée de la semaine: “Aucune route n’est longue aux côtés d’un ami” (Proverbe

japonais)

Thought of week: “No road is long along with a friend” (Proverbs

Japanese)

El pensamiento desemana: “Ningún camino es largo, junto con un amigo”

(Proverbios japonés)

An Honor for an Icon -Editorial

Cecile Mortel

Dr. Rodrigue Mortel, one of the icons of the Haitian diaspora, has been honored by Penn State University College of Medicine. The university has recently created four societies, including one named “The Mortel Society,” honoring Dr. Mortel’s numerous accomplishments and profound impact on Penn State. The primary goals for creating these societies are to offer a more structured model for clinical skills and advising programs. In addition, they will provide a supportive academic environment.

Often, an honor like this is awarded someone after his death. So we are glad that Dr. Mortel can enjoy this distinction in his lifetime. It is yet another sign of hope that, through distinguished sons and daughters like him, Haiti can rise again.

This distinction comes at a time when our motherland is considered the poorest country in the Western Hemisphere, especially after the catastrophic earthquake of 2010, which destroyed so many human lives and left behind so much rubbles So we have a lot challenges to overcome, if we are to live with the full dignity of human persons.

Dr. Mortel himself did not have an easy childhood, but even as a child, he understood clearly the importance of striving for a good education and of being a humble servant of the Lord. He also understood how vital it is to contribute something to his community. Too often, people ask: “What have Haitians in pivotal positions done to contribute to the advancement of Haiti?” Dr. Mortel has done a lot.

I continue to consider Dr. Mortel a great role model who continues to do his best to accompany the poorest children of his hometown, through education. In 2008, I was very happy to visit the Good Samaritans School with him. I was really impressed to see that people in his hometown do not need an appointment to see Dr. Mortel, who is extremely accessible to everyone. The children of his school find it easy to talk and play with him, because he considers them all his children.

Dr. Mortel entered the United States in 1963, received training in obstetrics and gynecology at The Hahnemann University Hospital in Philadelphia and then subspecialized in gynecologic oncology at Memorial Sloan Kettering Cancer Center in New York. Subsequently, he joined the Penn State University College of Medicine in 1972 as an assistant professor, became full professor in the department of obstetrics and gynecology in 1977 and university chair of the department six years later. In 1995, he was appointed associate dean and founding director of the Penn State University Cancer Center.

The good doctor’s dream does not end with the Good Samaritans School. On October 3 last year, in his hometown of St. Marc, his foundation opened a Catholic secondary school, James M. Stine College. Operated by the Clerics of St. Viateur, a religious congregation of priests and brothers, the school offers quality secondary education to young women and men from the region and to those whose schools collapsed during the earthquake. It now serves 270 students in 20 classrooms. Its current capacity is 800 students, but it will eventually have 10 additional classrooms, raising the school’s total capacity to 1,000 students.

Bishop Guy Sansaricq congratulates Dr. Mortel in these words:  We are very proud of Dr. R. Mortel for his lifelong achievement. The Penn State College of Medicine just conferred on him a significant honor. His name has been attached to a new Society of this prestigious Beacon of scientific knowledge. This honor usually granted to the memory of deceased eminent personalities was exceptionally accorded to Dr. Mortel while he is still alive.  This comes as no surprise for me for I have experienced firsthand the extraordinary qualities of this Christian gentleman of great stature. I thank God for raising in our midst a model of such great excellence. Congratulations! Dear Doctor Mortel! May God continue to bless you and the works of your hands!

“Haiti is very blessed to have people like Dr. Mortel, who is a great inspiration for our youth in this world filled with racism and darkness. Dr. Mortel continues to show us that with a good education we can overcome all the barriers of our society.”

Brother Tob

Un honneur pour une Icône,

Dr Mortel

Docteur Rodrigue Mortel, l’une des icônes de la diaspora haïtienne, a été honoré par l’Université Penn State College of Medicine. Cette Université a récemment créé quatre sociétés, dont une porte le nom “Le Mortel société», en l’honneur des nombreuses réalisations du Dr Mortel et de l’impact profond sur la Penn State. Les principaux objectifs de la création de ces sociétés sont d’offrir un modèle plus structuré pour les compétences cliniques et des programmes de conseil. Ces sociétés fourniront sans nul doute un environnement scolaire favorable.

Souvent, un honneur comme celui-ci est attribué à quelqu’un après sa mort. Nous sommes donc heureux de voir que le Dr Mortel peut recevoir cette distinction durant sa vie. C’est encore un autre signe d’espoir pour Haïti. Avec des étoiles comme Docteur Mortel, notre pays peut et doit renaître de ses cendres. Cette distinction vient à un moment où notre patrie est considérée comme le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, en particulier après le tremblement de terre catastrophique de 2010, qui a détruit tant de vies humaines et laissé tant de décombres. Donc, nous avons beaucoup de défis à relever, si nous voulons vivre avec la pleine dignité de la personne humaine .

St Jame Student

Docteur Mortel lui-même n’a pas eu une enfance facile. Mais même comme un enfant issu d’une famille pauvre, il a compris clairement l’importance de l’effort pour une bonne éducation et d’être un humble serviteur du Seigneur. Il a également compris combien il est vital d’apporter quelque chose à sa communauté. Trop souvent, les gens se demandent: «Que font les haïtiens en prestigieuse position pour l’avancement d’Haïti?”. Docteur Mortel de son côté a déjà réalisé beaucoup de choses pour sa terre natale.

Pour ma part, je continue à considérer le Dr Mortel comme un grand modèle qui continue à faire de son mieux pour accompagner les enfants les plus pauvres de sa ville natale, Saint Marc, à travers l’éducation. En 2008 , j’ai été très heureux de visiter l’école des  bons samaritains avec lui. J’ai été vraiment impressionné de voir que les gens de sa ville natale n’ont pas besoin d’un rendez-vous pour le rencontrer, il est très accessible à tous. Les enfants de son école trouvent qu’il est facile de parler et de jouer avec lui, parce qu’il les considère tous comme ses enfants. En effet, cette école-miracle choisit les enfants les plus pauvres de la zone pour leur fournir une éducation de première classe. Dans cette école, l’éducation religieuse va de paire avec une éducation hautement scientifique et professionnelle. Ces enfants qui commencent déjà à donner des signes extraordinaires de succès représentent véritablement les enfants du cher docteur. Quelle belle famille!

Rappelons que le Dr Mortel est entré aux États-Unis en 1963. Il a reçu une formation en Obstétrique et Gynécologie à l’Hôpital Universitaire Hahnemann à Philadelphie, puis s’est spécialisé en Oncologie Gynécologique au Memorial Sloan Kettering Cancer Center à New York. Par la suite, il a rejoint l’ Université Penn State College of Medicine en 1972 comme professeur adjoint, est devenu professeur titulaire au Département d’Obstétrique et de Gynécologie en 1977 et a obtenu un chaire du Département de …. six ans plus tard. En 1995, il a été nommé Vice- doyen et Directeur fondateur de l’ Université Penn State Cancer Center.

Le rêve du bon Docteur Mortel ne se termine pas avec l’École “Le Bon Samaritain”. Le 3 octobre de l’année dernière, dans sa ville natale de

Saint- Marc, sa Fondation a ouvert une école secondaire catholique  James M. Stine College, dirigée par les Clercs de Saint- Viateur, une Congrégation religieuse de prêtres et de frères. L’école offre un enseignement secondaire de qualité pour les jeunes femmes et les hommes de la région et à ceux des écoles effondrées lors du tremblement de terre de 2010. Cette école accueille aujourd’hui 270 élèves dans 20 classes. Sa capacité actuelle est de 800 élèves, mais elle finira par avoir 10 salles de classe supplémentaires, portant la capacité totale de l’école de 1000 élèves.

Mgr Guy Sansaricq félicite le Dr Mortel en ces termes: “Nous sommes très fiers du Dr Rodrigue Mortel pour ses réalisations. Le Penn State College of Medicine vient de lui conférer un grand honneur. Son nom a été attaché à une nouvelle société de cette prestigieuse école des connaissances scientifiques. Cet honneur, habituellement accordé à la mémoire de personnalités décédées, a été exceptionnellement accordé au Dr Mortel alors qu’il est encore en vie. Ce n’est pas une surprise pour moi car j’ai vécu de première main les qualités extraordinaires de cet homme exceptionnel et  de grande envergure. Je remercie Dieu pour élever au milieu de nous un modèle d’une si grande expertise. Félicitations! Cher Docteur Mortel!

Que Dieu continue à benir  les œuvres docteur Mortel! Haïti est très chanceux d’avoir des gens comme le Dr Mortel, qui est une grande source d’inspiration pour nos jeunes dans ce monde rempli de racisme et d’obscurité. Dr Mortel continue à nous montrer qu’avec une bonne éducation, nous pouvons surmonter tous les obstacles de notre société”.

Le Bulletin du Centre National et Radio Télé Solidarité félicitent vivement le Docteur Mortel. Puisse Dieu le soutenir toujours sur les chemins de la vie!

Frère Tob

Pour le Centre National

La Guerre pour La Paix ?

Pourquoi pas plutôt la Paix pour la Paix ?

Marlène Rigaud Apollon

6-8 septembre 2013

Je ne crois pas avoir jamais aussi puissamment ressenti ce désir de paix qui m’englobe aujourd’hui. Est j’en ai connu des guerres.  Peut-être est-ce l’accumulation d’images de la cruauté des êtres humains sous le moindre prétexte, racial, ethnique, religieux ou autres raisons de leur invention, ou du dégoût jusqu’aux chavirements de l’estomac et aux soubresauts des entrailles qu’elles déclenchent.  Peut-être est-ce l’horreur et la frustration que bien que génération après génération, le cerveau humain a produit des innovations éblouissantes, il n’a pas encore réussi à produire la paix universelle dont le monde a toujours eu besoin, a toujours rêvé et a essayé à plusieurs reprises. Je me suis souvent demandée si c’était la Bonne Volonté qui manquait et que c’était par là qu’il fallait commencer.

Cette encore, à la veille de ce qui semble être une nouvelle menace de « guerre pour la paix », le pape François, qui a choisi le nom de Saint François d’Assise, l’apôtre de la Paix, nous envoie le message suivant :

MESSAGE DU PAPE FRANCIS POUR LE SAMEDI 7 SEPTEMBRE PROCHAIN

Samedi prochain (7 septembre) nous vivrons ensemble une journée spéciale de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, au Moyen-Orient, et dans le monde entier. Egalement pour la paix dans nos cœurs  parce que la paix commence dans notre cœur. Je renouvelle l’invitation faite à toute l’Eglise à vivre intensément cette journée, et, dès maintenant, j’exprime ma reconnaissance aux autres frères chrétiens, aux frères des autres religions et aux hommes et aux femmes de bonne volonté qui voudront s’unir, dans les lieux et de la manière qui leur conviennent, à ce moment. J’exhorte en particulier les fidèles romains et les pèlerins à participer à la veillée de prière, ici, sur la place Saint Pierre à 19h, pour demander au Seigneur de nous accorder le grand don de la paix. Que le cri de la paix s’élève puissamment sur toute la terre.

Audio:  http://www.youtube.com/watch?v=9bgOCD8SVfY

Prière de Saint François d’Assise

“Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,

Là où est la haine, que je mette l’amour.

Là où est l’offense, que je mette le pardon.

Là où est la discorde, que je mette l’union.

Là où est l’erreur, que je mette la vérité.

Là où est le doute, que je mette la foi.

Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.

Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.

Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à

être consolé qu’à consoler,

à être compris qu’à comprendre,

à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,

c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,

c’est en pardonnant qu’on est pardonné,

c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternell

Diocèse Rockville Centre :Radio Télé Solidarité à la Paroisse  de St Boniface


Le Dimanche 1er Septembre Radio Télé Solidarité  etait à la paroisse St Boniface  pour couvrir la messe en Créole de 10:30Am. Le leader spirituel  de cette vibrante communauté Haitienne du dioceèse de Rockville Centre est le Père Eddy Julien très aimé et respecté au sein de la pastorale Haitienne  de la diaspora et du diocèse de Rockville Centre pour son humilité et pour son grand amour pour sa mère l’Église Catholique.

La communauté de St Boniface est l’une des belles communautés haitiennes du diocèse de Rockville Centre. Elle se signale par son  groupe de jeunes très dynamique et très impliqué dans la paroisse et remarquablement accordé à la culture haitienne.. Le Nom de ce Groupe qui existe depuis l’Année 1995 est HAYO. Ce groupe a entre 40 et 50 jeunes. Danielle Altson l’une des fondatrices et mères de ce groupe rêve de voir ces jeunes faire leur collège et continuer  à rester membres fidèles de cette paroisse .  Steeve Bisseret ,  nous dressa un bref portrait du Groupe HAYO et sa joie d’être l’un des leaders de ce groupe.

Danielle

 

Steeve est un jeune Ingénieur et il est parmi les jeunes étoiles de la Communauté Haitienne de la paroisse de St Boniface Youseline Cherilus un autre leader de ce groupe souhaite que tous les jeunes de HAYO continuent à Parler Créole et à chanter la messe en créole à St Boniface. L’exemple de Danielle et de Youseline est très apprécié par le Centre National de l’Apostolat Haitien à l’etranger. Pour avoir une idée du groupe HAYO cliquez sur ce link : http://www.youtube.com/watch?v=_Uf5Pvwrnzg&feature=share&list=UUi3LCoGhSjsl1wH5a46FJVQ

Il reste encore beaucoup à faire pour une vraie pastorale des Jeunes surtout pour éviter que ceux-ci aboutissent en prison et que les jeunes filles ne se trouvent pas avec un bébé sur le  bras. Je profite de ce texte pour lancer un vibrant appel aux gens qui ont un ministère pour les jeunes de l’importance de penser aux jeunes qui sont en prison et aux jeunes aussi qui tres tot s’adonnent au sexe.   Il ne suffit pas de dire aux jeunes qu’il est interdit de pratiquer le sexe avant le mariage.  Il faut surtout prendre du temps pour leur expliquer  le risque et les  conséquences de devoir s’occuper d’un bébé quand l’on n’est pas encore prèt à cela. De plus  la poursuite d’une bonne éducation est contrariée dans une société compétitive et raciste où l’éducation est cruciale au succès dans la vie.

Le Père Eddy Julien , leader spirituel de St Boniface est un prêtre qui fait de son mieux pour accompagner la communauté Haitienne de sa Paroisse. Il accueille près de 200 personnes et sa collection rapporte une moyenne hebdomadaire de $1000,00. Diacre Dominique Silien comme diacre assiste le Père Eddy Julien pour la messe en créole. Il me fit savoir qu’on trouve les gens de toutes les regions d’Haiti à St Boniface. Ces communautés de foi sont une source de richesse pour notre église. Diacre Domique nous dit aussi que la communauté Haitienne compte quelques professionnels et ces derniers font leurs efforts pour préter main forte à tout ce qui se fait.

St Paul nous rappelle que toute communauté doit s’efforcer de bannir de son sein toutes petitesses, jalousie et luttes de pouvoir. La communauté de St Boniface ne fait pas exception à cette règle générale et préserve entre ses membres un bel esprit de collaboration et de solidarité.

 

Pere Eddy

Le Prêtre Monfortain Sylvio Jean fut le celebrant et l’homeliste à la messe du jour.  Dans son Homelie il mit l’accent sur l’Humilité nous rappelant cette parole evangelique de Jésus « Celui qui s’élève sera abaissé et celui qui s’abaisse sera élévé. »  Il insista sur le grand amour de Jesus pour les Hommes. Pour Jésus il n’y a pas de pauvres et de riches car nous sommes tous ses enfants

La chorale  de la messe du Dimanche 1er Septembre à St Boniface  a donné le meilleur d’elle-même et  le centre National de l’Apostolat Haitien felicite vivement les distingúés membres de cette Chorale et les invite à aller de l’avant pour la plus grande gloire de Dieu et de leur Communauté.

 

Hayo1

Le Père Eddy Julien à la fin de la messe invita les jeunes à venir tout près de l’autel. Il pria pour eux et leur donna sa bénédiction en leur souhaitant une bonne nouvelle année scolaire. Il remercia le celebrant et l’Homeliste  Le père Sylvio Jean   et il profita  aussi pour remercier le personnel du bulletin hebdomadaire du Centre National de l’Apostolat Haitien à l’étranger et Radio Télé Solidarité  qui selon lui fait un très bon travail dans la communauté. Il nous invita à aller de l’avant malgré les obstacles qu’on peut rencontrer sur le chemin. Le Paroissiens applaudirent vivement la Radio Télé Solidarité.

La Communauté Haitienne de St Boniface est une belle communauté , elle a ses problèmes  comme tous les autres Communautés Haitiennes de Foi  de la diaspora.  Mais c’est une communauté qui a beaucoup d’avenir.  Nous les exhortons de continuer  à travailler  ensemble et aussi de continuer à faire tout ce qui est beau pour leur communauté. Pour écouter la messe creole de St Boniface clicquer sur ce link : http://www.youtube.com/watch?v=1ruu6AENK44&feature=share&list=UUi3LCoGhSjsl1wH5a46FJVQ

Brother Tob

Diocese of Rockville  Centre-Radio Tele Solidarite at St Boniface parish


On the first Sunday of September Solidarity Radio TV was at St Boniface parish to cover the 10.30 Creole Mass. The spiritual leader of the vibrant Haitian community in the parish of St. Boniface in the diocese of Rockville Centre is the Father Eddy Julien who is very loved and respected within the Haitian ministry of the Diaspora and the Diocese of Rockville Centre for his humility and his great love for his mother the Catholic Church.

The Haitian community of St Boniface is one of the beautiful Haitian communities of the Diocese of Rockville Centre. It is renowned for its vibrant youth group who is very involved in the Parish Creole mass.. The name of this group is HAYO  and it exists since the Year 1995. This group has between 40 and 50 young people. Danielle Auston  one of the founders and mothers of the group said that her greatest dream is to inspire these young people to go to college and continue to remain regular members of this parish.  Steeve Bissereth  gave us a brief picture of HAYO Group and its challenges. He told us of his joy at being one of the leaders of this group. Steeve is a young Engineer and one of the young Stars  of the vibrant Haitian Community of  St Boniface parish’. Youseline Cherilus , another leader of the group wants all young people of HAYO to continue to speak Creole and sing at the Parish Creole Mass. The  Example of Danielle and Youseline is highly appreciated by the National Center of the Haitian Apostolate  To have a better idea of HAYO Group you can click on this link: http://www.youtube.com/watch?v=_Uf5Pvwrnzg&feature=share&list=UUi3LCoGhSjsl1wH5a46FJVQ

Much remains to be done in a real youth ministry especially when considering that  a certain percentage of them end up in jail or give birth to babies while still very young.  I take this occasion to make a strong appeal to people who have a ministry for the youth to think of the young people who are in prison and those alas far too many who are involved in sex at an early age. It is not enough to teach them that it is forbidden to practice sex before marriage but to stress the risk and consequences of having a baby when one is not prepared for the demanding task of mothering a child. This frequently impairs the possibility of completing one’s education in a competitive and racist society where education is a requirement on the labor market.

Father Eddy Julien , spiritual leader of the Haitian community of St. Boniface is a priest who is doing  his best to support his parishioners. He hosts nearly 200 people and the collection  for the Creole mass brings in an average of $1,000.00 every week . Deacon Dominique Silien  of the Haitian Community is the Parish deacon. He  is with Father Eddy Julien at the Creole Mass. He informed me that the people of the parish are from all parts of Haiti  . These faith communities are a source of wealth for our church. So the  leaders  must prove that they are able to live in perfect harmony as requested by the Gospel. Deacon Dominique also told us that the community counts a few professionals who are supportive of the community.

The Monfort Father  Sylvio  was the celebrant and homilist at the Eucharistic celebration. In his Homily he emphasized Humility and reminded us these words of Jesus “ Whoever elevates himself shall be humbled and he who humbles himself  will be exalted” He emphasized the love of the Lord  for all. For Jesus there is no poor and rich because we are all his children.

The Sunday Mass Choir gave her very best. The National Center for Haitian Apostolate strongly commends the distinguished members of this Choir and invites them to go ahead for the greater glory of God and their Community

Father Eddy Julien at the end of the Mass invited the youth to the altar. He prayed for them and blessed them wishing them a successful new school year. He thanked the celebrant and homilist Father Sylvio and he also took the opportunity to thank the staff of the weekly bulletin of the National Center of the Haitian Apostolate  and Radio TV Solidarité, which according to him  makes a great service to the community. The people strongly applauded Radio TV Solidarity

The Haitian Community of St. Boniface is a beautiful community , it has its problems like any other  Faith Communities in the Diaspora. But this is a community that has a  future. We urge them to continue to work together and also to continue to do what is good for the  Haitian community of St Boniface. To hear The creole mass of st Boniface  of September 1st click on this link : http://www.youtube.com/watch?v=1ruu6AENK44&feature=share&list=UUi3LCoGhSjsl1wH5a46FJVQ

Brother Tob

For the National Center

************************************

Hélène Koscielniak -Entrevue

Helene

Hélène Koscielniak  est auteur de deux Romans. Le premier s’appelle”Marraine” et le second ” Filleul.” Finaliste au Prix Christine-Dumitriu-Van-Saanen en 2007 et au Prix des lecteurs de Radio-Canada 2008 puis Lauréate du Prix de littérature éclairée du Nord 2009 pour son roman “Marraine,” Hélène Koscielniak a de nouveau été distinguée pour “Filleul.” Finaliste au Prix des lecteurs de Radio-Canada 2012, elle est aussi finaliste du Prix de littérature éclairée du Nord 2013, dont le lauréat sera annoncé prochainement. Une bonne nouvelle, qui va « contribuer à faire connaître la misère et les injustices des bateyes », affirme-t-elle. Détentrice d’une maîtrise en administration éducationnelle de l’Université d’Ottawa, Hélène Koscielniak a longtemps œuvré en éducation. Elle se consacre maintenant entièrement à sa passion, l’écriture.

Le lancement de ces 2 romans aura lieu le Samedi 21 Septembre prochain à 19h00 à la salle de conférence de Grenadier Books et Haïti Liberté, avenue 1583 Albany, Brooklyn . Je suis très heureux d’avoir obtenu un entretien d’Hélène pour les lecteurs et lectrices du Bulletin Hebdomadaidre du Centre National de l’Apostolat Haitien.

 

 

 

Dites-nous les raisons qui vous ont motivée à écrire les romans Marraine et Filleul.

Ce sont les publicités de World Vision, Save The Children, etc., qui m’ont inspirée à écrire un roman au sujet du parrainage. J’ai opté pour l’ile d’Hispaniola comme contexte, car j’étais allée en République dominicaine et c’est là que, pour la première fois, j’ai été témoin de la misère abjecte.

Quels sont les principaux messages qui traversent vos romans, Marraine et Filleul?

Les deux épigraphes que j’ai choisies résument bien mes messages. Pour Marraine : “Tout moun se moun”. Il s’agit d’un proverbe créole qui affirme que tout être humain a droit à la dignité. Pour Filleul : “Byen pa janm pèdi” précise qu’une bonne action (comme le parrainage) n’est jamais perdue.

Quelle est votre opinion sur le problème des bateyes en République dominicaine et qu’est ce que vous envisagez comme voie de solution de cette injustice séculaire contre les coupeurs de canne en République dominicaine ?

Il est évident que les conditions de vie des braceros sont inacceptables voire souvent inhumaines. N’étant pas politicienne, mais simplement romancière, il est difficile pour moi d’offrir des solutions. Il s’agit d’une situation complexe qui comporte plusieurs facteurs. Je souhaite qu’en la faisant connaître par le biais de mes romans, il en résulte des réformes.

Considérant l’extrême pauvreté des habitants des pays du Sud, pensez-vous que les pays du Nord peuvent efficacement contribuer à améliorer la situation?

Beaucoup d’efforts sont déployés pour fournir aide et appui. Par exemple, dans le cadre des programmes d’animation pastorale dans nos écoles secondaires, catholiques, plusieurs étudiants et adultes se rendent annuellement dans les bateyes pour prêter main-forte à la construction d’écoles et de maisons de retraite pour personnes âgées. Ce faisant, ils apportent argent, vêtements, médicaments, outils, etc. Les ONG font leur part également. Toutefois, même si ces actions sont très valables, elles ne sont que pansements et ne guérissent pas les causes profondes du problème. Les solutions de longue durée doivent venir des responsables en position de pouvoir.

Parlez-nous de la qualité des relations entre les Canadiens-français et le peuple haïtien.

Les Canadiens-français ont toujours eu une affinité pour les Haïtiens à cause de leur héritage commun : la francophonie et la catholicité. À l’école primaire, les religieuses nous parlaient souvent de ce pays.

Comment avez-vous accueilli la nouvelle de votre sélection comme lauréate du Prix de littérature éclairée du Nord 2009 pour Marraine ?

Comme auteure, c’était mon premier roman et j’ai accueilli cette bonne nouvelle avec beaucoup de joie. Pour moi. Et pour ce que je suis venue à appeler “la cause”, c’est-à-dire la dénonciation des conditions de vie inadmissibles des braceros.

Voudriez-vous nous parler de votre expérience dans votre ancien poste de directrice générale de la condition féminine de l’Ontario ?

Ce fut une expérience très enrichissante. Mon comité avait pour mandat de rédiger une politique qui avait pour but d’accroître le nombre de femmes dans les postes de direction et d’améliorer ainsi leur situation économique, en plus de faire en sorte qu’elles participent activement à la croissance et à la compétitivité de l’économie canadienne.

Dites comment les auditeurs intéressés pourront se procurer vos romans.

On pourra se procurer Marraine et Filleul à la Librairie Grenadier Books et Haïti Liberté située au 1583 avenue Albany, Brooklyn, lors du lancement le 21 septembre à 19h. Pour commander en ligne, il faut aller sur le site web Les Éditions L’Interligne. Pour le format électronique, aller à l’entrepôt De Marque http://www.demarque.com, dans l’onglet “Livres numériques”.

Parlez-nous de votre relation avec la communauté haïtienne.

La publication de mes romans m’a donné l’occasion de rencontrer plusieurs groupes de ressortissants haïtiens dans plusieurs grandes villes, dont Montréal, Ottawa, Miami, Fort Lauderdale, Fort Myers, Boston, Rochester et Washington. Lors de ces rencontres, on avait toujours beaucoup de questions à me poser, à savoir pourquoi une Franco-ontarienne se préoccupait du sort de leurs compatriotes. J’ai rencontré des gens qui, pour la plupart, parlent trois langues, le français, le créole et l’anglais et souvent même quatre si on ajoute l’espagnol. J’ai appris à connaître un peuple fier dont l’accueil et la générosité m’ont touchée.

Hélène avez-vous un dernier mot pour le peuple Haïtien?

Mwen ap di ou mèsi ak tout kè!

Merci Helène d’avoir accepté de repondre à mes questions

Frère Buteau (Brother Tob)

Pour le Centre National

Le “général” des jésuites met en garde contre une intervention militaire en Syrie Le risque d’augmenter “la souffrance des citoyens ordinaires”

Rome, 6 septembre 2013 (Zenit.org) | 468 clics Le résultat d’un intervention militaire en Syrie serait d’augmenter “la souffrance des citoyens ordinaires innocents et étrangers au conflit”, déclare le père Adolfo Nicolas, SJ.

Le site en ligne des Jésuites

(http://www.sjweb.info/news/index.cfm?LangTop=2&Publang=2&Tab=2) publie cette traduction en français d’un entretien avec le Préposé général de la Compagnie de Jésus qui sort de sa réserve à propos de la Syrie et de la paix: un raisonnement articulé.

Entretien avec le père Adolfo Nicolas, SJ Q.  Le Saint Père est sorti du protocole habituel pour parler en faveur de la paix en Syrie. Que pensez-vous de ce sujet ?

R.  Je n’ai pas l’habitude de commenter les situations internationales ou les affaires politiques. Mais, dans le cas présent, nous sommes devant une situation humanitaire qui déborde les limites normales pouvant justifier le silence. J’avoue, je dois le dire, ne pas comprendre qui a donné l’autorisation aux Etats-Unis ou à la France d’agir contre un pays d’une manière qui, sans nul doute, ajoutera aux souffrances d’une population qui a déjà souffert plus qu’il n’est imaginable. La violence ou les interventions violentes comme celles qui se préparent ne sont justifiables que comme des moyens ultimes utilisés d’une manière telle qu’ils n’atteignent que les seuls coupables. Dans le cas d’un pays, cela est totalement impossible, et c’est pourquoi ce recours à la force m’est totalement inacceptable. Nous jésuites, nous appuyons l’action du Saint Père à 100% et désirons du fond de notre cœur que l’action punitive annoncée n’ait pas lieu.

Q.  Mais le monde n’a-t-il pas la responsabilité de faire quelque chose contre ceux qui abusent de leur pouvoir par des actions contre leur propre peuple, comme dans le cas d’un gouvernement qui utilise les armes chimiques dans un conflit ?

R.  Cette demande recouvre trois questions, qu’il convient de séparer clairement.

La première porte sur le fait que tout abus de pouvoir doit être condamné et rejeté. Avec tout le respect que j’ai pour le peuple des Etats-Unis, je crois que l’usage précis de la force qui se prépare actuellement est en lui-même un abus de pouvoir. Les Etats-Unis d’Amérique doivent cesser d’agir et de réagir comme s’ils étaient le « grand frère » d’un quartier qui s’appellerait le monde. Une telle attitude conduit inévitablement à des abus, à des chocs violents et à des démonstrations de force devant les membres les plus faibles de la communauté.

La deuxième est que, si des armes chimiques ont été utilisées, il faut encore satisfaire à l’obligation de montrer au monde, de manière claire, que cet usage est le fait d’un côté du conflit, et non pas de l’autre.

Il ne suffit pas qu’un membre du gouvernement du pays qui désire attaquer dise qu’il en a la conviction. Il faut démontrer au monde qu’il en est ainsi, sans laisser quelque doute que ce soit, afin que le monde puisse faire confiance à ce pays. Cette confiance n’existe pas actuellement, et les spéculations ont déjà commencé sur les visées ultérieures que les Etats-Unis pourraient avoir dans ce projet d’intervention.

La troisième est que les moyens considérés comme appropriés pour punir l’abus commis à l’origine (une fois que l’on a montré que tel est bien ce qui s’est passé) ne blessent pas à nouveau les mêmes personnes, déjà victimes. L’expérience du passé nous apprend que cela est impossible (quand bien même on désignerait les victimes par l’euphémisme « dommages collatéraux »). Le résultat est qu’augmente la souffrance des citoyens ordinaires innocents et étrangers au conflit. Nous savons tous que le grand souci des sages et des fondateurs religieux de toutes les traditions et cultures est : « comment alléger la souffrance humaine ? » Il est très préoccupant que, au nom de la justice, nous planifiions une attaque qui va augmenter la souffrance des victimes.

Q.  Vous n’êtes pas particulièrement dur contre les Etats-Unis ?

R.  Je ne le crois pas. Je n’ai aucun préjugé contre ce grand pays et, en ce moment même, je travaille avec des jésuites de ce pays dont j’estime beaucoup les avis et l’aide. Je n’ai jamais eu de sentiments négatifs à l’égard des Etats-Unis, un pays que j’admire énormément pour beaucoup de raisons, parmi lesquelles son ardeur au travail, sa spiritualité et sa pensée. Ce qui me soucie le plus est que précisément ce pays, que j’admire sincèrement, soit proche de commettre une grande erreur. Et je pourrais dire quelque chose de semblable à propos de la France : un pays qui a été un véritable guide pour l’esprit et l’intelligence, qui a contribué de grande manière à la civilisation et la culture, et qui est maintenant tenté de conduire l’humanité à faire marche arrière vers la barbarie, et cela en contradiction ouverte avec tout ce qu’il a représenté durant bien des générations. Que ce soit ces deux pays qui s’unissent aujourd’hui pour une aventure aussi horrible est l’un des éléments de la colère éprouvée en bien des pays du monde.

Ce n’est pas le fait d’attaquer que nous craignons ; ce qui nous atterre, c’est la barbarie vers laquelle nous sommes conduits.

Q.  Et pourquoi parler ainsi maintenant ?

R.  Parce que le problème se pose maintenant. Parce que le Saint Père prend des mesures extraordinaires pour nous rendre conscients de l’urgence du moment. Avoir déclaré la journée du 7 septembre comme temps de jeûne pour la paix en Syrie est une mesure extraordinaire, et nous voulons nous unir à cette initiative. Nous pouvons nous rappeler que, dans un passage de l’Evangile, les disciples n’étaient pas parvenus à libérer un jeune du mauvais esprit, et Jésus leur dit : « Ce type d’esprit ne peut sortir que par la prière et le jeûne ». Il m’est très difficile d’accepter qu’un pays qui se considère chrétien – ou en tout cas qui fait référence à ce nom – ne puisse envisager que l’action militaire lorsqu’il se trouve face à une situation de conflit, au risque de conduire le monde, à nouveau, vers la loi de la jungle.

********************************************************

Trois  Grands Amis du Bulletin  Hebdomadaire du Centre National de l’Apostolat Haitien à l’étranger

La Semaine dernière j’ai été heureux de recevoir un Courriel du Père Pascal Louis, administrateur de la paroisse de Holy Innocents du diocèse de Brooklyn et l’un des  grands lecteurs  du Bulletin du Centre National de l’Apostolat Haitien à l’étranger. Le Père Pascal est un grand ami de notre bulletin.  Il est un ancien étudiant de l’université de Fordham ou il a décroché une maitrise. Voici un extrait du courriel du bon Père Pascal : Merci Buteau pour le reportage de la visite des prêtres musiciens de l archidiocèse du Cap Haitien merci aussi pour ta disponibilité a faire des recherches dans le seul but d informer la communauté Haitienne, ce que j’ apprécie le plus tu le fais de tout coeur sans rien attendre en retour.

Le courriel du Père Pascal m’a réconforté à un moment ou je me pose beaucoup de questions sur l’avenir du bulletin demandant au Seigneur de me donner une direction et de m’éclairer dans ce ministère. Ce bulletin Hebdomadaire est et sera toujours le bulletin du Centre National de l’Apostolat Haitien à l’étranger. Je me considère toujours comme un simple instrument entre les mains de Dieu et comme l’a toujours souligné  Monseigneur Guy Sansaricq ,le directeur de notre Bulletin et fondateur du Centre National de l’Apostolat Haitien une cellule au sein d’une équipe. La tache exige beaucoup de sacrifices et de dévouement. . Est ce qu’elle est toujours facile?  Je vous exhorte de continuer à prier pour Monseigneur Guy Sansaricq , après Dieu, sans son support spirituel et financier pour l’achat des équipements et les nécessaires  réparations il serait difficile d’avoir un bulletin chaque semaine. Je vous invite à envoyer une donation au Centre National de l’apostolat Haitien pour permettre au Centre National de continuer à vous servir à travers ce bulletin et Radio Télé Solidarité.  Adresser le chèque à “Haitian Apostolate.”

La même semaine j’ai été à la paroisse de  St Boniface pour couvrir la messe en créole pour le bulletin et la radio télé Solidarité. Le Père Eddy Julien remercia la radio Télé Solidarité  et nous demanda de ne pas nous décourager par l’incompréhension ou l’indifférence de quelques-uns. Il pense que Radio Télé Solidarité rend un service important à notre communauté

Nous avons recu aussi un courriel de Soeur Josette Lafortune de la congrégation  des Soeurs de l’Immaculée Conception qui nous a signalé une erreur dans notre dernière edition. Elle nous assure d’ètre une fervente lectrice de notre bulletin. Vous trouverez ci-joint une copie de son courriel :

Bonjour Frère Tob.

J’interviens en tant que lectrice qui a un intérêt particulier pour lire le journal de Radio Solidarité. En d’autres mots, je dirais que le travail de cette institution m’informe et me forme aussi. Je tiens à te remercier pour ton dévouement.

Quelque part dans ton journal, particulièrement dans l’article qui parle de Père William Smarth, il y a une toute petite erreur qui s’est glissée(un mot oublié ou de trop ou mal placé peut-être), mais qui a quand même dérangé le sens de l’expression du titre du livre. Il s’agit du nom du livre liturgique créole: <<Fè sa pou chanje nom mwen>>. C’est plutôt: << Fè sa pou nou sonje mwen>>.

Note bien que cette remarque juste veut tout simplement éviter la reproduction de l’expression erronée dans un prochain journal,

J’espère que tu vas l’accepter dans un esprit d’entraide et de solidarité ecclésiale.

Que Dieu te bénisse!

Sœur Marie Rosette Lafortune

Nous tenons à nous excuser et à remercier Soeur Lafortune qui de loin apporte sa collaboration.  Soeur Lafortune  de la congrégation des Sœurs de l’Immaculée Conception est une étudiante en communication à l’université de Montréal au Cnada

Le Seigneur s’est servi des Pères Eddy et  Pascal et de Soeur Lafortune pour nous encourager à aller de l’avant malgré les embûches. Jusqu’a date nous essayons de faire de notre mieux et nous continuons  à remercier tous ceux qui nous ont aidé dans ce ministère. Nous  avons besoin beaucoup de ressources dans ce ministère. Depuis le Début nous avons encouragé les gens  doués  en écriture à nous envoyer des articles et Monseigneur Sansaricq a toujours  encouragé les leaders des Jeunes à écrire des articles ou à préparer des émissions pour la radio Télé Solidarité  pour nos jeunes.  Combien ont répondu à notre appel? Le Bulletin n’a pas chômé au cours de l’été et aujourd’hui les gens peuvent lire le Bulletin sur l’adresse de notre Blog: Solidarité Flash ou sur notre adresse Face book: RadioTelesolidarite Facebook. Nous continuons à faire tous nos efforts pour permettre à la communauté Haitienne Catholique d’entendre une messe à la télé Solidarité chaque semaine. Avec Mgr Sansaricq nous continuons nos recherches de gens compétents pour des émissions à la Télé. Nous commencons à avoir certains appuis mais c’est un grand défi qui exige une collaboration plus active de tous. Nous avons besoin du support financier pour les équipements et pour le déplacement de nos volontaires. Monseigneur Sansaricq a fait le premier pas et il pense qu’ensemble nous pouvons réussir.

Frère Tob

Pour Le Centre National

Three wonderful friends  of the Weekly bulletin of The National Center

Last week I was quite happy to receive an e-mail from Father Pascal Louis, administrator of the parish of The Holy Innocents of  the diocese of Brooklyn and one of the readers of our weekly  Bulletin.. He is a former student of the University of Fordham where he earned a Masters degree.

Father Pascal’s e-mail comforted me at a moment when I was asking myself many questions about the future of the newsletter and when I was asking the Lord to give me directions in this ministry . This weekly  bulletin  is and always will be the wwekly bulletin of the National Center. I consider myself as a simple instrument in the hands of God and a volunteer among others in the ministry of Evangelization of The Haitian Pastoral of the Diaspora. The task requires sacrifices and dedication. It’s a ministry that is not always easy. I urge you to continue to pray for  Bishop Guy Sansaricq. After God, his  spiritual guidance and  financial support has kept this effort alive. Professional equipments had to be purchased and sometime repaired. Without his spirit of perseverance, it would be impossible to produce a bulletin on a weekly basis. I am simply a humble servant who does a lot of the labors he cannot do alone. I invite you to send a donation to the National Center for Haitian Apostolate to enable the National Center to continue to serve you through this newsletter and Radio TV Solidarité. Checks can be simply addressed as “Haitian Apostolate” and sent to the Center’s address.

The same week Harry, my volunteer helper, and I went to the St Boniface parish to cover the Creole Mass for the newsletter and radio Télé Solidarité. Father Eddy Julien thanked radio TV Solidarité expressing his appreciation for the good work we perform. He urged us not to get discouraged no matter the hardships we endure.

We also received an email from Sister Josette Lafortune of the congregation of the Sisters of the Immaculate Conception, who pointed out to a mistake in our last edition . We would like to apologize and thank Sister Lafortune for her collaborative spirit.  . Sister Lafortune is a communications student at the University of Montreal.

The Lord used Fathers Eddy, Fr. Pascal and Sister Lafortune to lift up our spirits. We will therefore continue to move forward humbly despite the inevitable trials at every step. We try our best and continue to thank everyone who helped us in this ministry We need a lot of resources in this ministry . Since the beginning  we encouraged talented people to write articles for the weekly bulletin  and Bishop  Sansaricq  has always encouraged young leaders to write articles or prepare Talk show for TV of Radio Solidarity for our youth. We reiterate this appeal. Even during the Summer the Bulletin produced its edition every week. Now people can read the Newsletter on our blog address : Solidarite Flash or on our Face book address : RadioTelesolidarite Facebook. We continue to make every effort to allow the Haitian Catholic community to hear Mass on TV Solidarité every week. We beg competent people to assist us technically and also in terms of the contents of our programs. We are beginning to receive some support but it is still inadequate. When a team travels to tape a function or a ceremony, expenses are incurred in terms of paying gas, paying tolls etc. Equipments need to be maintained and occasionally new ones have to be purchased. In clear language We need financial support. . Bishop Sansaricq has taken the first step and believes that together we can succeed.

Brother Tob

For The National Center

___________________________

Haïti Perspectives

Revue thématique du GRAHN

____________________________________________________

Cahier thématique, Vol. 3, No. 1, Mars 2014

Gestion intégrée de l’eau

Appel à contribution

Depuis le début des années 90, Haïti se liste parmi les pays qui souffriront en 2025 de problèmes ou de pénurie d’eau. Basée sur l’accroissement incontrôlé de la population, cette projection ne cesse d’interpeler les scientifiques, les universitaires, les utilisateurs, les décideurs, les politiques, etc. sur la nécessité de tenir compte de la dynamique des ressources disponibles au sein des espaces naturels ou bassins hydrographiques du pays, avec une implication de l’ensemble des acteurs dans un nouveau cadre de gestion. Il semble donc pertinent d’inscrire la gestion de l’eau dans une perspective durable, où  la valorisation des ressources en eau doit  répondre aux besoins actuels et futurs.

Ce cahier thématique recherche des pistes de solutions concrètes, notamment mais sans s’y restreindre, aux questions suivantes :

Comment accélérer la mise en application du processus de gestion intégrée des ressources en eau d’Haïti?

Comment fournir à la population haïtienne un accès universel à l’eau potable tout en la protégeant des risques de maladies infectieuses et chroniques?

Comment gérer et réduire les risques pour les écosystèmes aquatiques dus à la mauvaise gestion des effluents liquides urbains?

Nous sollicitons des contributions qui tentent de répondre objectivement à ces questions. Les personnes intéressées à contribuer devront soumettre, au plus tard le 30 septembre 2013, un texte d’environ une page résumant sa contribution aux coéditeurs :

Evens Emmanuel :            evens.emmanuel@gmail.com

Michelet Joseph :              micheletjoseph@hotmail.com

Elles recevront une notification d’acceptation ou de refus du résumé au plus tard le 31 octobre 2013. Si le résumé est accepté, l’article au complet (6 pages maximum, interligne simple) doit être soumis au plus tard le 30 novembre 2013.

Les notifications d’acceptation finale  seront expédiées aux auteurs au plus tard le 31 décembre 2013. La parution de ce cahier thématique est prévue pour Mars 2014.

______________________________________________

Proverbes:

 

1. Pi sansib pi soufri

2. Bèl pawòl pa vle diverite pou sa

3. Chen souke ke’l pou moun li konnen

4. 2 mèg pa fri

5-“Byen pa janm pèdi”

6-Nèg Pa  Vié Chien

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s