REFLECTIONS OF THE READINGS OF THE 15TH SUNDAY (July 14th, 2013)

REFLECTIONS OF THE READINGS OF THE 15TH SUNDAY (July 14th, 2013)
Deuteronomy 30, 10-14; Psalm 69; Colossians 1, 15-20; Luke 10, 25-37
By Bishop Sansaricq

BThe well known story of the Good Samaritan is told today. For those who perchance would not know it, a brief recap is useful. A man is robbed and then beaten and left to perish on a deserted roadside. Two religious men pass by, one after the other in a short span of time. They both noticed the bloody man panting on the ground but continued their path undisturbed. Shortly afterward, a third man from Samaria happened to pass the same way. Moved with pity at the sight of the wounded man, he rushed to pour soothing oil and wine on the wounds, bandaged them, lifted up the half dead victim to his mule, brought him to the closest inn and paid for his treatment. Quite a good deed, is it not?

A spiritual interpretation sees us as the man wounded by sin and abandoned on the roadside. Jesus the Good Samaritan moved with pity pours on us the healing oil of Baptism and Confirmation and the wine of the Eucharist and then entrusts us for continued care to the inn which is the Church.

Yet, the key lesson is about the primacy of love in human relationship. In marriage or in the workplace, in one-to-one relationships or in the public square mercy, compassion and justice must be our priority at all times. The Christian nourished by word and sacrament, anointed by the Spirit is called in the first place to stand as a champion of love and service. When love is absent, Christianity is voided of its substance! If only you would heed the voice of the Lord urging us to love the world would be like heaven. Wanted! Wanted! Wanted are good Samaritans in our modern society!

Hurry and emulate the Good Samaritan in our world of scandalous injustice, misery and sufferings!

REFLEXIONS SUR LES LECTURES DU 15ème DIMANCHE ORDINAIRE (14 Juillet 2013)
Deuteronome 30,10-14; Psaume 69 ou bien 19; Colossiens 1, 15-20; Luc 10, 25-37 Par +Guy Sansaricq

Le Bon Samaritain? Vous connaissez l’histoire! Faisons un bref résumé pour ceux qui auraient oublié. Sur une route peu passante un homme est agressé, dévalisé, cruellement battu et abandonné demi-mort sur le bord du chemin. Deux hommes religieux à tour de role viennent à passer. L’un et l’autre remarquent le blessé agonisant mais ne s’arrètent pas ignorant sa détresse. Peu après survient un Samaritain appartenant à une nation méprisée par les Juifs. Lui s’arrète ému de pitié. Il verse de l’huile et du vin sur les plaies, les panse, hisse le blessé sur sa monture, se dépêche de le conduire à l’hotellerie et assume le cout du traitement. Comme dévoument, c’est du jamais-vu!

La lecon qui jaillit de cette histoire saute aux yeux. La charité, l’amour, la compassion voila ce qui compte d’abord aux yeux de Jésus. Le service des plus pauvres et des déshérités est une priorité!

Tout chrétien est appelé à se dresser comme témoin de l’amour dans ce monde où trop souvent règnent l’injustice, les préjugés, la misère et la souffrance. Notre mission est de traduire en programmes d’action toutes nos belles déclarations sur l’amour dont nous nous gargarisons à pleine gorge dans nos assemblées de prière. L’horrible détresse des trois quarts de l’humanité sollicite notre compassion.

Sans l’amour s’exprimant en bonnes oeuvres, le Christianisme est une caricature, un zombie, un corps sans ame.

Toi qui lis ce texte, dépêche toi d’imiter le Bon Samaritain. C’est ce qui te vaudra la palme des élus!
Monseigneur Guy Sansaricq
________________________________
Pensée de la semaine:

“Le christianisme n’est pas une religion de voeux pieux, mais de fraternité, d’entraide et de partage”.

THought of the week:

“Christianity is not a religion of wishful thinking, but of brotherhood, caring and sharing.”
Pensamiento de la semana:

“El cristianismo no es una religión de una ilusión, sino de hermandad, cuidar y compartir.”
____________________________________
A Dynamic Doctor for Haiti


Until a year ago, Dr. Garry Conille was the prime minister of Haiti. Before becoming prime minister, he had a long, distinguished career in medicine and at the United Nations. He is a source of immense pride for the Haitian community in the diaspora. Just this past weekend, on Sunday, July 7, he generously allowed me to interview him for Radio Télé Solidarité.
In the interview, Dr. Conille talked about the arc of his professional career and about his love and gratitude for Haiti, the nation that helped him to gain an excellent education at no cost—in sharp contrast to the mountainous debts that new doctors, lawyers and other professionals usually must begin to pay back when they have completed their studies.
Dr. Conille mentioned the quality of education that medical students have received from the faculty of medicine and pharmacy at the University of Haiti. He added that, once they graduate, many of these students have been able to work abroad, and often in prestigious positions. He said the Haitian community in the United States has more doctors than all other immigrant groups in America. Yet the Haitian state spends less than $10 per capita for its health system. It is clear to him that the health problem is related to chronic poverty in Haiti. He also stressed that the rate of life expectancy in Haiti is very disquieting.
The majority of Haitian doctors working in Haiti are concentrated in Port-au-Prince. Dr. Conille insisted that the number of doctors and nurses working in Haiti is much too low, due in great part to the deficiency of the infrastructure. One distressing result of the low quality of health care in Haiti is that our motherland has the highest rate of maternal mortality in the region.
Dr. Conille expressed gratitude for the outstanding professional experience he has been able to have in Africa. He worked in Ethiopia, Nigeria, Senegal, and in West Africa. The doctor said that Africa is a continent in movement and transformation in multiple dimensions, including its democratic processes and its economic development.
My guest spoke passionately about his dream of organizing the Haitian diaspora in such a way that those living in the diaspora can be more involved in the development of Haiti. According to his information, the Haitian diaspora population is estimated at 4.5 million. These people send $2 billion each year to Haiti. Consequently, he feels that the Haitian diaspora has a great role to play in the social transformation of Haiti.
For the past few months, Dr. Conille was able to visit several countries and used this opportunity to meet Haitians wherever he went. He then tried to devise ways by which all these people can participate more efficiently in the reconstruction of their native land. He is also in contact with Haitians through his website, VoteHaiti.com, whose mission is to foster the promotion of democracy in Haiti and the organization of honest elections. Today he serves more than forty organization in the Haitian diaspora and helps them prepare requests for financial assistance and find potential donor funds that can support their project.
Dr. Conille told us that there are more than 300 Haitian organizations in the diaspora, and he thinks that there are doing a very good job in Haiti. He remains convinced that the effective participation of the diaspora is not a wild dream but a necessity.
He is still one of the most honest men in our motherland and one of those who brought honor to Haiti even in foreign lands.
In the interview, he said that 70 percent of Haitian children pay to go to school. He noted sadly that today we are poorer than in the year 1960. For him, it is clear that the system does not work. He wants to be part of the solution and not the problem. Dr. Conille strongly believes that Haiti cannot solve its problems with one man or a small group of well-meaning citizens. The role of the state in Haiti today is to lead the different sectors so as to get everyone to contribute to our collective development.

Dr Conille-3
Dr. Conille said he saw Raoul Peck’s film, “Fatal Assistance,” and he agrees with its conclusions about the failure of the reconstruction of Haiti. But he added that we must analyze further the causes of this failure. He said that the problem with the film is its failure to stress that nothing worked—in spite of the good intentions of the actors. It is a fact that we failed, but we need to know why.
Finally, though Dr. Conille is very aware of the problems and challenges facing Haiti, he is also optimistic, because he said we have plenty of opportunities. He believes that our problems have solutions. He told us in the coming months he would be highly visible all over the world, discussing the future of Haiti with Haitians everywhere.
Dr. Conille met also Bishop Guy Sansaricq, director of Radio Télé Solidarité and founder of The National Center of the Haitian Apostolate. My interview with Dr. Conille will be televised on Radio Télé Solidarité on Saturday, July 20, at 8:00 PM. You can listen to an excerpt of the interview on our blog: Solidarity Flash
Frère Buteau (Brother Tob.)
Un dynamique Docteur.

Dr Conille-2
Le Docteur Garry Conille, ancien premier ministre d’’Haïti a été le grand invité de Brother Tob à Radio Télé Solidarité le dimanche 7 juillet 2013. Il est parmi les cadres d’’Haïti aux Nations Unies.

Docteur Conille, dans son entretien, nous a parlé de son itinéraire professionnel, des grands moments de sa carrière professionnelle , de son amour et de sa reconnaissance pour Haïti qui l’’a beaucoup aidé dans sa formation et presque gratuitement. Il a raison lorsqu’on sait la dette d’’un médecin, d’un ’avocat aux États-Unis après leurs études universitaires.

Docteur Conille a mentionné aussi la qualité de l’’enseignement que les médecins ont reçu à la Faculté de médicine de l’’Université d’État en Haïti tout en ajoutant que beaucoup de ces médecins travaillent à l’’étranger et quelques uns d’entre eux occupent de prestigieuses positions soit aux États-Unis, au Canada et autres terres d’accueil. Docteur Conille souligna que la communauté haïtienne des États-Unis a plus de médecins que tous autres groupes ethniques.

Par contre, selon le Docteur Conille, l’État haïtien dépense moins de 10$ par habitant pour son système de santé et c’est clair pour lui que le problème de santé est lié au problème de pauvreté chronique d’’Haïti. Il mentionna aussi que le taux de l’espérance de vie en Haïti est très inquiétant et la majorité des médecins haïtiens travaillant en Haïti se concentrent à Port- –au-Prince. Il insista sur le fait que la quantité de médecins et d’’infirmières qui travaille en Haïti est trop basse, sans oublier les problèmes d’’infrastructures et qu’Haïti a le taux de mortalité maternel le plus élevé de la région.

Par ailleurs, Docteur Conille a évoqué son expérience professionnelle en Afrique qu’il qualifie d’extraordinaire. Il nous a dit qu’il a travaillé en Éthiopie, au

Nigéria, en Afrique de l’’Ouest, au Sénégal. Selon lui, l’’Afrique est un continent en mouvement et en transformation, à la fois du point de vue démocratique et de croissance.

Il évoqua dans son entretien l’implication organisée de la diaspora haïtienne dans le développement d’’Haïti et nous informa que la population haïtienne de la diaspora est estimée à 4.500.000 d’habitants et cette dernière envoie 2 Milliards de dollars américains en Haïti chaque année.

De plus, selon le Docteur Conille, la diaspora a un grand rôle à jouer dans la transformation sociale en Haïti . Il a continué pour nous dire que depuis quelques temps il visite plusieurs pays pour rencontrer les haïtiens et voir comment la diaspora haïtienne peut s’’impliquer de facon plus efficace dans la reconstruction de son pays. Ainsi, il nous a fait savoir qu’il est en contact avec les haïtiens à travers son site http://www.votehaiti.com qui a pour mission de faire de la promotion pour la démocratie en Haïti et l’’organisation des élections honnêtes en Haïti.

Actuellement le Docteur Conille assiste plus d’une quarantaine d’organisations de la diaspora. Il les aide à préparer une demande d’’assistance financière et à trouver
des bailleurs de fonds potentiels qui peuvent soutenir leurs projets. Il y a plus de 300 organisations haïtiennes de la diaspora qui font un très bon travail en Haïti. Docteur Conille reste convaincu que la participation efficace de la diaspora n’est pas une requête mais une nécessité. Il est encore l’un des hommes honnêtes qui font honneur à Haïti même en terre étrangère.

D’autre part, Docteur Conille a dit dans son entretien que 70% des enfants haïtiens payent pour aller à l’école. Il évoqua avec tristesse qu’aujourd’hui nous sommes plus pauvres qu’’en l’année 1960 et pour lui il est clair que le système ne fonctionne pas. Il veut faire parti de la solution et pas du problème. Il pense fortement que les

problèmes d’’Haïti ne peuvent pas être résolus par un homme ou un petit groupe; que le rôle de l’’État aujourd’hui en Haïti serait de fédérer les différents secteurs , d’’amener tout le monde à contribuer au dévellopement. Il nous a dit qu’il a vu le film de Raoul Peck intitulé

“L’’assistance mortelle” et qu’il est d’’accord avec la conclusion de ce film sur l’’échec de la reconstruction d’’Haïti tout en soulignant d’une part qu’on doit analyser les causes de cet échec et d’autre part ce qui manque au film qu’on ne relate pas c’est qu’’on est arrivé à cet échec malgré la bonne foi des acteurs. Toutefois, selon lui ce film ’est un travail sérieux et invite tout le monde à le voir.

Docteur Conille se dit très conscient des problèmes et des défis d’’Haïti, mais il est optimiste car selon lui nous avons beaucoup d’’opportunités . Il pense que nos problèmes ont des solutions. Ces derniers temps il a rencontré plus d’’une cinquantaine d’’organisations de la diaspora. Il nous a dit aussi que dans les
prochains mois il sera très visible et se rendra un peu partout à travers le monde pour discuter sur l’’avenir d’’Haïti avec les haïtiens.

Enfin, soulignons que le Docteur Conille a rencontré Monseigneur Guy Sansaricq, directeur de Radio Télé Solidarité et fondateur du Centre National. Son entretien sera télédiffusé sur Radio Telé Solidarité le samedi 20 juillet 2013 à 8hPm. Vous pouvez écouter un extrait de l’’entretien sur notre blog: Solidarité Flash.

Frère Buteau (Brother Tob)

Pour le Centre National
_________________________
50ème Anniversaire de vie Sacerdotale du Père Jean Yves Urfié

Le Père Jean Yves Urfié a célébré grandiosement son 50ème anniversaire de vie sacerdotale à La paroisse de St Augustine du diocèse de Brooklyn le Dimanche 7 Juillet 2013. Toutes les couches sociales de la vibrante communauté Haitienne du diocèse de Brooklyn et ses environs etaient presentes. La valeureuse communauté Haitienne Des Etats Unis tint à remercier Dieu avec le Père Urfié et à exprimer sa reconnaissance à l’egard de ce grand ami d’Haiti qui était sur tous les fronts pendant son ministère en Haiti et à Brooklyn pour accompagner le Peuple Haitien. Le Père Urfié comprend que prière et action marchent toujours ensemble. Il fut consacré Prêtre le 30 Juin 1963 en France car il est un membre de la Congrégation des Pères du St Esprit . Il fit aussi des études en Physique et en Chimie aux États-Unis. Il arriva en Haiti en Septembre 1964 où il dut faire face à pas mal de difficultés pour Exercer son mistère sur le regime de Francois Duvalier jusquà son expulsion en 1969 par ce régime dictatorial. En 1972 il fut à New York pour un autre ministère avec la communauté haitienne de Foi de Brooklyn . Ce fut l’epoque ou les haitiens laissaient en masse Haiti pour chercher refuge aux Etats Unis, au Canada et en France et souvent sans documents legaux. Le Père Urfié ensemble avec ces confrères de la congregation du St Esprit: les Pères Antoine Adrien , Emile Jacquot et William Smart qui est un prêtre diocesain arrivèrent à fonder le Journal Sel où les nouvelles furent rédigées en Créole Un bureau fut egalement créé pour accompagner les refugiés Le père Urfié est un grand defenseur de la la langue Créole et il comprend que Le le français divise les Haïtiens en deux, alors que le créole les unit et il ajouta que son rêve est de voir un jour que la conference épiscopale d’Haiti arrivera à la decision d’utiliser seulement le créole pour les Celebrations Eucharistiques de l’Église Catholique d’Haiti On doit mentionner que Le Père Urfié est un prêtre musicien et il a fondé avec plusieurs artistes un groupe artistique qui a pour nom Kalfou Lakay et il a crée aussi une troupe de Danse pour les enfants qui a pour nom Kric krac.

Pere Urfie-010
Les Troupes Kalfou Lakay et Kric Krac ont été jusqu’en Floride pour performer pour les refugiés incarcerés dans la Prison de Chrome. Dans notre cas les bonnes choses s’en vont sans laisser de trace . Ou sont ces troupes qui dans le passé ont fait un travail extraordinaire dans la promotion de la culture Haitienne?
Bref dans son Homelie Le Père Urifié prouva encore malgré ses deboires qu’il est encore le Prêtre defenseur des pauvres . Il continua à denoncer les injustices contre le peuple Haitien soit le problème de racisme que subit la communauté Haitienne de la diaspora le problème ou l’exploitation des Restavek d’Haiti et le problème des analphabèthes d’Haiti qui font l’affaire de la classe politique d’Haiti et il ne passe pas par 4 chemins pour dire que les politiciens d’Haitiens ne sont pas interessés à l’Alphabetisation des pauvres d’Haiti. Il flagella aussi le Cas de L’impunité en Haiti prenant en exemple le cas de Jean Claude Duvalier. Il mit l’accent sur le tremblement de terre ou les etrangers remplissent les avions en destination d’Haiti et il croit que beaucoup profitent de l’extrême pauvreté d’Haiti pour s’enrichir. Toute l’assemblée sait bien que les Pères Spiritains de concert avec le Père Smart etaient très proches du Peuple de Dieu du diocèse de Brooklyn.

 

Pere Urfie-012
Depuis le depart de ces derniers avec le Père William Smart en 1986 il ya un vide dans la communauté Haitienne et malgré les efforts du Centre National de l’Apostolat Haitien à l’etranger le problème de division, de leadership et d’unité continue à secouer notre communauté.

Le Père Urfie dans sa messe du 50ème anniversaire a signalé la presence de Madame Michèle Montas , Journaliste et ancienne porte parole de Ban Ki moon du Secretaire Géneral des Nations Unis du 1er janvier 2007 à Novembre 2009. Plusieurs Anciens élèves du Père Urfé au Petit seminaire Collège St Martial furent presents à cette célébration. Plusieurs membres de l’ancienne Equipe de l’Heure Haitienne Dont Daniel Hutino et Frantz Legros furent presents à cette messe .On doit mettre l’accent sur la chorale et les musiciens qui performaient à cette messe d’action de grace. Presque toutes ces personnes ont été des collaborateurs et collaboratrices du Père Urfié pendant son passage dans la communauté haitienne de Brooklyn de 1972 jusqu’a 1986 . Quelques uns d’entre eux vivent en Floride et comprenaient la necessité de venir exprimer leur reconnaissance et leur solidarité avec ce prêtre musicien doublé de militant qui ne se contentait pas seulement de prier , de célebrer pour eux mais les ont aidé au cours de son ministère à Brooklyn `a avoir des papiers legaux pour vivre aux États Unis.

chorus-july 07-2013
Noblesse oblige! Mr Yves Raymond l’un des architectes de la celebration du 50ème Anniversaire de vie sacerdotale du Père Yves à Brooklyn adressa quelques mots de felicitation au Père Jean Yves Urfié et profita pour lui remettre une plaque au nom de la communauté Haitienne de Brooklyn. Une reception Fut organisée à la fin de la messe en l’honneur du Pere Yves Urfié. Le Personnel du Bulletin du Centre National et de Radio Télé Solidarité invite tous ses amis à clicquer sur les links de cet article afin de voir les differentes parties de cette messe du 50ème anniversaire de vie Sacerdotale du Père Urfié ou vous pouvez aussi aller sur le blog : Solidarité Flash . On Doit ajouter que la Télévision Télé Solidarité aura à diffuser la messe du 50ème anniversaire le Samedi 13 Juillet à 7:00PM .
Frère Buteau (Brother Tob)

Pour le Centre National

50th Anniversary of priestly life of Father Urfie


Father Jean Yves Urfié grandly celebrated his 50th annivrersary of priestly life in the parish of St. Augustine Diocese of Brooklyn on Sunday, July 7, 2013 . All the segments of the vibrant Haitian community of the Diocese of Brooklyn and surrounding areas were present in this great celebration of faith. The valiant Haitian community of The United States was present at this ceremony just to thank God for Father Urfié and to express its gratitude and solidarity to this great friend who was on all fronts during his ministry in Haiti and in Brooklyn to accompany the Haitian people. Father Urfié understands that prayer and actions always go together. Father Urfié was ordained a priest on June 30, 1963 in France as a Priest of the Congregation of the Holy Spirit. He also made studies in Physics and Chemistry in the United States and arrived in Haiti in September 1964 where he met a lot of difficulties in his ministry under the Francois Duvalier regime until his expulsion in 1969 by Papa Doc Duvalier . In 1972 he was in New York for another ministry with the Haitian community of Faith of Brooklyn. This was a time when Haitians left Haiti in large numbers to live in the United states, Canada, France frequently without proper papers. Father Urfié together with his colleagues of the Congregation of the Holy Spirit Father Antoine Adrien and Emile Jacquot and William Smart who is a diocesan priest managed to publish “Salt” a periodical written in Creole. They also created an agency to assist the Haitian refugees .Father Urfié is a great defender of the Creole language and understands that The French divided into two The Haitian Society, while Creole unites us. He added that his dream is to see one day the Episcopal Conference of Haiti reach the decision to use only Creole for the Eucharistic Celebrations of the Catholic Church in Haiti .
Father Urfié is a priest and musician. He founded along with several artists the group Kalfou Lakay and he also created a group of Dance troop for children which he called Kric Krac. Troops Kalfou Lakay and Kric Krac went to Florida to perform for refugees who were incarcerated in Chrome Prison. In our case the good things go away without a trace. Where are these troops who in the past have done a tremendous job in promoting Haitian culture in The United States?
In his Homily Fr Urifié proved that despite his troubles he is still the defender of the poor people and a priest who has a great love for the Haitian Community. He continued to denounce the injustices against the Haitian people as the problem of racism that affects the Haitian community of the diaspora, problem of exploitation Restavek in Haiti and the problem of Haiti’s analphabèthes and he said that the Haitian politicians are not interested in Alphabetisation of the poor of Haiti. The Case of Impunity in Haiti is also a plague as in the case of Jean Claude Duvalier the former dictator of Haiti. He put accent on the earthquake of 2010 in Haiti. A Lots of foreigners go to Haiti every day and he believes that many of them take advantage of the extreme poverty of Haiti to enrich themselves. Everyone in the assembly knows that the Holy Ghost Fathers in conjunction with Father Smart were very close to the People of God of the Diocese of Brooklyn. Since their departure in 1986 there is a gap in the Haitian community of Brooklyn and even the efforts of the National Center for Haitian Apostolate abroad did not manage to abolish the division problem, leadership and unity continues to shake the Haitian community in Brooklyn

Michel Montas

Father Urfie in its 50th anniversary Mass reported the presence of Michèle Montas, a journalist and former spokesman for Ban Ki-moon of the United Nations Secretary-General Manager of 1st January 2007 to November 2009. Several Alumni of Father Urfé at Small College St Martial seminar were present at this cél’ebration. Several members of the former Team Time Haitian Daniel Hutino Daniel Frantz Legros were present at this mass . The choir and musicians who performed at the Mass of thanksgiving, Almost all of them have been collaborators of Father Urfié during his passage in the Haitian community in Brooklyn from 1972 until 1986. Some of them live in Florida and understood the necessity to come and express their gratitude and solidarity with the musician doubled activist priest who was not content just to pray, to celebrate for them and helped them during his ministry in Brooklyn to have legal papers to live in the United States.

chorus-july 07-2013
Mr Yves Raymond one of the architects of the celebration of the 50th anniversary of priestly life of Father Yves in Brooklyn said a few words of congratulation to Father Jean Yves Urfié and took the opportunity to give him a plaque on behalf of the Haitian community of Brooklyn. A reception was held at the end of the Mass in honor of Father Yves Urfié.

Marie Fouche-7
The staff of the Bulletin of the National Center of Radio and TV Solidarity invites all his friends to CLICK on the links in this article to see the different parts of the Mass of the 50th anniversary of priestly life of Father Urfié or you can also blog: Solidarity Flash. we Have to add that the TV Solidarity will disseminate Mass 50th anniversary Saturday, July 13 at 7:00 PM
Brother Buteau (Brother Tob)
For The National Center

_________________________________
PELERINAGE AU SANCTUAIRE DE FATIMA A NEW JERSEY.

Le Dimanche 7 Juillet, plus de six cents personnes se sont rendues au sanctuaire dedié à Notre Dame de Fatima au nord de New Jersey. Depuis de très nombreuses années le Centre National de l’Apostolat Haitien convie les fidèles à cette rencontre mariale. Les fidèles viennent essentiellement de New Jersey et de Brooklyn et Queens. Généralement ce pélérinage a lieu le premier dimanche de Juillet.

Nous avons eu cette année un temps ensoleillé. Dès 10.45 a.m. la procession se mit en marche pour le jardin du Rosaire. En effet dans la très vaste cours de ce lieu saint tout un parcours est prévu pour la prière commune du Rosaire avec des statues représantant les scènes bibliques évoquées

par chacun des quinze mystères du Rosaire. Les dizaines se prient debout à chaque station. La foule ensuite se déplace en chantant jusqu’á la prochaine scène. Le chapelet fut bien animé par Soeur Juvenia et par de courtes et édifiantes réflexions interjectées par Mgr. Sansaricq.

Il a bien fallu une heure et demie pour la pieuse prière des quinze mystères du Rosaire. Enfants et vieillards mème ceux qui s’appuient sur une cane suivirent avec joie et ferveur cet exercice spirituel et sans se plaindre entreprirent la montée plutot raide vers la chapelle principale pour la messe du jour.

La messe fut animée par une excellente chorale de New Jersey sous la direction du compositeur et maestro Frederic Fils-Aimé. Dans sa prédication Mgr Sansaricq rappela les évènements des apparitions de la Vierge à Lucie, Jacinthe et Francisco en 1917. Le miracle de la dance du soleil à la vue de soixante dix mille personnes le dernier jour des apparitions donna un sceau de vérité au témoignage des enfants.

Le message de la Vierge aux enfants de Fatima est à la fois simple et frappant.

Ce fut un appel urgent à prier pour la conversion des pécheurs et leur retour aux sacrements.

Une recommendation spéciale à se confesser et à recevoir la Sainte communion tous les premiers samedis du mois est souvent ce que l’on associe à Fatima. Mais il y a bien advantage.

La Vierge permit aux enfants de jeter une bref regard sur l’enfer. Leur mission sera de rappeler au monde que la condamnation éternelle n’est pas une fable à faire peur mais une réalité menacante.

L’annonce d’une deuxième guerre mondiale plus terrible que celle de 1914 fut également faite. Tout le monde connait les horreurs de la seconde guerre mondiale de 1939 à 1945.

La Vierge insista beaucoup sur l’importance de prier pour la conversion de la Russie. La Russie joue dans le monde un role considérable. Sa conversion à la vérité de Jésus aurait sur la terre entière un impact considérable.

Trop souvent, les gens prient et recoivent la communion sans faire l’expérience d’une conversion profonde. Ce pélérinage nous presse de passer d’une religiosité superficielle à un engagement plus

résolu à Jésus, Dieu-fait-homme Sauveur d’un monde recalcitrant.

Last Sunday July the 7th, the National Center conducted its annual Pilgrimage to the Shrine of Our Lady of Fatima located in north New Jersey. Buses of faithful coming from various areas of Brooklyn, Queens, Far Rockaway and New Jersey flocked to the site. Many families came also by car.

This mountain site comprises many acres of well groomed land. Every single scene of the Rosary is represented by statues placed at short distance of each other. Around 11 am the people were called to go in procession and pray the Rosary with a stop at each station. While the decade is prayed they can look at the biblical scene to stimulate their prayerfulness. Appropriate hymns were sung between the stations. This very prayerful and lively exercise lasted for more than one hour and a half. Then the mass started.

A beautiful choir from New Jersey sustained the prayer of the crowd.

Let’s remember that Our Lady appeared to 3 children in Fatima, Portugal in 1917. On the last day of the apparitions, a stunning sign was witnessed by the 70 000 people who were assembled on the site as Lucy had announced that a tremendous sign would be given. The sun began to roll around the sky in an absolutely stupendous fashion.

The message of Our Lady at Fatima is simple yet profound.

She asked the children to call the world to repentance. She recommended that people everywhere make a habit of receiving Holy Communion on the first Saturdays of the month after going to confession.

She allowed the children to take a glimpse of Hell to remind the world that this place of eternal punishment really exists.

She foretold them that another ferocious world war would occur if people refuse to repent.

She also insisted that we pray for the conversion of Russia.

Essentially she made it clear that sinful ways lead to disaster.

These are lessons that we Haitians should never forget.

National Center

Pastorale Haitienne de l’archidiocèse de Washington un nouveau Prêtre-Hatian Pastoral of Washington a New Priest

Au revoir & Bienvenue

Chers amis de partout,

Pour parodier le grand poète français André Malraux : « S’il est bon d’être ensemble, il est toutefois dur de se séparer. » En effet, depuis le 15 Juin 2007 j’ai été assigné Chapelain pour conduire dans la foi la Communauté Catholique Haïtienne éparpillée dans la Région Métropolitaine de Washington DC, aujourd’hui les responsables de l’Archidiocèse de Washington se voient accepter de se plier devant la décision de Port-au-Prince de me ramener au bercail pour continuer à servir l’Eglise dans mon pays natal. Toutefois, si la Communauté Haïtienne se sent toucher, d’une certaine façon, par ce déplacement, elle est vite réconfortée en la personne du Rév. Père Mike Petit Homme, le curé fondateur de la paroisse de Notre-Dame des douleurs à Fessard en Haïti. Il sera officiellement installé dans la Communauté le Samedi 20 et Dimanche 21 Juillet 2013.

En cette circonstance, je voudrais prendre le temps pour adresser mes remerciements et ma profonde reconnaissance aux Frères Capucins, à la Communauté du Sacré-Cœur, de Saint Camillus, de Notre-Dame des douleurs, à l’Ambassade d’Haïti, aux différentes institutions et organisations œuvrant dans la Région, au Staff du centre National de l’Apostolat Haïtien notamment Mgr Guy Sansaricq et Mr Buteau Espiegle, dit Brother Tob, à tous les confrères et fidèles amis de partout qui, d’une façon ou d’une autre, m’ont, supporté et aidé durant mon temps de ministère. Je vous avoue que je serai toujours reconnaissant de tout le geste d’amitié, d’appréciation et d’estime dont vous m’avez fait preuve. Maintenant, je recommande le Rév. Père Mike à votre bienveillante sollicitude. Je vous remercie d’ores et déjà de l’accueil que vous allez lui octroyer comme vous l’avez fait pour moi.

Que le Seigneur, par la Bienheureuse Vierge Marie, continue de nous garder en vie, en contact et en prière.

Avec reconnaissance,

P. Arsène Jasmin

Goodbye & Welcome

Dear friends from all over,

To parody the great French poet André Malraux: “While it is good to be together, but it is sad to separate. “Since June 15, 2007 I was assigned Chaplain to lead in faith the Haitian Catholic Community scattered throughout the Metropolitan Area of Washington DC, today the Leaders of the Archdiocese of Washington are being asked to comply with the decision of Port-au-Prince to bring me back in order to continue to serve the Church in my home country. However, if the Haitian community feels saddened in some way by this move, it is quickly comforted in the person of Rev. Father Mike Petit Homme, the founding pastor of the parish of Our Lady of Sorrows at Fessard in Haiti. He will be officially installed in the Community Saturday the 20th and Sunday the 21st of July 2013.

On this occasion, I would like to address my special thanks and my deep appreciation to the Capuchin Friars, the Community of the Sacred Heart, St. Camillus, Our Lady of Sorrows, the Embassy of Haiti, all the institutions and organizations in the Region, the Staff of the National center for the Haitian Apostolate including Bishop Guy Sansaricq and Mr. Buteau Espiegle (Brother Tob), to all colleagues and friends who, from one way to another, have supported and helped me during the time of my ministry. I promise that I will always be grateful for this gesture of friendship, appreciation and esteem that you have shown me. Now, I recommend Rev. Father Mike to your kind solicitude. I thank you beforehand for giving him the same welcome that you granted to me.

May the Lord, through the Blessed Mother, continue to keep us alive, in touch and in prayer!

Thankfully,

P. Arsene Jasmin

**********************************************

Aybobo pou Pè Urfié

Madame Mozart
Madame Mozart Guillaume

Pè Jean-Yves Urfié te fete 50yèm rekòt kafe depi li Pè jou dimanch 7 jiyè nan Pawas Sent Ogisten ki nan Bwouklin. Pèp Bondye ki nan lakou Nouyòk ak lòt kote te vin di Bondye mèsi pou Pè sa a ki pa pè denonse tout injistis ki anpeche nou viv kòm pitit yon sèl Bondye epi tou ki anpeche nou pataje richès tè a kòm sa dwa.

Li bon pou nou konnen Pè Urfié rive an Ayiti kom Pè nan mwa septanm 64 e li te gen kèk difilkite nan ministè li an Ayiti jiskaske Papa Dòk Divalye flanke li deyò ansanm ak anpil lòt Pè konsekan ki te kwè pa denonse rejim bout di Franswa Divalye a se te yon peche. Kom Pè Urfié di li gen peche pèsonèl e gen peche kolektif. Chak fwa ou fèmen bouch kont injistis nan sosyete a, se yon peche kolektif.

Apre Papa Dòk fin mete Pè Urfié deyò, li pa t dekouraje. Li vin Nouyòk nan lane 1972 pou yon lòt ministè avèk kominote ayisyen nan lakou Bwouklin. Li menm avèk Pè Antwàn Adriyen, Wilyam Smat ak Pè Emil Jako rive fonde Jounal Sèl kote yo te pibliye atik sou tout kalite sijè an kreyòl e yo te ouvè yon sant tou pou “boat people” ayisyen ki te prefere pran kanntè pou yo te chape poul yo anba rejim kraze zo Divalye a.

Pè Urfié pa t fè bak nan lit pou kontinye danse dans liberasyon an avèk kominote ayisyen an. Li fonde de gwoup kiltirèl ki rele Kalfou Lakay ak Krik Krak. Gwoup sa yo te ede jenn Ayisyen ki nan dyosèz Bwouklin dekouvri richès Kilti Ayisyen. Kote gwoup sa yo jounen jodi a? Gen anpil manm gwoup sa yo ki te nan mès 50yèm anivèsè a. Nan okazyon sa a, nou kapab di te gen anpil moun nan tout kouch sosyete ayisyen an ki te fè deplasman an. Nan asistans la, nou te kapab wè Michele Montas, ansyen Pòt Pawòl Sekretè Jeneral Nasyonzini e ansyen jounalis Radyo Ayiti Entè. Nan sèmon li, Pè Urfié te di jan li kontan pou li wè gen tout moun sa yo ki deplase vin di Bonsye mèsi avèk li. Li kontinye pou li denonse enjistis kont pèp ayisien an tankou rasis, moun k ap esplwate mizè pèp ayisyen pou yo vin pi rich, pwoblèm restavèk ak Jan Klod Divalye k ap byen viv an Ayti san li pa enkyete.

Yves Raymond, ansyen elèv Pè Urfié nan Ti Seminè Kolèj Sen Masyal e youn nan gwo achitèk 50yèm anivèsè a, te remesye Pè Jan-Iv nan fen mès la e li te profite pou li remèt Pè Jan-Iv yon plak nan non kominote a. Nou vle di Ayobo pou koral la ak mizisyen ki te jwe nan mès la. Seremoni a te fini ak yon gwo resepsyon.

Ansyen manm Lè Ayisyèn nan Nouyòk te nan mès la. Nou te gen chans wè Lionel Legros avek Daniel Huttinot. Men opinyon Daniel sou Pè Urfié ansanm ak de lòt ansyen manm emisyon radyo Lè Ayisyèn, “Nou asiste mès selebrasyon 50 lane depi Jean-Yves Urfié te sakre Pè. Nou pa te ka pa la lè nou sonje kantite lit nou mennen ansanm ak “Haitian Fathers” yo, isit lan kominote a. Sa te kòmanse an 1972 lè premye gwoup refijye yo te koumanse debake lan Miyami. Batay sa a te dire plizyè lane lan lari ak lan tribinal kote nou te rive rache plizyè gwo viktwa. Apre, se te lan KODDPA (Komite Defans Dwa Pèp Ayisyen) kote nou tap goumen kont diktati Divalye a. Youn lan bagay ki te fè nou sonje epòk sa a tou se anpil jenn fanm ak jenn gason ki te manm gwoup kiltirèl Kalfou Lakay ak Krik Krak ki te travay ak “Haitian Fathers” yo ki te la tou, sa ki soti byen lwen, pou yo vin salye Pè Urfié. Jounen jodi a, kominote a, jenn yo manke aktivite sa yo.”

Apre tout lane sa yo, nou rejwenn Pè Urfié ak menm lanmou li te toujou genyen pou peyi dAyiti, ak menm detèminasyon li te toujou genyen pou vansman lit pèp ayisyen an. Se sa ki fè li di lan sèmon li an teyoloji liberasyon an pa ka pa egziste lè gen lesklavaj toujou, lè jounen jodi a yo vle pou nou ta bliye sa ki te pase lan peyi a.

Malgre pwoblèm sante fè Pè Jean-Yves blije tounen viv an Frans, kòd lonbrit li rete mare ak peyi d Ayiti. Nou tout ka konprann pou ki yo rele li po lanvè.

Daniel Huttinot

ansyen manm emisyon radyo Lè Ayisyèn

Pè Jean-Yves, ou merite omaj sa a kominote a rann ou yè dimanch lan. Bilten Sant Nasyonal Apostola Ayisyen an kontinye ap di Ayobo pou Pè Urfié, yon Pè ki kwè rekonsilyasyon mache ak jistis e ki te batay pou kreyòl antre nan selebrasyon Ekaristik Dyosèz Bwouklin.

Frè Tob

La Communauté Haitienne de boston est en deuil

Le Personnel du bulletin du Centre National de l’Apostolat Haitien est triste de vous annoncer la nouvelle de la mort de Madame Carmel Pierre, la mère de notre sœur et amie Nikita Lamour née Pierre , une grande lectrice du bulletin du Centre National de l’Apostolat haitien à Boston

La regrettée Madame Pierre venait de célébrer une année sur son octogenaire le 4 juillet dernier. Le Centre National de l’Apostolat haitien à l’étranger presente ses sincères condoleances aux enfants de la regrettée Carmel : Nikita Lamour , née Pierre , Vladimir Pierre , Gardner Pierre , Nady Pierre

Rivard Pierre

Les dépouilles de la regrettée Madame Carmel Pierre ont été �exposées �Vendredi �12 Juillet de 5PM à 8PM

La messe funeraire de Madame Pierre a eu lieu le Samedi 13 Juillet à Boston

au Doherty Funeral Home 855 Broadway (Powder House Square) �Somerville, MA 02144

L’inhumation aura lieu à Mount Auburn Cemetery �(Lot 9706 – Andromeda Path)580 Mount Auburn St Cambridge, MA 02138

Les Prières de Monseigneur Sansaricq et du Père Yvon Pierre sont avec Nikita lamour et famille en ce moment de grande tristesse

Le Personnel du Bulletin du Centre National

********************************************************Docteur Paul Latortue en visite à New York

Dr Latortue

Le Personnel du Bulletin du Centre National tient à informer le peuple de Dieu que Docteur Paul Latortue, doyen de la Faculté d’’Administration

des Affaires à l’’Université’ de Porto Rico, était en visite à New York du 4 au 9 Juillet 2013.

Docteur Paul latortue profita de son passage pour nous appeler à Radio Télé Solidarité. De Porto Rico, Docteur Latortue fut en plusieurs fois

l’’invité du Professeur Étienne Thélémaque et de Brother Tob à Radio Télé Solidarité. Il a une Maîtrise en Finances et Marketing et un

Doctorat en Économie de l’Université de Porto Rico. Il est un des ambassadeurs de la communauté haïtienne de la diaspora.

Brother Tob

Dr. Latortue visiting New York

The staff of the Bulletin of the National Center wishes to inform the people of God that Dr. Paul Latortue Dean of the Faculty of Business Administration at the University of Puerto Rico visited New York from Thursday July 4th to Tuesday, July 9, 2013

Dr. Paul Latortue took advantage of his visit to call us at Radio TV Solidarité. From Puerto Rico Dr. Latortue was invited several times by Professor Etienne Thelemaque and Brother Tob at Radio TV Solidarité

Dr. Latortue has a degree in Finance and Marketing and a PhD in Economics from the University of Port-Au Rico. Dr. Paul Latortue is among the ambassadors of the Haitian community in the Diaspora

Brother Tob

************************************************************

Au Revoir Père Chacha et Bienvenu Père Nesly Jean Jacques
Pere Chacha-2
Pere Chacha

Pere Jean Jacques-2
Pere Nesly Jean Jacques
Le Père Romel Charelus de la congrégation des Pères Montfortains célebra sa messe d’adieu à la paroisse de Ste Brigide du diocese de Rockville Centre le dimanche 14 Juillet 2013. Il a un nouveau ministère en France. Il est remplacé par le Père Nesly Jean Jacques de la congrégation des Pères Montfortains. Le Père Jean Jacques est ordonné en l’année 2000 et il a l’air d’un prêtre très dynamique et spirituel
Un prêtre est toujours un missionnaire qui accompagne une communauté de foi pour un certain temps et qui aide ses fidèles à mieux connaitre Dieu et à decouvrir Dieu à travers leurs frères et soeurs.
La relation du Père Chacha avec le Centre National de l’Apostolat Haitien à l’etranger a été toujours cordial. Il fut aussi en plusieurs fois l’invité de Radio Télé Solidarité et nous pensons qu’il est un bon prêtre qui a suivi les traces de ses prédécesseurs de la congrégation des Pères Montfortains à la paroisse Ste Brigide. Sa messe d’Adieu sera diffusée sur les antennes de Radio Télé Solidarité à 6:00 Pm
Brother Tob
Goodbye Father Chacha and welcome Father Jean Jacques
Father Romel Charelus of the Congregation of the de Montfort fathers will celebrate his farewell Mass in the parish of St. Brigid the diocese of Rockville Centre on Sunday, July 14, 2013. He will move on to a new ministry in France. Father Chacha is replaced by Father Nesly Jean Jacques of the Congregation of Monfort Fathers. Father Nesly is very optimistic and he looks a very spiritual and dynamic priest

A priest is always a missionary who accompanies a community of faith for some time and that helps the faithful to know God better and to discover God through their brothers and sisters.

The relationship of Father Chacha with the National Center of the Haitian Apostolate has always been cordial. He was invited several times to Radio TV Solidarité and we think he is a good priest who followed in the footsteps of his predecessors the Montfort Fathers Congregation of the parish of St. Brigid. His Farewell Mass will be broadcasted on Radio TV Solidarite at 6:00 Pm

Brother Tob

***************************************************

Proverbes

1. Bèl pawòl pa vle di verite pou sa.

2. Barik vid toujou fè plis bri.

3. Belmè pa manman.

4. Jansiv te la avan dan

_____________________________________
Le pape m’a téléphoné. Ou plutôt il m’a retéléphoné.

pape m’a téléphoné. Ou plutôt il m’a retéléphoné. Je sens bien que cela ne fait pas très humble de dire ça, mais pour dire ce genre de chose, il n’existe pas d’euphénisme…

… C’est un privilège qui est tombé sur moi, et c’est peut-être pour cela que je dois le partager avec ceux qui sauront l’apprécier parce que, quand on met le bien en commun, il se multiplie.

« Douze pages. Une lettre de douze pages ! », s’est-il lamenté à propos d’une lettre que je lui avais écrite.

« Mais tu ne peux pas nier que je t’ai fait rire… », lui ai-je répondu.

Il a ri. Pour des raisons que personne ne peut expliquer, pas même moi, il tolère encore ma prose, comme il y a longtemps, quand nous étions professeur et étudiant. Je lui ai dit que j’avais commencé à lire l’encyclique Lumen Fidei et il a décliné tout mérite personnel. Il a commenté en disant que Benoît XVI avait fait la plus grande partie du travail, qu’il était un penseur sublime, inconnu ou incompris du plus grand nombre.

« Aujourd’hui, j’étais avec el viejo, le vieux… » Il l’a appelé comme ça, à l’argentine, avec ce caractère affectueux qui, chez nous, connote cette expression « nous avons beaucoup bavardé ; pour moi, c’est un plaisir d’échanger des idées avec lui ».

Et vraiment, lorsqu’il parle de Ratzinger, il le fait avec reconnaissance et tendresse. Il me fait un peu l’effet de quelqu’un qui a retrouvé un vieil ami, un ancien camarade de classe, de ceux qui réapparaissent de temps en temps, qui nous précédaient d’un ou deux ans à l’école et que, d’une certaine façon, nous admirions, avec peut-être les différences que le temps avait gommées, adoucies.

« Tu n’imagines pas l’humilité et la sagesse de cet homme », m’a-t-il dit.

« Alors, garde-le près de toi… », lui ai-je répondu.

« Je ne peux même pas m’imaginer renoncer au conseil d’une personne comme cela, ce serait stupide de ma part ! »

Je lui ai dit que la différence entre eux, c’était que lui, les gens le voyaient plus humain, ils pouvaient le toucher, ils pouvaient lui parler…

« Et pourquoi pas ? Bien sûr, il faut qu’ils puissent le faire ! C’est mon devoir de les écouter, de les réconforter, de prier pour eux, de leur serrer la main pour qu’ils sentent qu’ils ne sont pas seuls… », a-t-il insisté. Mais il m’a assuré que cela n’avait pas été facile de réussir à faire accepter cela par tous ceux qui l’entourent.

Il s’est mis à rire à nouveau quand je lui ai dit que si mes grands-parents Carrara étaient vivants et s’ils apprenaient que je le tutoyais, ils arrêteraient de prier pour moi et me considèreraient comme définitivement perdu. Eux, ils avaient l’idée d’un pape inaccessible, distant, la même image que leurs parents et grands-parents.

Et puis, il m’a répété : « Cela n’a pas été facile, Jorge, ici, il y a de nombreux “patrons” du pape et ils ont beaucoup d’ancienneté dans le service ».

Il m’a ensuite raconté que tous les changements qu’il a introduits lui avaient coûté beaucoup d’efforts (et, je suppose, des ennemis…). De tous ces efforts, le plus difficile avait été de ne pas accepter qu’on lui gère son agenda. C’est pour cela qu’il n’a pas voulu vivre dans le palais, parce que beaucoup de papes ont fini par devenir “prisonniers” de leurs secrétaires.

« C’est moi qui décide qui je vois, pas mes secrétaires… Quelquefois, je ne peux pas voir les personnes que j’aimerais, parce que je dois rencontrer ceux qui veulent me voir ».

Cette phrase m’a beaucoup frappé. Moi, qui ne suis pas pape et qui n’ai pas son pouvoir, je sens mon cœur battre plus fort quand j’attends un ami cher et que je ne sais pas bien si je vais donner la préséance à quelqu’un d’autre à sa place. Lui, au contraire, il se prive de la rencontre qu’il aimerait avoir pour être avec ceux qui le demandent. Il m’a dit que les papes avaient été isolés pendant des siècles et que cela n’allait pas, que la place du pasteur était avec ses brebis… Ensuite, nous avons parlé de deux ou trois questions personnelles.

Préoccupé, comme toujours, par la situation de son pays, il ne pouvait pas croire qu’on manque de blé pour faire le pain. Paradoxalement, je me suis souvenu de ces vers : « On ne peut mourir de faim/dans la patrie bénie du pain ». Il a acquiescé avec une certaine amertume, mais il n’a fait de commentaires sur personne.

À la fin, il m’a demandé, comme toujours, de prier pour lui. À vrai dire, nous étions encore en train de parler, et je ne voulais pas que ce soit moi qui conclue la conversation, quand, tout à coup il m’a dit : « Bon, à bientôt, ou plutôt à te lire. Au revoir. Porte-toi bien… et prie pour moi ».

Je suis resté le téléphone à la main. Et j’ai pensé : François m’a parlé, le pape m’a parlé. J’étais un peu confus. Heureusement, je me souviens encore de sa phrase : « Ne te prends pas trop au sérieux, Jorge, c’est simplement un ami qui t’a parlé ».

Jorge Milia, journaliste, écrivain, est un ancien étudiant du card. Jorge Mario Bergoglio

© Terre d’America

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s