Latest News-April 22

FOUTH SUNDAY OF EASTER (April 22nd, 2018)

Acts 4, 8-12; Psalm 118; 1 John 3, 1-2; John 10, 11-18.                           

 

                                                                                   By +Guy Sansaricq

 

The glow of the risen Christ still illumines our hearts. Today we are told a story that brings to light the effects of Jesus’ resurrection on the Church. St Peter in the name of Jesus heals a crippled man. When people stunned by this mighty deed looked with wonder at this simple fisherman he candidly explains that the power he displays belongs to the Risen Lord. Then he proclaims: “There is no other name under heaven given to the human race by which we are to be saved.”  Yes, the Church now acts in the name of Jesus. Yes even now, we already enjoy a share in his life, his power and victory.

 

The image of the GOOD SHEPHERD used in today’s Gospel further develops this theme. Jesus cares for his sheep as a shepherd for his flock. He protects us from the wolf that is from Satan who seeks our ruin. He wants us to preserve our UNITY as ONE FLOCK belonging to ONE SHEPHERD.  The division of Christians is declared to be an unsurmountable obstacle to the conversion of the world. We are God’s children now. We have to show the world that God’s children live in unity not in discord. The division of Christians into twenty thousand denominations is a scandal and a betrayal of the Gospel.

 

May Peter’s words in the first reading remain engraved in our minds: “There is no salvation through anyone else by which we can be saved except through JESUS. ” 

 

QUATRIÈME DIMANCHE DE PAQUES (22 AVRIL 2018)

 

 

La merveille de la Résurrection remplit nos coeurs d’allégresse. Dans la première lecture du jour, nous voyons Pierre guérir un paralysé. A la foule étonnée il déclare avec force qu’il n’a pu accomplir cet acte de grandeur que par la force du Christ Ressuscité. “Il n’existe aucun autre Nom sur terre par lequel s’obtient le salut.” La pierre que vous avez pensé rejeter est devenue la pierre d’angle!  Eloquente déclaration qui doit raffermir et enflammer notre foi!

 

Comprenons le, la puissance que possédait le Christ de son vivant est maintenant transmise à l’Eglise. Au Nom du Christ, de pauvres hommes accomplissent sa Mission de prophète, de prètre et de Sauveur. Ils peuvent pardonner les péchés et dispenser la grace.

 

Dans l’Evangile Jésus se décrit comme le BON BERGER qui nous protège des assauts des loups dévorants et qui donne sa vie pour ses brebis. Jésus demande aux apotres de ne former qu’un seul troupeau derriere un SEUL PASTEUR. La division des Chrétiens en dix-mille denominations est un scandale faisant obstacle au plan de Dieu. Arriverons-nous à le comprendre? Nous sommes enfants de Dieu! L’unité non pas la discorde doit ètre notre marque d’identité.

 

Gravons dans nos esprits les mots de St Jean “Si le monde ne nous reconnait pas c’est parce qu’il n’a pas connu Jésus.” Croire en Jésus, c’est croire en l’Eglise une, sainte, indivisible.

L’unité des chrétiens en une seule église est une exigence incontournable de l’Evangile!

Bishop Sansaricq

 

 

 

Pensée de la Semaine: Chercher à humilier un adversaire, c’est avouer qu’on se sent incapable de le convaincre.

Thought of the Week: To seek to humiliate an adversary is to admit that one feels unable to convince him.

Pensamiento de la semana: buscar humillar a un adversario es admitir que uno se siente incapaz de convencerlo.

 

 

Esther B. Cajuste , Presidente de l’Association  des Avocats Haitiens Americains de New York est membre du Comité Central du projet de la Contribution des Haitiens aux États Unis

 

Le Projet du Centre National de l’Apostolat Haitien à travers la Radio Telé Solidarité de produire un documentaire et d’ecrire un livre sur la Contribution des Haitiens aux États Unis continue de recevoir le support de l’Association des Professionnelles Haitiennes des États Unis. L’avocate Esther B. Cajuste, Presidente de l’Association  des Avocats Haitiens Americains de New York  a rencontré Monseigneur Guy Sansaricq, directeur du Centre National de l’Apostolat Haitien et de la Radio Telé Solidarité le Samedi 14 Avril 2018 à la Radio Telé Solidarité pour discuter cet ambitieux projet. Elle a promis à Monseigneur Guy Sansaricq son support et a accepté d’être l’un des membres du comité Central de ce projet. Rappelons que l’Avocate Esther B. Cajuste, Presidente de l’Association  des Avocats Haitiens Americains de New York a  obtenu son baccalauréat ès arts en sociologie avec une mineure en études psychanalytiques du Boston College et son doctorat en droit de l’American College of Law de Washington (WCL) DC. Elle a été trésorière de la BLSA, Criminal Justice Defense Clinic, et en tant que rédactrice en chef de marketing pour The Modern American – la seule publication à la WCL consacrée à la diversité dans la loi.

Il est important de souligner que L’expérience la plus marquante d’Esther en matière de faculté de droit a été en tant que chargée de cours auprès du programme d’alphabétisation constitutionnelle Marshall-Brennan, où elle a enseigné le droit constitutionnel et pénal aux élèves des écoles secondaires du centre-ville. Après l’obtention de son diplôme, Esther a été sélectionnée comme boursière émergente de la Fondation Stoneleigh pour faire des recherches sur les droits éducatifs des enfants vivant dans l’itinérance à Philadelphie . Esther plaida devant le tribunal de la famille de Queens, où elle représentait des parents impliqués dans des affaires de maltraitance et de négligence. Elle est autorisée à exercer à New York et au New Jersey. Actuellement, Esther est assistante juridique pour le juge Robert R. Reed à la Cour suprême de justice civile de New York. Elle fait partie du groupe de travail sur les femmes dans les tribunaux du New York City Bar.

Les membres du comité Central commencent deja à travailler pour l’avancement de ce projet qui est un grand defi pour toutes les composantes de la Société Haitienne des États Unis.   Bishop Sansaricq est très fier d’avoir Esther dans le Comité Central et souhaite à Esther la plus cordiale bienvenue dans ce comité en ces mots:

Dear Ms. Cajuste:

Thank you very much for accepting to join this GOOD DEED project.  As we strive to upgrade the image of our Haitian immigrants to the US, a service is rendered to the Haitian Community. I view your collaboration as a blessing. Justice is served when Truth is restored! With your very qualified assistance, I look forward to a successful conclusion of our common project.

+Guy Sansaricq, Current Director of the Haitian Apostolate.

Brother Tob

Esther B. Cajuste, President of the Association of American Haitian Lawyers of New York is a member of the Central Committee of the project of the Contribution of Haitians in the United States

 

The Project of the National Center of the Haitian Apostolate through Radio Telé Solidarité to produce a documentary and to write a book on the Contribution of Haitians to the United States continues to receive support from the Association of Haitian Professionals of the United States. Lawyer Esther B. Cajuste, President of the Association of American Haitian Lawyers of New York, met with Bishop Guy Sansaricq, Director of the National Center of the Haitian Apostolate and Radio Telé Solidarité on Saturday, April 14th 2018 to discuss the above mentioned project. She promised her support and agreed to be one of the members of the Central Committee overseeing the step by step unfolding of the project. .

 

Attorney Esther B. Cajuste, President of the Association of American Haitian Lawyers of New York obtained her Bachelor of Arts in Sociology with a minor in Psychoanalytic Studies from Boston College and her PhD in Law from the American College of Law from Washington (WCL) DC. She was treasurer of BLSA, the Criminal Justice Defense Clinic, and marketing editor for The Modern American – the only WCL publication on diversity in the law.

It is important to note that Esther’s most outstanding law school experience has been as a lecturer with the Marshall-Brennan Constitutional Literacy Program, where she taught constitutional and penal law to high school students from downtown. After graduation, Esther was selected as an Emerging Scholar by the Stoneleigh Foundation to research the educational rights of children living in homelessness in Philadelphia. Esther pleaded in the Queens Family Court, where she represented parents involved in mistreatment and neglect cases. She is licensed to practice in New York and New Jersey. Currently, Esther is a legal assistant to Judge Robert R. Reed at the Supreme Court of Civil Justice in New York. She is a member of the New York City Bar Working Group on Women in the Courts.

The members of the Central Committee are already starting to work for the advancement of this project which is a great challenge for all components of the Haitian Society of the United States. Bishop Sansaricq is very proud to have Esther on the Central Committee and wishes Esther the warmest welcome to this committee in these words

Dear Ms. Cajuste:

Thank you very much for accepting to play a key role in the implementation of the above mentioned project which we can call a GOOD DEED and an act of justice.

With your expert collaboration, I look forward to a successful conclusion of our common objective. We need to bring to light the remarkable achievements of our immigrant Haitian community and inspire all to do more and better in the future!

+Guy Sansaricq, Current Director of the Haitian Apostolate.

Brother Tob

 

Visite du Professeur Marie Edeline Hyppolite à Radio Telé Solidarité

 

Professeur Marie Hyppolite a visité la Radio Telé Solidarité le Samedi 14 Avril 2018. Bishop Guy Sansaricq etait très heureux de rencontrer cette femme remarquable de la Communauté Haitienne qui est une grande lumière pour les jeunes qui croient aux études. Professeur Hyppolite est l’ancienne présidente du chapitre de l’Association des Infirmières Haitiano Americaines de  Greater New York.

 

Marie Hyppolite  est originaire d’Haiti. Elle est entrée aux États Unis très jeune et  a vite compris la necessité de prendre ses études très au serieux. Diplomée en soins infirmiers  depuis 30 ans et elle est maintenant professeur des soins Infirmiers  à l’université de Long Island.

Le Personnel  de la Radio Telé Solidarité profita de la visite  du professeur Hyppolite pour lui accorder un entretien à la radio Telé Solidarité.  Dans son entretien elle nous parla de sa formation académique  et son expérience comme infirmière depuis 30 ans  Elle continua  pour nous parler de l’association des Infirmières Haitiano Américaines des États Unis(HANA) qui a 7 chapitres. L’association des Infirmières Haitiennes est parmi les grandes Associations professionnelles Haitiennnes des États Unis.

 

La 7ème Convention Annuelle de cette Association aura lieu du 11 au 14 Juillet 2018 en Haiti

 

Marie Hyppolite nous fit savoir que l’association des Infirmières Haitiennes fut fondée en Floride en 1982 et selon elle plus que 2000 Infimières Haitiennes  exercent leur profession aux États Unis. ces courageuses femmes apportent une grande contribution au service de la Santé des États Unis. Beaucoup d’entre elles   comprennent la necessité d’aller à l’école pour avoir leur maitrise et même leur doctorat en soins  infirmiers. Plusieurs d’entre elles sont professeurs de soins infirmiers dans plusieurs collèges et Universités des États Unis.

Marie Hyppolite a promis à Monseigneur Guy Sansaricq son support pour le projet de produire un documentaire et d’écrire un livre  sur la Contribution des Haitiens aux États Unis. Elle exhorta  tous les professionnels Haitiens de supporter ce projet. Pour écouter son entretien clicquer sur ce lIen: https://youtu.be/ugpZsUp5bl4

Brother Tob

 

Visit of Professor Marie Edeline Hyppolite to Radio Telé Solidarité

 

Professor Marie Hyppolite visited Radio Telé Solidarité on Saturday, April 14, 2018. Bishop Guy Sansaricq was very happy to meet this remarkable woman of  the Haitian community who is a great light for young people who believe in education. Professor Hyppolite is the former president of the chapter of the Greater New York Haitian Nurses Association.

 

Marie Hyppolite is from Haiti, she entered the United States very young. She understood the need to take her studies seriously. She has been a nursing graduate for 30 years and is now a Professor of Nursing at Long Island University.

The Staff of Radio Telé Solidarité took advantage of Professor Hyppolite’s visit to  interview her on Radio Telé Solidarité. In her interview she spoke about her academic background and her experience as a nurse for 30 years. She continued to talk about the United States Haitian Nurses Association of the United States (HANA) which has 7 chapters. The Haitian Nurses Association is one of the largest Haitian professional associations in the United States. The 7th Annual Convention of the Haitian Nurses Association of the United States will take place in Haiti from July 11 to 14, 2018.

 

Marie Hyppolite informed us that the Haitian nurses association was founded in Florida in 1982 and according to her there are more than 2000 Haitian nurses who practice their profession in the United States. These courageous women make a great contribution to the service of the health system of the United States. Many of them understand the need to go to school to get their master and even doctorate in nursing. Many of them are nursing professors at several colleges and universities in the United States

Marie Hyppolite promised to Bishop Guy Sansaricq her support for the project of producing a documentary and writing a book on the contribution of Haitians to the United States. She urged all Haitian professionals to support this project. To listen to the interview click on this lien: https://youtu.be/ugpZsUp5bl4

 

Brother Tob

Dr Mirlande Geiselman, l’une des femmes remarquables de la communuté Haitienne de Long Island.

 

 

Dr Mirlande Geiselman l’une des femmes remarquables de la communauté Haitienne de Long Island NY est l’un des membres du Comité Central  du projet  du Centre National de L’Apostolat Haitien de produire un documentaire et d’écrire un livre sur la contribution des Haitiens aux États Unis. Elle accorda un entretien à la Radio Telé Solidarité le Samedi 14 Avril 2018. Docteur Geiselman est une grande lumière pour les jeunes de la Communauté Noire des États Unis. Elle est connue comme une femme de forte personnalité ayant un grand amour pour les études.

 

Docteur Mirlande est née à Port-au-Prince, et est entrée aux États Unis à l’age de 12 ans. Comme beaucoup de jeunes de son age elle se donna aux études et decrocha un Doctorat en Pharmacie. Elle continua à etudier pour devenir une avocate. Myrlande est une chrétienne de foi Catholque participant régulièrement à la messe du Dimanche. Elle est très engagéedans la Paroisse de Ste Anne à Brentwood.

Docteur Mirlande dans son entretien nous a parlé de sa formation intellectuelle et spirituelle et de son engagement dans la communauté Haitienne de Long Island. Elle exhorte les jeunes à etudier la pharmacie car selon elle c’est une très bonne profession au salaire interessant. Bien sur il y a aussi beaucoup d’opportunités  dans le secteur medical. Docteur Geiselman exhorte les jeunes à choisir ce secteur.

Dr Geiselman dans son entretien nous a parlé un peu du projet du Centre National de l’Apostolat Haitien à travers la Radio Telé Solidarité de produire un documentaire et d’écrire un livre sur la contribution des Haitiens aux États Unis. Avec les yeux de la foi nous croyons que le Seigneur va nous permettre de réaliser ce projet

 

Enfin Docteur  Geiselman commence deja à travailler pour faire avancer le Comité Central dans la bonne direction. Bishop Guy Sansaricq est très content d’avoir Dr Geiselman dans ce comité. Elle encouragea les professionels de la Communauté Haitienne des États Unis à prendre une part active dans ce projet qui vise à changer l’image de la communauté Haitienne. C’est sùr que ce projet exigera beaucoup de travail mais ensemble nous réussirons. Pour écouter l’entretien du Docteur Geiselman clicquer sur ce lien:  https://youtu.be/Q9_6lafTNiI

Brother Tob

 

 

Dr. Mirlande Geiselman, one of the remarkable women of the Haitian community of Long Island NY

 

Dr. Mirlande Geiselman, one of the remarkable women of the Haitian community of Long Island, is a member of the Central Committee of the project of the National Center of the Haitian Apostolate to produce a documentary and write a book on the contribution of Haitians in the United States. She granted an interview to Radio Telé Solidarité on Saturday, April 14, 2018. Dr. Geiselman is a great light for the young people of the Black Community of the United States. She is known as a woman of strong personality who has a great love for education.

 

Dr. Mirlande was born in Port-au-Prince. She entered the United States at the age of 12. Like many young people of her age she applied herself to her studies and earned a PhD in Pharmacy. She continued to study and became a lawyer. Myrlande is a practicing Catholic who attends Sunday Mass regularly. She is very involved in St. Anne’s Parish in Brentwood, Long Island. NY

 

Dr. Mirlande in her interview told us about her intellectual and spiritual formation and her involvement in the Haitian community of Long Island. She urged young people to study pharmacy because she said it is a very good profession that provides an interesting salary. Of course there are many opportunities in the medical field so Dr. Geiselman urges young people to also consider that field.

Dr. Geiselman in his interview told us a bit about the project of the National Center of the Haitian Apostolate through Radio Telé Solidarité to produce a documentary and write a book on the contribution of Haitians in the United States. With the Eyes of Faith we believe that the Lord will allow us to realize this project.

Finally Dr. Geiselman is already starting to work to move the Central Committee forward in the right direction. Bishop Guy Sansaricq is very pleased to have Dr. Geiselman on this committee. She encourages the professionals of the Haitian Community of the United States to take an active part in this project which aims at changing the image of the Haitian community. This project will demand much work but together we can and will succeed. To listen to the interview of Dr. Geiselman click on this link: https://youtu.be/Q9_6lafTNiI

 

Brother Tob

 

 

Cuba: Miguel Diaz-Canel désigné seul candidat pour succéder à Raul Castro

Le président Raul Castro (g) et le numéro deux de l’exécutif cubain Miguel Diaz-Canel lors de leur arrivée à l’Assemblée nationale, ce 18 avril 2018, à La Havane.Irene Perez/Courtesy of Cubadebate/Handout via Reuters.

Cuba se prépare à vivre l’après-Castro. C’est un moment historique, Fidel, puis Raul Castro, les deux frères ont dirigé l’île communiste depuis la révolution de 1959. Six décennies plus tard, le régime communiste est toujours au pouvoir, mais Raul va passer la main. Depuis ce mercredi matin 18 avril, les députés sont réunis pour plusieurs jours. Ils doivent nommer plusieurs personnalités à des postes clés, dont celui de chef de l’Etat. Officiellement, le successeur de Raul Castro ne doit pas être désigné avant au mieux demain jeudi, mais on ne peut pas dire qu’il y ait beaucoup de suspens : un seul candidat qui s’appelle Miguel Diaz-Canel.

Edition spéciale Cuba, vers la fin de l’ère Castro, ce jeudi 19 avril de 8h10 à 8h30 heure de Paris

Avec notre envoyé spécial à La Havane,  Romain Lemaresquier

Cette annonce confirme ce que tout le monde pensait depuis des mois, voire des années. Il faut dire que cette candidature est logique si l’on s’en tient à la Constitution cubaine. Miguel Diaz-Canel était jusqu’à présent vice-président du Conseil des ministres et du Conseil d’Etat. Il devrait logiquement être désigné président de la République de Cuba pour les cinq prochaines années.

Outre la présidence, d’autres désignations étaient prévues ce mercredi. Le poste de président de l’Assemblée cubaine a ainsi été attribué à Esteban Lazaro Hernandez, un Afro-Cubain, et c’est une femme qui a été élue au poste de vice-présidente de cette assemblée. Il s’agit d’Ana Maria Machado. Les deux ont été élus avec 100% des voix. Des choix qui ne sont pas anodins ici à Cuba.

Par ailleurs, il faut souligner tout de même une chose, ce processus d’élection et de désignation ne passionne pas les Cubains qui ne s’attendent pas vraiment à des changements, en tout cas à court terme.

Le retrait de la vie publique de Raul Castro a tout de même son importance. Cela marque lafin de la génération historique de la révolution cubaine à la tête de l’Etat.

Désormais, comme disent les Cubains, place à la jeunesse. Mais cette jeunesse est toute relative car celui qui est pressenti pour être désigné comme président fêtera tout de même ses 58 ans vendredi prochain. Un futur président qui devra se plier comme de coutume aux directives du parti communiste. Un parti qui restera encore dirigé par Raul Castro et ce jusqu’en 2021.

■ Reportage : la jeunesse cubaine, une génération apolitique

La politique cubaine ne passionne pas la jeunesse de ce pays qui avoue ne pas croire dans les promesses annoncées, tout comme ils se détachent également de la dissidence dont le travail n’a donné aucun résultat selon eux. Des jeunes qui ne souhaitent pas quitter Cuba, mais qui veulent tout même faire évoluer leur pays, mais d’une autre manière.

Si le nombre de jeunes Cubains qui quittent l’île reste encore aujourd’hui élevé, une autre partie de cette jeunesse souhaite au contraire rester sur place et tente d’améliorer son quotidien.

Pour Osmani, jeune étudiant, qui installe de manière plus ou moins illégale des relais internet chez des particuliers, il n’est plus question d’espoir aujourd’hui, mais d’action : « Moi je fais, j’aime agir, je n’attends pas. Selon moi ça ne vaut pas la peine d’attendre quoi que ce soit. Il faut agir dans ton domaine. Et c’est en agissant que tu changes les choses. »

Agir, c’est justement ce qu’a fait Julio, jeune journaliste indépendant qui a créé un média avec d’autres amis étudiants. Un média qui distille un discours bien différent de celui auquel sont habitués ses compatriotes.

« Depuis plus ou moins 4 ou 5 ans, il y a des choses intéressantes qui se passent à Cuba, dit-il.Les jeunes montent par exemple des projets dans le domaine de la communication ou de la presse qui ne sont pas affiliés aux médias nationaux et qui ne sont pas dans l’orbite de la presse qui a traditionnellement été faite par l’opposition politique, c’est-à-dire par les médias américains. »

Monter ce type de projet représente un danger vis-à-vis des autorités. Mais pour Julio, le simple fait d’être scruté par ces autorités est une forme de reconnaissance.

Cette jeunesse cubaine est très attachée à son pays et même si elle avoue être d’une certaine façon apolitique, ce n’est pas pour autant qu’elle reste les bras croisés comme l’explique Gerardo, jeune architecte qui a plein de projets en tête :

« Pour moi, le processus politique est indéchiffrable. Je sais qu’il existe, mais je ne parviens pas à voir ce qu’il se passe. Du coup je fais en sorte que cela ne m’affecte pas, je ne veux pas être préoccupé par ça ».

Le changement à la tête de l’Etat cubain est une désormais une réalité. Mais cette jeunesse n’attend pas grand-chose de son nouveau président, elle préfère au contraire agir pour améliorer son quotidien. Et selon elle, s’est ainsi que Cuba évoluera.

 

A la Une: passation de pouvoir à Cuba

Par Stefanie Schüler

 

Le premier discours officiel du nouveau président cubain, Miguel Diaz-Canel (G) à l’Assemblée nationale à la Havane, le premier vice-président, Salvador Valdes Mesa (C) et vice-président, Ramiro Valdez, le 19 avril 2018.©Marcelino VAZQUEZ/ACN/AFP

L’organe officiel cubain, Granma, a beau qualifier ce matin la désignation des nouveaux dirigeants de l’île de « processus d’émancipation qui continue », les journaux du reste du continent américain ne se font guère d’illusion :

« Rien ne change », prédit le quotidien colombien El Pais qui renvoie au déroulement de ce processus, par vote à l’unanimité : la preuve si besoin est, selon le journal, « qu’une petite faction continue de décider du destin de millions de personnes. Et que faut-il attendre de ce nouveau président, ce Miguel Diaz-Canel, dont la déclaration la plus osée était de se dire favorable à un ”socialisme prospère est durable ” ?Cuba ne changera pas. L’île restera une prison, avec à sa tête un régime totalitaire et intransigeant ».

De son côté le quotidien conservateur Excelsior du Mexique écrit : « La fin des Castro, la décadence du président vénézuélien Maduro, l’emprisonnement de Lula, les chutes des ex-présidents argentin et équatorien Cristina Kirchner et Rafael Correa pourraient bel et bien être les signes de la fin de règne continentale de cette gauche populiste qui a moralement et économiquement détruit une bonne partie de l’Amérique latine ».

Un journal local de l’Etat de Vermont aux Etats-Unis affiche tout de même un optimisme prudent. « Quoi qu’on en dise, la fin de l’ère Castro est une occasion de changement et Miguel Diaz-Canel a toutes les raisons de s’en saisir  », estime le Burlington Times. « La première réforme urgente concernant la monnaie cubaine ouvrira peut-être la voie à d’autres, comme le droit des paysans à posséder leur propres terres ou encore l’élargissement des autorisations pour la création d’entreprises privées », propose le quotidien local. « Certes, une réintroduction de la notion de libertés individuelles affaiblirait sans doute le contrôle du parti communiste. Mais, conclut le Burlington Timesles Cubains savent de toute façon que les solutions à leurs problèmes ne sont pas à chercher dans la mémoire éternelle de la révolution castriste, mais du côté du nouveau gouvernement du président Diaz-Canel ».

 

Funérailles de Winnie Mandela: bataille en coulisses entre l’ANC et la famille

Les funérailels de Winnie Madikizela-Mandela se sont retrouvées au centre d’une guerre entre la famille de la disparue et l’ANC.
© REUTERS/Philimon Bulawayo

En Afrique du Sud, après les hommages à Winnie Mandela, place aux polémiques. Tout au long de ce deuil national, il a été question de la relation entre l’icône de la lutte contre l’apartheid et son parti, l’ANC, dont elle a été une des leaders avant d’en être écartée à cause de sa réputation sulfureuse. Moins de 48h après ses funérailles nationales, on apprend que de nombreuses discussions ont eu lieu entre la famille Madikizela-Mandela et les partis politiques pour honorer la mémoire de la mère de la Nation.

En façade tout était parfait, samedi 14 avril, dans le stade d’Orlando. La famille Mandela, les grandes figures de l’ANC, des présidents étrangers et même des membres de l’opposition enchainent les discours devant 35 000 personnes. En arrière-plan, c’est tout l’inverse. La famille Mandela et l’ancien parti de la défunte se sont livrés à une véritable guerre pour l’organisation des funérailles.

La famille de la mère de la Nation ne voulait pas voir l’ANC participer à la cérémonie. Elle reprochait au parti de s’être débarrassé de sa plus grande combattante dans les années qui ont suivi la fin de l’apartheid.

Une cérémonie sous tension

Une volonté que l’ANC ne pouvait s’imaginer respecter, tant il lui était impossible de ne pas honorer l’une de ses figures historiques. Pour se faire une place dans le programme, le parti aurait forcé la main à la famille au terme de négociations de dernières minutes.

Résultat, une pression palpable lors d’une cérémonie quasiment monopolisée par l’ANC. Ce qui a valu à la formation ces mots aigres de la fille de Winnie, Zenani Mandela, à la tribune : « Pourquoi ont-ils attendu sa mort pour enfin dire la vérité sur ma mère » ?

Afrique du Sud: portrait intime de Winnie Mandela

Par Sabine Cessou

Winnie Mandela, en 1986.Gideon Mendel / AFP

 

L’ex-épouse de Nelson Mandela a traversé des épreuves dont elle est sortie la tête haute, mais pas intacte. Sa vie commune avec « Madiba » fut de très courte durée et son combat jalonné de peines, y compris physiques. Elle subit notamment une crise cardiaque à 34 ans, après 17 mois de tortures en prison. Harcèlement continuel par la police, interdictions diverses et variées, assignation à résidence, visites souvent refusées et toujours balisées au bagne de Robben Island : sa trajectoire de résistance a forgé sa personnalité, pour le meilleur et pour le pire.

L’histoire personnelle de Winnie Madikizela-Mandela est inextricablement liée à l’Histoire de son pays, comme pour nombre de Sud-Africains de sa génération. Ces cohortes de « unsung heroes », ces « héros inconnus », comme on les appelle en Afrique du Sud, ont tout sacrifié dans la lutte contre l’apartheid, comme Winnie Mandela mais de manière anonyme.

En phase avec « son peuple », la jeune femme timide des années 1950 est devenue, au fil des ans, un monument de la résistance. Avec ses forces, du caractère et beaucoup de détermination, et ses faiblesses : accordée trop facilement, sa confiance lui a valu bien des déboires. Vilipendée par la minorité blanche pour ses dérapages, à la fois crainte, respectée et critiquée au sein du Congrès national africain (ANC), elle est adulée de manière inconditionnelle par une majorité de Sud-Africains qui se reconnaissent en elle.

Noces politiques

La politique était déjà à l’arrière-plan, lors de sa rencontre avec Nelson Mandela. Lors de leur premier rendez-vous, en 1957 à Johannesburg, Winnie est une étoile montante, repérée par le magazine Drum en tant que première assistante sociale noire du pays, embauchée par l’hôpital de Baragwanath à Soweto, mais aussi pour sa beauté, dont elle n’est pas consciente.

ADVERTISING

inRead invented by Teads

Garçon manqué dans son enfance rurale en terre xhosa, la jeune femme se sent mal à l’aise ce jour-là dans une robe trop serrée pour elle, empruntée à une amie, et des chaussures à talons dont elle n’a guère l’habitude. Nelson l’emmène au Kapitaan, un restaurant indien du centre-ville de Johannesburg où il a ses habitudes. Elle manque de s’étouffer avec son curry, le plat épicé que lui recommande son flirt.

Intimidée, elle se sent comme une « petite fille », dira-t-elle plus tard à maintes reprises à ses différentes biographes, pour décrire sa relation avec « Madiba ». A 21 ans, face à cet avocat mobilisé pour les droits des Noirs, elle écoute bien plus qu’elle ne parle. Courtisée par d’autres, ce que sait très bien Mandela, elle se voit proposer la vie commune dès le départ.

Cet homme de 39 ans, charismatique et sûr de lui, a déjà trois enfants d’un premier mariage, et la rumeur lui prête de nombreuses conquêtes. Surprise et fascinée, elle ne peut pas dire non. Même si son père, Kokani Columbus Madikizela, un notable de la province du Transkei, la met en garde : elle subira la première, et de plein fouet, toutes les conséquences de son union avec un homme politique qui se trouve déjà dans le collimateur du pouvoir.

Initiation

« Je lui faisais la cour et je la politisais en même temps », écrit Nelson Mandela dans ses mémoires. Ses premiers mois de mariage prennent la forme d’une véritable initiation. Les fouilles nocturnes à domicile, affectionnées par la police, la font bouillir. Elle finance le ménage et la famille qui vit sous son toit :  elle-même, Fanny et Leabie, la mère et la sœur de Nelson, et par intermittence les trois enfants de son mari.

Elle les traite comme ses propres enfants, lesquels ne tardent d’ailleurs pas à naître. Son caractère rebelle commence à s’affirmer. Malgré l’avis contraire de Nelson, elle fait partie des 600 femmes noires qui protestent contre les « pass », les laissez-passer qui leur sont imposés. Elles seront arrêtées puis bouclées deux semaines en prison en 1958.

Au Fort de Johannesburg, elle évite la fausse couche de justesse, grâce aux soins d’Albertina Sisulu, l’épouse du meilleur ami de Mandela. Elle apprend à conduire, alors que très peu de femmes noires le font et qu’un nombre très limité de Noirs disposent d’une voiture. Nelson veille à ce qu’elle en ait une.

Elle résumera plus tard en ces termes son état d’esprit : « Pendant la courte période que j’ai passée avec lui, je n’ai pas tardé à comprendre avec quelle rapidité j’allais perdre mon identité à cause de sa forte personnalité. Vous vous fondiez tout simplement en un appendice de Mandela, sans nom et sans individualité propres : vous étiez la femme de Mandela, l’enfant de Mandela, la nièce de Mandela… Se développer à l’ombre de sa gloire était le plus simple des cocons pour se protéger du public menaçant ou pour renforcer votre ego éteint. Je m’étais promis que ce ne serait pas mon cas ».

« Qu’as-tu apporté au monde ? »

Le 30 mars 1960, dans le cadre de l’état d’urgence, quelques jours après le massacre de Sharpeville, Nelson Mandela est arrêté chez lui. En cet automne austral, Winnie se retrouve seule avec Zenani (« Qu’as-tu apporté au monde ? » en xhosa), son aînée, et bientôt enceinte. En prison et en procès, il n’est pas plus présent pour son second accouchement qu’au premier, ce qu’elle lui reproche amèrement. D’autant qu’elle subit des complications et que Nelson a un doute sur sa paternité. « Nous avons appelé notre nouvelle petite fille Zindziswa, comme la fille du poète xhosa Samuel Mqhayi, qui m’avait tant fait rêver, il y avait des années », confiera-t-il dans Longue marche vers la liberté (1994).

De retour après un voyage, le poète avait découvert que sa femme avait donné naissance à une petite fille. « Il ne savait pas qu’elle était enceinte et il avait cru que l’enfant avait un autre père. Dans notre culture, quand une femme donne naissance à un enfant, le mari n’entre pas dans la maison où elle est enfermée pendant dix jours. Mais le poète, trop furieux pour observer cette coutume, se précipita dans la maison avec une sagaie, prêt à en transpercer la mère et la fille. Mais, quand il regarda la petite fille et qu’il vit qu’elle lui ressemblait comme deux gouttes d’eau, il s’en alla en disant “U zindzinle”, ce qui signifie “Tu es bien établi”. Il l’appela Zindziswa, la version féminine de ce qu’il avait dit ».

Malgré ou en raison de ces turpitudes, le couple reste profondément uni. « L’amour que nous avons vécu auprès de lui, mes enfants et moi, je ne pense pas que nous le trouverions jamais ailleurs, confiera Winnie dans les années 1970. La compréhension, la foi, l’assurance qu’il vous donne – quand bien même la nation toute entière aurait sa part – vous font toujours sentir que vous occupez une place à part dans son cœur. Je savais, quand je l’ai épousé, que j’épousais la lutte, la libération de mon peuple. Mais dans les brefs moments que nous passions ensemble, il était très tendre ».

Femme de prisonnier

A la ferme de Rivonia, où se cache l’état-major de l’ANC, entré en clandestinité, Winnie vit des moments d’amour aussi intenses que fugaces. Nelson Mandela est finalement arrêté en 1963 puis jugé lors du célèbre procès de Rivonia, dans lequel il risque la peine de mort. Le jour du verdict, en juin 1964, Nelson lui adresse des sourires encourageants durant le procès. Mais, intransigeant, il plaide pour une société multiraciale et libre. « Un idéal » pour lequel il se dit prêt, « s’il le faut, à mourir ».

Lorsque le verdict tombe, la prison à vie, Winnie contrôle ses émotions. Elle garde une prestance remarquable… et remarquée. Devant les caméras de télévision, sur des images d’archives que l’on peut voir au Musée de l’apartheid à Johannesburg, elle sourit, le regard perdu dans l’infini, aux portes du tribunal. « L’effet, en cet instant de détresse, en a été sublime et presque triomphant », écrira Allister Sparks, un journaliste sud-africain de renom, à qui n’échappe pas la toute première acclamation populaire destinée à la « camarade Winnie Nomzamo Mandela ».

La suite est connue : l’histoire va faire de Winnie Mandela un animal politique à la hauteur et à la dimension de son illustre époux, dont elle va contribuer largement à la renommée. Elle en paye très cher le prix. Elle a droit à deux visites par an à Robben Island, qui vont en fait se limiter à une visite tous les deux ans au début, en raison des vexations infligées par les autorités.

Sa correspondance est censurée par l’administration pénitentiaire, qui biffe de gros traits noirs des passages entiers des lettres qu’elle adresse à son mari. Ce dernier garde précieusement dans sa cellule une photo de Winnie seins nus, en tenue traditionnelle, une lueur d’espoir dans son quotidien de prisonnier à perpétuité. Devenue fervente anglicane, elle prie à Johannesburg, aux côtés d’un prêtre qui lui fait suivre des retraites dans un prieuré.

Une dame ou une « amazone » ?

« Au lieu de se tourner vers l’ANC pour y trouver du réconfort et du soutien, elle se tourna vers d’autres hommes », affirme la journaliste britannique Emma Gilbey dans une biographie à charge intitulée The Lady: The Life and Times of Winnie Mandela (Jonathan Cape, 1993). En réalité, elle prend surtout appui là où elle peut, et tend déjà à rendre les coups qu’on lui inflige. En octobre 1964, quand elle apporte à manger à un militant en prison, un gardien qui ne la reconnaît pas lui casse un bras en la prenant pour la petite amie noire d’un prisonnier indien.

Lorsqu’elle veut s’habiller lors d’un énième raid policier nocturne qui la surprend en chemise de nuit, elle tient en respect le policier blanc qui fait intrusion dans sa chambre alors que sa jupe n’est pas boutonnée. Elle le flanque à terre, et un meuble entraîné dans la chute lui casse une vertèbre. Elle sera jugée pour avoir résisté aux forces de l’ordre. Son avocat, Me George Bizos, obtient l’acquittement après lui avoir conseillé de se comporter devant la cour « comme une dame et non pas comme une amazone ».

Assignée à residence, interdite de quitter Orlando West à Soweto, licenciée de tous ses emplois, elle devient teinturière, apprentie journaliste, vendeuse dans un magasin de chaussures. Et doit se battre pour la scolarité de ses filles, renvoyées de toutes les écoles à la suite des pressions de la police. Elle se résigne à les envoyer dans un pensionnat au Swaziland, financé avec l’aide des amis de la famille. Arrêtée en mai 1969 pour avoir imprimé des tracts de l’ANC, elle est jetée dans un « panier à salade » devant ses filles apeurées, alors en vacances.

L’apprentissage de la violence

Elle craquera sous la torture en prison, se fera traiter de « vendue » par ses co-détenus, avant d’être dévastée par la nouvelle de la mort dans un accident de voiture de Thembi, le fils aîné de Mandela, qu’elle considère comme son enfant. Des messages de soutien lui parviennent, et les prisonniers l’appellent « Mama Wethu », « mère de la Nation », pour la remonter. La femme qui sort de prison 17 mois plus tard est radicalement transformée par son traumatisme.

« Aujourd’hui, dira-t-elle dans les années 1980, je sais que, si quelqu’un m’affrontait l’arme à la main, je tirerais sur lui pour la défense de mes principes. Voilà ce qu’ils m’ont appris. Jamais je n’y serais parvenue toute seule. Je ne cache pas qu’aujourd’hui, j’irais de bon cœur arroser de mon sang l’arbre de la liberté, si c’est le prix qu’il faut payer pour que les enfants que j’élève ne connaissent pas la vie que j’ai eue. Ce sont eux qui ont généré cette amertume qui est en nous. Nous voulons y mettre fin et, si besoin est, nous emploierons leurs méthodes à eux, car c’est le seul langage qu’ils comprennent ».

En 1970, elle a droit à sa cinquième visite en six ans à Robben Island. Au retour, son cœur lâche. Elle a 34 ans et vient de faire une crise cardiaque. Elle retournera en prison d’octobre 1974 à avril 1975, dans la ville de Kroonstadt, pour avoir simplement commis le délit d’avoir reçu un ami de la famille pour déjeuner. Rendue responsable, à tort, des émeutes écolières de Soweto en 1976, elle sera bannie en 1977 à Brandford, dans un township rural situé à 400 kilomètres de Soweto. Sa fille cadette, Zindziswa, l’y accompagne, la soutenant moralement et trouvant dans sa mère une amie qu’elle ne quittera plus jamais. Elle fait office à la fois de camarade de lutte armée, d’attachée de presse et de « filtre » pour avoir accès à elle.

Lorsqu’elle retourne à Soweto en 1985 en pleine campagne Free Mandela, elle est devenue un leader politique à part entière. Une femme qui a connu la dépression et s’est éloignée au fil des ans de son époux, avec lequel elle ne partage pas le même sens politique du compromis. Ce qu’elle lui reprochera à mots à peine couverts, comme toute l’Afrique du Sud noire. En 1986, alors que Mandela entame des négociations en secret avec l’ennemi, elle menace d’enflammer le pays avec « nos boîtes d’allumettes », allusion au supplice du collier de feu infligé aux informateurs de la police, réels ou supposés.

« Que Dieu me pardonne pour ne pas lui avoir pardonné »

Sa popularité et son franc-parler représentent à la fois son principal atout et sa plus grande faiblesse. Elle se sent tout permis, ce que lui reproche dans les années 1980, entre autres, une autre militante anti-apartheid, Albertina Sisulu, qui voit en elle un franc-tireur aussi incontrôlable qu’indiscipliné. Elle est approchée, voire manipulée, par de nombreuses personnes intéressées, parmi lesquelles des informateurs de la police, dont elle paiera pour les agissements violents au sein de sa milice, le Mandela United Football Club (MUFC).

Mais elle ne lâche rien : ni un pardon devant la Commission vérité et réconciliation en 1997, malgré la supplique de Desmond Tutu, ni le moindre regret. La dernière vidéo d’elle, qui circule de manière virale en Afrique du Sud et diffusée peu avant sa mort avec l’aval de sa fille Zindziswa, qui y figure également, la montre plus ferme que jamais : « J’écumais de rage. Jusqu’à ce jour je demande à Dieu de me pardonner pour ne pas lui avoir pardonné. Il agissait pour le public, pour une stratégie de communication, me suppliant de dire que j’étais désolée. Je n’allais pas dire désolée comme si j’avais été responsable de l’apartheid. Comment a-t-il pu oser, vraiment ? »

CHRONOLOGIE ET CHIFFRES CLÉS

Face au racisme, opposer la résistance des mots et de la citoyenneté – ENTRETIEN avec Rokhaya Diallo

Photo: Alban Mendes de Leon/ONU Info (capture d’écran)

Rokhaya Diallo, journaliste, écrivain et militante antiraciste française d’ascendance africaine lors d’un entretien avec ONU Info au siège des Nations Unies à New York.

 

Droits de l’homme

En mars 2018, Rokhaya Diallo, s’est rendue au siège de l’ONU à New York, à l’invitation du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH). ONU Info l’a rencontrée.

Aux côtés du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, et de Jesse Jackson, figure des droits civiques aux Etats-Unis, Mme Diallo, journaliste, écrivain et militante antiraciste française d’ascendance africaine a participé à la commémoration de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale (21 mars) et de la Décennie internationale pour les personnes d’ascendance africaine (2015-2024).

Racisme, violences policières, discrimination à l’encontre des étrangers, indifférence face à la tragédie des migrants : Rokhaya Diallo est sur tous les fronts des combats contre les injustices touchant les personnes d’ascendance africaine ou tout simplement d’origine étrangère.

La visite de Mme Diallo à l’ONU s’est produite une semaine après l’assassinat de Marielle Franco, une élue brésilienne de Rio de Janeiro et activiste féministe, des droits LGBT, antiraciste qui a dénoncé les violences policières à l’encontre des minorités.

« Marielle Franco a dénoncé les institutions et il est fort probable que sa mort soit la conséquence de la dénonciation de ce racisme institutionnel », a déclaré Rokhaya Diallo dans un entretien accordé à ONU Info.

« Beaucoup de jeunes gens meurent parce qu’ils sont exposés à des préjugés »

Lors d’une précédente intervention aux Nations Unies à Genève en novembre 2017 toujours à l’invitation du HCDH, Rokhaya Diallo avait dénoncé ce qu’elle a qualifié de « racisme d’Etat » dans de nombreux pays d’Europe et des Amériques. La journaliste avait alors déclaré qu’une « grande partie du racisme de nos sociétés est produite par nos Etats, notamment par le biais de violences policières ».

« Beaucoup de jeunes gens meurent en fait tout simplement parce qu’ils sont exposés à des préjugés qui font qu’ils sont beaucoup plus contrôlés que le reste de la population et brutalisés davantage », a déploré Mme Diallo. « Aujourd’hui, beaucoup d’Etats ne garantissent pas le fait que la police joue son rôle tout simplement en protégeant tous les citoyens de manière égale et en ne considérant pas qu’une partie de la population, du fait de son afro descendance, est une menace », a souligné l’auteur d’un ouvrage intitulé ‘Racisme : mode d’emploi’.

« Malheureusement, dans de nombreux pays dans le monde, notamment là où elles sont minoritaires, les personnes d’ascendance africaine lorsqu’elles voient des personnes qui portent l’uniforme de la police – des personnes censées les protéger – elles ont peur parce qu’il y a beaucoup trop de personnes qui sont mortes entre les mains de la police », a dit Mme Diallo, citant des exemples aux Etats-Unis et en Europe.

Pour Rokhaya Diallo, le meurtre de Marielle Franco souligne l’importance de faire de la sécurité des personnes issues des minorités, en particulier des femmes, une question prioritaire.

« Sur internet, lorsque les femmes des minorités s’expriment, elles sont harcelées. Certains groupes d’extrême droite se mobilisent pour les pousser à sortir du champ de l’expression publique », a déclaré Mme Diallo qui a reçu et continue de recevoir des menaces de mort et d’appel au viol sur les réseaux sociaux. Des menaces qui l’ont poussé à réaliser un documentaire consacré aux ‘Réseaux de la haine’.

Pour la journaliste, les formes de violences sont multiples et ne se limitent pas aux agressions physiques. « Il y a des violences qui sont absolument abominables et tragiques comme celle qu’a subies Marielle Franco, mais il y a aussi des violences qui visent tout simplement à délégitimer certaines paroles, à restreindre leurs prises de parole, en les démotivant, en les décourageant », a-t-elle ajouté.

Photo UNICEF/Claudio Versiani

Des étudiants regardent un spectacle sur la discrimination réalisé par leurs camarades à l’école Barros Barreto, à Salvador, au Brésil.

« Il y a une vraie difficulté à accepter le changement de visages »

Le 20 mars, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé l’ensemble des citoyens à « toujours tenir tête aux dirigeants qui propagent leur vision toxique de la supériorité raciale – surtout lorsque ces derniers utilisent un ‘langage aseptisé’ pour dénigrer les migrants et les étrangers ».

Les personnes de couleur confrontées à de tels dirigeants politiques n’ont pas la vie facile, reconnait Mme Diallo. « Il est difficile de faire émerger des voix contre les dirigeants qui ont un pouvoir légitime lorsqu’ils sont producteurs d’un discours raciste », a-t-elle dit. « Ce que l’on peut faire, c’est peut-être solliciter les instances internationales et faire parler de ce qui se passe dans notre pays à l’étranger », a ajouté Mme Diallo qui voyage régulièrement hors de France pour partager son expérience dans la lutte antiraciste.

Au 21e siècle, les personnes d’ascendance africaine rencontrent toujours des difficultés à être reconnues comme des citoyens à part entière. « Dans les pays européens, qui sont des pays de longue histoire, et bien il y a une vraie difficulté à accepter le changement de visages, tout simplement », a déclaré Rokhaya Diallo qui a elle-même fait l’expérience de l’altérité dans son propre pays et fondé une association ‘Les Indivisibles’ pour lutter contre les discriminations et les préjugés subies par les personnes au physique non-européen. « Je suis née en France. J’ai grandi en France. Et je fais partie de ces Françaises et de ces Français auxquels on demande constamment d’où ils viennent, en imaginant que la réponse va être une provenance, un pays étranger ».

« Je ne suis pas venue en France, j’y ai toujours vécu, et j’y ai grandi. Je ne connais pas pour le coup d’autres pays », a dit la journaliste. « Il est important d’accepter l’idée que la France cela peut être aussi bien Inès de la Fressange et Catherine Deneuve que des gens qui me ressemblent, qui ont la peau noire, qui sont originaires d’Asie, d’Afrique subsaharienne, du Maghreb. C’est la France et c’est la même chose pour l’Europe ».

Photo: Patrick Newman/ONU Info (capture d’écran)

Rokhaya Diallo, journaliste, écrivain et militante antiraciste française d’ascendance africaine lors d’un entretien avec ONU Info au siège des Nations Unies à New York.

« C’est difficile de trouver de la motivation lorsqu’on est regardé de travers »

Aux personnes d’ascendance africaine ou tout simplement d’origine étrangère qui ne se sentent pas acceptées dans les sociétés où elles vivent, Rokhaya Diallo les appelle à simplement « résister sur le vocabulaire, sur la qualification citoyenne, c’est quelque chose qui est très important ».

« C’est difficile de trouver de la motivation lorsqu’on est regardé de travers, lorsqu’on est considéré en permanence comme appartenant à une forme d’altérité », a dit Diallo. « J’ai vraiment résisté en revendiquant le fait que j’étais une Française à part entière et en répondant aux personnes qui voulaient m’associer à d’autres pays que je ne connaissais pas, en répondant que j’étais ancrée dans ce pays-là et que mon droit de vote, ma voix lorsque je vote, a autant de valeur que celle de n’importe qui donc parfois ».

Face au racisme, Diallo estime que la mobilisation est plus facile « quand cela fait nombre », et recommande à tout un chacun de trouver des référents positifs dans l’imagerie populaire et politique symboles de courage politique et civique.

« J’admire beaucoup une femme comme Christiane Taubira qui est une Française qui a été députée, Ministre de la justice et qui est connue pour son combat pour les droits humains. Pour moi, c’est une source d’inspiration pour les plus jeunes ».

Rokhaya Diallo estime que chaque génération doit trouver sa source d’inspiration, afin de pouvoir s’y identifier et de « se dire que si d’autres avant nous ont eu le courage, on peut essayer aussi de trouver les mêmes ressources pour être courageux et essayer de résister à cela ».

Dans les sociétés occidentales devenues de fait multiculturelles, Rokhaya Diallo considère que les personnes d’origine extra européenne doivent être acceptées et reconnues comme telles. « Je pense que cela se joue beaucoup dans les productions culturelles notamment dans les films, dans les médias qui ne montrent pas toujours le visage multiculturel des pays européens », a dit celle qui est également réalisatrice, intervient régulièrement dans les émissions de télévision et de radio et a commencé sa carrière professionnelle dans le secteur audiovisuel.

Photo: PNUD / Tiago Zenero

Des filles, mères, grands-mères, sages-femmes, ministres, universitaires, activistes, travailleurs domestiques et un large éventail de femmes participent à la Marche des femmes noires contre le racisme et la violence à Brasilia, au Brésil (18 novembre 2015 – Archives).

« Il faut vraiment qu’on transforme radicalement la manière dont on perçoit la migration »

Le drame des migrants réduits en esclavage en Libye et de ceux qui ont traversé la mer Méditerranée au péril de leurs vies pour atteindre l’Europe a révolté Rokhaya Diallo.

« Je trouve cela incroyable de vivre sur un continent qui consacre davantage d’argent pour protéger ses frontières pour empêcher les gens d’y venir au lieu de tout simplement secourir les gens qui risquent leurs vies, qui sont dans une situation d’une telle tragédie qu’elles sont prêtes à risquer leurs vies pour tout simplement atteindre les frontières européennes », a-t-elle dit. « Ça m’interroge sur l’humanisme ».

Pour cette amatrice de culture, la Renaissance a été le moment durant lequel l’Europe a été la plus prospère artistiquement et intellectuellement. « Et la Renaissance c’est quoi ? C’est la migration. La migration d’artistes d’un pays à l’autre », a-t-elle rappelé. « Léonard de Vinci, on l’appelle Léonard de Vinci mais il s’appelait Léonardo Da Vinci, et il était italien. Donc on en a fait un Français dans notre imaginaire mais il n’était pas Français », a souligné Mme Diallo. « Et c’est grâce à cette possibilité de migrer qu’il a pu nourrir l’art et la culture française ».

Pour Rokhaya Diallo, les migrants ne sont pas des personnes en quête d’assistanat mais volontaires. « Migrer ce n’est pas facile. Quand ont fait la démarche de migrer cela veut dire qu’on a du courage qu’on a envie de faire des choses et que l’on est prêt à offrir au pays qui nous accueille », a-t-elle souligné. « Il faut vraiment qu’on transforme radicalement la manière dont on perçoit la migration », a-t-elle ajouté. Un appel qui fait écho à celui de plusieurs responsables de l’ONU qui exhortent les Etats et leurs citoyens à ne pas regarder les migrants comme une menace mais comme une chance pour leurs sociétés.

Face aux promoteurs d’un discours de peur et de haine à l’égard des étrangers, Mme Diallo souligne que la migration doit être comprise comme un processus protégé par les déclarations des droits humains. « Le droit de s’établir dans un pays qui n’est pas le sien est un droit qui est protégé et il faut tout simplement comprendre que c’est nécessaire pour notre survie en tant qu’Européen ».

 

 

Proverbes

Bèl Parol pa vle di Verite pou sa

Kòfrefò pa suiv Kòbya

Lajan pa Gin Lodè

Tout bèt jennen mòde

Chen Bwè Ze pa Kite Metye

Mete Chat Veye mantèg

Good to know: Pastoral Care yesterday, today and to-morrow.

Deacon Paul C. Dorsinville.

 

We read about the initial Christian community and its characteristics of “kerygma:, “koinonia”, “diakonia” and “eucharistia”(Acts 2-4) and also difficulties of multi-linguistics and multi-culturalism which led to the institution of ordained deacons(Acts 6). Deacons became martyrs, doctors of the Church, successors to their bishops and pope. Over time, the diaconate became the last step before ordained priesthood.

During WWII there was tremendous destruction and suffering, and some thinkers saw the restoration of the diaconate  as distinct ministry should be a component of the necessary post-war reconstruction. This become part of the deliberations at Vatican II Council and approved. Blessed Pope Paul VI issued the necessary document in 1967. It became a reality in the USA in 1977. Since then, 23 men of Haitian descent were ordained in our Diocese of Brooklyn, NY, 16 are alive today, active and retired, and 1 has become a religious priest ministering in Haiti.

The mandate has kept evolving over those 40 years:

-Service of the Word: Proclamation, Preaching, Teaching;

-Service of the Altar: Assisting, Officiating;

-Service of Charity: Advocacy, Corporal and Spiritual Works of Mercy, Administration.

The current formation takes 1 year of Discernment and Aspirancy followed by 4 years of Candidacy( human, spiritual, academic and practical growth) with the approval and support  of the wives of married men. Unmarried men take the vow of celibacy at ordination. Lifetime continuing education after ordination is also a requirement.

Deacons are often bridges between the priests and the laity (usually being more accessible), In some places of the South and West of the USA , deacons and deacon-couples are in charge of their community with visiting priests on a rotating basis.

The most forerunning challenges are the outreach to the marginalized, the immigrants and the youth as was discussed at our Diocesan Convocation of Deacons and Wives last Sunday with our Bishop Nicholas, two of his Auxiliaries: Chapetto V.G. and Cisneros, and the Bishop of Bridgeport, CT, Frank Caggiano, keynote speaker.

My wife and I were seated a few feet from where I was ordained by the late Bishop Francis Mugavero on April 25, 1987, 31 years ago.

Let us pray for and encourage more vocations to the priesthood, the diaconate, religious life and family life! Thank you!
+               +               +.

Nous lisons au sujet de la Communauté Chrétienne initiale et ses charatéristiques de “kérygme”, “koinonie”, “diaconie”et “eucharistie”( Actes 2-4) et aussi les difficultés de multi-linguistique et multi-culturalisme qui mena à l’institution de diacres ordonnés (Actes 6). Des diacres seront comptés au nombre des martyrs, des docteurs de l’Eglise, des successeurs de leur évêque ou pape. Avec le temps, le diaconat devint la dernière étape avant l’ordination présbytérale.

Durant la 2ième Guerre Mondiale, il y avait de terribles destructions et souffrances et des penseurs virent la restoration du diaconat comme ordre distinct une nécessité pour la reconstruction après la guerre. L’idée fit son chemin jusqu’à être discutée et approuvée au Concile Vatican II. Bienheureux Pape Paul VI émit le document d’implémentation en 1967 et cela devint réalité aux USA en 1977. De là à ce jour, 23 hommes d’origine Haitienne ont été ordonnés dans notre Diocèse de Brooklyn, NY, 16 sont vivants, actifs et à la retraite, et 1 est devenu prêtre religieux en ministère en Haiti.

Le mandat a évolué continuellement durant ces 40 années:

-Service de la Parole: Proclamation, Prédication, Enseignement;

-Service de l’Autel: Assistance, Présidence de célébrations, sacrements et sacrementaux;
-Service de la Charité: Avocacie. Oeuvres Corporelles et Spirituelles de Miséricorde, Administration.

La formation courante consiste en 1 année de Discernement et Aspirancie suivie de 4 ans de Candidacie ( progrès dans les domaines humain, spirituel, académique et pratique) avec l’approbation et le support de leur femme pour les hommes mariés. Les célibataires professent le voeu du célibat à l’ordination. L’éducation continue pour le reste de la vie après l’ordination est aussi requise.

Les diacres souvent servent de pont entre les prêtres et laics (étant plus accessibles). Dans certaines zones du Sud et de l’Ouest des USA, diacres ou couples diaconaux sont en charge de la communauté et le prêtre visite selon la rotation établie.

Les défis d’aujourd’hui et de demain sont comment rejoindre les marginalisés, les immigrants, les jeunes – ce qui a été discuté à la Convocation Diocésaine des Diacres et Epouses dimanche passé avec notre Evêque Nicolas, deux de ses Auxiliaires: Chapetto, V.G. et Cisneros, et l’orateur du jour, Evêque Frank Caggiano de Bridgeport, CT.

Ma femme et moi étaient assis à quelques pieds du point où feu Evêque Francis Mugavero m’avait ordonné le 25 Avril 1987, il y a 31 ans!

Prions donc pour et encourageons des vocations au sacerdoce, au diaconat, à la vie religieuse et à la vie de famille! Merci, merci beaucoup!
###.

 

 

 

 

Advertisements

Latest News-April 15 2018

THIRD SUNDAY OF EASTER (APRIL 15TH, 2018)

Acts 3, 13-19; Psalm 4; 1 John 2, 1-5; Luke 24, 35-48     

 

 

 By +Guy Sansaricq

 

Let’s continue to probe the hidden splendor of Christ’s Resurrection.” Sometimes, doubt lingers in our minds as was the case for the Apostles. “Did He really rise from the dead?”

Jesus appeared in their midst and asked them to touch his hands, his feet and the wound on his side. He even ate baked fish something ghosts don’t do. Come on! He tells us, stop doubting!

 

He then went on to explain that his horrible death on the Cross simply fulfilled what the Prophets of the Old Testament had foretold. These tragic events were simply part of a divine Plan to call us to repentance and gain for us the forgiveness of our sins.

 

The key message of the day is therefore: Believe whole heartedly that Jesus is LORD, He is truly risen, therefore in the face of this undeniable fact REPENT and OBEY the commandment, the commandment of LOVE and SPREAD THE MESSAGE!

 

Obviously Jesus prepares his Apostles for their MISSION. They are the ones who will have to go through all the world to announce this GOOD NEWS. But before they go they must truly BELIEVE. Their hearts must be set afire!

 

The Church today with the same fervor calls YOU TOO to believe THE GOOD NEWS and RESOLUTELY stand in this day and age AS A SHINING WITNESS OF JESUS’ MESSAGE OF LOVE! 

 

TROISIÈME DIMANCHE DE PAQUES (15 Février 2018)

Il nous faut toute une saison pour célébrer la splendeur du mystère de Paques. Pour dissiper tout doute, nous lisons le récit de l’apparition de Jésus aux Apotres. Il leur fait toucher ses mains et ses pieds et aussi la plaie du coté.  Ensuite il se fit servir du poisson frit qu’il mangea en leur présence pour bien prouver qu’il n’est pas une fantome.

 

Enfin, finissons en de ces doutes paralysants! Les esprits ne mangent pas. L’on ne les touche pas!  L’assurance des apotres est définitement affermie! La tienne aussi, espérons-le!

 

La choquante mort sur la CROIX n’est qu’une fulgurante manifestation de l’amour insurpassable de Dieu pour les hommes. Sans l’aide des Ecritures l’on n’y comprend rien. Alors Il OUVRIT leurs esprits à l’intelligence des Ecritures. Qu’Il en fasse de mème pour nous!

 

Alors les Apotres commencèrent à saisir l’ESSENTIEL. Toi aussi espérons-le! Dieu est AMOUR; La CROIX une lecon stupéfiante d’AMOUR!  Notre MISSION: Soyez mes témoins jusqu’au bout du monde.”Radicalement transformés, les Apotres partirent sur les Chemins du monde. Leur message nous a rejoint. Quand donc accepterons-nous cette transformation radicale, oeuvre de l’Esprit dans le Coeur du croyant? Toi aussi deviens un témoin de l’amour! C’est L’AMOUR qui SAUVE l’homme! Sans l’amour, c’est le chaos, la violence, la mort!  Choisis l’amour! Choisis JESUS! Que ton Coeur brule du FEU DEVORANT de la FOI et de l’AMOUR!

Bishop Sansaricq

Pensée de la semaine: Là où Dieu a son Eglise, le Diable a sa chapelle

Thought of the Week: Where God Has His Church, The Devil Has His Chapel

Pensamiento de la semana: donde Dios tiene su iglesia, el diablo tiene su capilla

 

Miami-Docteur Guerda Nicolas, Une grande étoile de la communauté Haitienne

Docteur Guerda Nicolas, psychologue de formation et professeur d’université  depuis 24 ans était l’invitée de la Radio Telé Solidarité le Vendredi 6 Avril 2018. Dr Nicolas enseigne la psychologie à l’université de Miami depuis 10 ans après l’avoir été pendant quatorze ans à l’univesité de Boston. Dr Nicolas compte donc  parmi les grandes étoiles de la Communauté Haitienne de la Diaspora.

 

Dr Nicolas est originaire de Petit Goave. Elle est entrée aux États Unis à l’age de 15 ans et a compris bien vite l’importance d’une très bonne education. Ainsi donc, elle a travaillé très fort pour obtenir un doctorat en psychologie. L’education est sa passion, ce qui explique son succès dans sa carrière qu’elle exerce depuis vingt-quatre ans sans que souffre la vivacité de son attachement pour Haiti.

Dans son entretien avec Bishop Guy Sansaricq elle nous a parlé de son itineraire intellectuel et de son travail comme professeur d’université et nous a fourni des informations sur la vibrante communaute Haitienne de Miami. Elle nous fit savoir  qu’il y a beaucoup d’associations professionnelles Haitiennes à Miami et ces dernières se regroupent enune coalition. L’unité est la marque de Dieu et engendre toujours la force. Ceux qui servent Dieu valorisent l’unité. Au contraire, la haine, la division, la lutte pour le pouvoir, le tripotage et le complot signalent la proximité de la chapelle du diable. La discorde compromet le progrès!

L’initiative des associations professionnelles Haitiennes de se regrouper en coalition est excellente. Dr Guerda Nicolas malgré ses nombreuses obligations comme professeur d’université est très impliquée dans la communauté Haitienne de Miami. Elle fait le va et bien entre Miami et Haiti afin de mieux servir son pays  à travers Ayiti Community trust. L’exemple des Associations Professionnelles Haitiennes de Miami est à suivre.

Bishop Sansaricq profita de l’entretien pour informer Dr Nicolas de l’ambitieux projet de la Radio Telé Solidarité de produire un documentaire et d’écrire un livre sur la contribution des Haitiens aux États Unis. Dr Nicolas promit à Bishop Sansaricq son support et a deja accepté de faire partie du comité de l’edition du livre à écrire sur ce sujet. Pour écouter l’entrevue en Anglais du Docteur Nicolas  avec Bishop Guy Sansaricq clicquer sur ce lien: https://youtu.be/utP7pzi-RH8

Dans l’entrevue en Creole, Docteur Guerda Nicolas nous parla de son implication dans la communaute Haitienne de Miami et de sa carrière comme professeur d’université. Elle participa à rassembler beaucoup d’associations professionnelles Haitiennes pour qu’elles poursuivent des objectifs communs. Elle nous parla de sa grande joie d’entendre l’ambitieux projet  de la Radio Telé Solidarité de produire un documentaire et d’ecrire un livre sur la contribution des Haitiens aux États Unis. Elle est prête à apporter sa contribution à la realisation de ce projet . Pour entendre l’entretien en creole du Docteur Nicolas `a la radio tele Solidarité clicquer sur ce lien: https://youtu.be/xdANyarQncM

Brother Tob

 

Niami-Doctor Guerda Nicolas A great star of the Haitian community

 

Dr. Guerda Nicolas, psychologist by training was the guest of Radio Telé Solidarité on Friday, April 6, 2018. Dr. Nicolas has been teaching psychology at the University of Miami for the past 10 years after doing the same thing for fourteen years at the University of Boston. She is among the big stars of the Haitian Community of the Diaspora.

 

Dr. Nicolas is from Petit Goave. She entered the United States at the age of 15. She understood very quickly the importance of a very good education and worked very hard to obtain a doctorate in psychology. Education is her passion. In addition to being a University Professor for the past twenty four years she spends a lot of time to assisting Haiti her country of origin.

In her interview with Bishop Guy Sansaricq she told us about her intellectual itinerary, her work as a university professor and provided information about the vibrant Haitian community of Miami. She informed us that there are many Haitian professional associations in Miami and these associations joined together to form a coalition. Unity is the mark of God; in unity there is strength. How can one love God without seeking unity? Hatred, division, power struggle, conceit and conspiracy signal the activities of the devil’s chapel. This explains the above quoted axiom” Where God has his Church the Devil has his chapel.

The initiative of the Haitian professional associations to form a coalition is a very good initiative. Dr. Guerda Nicolas despite her obligations as a university professor is very involved in the Haitian community of Miami. She goes back and forth  between Miami and Haiti to see how she can assist Haiti through Ayiti Community Trust. The example of the Haitian Professional Associations in Miami is one to be followed.

Bishop Sansaricq took advantage of the meeting to inform Dr Nicolas of Radio Telé Solidarité’s ambitious project to produce a documentary and write a book on the contribution of Haitians in the United States. Dr. Nicolas promised Bishop Sansaricq her wholehearted support and agreed to be part of the book publishing committee on the contribution of Haitians to the United States. To listen to the English interview of Dr. Nicolas with Bishop Guy Sansaricq click on this link: https://youtu.be/utP7pzi-RH8

 

In the interview in Creole, Dr. Guerda Nicolas spoke about her involvement in the Haitian community in Miami as well as her career as a university professor in Miami. She collaborated with others to consolidate a lot of Haitian professional associations and help them focus on common objectives. She spoke to us of her great joy at hearing Radio Telé Solidarité’s ambitious project to produce a documentary and write a book on the contribution of Haitians in the United States. She is ready to contribute to the realization of this project. To hear the talk in creole of Dr. Nicolas `at the radio station Solidarite click on this link: https://youtu.be/xdANyarQncM

 

Brother Tob

Le Centre National de l’Apostolat Haitien à l’etranger à travers la Radio Telé Solidarité travaille sur l’ambitieux projet de produire un documentaire et d’ecrire un livre sur la Contribution des Haitiens aux États Unis.   Ce projet sera un travail qui demandera beaucoup de ressources humaines et d’energie. Dans le passé nous avons souvent accompli ensemble des choses extraordinaires. Notre independence en est un grand exemple. Ensemble nous pouvons produire ce documentaire et écrire un livre sur la valeur de la participation Haitienne à la vie de ce pays. Ce Travail sera t-il facile? Certes pas, mais il est parfaitement réalisable si nous le voulons véritablement.

Monseigneur Guy Sansaricq, le directeur du Centre National et de la Radio Telé Solidarité a deja rencontré plusieurs membres des Associations Professionnelles Haitiennes et toutes ont ont promis leur collaboration enthousiaste pour la réussite de ce projet. Bien sùr nous comptons en premier lieu sur le Seigneur car l’heure a sonné pour nous de nous dresser, sans haine et sans animosité, contre les outrages dont nous accable l’opinion publique américaine.  Nous ne sommes pas une population déguenillée, mendiant son pain sans rien faire, profitant sans honte de la largesse des Américains mais une population essentiellement laborieuse.

 

Dans ce documentaire et dans ce livre  nous aimerions exposer la contribution de toutes les composantes de la Sociéte Haitienne à la prospérité écononomique et à la vie sociale de ce grand pays. La vaste majorité de notre population travaille et paye régulièrement lss taxes. Un grand nombre de Nurses Aides travaillent dans des conditions difficiles dans les centres d’accueil un peu partout dans le pays. Beaucoup d’Haitiennes exercent souvent deux jobs afin de nourrir et d’éduquer leurs enfants. Leur dévouement est crucial pour la marche de ces indispensables institutions sociales. Sait-on que parfois 40 pour cent de ces emplois sont occupés par nos haitiennes. Si elles arrivaient à se regrouper, ells seraient davantage en mesure de defendre leur droits. Au dela du service admirable de cette tranche de notre population, nous devrons mentionner la contribution des Haitiens au niveau de la santé avec nos milliers de médecins et de nurses, au niveau de l’education avec nos centaines de professeurs mème au niveau universitaire, au niveau de la musique, de l’art, du transport publique, et j’en passe. Nos milliers d’ingénieurs et

 

de scientistes Haitiens participent au progrès social sans faire de bruit mais avec beaucoup d’efficacité.

Bishop Guy Sansaricq à l’aide d’un comité central commence à former des Comités pour lassurer le succès de ce travail gigantesque. Il aura un comité pour la redaction du livre et la production du Documentaire. Il aura aussi un comité de Levée de fonds et un Secretariat pour le controle de l’entreprise. Il compte beaucoup sur la collaboration de ses confrères Prêtres. Ceux-ci auront à préparer un texte sur la pastorale Haitienne aux États Unis comme le feront toutes les autres associations actives de la Diaspora..  Il faudra inévitablement organiser une levée de fonds  et il exhorte toutes les composantes de la société Haitienne de la Diaspora d’y participer systématiquement de facon à faire face aux depenses inévitables de ce projet hautement professionnel. .

Brother Tob

The National Center for the Haitian Apostolate through Radio Telé Solidarité is working on the ambitious project of producing a documentary and to write a book on the contribution of Haitians to the United States. This project will be a job that will require a lot of human resources and energy. In many instances in the past we joined forces and accomplished great things such as our independence.  Together we can produce this documentary and write a book on our achievements here. Will this work be easy? Certainly not but it is achievable. Yes indeed if we join forces.

Bishop Guy Sansaricq, the director of the National Center and Radio Telé Solidarité has already met several members of the Haitian Professional Associations and all promised their undivided support for the success of this project. Of course we count on the first place on God’s providence. It’s an endeavor of truth, the type of which the Lord always endorses. The US public opinion tends to treat the Haitians as a people of lazy beggars that constitutes an unwanted load on the finances of this country.

In the proposed documentary and in this book we would like to provide evidence of the contribution of all the components of the Haitian Society to the US economy and culture. Most Haitians work and pay taxes. It is important to highlight the tremendous work of Nurses Aides who sometimes work in difficult conditions in the Nursing Homes of US. In some areas, 40% of the workforce in these places are Haitians and their service is crucial to this country.

In the area of healthcare, we have thousands of doctors and nurses providing essential services. In the realm of education, thousands of teachers and professors are active. A good number of them as University Professors and College Presidents. Hundreds of Engineers and scientists work in vast projects of construction and public service.

Bishop Guy Sansaricq has already begun to form committees to handle the vast work of research for the end product must be professional and based on well proven facts and statistics. A committee for the writing of the book and the production of the Documentary is being formed. A Fundraising Committee will need to be founded for expenses will be necessary if the end product is one of quality.  He is counting on the collaboration of his fellow priests to carry out this project. A report will be written on the Haitian Apostolate as one of the many associations who work in the Diaspora. Doctors, engineers, Lawyers, businessmen, politicians, teachers, taxi drivers, farmers etc. will all have to submit their reports based on thorough research, Facts and statistics.

The Central committee assigned to oversee and control the systematic implementation of our objectives urges all components of Haitian society in the United States to participate in all the aspects of this huge enterprise and to be generous in assuming its inevitable expenses.

 

 

Brother Tob

Emission des Jeunes à Westbury

La Radio Telé Solidarité dans son grand effort de permettre aux jeunes d’exprimer leur opinion à la Radio Telé Solidarité etait à la Paroisse Ste Brigitte à Westbury pour son emission Place Aux Jeunes. Dr Myrlande Geiselman  dirigea cette emission.

 

Dr Myrlande est parmi les étoiles de la communauté Haitienne de Long Island, Elle est une chetienne de foi Catholique et est très engagée dans la pastorale des Jeunes. Bishop Guy Sansaricq, le Père St Charles Borno en communion avec le personnel de la Radio Telé Solidarité remercient Docteur Myrlande d’avoir accepté de conduire cette emission pour la radio Telé Solidarité.

Le Personnnel de la Radio Telé Solidarité tient à remercier le Père Nesly Jean Jacques SMM, leader Spirituel de la Communauté Haitienne à la Paroisse de Ste Brigitte à Westbury et Soeur Cecilia Duchaine FDM qui continuent à faire tout ce qui depend d’eux pour accompagner les jeunes de la communauté Haitienne de la Paroisse de Ste Brigitte.

L’emission des jeunes de Westbury a porté  sur les tirs d’armes dans les écoles des États Unis qui ont fait des victimes et même des morts. Les jeunes sont très concernés de ce dossier et ont même donné leur opinion pour resoudre ce problème. Selon eux c’est un problème très serieux car même à l’ecole ils ne sont pas en sécurité. Ils exhortent les responsables des écoles publiques de mettre plus de cameras dans les écoles  et  d’augmenter le nombre d’agents de sécurité dans les écoles.

Les Jeunes de la communaute Haitienne de la Paroisse de Westbury se réunissent chaque Samedi, animent une messe chaque mois à la Paroisse de Ste Brigitte et participent assez souvent aux activités des Jeunes du Centre National de l’Apostolat Haitien.

Nous esperons avoir d’autres emissions avec les jeunes de Westbury à la Radio Telé Solidarité. Pour écouter leur emission cliquer sur ce lien: https://youtu.be/koHVtBTbFdw

Brother Tob

Youth Issue in Westbury

Radio Telé Solidarity in its effort to invite young people to express their opinion on Radio Telé Solidarité was at Ste Brigitte Parish in Westbury for its Talk-show “Place Aux Jeunes.” Dr. Myrlande Geiselman directed this show. She is one of the stars of the Haitian community of Long Island and is a Christian of Catholic faith. She is also much dedicated to youth ministry. Bishop Guy Sansaricq, Father St Charles Borno in communion with the staff of Radio Telé Solidarité thank Dr Myrlande for agreeing to conduct this program for Radio Telé Solidarité.

The Staff of Radio Telé Solidarité would like to thank Fr. Nesly Jean Jacques SMM, Spiritual leader of the Haitian Community at the parish of Ste Brigitte in Westbury and Sister Cecilia Duchaine FDM who continue to do their very best to accompany the Haitian community’s young people of their Parish.

The Westbury youth talk was about gunfire in the US schools that resulted in casualties and even deaths. Young people are very concerned about this issue and have provided their opinion According to them it is a very serious problem and even in school they don’t feel safe. They urge public school officials to put more cameras in schools and increase the number of school security agents.

The Youth of the Haitian community of the Westbury Parish meets every Saturday. They animate a monthly Mass at the parish and participate quite often in the activities of the Youth of the National Center of the Haitian Apostolate.

We hope to have other shows with Westbury youth on Radio Telé Solidarité. To listen to their program click on this link: https://youtu.be/koHVtBTbFdw

 

Brother Tob

 

VIIIth AMHE Visit to Justinien University Hospital

Cap-Haitien, Haiti

February 24 – March 3, 2018

After a three-year hiatus, the AMHE, with the strong support of Long Island Jewish Medical Center, New Hyde Park, NY conducted its eighth time medical visit to the main teaching hospital of the Northern provinces of Haiti, Justinien University Hospital. This government-run hospital officially features 250 acute care beds, although at the time of our visit, the number of active beds may have been lower. Indeed, two services were been rebuilt and both Surgery and Pediatrics were relocated to different parts of the hospital, during that period of reconstruction and expansion of their facilities. Justinien Hospital is also a major contributor to the formation of young physicians, since it offers residency training in Anesthesiology, Family Medicine, Internal Medicine, Obstetrics and Gynecology, Orthopedics, Pediatrics, Surgery and Urology. We have focused our efforts on this center both because it allows to provide some continuity of care between our visits and because we have the opportunity to enhance the training and formation of the young resident physicians.

Previous experience at that hospital has progressively shaped our expectations and the organization of our visits to that institution.  Although all the fine details of health care statistics in Haiti are not clearly defined, we know that cervical cancer is a major cause of deaths among Haitian women and motor vehicle accidents, caused by the proliferation of motorcycles, represent a major drain on the healthcare resources in the country, causing bone fractures, multiple abdominal injuries with implications for both General Surgery , Orthopedics and Urology . We also know that breast cancer is most often seen at a later stage, since early detection by mammography is not practiced to any significant scale. Infant mortality remains elevated as well.

 

Previous attempts at large scale screening at that hospital had shown us that it was difficult to follow up on the women with significant cytologic findings at the time of the screening, particularly if it takes a few months to provide the results.

 

Repeated flooding having impeded our efforts during the previous missions to the region led us to avoid the rainy season at all cost. Thus we opted to schedule the trip  in February, more specifically during the last week of February, in order to avoid the Mardi-Gras celebrations and the President’s Week in the United States. The mission took place from February 24 to March 3, 2018.

Finally, we were also well aware of the limited resources at the hospital, going from basic necessities like gauze and lap pads to surgical drains, prosthetic meshes for hernia repairs, etc…

With all this information, we started planning for this visit six months ahead of time. The staff at Long Island Jewish Operating Room salvaged all resusable material that could be useful during the trip. Carol Olsen, RN of the Department of Urology at Northwell Health also gathered for us all the supplies and equipment that she thought may be of use during the mission.  These supplies were screened for their relevance, safety and usefulness. The Administration at Long Island Jewish Medical Center, namely Ms. Megan Stiles, kindly provided us with some storage space to collect the donations. Three weeks prior to our departure, Mr. Gregory Eversley volunteered to help us assemble 1700 lbs worth of goods in three pallets ready for shipping.  Pilot Freight Services transported the pallets to Miami, Florida and from there Haiti Shipping Lines took them to their final destination in Cap-Haitien, Haiti.

 

We assembled a multidisciplinary team, which included the following physicians, nurses and other health professionals.

 

Evan Auguste, PhD (candidate) Psychology Fordham University
Louis Auguste Telepathology Alexapath/NYU
Louis J Auguste, MD, MPH Surgical Oncology New Hyde Park, NY/AMHE
Maxime Coles, MD Orthopedics/Trauma Coffeyville, Kansas/AMHE
Marie-France Conde, MD Pediatrics Brooklyn, NY/AMHE
Chris Dixon, MD Urology Lenox Hill Hospital
Paul Dossous, MD, MPH Radiology Resident Northwell Health
Cecilia Gimenez, MD Pathology Northwell Health
Elizabeth Hricko, RN Nursing New Jersey
Edna Joseph, RN Recovery Room/Nursing Queens Hospital Center, NY
Anne Lihau-N’Kanza, MD General Surgery/Trauma Miami, FL
David Livingston, MD Anesthesiology NAPA/Bronx-Lebanon Hospital
Jean-Michel Loubeau, MD General/Vascular Surgery AMHE
Sandeep Mehta, MD Urology Resident Northwell Health
Tiffany Olier, MD OB/GYN Resident Northwell Health
Carline Pierre, RN Nurse Practitioner New Jersey
Danielle Pigneri, MD Trauma/General Surgery Miami, FL
Jn-Bernard Poulard, MD, MBA Colo-Rectal Surgery Queens Hospital Center/AMHE
Victoria Prevost, LPN Nursing Northwell Health
Antoinette Sakaris, MD Gyn. Oncology Northwell Health
Ruth Sarmiento, MD Radiology Resident Northwell Health
Sagine Berry-Tony, MD Radiology Resident Northwell Health
Vineya Vasudevan, MD Urology Resident Northwell Health
David Zeltsman, MD Thoracic Surgery Northwell Health
Michael Ziegelbaum, MD Urology Northwell Health

 

The availability of such a strong and diverse faculty allowed us to prepare a very ambitious  schedule with  37 formal lectures geared toward the interns and residents, as well as the attending physicians at Justinien Hospital, in addition to the educational opportunities both at the different clinics and the bedside. The intense screening activities in Gynecology and the workload at the Urology clinics hampered somewhat the lecture schedule and only 20 lectures were actually delivered. However, all the lectures were loaded on a USB drive that was shared with all the residents and interns. The lectures included the following topics:

  • Pre, Intra and Post-operative care of the surgical Patient.
  • Nutrition in Surgery
  • Anesthesia, Nerve Blocks and Pain Management
  • Management of Benign Ano-Rectal Disorders.
  • Intestinal Stomas: What, How, Why and Why not?
  • Benign Diseases of the Esophagus
  • Surgery for Esophageal Cancer
  • Surgical Management of Lung Cancer
  • Video Demonstration of Minimally Invasive Surgery of the Chest
  • Initial Evaluation of the trauma Patient
  • Chest trauma
  • Urologic Trauma
  • Evaluation of a Child with Failure to Thrive
  • Clinical Immunology in Pediatrics
  • Early Detection of Autism
  • Starting a practice in Pediatrics: All that you wanted to know but were afraid to ask!
  • Research in Medicine: Understanding the Medical Literature and Making Original Contributions.
  • Principles of Hospital and Healthcare Management
  • Options in the Management of Cervical Cancer
  • New Staging Systems for Cervical cancer and Pre-cancerous lesions
  • Tele-Pathology
  • HPV Vaccination and Cervical Cancer
  • Cryptorchidism
  • Neuro-Urology and Uro-Dynamics
  • Value of PSA in the Early detection of Prostate Cancer
  • Metabolic Evaluation of Urinary Stones
  • Circumcision and HIV
  • Vesico-Ureteral Reflux
  • Urethral reconstruction
  • Sonography in the Trauma Patient
  • Musculo-Skeletal and Spinal trauma

The four lectures on lung and esophageal cancers were combined in the form of a Chest Surgery Symposium, that was presented on The Wednesday, by Dr. Zeltsman.

The academic program included also daily case-presentations conducted daily by Dr. Maxime Coles in the Orthopedic service. Extensive training in flexible cystoscopy was provided in the Urology clinics. The Surgical Team led daily teaching bedside rounds. In addition, the Radiology Team conducted hands-on training in Ultrasonography for the residents in Pediatrics, Urology and Surgery and Dr. Gimenez gave practical training to the residents in Ultrasound guided Fine Needle Aspiration for Head and Neck Neoplasms.

 

As far as direct patient care, the combined presence of Gynecology, Pathology, Radiology and Surgical specialists was a formidable opportunity to carry out screening for cervical cancer and breast cancer. By word of mouth, the news spread through the community that the screening program was taking place and every day of the week saw more and more women coming to be screened. The evaluation consisted of an extensive questionnaire regarding family history, health habits, past medical and gynecological history and symptoms. This was followed by a pelvic and a breast examination, as well as a Pap smear and a breast sonogram. If there were any sonographic findings a sonographically guided fine needle aspiration biopsy was done. The cytology for both the cervical smears and the breast biopsies were read immediately by our pathologist, Dr. Cecilia Gimenez, who carried out the incredible task of processing and interpreting personally 78 Pap smears, 4 breast specimens and 1 cervical mass biopsy.  Four Pap smears were positive for malignancies: one case was advanced with the tumor extending to the pelvic wall and precluding any treatment at the local facility. One patient underwent a radical hysterectomy for her invasive cervical carcinoma. Two other patients were diagnosed too late in the week and could not be managed before our departure.  Four patients had significant breast findings: one patient had a fibroadenoma, one patient had benign cysts, a third one was found to have a papilloma, which would have required an image-guided excision, but again, the timing of the discovery did not allow us to take care of her before our departure. A fourth patient had an infiltrating ductal carcinoma and she underwent a modified radical mastectomy.

The neck mass presented on our very last day. The mass was consistent with a pleomorphic adenoma of the salivary, but the patient could not be scheduled in time.

 

Louis Auguste, jr reevaluated the program of tele-pathology that he initiated at the institution and that is being pursued by Dr. Vincent Gennaro. He provided technical support and rendered functional the equipment that had ceased to operate.

 

The Urology Service was also extremely busy.  The presence of Dr. Dixon, specialist in Urethral reconstruction was anticipated and a large number of known cases of urethral strictures were recalled for evaluation during our stay. A total of six cases were taken to the operating room, three simple repairs and three complex repairs, providing a great relief to these patients who were strictly dependent on continuous catheterization. These procedures allowed also the local urology residents to acquire a skill, which was not available to them before our arrival. In addition, our Urology team performed a supra-pubic prostatectomy, a circumcision, a hydrocelectomy, a nephrectomy for a Wilms tumor and a case of cryptorchidism. The last three cases were done at the neighboring Sacred Heart Hospital in Milot, which has an affiliation for General Surgery with Holy Name Hospital in New Jersey.

 

The Orthopedic Service was probably the busiest of all in the operating room with 14 cases of fractures, some fresh, some delayed with malunion, in the most difficult conditions and without a working drill. In addition, Dr. Maxime Coles performed an emergency amputation for wet gangrene in an 8 year old with more than 50 % body surface third degree burn as well as the complex repair of a wrist laceration affecting both nerves and tendons. He also conducted bedside rounds and intense teaching through a series of case presentations.

 

To complete the list of surgical cases, we have to add a split thickness skin graft for a third degree burn of the buttocks, an examination under anesthesia and anal dilatation for an anal fissure and a hemorrhoidectomy, as well as an anterior colporrhaphy for a large cystocele.

 

At the end of the week, the team was tired but satisfied that they had given their all for a good cause.  They had given their all to heal their fellow human beings and they had supported a healthcare system in dire need of everything, from medications and clean sheets to the simplest technology.  They gained a lot as well, for having learned to do more with a lot less.

 

Having organized all seven previous missions to Justinien University Hospital, I can call this eight visit a success, judging by the knowledge and the skills that were passed along to the local physicians, by the number of women screened for cervical and breast cancer and by the number of surgical procedures (33) performed, some of them could never have been done if it were not for the expertise of the diverse team of physicians and nurses who volunteered their time and resources to accomplish this tremendous act of altruism and generosity.  They all vowed to return in the future, as we strive to continue to improve and expand the program of assistance to Justinien University hospital.

 

On behalf of the population of the North of Haiti, on behalf of all the physicians in training or practicing in that community, on behalf of the Association of Haitian Physicians Abroad (AMHE), I wish to express my sincere gratitude to every single member of this extraordinary group of individuals. I wish to express my thanks to the leadership of the AMHE, particularly the Treasurer of the AMHE Foundation, Dr. Andre Jean Talleyrand, for his support.

 

At the conclusion of the mission, we had a final debriefing with the leadership at the Hospital which included Dr. Dube, CEO of the Hospital, Dr. Jean Coq, Medical Director, Mr. Zephyr, Administrator, Dr. Yverl Zephyr Director of Formation. They shared with us the hardship that they have to face every day to meet the healthcare needs of a population which lives in dangerous conditions due to inadequate roads and means of transportation, dangerous practices with open air fires and cooking, causing extensive third degree burns to children, a population without adequate preventive medicine programs to screen for Diabetes mellitus, Arterial hypertension or to provide adequate vaccination to its children.

 

Dr. Dube shared with us his frustration in his inability to retain the proper level of staffing in the emergency rooms and he hopes to start soon a training program in Emergency Medicine. He requested our support in conceiving the curriculum for such program and we will put him in contact with the Chairman of Emergency Medicine at Northwell Health/Lenox Hill, Dr. Duroseau and the Chair of Emergency Medicine at Nassau County Medical Center, Dr. Boutin.

 

In spite of all, we did notice snail-paced improvement in the infrastructure. A brand new building will soon house the previously small, cramped pediatric pavilion. The operating room in the Maternity Ward has been reactivated causing less disruption of services in the main operating room.  A second story is being added to the Surgery pavilion, to expand its capacity. Finally, the open ward in the Internal medicine Pavilion has been sub-divided to provide only single and double bed rooms.

 

Strong of our observations, we are committing to exploring possibilities to provide substantial support to that institution. Providing supplies collected in the Operating Room that could have been otherwise discarded is good. However, we have to do more by providing some necessary tools, such as an electric drill and a pneumatic tourniquet for the orthopedists, grounding plate for the electro-cautery devices in the operating rooms and yes, why not, funding for a sustained vaccination program for young women in order to make a dent in the high mortality associated with cervical cancer in this country.

 

The AMHE and Northwell Health can, must and will do more. Already we have started preparing for next year’s Mission.

 

Louis J. Auguste, MD, MPH, FACS

 

Solidarite-Flash

Le Personnel de la Radio Telé Solidarité tient a informer ses amies et ami de Long Island que son programme à Cable Vision de Long Island sera televisé chaque Samedi de 7:00hres Am à 9:00 hres Am

Pour information veuillez appeler Brother Tob au 631-889-0664

Brother Tob

 

Solidarite-Flash

The Staff of Radio Telé Solidarité wishes to inform its friends  of Long Island that its program at Long Island Cable Vision will be televised every Saturday from 7:00 am to 9:00 am

For information please call Brother Tob at 631-889-0664

Brother Tob

 

Pédophilie au Chili: le pape François reconnaît de «graves erreurs» d’appréciation

Le pape François a exprimé «sa douleur et sa honte» dans une lettre aux évêques chiliens.REUTERS//Stefano Rellandini

C’est un nouveau chapitre dans le scandale de pédophilie qui secoue le Chili : le pape François a écrit aux évêques du pays en reconnaissant de graves erreurs dans l’appréciation de la situation. Le souverain pontife devrait prochainement recevoir des anciennes victimes du clergé chilien.

Avec notre correspondant au Vatican,Eric Sénanque

C’est un mea culpa inattendu que le pape François a délivré aux évêques chiliens. Dans une lettre de six pages, en date du 8 avril, il exprime « sa douleur et sa honte » suite aux témoignages des victimes de prêtres pédophiles. Le chef de l’Eglise catholique explique aussi avoir commis « de graves erreurs dans l’évaluation et la perception de la situation ».

Alors qu’il y a quelques semaines encore François était accusé de négligence et d’avoir blessé les victimes, expliquant n’avoir lu aucun témoignage sérieux de leur part, ce revirement est spectaculaire. Il est la conséquence du rapport de 2 300 pages des deux enquêteurs du Vatican envoyés en février au Chili pour recueillir les témoignages de victimes. « A présent, après une lecture attentive des actes de cette “mission spéciale”, écrit François, je crois pouvoir affirmer que tous les témoignages recueillis parlent d’eux-mêmes d’une manière dure ».

Le pape demande aussi pardon à tous ceux qu’il a pu offenser dans cette affaire. Trois représentants des victimes chiliennes ont été invitées au Vatican. Les évêques chiliens sont eux aussi attendus à Rome à la demande de François pour qu’il leur explique la suite qu’il donnera à ces scandales. L’occasion sans doute de faire le ménage dans l’épiscopat local.

ADVERTISING

inRead invented by Teads

Reconnaître la parole des victimes

Joint à Santiago par nos confrères de la rédaction en langue espagnole, Juan Carlos Claret, membre de l’association chilienne «Les séculiers d’Osorno», se réjouit de cette initiative. La demande de pardon « démontre clairement un changement d’attitude du Pape à notre égard », assure t-il. « L’autre nouveauté c’est qu’on parle d’appréhender et de punir, peut-être, non seulement les agressions sexuelles, les viols manifestes, mais aussi les abus de pouvoir et la manipulation psychique. Et enfin le Pape dit, et c’est très important, qu’il faut reconnaître la parole des victimes.

C’est important parce que c’est de cela justement que tout découle. Si l’Eglise chilienne traverse une telle crise, c’est parce que lorsque les victimes se sont fait connaître, l’épiscopat a décidé de ne pas les croire. Donc pour toutes ces raisons, cette lettre marque un progrès immense. Mais par ailleurs on aurait aussi voulu avoir des réponses concrètes. Ca n’aura servi à rien que le Pape exprime sa repentance si en fin de compte, au mois de mai, l’évêque Juan Barros se trouve conforté dans ses fonctions. C’est la crédibilité de son pontificat qui est jeu, et la crédibilité de l’église chilienne. Nous sommes à un tournant.»

 

Haïti : le Conseil de sécurité envisage le retrait de la MINUJUSTH à compter du 15 octobre 2019

Réunion du Conseil de sécurité de l’ONU (archives).

Paix et sécurité

Le Conseil de sécurité a décidé mardi de proroger d’un an, jusqu’au 15 février 2019, le mandat de la Mission des Nations Unies en Haïti, la MINUJUSTH,  afin d’aider le gouvernement à renforcer les institutions de l’Etat de droit en Haïti et à appuyer la Police nationale d’Haïti.  Le  Conseil prépare aussi activement la stratégie de sortie de la Mission et envisage son retrait “à compter du 15 octobre 2019”.

En adoptant à l’unanimité et en application du Chapitre VII de la Charte sa résolution 2410 (2018), une semaine après le premier débat du Conseil consacré à la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH) depuis son entrée en fonction le 15 octobre dernier, le Conseil réaffirme que, dans le contexte de l’amélioration de l’Etat de droit en Haïti, il est essentiel de renforcer le secteur de la justice et les moyens de la Police nationale d’Haïti (PNH).

A cette fin, les Quinze encouragent le gouvernement, en collaboration avec la MINUJUSTH, à œuvrer à l’application des onze critères pour la stratégie de sortie de la MINUJUSTH, établis par le Secrétaire général dans son rapport daté du 20 mars. La résolution cite ainsi « l’adoption des projets de code pénal et de code de procédure pénale, le renforcement des systèmes judiciaire et pénitentiaire haïtiens, l’augmentation des mécanismes internes de contrôle et de responsabilisation dans les secteurs de la police,  l’administration pénitentiaire et de la justice, la mise en place d’un conseil électoral permanent, l’adoption de la loi sur l’entraide judiciaire, le règlement de la question du placement en détention provisoire prolongée, et l’approbation de mesures de lutte contre la violence communautaire ».

Les droits de l’homme essentiels pour la stabilité d’Haïti

Le Conseil de sécurité engage le gouvernement à « prendre de toute urgence » les mesures appropriées pour faire en sorte que la Police nationale d’Haïti et l’appareil judiciaire respectent et défendent les droits de l’homme comme élément essentiel de la stabilité d’Haïti. Il demande à la MINUJUSTH d’assurer un suivi et de fournir un appui en la matière.

Le Conseil, qui envisage « d’adapter le mandat de la MINUJUSTH et ses effectifs de police, s’il y a lieu, pour préserver les progrès accomplis par Haïti dans l’instauration d’une sécurité et d’une stabilité durables », autorise la Mission à « user de tous les moyens nécessaires pour s’acquitter de son mandat » d’appui et de renforcement de la PNH et à « protéger les civils menacés de violences physiques imminentes, dans la limite de ses moyens et de ses zones de déploiement ».

Mais le Conseil décide aussi une réduction, entre le 15 octobre 2018 et le 15 avril 2019, du nombre des unités de police constituées, qui sera ramené à cinq contre sept actuellement. Le nombre des autres policiers sera maintenu à 295.

La résolution prépare activement la stratégie de sortie de la Mission et prie le Secrétaire général de lui fournir à cette fin toute une série de rapports.  A cette fin, le Secrétaire général devra, dès son rapport de juin, présenter « des dates et des indicateurs plus précis en vue de la réalisation des objectifs fixés » établis en partenariat avec le gouvernement et l’équipe de pays des Nations Unies. En outre, dans son rapport du 1er septembre 2018, il devra présenter « un état actualisé de l’avancement du calendrier de transfert des tâches et responsabilités au Gouvernement », en vue d’un retrait progressif de la mission et d’une « intensification approximative des activités et programmes pertinents de l’équipe de pays des Nations Unies d’ici au 15 octobre 2019 ».

Congo


S’ABONNER

AUDIOTHÈQUE

RDC : les femmes jouent un rôle important dans la lutte anti-mines (UNMAS)

 

Gwenn Dubourthoumieu/UNMAS

De la sensibilisation à l’assistance aux victimes et au déminage, les femmes en République démocratique du Congo jouent un rôle clé dans l’action contre les mines. Elles sont toutefois parmi les premières victimes de ces engins néfastes.

 

Paix et sécurité

Sensibilisation, assistance aux victimes et déminage sont autant de rôles que jouent les femmes dans la lutte anti-mines en République démocratique du Congo (RDC), a affirmé le représentant du programme antimines de l’ONU (UNMAS) en RDC, Philippe Renard, à l’occasion de la Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l’assistance à la lutte antimines cette semaine.

« Le thème de cette journée est la promotion du rôle des femmes dans la lutte anti-mines. Elles sensibilisent la population au risque des engins explosifs. Elles assistent les victimes des mines, elles participent physiquement au déminage et à la destruction des engins explosifs », a soutenu Philippe Renard lors des événements marquant la Journée, à Kinshasa, en RDC.

Ce rôle important ne les épargne pas pour autant du danger, souligne le Service de la lutte antimines des Nations Unies (UNMAS). Selon les statistiques, les femmes et les enfants sont les premières victimes dans les zones de conflit ou des zones contaminées.

A Kinshasa, la Journée internationale a notamment été célébrée avec la projection d’un film, appuyée de témoignages et d’une exposition photos, le tout illustrant le rôle des femmes dans la lutte anti-mines en RDC.

Pour sa part, l’Ambassadeur du Japon, dont le gouvernement contribue à hauteur de 20 millions de dollars depuis 2010 à la lutte anti-mines en RDC, s’est lui aussi félicité de la participation des femmes congolaises.

« Le gouvernement du Japon se voit satisfait de voir que la promotion et l’intégration de la femme dans les activités anti-mines en RDC est une des priorités des acteurs qu’il soutient », a déclaré le Représentant japonais.

 

Brésil: Lula en prison, ses partisans organisent la résistance

Devant le siège de la police fédérale de Curitiba, où Lula, 72 ans, a été incarcéré samedi soir, des heurts ont éclaté ente ses partisans et les forces, le 7 avril 2018.REUTERS/Rodolfo Buhrer

Au Brésil, l’incarcération de Lula continue de diviser le pays. L’ancien président s’est finalement livré à la police samedi 7 avril. Il a déjà passé deux nuits en prison, le début de sa peine de 12 ans de prison pour corruption. Candidat favori des sondages pour la prochaine élection présidentielle, Lula a néanmoins promis de tout faire pour y participer, malgré son incarcération.
Avec notre correspondant à Rio de Janeiro,  François Cardona

Après une nuit et une journée en cellule, l’ancien président a pu rencontrer ses avocats. Lula est détenu au siège de la police fédérale, à Curitiba, dans le sud du Brésil, là où se trouvent les bureaux du juge d’instruction Sergio Morro, en charge de l’enquête sur les scandales de corruption en série qui touchent le Brésil depuis plus de 3 ans maintenant. C’est lui qui avait émis le mandat d’arrêt contre Lula, condamné pour corruption passive et blanchiment d’argent.

Sur place, la troupe des policiers militaires et fédéraux a été renforcée aux abords du bâtiment où est détenu Lula : plusieurs altercations ont éclaté entre forces de l’ordre et partisans de l’icône de la gauche brésilienne, leur nombre à Curitiba ne cesse d’augmenter.

L’incarcération de Lula a provoqué un véritable séisme politique au Brésil. Malgré les recours déposés en vain ces dernières semaines, l’ancien président a promis de faire éclater son innocence. Ses avocats étudieraient la possibilité qu’il se présente depuis sa cellule à l’élection présidentielle d’octobre prochain.

ADVERTISING

inRead invented by Teads

Le Parti des travailleurs (PT)  dans l’incertitude, reste largement sous l’influence de l’ancien président, dont la popularité, en dépit des scandales, reste intacte.

 

 

Le chemin de la vérité est praticable, même en économie et finance, affirme le pape

 

 

Le chemin de la vérité est praticable, même en économie et finance, affirme le pape

Il signe la préface du livre « Pouvoir et argent. La justice sociale selon Bergoglio »

AVRIL 12, 2018 18:13OCÉANE LE GALLPAPE FRANÇOIS

 

« Le chemin de la vérité, de la charité et de la beauté est ardu, mais praticable et nécessaire, même en économie et finance », affirme le pape François. « Tant de travailleurs, d’entrepreneurs et d’administrateurs » qui « sont déjà au service de la justice, de la solidarité et de la paix » le « confirment », souligne-t-il.

C’est ce que le pape a écrit dans la préface du livre Pouvoir et argent. La justice sociale selon Bergoglio (Potere e denaro. La giustizia sociale secondo Bergoglio) qui sort en italien ce jeudi 12 avril 2018, rapportée par L’Osservatore Romano. Édité par Michele Zanzucchi dans l’édition Città Nuova Editrice, le volume rassemble les discours et les textes papaux sur la richesse et la pauvreté, la justice et l’injustice sociale, la finance saine et perverse, les entrepreneurs et les spéculateurs.

« Tout ce que je dis et que j’écris sur le pouvoir de l’économie et de la finance, souligne le pape François, veut être un appel afin que les pauvres soient mieux traités et que les injustices diminuent. » « Dans mes messages en matière économique et sociale je souhaite solliciter les consciences, affirme-t-il, surtout de ceux qui spéculent et exploitent le prochain, pour que l’on retrouve le sens de l’humanité et de la justice. »

Dans la préface, le pape évoque « la grande assemblée d’Aparecida », au cours de laquelle a été reproposé « un modèle aux chrétiens pour la vie sociale : voir, juger, et agir ». « Nous pouvons voir la réalité qui nous entoure à la lumière de la providence de Dieu, explique le pape, la juger selon Jésus Christ, chemin, vérité et vie ; agir en conséquence dans l’Église et avec tous les hommes de bonne volonté. »

Le pape appelle aussi à « ne pas perdre espoir : nous vivons une époque difficile, écrit-il, mais pleine d’opportunités nouvelles et inédites ». « Nous ne pouvons cesser de croire, conclut le pape François, qu’avec l’aide de Dieu et ensemble — je le répète, ensemble — on peut améliorer notre monde et ranimer l’espérance, la vertu peut-être la plus précieuse aujourd’hui. »

Voici notre traduction de la préface écrite par le pape François.

MD

Préface du pape François

L’économie est une composante essentielle pour toute société. Elle détermine en grande partie la qualité de la vie, mais aussi celle de la mort, contribue à rendre digne ou indigne l’existence humaine. C’est pourquoi elle tient une place importante dans la réflexion de l’Église qui voit l’homme et la femme comme des personnes appelées à collaborer au plan de Dieu à travers le travail, mais aussi la production, la distribution et la consommation des biens et des services. Dès les premières semaines du pontificat, j’ai pu traiter des questions relatives à la pauvreté et la richesse, la justice et l’injustice, la finance, saine et perverse.

Si aujourd’hui nous regardons l’économie et les marchés dans le monde, il ressort un élément, c’est leur ambivalence. D’une part, jamais comme durant ces années, l’économie a permis à des milliards de personnes de goûter au bien-être, aux droits, à une meilleure santé et à tant d’autres choses. Mais en même temps l’économie et les marchés ont joué un rôle dans l’exploitation excessive des biens communs, dans l’augmentation des inégalités et dans la détérioration de la planète. Une évaluation éthique et spirituelle doit donc savoir se mouvoir dans cette ambivalence qui émerge dans des contextes de plus en plus complexes.

Notre monde est capable du mieux et du pire. Il l’a toujours été, mais aujourd’hui les moyens techniques et financiers ont amplifié les forces du bien et du mal. Alors que dans certaines parties de la planète on se noie dans l’opulence, dans d’autres on est sans le minimum pour survivre. Au cours de mes voyages, j’ai pu voir ces contrastes beaucoup plus que je n’ai pu le voir en Argentine. J’ai vu le paradoxe d’une économie mondialisée qui pourrait donner à manger, soigner et loger tous les habitants qui peuplent notre maison commune, mais qui — comme l’indiquent certaines statistiques préoccupantes — concentre dans les mains de quelques-uns la même richesse qui est l’apanage de la moitié pratiquement de la population mondiale. J’ai constaté que le capitalisme effréné des dernières décennies a encore élargi le fossé qui sépare les plus riches des plus pauvres, générant de nouvelles précarités et de nouveaux esclavages.

L’actuelle concentration des richesses est fruit, en bonne partie, des mécanismes du système financier. En regardant la finance, nous voyons par ailleurs qu’un système économique basé uniquement sur la proximité, à l’époque de la mondialisation, rencontre pas mal de difficultés : les institutions financières et les entreprises multinationales atteignent de telles dimensions qu’elles conditionnent les économies locales, mettant les États de plus en plus en situation de difficulté pour gérer le développement des populations. Par ailleurs, le manque de réglementation et de contrôles adéquats favorise la croissance du capital cumulatif qui ne s’intéresse pas aux investissements productifs à long terme, mais cherche le profit immédiat.

D’abord comme simple chrétien, puis comme religieux et prêtre, puis comme pape, j’estime que les questions sociales et économiques ne peuvent être écartées du message de l’évangile. C’est pourquoi, dans le sillage de mes prédécesseurs, j’essaie de me mettre à l’écoute des acteurs présents sur la scène mondiale, des travailleurs aux entrepreneurs, aux politiques, en donnant la voix en particulier aux pauvres, aux rejetés, à ceux qui souffrent. L’Eglise en diffusant le message de charité et de justice de l’Évangile, ne peut se taire devant l’injustice et la souffrance. Celle-ci peut et veut s’unir aux millions d’hommes et de femmes qui disent non à l’injustice de manière pacifique, en agissant pour une meilleure équité. Partout, il y a des gens qui disent oui à la vie, à la justice, à la légalité, à la solidarité. Tant de rencontres me confirment que l’évangile n’est pas une utopie, mais une espérance réelle, pour l’économie aussi : Dieu n’abandonne pas ses créatures à la merci du mal. Au contraire, Il les invite à ne pas se lasser de collaborer avec tout pour le bien commun.

Tout ce que je dis et j’écris sur le pouvoir de l’économie et de la finance veut être un appel afin que les pauvres soient mieux traités et que les injustices diminuent. En particulier, je demande constamment que l’on arrête de faire du profit sur les armes avec le risque de déclencher des guerres qui, en plus des morts et des pauvres, n’augmentent que les fonds de quelques-uns, des fonds souvent impersonnels et plus importants que les budgets des États qui les accueillent, des fonds qui prospèrent dans le sang innocent. Dans mes messages en matière économique et sociale, je souhaite solliciter les consciences, surtout de ceux qui spéculent et exploitent le prochain, pour que l’on retrouve le sens de l’humanité et de la justice. Et c’est pourquoi je ne peux pas ne pas dénoncer avec l’évangile en main les péchés personnels et sociaux commis contre Dieu et contre le prochain au nom du dieu argent et du pouvoir comme fin en soi. Je m’exprime aussi avec sollicitude parce que je suis conscient que d’autres crises économiques mondiales ne sont pas impossibles. Quand se vérifie l’écroulement d’une finance détachée de l’économie réelle, beaucoup en paient les conséquences et parmi ces nombreuses personnes surtout les pauvres, et que de gens deviennent pauvres, alors que les riches, eux, d’une façon ou d’une autre, s’en tirent souvent.

Que faire ? Une chose qui me semble importante est de conscientiser sur la gravité des problèmes. C’est ce que fait Michele Zanzucchi en recueillant, mettant en bon ordre et rendant accessibles aux lecteurs des synthèses de ce que je pense du pouvoir de l’économie et de la finance. J’espère que cela permettra à conscientiser et responsabiliser, favorisera des processus de justice et d’équité. Il ne suffit pas de passer un peu de pommade sur les blessures d’une société qui traite souvent tous et tout comme des marchandises, des marchandises qui, quand elles deviennent inutiles, sont jetées, selon cette culture du rebut dont j’ai parlé tant de fois. Seule une culture qui valorise toutes les ressources à disposition de la société, mais en premier lieu les ressources humaines, peut guérir les maladies profondes. Les chrétiens et les hommes de bonne volonté sont appelés à se sentir acteurs de cette culture de la valorisation. Conscientiser et valoriser donc, mais aussi renier. Il y a des non à dire à la mentalité du rebut : il faut éviter de s’uniformiser à la pensée unique, en faisant courageusement de bons choix et des choix à contre-courant. Tout le monde, comme enseignent les Écritures, peut revenir sur ses actes, se convertir, devenir témoins et prophètes d’un monde plus juste et solidaire.

Beaucoup, vraiment beaucoup, d’hommes et de femme de tout âge et latitude sont déjà enrôlés dans une impuissante « armée du bien », qui n’a d’autres armes que sa passion pour la justice, le respect de la légalité et l’intelligence de la communion. Est-ce trop demander de penser introduire dans le langage de l’économie et de la finance, de la coopération internationale et du travail ce mot, communion, en le déclinant comme soin des autres et de la maison commune, solidarité effective, collaboration réelle et culture du don ? Le bien n’est pas tranquillité et ne porte pas à être dociles. L’art d’aimer unique mode d’emploi de l’armée du bien, demande au contraire d’être actifs, demande la capacité à être les premiers à s’impliquer, à ne pas se lasser de chercher la rencontre, à accepter quelque sacrifice pour soi et à avoir tant de patience avec tous pour établir une meilleure réciprocité. Les trois attributs qui, traditionnellement, reviennent à plus haut niveau à Dieu sont le vrai, le bien et le beau. Ce n’est pas par hasard si l’Église parle de trois vertus théologales : la foi, la charité et l’espérance. Plus les êtres humains entrent dans le cercle vertueux de Dieu, qui est communion et amour, plus ils peuvent se redécouvrir vrais, bons et beaux. C’est possible : le fait que tant de travailleurs, d’entrepreneurs et administrateurs sont déjà au service de la justice, de la solidarité et de la paix nous confirme que le chemin de la vérité, de la charité et de la beauté, est ardu, mais praticable et nécessaire, même en économie et finance.

Comme en témoigne ce livre, ma pensée se situe sur la voie tracée par le très riche patrimoine de la doctrine sociale de l’Église. Quiconque peut la faire sienne, ne serait-ce qu’en lisant l’Abrégé de la doctrine sociale de l’Église que j’ai tant de fois cité, car, en quelques mots, celui-ci offre un panorama général de ce qu’est la pensée de l’Église en matière sociale. Parmi les textes que j’ai rédigés, l’auteur à juste titre a privilégié l’exhortation apostolique Evangelii gaudium et l’encyclique Laudato si’. En même temps il n’a pas été possible de couper les racines communautaires de ma pensée qui plongent en particulier dans l’Église latine. Je suis par exemple débiteur de la grande assemblée d’Aparecida, dans laquelle est reproposé un modèle aux chrétiens pour la vie sociale : voir, juger, et agir. C’est-à-dire que nous pouvons voir la réalité qui nous entoure à la lumière de la providence de Dieu ; la juger selon Jésus Christ, chemin, vérité et vie ; agir en conséquence dans l’Église et avec tous les hommes de bonne volonté.

Le monde créé aux yeux de Dieu est une bonne chose, l’être humain est une bonne chose (cf. Genèse 1, 4-31). Le péché a taché et continue de tacher la bonté originelle, mais il ne peut effacer l’empreinte de l’image de Dieu présent en tout homme. C’est pourquoi nous ne devons pas perdre espoir : nous vivons une époque difficile, mais pleine d’opportunités nouvelles et inédites. Nous ne pouvons cesser de croire qu’avec l’aide de Dieu et ensemble — je le répète ensemble — on peut améliorer notre monde et ranimer l’espérance, la vertu peut-être la plus précieuse aujourd’hui. Si nous sommes ensemble, unis en son nom, le Seigneur est au milieu de nous selon sa promesse (cf. Mathieu 18, 20) ; Il est donc avec nous au milieu du monde, dans les usines, dans les entreprises, dans les banques et dans les maisons, dans les bidonvilles et dans les camps de réfugiés : Nous pouvons, nous devons espérer.

Traduction de Zenit, Océane Le Gall

 

 

Ottawa: 29 Avril Vente Signature du livre Monseigneur Patrick Aris:

 

Ottawa: 29 Avril Vente Signature du livre Monseigneur Patrick Aris: La Foi à l’epreuve du  Quotidien  après la messe communautaire de la CCHO. Mgr Patrick Aris est detenteur d’un doctorat en Theologie, une maitrise en Philosophie et un Baccalaureat en droit Canon

Proverbes

Ravèt soti nan trou yo, lò tan  chaje

Kote pwa tonbe, se pa la li jèmen

Sé nan mennaj ou konnen  bon  fanm

Fotin malonnet pa janm dire

Atake pa diffisil, se retrete ki rèd

Good to know: Pope Francis’ new exhortation on holiness.

Deacon Paul C. Dorsinville.

Cardinal Daniel N. DiNardo, Archbishop of Galveston-Houston, TX and President of the United States Conference of Catholic Bishops is welcoming the release of Pope Francis’ apostolic exhortation, “Gaudete and Exultate” (Rejoice and Be Glad) subtitled “On the Call to Holiness in the Contemporary World”.In his statement, Cardinal DiNardo expresses his deepest gratitude to the Holy Father for the exhortation and the call for each Christian to “acknowledge and be open to what God wants them to be”. In the introduction to the exhortation, the Pope emphasizes that the goal of his exhortation is “to repropose the call to holiness in a practical way for our own time, with all its risks, challenges and opportunities.”

The April 9, 2018 USCCB press release continues: ” An apostolic exhortation is considered the second-highest form of papal teaching after an encyclical letter. Since his election, Pope Francis has issued two other exhortations: “Evangelii Gaudium (Joy of the Gospel) in 2013 and “Amoris Laetitia” (The Joy of Love) in 2016.

The printed versions in English or Spanish will be available starting on April 13 at

http://store.usccb.org/rejoice-and-be glad-p/7-599.htm for$10.95.

The complete exhortation can also be downloaded in English, Spanish, French, Italian, German, Portuguese, etc. at  http://w2.vatican.va/content/francisco/... and printed with your own paper and ink.
+                *                 +.

Cardinal Daniel N. DiNardo, Archevêque de Galveston-Houston, TX et Président de la Conférence des Evêques Catholiques Américains, acceuille la publication de l’exhortation apostolique de Pape Francois “Gaudete and Exultate”(Réjouis Toi et Sois Content) sous-titré “Sur l’Appel à la Sainteté dans le Monde Contemporain”. Dans sa déclaratio, Cardinal DiNardo exprime sa gratitude la plus profonde au Saint Père pour l’exhoration et l’appel à chaque Chrétien de “reconnaitre et être ouvert à ce que Dieu veut qu’ils soient.” Dans l’introduction à l’hexortation, le Pape met l’accent sur le but de son exhortation qui est de “reproposer l’appel à la sainteté dans une facon pratique pour notre temps propre avec tous ses risques, défis et opportunités.”

Le bulletin de presse de l’USCCB du 9 Avril continue: “Une exhortation aposto-lique est considérée la seconde plus haute forme d’enseignement papal après une lettre encyclique. Depuis son élection, Pape Francois a issu deux autres exhortations: “Evangelii Gaudium”(La Joie de l’Evangile) en 2013 et “Amoris Laetitia”(La Joie de l’Amour) en 2016.

Les versions inprimées en Anglais ou Espagnol seront disponibles à partir du 13 Avril à http://store.usccb.org/rejoice-and-be-glad-p/7-599.htm pour $10.95.

La version complète en Anglais, Espagnol, Italien, Francais, Allemand, Portuguais, etc est disponible à http:w2.vatican.va/content/francisco/…pour la tirer et l’imprimer avec ton propre papier et encre.

 

Latest News-April 8 , 2018

DIVINE MERCY SUNDAY (APRIL 8TH, 2018)  (2nd Sunday of Easter)                   

 

Acts 3, 32-35; Psalm 118; 1 John 5, 1-6; John 20, 19-31

 

 

By +Guy Sansaricq

 

The second Sunday of Easter is now called “DIVINE MERCY SUNDAY.” In the thirties, shortly before the 2nd World War, a certain Sister Faustina in Poland received some private revelations. She saw Jesus asking her to ask the world to believe in God’s mercy for mankind and for each one in particular, to believe that God is passionately in love with each person.  Jesus stated that humanity will not find peace until it turns itself in trust to the DIVINE MERCY.”

 

Jesus was sent to the world to carry that message of God’s love. He died on the Cross precisely to make this message resonate more loudly. He loves passionately each one of us separately and all of us together. But He wants a LOVE response from me and you. If we go to confession and receive communion today, Jesus promises that we will receive special heavenly favors and assistance of grace at the hour of our death.

 

To foster this devotion, there is a special icon representing Jesus with two rays of light shining from the open wound on his side: one RED signifying the BLOOD He shed for our salvation and the other WHITE recalling the waters of Baptism and the gift of the Spirit given to all who “joyfully come to the fountain of salvation.” There is a chaplet of the Divine Mercy you should also learn to say.

 

On this Sunday, may our trust in God’s love for each of us be increased a thousand times!~

 

DIMANCHE DE LA DIVINE MISÈRICORDE    (2ÈME DIMANCHE DE PAQUES)

 

Nous voici aujourd’hui appelés à célébrer le “DIMANCHE DE LA DIVINE MISÈRICORDE.”

 

Dans les années trente, une certaine Soeur FAUSTINA de POLOGNE recut la visite mystérieuse de Jésus qui lui révéla l’amour passionné de Dieu pour chacun de nous. C’est ce qui explique la venue de Jésus sur terre et ensuite sa mort en Croix. Dieu nous aime à mort, chacun de nous. Mais, nous devons avoir CONFIANCE en son Amour et devons nous aussi l’AIMER en retour et aimer le prochain de toutes nos forces.

 

Une image est associée à cette dévotion. Elle représente Jesus debout avec deux rayons qui jaillissent de sa plaie glorieuse: un rayon ROUGE symbolisant le sang qui coula de son Coeur et représentant aussi l’Eucharistie et ensuite un rayon blanc faisant penser aux eaux du baptème et aussi a l’Esprit Saint qui éclaire tous ceux qui viennent à la fontaine du salut.

Un chapelet spécial est également attaché à cette devotion.

 

Jésus dit à Sr Faustina que l’humanité ne trouvera jamais la paix tant qu’elle ne se retournera pas avec confiance vers le Coeur misèricordieux du Seigneur.

 

Que cette fète soit comme un appel pathétique à toi! Crois donc de toutes forces dans cet amour sans mesure de Jésus pour toi! Pourquoi attendre davantage? Jette toi dans ses bras!

 

Pensée de la Semaine: Il n’est pas d’obstacle que la persévérance et le courage ne surmontent.
Thought of the Week: There is no obstacle that perseverance and courage do not overcome.

Pensamiento de la semana: no hay obstáculo que la perseverancia y el coraje no superen.

Visite de Maitre Annel-Stephan Norgaisse à Radio Telé Solidarité

 

Le Projet de la Radio Telé Solidarité  de produire un documentaire sur la contribution des Haitiens aux États Unis  et d’écrire un livre  sur la contribution des Haitiens  de la diaspora  continue à occuper une grande place dans la presse Haitienne de la diaspora. Maitre Annel-Stephan Norgaisse , ancien president de l’Association des Avocats Haitiens de New York et directeur du Comité éxecutif de l’Association des Avocats Haitiens de New York(HALANY) a visité la Radio Telé Solidarité le Samedi 17 Mars 2018 afin d’avoir un entretien avec Bishop Guy Sansaricq sur cet ambitieux projet de la Radio Telé Solidarité de produire un documentaire sur la contribution des Haitiens aux États Unis.

 

Rappelons que Maitre Norgaisse est née à Brooklyn dans l’etat New York et ensuite passa 10 ans dans la ville des Gonaives surnommée la Cité de l’independance. Maitre Norgaisse a deja 13 ans comme avocat et a son cabinet d’avocat à Queens. Il parle très bien le créole et connait très bien la contribution des Haitiens au developpement économique et culturel des États Unis. Dans son entretien avec Bishop Sansaricq il nous informa que Jean Baptiste Point du Sable  d’origine Haitienne  a fondé  la ville de Chicago et que les Haitiens ont participé à la guerre de l’independance des États Unis. Est ce que les officiels Américains  reconnaissent ou apprécient  la contribution des Haitiens  aux États Unis? Pourquoi est il important pour les leaders Haitiens des États Unis de s’asseoir ensemble  pour produire ce documentaire et d’ecrire un livre sur ce sujet.

 

Il est important de souligner  que Maitre  Annel Stephan Norgaisse est diplômé de Hartwick College à Oneonta, New York, en 1998 avec un baccalauréat ès arts en sciences politiques et en psychologie. Annel a ensuite obtenu une maîtrise en sciences de l’éducation à l’université d’État de New York à Oneonta. Après avoir obtenu sa maîtrise, Annel a fait ses études de droit à la faculté de droit Thomas M. Cooley de Lansing, au Michigan. En 2007, Annel a ouvert son propre cabinet d’avocats  à Queens qui a pour nom  cabinet d’avocats d’Annel-Stephan Norgaisse

 

Maitre Norgaisse nous fit savoir  qu’il y a plus que 200 avocats Haitiano Americains dans l’etat de New York  et que l’Association a des chapitres à Miami, Maryland et Chicago. L’Association travaille dur pour fonder d’autres chapitres dans les autres états des États Unis où militent des Avocats Haitiano Américains . Combien d’Avocats d’origine Haitienne compte-on aux États Unis? Dans ce documentaire  qui sera très professionnel, L’association des Avocats eclairera nos lanternes concernant le nombre d’avocats Haitiano-Americains qui exercent leur profession aux États Unis et les defis auquels ils font face. Il en sera de même pour les autres associations professionnelles Haitiennes des États Unis. Chacune de ces Associations seront sollicitées de nous donner des informations les concernant comme aussi leur contribution aux États Unis.

 

Maitre Norgaisse a promis à Bishop Guy Sansaricq son support  et celui de l’Association  des  Avocats Haitiens de New York. Il a  accepté d’être l’un des membres du Comité de la redaction du livre sur la contribution des Haitiens aux  États Unis. Pour écouter l’entretien du Maitre Norgaisse clicquer sur ce lien: https://youtu.be/u-3SXdjejgA

Brother Tob

 

Visit of  Annel-Stephan Norgaisse Esq.  to Radio Telé Solidarity

 

Radio Telé Solidarité’s project to produce a documentary on the contribution of Haitians in the United States and to write a book on the contribution of Haitians in the United States has become a prominent topic in the Haitian press of the diaspora. Mr. Annel-Stephan Norgaisse, former president of the Association of Haitian Lawyers of New York and director of the board of that Association (HALANY) visited Radio Telé Solidarité on Saturday, March 17, 2018 in order to have an interview with Bishop Guy Sansaricq on this ambitious project of Radio Telé Solidarité to produce a documentary on the contribution of Haitians in the United States.

 

Mr. Norgaisse Esq  was born in Brooklyn, New York, and the spent 10 years in the city of Gonaives who is known as the City of Independence of Haiti. Mr. Norgaisse has now been exercising his profession as lawyer for13 years and has his law office in Queens. He speaks Creole very well and knows very well the contribution of Haitians to the economic and cultural development of the United States. In his interview with Bishop Sansaricq he informed us that Jean Baptiste Point Du Sable of Haitian origin founded the city of Chicago and that Haitians participated in the war of independence of the United States. Do American officials recognize or appreciate the contribution of Haitians to the United States? This is why is it important for Haitian leaders in the United States to sit down together to produce a documentary and write a book on the contribution of Haitians to the United States?

 

It is important to mention that Annel Stephan Norgaisse is a graduate of Hartwick College in Oneonta, New York, in 1998 with a Bachelor of Arts degree in Political Science and Psychology. Annel then earned a Master’s degree in Educational Science from the State University of New York at Oneonta. After completing her master’s degree, Annel completed his law degree at Thomas M. Cooley Law School in Lansing, Michigan. In 2007, Annel started his own law firm in Queens, which is named Annel-Stephan Norgaisse’s law firm

 

Mr. Norgaisse Esq.  informed us that there are more than 200 Haitian American lawyers in the State of New York and that the Association of Haitian Lawyers has chapters in Miami, Maryland and Chicago. The association is currently striving to add other chapters from the other states of the United States where there are American Haitian Lawyers. How many Lawyers of Haitian origin do we have in the United States? In this documentary, which will be very professional The Lawyers’ Association will shed light on the number of Haitian-American lawyers practicing Law in the United States and the challenges they face. It will be the same for other Haitian professional associations in the United States. They too will be called to provide information concerning their association and their contribution to the United States.

 

Master Norgaisse has promised Bishop Guy Sansaricq his support and also the support of the Association of Haitian Lawyers of New York. He agreed to be one of the members of the book writing committee on the contribution of Haitians to the United States. To listen to the interview of the Master Norgaisse click on this link: https://youtu.be/u-3SXdjejgA

Brother Tob

 

Messe de Paques à la Paroisse du Sacre Coeur de Jesus

 

J’etais très content de couvrir pour les telespectatrices et telespectateurs de la Radio Telé Solidarité la messe de Paques de la Paroisse du Sacre Coeur de Jesus à Cambria Heights. L’église était remplie à craquer. Le Père Hilaire Belizaire, Curé de cette Paroisse , entouré du Père Joseph  Bruno et du Diacre Paul Dorsinville fut le celebrant et l’homeliste de cette celebration Eucharistique.

 

La communauté Haitienne commenca à vivre sa foi dans la Paroisse du Sacre Coeur depuis des Années 60, Selon le Diacre Paul qui a plus que 40 ans à la Paroisse du Sacre Coeur. La Communauté Haitienne de cette Paroisse grandit en importance avec l’arrivée du jeune Père Guy Sansaricq en l’année 1971.. Le Père Sansaricq commenca à cette epoque à donner des classes de bible le lundi soir et à  creer d’autres programmes pour mettre ensembre les Haitiens de cette Paroisse pour son programme d’evangelisation . Soeur Carmèle Nerette FDM de la Congrégation des Filles de Marie   a beaucoup aidé Le Père Sansaricq dans son ministère à la Paroisse du Sacre Coeur. Elle a fondé plusieurs groupes qui continuent à jouer leur role  à la Paroisse du Sacre Coeur de Jesus.

Le ministère du Père Hilaire Belizaire  est très apprécié à la Paroisse du Sacre Coeur où il est Curé depuis 3 ans. Le Père Hilaire dans son homelie  a mis l’accent  sur l’importance de la fête de Paques pour les Chretiens  Catholiques. Il mentionna les guerres et les divisions qui ravagent notre monde. Jésus se dresse comme Celui qui remporte la victoire sur le mal, l’injustice et la haine. Il est le vainqueur sous le drapeau duquel nous devons nous ranger. Il exhorta le peuple a fixer ses yeux sur les choses spirituelles car les choses materielles sont toujours ephemères. Le Père Hilaire fut très ovationné à la fin de son homelie. Pour écouter cette messe clicquer sur ce lien: https://youtu.be/NKl9kCV2F6w

La Grande Chrorale Haitienne sur la direction de Yvelande Hercule édifia l’assemblée. Yvelande est dans sa Paroisse depuis près de 30 ans. Nous avons profité pour avoir un entretien avec elle. Elle nous fit savoir que la chorale  Haitienne à la Paroisse du Sacre Coeur a plus que 40 ans d’existence et dirige le chant réguièrement à la messe creole du Dimanche à 1:00 pm. Elle continua pour nous faire savoir que la Paroisse du Sacre Coeur de Jesus a 6 chorales et que le Père Hilaire  a une très bonne relation avec les membres des chorales. Pour entendre l’artiste Yvelande clicquer sur ce lien: https://youtu.be/f_dUuwA-CUA

 

 Le Diacre Paul Dorsinville , qui est en train de célébrer son 31ème Anniversaire dans la vie diaconale accorda aussi un entretien à la radio Telé Solidarité. Dans son entretien il nous fit savoir que la Paroisse du Sacre Coeur accueille plus que 2000 personnes pour ses célébrations Eucharistiques en fin de semaine . Il continua pour nous dire que jusqu’a date cette Paroisse n’est pas deficitaire et les Haitiens qui vivent leur foi à la Paroisse du Sacre Coeur de Jesus viennent de toutes les regions d’Haiti. On doit mentioner que le Diacre Paul est arrivé à la Paroisse du Sacre Coeur en l’année 1973, il est parmi les veterans de la pastorale Haitienne du diocèse de Brooklyn-Queens. Pour entendre son entretien clicquer sur ce lien: https://youtu.be/aM2_nfu8-qU

 

Le Père Hilaire a reservé un très bon accueil à la radio Télé Solidarité. Il a même demandé aux jeunes de sa Paroisse  de nous aider à la radio Telé Solidarité. Nous profitons pour remercier le jeune  seminariste Dulang  qui nous a aidé dans la retransmission en direct de la messe de Paques sur la page de Facebook de Bishop Guy Sansaricq. Enfin  ce fut une très belle messe qui fit jailer beaucoup de joie.

Brother Tob

Easter Mass at the Parish of the Sacred Heart of Jesus

 

I was very happy to be able to cover for the viewers of Radio Telé Solidarité the Easter Mass of the Parish of the Sacred Heart of Jesus in Cambria Heights. The church was filled to capacity for the Eucharistic Celebrations. Father Hilaire Belizaire, Pastor of this parish, surrounded by Father  Joseph Bruno and Deacon Paul Dorsinville was the celebrant and homilist at this Eucharistic celebration

 

The Haitian community began to live its faith in the Parish of the Sacred Heart since the 60s, according to the Deacon Paul who lives his faith for more than 40 years in this Parish. The Haitian Community of the Parish began to expand since the arrival of the young Father Guy Sansaricq in the year 1971. Father Sansaricq ministers in the parish for 23 years. As soon as he arrived, he opened Bible Studies on Monday evenings and gradually created other programs to bring  together the Haitians of the Parish. Intensive evangelization was the aim. Sister Carmèle Nerette FDM who arrived a few years later helped Father Sansaricq a lot in his ministry. She founded several groups that continue to play major role in the Parish.

 

The ministry of Father Hilaire Belizaire is very appreciated at Sacred Heart of Jesus Parish . He has been the Pastor of this  Parish for the past 3 years. Father Hilaire in his homily emphasized the importance of Easter for Catholic Christians. Jesus won Victory over Death. He mentioned the wars and divisions that ravage our world. He exhorted the people to fix their eyes on spiritual things because material things are always ephemeral. Father Hilaire was very much applauded at the end of his homily. To listen to this Mass click on this link: https://youtu.be/NKl9kCV2F6w

The Great Haitian Choir  on the direction of Yvelande Hercules performed beautifully. Yvelande has been in this Parish for nearly 30 years. We took advantage of the moment to grant her an interview. She informed us that the Haitian choir at the Parish of the Sacred Heart count more than 40 members  and  performs regularly at the 1 pm Sunday creole Mass. She also told us that the Parish of the Sacred Heart of Jesus has 6 choirs and that Father Hilaire has a very good relation with the members of the chorales. To hear the artist Yvelande click on this link: https://youtu.be/f_dUuwA-CUA

 Deacon Paul Dorsinville, who is celebrating his 31st Anniversary as a Deacon, gave an interview to Telé Solidarité. In his interview he let us know that the Parish of the Sacred Heart of Jesus  welcomes more than 2000 people for its weekend Eucharistic celebrations. He continued to tell us there is no deficit at this Parish  and the Haitians who live their faith in the Parish of the Sacred Heart of Jesus come from all regions of Haiti. It is important to know that  Deacon Paul arrived at the Parish of the Sacred Heart in the year 1973. He is among the veterans of the Haitian pastoral of the diocese of Brooklyn-Queens. To hear his interview click on this link: https://youtu.be/aM2_nfu8-qU

 

Father Hilaire reserved a very good reception to radio Télé Solidarité.  He even asked the young people of his Parish to help us on Radio Telé Solidarité. We take this opportunity to thank the   Seminarist   Dulang who helped us in the live broadcast of the Easter Mass on Bishop Guy Sansaricq’s Facebook page. Finally it was a beautiful mass and everyone was joyful at the end of this Mass.

Brother Tob

Turquie-Entretien du Max Toussaint Mondesir à la Radio Telé Solidarité

 

Le Personnel  de la Radio Telé Solidarité ne chome pas pendant la fête de Paques. Mr Max Toussaint Mondesir qui est le jeune de l’Année 2018 de la Radio Telé Solidarité était le grand invité de la Radio Telé Solidarité. Il nous a parlé de sa grande joie d’être le jeune de l’Année 2018 de la Radio Telé Solidarité.

 

Rappelons que Mr Mondesir est un étudiant en Sociologie en Turquie. Il nous fit savoir qu’il y a 50 étudiants Haitiens en Turquie. Ces derniers sont des boursiers du Gouvernement de la Turquie et ils étudient dans toutes les disciplines. Tout le monde a accès aux études en Turquie. L’education est gratuite en Turquie.

 

Mr Mondesir  nous parla   de la semaine  Sainte  et de la fête de Paques en Turquie. L’église Catholique Romaine en Turquie n’a pas de clergé Local et se compose surtout de refugiés. Il nous a parlé du Prêtre Salesien Haitien qui exerce son ministère  à Istamboul. L’église Catholique de La Turquie a un archevêque et deux évêques. La Communauté Chretienne est très faible en Turquie . Il nous informa que la Turquie est un état Laic mais qui a une grande communaute Musulmanne.

Même de loin Max Mondesir continue à suivre avec beaucoup d’intérêt l’actualité de son pays . Il Evoqua avec tristesse  la disparition du journaliste en Haiti et il a mentionné le cas du Senateur Haitien  qui a du laisser  Haiti pour raison de Santé pour aller se faire soigner aux États Unis. Pourquoi est il difficile à l’elite economique d’Haiti et l’etat Haitien  d’arriver à doter Haiti d’un bon système de Santé etd’education. Pour écouter l’entretien de Mr Mondesir clicquer sur ce lien: https://youtu.be/E6gsmwpCqhA

Brother Tob

Turkey-Interview of Max Toussaint Mondesir to Radio Telé Solidarité

 

The staff of Radio Telé Solidarité takes no rest during the Easter feast. Mr. Max Toussaint Mondesir who is the 2018 RADIO SOLIDARITE YOUTH  of the YEAR was the great guest of Radio Telé Solidarité. He told us about his great joy at being the 2018 youth of the year

 

Mr Mondesir is a student in Sociology in Turkey. He told us that there are 50 Haitian students in Turkey. Haitian Students of Turkey receive free scholarship of the Government of Turkey and they study in all disciplines in the universities of Turkey. Everyone has access to studies in Turkey. Education is free in Turkey.

 

Mr. Mondesir told us about Holy Week and Easter in Turkey. The Roman Catholic Church in Turkey has no local clergy and is mostly made up of a refugees. He told us about the Salesian Haitian priest who is ministering in Istanbul. The Catholic Church of Turkey has an archbishop and two bishops. The Christian Community is very weak in the country. He informed us that Turkey is a Laic state but has a large Muslim community.

Even from a distance, Max Mondesir continues to follow the news of his country with great interest. He evoked with sadness the disappearance of the journalist in Haiti and he mentioned the case of the Haitian Senator who had to leave Haiti for Health reason to go for treatment in the United States. Why is it difficult for the economic elite of Haiti and the Haitian state to endow Haiti with a good system of Health and Education. To listen to Mr Mondesir’s interview click on this link: https://youtu.be/E6gsmwpCqhA

 

Brother Tob

 

visit of three Stars of  the Haitian community to Radio Telé Solidarité

 

Haitian Women continue to support Radio Telé Solidarité’s project to produce a documentary on the contribution of Haitians in the United States and to write a book on the contribution of our community. Yolette Williams, Clinical Social Worker, Marie Carmel Bastien, School Psychologist and Marie José Bernard, former Charter School Principal and Special Education Teacher, visited Radio Telé Solidarité  on Friday, April 6, 2018 in order to support the ambitious project of Radio Telé Solidarité to produce a documentary and write a book on the contribution of Haitians to the United States

 

His Excellency The Most Reverend  Guy Sansaricq, director of the National Center of the Haitian Apostolate Abroad and Radio Telé Solidarité  was very happy to meet these stars of the Haitian community. Haitian women work very hard and occupy  prestigious positions in American society. So Haitian women have a big role in the success of this project. Click on this link to listen to the 3 stars of our community: https://youtu.be/vtH1zoP5WUE

 

Brother Tob

 

 

Visite de 3 étoiles de la Communauté Haitienne à la Radio Telé Solidarité

 

Les Femmes Haitiennes continuent à appuyer Le projet de la Radio Telé Solidarité de produire un documentaire sur la contribution des Haitiens aux États Unis  et d’ecrire un livre sur la contribution de notre communauté .  Yolette Williams, Travailleuse Sociale de formation, Marie Carmel Bastien, psychologue de formation et Marie José Bernard, educatrice de formation ont visité la radio Telé Solidarité le Vendredi 6 Avril 2018 afin  d’apporter leur soutien au projet ambitieux de la radio Telé Solidarité de produire un documentaire et d’écrire un livre sur la contribution des Haitiens aux États Unis

 

Son Excellence Monseigneur Guy Sansaricq, directeur du Centre National de l’Apostolat Haitien à l’etranger était très content de rencontrer ces étoiles de la communauté Haitienne. les femmes Haitiennes  travaillent très fort et occupent  de prestigieuse position dans la société Américaine. Donc les femmes Haitiennes ont un grand rôle  dans  la reussite de ce projet. Clicquer sur ce lien pour écouter les 3 étoiles de notre communauté  : https://youtu.be/vtH1zoP5WUE

Brother Tob

 

 

 

 

New Jersey-Mme Thelusmène Medulmé est retournée

 

29 Juin 1944-2 Avril 2018

 

Le Centre National de l’Apostolat Haitien à l’etranger est triste de vous annoncer le grand voyage de Mme Thelusmène Medulmé survenue le 2 Avril 2018 à Elizabeth -New Jersey  après une maladie chretiennement supportée.

 

La regrettée Thelusmène est originaire de St Marc-Haiti et elle était une infirmière. Elle était  très active à la Paroisse Notre Dame du Rosaire et St Michel à Élizabeth . Elle etait connue comme une femme très fervente et qui a un grand amour pour l’Église. La regrettée Thelusmène  est membre de la Paroisse de Notre Dame du Rosaire et St Michel  depuis plus que 40 ans. Elle participait regulièrement aux activités du Centre National de l’Apostolat Haitien à l’etranger.

Son Excellence Monseigneur Guy Sansaricq en union avec le personnel du Centre National de l’Apostolat Haitien à l’étranger presente ses sincères condoleances à son fils Clement Joachim Jr. , sa fille Marie J. Nazaire , la famille Medulmé, à la vibrante communauté Haitienne de la Paroisse de Notre Dame du Rosaire et St Michel , aux amies et amis de la regrettée Thelusmène.

La messe funeraire de la regrettée Thelusmène aura lieu le Samedi 7 Avril 2018 à 10:00hres Am à la Paroisse Notre Dame du Rosaire et St Michel.

 

Que le Seigneur accueille la regrettée Thelusmène dans son paradis.

Le Centre National

 

 

 

Thelusmene Medulme

 

June 29, 1944-April2, 2018

 

Thelusmene Medulme was born on June 29, 1944 in Saint Marc, Haiti to the late Thelusmene Alexander and Medius Medulme. Thelusmene studied Nursing at La Tortue in Haiti and completed her studies at the age of 22. Shortly after completing her studies she left Haiti and moved to Brooklyn, NY, where she worked as a nurse in Lower Manhattan. While in New York, she met and married Clement Joachim, Sr., and gave birth to their only son Clement Joachim, Jr. on September 14, 1979.

 

Thelusmene was one of the founding members of the Haitian Community at Our Lady of the Most Holy Rosary and St. Michael’s Catholic Church in Elizabeth, NJ.  She planned multiple trips and pilgrimages to various locations. She was well traveled, continuously going on pilgrimage within the states and around the world. As a result of her extensive travels, she was able to pray with Archbishops in Rome, at sacred places such as the Holy Land in Jerusalem, and in front of Our Lady of Fatima. She was known to make her annual Pilgrimage to Canada every August visiting Notre-Dame Basilica and The Basilica Cathedral of St. John the Baptist the list goes on and on.

 

Thelusmene’s dream was to show love and support to her fellow Haitians by bringing as many of her family members to New Jersey for better opportunities. In 1984 She adopted Jocelyn Joachim/Nazair and personally went to Haiti to bring her to America to join her family. To help finance her dreams she opened Thaly’s restaurant in Elizabeth, NJ. She created jobs by employing many Haitians who were both family and friends at her restaurant. Every summer you would find many members of her family and friends hanging out at Thaly’s. Being the devout Catholic she put all of her kids in bible study at St. Michael’s church.

 

On April 2, 2018, Thelusmene was called home to be with the Lord. Sharing the memories of her beautiful life are:

 

Son:                           Clement Joachim Jr.

Daughter:                  Marie J. Nazaire

Godchildren:              Dr. Sandra D. Thebaud-Young

Nancy Cherilus

 

Brother/Sister:            Fleurina Medulme                  Previlus Medulme

Dumelia Medulme                 Joseph Medulme

Nieces:                       Margarette St. Louis

Bianca St. Louis

Chantal St. Louis                   Gerda  St. Louis

Blondine St. Louis                 Guerline Medulme-Jean

Le Len Medulme                     Mikerlange  Medulme

Ester Medulme                      Tachise Medulme

Mirelande Medulme

Wilcarme Medulme

Nephews:     Marc Henry St. Louis

Marc Medulme                      Edner St. Louis

Joseph Medulme

Grand Children:         Christian Joachim                  Nateyah Bland

Jason Nazaire                         Brice Nazaire

Aaron Nazaire                        Matthew Nazaire

Grand Godchild:        Joseph Andrew Young

 

The family would like to thank everyone for their prayers, many visits and overnight stays at the hospital and nursing home, and most importantly for their Love of Thelusmene.  We appreciate you all and may God bless you all.

 

 

 

 

 

 

 Bernice King: «Le racisme systémique et institutionnalisé persiste»

 

Bernice King, la fille de Martin Luther King, au Musée national des droits civiques, à l’occasion de la préparation des cérémonies du 50e anniversaire de l’assassinat de son père, à Memphis, le 2 avril 2018.JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Les Etats-Unis commémoraient ce mercredi le cinquantième anniversaire de la mort de Martin Luther King, assassiné le 4 avril 1968 à Memphis. Notre envoyée spéciale à Atlanta, la ville natale du pasteur, a pu rencontrer Bernice King, sa dernière fille. Egalement pasteur, elle évoque ses priorités dans la lutte à mener aujourd’hui.

Il n’a jamais eu l’occasion de mener la campagne pour les pauvres, il a seulement pu la lancer. Donc je pense qu’il poursuivrait aujourd’hui cette campagne. Nous n’avons pas réglé le problème de la pauvreté dans ce pays. Vous pouvez regarder autour de vous, voir les statistiques, et à beaucoup d’égards la situation est pire aujourd’hui qu’elle ne l’était à l’époque. Nous devons créer un monde plus équitable sur le plan économique. Le second problème franchement c’est que le racisme systémique et institutionnalisé persiste dans notre société.

Dans tous les aspects de la vie américaine, les Noirs continuent d’obtenir moins. On leur refuse toujours un accès égal. Et donc ce mouvement qui a commencé, « Black Lives Matter », qui fait comprendre à la conscience de cette nation que les vies noires comptent, est vraiment essentiel. Et donc grâce à Dieu nous avons ce mouvement de jeunes car habituellement ce qui se passe quand les jeunes se lèvent, c’est que la nation commence à évoluer et à changer. Et je crois que nous commençons à voir ce changement.

Mon espoir, en tant que fille du docteur King, c’est que tout ce mouvement étudie vraiment sa non-violence. Car il avait une approche très stratégique de la manière dont il menait la lutte pour le changement.

Quel est le souvenir le plus vif que vous conservez de votre père cinquante ans après sa mort ?

Vous savez lui et moi nous avions ce petit jeu si on peut l’appeler ainsi. Je courais dans ses bras quand il arrivait au coin de la rue et il appelait cela le jeu des bisous. « On va jouer au jeu des bisous aujourd’hui » disait-il. Et il appelait les parties de son visage les zones de tir. Chacun d’entre nous avait sa zone de tir. Mes deux frères, ma sœur et ma mère. Donc il disait : « Où est la zone de tir de Bonnie –Bonnie était mon surnom- ? » et je l’embrassais sur le front. Et ensuite il se tournait vers mes frères Martin et Dexter et bien sûr vers ma sœur Yolanda. Et c’était notre manière de créer un lien entre nous. Il nous posait tous les quatre sur le frigidaire et on lui sautait dans les bras. Mais le jeu des bisous c’était le mien. Personne d’autre n’a le droit d’en parler. Seulement Bernice.

 

 

50 ans de la mort de Martin Luther King: entre rage et désespoir !

Par Joe Farmer

Martin Luther King à Cleveland, en juillet 1965.Getty images/Bettmann

 

50 ans après la disparition du pasteur Martin Luther King, Memphis se souvient… Les pleurs, la colère et la détermination de poursuivre le combat continuent de hanter l’esprit des acteurs et témoins cette époque troublée. Comme pour contrer les dérives racistes du XXIe siècle, des voix s’élèvent et racontent une histoire qui semble tristement se répéter.

Qu’ils soient enseignants, historiens, auteurs ou musiciens, ils conservent tous cet engagement citoyen qui rythme leur quotidien. La date du 4 avril 1968 n’est pas si loin pour ces hommes et ces femmes attachés à l’égalité raciale. Ils ont tous en mémoire des images terrifiantes, des déclarations insultantes, des exactions violentes, mais ils ont fait face et se font un devoir de conter leur courageuse épopée pour que l’avenir de leurs enfants soit assuré.

Bertha Looney est aujourd’hui enseignante au Southwest Tennessee Community College de Memphis. À 76 ans, elle tient à rester en contact avec la jeune génération qui lui donne foi en une paix sociale future. Elle sait combien les temps ont changé, combien les conditions de vie ont évolué, mais elle reste vigilante, car sa propre expérience révèle la fracture entre Blancs et Noirs aux États-Unis. Elle fit partie des « Memphis State Eight », ces huit premiers adolescents noirs autorisés à entrer à l’université du Tennessee en vertu d’une loi fédérale de 1954.

Malgré l’opposition farouche des autorités locales et l’hostilité de 5 000 étudiants blancs, elle fit ses premiers pas sur le campus en 1959. Bien qu’elle ne se considère pas comme une pionnière du mouvement des droits civiques, elle a progressivement acquis une réputation de femme téméraire. Elle participa même aux marches non violentes initiées par Martin Luther King qu’elle rencontra la veille de son assassinat.

Manifester paisiblement, quitte à affronter les chiens policiers, était une posture que ne partageaient pas tous les militants africains américains au cœur des années 1960. Le meurtre du pasteur King fit basculer la fronde de la communauté noire en une rébellion massive. Certains activistes prônèrent la manière forte et défièrent l’administration américaine.

Calvin Taylor était un jeune homme de 20 ans en 1968. Il commençait à trouver le temps long en observant ses aînés défiler dans les rues sans obtenir satisfaction. Il décida alors de se rapprocher des « Invaders », un groupuscule de jeunes effrontés bien décidés à suivre les préceptes du « Black Power » et des « Black Panthers ». Bien qu’il ne partageait la philosophie « attentiste » de Martin Luther King, il reconnaît aujourd’hui que le 4 avril 1968 représenta le tournant décisif du mouvement de contestation des Noirs d’Amérique. Il fut d’ailleurs l’un des premiers informés de la mort du pasteur, et pour cause…

Les « Invaders » ont-ils durablement incliné les choix politiques des Etats ségrégationnistes ? Il est aujourd’hui difficile de l’affirmer. Calvin Taylor et ses colistiers (Charles Cabbage, Coby Smith, John B. Smith, etc.) ont, en tout cas, suscité des vocations ou, tout au moins, donné de l’élan aux résistants de l’époque.

Memphis a été un carrefour sonore majeur au milieu des années 1960 quand les chanteurs donnaient de la voix pour soutenir les combattants de la liberté. Le producteur, parolier et entrepreneur américain, David Porter, fut un membre éminent de Stax Records, l’un des labels où Blancs et Noirs œuvraient ensemble pour le bien commun. Il n’a pas oublié l’effroi que suscita la mort de Martin Luther King au sein de sa « famille » de musiciens et l’impérieuse nécessité de réagir.

Subrepticement, les piliers du label Stax ont épousé les soubresauts d’une société en pleine ébullition. Le documentariste et auteur américain, Robert Gordon, a longuement étudié l’interaction entre les événements historiques et l’inventivité des artistes. Il a ainsi décelé le sens caché de certaines mélodies, la politisation des compositions, et l’émoi perceptible des instrumentistes et interprètes de ce patrimoine musical inestimable.

Stax Records est une exception dans l’industrie du disque américaine. Une oasis de fraternité entre personnalités unies par une passion commune : la musique ! La couleur de peau n’était pas la préoccupation de tous ces créateurs animés par un enthousiasme collégial. Tim Sampson est l’un des heureux gardiens du temple aujourd’hui à Memphis. Il connaît l’histoire de ce label par cœur et s’en fait l’écho avec chaleur et conviction.

Il veille d’ailleurs, à travers la Stax Academy, à ce que le message d’apaisement et de tolérance de ses aînés irrigue les consciences et interpelle les jeunes talents. Sa profession de foi repose sur sa parfaite connaissance de l’aventure Stax qui aurait pu vaciller ce fameux 4 avril 1968.

Toni Green n’avait que 16 ans lorsque le soulèvement du peuple noir devenait réalité. Déjà forte tête, elle avait de la sympathie pour les « Invaders » et conduisit une révolte lycéenne malgré les intimidations d’un chef d’établissement totalement sourd aux aspirations de la jeunesse.

Devenue une chanteuse reconnue et respectée, Toni Green n’a rien perdu de sa verve militante et fait toujours entendre son discours protestataire quand elle le juge utile. Elle sait que la musique lui donne cet espace d’expression salvateur qui accompagne souvent les enjeux sociétaux.

Finalement, si les grands orateurs d’antan ont été réduits au silence, leurs contemporains ont repris le flambeau et perpétué l’intention originelle à travers leurs écrits, leurs chansons, leur dévotion, leur spiritualité, leur générosité. Les mots de Martin Luther King résonnent encore et toujours avec une force décuplée par ces milliers de porte-voix célèbres ou anonymes qui, chaque jour, font allégeance à des valeurs universelles : la solidarité, l’unité et la bienveillance !

 

 

 

L’ONU célèbre l’héritage de Martin Luther King, leader américain des droits civiques décédé il y a 50 ans

Photo ONU

Martin Luther King et Mme King sont accueillis par le diplomate américain Ralph Bunche aux Nations Unies en 1964.

 

4 avril 2018

Droits de l’homme

 

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, se joint aux États-Unis et au monde entier pour célébrer l’héritage de Martin Luther King Jr., leader des droits civiques, dont la vie a été tragiquement interrompue il y a 50 ans, a dit mercredi son porte-parole.

Martin Luther King, qui a reçu en 1964 le prix Nobel de la paix pour son combat contre l’inégalité raciale à travers la résistance non-violente, a été assassiné le 4 avril 1968 à Memphis, Tennessee.

« Dr. King était l’un des géants moraux du 20ème siècle. Il a consacré sa vie à l’égalité, à la justice et au changement social non violent. Des décennies après sa mort, il continue d’inspirer tous ceux dans le monde qui luttent pour les droits de l’homme et la dignité humaine face à l’oppression, la discrimination et l’injustice », a dit le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, dans une déclaration à la presse.

« Son plaidoyer et ses déclarations contre la discrimination, et en faveur de la justice sociale, de la compréhension mondiale et des vertus de la diversité sont plus pertinents aujourd’hui que jamais », a-t-il ajouté.

Les Nations Unies ont rendu hommage à Martin Luther King pour « sa contribution exceptionnelle » à la promotion et à la protection des droits de l’homme énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et d’autres instruments des Nations Unies relatifs aux droits de l’homme, et lui a décerné à titre posthume le Prix des Nations Unies dans le domaine des droits de l’homme en 1978.

« En nous souvenant de la vie du Dr. King, bâtissons sur son héritage », a dit le porte-parole du Secrétaire général.

 

 

 

 

 

 

 

La mort de Winnie Mandela

Winnie Madikizela Mandela, ex-épouse de Nelson Mandela, en train de voter, lors des élections municipales sud-africaines à Soweto, en Afrique du Sud, le 18 mai 2011. REUTERS / Siphiwe Sibeko

Elle est à la Une de bon nombre de journaux du continent ce matin : on la voit à tout âge, coupe afro dans ses jeunes années, ou encore coiffée d’un chapeau, d’une casquette ou d’un foulard, mais toujours avec le même geste : le poing levé, symbole de la lutte contre l’oppression.

Justement, relève le Mail & Guardian en Afrique du Sud, « dans le sillage de son poing levé, elle a élevé une nation. (…) La mort de Winnie Mandela marque la fin d’une époque, la perte d’une combattante de la liberté qui a servi de visage public à un Nelson Mandela emprisonné pendant 27 ans. (…) Travailleuse sociale de profession, son mariage avec le combattant de la liberté l’avait poussée dans un monde d’activisme politique où elle connaîtra la torture, le harcèlement et le bannissement par le régime de l’apartheid. À bien des égards, pointe encore le Mail & Guardian, c’était son image intrépide et inébranlable face à un appareil d’État brutal qui donnait du courage à une nation qui luttait contre l’oppression. »

Un parcours controversé

« Retour sur la vie controversée d’une grande combattante », titre pour sa part Fraternité Matinen Côte d’Ivoire. Certes, pointe le quotidien ivoirien, « pendant 30 ans, Winnie Mandela va subir dans sa chair l’âpreté du combat et la violence raciste du pouvoir blanc. (…) Mais, elle déclenche aussi polémiques et controverses, rappelle Frat’ Mat’, notamment lorsqu’elle appelle implicitement à la violence contre ceux considérés comme des traîtres à la lutte anti-apartheid, lorsque le pays sera enfin libéré du joug du pouvoir raciste. (…) Devenue (par la suite) critique farouche de son ex-mari, elle lui reprochait l’accord passé avec les Blancs pour mettre fin à la ségrégation. Pour elle, la nation Arc-en-ciel était un ‘mythe’. »

Walfadjri au Sénégal renchérit : « le parcours controversé d’une mère de la nation », titre le quotidien dakarois. « Indomptable et charismatique », certes, rappelle Walfadjri, mais la seconde partie de sa vie « a été marquée par des événements troubles. (…) En 1998, pointe le journal, la Commission Vérité et Réconciliation, chargée de juger les crimes politiques de l’apartheid, l’avait déclaré ‘coupable politiquement et moralement d’énormes violations des droits de l’Homme’, commise par le Mandela United Football club, un groupe de fidèles, particulièrement violent. »

Finalement, relève Ledjely en Guinée, « avec Nelson Mandela, elle aura d’une certaine façon formé plus qu’un couple, un duo d’enfer contre l’inique régime de l’apartheid. Lui, plus porté sur le pardon et la conciliation, et elle, privilégiant l’option de la loi du Talion, auront été probablement plus complémentaires qu’antinomiques dans la lutte qu’ils ont menée contre l’oppresseur. Radicale diront certains, infidèle, rajouteront d’autres, Winnie Mandela tout en assumant sa résistance au nom des townships, aura surtout eu le mérite d’exister et de livrer bataille dans un monde qu’on aurait cru exclusivement réservé aux hommes. »

Ange ou démon ?

Alors, « Winnie, ange ou démon ? », s’interroge Wakat Séra. « Peut-être ange et démon. » En tout cas, « des ‘mères de la nation’, l’Afrique en a peu connues, relève le site burkinabé. Pourtant, sans avoir été chef de l’Etat, Winnie Mandela en est une. Reconnue ainsi par ses compatriotes, elle fait partie de ces figures de proue qui ont écrit, en lettres d’or, l’histoire ensanglantée de ce qui deviendra la Nation Arc-en-ciel. (…) Winnie Mandela a déposé les armes pour rejoindre le royaume de ses ancêtres, mais son combat restera sans doute gravé à jamais dans l’esprit des Sud-Africains. Et si comme on le dit en Afrique, ‘les morts ne sont pas morts’, conclut Wakat Séra, Winnie Mandela continuera sans doute de hanter Robben Island ou encore les townships où les noirs vivent désormais le cauchemar de l’apartheid économique. »

Finalement, note Le Monde Afrique, « son génie aura été de se réinventer sans cesse. Mieux : cette femme qui se relève, malgré ses dérives tragiques ou pathétiques, ses faiblesses impardonnables, a fini par devenir une incarnation de l’Afrique du Sud. (…) Winnie est demeurée constamment rêche comme la vie en Afrique du Sud, comme les espoirs qui y palpitent, même les plus irréalistes. Dans ce pays toujours écorché vif où la liberté n’est pas un aliment qui se cuit, ni ne se mange dans les townships, elle est restée une reine jusqu’au dernier jour. »

 

A la Une: Lula aux portes de la prison

Des partisans de Lula clament l’innocence de leur icône, le 11 février 2018.REUTERS/Adriano Machado

 

La décision de la Cour suprême qui a rejeté la demande d’Habeas corpus de l’ancien président (ce qui lui aurait permis de rester en liberté jusqu’à la fin des recours judiciaires) fait la Une dans toute la presse latino-américaine. « Lula aux portes de la prison », titre le journal péruvienEl Comercio. Le quotidien argentin La Nacion voit un pays « sous tension » et s’interroge sur la fin d’un « mythe de la gauche latino-américaine ». Une chose est sûre, poursuit La Nacion, la décision de la Cour suprême redistribue les cartes de la campagne électorale en cours.

Et maintenant ?

La question est à la Une de la presse brésilienne. O Globo rappelle à ses lecteurs que les avocats de Lula peuvent présenter un ultime recours devant le tribunal de Porto Alegre qui a déjà condamné Lula en première et en deuxième instance. Ils ont jusqu’au 10 avril pour le faire. Mais le juge Moro peut demander l’incarcération de Lula « à n’importe quel moment », précise O Globo. Mais il est possible que l’ancien président puisse négocier un régime de résidence surveillé, estime Carta Capital. Cette formule s’applique aux détenus de plus de 70 ans et qui ont des problèmes de santé. Or Lula a 72 ans et souffrait d’un cancer en 2012. Carta Capital, comme d’autres journaux, titre d’ailleurs sur le vote extrêmement serré de la Cour suprême. Les onze juges qui se sont montrés profondément divisés sur la demande d’Habeas corpus, une division à l’image de la société brésilienne.

Lula lui n’a pas encore réagi officiellement

ADVERTISING

inRead invented by Teads

Il a suivi le vote de la Cour suprême qui a été transmis en direct, de chez lui dans la banlieue de Sao Paulo, selon le journal Valor. Le Parti des travailleurs de son côté parle « d’un jour tragique pour la démocratie et pour le Brésil ». Il reproche à la Cour Suprême d’avoir piétiné la Constitution. Le PT croit encore en son candidat qui peut continuer à faire campagne, même en étant emprisonné, écrit Carta Capital. Un scénario qui reste toutefois fragile. Le journal chilien El Mercuriopour sa part estime que le Parti des travailleurs travaille déjà à un plan B. Trois candidats pourraient remplacer Lula le cas échéant. Dans les starting block se trouvent l’ancien maire de Sao Paulo Fernando Haddad, « un visionnaire » selon El Mercurio, l’ancien gouverneur de Bahia Jacques Wagner, et Ciro Gomes du Parti démocratique travailliste qui se considère comme le « Macron brésilien ».

La crainte d’une intervention de l’armée

L’autre sujet qui fait les gros titres de la presse brésilienne, c’est la déclaration du chef de l’armée brésilienne, qui affirmait dans un tweet répudier l’impunité. Même si Eduardo Villas-Boas ne fait pas référence explicitement à Lula, ses propos ont ravivé les peurs d’une intervention militaire. D’autant que d’autres militaires se sont également exprimés dans ce sens. Cette déclaration est « un échec pour la démocratie », commente une juriste dans Carta Capital, ajoutant que le chef de l’armée a clairement violé les règles des forces armés. La Folha de Sao Paulocondamne également les propos tenus par le général, « ils ouvrent un dangereux précédent » selon le journal qui a, rappelons-le, soutenu la dictature militaire dans les années 60 et 70.

Haïti : la Mission de l’ONU pleinement opérationnelle

Photo ONU/Loey Felipe

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix,devant le Conseil de sécurité.

 

3 avril 2018

Paix et sécurité

 

S’exprimant devant le Conseil de sécurité, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a affirmé mardi matin que la Mission de l’ONU, la MINUJUSTH, est pleinement opérationnelle et met en œuvre son mandat.

Devant les Quinze, Jean-Pierre Lacroix a expliqué le mode de déploiement de la Mission dotée d’une composante civile concentrée dans la capitale, Port-au-Prince, et d’unités mobiles pluridisciplinaires pour suivre l’évolution politique et de l’Etat de droit et discuter avec les communautés et autres acteurs dans l’ensemble des dix départements. Ce mode opératoire est conforme à l’esprit de la Mission, qui est lié à l’empreinte légère et non intrusive de la Mission, a-t-il ajouté.

Le patron des opérations de maintien de la paix, qui s’est rendu sur place le 14 et le 15 mars, a expliqué que la Mission a placé 135 officiers de police auprès de la Police nationale haïtienne (PNH) dans les dix départements et 23 membres des services pénitentiaires dans 9 des 18 prisons que compte le pays.

Par ailleurs, la Mission travaille en coopération étroite avec les 19 agences et programmes des Nations Unies présents dans le pays, ainsi qu’avec le Bureau de l’Envoyée spéciale du Secrétaire général pour Haïti, Josette Sheeran, afin de réaliser son mandat tout en assurant une transition douce vers un développement inclusif et durable, grâce à une approche cohérente, globale et intégrée conforme aux réformes en cours et à la vision du Secrétaire général en matière de prévention, a plaidé M. Lacroix.

Consolider les acquis

Selon le Secrétaire général adjoint, l’objectif principal de la MINUJUSTH est de s’appuyer sur les réalisations de la précédente Mission de l’ONU déployée jusqu’en 2017, la MINUSTAH, et de consolider la stabilité et la sécurité dans le pays, pour faciliter son développement à long terme, ce qui suppose des fondements plus solides en matière d’Etat de droit et de respect des droits de l’homme.

Pour être efficace, une opération de maintien de la paix comme la MINUJUSTH doit entretenir une « relation saine » avec le gouvernement et la population, fondée sur la solidarité et la confiance mutuelle, a fait observer M. Lacroix, qui s’est dit encouragé par les efforts du Président Moïse pour créer un climat de changement et améliorer la vie quotidienne de la population, y compris par l’initiative de la « Caravane pour le changement ».

Selon le patron des Casques bleus, il existe une occasion unique pour la MINUJUSTH, l’Équipe de pays, la communauté internationale et le gouvernement haïtien de travailler ensemble à la mise en œuvre des priorités communes indiquées dans la résolution 2350 (2017). Jean-Pierre Lacroix a rappelé que, malgré les progrès, le pays devait encore surmonter de nombreux défis et risques dans le cadre de la transition du maintien de la paix vers le développement. Il a mentionné en particulier les incertitudes économiques persistantes et l’exclusion sociale qui en résulte, notamment pour les jeunes et les plus vulnérables.

Le vote unanime du Conseil qui a créé la MINUJUSTH il y a un an le 13 avril a été un « vote de confiance en Haïti, de reconnaissance des progrès réalisés par ce pays », a encore affirmé M. Lacroix. Pour le Secrétaire général adjoint, il y a tout lieu de penser que ce progrès est irréversible. Nous devons tous investir dans ce succès, a-t-il insisté. Il a conclu en rappelant qu’en annonçant la semaine dernière son initiative « Action pour le maintien de la paix », le Secrétaire général avait présenté comme un facteur critique le soutien du Conseil de sécurité à ses opérations de maintien de la paix et, dans le cas présent, au succès de la MINUJUSTH et d’Haïti.

 

 

 

 

Proverbes

Bèl Parol pa vle di Verite pou sa

Kòfrefò pa suiv Kòbya

Lajan pa Gin Lodè

Tout bèt jennen mòde

Chen Bwè Ze pa Kite Metye

Mete Chat Veye mantèg

Good to know: Share the Divine Mercy!

 

Deacon Paul C. Dorsinville.

Jesus appeared to Sr. Faustina Kowalska to reveal His unlimited Mercy available to all who want to profit from it. And Saint Pope John Paul II made officially the Second Sunday of Easter the Sunday of Mercy with a special plenary indulgence linked to sacramental confession and communion with recitation of the Creed, Our Father, Hail Mary and Glory Be to the intentions of the Holy Father. And there are additional prayers to be led by priests at the end of Mass available in the Plenary Indulgence Decree.

Mercy is important  to instill the spirit of family necessary  to make any progress in our society plagued by polarization based on race, class, sex, etc. here and in the whole world. So let us pray…

If you do not need the indulgence for yourself, a family member or a friend, alive or deceased, you can dedicate it for me for which I will be really grateful.
+                +                +

Jésus a apparu à Sr. Faustina Kowalska pour lui révélér Sa Miséricorde illimitée disponible pour tous ceux qui veulent en profiter. Et Saint Pape Jean Paul II a rendu officiellement le Second Dimanche de Pâques le Dimanche de Miséricorde avec une indulgence plénière spéciale liée à la confession et communion sacramentelles avec récitation du Credo, Notre Père, Je Vous Salue Marie et Gloire Soit aux intentions du Saint Père. Et il y a des prières supplémentaires à mener par les prêtres à la fin de la Messe disponibles dans le Décret de l’Indulgence Plénière.

La Miséricorde est importante pour instiller l’esprit de famille nécessaire pour réaliser aucun progrès dans notre société en proie à la polarisation basée sur race, classe, sexe, etc. ici et dans le monde entier. Prions donc…

Si tu n’as pas besoin de l’indulgence pour toi-même, un membre de ta famille ou un ami, vivant ou défunt, tu peux la dédier pour moi ce pourquoi Je serai vraiment reconnaissant.
##.

 

FOR IMMEDIATE RELEASE

Media Contact:

Pierre Jonas Imbert, MPA

CEO & Co-Founder

pjimbert@gmail.com.| @pierrejimbert

Haiti Cell 509.3777.4318; U.S. Cell 617.755.2571

 

Haiti’s First Endowed Fund Established

 

PORT-AU-PRINCE, HAITI APRIL 13TH, 2018- Give a man a fish, and you feed him for a day. Teach a man to fish, and you feed him for a lifetime.” Determined to move Haiti from aid to development, a group of Haitians in Haiti and the diaspora along with some friends of Haiti, came together to establish the first grant making community foundation in the country.

 

The Ayiti Community Trust (ACT)Trust is the country’s first endowed fund, building on Haiti’s assets and driven by Haitians’ needs locally while providing resources for sustainable solutions. ACT is registered in Haiti and operates as a grant-making community foundation. Registered as 501(c)3 organization in the US, ACT has partnered with the Miami Foundation, the largest community foundation serving Miami for more than 50 years.  The fund will provide sustainable support to Haitian organizations in Haiti within three interconnected pillars: Environment, Civic Education, and Entrepreneurship.

 

The Ayiti Community Trust is built on thoughtful and responsible leadership, transparency, and accountability. The Ayiti Community Trust is governed by a robust board, made of 25 prominent Haitians and friends residing in Haiti, USA, and Canada.

 

With its initial focus on water, The Ayiti Community Trust believes in innovative, integrated and sustainable models, to improve water availability, accessibility/distribution, and environmental

renewal/protection.  ACT believes in partnerships and leveraging the resources from the best organizations to avoid duplication, benefit from economies of scale, and achieve measurable results and long-term impacts.

 

Haiti’s status quo is not acceptable. With ACT we can begin to shift the position of philanthropic power. Together we will pursue a sustainable future for Haiti. To learn more information about the organization, visit our website at http://www.ayiticommunitytrust.org/

 

###

 

 

 

Latest News-April1st , 2018

EASTER 2018  (April 1st, 2018)

Act 10, 34-43; Psalm 118; Col. 3, 1-14; John 20, 1 -9                                          

 

By +Guy Sansaricq

 

Happy Easter!  Can you believe it? He is risen! His tortured body is gloriously alive! He appeared to Marie-Magdalene and John and then Peter and the other Apostles. Thomas touched his wounded side. More than five hundred people saw him!

 

It’s the great event upon which rests the edifice of our faith. He died on the Cross as the HIGHT-PRIEST offering to the Father his own self as the PERFECT SACRIFICE of our RECONCILIATION. He rose from the dead as clear evidence that the sacrifice has been accepted.  In stepping out of the tomb, he draws in his victory all who believe in him.

This Resurrection is just like a NEW CREATION, a NEW BEGINNING! Jesus stands as the new Adam! He heads redeemed mankind! We are called to leave behind the soiled heritage of the old Adam and embrace the heritage of GRACE that radiates from the RISEN LORD.

 

Why should you close your eyes and ears? Happily join the ranks of redeemed mankind!

 

Alleluia! In the diocese of Brooklyn, some 1000 adults from diverse religious backgrounds have received Baptism. Millions of tepid and former Catholics have returned home to sit at the family table of the Eucharist. Stop hesitating! Rejoice! Salvation is offered to you!

 

“Everyone who believes in Him will receive forgiveness of sins through His Name.”

Happy Easter! Sing with me ALLELUIA!

 

FÈTE DE PÀQUES 2018                                  

 

                                                                                                                                                 +Guy Sansaricq

 

JOYEUSES PAQUES! Quelle surprise! L’inattendu est survenu! La Victime écrasée sort de sa tombe victorieux! La méchanceté du monde pensait par le crime atroce du Vendredi Saint supprimer à jamais la lumière, assassiner le bien. Le mystère de Paques, c’est celui du triomphe de l’amour. L’amour de Dieu pour vaincre n’utilise pas la force des armes et de la violence, mais la voie de l’amour sacrificiel qui à long terme gagne invariablement. C’est l’illustration de cet axiome évangélique “Celui qui perd sa vie la gagne.”

 

L’évènement de la RESURRECTION ouvre un nouveau chapitre de l’Histoire du Salut. Les portes fermées du Paradis s’ouvrent bien grandes. L’homme est libéré si seulement il croit.

 

Paques est l’évènement central de l’histoire du salut. La victoire du Christ sur la mort est la mienne et la tienne aussi car Il est la tète dont nous sommes le Corps. Si en Adam tous ont péri, dans le Christ tous sont sauvés, moyennant la foi! Profites donc de cette fète pour reprendre ta place à la table de famille!  Redécouvre ta destinée éternelle, la puissance de l’amour et ta splendeur d’homme sauvé par le sang de l’Agneau immolé et ressuscité!

 

“VOTRE VIE EST CACHÉE AVEC LE CHRIST EN DIEU! Alleluia!  (Col. 3, 2)

Bishop Sansaricq

Jeunes : sauver l’amour humain de la dérive, par le p. Cantalamessa

Homélie de la célébration de la Passion au Vatican (Texte intégral)

30 MARS 2018RANIERO CANTALAMESSAROME

 

  1. Cantalamessa, Vendredi Saint 2018, Capture Vatican Media

« Une tâche vous est particulièrement confiée, dit le père Raniero Cantalamessa aux jeunes : sauver l’amour humain de la dérive tragique dans laquelle il est tombé: l’amour qui n’est plus un don de soi, mais seulement la possession – souvent violente et tyrannique – de l’autre. » Le prédicateur de la maison pontificale a prononcé l’homélie de la célébration de la Passion du Seigneur, en présence du pape François ce Vendredi Saint, 30 mars 2018, en la basilique Saint-Pierre.

Le prédicateur capucin s’est adressé particulièrement aux jeunes, à quelques mois du synode d’octobre 2018 qui leur est dédié : « Chers jeunes chrétiens, s’il est permis à un ‘ancien’… de s’adresser directement à vous, je vous exhorte: soyez de ceux qui prennent la direction opposée! Osez aller à contrecourant! Pour nous, la direction opposée n’est pas un lieu, c’est une personne, c’est Jésus notre ami et rédempteur. »

Il les a invités, non pas à « renoncer aux joies de l’amour, à l’attraction et à l’éros », mais à « savoir unir l’éros à l’agapè, au désir de l’autre, la capacité de se donner à l’autre » : « C’est une capacité qui ne s’invente pas en un jour, a souligné le p. Cantalamessa. Il faut se préparer à faire don total de soi à une autre créature dans le mariage, ou à Dieu dans la vie consacrée, en commençant à donner de son temps, de son sourire et de sa jeunesse en famille, dans la paroisse, dans le bénévolat. »

Et de préciser : « Le monde que nous ne devons pas aimer et auquel nous ne devons pas nous conformer n’est pas, nous le savons, le monde créé et aimé par Dieu, ce ne sont pas les personnes du monde vers lesquelles, au contraire, nous devons toujours aller, surtout les pauvres, les derniers. Se “mêler” avec ce monde de la souffrance et de la marginalisation est, paradoxalement, le meilleur moyen de « se séparer » du monde, parce que c’est aller vers ce que le monde fuit de toutes ses forces. C’est se séparer du principe même qui gouverne le monde qui est l’égoïsme. »

AK

Homélie du Vendredi Saint 2018, en la Basilique Saint-Pierre

“CELUI QUI A VU REND TEMOIGNAGE”

Quand ils arrivèrent à Jésus, voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau. Celui qui a vu rend témoignage, et son témoignage est véridique ; et celui-là sait qu’il dit vrai afin que vous aussi, vous croyiez (Jn 19, 33-35). Personne ne pourra jamais nous convaincre que cette attestation solennelle ne correspond pas à la vérité historique, et que celui qui prétend avoir été là et avoir vu, en réalité n’était pas là et n’a pas vu. Il en va, dans ce cas, de l’honnêteté de l’auteur. Sur le Calvaire, aux pieds de la Croix, se tenait la mère de Jésus, et à ses côtés, “le disciple que Jésus aimait”. Nous avons un témoin oculaire! Non seulement il “a vu” ce qui arrivait sous le regard de tous; mais dans la lumière de l’Esprit-Saint, après la Pâque, il “a vu” également le sens de ce qui s’était passé: qu’à ce moment-là, le véritable  Agneau de Dieu était immolé et que s’accomplissait le sens de la Pâque antique; que le Christ sur la Croix était le nouveau temple de Dieu, du côté duquel, comme l’avait prédit le prophète Ezéchiel (47, 1 12), jaillit l’eau de la vie; que l’esprit qu’il rend au moment de sa mort marque le début de la nouvelle création, comme “l’esprit de Dieu”, se mouvant sur les eaux, avait transformé le chaos initial en cosmos. Jean a comprit le sens ultime des derniers mots de Jésus: “Tout est accomplit” (Jn 19, 30).

Mais demandons-nous pourquoi cette concentration illimitée de sens autour de la croix du Christ? Pourquoi cette omniprésence du Crucifix dans nos églises, sur les autels et dans tous les lieux fréquentés par les chrétiens? Quelqu’un a offert une clé de lecture pour comprendre le mystère chrétien, en disant que Dieu se révèle “sub contraria specie”, à travers le contraire de ce qu’il est réellement: il révèle sa puissance dans la faiblesse, sa sagesse dans la folie, sa richesse dans la pauvreté … Cette clé de lecture ne s’applique pas à la croix. Sur la croix Dieu se révèle “sub propria specie”, pour ce qu’il est, dans sa réalité la plus intime et la plus vraie. “Dieu est agapè”, écrit saint Jean (1Jn 4,10), amour oblatif, et ce n’est que sur la croix que devient manifeste la capacité infinie d’autodonation de Dieu. “Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu’au bout” (Jn 13,1); “Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné [à la mort] son Fils unique” (Jn 3, 16); “ Il m’a aimé et s’est livré [à la mort] lui-même pour moi ” (Ga 2, 20).
* * *
En cette année où l’Église célèbre un synode sur les jeunes et veut les placer au centre de sa sollicitude pastorale, la présence sur le Calvaire du disciple que Jésus aimait contient un message spécial. Nous avons toutes les raisons de croire que Jean a suivi Jésus quand il était encore très jeune. Ce fut une véritable histoire d’amour. Tout le reste est soudainement passé en arrière-plan. Ce fut une rencontre “personnelle”, existentielle. Si, au centre de la pensée de Paul, il y a l’œuvre de Jésus et son mystère pascal de mort et de résurrection, au centre de la pensée de Jean il y a l’être, la personne de Jésus. Et à partir de là tout ces “Je suis” aux résonances éternelles qui ponctuent son Évangile: “Je suis le chemin, la vérité, et la vie”, “Je suis la lumière”, “Je suis la porte”, simplement “Je suis”.

Jean était presque certainement l’un des deux disciples du Baptiste qui suivirent Jésus quand ce dernier se présenta devant eux. A leur question: “Rabbi, où demeures-tu?”, Jésus répondit : “Venez et voyez”. “Ils allèrent donc et ils restèrent auprès de lui ce jour-là; il était environ quatre heures de l’après-midi ” (Jn 1, 35-39). Cette heure avait été décisive pour sa vie et il ne l’avait plus oubliée. Cette année, nous nous efforcerons, à juste titre, de découvrir ce que le Christ attend des jeunes, ce qu’ils peuvent donner à l’Église et à la société. La chose la plus importante est cependant autre: c’est faire connaître aux jeunes ce que Jésus a à leur donner. Jean l’a découvert en restant avec lui: “vie en abondance”, “joie parfaite”.

Faisons en sorte que, dans tous les discours sur les jeunes et aux jeunes, résonne, comme une musique de fond, l’appel du Saint Père dans la Evangelii gaudium: “J’invite chaque chrétien, en quelque lieu et situation où il se trouve, à renouveler aujourd’hui même sa rencontre personnelle avec Jésus Christ ou, au moins, à prendre la décision de se laisser rencontrer par lui, de le chercher chaque jour sans cesse. Il n’y a pas de motif pour lequel quelqu’un puisse penser que cette invitation n’est pas pour lui” (EG, n. 3).

Rencontrer personnellement le Christ, même aujourd’hui, cela est possible car il est ressuscité; il est une personne vivante, non pas un personnage. Tout est possible après cette rencontre personnelle; rien, sans elle, ne va vraiment changer dans la vie de chacun.
* * *
Au-delà de l’exemple de sa vie, l’évangéliste Jean a également laissé un message écrit aux jeunes. Dans sa Première Lettre, nous lisons ces paroles émouvantes d’un ancien aux jeunes des églises qu’il a fondées: “Je vous l’ai écrit, jeunes gens : Vous êtes forts, la parole de Dieu demeure en vous, vous avez vaincu le Mauvais. N’aimez pas le monde, ni ce qui est dans le monde” (1 Gv 2, 14-15).
Le monde que nous ne devons pas aimer et auquel nous ne devons pas nous conformer n’est pas, nous le savons, le monde créé et aimé par Dieu, ce ne sont pas les personnes du monde vers lesquelles, au contraire, nous devons toujours aller, surtout les pauvres, les derniers. Se “mêler” avec ce monde de la souffrance et de la marginalisation est, paradoxalement, le meilleur moyen de « se séparer » du monde, parce que c’est aller vers ce que le monde fuit de toutes ses forces. C’est se séparer du principe même qui gouverne le monde qui est l’égoïsme.

Non, le monde à ne pas aimer est un autre; c’est le monde tel qu’il est devenu sous la domination de Satan et du péché, “la puissance de l’air”, comme l’appelle Saint Paul (Ep 2,1-2). L’opinion publique y joue un rôle décisif, elle est aujourd’hui, même littéralement, puissance “qui est dans l’air”, parce qu’elle se propage par la voie des ondes à travers les possibilités illimitées de la technologie. « Un esprit de grande intensité historique auquel l’individu peut difficilement échapper est déterminé. Nous suivons l’esprit général, il est tenu pour évidence. Agir ou penser ou dire quelque chose contre celui-ci est considéré comme insensé ou même une injustice ou un crime. Alors, on n’ose plus faire face aux choses et aux situations, et surtout à la vie, d’une manière différente de la façon dont il les présente » (H. Schlier). C’est ce que nous appelons l’adaptation à l’esprit du temps, le conformisme. Un grand poète croyant du siècle dernier, T.S. Eliot, a écrit trois versets (Family Reunion, II, sc. 2) qui en disent davantage que des livres entiers: “Dans un monde de fugitifs, celui qui prend la direction opposée aura l’air de s’enfuir” .

Chers jeunes chrétiens, s’il est permis à un « ancien », comme l’était Jean, de s’adresser directement à vous, je vous exhorte: soyez de ceux qui prennent la direction opposée! Osez aller à contrecourant! Pour nous, la direction opposée n’est pas un lieu, c’est une personne, c’est Jésus notre ami et rédempteur.

Une tâche vous est particulièrement confiée: sauver l’amour humain de la dérive tragique dans laquelle il est tombé: l’amour qui n’est plus un don de soi, mais seulement la possession – souvent violente et tyrannique – de l’autre. Sur la croix, Dieu s’est révélé comme agapè, l’amour qui se donne. Mais l’agapè n’est jamais séparée de l’éros, de l’amour de recherche, du désir et de la joie d’être aimé. Dieu ne nous fait pas simplement la “charité” de nous aimer; il nous désire, dans la Bible, il se révèle comme un époux amoureux et jaloux. Son amour est également un amour “érotique”, au sens noble de ce terme. C’est ce qu’a expliqué Benoît XVI dans l’encyclique “Deus caritas est”. “Éros et agapè – dit-il – , amour ascendant et amour descendant, ne se laissent jamais séparer complètement l’un de l’autre […]. La foi biblique ne construit pas un monde parallèle ou un monde opposé au phénomène humain originaire qui est l’amour, mais qu’elle accepte tout l’homme, intervenant dans sa recherche d’amour pour la purifier, lui ouvrant en même temps de nouvelles dimensions” (nr. 7-8).

Il ne s’agit donc pas de renoncer aux joies de l’amour, à l’attraction et à l’éros, mais de savoir unir l’éros à l’agapè, au désir de l’autre, la capacité de se donner à l’autre, en rappelant ce que saint Paul rapporte comme un dicton de Jésus: “ Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir ” (Ac 20,35). C’est une capacité qui ne s’invente pas en un jour. Il faut se préparer à faire don total de soi à une autre créature dans le mariage, ou à Dieu dans la vie consacrée, en commençant à donner de son temps, de son sourire et de sa jeunesse en famille, dans la paroisse, dans le bénévolat. Ce que beaucoup d’entre vous font déjà et en silence.

Jésus sur la croix ne nous a pas seulement donné l’exemple d’un amour oblatif poussé à l’extrême; il nous a mérité la grâce de le mettre en œuvre, dans quelque mesure, dans notre vie. L’eau et le sang jaillis de son côté arrivent à nous aujourd’hui par les sacrements de l’Église, par la Parole, ou tout simplement en regardant le Crucifix avec foi. Sous la croix, Jean vit prophétiquement, une dernière chose : des hommes et des femmes de tous temps et de tous lieux qui regardaient “celui qui a été transpercé” et pleuraient de repentir et de consolation (cf. Jn 19, 37; Za 12,10). Nous aussi, nous nous unissons à eux par les gestes liturgiques qui suivront maintenant.

Traduit en Français par les Frères Mineurs Capucins de Lourdes

 

Pensée de la Semaine: Dieu est le meilleur defenseur de la liberté humaine

Thought of the Week: God is the best advocate of human freedom

Pensamiento de la semana: Dios es el mejor defensor de la libertad humana

 

Visite du Docteur Joseph Clerismé à la Radio Telé Solidarité

 

 

Docteur Joseph Clerismé, president de l’association des medecins Haitiens à l’etranger a visité la Radio Telé Solidarité  le Samedi 17 Mars 2018. Il a eu un long entretien avec Bishop Guy Sansaricq , directeur du Centre National de l’Apostolat Haitien et de la Radio Telé Solidarité  sur le projet de la radio Telé Solidarité de produire un documentaire et d’ecrire un livre sur la contribution des Haitiens aux États Unis

 

Rappellons que Dr Clerismé est un Fils d’Arniquet, le benjamin d’une famille de  9. Il est diplomé de l’Ecole de medecine d’Haiti et est entré aux États Unis en l’année 1979.  Dr Clerismé a dit  à Bishop Guy Sansaricq qu’il appuie ce projet à 100% et il profita pour dire à Monseigneur Sansaricq que L’association des Medecins Haitiens a une très bonne relation avec  la Communauté Haitienne de la diaspora

Bishop Sansaricq est très satisfait de sa rencontre avec le Docteur Clerismé. Il continue à rencontrer  des Associations professionnelles Haitiennes  afin de voir  comment il peut avoir le support de toutes les composantes de la Société Haitienne pour la realisation  de ce projet.

 

Docteur Clerismé est un ami du Centre National de l’Apostolat Haitien et il etait parmi les orateurs du rassemblement des Jeunes de la Radio Telé Solidarité au mois de Fevrier 2018 à la Paroisse Ste Therèse d’Avila. Pour écouter l’entretien du Docteur Clerismé clicquer sur ce lien: https://youtu.be/4Od-a08nK2k

Brother Tob

 

Visit of Dr. Joseph Clerismé to Radio Telé Solidarité

Dr. Joseph Clerismé, President of the Association of Haitian Doctors Abroad visited Radio Telé Solidarité on Saturday, March 17, 2018. He had a long meeting with Bishop Guy Sansaricq, Director of the National Center of the Haitian Apostolate and Radio Telé Solidarité on the project of Radio Telé Solidarité to produce a documentary and to write a book on the contribution of Haitians to the United States

 

Dr. Clerismé is a son of Arniquet, the youngest of a family of 9. He graduated from the School of Medicine of Haiti and entered the United States in the year 1979. Dr. Clerismé told Bishop Guy Sansaricq that he supports this project at 100% and he took the opportunity to tell Bishop Sansaricq that the Association of Haitian Doctors has a very good relationship with the Haitian Community of the diaspora

 

Bishop Sansaricq is very pleased with his meeting with Dr. Clerismé. He continues to meet with Haitian professional associations to see how he can gain the support of all components of the Haitian Society for the realization of this project.

 

Dr. Clerismé is a friend of the National Center of the Haitian Apostolate and was among the speakers at the youth rally of Radio Telé Solidarité on February 2018 at St. Therese of Avila Parish. To listen to Dr. Clerismé’s interview click on this link: https://youtu.be/4Od-a08nK2k

 

Brother Tob

Entretien de Michele Montas Dominique à la Radio Telé Solidarité

Michèle Montas Dominique, ancienne Porte-Parole des Nations Unis et ancienne Presidente de la Radio Haiti Inter a visité la Radio Telé Solidarité le Vendredi 16 Mars 2018  ou elle a eu un long entretien avec Bishop Sansaricq sur l’ambitieux projet de produire un documentaire  et d’ecrire un livre sur la contribution des Haitiens aux États Unis. Elle a promis à Monseigneur Sansaricq son support pour la realisation de ce projet. Ce projet sera t-il facile? Bishop Sansaricq , cet homme de Dieu enraciné dans la Prière et qui a une grande foi en Dieu pense que le Seigneur va nous accompagner dans ce projet.  Il croit aussi que toutes les composantes Haititiennes des États Unis vont s’asseoir ensemble pour la realisation de ce projet visant à relever l’image d’Haiti au niveau international.

Elle profita pour accorder un entretien à la Radio Telé Solidarité ou elle a mis l’accent sur le travail difficile et dangereux  des Journalistes en Haiti dans les années 70 et au début des Années 1980.  Elle mit l’accent  sur le travail colossal de Radio Inter. Bien sûr elle nous a parlé de la mort ou de l’assasinat de Jean Dominique, son epoux et  le directeur Fondateur de la Radio Haiti Inter le 3 Avril 2000 devant le local de  la radio Haiti Inter. Elle nous informa que l’archive de Radio Haiti Inter se trouve à l’université Duc des États Unis. Comment cette mort continue à interpeller L’elite Haitienne à travailler pour un état de droit et à s’asseoir ensemble pour changer l’image d’Haiti?  Michèle Montas continue à esperer qu’un jour l’on finira par avoir Justice pour son mari Jean Dominique. Elle nous a parlé aussi  du testament que Jean Dominique a laissé au peuple Haitien.

Michèle Montas a partagé  avec nous ses preocupations sur la situation d’Haiti avec des milliers de jeunes qui fuient le pays pour le Chili, le Bresil. Il est important de souligner que beaucoup d’entre eux ont une formation universitaire. Le drame de ces jeunes est qu’après leurs études universitaires, ils  n’ont aucun emploi et n’ont aucun avenir en Haiti. Quel avenir ont ils au Chili? Pourquoi est il si difficile pour l’elite économique et l’etat Haitien de creer des emplois pour ces Jeunes? Elle a partagé aussi avec nous ses préoccupations sur le retour de l’armée d’Haiti soulignant avec une certaine tristesse qu’un professeur en Haiti avec 2 emplois n’arrive pas à nourrir son ou ses enfants deux fois par Jour. Elle continua pour nous parler de la tension sociale  qui secoue l’administration publique en Haiti. Donc la situation économique est très grave. Elle mentionna aussi  le climat  d’impunité qui ravage Haiti et pense qu’aucun pays ne peut fonctionner sans un bon système de justice et d’education.

Enfin Michèle Montas Dominique  nous informa qu’elle supporte le projet de la Radio Telé Solidarité  de produire un documentaire et d’ecrire  un livre sur la contribution des Haitiens aux États Unis. L’entrevue de Michèle Montas Dominique sera diffusée à la Radio Telé Soleil le 3 Avril 2018, Radio Telé Solidarité le 3 Avril, Cable Vision à Elizabeth le 3 Avril et le 11 Avril à Cable Vision de Long Island. Pour écouter son entretien clicquer sur ce lien : https://youtu.be/Q9kbrQCY78s

Brother Tob

Interview with Michele Montas Dominique at Radio Telé Solidarité

 

Michèle Montas Dominique, former United Nations Spokesperson and former President of Radio Haiti Inter, visited Radio Telé Solidarité on Friday March 16, 2018 when she had a long talk with Bishop Sansaricq on the ambitious project of producing a documentary and to write a book on the contribution of Haitians in the United States. She promised The Most Reverend Guy Sansaricq her support for the realization of this project. Will this project be easy? Bishop Sansaricq, this man of God who is rooted in prayer and who has great faith in God, thinks that the Lord will accompany us in this project and he also believes that all the Haitian components of the United States will understand the necessity to sit together for the realization of this project which aims at changing  the image of Haiti at the international level.

She took the opportunity to give an interview to Radio Telé Solidarité where she focused on the difficult and dangerous work of journalists in Haiti in the 1970s and early 1980s. She emphasized the colossal work of Radio Haiti Inter. Of course she told us about the murder of Jean Dominique, her husband and the then  director founder of  Radio Haiti Inter on April 3, 2000 in front of local of radio Haiti Inter. She informed us that the archives of Radio Haiti Inter are at the Doke University of the United States. How this death continues to challenge The Haitian elite to work toward a state of law and to sit together to change the image of Haiti? Michèle Montas continues to hope that one day her husband Jean Dominique will be vindicated. She also told us about the legacy that Jean Dominique left to the Haitian people in Haiti and the diaspora

Michèle Montas shared with us her concerns about the situation in Haiti with thousands of young people fleeing the country for Chile, Brazil and other destinations. It is important to note that many of them have a university education. The drama is that these young people after their university studies have no job and have no future in Haiti. What future do they have in Chile? Why is it difficult for the economic elite and the Haitian state to create jobs for these young people? She also shared with us her concerns about the return of the army of Haiti and stressed with some sadness that a teacher in Haiti holding 2 jobs is still unable to feed his children twice a day. She went on telling us about the social tension shaking the public administration in Haiti. So the economic situation in Haiti is very serious. She also mentioned the climate of impunity that ravages Haiti and she believes that no country can function without a good system of justice and education.

Finally Michèle Montas Dominique informed us that she supports the project of Radio Telé Solidarité to produce a documentary and to write a book on the contribution of Haitians to the United States. Michèle Montas Dominique’s interview will be broadcast on Radio Telé Soleil in Haiti on April 3, 2018, Radio Telé Solidarité on April 3, Cable Vision in Elizabeth on April 3 and April 11 on Cable Vision on Long Island. To listen to his interview click on this link: https://youtu.be/Q9kbrQCY78s

 

Brother Tob

Boston -Merci Père Gustave Miracle

Le Père Gustave Miracle de l’archidiocèse de Port-au Prince et qui exerce son ministère dans l’archidiocèse de Boston était le predicateur du Tridium Pascal à la Radio Telé Solidarité.  Le Père Miracle est toujours disponible pour les telespectateurs et Telespectatrices de la Radio Telé Solidarité.

Rappelons que Le Père Miracle a une maitrise en Theologie Morale et il est un candidat pour un doctorat en Theologie Morale. Bishop Guy Sansaricq en communion avec le Personnel de la Radio Telé Solidarité remercie infiniment le Père Miracle d’avoir accepté malgré ses multiples obligations  de prêter  son concours à la Radio Telé Solidarité.

Pour écouter la dernière predication du Père Miracle à la Radio Telé Solidarité clicquer sur ce lien: https://youtu.be/nTGm0l8mV2c

Brother Tob

Boston -Thank you Father Gustave Miracle

Father Gustave Miracle of the Archdiocese of Port-au-Prince and who is ministering in the archdiocese of Boston was the Paschal Tridium’s preacher  at Radio Telé Solidarité. Father Miracle is always available for the viewers of Radio Telé Solidarité.

Father Miracle has a Master’s degree in Moral Theology and he is a candidate for a PhD in Moral Theology. Bishop Guy Sansaricq in communion with the staff of Radio Telé Solidarité thanks Father Miracle for accepting despite his many obligations to be the preacher at  Radio Telé Solidarité for the Tridium of Holy Week.

To listen to the latest sermons of  Father Miracle on Radio Telé Solidarité click on this link: https://youtu.be/nTGm0l8mV2c

 

Brother Tob

Monseigneur Yves Lapierre est retourné

17 Juin 1936-22 Mars 2018

 

Le Centre National de L’Apostolat Haitien est triste de vous annoncer le grand voyage du Père Yves Lapierre  survenu le 22 Mars 2018 à West Palm Beach après une maladie chretiennement supportée

 

Monseigneur Lapierre etait vicaire General du Diocèse de Hinche du feu évêque Son Excellence Monseigneur Baptiste Decoste et de Son Excellence le regretté Monseigneur Leonard Laroche. Monseigneur Laroche est connu comme un homme de Dieu de grande foi,  très respectueux  et qui a fait un très bon travail au diocèse de Hinche. Il fut le premier prêtre Haitien à exercer son ministère au diocèse de Hinche

 

La messe funeraire  de Monseigneur Lapierre ont eu lieu le 24 Mars 2018 à l’Église Saint Jean et l’Église Ste Anne du diocèse de West Palm Beach. Son Excellence Monseigneur Guy Sansaricq presente ses sincères condoleances à la Famille de Monseigneur Lapierre et au peuple de Dieu du diocèse de Hinche  et tous ceux et celles touches par ce deuil.

 

Que le Seigneur accueille Monseigneur Lapierre dans son paradis.

Brother Tob

 

Monsignor Yves Lapierre returned

 

The National Center of the Haitian Apostolate is sad to announce the death of Monsignor Yves Lapierre that occurred on March 22, 2018 in West Palm Beach after a long illness.

 

Monsignor Lapierre was Vicar General of the Diocese of Hinche of the late bishop  the Most Reverend Jean  Baptiste Decoste and His Excellency the late Bishop Leonard Laroche. Monsignor Lapierre is known as a man of God of great faith, respectful who did a very good job in the diocese of Hinche. He was the first Haitian priest exercising priestly ministry in the diocese of Hinche

 

The funeral Mass of Monsignor Lapierre took place on March 24, 2018 at Saint John’s Church and St. Anne’s Church in the diocese of West Palm Beach. His Excellency Monsignor Guy Sansaricq presents his sincere condolences to the family of Monsignor Lapierre and the people of God of the Diocese of Hinche and all those affected by this death.

 

May the Lord welcome Monsignor Lapierre in his paradise

Brother Tob

 

 

 

Turquie: Ing. Agronome. Edryne Pepjy Michel

 

Candidate pour le concours de la Femme de l’Année 2018 de la Radio Telé Solidarité

 

Depuis la nuit des temps, les femmes ont subi pas mal d’oppression dans la société.  Elles ont fait face aussi à des discriminations d’ordre politiques, culturelles et aussi sociales. Vous n’êtes pas sans savoir que durant plusieurs décennies, les femmes ne pouvaient même pas jouir de leur droit de vote, encore moins occupées certains postes au sein d’une entreprise, lesquels étaient qualifiés comme des activités faites exclusivement pour des hommes. En Haïti, pendant la génération de nos grands-parents, le plus souvent les enfants nés de sexe féminin ont été très marginalisés car leurs parents refusaient qu’ils fassent des études avancées (dans certains cas, ces fillettes n’ont jamais connues les bancs de l’école) ; elles devraient tout bonnement rester à la maison pour s’occuper des autres enfants. Pratique qui, dans certains milieux ruraux est encore de mise. Qui plus est, quand elles grandissent pour devenir une femme biologiquement parlant, elles subissent encore plus de pressions, de violences tantôt verbales tantôt physiques. Même après avoir été violées, elles sont accusées de provocatrices soit dans leur comportement ou dans leur habillement.  Dans le foyer, beaucoup d’entre elles sont non seulement battues par leur mari mais aussi, elles sont victimes de machisme ; parfois elles arrivent même à sacrifier leur vie professionnelle pour s’adonner entièrement aux activités du foyer. Même celles qui réussissent d’une façon ou d’une autre à contrecarrer ces situations citées antérieurement, elles ne sont pas exemptées de certaines propositions indécentes dans le milieu du travail pour avoir une promotion ou augmentation de salaire. De ce fait, beaucoup de femmes vaillantes se sont battues afin de se faire valoir dans cette société. L’une d’entre elle eut à dire : « on ne nait pas femme on le devient ». Il y eut beaucoup de campagne de conscientisation, des mouvements féminismes, jusqu’à en arriver à la journée mondiale de la femme qui rappelle le chemin déjà parcouru et le long trajet qui manque encore.

Je dois vous dire qu’en tant que femme, pour arriver à comprendre ces problèmes, il m’a fallu un énorme travail, si bien que cela m’a aussi aidé à m’accepter comme femme.  J’ai dû bâtir un empire où la seule reine est la confiance en moi afin de ne pas tomber dans le piège de me sentir comme une victime de la société à cause de mon sexe. Dès mon plus jeune âge, je me suis toujours fixée des objectifs spécifiques et réalisables ; l’un d’entre eux était d’étudier dans un pays étranger afin de mieux comprendre les autres cultures et aussi d’améliorer ma capacité d’adaptation et d’indépendance. La bourse d’étude obtenue en 2009 m’a permis de transcender tout en découvrant le vrai « moi ». Au Costa Rica je n’avais pas seulement étudié pendant 4 années l’agronomie, je suis devenue aussi un leader, un agent de changement qui veut à tout prix contribuer à un monde meilleur et une société plus juste. Si on se réfère à quelques données publiées par la FAO, il y a 842 millions de gens affamés, 47 millions d’entre eux vivent en Amérique Latine et dans la Caraïbe. De nos jours, on fait face à une croissance exponentielle de la population mondiale, les systèmes de productions agricoles existants ne sont pas assez efficients pour alimenter le monde. Il faut mentionner que 70% des aliments produits dans les pays en voie de développement sont cultivés par les femmes pendant qu’elles possèdent 1% des terres en production. Donc, il est un impératif d’intégrer les femmes dans les activités agricoles, afin qu’elles deviennent de plus en plus influentes. L’intégration des femmes représente une alternative qui pourrait bien nous permettre de réduire la faim dans le monde.

Passionnée par la nature, la protection de l’environnement, le développement rural, l’égalité et la justice aux plus vulnérables je me sens éligible au concours « femme de l’année ». Je suis toujours très proactive, j’adore prendre part à des activités de volontariat dans le but d’aider les plus nécessiteux, et aussi de participer dans la résolution des problèmes à caractère mondial comme le changement climatique, le réchauffement global, la conservation de la biodiversité et autres. Dans la vie, tout ne se résume pas à l’argent, les volontariats m’ont beaucoup aidé à  « former » la femme que je suis devenue aujourd’hui, bien que je ne sois pas encore arrivée là où je veux être, mais je fais en sorte d’être plus près de mon but de jour en jour. Car pour atteindre mes objectifs et rester motivée, le développement personnel représente un processus incontournable. Cela m’a permis de mieux me connaitre, d’utiliser mes talents à bon escient, de vivre en harmonie, d’améliorer ma qualité de vie, et surtout de réaliser mes aspirations dans la vie. Selon mes expériences, je peux conclure que le succès se base pratiquement sur trois piliers : la confiance en soi, la persévérance et la foi ; d’où le rôle du développement personnel mentionné ci-dessus. Bien que la confiance en soi est considéré comme le moteur du succès, mais les deux autres piliers ne peuvent absolument pas être absents, sinon l’excès de confiance peut contrairement conduire à l’échec. Les femmes haïtiennes le plus souvent sont comparées à des « poto-mitan » traduit comme poteau du milieu en français, car quand ce dernier n’y est pas, n’importe quelle construction peut  se déséquilibre totalement. Non pas parce qu’elles sont indispensables mais plutôt assez fortes pour supporter le poids, et la mission de ce dit-poteau. Elevée dans une famille monoparentale je ne saurais en aucun cas ignorer la contribution de ces poteaux dans ma formation intégrée. C’est l’une des raisons pour lesquelles, je ressens une redevance envers la société haïtienne, surtout les jeunes filles en vue de les inspirer à ne jamais abandonner leur rêve tout en fortifiant leur estime de soi au jour le jour.

Toutefois, je ne peux laisser de côté les hommes vaillants de notre société.  Mon père fut l’un d’entre eux. Etant un grand agriculteur, mes tantes parlaient constamment de ses prouesses, rien qu’avec ses connaissances empiriques, il obtenait toujours de bonnes récoltes, il en partager avec sa famille et ses voisins. En grandissant, il fut ma muse à un point que je suis devenue ingénieure agronome. C’est une profession que je juge essentielle pour le développement économique d’Haïti. Au moment actuel, la plupart des produits consommés dans notre pays sont importés, et nous avons une couverture végétale de moins de 2%. Donc, il est facile à déduire que nous avons réellement besoin d’être conscientisés et informés de l’enjeu environnemental auquel nous faisons face en Haïti. Dans cette même optique, j’ai créé un mouvement à travers l’un des réseaux sociaux ayant comme but principal de démontrer aux gens que nous pouvons planter même aux périphéries des villes. Grace à l’agriculture péri-urbaine, nous n’avons plus besoin de grands domaines pour cultiver la terre. Des bouteilles en plastiques, des pneus usés, des palettes peuvent être utilisées pour planter des cultures maraichères (de courtes durées). Cette pratique aussi encourage les gens à recycler les matériels en plastique qui sont très polluants. Nous avons près de 1000 abonnés, lesquels sont très satisfaits des informations publiées. Nous faisons aussi des publications sur l’élaboration de compost, de pesticides organiques, de pates de tomates faites maisons etc. Quotidiennement, on reçoit des questions de nos abonnes, qui grâce à cette page ont commencé à pratiquer l’agriculture et à recycler. « Agrikilti pou Yon Koz » ; notre page Facebook grandit au jour le jour, nous visons d’atteindre plus de gens en faisant des séances de séminaires très pratiques, dans les écoles et les universités. De différentes ONG et projets ont beau lancé des campagnes de reforestation antérieurement, mais sans résultats fructueux. De ce fait, « Agrikilti pou Yon Koz » prime l’éducation des jeunes d’abord, après ce sera plus facile d’avoir de grands impacts à long terme.

Certes, j’ai déjà parcouru un long chemin, mais ma mission n’a pas encore pris fin. J’ai pris des échecs, je suis tombé, je me suis révélée et à présent je suis devenue plus forte que jamais. Après mes études,  je voudrais lancer une campagne de développement personnel en vue d’aider les jeunes à mieux se connaitre,  et à croire en leur capacité de réussir dans la vie. A l’instar des leaders connus mondialement, je rêve d’apporter de grands changements dans le secteur agricole en Haïti.

 

 

Ing. Agronome. Edryne Pepjy Michel

Etudiante en Maitrise ; production de céréales et légumineuses

Eskisehir Osmangazi Université, Turquie

 

 

Pâques : les vœux de Tawadros II au pape François

« Que le Seigneur bénisse votre service, votre mission, votre santé, et vous accorde une longue vie »

30 MARS 2018ANNE KURIANOECUMÉNISME, UNITÉ DES CHRÉTIENSPAPE FRANÇOISROME

Tawadros II, Vœux De Pâques, Capture SIR

« Que le Seigneur bénisse votre service, votre mission, votre santé, et vous accorde une longue vie. » Ce sont les vœux de Pâques du pape copte orthodoxe Tawadros II au pape François, dans une vidéo publiée par l’agence catholique SIR et reprise par Vatican News ce 30 mars 2018.

« A Sa Sainteté le pape François, Christ est ressuscité, il est vraiment ressuscité », salue le patriarche d’Alexandrie, chef de l’Eglise copte orthodoxe. Pâques, ajoute-t-il, « est la fête où nous nous réjouissons parce que Jésus Christ est ressuscité et a vaincu la mort. Et après la défaite de la mort, il a fait de la Croix la Croix de la Vie, salut pour toute l’humanité ».

Depuis le siège du patriarcat en Egypte, au Caire, Tawadros II, qui s’exprime en arabe et est traduit au fur et à mesure en italien, souhaite au pape santé et bonheur. « J’ai toujours besoin de votre prière pour nous », assure-t-il.

Le pape copte adresse aussi ses vœux pour les 5 ans de l’élection du pape argentin (13 mars 2013) : « Dans cette mission heureuse et bénie, je n’oublie pas la visite que j’ai faite à Rome, deux mois après votre installation, en mai 2013. Cela a été une très belle visite. Nous étions remplis de l’Esprit Saint. J’ai confiance en vos prières… et nous nous souvenons aussi toujours de vous dans nos prières. Que le Seigneur bénisse votre service, votre mission, votre santé, et vous accorde une longue vie. »

Les coptes orthodoxes fêtent Pâques selon le calendrier Julien : cette année, le dimanche 8 avril 2018.

 

 

Etats-Unis: mort de Linda Brown, la petite fille qui a mis fin à la ségrégation

Linda Brown (à gauche), en 1964.AFP

Le nom de Linda Brown, décédée ce 26 mars à 76 ans, était associé à la lutte pour les droits civiques des Noirs américains. En 1951, cette petite écolière noire avait permis de mettre fin à la ségrégation dans les écoles aux Etats-Unis. Son refus d’inscription dans une école publique réservée aux Blancs dans le Kansas avait été porté devant la Cour suprême des Etats-Unis, qui lui avait donné raison.

Avec notre correspondant à San Francisco,Eric de Salve

La détermination de Linda Brown, décédée ce 26 mars à l’âge de 76 ans, à étudier dans une école de Blancs avait mis fin à la ségrégation scolaire aux Etats-Unis.

En 1951, à une époque où la plupart des Etats du Sud séparent les enfants noirs des jeunes blancs dans les écoles, Olivier Brown demande pourtant à inscrire sa fille de 9 ans, Linda, dans une école publique de Blancs à Topeka au Kansas. L’inscription lui est refusée. Motif : Linda est Noire. Elle doit s’inscrire dans une école réservée aux Noirs nettement plus éloignée du domicile familial.

Le père de Linda Brown décide alors de porter l’affaire en justice. Sa plainte collective est soutenue par la puissante organisation de défense des Afro-américains, la National Advancement Association for the Advancement of Colored People (NAACP).

ADVERTISING

inRead invented by Teads

« Ultime symbole de la suprématie blanche »

Au terme d’une longue procédure, la Cour suprême américaine juge à l’unanimité la ségrégation scolaire contraire à l’article 14 de la Constitution qui garantit à chacun une égale protection de la loi. Il s’agit du célèbre arrêt Brown versus Board of Education, rendu le 17 mai 1954, date-phare des droits civiques.

Soixante-quatre ans plus tard, Linda Brown s’est éteinte à 76 ans ce 26 mars. La NAACP lui a rendu hommage avec ces mots : « Linda Brown est une de ces jeunes héroïques qui, avec leur famille, ont courageusement combattu cet ultime symbole de la suprématie blanche. Elle restera un exemple, celui d’écoliers ordinaires qui ont transformé ce pays ».

 

 

Haïti: marche et dépôt de plainte pour le photojournaliste disparu

Plus de 200 journalistes, soutenus par des citoyens engagés, ont marché en silence mercredi 28 mars à Port-au-Prince pour exiger la vérité sur la disparition du photojournaliste haïtien Vladjimir Legagneur.REUTERS/Andres Martinez Casares

En Haïti, cela fait maintenant deux semaines que l’on est sans nouvelle du photojournaliste Vladjimir Legagneur. Il était parti réaliser un reportage dans l’un des quartiers les plus sensibles de Port-au-Prince. Mercredi 28 mars, une marche blanche a été organisée dans la capitale par la communauté de journalistes. A l’inquiétude des proches se mêle aujourd’hui la colère, car la police et les autorités restent muettes face à cette disparition inquiétante.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

« Où est Vladjimir ? » Sur la banderole en tête de cortège, cette simple question. Dans les rangs silencieux, il n’y a rien de plus à ajouter. Tous veulent avoir une réponse de la part des autorités. Parce que les rumeurs tragiques qui circulent ne sont pas suffisantes. La police et la justice doivent assumer leurs responsabilités.

C’est le sens du message prononcé par la consoeur Lunie Joseph devant le ministère de la Justice : « Nous, les journalistes et employés dans les médias, exprimons notre colère et notre rage devant le laxisme et le manque d’intérêt des autorités de police et de la justice face à la disparition du photographe Vadjimir Legagneur. Nous n’avons pas besoin de la solidarité de quelconque ministère ou des autorités gouvernementales. La société les a placés à leur position pour qu’ils agissent. On exige des actions, des actions concrètes pour montrer qu’ils comprennent le rôle qu’ils ont au sein de l’Etat. »

La marche blanche s’est achevée devant le parquet de Port-au-Prince où l’épouse de Vladjimir Legagneur a déposé une plainte pour disparition. Une seconde plainte vu que celle déposée la semaine dernière auprès de la police judiciaire n’a encore rien donné.

Yémen : deux millions d’enfants ne vont pas à l’école

Depuis l’escalade de la violence en mars 2015, deux millions d’enfants n’ont pas été scolarisés au Yémen. Dans un rapport publié mardi, l’UNICEF, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance note que près des trois quarts des enseignants dans les écoles publiques n’ont pas  été payés depuis plus d’un an, ce qui met gravement en danger l’éducation de 4,5 millions d’enfants supplémentaires.

 

 

Santé-Etats-Unis: l’obésité en forte hausse malgré les campagnes de sensibilisation

(Photo d’illustration) A la Wellspring Academy, une école spécialisée dans l’obésité des jeunes à Reedley en Californie, le sport est obligatoire.© Getty images/AFP/Justin Sullivan

Selon une nouvelle étude de l’Association médicale américaine menée au niveau fédéral, en 2016 près de 40% des adultes étaient obèses aux Etats-Unis. Un chiffre en nette hausse par rapport à la décennie précédente. Les experts en santé publique auteurs de cette vaste étude tirent la sonnette d’alarme car les nombreuses campagnes de sensibilisation pour une meilleure alimentation ne semblent pas avoir d’impact aux Etats-Unis.

Avec notre correspondant à San Francisco,Eric de Salve

Les chiffres de l’association médicale américaine sont clairs : plus les années passent, plus les Américains sont en surpoids. Pour les experts en santé publique auteurs de ce rapport, l’obésité commence avec un indice de masse corporelle de 30 et de 40 pour l’obésité sévère.

En 2016, près de 40% des adultes étaient obèses aux Etats-Unis. Une nette augmentation en moins de 10 ans. En 2008, ce chiffre était en effet de 32%. Parmi ces adultes, 7,7% étaient même en situation d’obésité sévère. Même constat chez les jeunes de moins de 19 ans, avec 18% d’obésité et presque 6% d’obésité sévère.

Les enfants en première ligne

ADVERTISING

inRead invented by Teads

En dix ans, l’augmentation la plus nette concerne même les enfants américains âgés de 2 à 5 ans : 10% d’entre eux étaient obèses en 2008 et près de 14% l’étaient en 2016.

Pourtant, depuis 10 ans aux Etats-Unis, les efforts de sensibilisation pour une alimentation plus saine, moins grasse se sont multipliés. Même Michelle Obama avait lancé sa campagne en 2010 pour faire passer l’obésité infantile en dessous des 5% d’ici 2030.

Mais dans le même temps, comme le note le New York Times, les ventes de fast-food ont grimpé de plus de 22% ces 5 dernières années aux Etats-Unis.

 

Proverbes

De Mèg pa Fri

Kouto pa Jan m Grate Manch li

Bèl dan pa di Zanmi pou sa

Bèl Parol pa vle di Verite Pou sa

Lajan pa gin Lodè

 

1es JOURNÉES SCIENTIFIQUES INTERNATIONALES

L’importance de la science dans la vie courante

PIGraN’2018

25-26 Avril 2018

Cité du savoir, Génipailler, Milot, Haïti

 

Appel à communications

 

  1. Contexte

Le rapport Science for Haiti (AAAS, 2011) a rappelé une vérité qui devrait en fait être une évidence : « Les efforts à consentir pour la reconstruction d’Haïti et pour assurer, à terme, son développement durable et améliorer les conditions de vie de tous les Haïtiens exigent, tous les deux, l’apport de la science et de l’enseignement scientifique ». Les différents scientifiques de l’Association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS) soulignent le fait que « la science constitue un élément fondamental de l’avenir d’Haïti ». C’est dans le prolongement historique de cette pensée, au demeurant incomprise par les décideurs, que le Groupe de Réflexion et d’Action pour une Haïti Nouvelle (GRAHN) a créé, en 2016, l’Académie Haïtienne des Sciences (AHS).

La science, à travers les nouvelles pratiques et comportements qu’elle induit, a une importance capitale pour l’avancement des sociétés. Dans le cas d’Haïti, le développement économique et la résolution de certains problèmes fondamentaux commandent le recours à la science. Cependant, en l’absence d’une vulgarisation des connaissances scientifiques, une grande partie de la population a eu recours à des explications plutôt mystiques pour des phénomènes triviaux. Dans la pratique, beaucoup d’Haïtiens se tuent par ignorance scientifique. Dans le temps, parce que l’ignorance tend à se reproduire, la répétition des comportements anti-scientifiques se sont multipliés ces dernières années lors de l’apparition du choléra, du séisme de 2010, des récentes éclipses solaires, etc. L’AHS dont l’une des missions est de promouvoir la science et la recherche scientifique en réunissant les scientifiques haïtiens les plus éminents, souhaite réunir en 2018 des scientifiques reconnus pour promouvoir la science auprès du grand public et des décideurs nationaux.

  1. Objectifs

L’objectif de ces journées scientifiques est de sensibiliser tous les acteurs politiques et sociaux, ainsi que le public en général, à la nécessité de fonder les décisions importantes concernant la nation et la vie de tous les jours sur la science et la pensée rationnelle. Ces journées visent aussi à consacrer en Haïti la dernière semaine du mois d’avril de chaque année comme la « Semaine de la science et du savoir au service du progrès social ».

 

 

  1. Thèmes

En marge de ces journées scientifiques se tiendra un Panel inaugural qui abordera la question suivante : Qu’est-ce qui devrait être fait pour faire d’Haïti un pays émergent dans 20, 30, 40 ou 50 ans ? Durant ces journées, on accueillera des conférenciers avec des contributions combinant théories et pratiques, puis des panels traitant de l’apport de la science dans l’explication de phénomènes ou de problèmes de la vie courante en Haïti. Les propositions d’intervention se situent à l’intérieur des six grandes divisions de travail de l’AHS.

 

 

3.1 Sciences mathématiques et appliquées

 

Conférence plénière : L’importance des mathématiques dans le développement d’un pays

 

Conférencier :

  • Jean-Marie Bourjolly, Ph.D., professeur de logistique, École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), Canada
  • Raymond Kernizan, M.Sc., directeur des services technologiques, ISTEAH, France

 

*************

 

Panel : Les défis de l’enseignement des sciences et des mathématiques en Haïti dans la quête d’une éducation de qualité (la phobie, les échecs, les traumatismes et la difficulté de faire les autres sciences)

 

Panélistes :

  • José Fernandez, ing., Ph.D., professeur de génie informatique, Polytechnique Montréal, Canada
  • Eventz Jean, étudiant de maîtrise en mathématiques à l’ISTEAH, Haïti
  • Aramy Pierre, étudiant de maîtrise en mathématiques à l’ISTEAH, Haïti
  • Alain Togbe, Ph.D., professeur de mathématiques, Purdue University, USA
  • Jean-Marie Vilaire, Ph.D., professeur de mathématiques, Institut des sciences, des technologies et des études avancées d’Haïti (ISTEAH), Haïti

3.2  Sciences naturelles et ingénierie

 

Conférence plénière : Évaluation de l’impact environnemental des polluants contenus dans les eaux usées sur les écosystèmes aquatiques d’Haïti

 

Conférencier :

  • Evens Emmanuel, ing., Ph.D., vice-recteur à la recherche et à l’innovation, Université Quisqueya, Haïti

 

*************

 

Conférence plénière : La science, peut-elle contribuer à réduire le risque sismique dans le Grand Nord d’Haïti ?

 

Conférencier :

  • Claude Prépetit, ing., Directeur du Bureau des mines et de l’énergie, Haïti

 

 

3.3 Sciences économiques et de la gestion

 

Conférence plénière : Les nouvelles opportunités de la R&D (Recherche et développement) dans les pays en voie de développement

 

Conférencier :

  • Jamal Chaouki, ing., Ph.D., professeur titulaire de génie chimique, titulaire de la Chaire de recherche industrielle CRSNG-Total, Polytechnique Montréal, Canada

 

*************

 

Panel : Économie sociale et développement local/territorial

 

Panélistes :

  • Bénédique Paul, Ph.D., professeur d’économie et d’administration, Université d’État d’Haïti
  • Ludovic Comeau jr., Ph.D., professeur d’économie et d’administration, DePaul University, USA
  • Jean-Claude Roc, Ph.D., professeur de sociologie, Université du Québec en Outaouais, Canada

 

3.4 Sciences du vivant et de la terre

Panel : Les défis de l’enseignement des sciences en Haïti dans la quête d’une éducation de qualité

 

Panélistes :

  • Yvens Chérémond, Ph.D., professeur de chimie, Institut des sciences, des technologies et des études avancées d’Haïti (ISTEAH), Haïti
  • James Féthière, Ph.D., professeur associé de pharmacologie, Université de Montréal, Canada
  • Irvings Julien, étudiant de doctorat en chimie à l’ISTEAH, Haïti
  • Guitho Nicolas, étudiant au programme de doctorat en Sciences de l’éducation à l’ISTEAH, Haïti

 

3.5  Sciences de l’éducation

 

Panel : Comment peut-on bâtir un système éducatif capable de produire des citoyens nouveaux pouvant favoriser le développement et le progrès social

 

Panélistes :

  • Joslyne Vierginat André, c.s.c., Ph.D., Doyenne de la Faculté d’éducation de Régina Asumpta, Cap-Haïtien, Haïti
  • Jules Rocque, Ph.D., professeur d’éducation, Université Saint-Boniface, Manitoba, Canada
  • Charles Tardieu, Ph.D., professeur associé d’éducation, Institut des sciences, des technologies et des études avancées d’Haïti (ISTEAH), Haïti
  • Pierre Toussaint, Ph.D., professeur associé d’éducation, Université du Québec à Montréal (UQÀM), Canada

 

3.6 Sciences humaines et sociales

Conférence plénière : Les sciences sociales, peuvent-elles jouer un rôle dans la répression du harcèlement sexuel sur les campus universitaires, l’approche pénale ou l’approche thérapeutique?

 

Conférencière :

  • Juanita Westmoreland-Traoré, Ph.D., ancienne juge à la cour du Québec, Montréal, Canada

 

*************

 

Panel : Femmes et sciences : théories, état des lieux et perspectives

 

Panélistes :

  • Bernard Fusilier, Ph.D., directeur de recherche FNRS, professeur à l’Université catholique de Louvain, Belgique
  • Daniel Coulombe, Ph.D., professeur associé de méthodes quantitatives de recherche, Université d’Ottawa, Canada
  • Audrey Groleau, Ph.D., professeure en didactique des sciences et de la technologie, Université du Québec à Trois-Rivières, Canada
  • Roberte Momplaisir, Ph.D., professeure de géosciences, Université d’état d’Haïti

 

  1. Opportunité de publication

Les meilleures contributions seront sélectionnées pour être publiées dans la revue Haïti Perspectives (www.haiti-perspectives.com).

 

  1. Comité scientifique
  • Ketty Balthazar Accou, Université Quisqueya (Haïti)
  • Dominique Boisson, Université d’État d’Haïti (Haïti)
  • Jean-Marie Bourjolly, Université du Québec à Montréal (Canada) & ISTEAH (Haïti)
  • Anie Bras, Université Quisqueya (Haïti)
  • Rachelle Charlier Doucet, UEH (Haïti)
  • Yvens Chérémond, ISTEAH (Haïti)
  • Ludovic Comeau jr., DePaul University (USA) & ISTEAH (Haïti)
  • Venus Darius, ISTEAH (Haïti)
  • Kénel Délusca, ISTEAH (Haïti)
  • Farah Dorval, Université Quisqueya (Haïti)
  • Evens Emmanuel, Université Quisqueya (Haïti)
  • José Fernandez, Polytechnique Montréal (Canada) & ISTEAH (Haïti)
  • James Féthière, Université de Montréal (Canada) & ISTEAH (Haïti)
  • Bob-Antoine Ménélas, Université du Québec à Chicoutimi (Canada) & ISTEAH (Haïti)
  • Alfred Noël, University of Massachusetts at Boston (USA) & ISTEAH (Haïti)
  • Bénédique Paul, Université d’État d’Haïti (Haïti) & ISTEAH (Haïti)
  • Jacky Paul, ISTEAH (Haïti)
  • Samuel Pierre, Polytechnique Montréal (Canada) & ISTEAH (Haïti)
  • Jean-Eugène Piou, Massachusetts Institute of Technology (USA) & ISTEAH (Haïti)
  • Carlo Prévil, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (Canada) & ISTEAH (Haïti)
  • Mathieu Quenum, ISTEAH (Haïti)
  • Alain Togbe, Purdue University (USA) & ISTEAH (Haïti)
  • Pierre Toussaint, Université du Québec à Montréal (Canada) & ISTEAH (Haïti)
  • Jean-Marie Vilaire, ISTEAH (Haïti)
  1. Comité d’organisation locale
  • Yvens Chérémond
  • Evens Emmanuel
  • Bénédique Paul
  • Jean-Marie Vilaire

 

 

  1. Personne-contact

Les propositions ainsi que d’éventuelles questions doivent être adressées au Dr. Bénédique PAUL, à l’adresse suivante : benediquep@yahoo.fr

 

  1. Programme scientifique

 

Heure Titre Conférenciers/Panélistes
Mercredi 25 avril 2018
08h00-09h00 Accueil
09h00-9h10 Ouverture des 1eres Journées internationales scientifiques Samuel Pierre
09h10-10h05 Les nouvelles opportunités de la R&D (Recherche et développement) dans les pays en voie de développement Jamal Chaouki

 

10h05-11h00 L’importance des mathématiques dans le développement d’un pays Jean-Marie Bourjolly et Raymond Kernizan
11h00-11h30 Pause-santé & Session d’affiches
11h30-12h30 La science, peut-elle contribuer à réduire le risque sismique dans le Grand Nord d’Haïti ? Claude Prépetit
12h30-14h00 Pause-repas & Session d’affiches
14h00-15h00 Évaluation de l’impact environnemental des polluants contenus dans les eaux usées sur les écosystèmes aquatiques d’Haïti Évens Emmanuel
15h00-15h30 Pause-santé & Session d’affiches
15h30-17h00 Les défis de l’enseignement des sciences et des mathématiques en Haïti dans la quête d’une éducation de qualité José Fernandez, Eventz Jean, Aramy Pierre, Alain Togbe, Jean-Marie Vilaire
Jeudi 26 avril 2018
08h00-09h00
09h00-10h00 Femmes et sciences : théories, état des lieux et perspectives

 

Bernard Fusilier, Audrey Groleau, Roberte Momplaisir
10h00-11h00 Économie sociale et développement local/territorial Bénédique Paul, Ludovic Comeau jr., Jean-Claude Roc
11h00-11h30 Pause-santé & Session d’affiches
11h30-12h30 Les sciences sociales, peuvent-elles jouer un rôle dans la répression du harcèlement sexuel sur les campus universitaires,  l’approche pénale ou l’approche thérapeutique? Juanita Westmoreland Traoré
12h30-14h00 Pause-repas & Session d’affiches
14h00-15h00 Les défis de l’enseignement des sciences en Haïti dans la quête d’une éducation de qualité Yvens Chérémond, James Féthière, Irvings Julien, Guitho Nicolas
15h00-15h30 Pause-santé & Session d’affiches
15h30-17h00 Comment peut-on bâtir un système éducatif capable de produire des citoyens nouveaux pouvant favoriser le développement et le progrès social Joslyne Vierginat André, Jules Rocque, Charles Tardieu, Ph.D., Pierre Toussaint
17h00-17h30 Cérémonie de clôture Samuel Pierre, Evens Emmanuel et Bénédique Paul

 

 

 

 

 

 

 

Good to know: Passover, Easter, Dr. Martin Luther King Jr.

Deacon Paul C. Dorsinville.

This is PASSOVER, the memorial of the liberation of the Chosen People from slavery, the Covenant and the 10 Commandments.

This is EASTER, THE VICTORY OF JESUS  over Sin, Division and Death and the ultimate Liberation for each and everyone who accepts Him, the Reconciliation with God, self and each other, the New and Everlasting Covenant which renews and transforms us through the Word and Sacraments.
This is the source of strength for Toussaint Louverture to ask from Napoleon the freedom for Haitians at the beginning of the Haitian Revolution. And this has moved Rev. Dr. Martin Luther King Jr to stand with the sanitation workers and to be shot fifty years ago this April 4th (maybe you can participate in the A.C.T. to End Racism rally in Washington D.C., #ACT2EndRacism – or at least pray the Prayer to End Racism of the USCCB).

BLESSED PASSOVER! BLESSED EASTER!
+                 +               +.

C’est la Pâque Juive, le mémorial de la libération du Peuple Choisi de l’esclavage en Egypte, l’Alliance et les 10 Commandements.

C’est PAQUES, LA VICTOIRE DE JESUS sur le Péché, la Division et la Mort et la Libération ultime pour chaque personne qui L’accepte, la Réconciliation avec Dieu, soi-même et les autres, l’Alliance Nouvelle et Eternelle qui nous renouvelle et nous transforme par la Parole et les Sacrements.

C’est la source de la force de Toussaint Louverture réclamant de Napoléon la liberté des Haitiens à la veille de la Guerre de l’Indépendance. Et c’est la motivation de Rév. Dr. Martin Luther King Jr. de prendre position avec les travailleurs de sanitation ségrégués jusqu’a être assassiné le 4 Avril il y a 50 ans de cela (peut-être tu seras en mesure de participer au rally A.C.T. to End Racism à Washington D.C., #ACT2EndRacism – ou pries au moins la Prière pour Mettre Fin au Racisme de la Conférence des Evêques Américains).

BONNE PAQUE! JOYEUSES PAQUES!

 

 

Latest News-March 25, 2018

PALM SUNDAY OF THE PASSION OF THE LORD (March 25th, 2018)

Is. 50, 4-7; Ps. 22; Phil. 2, 6-11; Mk. 14, 1 to 15, 47         

 

By +Guy Sansaricq.

 

Palm Sunday introduces us to the celebration of HOLY WEEK. First wejoyfully recall the entrance of Christ into Jerusalem. A large crowd then acknowledged JESUS as the MESSIAH as he humbly rode an ass not a white horse as worldly leaders do. Today, we too brandish palm branches in our hands to manifest our enthusiastic faith and love for HIM Our Lord and Savior. On this first day of Holy Week we rejoice as we know that his Passion and death will lead up to the exalting victory of Easter.

 

This note of joy however does not make us ignore the horrors of Jesus’ passion. The narrative of the PASSION is solemnly proclaimed at mass. We are spared no details from the anointing with embalming oil at Simon’s house the night before to the last supper and then the agony in the garden, the betrayal of Judas, the flight of the apostles, the arrest, Peter’s denial, the outrageous trials, the scourging, the crowning with thorns, the atrocities of the crucifixion, death and burial.  The entire revolting events of the Passion are proclaimed.

 

These events fulfill the prophecies of old. Jesus is the lamb of sacrifice slaughtered to reconcile us to the Father; He is the loving husband laying down his life for the sake of the of the Church his spouse; He is the worthy High Priest, the only one who can step into the Father’s Palace to intercede for us; He is the initiator of the NEW COVENANT; He is the opener of the gate of Paradise that was closed shut by the sin of Adam. By His Blood, HE SET US FREE! 

 

The Church urges us to attend the services on Holy Thursday, Good Friday and indeed Easter Sunday. Be not confused but REDISCOVER THE FASCINATING MYSTERY OF CHRIST!

 

DIMANCHE DES RAMEAUX (25 Mars 2018)                             

Par +Guy Sansaricq.

 

Avec frémissement, nous entrons aujourd’hui dans la SEMAINE SAINTE. Nous commencons sur une note de joie. La Passion de Jésus, tout horrible qu’elle fut, n’est qu’un passage vers la VICTOIRE de PAQUES. C’est une histoire d’amour et une lecon pour l’humanité. Nous sommes donc appelés a brandir joyeusement une branche de Rameau à la facon des gens de Jerusalem qui l’accueillirent comme Messie alors que les autorités complotaient sa mort.

 

Après ce bref moment de joie, la célébration devient sombre. Le récit de la Passion est lu dans tous ses détails atroces menant au crucifiement  et à l’ensevelissemnt du Seigneur. 

C’est le MYSTERE DE LA FOI, une histoire troublante qui provoque la réfléxion. Si l’incroyant se dépèche de tourner le dos, l’ame bien disposée se laisse FASCINER. C’est une histoire extraordinaire qui a inspiré et qui continue à motive des millions. C’est une histoire de salut.

                                          ET TOI-MÈME COMMENT RÉAGIS-TU?

Ce n’est pas la vengeance, la haine, la violence qui sauvent l’humanité. C’est l’amour qui ne recule pas devant la mort. Jesus a semblé pour un instant perdre le combat, mais il RÈGNE À JAMAIS. Et  toi donc, accepte le REPENTIR, APPRENDS A AIMER ET SUIVRE JÉSUS!      BONNE SEMAINE SAINTE!    EMBRASSE DE TOUT COEUR LA NOUVELLE ALLIANCE! 

 

Bishop Sansaricq

Pensée de la Semaine: Le Christ a porté sa croix jusqu’au Calvaire : il nous faut, comme le Christ, porter notre croix jusqu’au tombeau.

Thought of the Week: Christ carried his cross to Calvary: we must, like Christ, carry our cross to the tomb.

Pensamiento de la semana: Cristo llevó su cruz al Calvario: debemos, como Cristo, llevar nuestra cruz a la tumba.

La semaine Sainte est toujours un moment fort pour les Chretiens de Foi Catholique. Elle commence le Dimanche des Rameaux et s’achève à la veillée Pascale pendant la nuit du Samedi Saint au Dimanche de Pâques.

La semaine sainte est toujours une semaine d’intense Prière et de meditation sur la mort brutale de Jesus Christ. Pourquoi Jesus est il mort de facon brutale pour nour nous libérer? Comment continuons nous à crucifier Jesus Christ dans le monde d’aujourd’hui? C’est une semaine de silence  qui nous invite à approfondir notre foi tout en demandant au Seigneur de nous pardonner nos faiblesses et de nous aider à être ses temoins  et sa lumière dans ce monde déchiré par la guerre, des querelles intestines où tout est admis en vue d’obtenir le pouvoir  et l’argent.

 

Nous exhortons nos amies et amis à prier au cours de cette semaine pour les prêtres, les religieuses qui ont tout laissé pour suivre le Christ dans la vie Sacerdodale et la vie Religieuse. Cette vie est -elle toujours facile? On doit toujours se rappeler que le chemin qui mène ala gloire du Christ est le chemin de la Croix et de la souffrance.

 

 

Chaque année pour la semaine sainte le Centre National de l’Apostolat Haitien à l’etranger choisit un prêtre de l’année. Le Père Yves Geffrard , Coordonnateur de la Pastorale Haitienne du Diocèse de West Palm Beach est le prêtre de l’année  2018 du Centre National de l’Apostolat Haitien. Le Père Geffrard est un prêtre Haitien ordonné au diocèse de West Palm Beach. Il est membre du board du Centre National de l’Apostolat Haitien à l’etranger. Monseigneur Guy Sansaricq presente ses felicitations à son confrère le Père Geffrard en ces mots:

Cher Yves, mon frère dans le sacerdoce: “Le Seigneur l’a juré et ne le regrettera pas; Tu es prètre à jamais selon l’ordre du Roi Melchisédech!” Tu es l’un de ces prètres Haitiens dont je suis fier te distinguant par ta foi admirable et ton dévouement inconditionnel au service désintéressé de notre peuple. Que le Seigneur continue à te guider sur tous tes Chemins!”

Ton frère ainé

+Guy S.

Brother Tob

 

Holy Week is always a precious time for the Christians of Catholic Faith. It begins on Palm Sunday and ends during the Easter Vigil on the night of Holy Saturday to Easter Sunday.

Holy Week is always a week of intense prayer and meditation on the death of Jesus Christ. We feel challenged and moved by Jesus’ brutal death. Yet, we continue to crucify Jesus Christ through our sins! It is a week of silence inviting us to deepen our faith imploring the Lord’s forgiveness for our weaknesses. We are called to be his witnesses in this war-torn world where anything is permissible to obtain power and money.

 

We urge our friends to pray during this Holy week for priests and Religious Sisters who have left everything to follow Christ in the Clerical life and Religious life. Is life always easy for them? We must always remember that the path of Christ leads to victory but passes by the Cross.

 

 

 

Every year the Haitian Apostolate National Center chooses a priest of the year. Father Yves Geffrard, Coordinator of the Haitian Pastoral Ministry of the Diocese of West Palm Beach is the 2018 chosen priest of the year. Father Geffrard is the first  Haitian priest ordained in the diocese of West Palm Beach and  is a board member of the National Center. The Most Reverend Guy Sansaricq presents his congratulations to his brother Father Geffrard in these words:

Dear Yves, my brother in the priesthood, “You are a priest forever according to the order of Melchisedech! You are one of the Haitian priests who stand out as a model to others. Your deep faith and total dedication to your ministry are an inspiration. May the Lord continue to guard you in all your ways!

+Guy Sansaricq

 

Brother Tob

Dr. Nadege Dady, a treasure of the Haitian-American community

https://youtu.be/MiUePwLiE50

The staff of the radio Telé Solidarité in its effort to meet the stars of the Haitian community had an interview with Dr Nadege Dady, Dean of Student Affairs of the College of TouroCom in Harlem. Dr. Dady is among the stars of the Haitian community of the Diaspora.

 

Dr. Dady was born in Brooklyn but her parents are Haitians and she is very proud of her Haitian heritage. She is very close to her family. She is a very respectful, friendly and educated young woman and is a treasure for the Haitian-American community of the diaspora.

 

In her interview with Bishop Guy Sansaricq, the director Founder of the National Center of the Haitian Apostolate and Radio Telé Solidarité, she told us about her family, her intellectual itinerary. She detains a doctorate in higher education, leadership, management and policy from Seton Hall University NJ. Dr. Dady went on to tell us about her work as Dean of Student Affairs at the TouroCom College in Harlem. One of the missions of the College of Touro is  to increase the number of medical students from the Multi-Ethnic populations of NY. She also let us know that the main problem of her students is Stress since special demands are made on them: they must obtain 30 credits in the first semester of the course and must also receive very high marks.

 

Dr. Dady is very close to the students, she must always know the problems they have in order to see how the direction of the College can help them and support them. Finally Dr. Dady is ready to collaborate in the project of radio Telé Solidarité to produce a documentary and write a book on the contribution of the Haitian population in the United States and she assured the Most Reverend  Guy Sansaricq that she will do everything she can to support this project. Click on this link to listen to Dr. Dady: https://youtu.be/MiUePwLiE50

 

Brother Tob

Dr Nadege Dady , un tresor de la communauté Haitiano-Americaine

Le personnel de la radio télé Solidarité dans son effort de rencontrer les étoiles de la communaute Haitienne a eu un entretien avec Dr Nadege Dady, doyenne  des Affaires étudiantes du Collège de TouroCom à Harlem. Dr Dady est parmi les étoiles de la communauté Haitienne de la Diaspora.

 

Elle est née à Brooklyn de parents Haitiens et est très fière de son origine Haitienne. Elle est très proche de sa famille. Elle est une jeune femme très respectueuse, sympathique et très éduquée, un veritable trésor pour la communauté Haitiano-Americaine de la diaspora.

 

Dans son entretien avec Bishop Guy Sansaricq, le directeur  fondateur du Centre National de l’Apostolat Haitien  et de la Radio Telé Solidarité, elle nous a parlé de sa famille, de son itineraire intellectuel au cours duquel elle a recu son doctorat en enseignement supérieur, leadership, gestion et politique.  Dr Dady continua pour nous informer de son travail comme doyenne des affaires étudiantes du collège  de TouroCom à Harlem. L’une des missions du Collège de Touro est de travailler pour accroitre le nombre des étudiants Multi-Etniques en Medecine. Elle nous fit savoir aussi que le problème premier des étudiants en medecine est le Stress. Dès la première session les étudiants doivent avoir 30 credits et ils doivent avoir de très bonnes notes.

 

Docteur Dady  est très proche des étudiants.  Elle doit toujours  connaitre les problèmes de ces derniers afin de leur offrir des moyens de solution et tout le support de l’institution. Enfin Docteur Dady est prête à apporter sa collaboration dans le projet de la radio Telé Solidarité de produire un documentaire et d’écrire un livre sur  la contribution de la population Haitienne aux États Unis. Elle assura Monseigneur Guy Sansaricq de son concours entier pour le succès de cette entreprise. Clicquer sur ce lien pour ecouter Dr. Dady: https://youtu.be/MiUePwLiE50

Brother Tob

 

Visite du Docteur Yvan Ducheine à la Radio Telé Solidarité

 

Dr Yvan Ducheine, president  des medecins Haitiens du chapitre de New Jersey a visité la Radio Telé Solidarité  le Samedi 17 Mars  2018.  Dr Ducheine a deja 28 ans comme medecin et est parmi les ambassadeurs de la communauté Haitienne de la Diaspora.

 

Dr Ducheine  est un fils de Hinche, il fit ses études primaires à Montréal , ses études secondaires et universitaires  aux États Unis. Il est très proche de la communauté Haitienne de New Jersey et a un grand amour pour Haiti

 

Dr Ducheine est très impliqué aux activités Communautaires et sociales de la Communauté Haitienne  de New Jersey. Il est très conscient des difficultés de la communauté Haitienne et exhorte les Haitiens à travailler ensemble pour changer l’image d’Haiti et de la Communauté Haitienne  de la diaspora.

Dans son entretien avec Bishop Guy Sansaricq, Docteur Ducheine nous informa de la grande marche de protestation contre la declaration du president Americain Donald Trump contre Haiti. Cette marche aura lieu le 20 Avril à Grand Army Plaza et se terminera à City Hall. Il encourage toutes les composantes de la communaute Haitienne à participer à cette grande marche.

Enfin Dr Ducheine a donné son support au projet du Centre National de l’Apostolat Haitien à travers la radio Telé Solidarité de produire un documentaire et d’ecrire un livre sur la contribution des Haitiens  aux États Unis. Clicquer sur ce lien pour écouter Dr. Ducheine: https://youtu.be/clQMVjyE6As

Brother Tob

 

Visit of Dr. Yvan Ducheine to Radio Telé Solidarity

 

Dr. Yvan Ducheine, president of the New Jersey chapter of the Haitian Doctors Association, visited Radio Telé Solidarité on Saturday, March 17, 2018. Dr. Ducheine has been a doctor for 28 years and is among the ambassadors of the Haitian community of the Diaspora.

 

Dr. Ducheine is a son of Hinche, he did his primary studies in Montreal, his high school and university in the United States. He is very close to the Haitian community of New Jersey and has a great love for Haiti.

 

Dr. Ducheine is very involved in the community and social activities of the Haitian Community of New Jersey. He is very aware of the difficulties of the Haitian community and always urges Haitians to work together to change the image of Haiti and the Haitian community of the diaspora.

In his interview with Bishop Guy Sansaricq, Dr. Ducheine informed us of the great protest march against President Donald Trump’s statement against Haiti. This walk will take place on April 20th at Grand Army Plaza and will end at City Hall. He encouraged all the components of the Haitian community to participate in this great march.

Finally, Dr. Ducheine gave his support to the project of the National Center of the Haitian Apostolate through Radio Telé Solidarité to produce a documentary and to write a book on the contribution of Haitians to the United States. Click on this link to listen to Dr. Ducheine: https://youtu.be/clQMVjyE6As

 

Brother Tob

 

Interview with Father Julien Almonacy

 

The staff of Radio Telé Solidarité was very happy to have an interview with Father Julien Almonacy, Chancellor of the diocese of Anse-à-Veau-Miragoane and Pastor-founder  of the parish of St Jean Baptiste in Bidouze. Father Almonacy is a good preacher and he is very close to his followers.

Father Almonacy is a son of Anse d’Hainault and he has  already 34 years  in the priestly life. In his interview with The Most Reverend Bishop  Guy Sansaricq, the  director-founder  of the National Center of the Haitian Apostolate he spoke about his hometown and his ministry in the diocese of Nippes. He took advantage of his interview to draw a brief picture  of the diocese Anse-à-Veau-Miragoane which will celebrate its 10th Anniversary of existenceon July 13, 2018.

Father Almonacy informed us that this diocese has for bishop His Excellency Pierre André Dumas and he added that there are 61 priests who exercise their ministry in the diocese of Nippes and we have 33 parishes in this diocese.

 

Father Almonacy is ordained in 1984,  The priests of his promotion  exerce their ministry in Haiti and His Excellency The Most Reverend Gontran Decoste, the Titular  Bishop of the Diocese of Jeremie  is of this promotion.

Father Almonacy is the pastor founder  of the Parish of St. John the Baptist and as Pastor Founder  he must have many challenges. After 5 years as a Priest Founder  he does not even have a rectory to live and one of his challenges is to build a rectory. Father Almonacy let us know that he receives between 150 and 200 parishioners for his Sunday mass. The inhabitants of Bidouze do not have a health care system and it is clear too  they do not have many schools and the only work  of these is mainly agriculture. The Pastor Founder  of a Parish in Haiti is a heavy responsibility, the priest must on all fronts to accompany his faithful. In the remote areas of Haiti where it lacks everything, the Catholic Church plays a very important role through its health centers and pre-binary schools.

 

According to Father Almonacy, Bishop Pierre Dumas continues to do everything that depends on him to accompany the people of God in his diocese. He put a lot of emphasis on the 10th Anniversary of the Diocese of Nippes and he exhorted the Haitian community of Anse-à-Veau and Miragoane to continue  to pray and support financially the diocese of Nippes. To listen to Father Almonacy’s interview Click on this link: https://youtu.be/0WFSv_cq2Qc

 

Brother Tob

Entretien avec le Père Julien Almonacy

Le Personnel de la Radio Telé Solidarité etait très heureux le Père Julien Almonacy Chancelier du diocèse de l’Anse-à -Veau -Miragoane et Curé fondateur de la Paroisse de St Jean Baptiste à Bidouze. Le Père Almonacy est un bon predicateur et est très proche de ses fidèles.

Rappelons que le Père Almonacy  est un fils de l’Anse d’Hainault et il a deja 34 ans dans la vie sacerdotale. Dans son entretien avec Monseigneur Guy Sansaricq, le directeur fondateur du Centre National de l’Apostolat Haitien  il a parlé de sa ville natale et de son ministère au diocèse des Nippes. Il profita de son entretien pour dresser un bref portrait du diocese de l’Anse-à -Veau -Miragoane qui celèbrera son 10ème Anniversaire  le 13 Juillet  2018

Le Père Almonacy nous fit savoir que ce diocèse a pour évêque Son Excellence Pierre André Dumas et il ajouta  qu’il ya 61 prêtres qui y exercent leur ministère.there are 33 parishes.

Le Père Almonacy a été ordonné prètre en 1984. Les prètres de cette promotion   exercent  leur ministère en Haiti et Son Exellence Monseigneur Gontran Decoste, l’évêque titulaire du diocèse de Jérémie est de cette promotion

Le Père Almonacy est curé fondateur de la Paroisse de St Jean Baptiste et comme Curé Fondateur il doit avoir beaucoup de defis.  Après 5 ans comme Prêtre fondateur il n’a même pas un prebystère  et l’un de ses defis c’est d’arriver à construire un prebytère. Le Père Almonacy nous fit savoir qu’il recoit entre 150 et 200 paroissiens pour sa messe dominicale. Les habitants de Bidouze  n’ont pas de système de santé et c’est sur qu’ils n’ont pas beaucoup d’écoles  et la seule ressource de ces derniers c’est l’agriculture.  Le Curé Fondateur d’une Paroisse en Haiti a une lourde responsabilité, ce dernier doit se démener sur tous les fronts pour accompagner ses fidèles. Dans les endroits reculés d’Haiti ou il manque de tout, l’église Catholique joue un très grand role à travers ses centres de santé et ses écoles prebystérales.

 

Selon le Père Almonacy l’évêque Pierre Dumas continue à faire tout ce qui depend de lui pour accompagner le peuple de Dieu de son diocèse. Il a mis beaucoup d’accent sur le 10ème Anniversaire du diocèse des Nippes et il exhorta  la communauté Haitienne  de Anse-à -Veau et de Miragoane à l’etrander  à prier et à supporter financièrement le diocèse des Nippes. Pour écouter l’entretien du Père Almonacy Clicquer sur ce lien: https://youtu.be/0WFSv_cq2Qc

Brother Tob

Good Bye St Jean  Baptiste

November 2, 1949-12 March 2018

The late St Jean Baptiste , from the promotion of Pastoral College 1997-2000, returned to the Father’s house on March 12, 2018. The Lord called him to celebrate with him the feast of the death and resurrection of Christ.. Saint Jean is a worker in the vineyard of The Lord.

 

St Jean  is a son of  Anse à Veau, he is known as a hard worker, a good father, a good Catholic and a man who is always ready to help. At Pastoral College he was very close to the students of his class and he participated quite often in the activities of the National Center of the Haitian Apostolate

 

St Jean  left  for the Father’s House while sleeping. His great departure is a great shock for his wife Marie Lourdes, his 3 children and all his family. Earthly life is always ephemeral. St Jean was a Haitian who loved his country a lot and had a great faith in God. He always said what he thought. His great departure invites us to reflect on how fragile our earthly life is and to always work for the face to face with the Lord

 

Bishop Guy Sansaricq in communion with the staff of the National Center and the Pastoral College presents his sincere Condolences to the wife  of St. Jean , his children and all the family affected by this mourning.

The funeral mass of the late St Jean Baptiste will be sung on Saturday, March 24th, 2018 at 9h30am at the Saint Thérèse Church of Lisieux

May the Lord welcome Saint Jean Baptiste in his paradise

The National Center

 

Adieu Saint Jean Baptiste

2 Novembre 1949-12 Mars 2018

St Jean Baptiste , de la promotion du Collège Pastoral 1997-2000 est retourné à la maison du Père le 12 Mars 2018. Le Seigneur l’a appelé pour venir celebbrer avec lui la fête de la mort et de la resurrection du Christ.

 

St Jean est originaire de Anse à Veau , il est connu comme un rude travailleur, un bon père de famille, un bon Catholique et un homme qui est toujours prêt à aider.  Au Collège Pastoral il était très proche des étudiants de sa promotion et il participait assez souvent aux activités du Centre National de l’Apostolat Haitien

 

St Jean  est parti pendant qu’il dormait. Son grand depart est un grand choc pour sa femme Marie Lourdes, ses 3 enfants et toute sa famille. La vie terrestre est toujours ephémère . St Jean etait un Haitien qui aimait beaucoup son pays et qui avait une grande foi en Dieu. Il disait toujours ce qu’il pensait. Son grand depart nous invite à reflechir combien notre vie terrestre est très fragile et comment il nous faut  toujours ètre prèt pour le face à Face avec le Seigneur

 

Bishop Guy Sansaricq en Communion avec le personnel du Centre National et du Collège Pastoral  presente ses sincères Condoleances à la Femme de St Jean , ses enfants et toute la famille affectée par ce deuil.

La messe funéraire du Regretté St Jean Baptiste sera chantée le Samedi 24 Mars 2018  à 9h30 a.m à l’Église Sainte Thérèse de Lisieux

Que le Seigneur accueille Sa belle ame dans son paradis!

Le Centre National

 

 

 

LES FILLES DE MARIE PARIDAENS SONT EN DEUIL

 

Les Filles de Marie Paridaens vous annoncent avec infiniment de peine la mort de SOEUR MARIE JOSETTE SAINT LOUIS, survenue le Mercredi 14 Mars 2018. Une veillée de prière sera organisée à CIM à 6h p.m. le Mercredi 21 Mars 2018. Elle sera exposée à 7h30 a.m. avant les funérailles qui auront lieu le Jeudi 22 Mars à 8h30 a.m. à l’Eglise Saint Pierre de Pétion-Ville.

Nous comptons beaucoup sur vos prières pour le repos de l’âme de la défunte et pour sa famille très éprouvée par ce deuil ainsi que sa Congrégation et toutes ses connaissances.

QUE L’ÂME DE SOEUR MARIE JOSETTE SAINT LOUIS REPOSE EN PAIX PAR LA MISÉRICORDE DE DIEU!

 

Welcome to Jean Claude Gianadda in New York

 

The Servant of the vineyard of the Lord Jean Claude Gianadda will be in New York on Sunday, April 15 at St Thomas Aquinas Parish for a great spiritual evening. The staff of Radio Telé Solidarité was very happy to meet Ms. Madiammithe Francois, one of the architects of this Gianadda tour in New York.

 

Madiammithe had always dreamed of bringing Jean Claude Gianadda to New York for a spiritual revival . May 2017, The Lord allowed her to fulfill his dream and the Church of St. Anne and St. Joachin was filled with cracks for Jean Claude Gianadda’s first visit  in New York. Jean Claude Gianadda was very happy of  the welcome he had received in New York

 

In this interview Madiammithe gave us information about this great visit  of Gianadda in New York and she urged the people of God to respond in large numbers to Gianadda’s 2nd visit to New York. To listen to Madiammithe click on this link: https://youtu.be/fufv4CiEpeA

 

Brother Tob

 

Bienvenu à Jean Claude Gianadda à New York

Le Serviteur de la vigne du Seigneur Jean Claude Gianadda sera à New York le Dimanche 15 Avril à la Paroisse St Thomas Aquinas pour une grande soirée spirituelle. Le personnel de la Radio Telé Solidarité était très heureux de rencontrer Mme Madianithe Francois l’une des architectes de cette tournée de Gianadda à New York.

Madame Madianithe avait toujours rêvé de faire venir Jean Claude Gianadda à New York pour un spectacle spirituel. En Mai 2017, Le Seigneur lui a permis de réaliser son rêve.  L’Église de Ste Anne et de St Joachin était remplie à cracquer pour le premier spectacle de ce chanteur francais à New York. Jean Claude Gianadda  fut très heureux de l’accueil qu’il recut à New York.

 

Dans cet entretien Madianithe nous a donné les informations sur cette grande tournée de Gianadda à New York et elle exhorta le peuple de Dieu  à repondre en grand nombre à la 2ème visite de Gianadda à New York. Pour écouter Madiammithe clicquer sur ce lien: https://youtu.be/fufv4CiEpeA

Brother Tob

Père Gustave Miracle Predicateur du Tridium Pascal à la radio Telé Solidarité

Le Père Gustave Miracle sera le Prédicateur du Tridium Pascal à la Radio Telé Solidarité du Lundi 26 Mars à 7:00hres Pm au Mercredi 28 Mars à 7:00hres Pm. Nous vous invitons à visiter Telesolidarite.Tv et Clicquer sur Live Stream chaque soirà 7:00hres Pm

Le Père Gustave Miracle est un prêtre de l’archidiocèse de Port-au-Prince et il exerce son ministère dans l’archidiocèse de Boston.

Brother Tob

 

Father Gustave Miracle  Preacher of Paschal Tridium at Radio Telé Solidarité

Father Gustave Miracle will be the Preacher of Paschal Tridium  at Radio Telé Solidarité from Monday , March 26th at 7:00 am Pm to Wednesday March 28th at 7:00 Pm. We invite you to visit Telesolidarite.Tv and Click on Live Stream every evening at 7:00  Pm

Father Gustave Miracle is a priest of the archdiocese of Port-au-Prince and he is ministering in the Archdiocese of Boston.

Brother Tob

Brésil: l’ex-président Lula, qui risque la prison, en tournée électorale

Vie consacrée: une religieuse italienne nommée chef de bureau

 

Sr Annunziata Remossi, des Oblates de la Vierge Marie de Fatima

23 MARS 2018ANITA BOURDINVIE CONSACRÉE

Clergé Et Vie Consacrée, Gênes 27 Mai 2017 © Vatican Media

Une religieuse italienne, soeur Annunziata Remossi – des Oblates de la Vierge Marie de Fatima (O.M.V.F.) -, a été nommée par le pape François, ce vendredi 23 mars 2018, comme chef de bureau à l’intérieur du dicastère pour la vie consacrée où elle était jusqu’ici “officiale” – employée -.

Soeur Annunziata Remossi est aussi depuis janvier 2016 et pour trois ans membre – secrétaire – de la Commission pontificale pour les « activités du secteur sanitaire des personnes juridiques publiques de l’Eglise », sous la houlette du cardinal Secrétaire d’Etat, Pietro Parolin.

En février dernier, une religieuse espagnole de Notre-Dame-de-la-Consolation, soeur Carmen Ros Nortes, a été nommée par le pape François comme sous-secrétaire (“numéro trois”) de cette Congrégation romaine pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique.

Ce dicastère dont le préfet est un Brésilien, le cardinal João Braz de Aviz, et le secrétaire un Espagnol, Mgr José Carballo, franciscain, compte déjà deux autres sous-secrétaires, un Italien, le p. Sebastiano Paciolla, cistercien, et une Italienne, soeur Nicla Spezzati, des Adoratrices du Sang du Christ .

 

Michaëlle Jean : la Francophonie appuie l’autonomisation des femmes rurales

La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Michaëlle Jean, lors d’une réunion sur l’autonomisation des femmes.

 

22 mars 2018

Femmes

 La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Michaëlle Jean, salue les progrès réalisés en matière de droits et d’autonomisation des femmes mais estime que davantage doit être fait en faveur des femmes rurales grâce à l’innovation et au numérique. Elle s’exprimait au micro d’ONU Info, en marge de la Commission de la condition de la femme réunie à New York jusqu’au 23 mars.

S’exprimant en marge de la 62ème session de la Commission de la condition de la femme réunie durant deux semaines au mois de mars et de la Journée internationale de la francophonie célébrée le 20 mars, la Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Michaëlle Jean, a souhaité que davantage que davantage d’efforts soient déployés en faveur des femmes rurales grâce à l’innovation et au numérique.

« Nous voyons sur le terrain des femmes dynamiques, qui s’imposent dans tous les secteurs », a reconnu Mme Jean dans un entretien accordé à ONU Info, saluant la place plus importante des femmes dans l’entreprenariat et le rôle clé qu’elles jouent pour la croissance et le développement.

« Mais nous ne serons jamais satisfaites tant qu’il y aura ces millions de femmes qui sont encore dans des situations extrêmement précaires », a prévenu la Secrétaire générale de l’OIF.

Soulignant le sort des femmes rurales laissées pour compte, Mme Jean a rappelé que ces dernières participent pourtant largement à l’économie et à la sécurité alimentaire de leur pays en œuvrant dans la production agricole et la transformation des produits alimentaires.

« Avec la stratégie économique et numérique de la Francophonie nous soutenons beaucoup l’entreprenariat féminin » a souligné la cheffe de la Francophonie, pour qui les femmes rurales peuvent compter sur tous les dispositifs d’incubateurs, d’accélérateurs et d’espace collaboratifs déployés par l’OIF « pour maximiser de manière qualitative et accompagner adéquatement les activités économiques portées par les femmes ».

Mme Jean a ainsi cité en exemple un projet de télé-irrigation à bas coût et alimentée par des panneaux solaires mis en place par l’OIF et développé par un jeune passionné du numérique, à Goubé, au Niger, où elle s’est récemment rendue.

L’OIF cherche à déployer ce type d’initiatives innovantes apportant une plus-value sur toute la chaine de valeur et de production en établissant des « passerelles » entre l’offre et la demande dans l’espace francophone. « C’est comme cela que nous aimons travailler », a souligné Mme Jean.

 

 

Par RFIPublié le 18-03-2018 Modifié le 18-03-2018 à 23:37

L’ancien président Lula da Silva à Sao Paulo pour la promotion de son livre, le 16 mars 2018.REUTERS/Paulo Whitaker

Une dernière tournée électorale pour Lula ? Au Brésil, l’ancien président qui veut se présenter à la prochaine élection présidentielle a été condamné pour corruption, mais il est encore libre en attendant le jugement de son dernier recours fin avril. Il a donc décidé de partir en campagne pré-électorale dans le sud du pays. Une manière de montrer sa popularité, alors que la menace de la prison se fait chaque jour plus présente.

Avec notre correspondant à Rio de Janeiro,  François Cardona

Après avoir parcouru le nord-est et le sud-est du Brésil, Lula commence à présent sa tournée dans le sud du pays, avec l’éducation comme thème central des discours et des rencontres qui doivent préparer la candidature de Lula à l’élection présidentielle. Il doit notamment rencontrer l’ancien président uruguayen Pepe Mujica.

Malgré la popularité du candidat Lula, c’est une campagne en sursis. Car le 26 avril prochain, la justice examinera l’ultime recours déposé par les avocats de Lula. Et jugera si l’ancien président doit être conduit derrière les barreaux.

Le 24 janvier dernier, Lula a été condamné à 12 ans de prison dans l’affaire d’un appartement dont il aurait bénéficié en échange de faveurs politiques et d’obtention de contrats publics.

Le Parti des travailleurs a adopté comme ligne officielle : « Arrêter Lula, c’est emprisonner les espoirs du peuple brésilien ». La priorité du PT est toujours d’emporter l’élection présidentielle grâce au charisme de Lula, alors que l’actuel président Temer a vu sa cote de popularité s’effondrer à près de 5%.

Etats-Unis: une voiture autonome percute et tue une piétonne dans l’Arizona

 

Par RFIPublié le 20-03-2018 Modifié le 20-03-2018 à 07:55

Un carrefour à Tempe, dans l’Arizona; non loin, une piétonne a été percutée et tuée par une voiture autonome d’Uber, le 19 mars 2018.Rick Scuteri / REUTERS

On dit que c’est le mode de transport du futur et tous les constructeurs automobiles y investissent des milliards, mais la voiture autonome est impliquée pour la première fois dans un accident mortel. Ce lundi 19 mars aux Etats-Unis, un taxi sans pilote du VTC Uber a heurté et tué une piétonne dans l’Arizona. Le véhicule autonome était en phase de test. Dans la foulée, Uber a annoncé la suspension de son programme de voiture sans conducteur.

Avec notre correspondant à San Francisco,Eric de Salve

 

 

Depuis des mois, des voitures sans pilote bardées d’électroniques et de capteurs sillonnent les rues de plusieurs villes américaines, en particulier de San Francisco. Tous les constructeurs testent leurs programmes de véhicule autonome, perçu dans la Silicon Valley comme le mode de transport du futur. Chacun espère être le premier à pouvoir le proposer au grand public, mais à ce stade aucun n’est totalement fonctionnel.

L’accident de Tempe, près de Phoenix en Arizona, en est la preuve : il pourrait mettre un frein à cette course à l’innovation. Dans la nuit de dimanche 18 mars à lundi 19 et malgré la présence à l’avant d’un opérateur de sécurité, un Uber 4×4 de marque Volvo circulant en mode autonome a heurté une femme qui traversait « en dehors du passage piéton », selon la police locale. Transportée à l’hôpital la victime de 49 ans est, depuis, décédée. Ce n’est pas le premier accident impliquant une voiture autonome, mais il s’agit du premier cas mortel.

Uber a rapidement annoncé la suspension de tous ses essais de voitures autonomes aux États-Unis et au Canada. Et ce, alors que le géant du transport de personnes exhortait encore vendredi 16 mars le Congrès à adopter une loi pour accélérer le déploiement des véhicules sans pilote aux Etats-Unis. Mais certains élus démocrates réticents ne cachaient pas leurs inquiétudes, notamment sur le terrain de la sécurité.

 

OFFICE OF THE CHANCELLOR DIOCESE OF BROOKLYN 310 Prospect Park West, Brooklyn, New York 11215 ● 718.399.5990 ● FAX: 718.399.5934  E-mail: curia@diobrook.org

Most Reverend Nicholas DiMarzio, Bishop of Brooklyn, regrets to inform you of the death of Mrs. Marie Emila Saint Preux, mother of Reverend Andre Saint Preux, SDB, a priest of the Salesiens de Don Bosco, who is presently ministering as Chaplain of Jamaica Hospital. Mrs. Saint Preux died Tuesday, March 20, 2018.

The arrangements are as follows:  VIEWING:  Mary Queen of Heaven R.C. Church 1395 East 56th Street Brooklyn, New York 11234 Tel: (718) 763-2330  Saturday, March 24, 2018 9:00 AM – 10:00 AM  FUNERAL:  Mary Queen of Heaven R.C. Church 1395 East 56th Street Brooklyn, New York 11234 Tel: (718) 763-2330     Saturday, March 24, 2018    10:00 AM  BURIAL:  Canarsie Cemetery    Brooklyn, NY  Please pray for the repose of her soul, and for the consolation of her family and friends. May she rest in the peace of Christ, the Risen Lord.

If you wish to send condolences, please mail to Reverend Andre Saint Preux, SDB, Our Lady of the Cenacle, 136-06 87th Avenue, Richmond Hill, New York 11418.

Reverend Monsignor Anthony Hernandez, J.C.L. Chancellor and Vicar for Canonical Affairs

 

 

Proverbes

Kan Kè Kontan, pye vini lejè

Se pa tout  dlo Lapli ki tiyye fòs piman

Se pa avèk lonn yo mezire lezòm

Ou  Wè chen mete dan li deyò, li fè grimas, pa kwè li kontan

Pitit moùn pòv pa janm ganyen rezon douvan pitit moùn rich

La tuberculose reste la principale cause infectieuse de mortalité dans le monde (OMS)

Photo PNUD Soudan du Sud / Brian Sokol

Un enfant reçoit un traitement pour la tuberculose au Soudan du Sud.

 

23 mars 2018

Santé

A l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre la tuberculose qui est célébrée chaque année le 24 mars, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a appelé à un engagement de tous pour mettre fin à cette maladie infectieuse particulièrement mortelle.

 

La Journée est célébrée le 24 mars car c’est le 24 mars 1882 que le Dr Robert Koch a annoncé avoir découvert le bacille responsable de la tuberculose, ouvrant ainsi la voie au diagnostic et au traitement de la maladie.

« Malgré les grands progrès réalisés au cours des dernières décennies, la tuberculose, responsable de 4500 décès par jour, reste la principale cause infectieuse de mortalité dans le monde. L’apparition de formes multirésistantes (MR) de tuberculose représente une forte menace pour la sécurité sanitaire qui pourrait remettre en cause les avancées obtenues dans la lutte contre la maladie », a noté l’OMS dans un communiqué de presse.

Un engagement de tous pour mettre fin à la tuberculose

Le thème de la Journée cette année – « Avis de recherche : Chefs de file pour un monde exempt de tuberculose » – vise à susciter un engagement pour mettre fin à la tuberculose. Cet engagement devrait se concrétiser au niveau politique, c’est-à-dire à celui des chefs d’État et des ministres de la santé, mais aussi à tous les autres niveaux – ceux des maires, des gouverneurs, des parlementaires et des dirigeants communautaires.

« Les personnes atteintes de tuberculose, les militants de la société civile, les agents de santé, les médecins et le personnel infirmier, les ONG et les autres partenaires devraient également prendre part à cet engagement. Tous ces acteurs peuvent diriger les efforts entrepris, dans le cadre de leurs activités ou sur le terrain, pour mettre fin à la tuberculose », estime l’OMS.

Selon l’agence onusienne, il s’agit d’un sujet essentiel compte tenu de l’importance politique de la réunion de haut niveau de l’Assemblée générale sur la tuberculose, qui doit se tenir prochainement à New York.

10,4 millions de cas de tuberculose en 2017

L’année dernière, l’OMS a notifié 10,4 millions de cas de tuberculose et, en 2016, la tuberculose a entraîné 1,8 million de décès dans le monde, ce qui en fait la principale cause infectieuse de mortalité à l’échelle mondiale. Cette maladie sévit surtout dans les populations dont les droits humains et la dignité sont peu respectés.

N’importe qui peut contracter la tuberculose mais la maladie touche avant tout les pauvres, les communautés et les groupes marginalisés et d’autres populations vulnérables comme les migrants, les réfugiés, les minorités ethniques, les mineurs de fond et les autres catégories de la population qui vivent et travaillent dans des environnements à risque, ou encore les personnes âgées, les femmes marginalisées et les enfants, dans de nombreux contextes, etc.

Des facteurs tels que la malnutrition, les mauvaises conditions de logement et d’assainissement, aggravés par d’autres facteurs de risque comme le tabagisme, la consommation d’alcool et le diabète, ont des conséquences sur la vulnérabilité face à la tuberculose et sur l’accès aux soins.

En outre, cet accès est souvent rendu difficile par les dépenses catastrophiques liées à la maladie, à la recherche et au maintien d’une prise en charge et à l’absence de protection sociale, qui aboutissent à une situation où pauvreté et maladie forment un cercle vicieux. La transmission de la tuberculose multirésistante (MR) fait qu’il est d’autant plus urgent de s’occuper de ces questions.

Good to know: Availability of resident visas for April 2018.

 

Deacon Paul C. Dorsinville.

Re: Visa Bulletin.

AVAILABILITY OF RESIDENT VISAS FOR APRIL 2018/DISPONIBILITE DE VISAS DE RESIDENCE POUR AVRIL 2018.

FAMILY PETITIONS/ PETITIONS DE FAMILLE:

Spouse, Minor child(<21), Parent of US Citizen/ Epoux(/se), Enfant mineur(<21), Père/Mère de Citoyen US:                                    No delay/ Pas de délai.

Adult unmarried son/daughter of US Citizen/ Enfant majeur non-marié de Citoyen US:                                                                         08 Apr 2011.

Spouse, Minor child of US Resident/ Epoux(/se), Enfant mineur de Résident US:

01 May 2016.

Adult unmarried son/daughter of US Resident/ Enfant majeur non-marié de Résident US:                                                          08 Apr 2011.

Married son/daughter of US Citizen w/family/ Enfant marié de Citoyen US et famille:                                                                    08 Jan 2006.

Sibling of adult US Citizen (w/family)/ Frère/Soeur de Citoyen US adulte (et famille):                                                                   15 Sep 2004.

EMPLOYMENT PETITIONS/ PETITIONS DE TRAVAIL:

All categories/ Toutes catégories:

-Priority workers/ Travailleurs prioritaires;

-Exceptional ability, Graduate degrees/ Abilité exceptionelle, Diplômes avancés;

-Skilled workers, Undergraduate professionals, “Other workers”/ Travailleurs expérimentés, Professionels avec moins de 4 ans d’université, “Autres travailleurs”;

-Specialties, S.T.E.M., Clergy/ Spécialités, S.T.I.M., Clergé;

-Investors, Entrepreneurs/ Investisseurs, Entrepreneurs:

No delay/ Pas de délai.

Religious workers and certain investors need Congressional action beyond March 22, 2018/ Travailleurs religieux et certains investisseurs ont besoin d’action du Congrès au-dela du 22 Mars 2018.

OTHER CASES, SPECIAL CASES (Foster care, VAWA, Asylum, Registry, HRIFA, etc.) Ad hoc.

+++.

BLESSED HOLY WEEK ! BONNE SEMAINE SAINTE !

Latest News-March 18, 2018

 

FIFTH SUNDAY OF LENT (March 18th, 2018)

Jeremiah 31, 31-34; Psalm 51; Hebrews 5, 7-9; John 12, 20-33.   

 

By +Guy Sansaricq.

 

This text from John’s Gospel carries FOUR concepts that are key to understanding the MYSTERY of CHRIST.  The 1st reading mentions “the NEW COVENANT; the second, ”PERFECTION THROUGH OBEDIENCE”; THE Gospel ‘THE GRAIN OF WHEAT” and also the “LIFTING UP OF JESUS.”

 

First, Jesus’ purpose is to bring about a NEW COVENANT as opposed to the Old Covenant when the obedience to the LAW was the condition for salvation. Now what is required for salvation is FAITH IN JESUS AND THE SPIRITUAL TRANSFORMATION OF THE INNER SELF.

 

Second, Jesus who stands as the SUPREME AGENT AND MODEL of this new Covenant will be made PERFECT through his OBEDIENCE UNTIL DEATH TO THE FATHER’S WILL. Therefore, obedience to the Father’s will is the course we must learn to embrace!

 

Third, Jesus compares the fruitfulness of his death to the grain of wheat which must die in order to bear fruit. Hence, Jesus must die in order to become THE HEAD OF CHURCH.

 

Fourth, Jesus lifted up on the Cross will also be lifted up to heaven sharing HIS VICTORY with all who will have accepted to die to sin and embrace the NEW COVENANT. LENT opens our eyes to the magnificence of the MYSTERY OF CHRIST and of our own calling! LENT IS A ROAD THAT LEADS US TO BEING “LIFTED UP.”  Let us joyfully walk that road!

                                                                      

CINQUIÈME DIMANCHE DE CARÈME (18 Mars 2018)                   

 

 

Par +Guy Sansaricq

 

Quand il s’agit de Dieu et de Jésus, tout est mystère, tout dépasse notre capacité humaine de comprendre. C’est pour cela que nous avons besoin de Jésus, le porte-Parole authentique du Père qui parle notre langage. Nous avons aussi besoin des lumières de l’Esprit-Saint.

 

Jesus dans le texte d’Evangile lu aujourd’hui parle à ses apotres de la NOUVELLE Alliance. Dans l’ancien Testament, l’obeissance à la LOI de Moise garantissait le SALUT. Maintenant, ce qui est requis c’est LA FOI et une transformation spirituelle du Coeur, oeuvre de l’Esprit.

 

Pour cela, il faut l’obéissance complète à la volonté du Père. Le Christ devient le modèle à suivre puisqu’il obéira jusqu’à la mort. Le Carème nous apprend précisément que pour acquérir le salut et embrasser la Nouvelle Alliance, nous devons accepter de MOURIR au péché, quelque pénible que cela puisse paraitre. L’exemple proposé du GRAIN de BLÉ 

qui doit mourir en terre afin de produire des fruits nous éclaire. Pour devenir membre de la Nouvelle Alliance, UN REPENTIR INCONDITIONNEL est éxigé. En d’autres mots, pour naitre de nouveau, pour atteindre la perfection il faut MOURIR au péché, il faut rompre avec le mal.

                                              VIVE JESUS!     VIVE SA CROIX!

Le Christ après sa mort ressuscitera. Il sera ÉLEVÉ  de terre. A nous aussi une vie nouvelle, une

ÉLÉVATION merveilleuse est promise.  Le Carème nous supplie de PRENDRE CE CHEMIN!

Bishop Sansaricq

L’obéissance pour tous: 4e prédication de carême du p. Cantalamessa (traduction complète)

 

Payer ses impôts: un devoir moral et religieux

16 MARS 2018RANIERO CANTALAMESSAROMESPIRITUALITÉ, PRIÈRE

  1. Raniero Cantalamessa Ofmcap © Vatican Media

“Il y a (…) une obéissance qui nous concerne tous (…) : elle est la plus  importante de toutes, elle régit et vivifie toutes les autres ; et cette obéissance n’est pas l’obéissance de l’homme à l’homme, mais l’obéissance de l’homme à Dieu », affirme le p. Raniero Cantalamessa ofmcap.,  qui n’hésite pas à déclarer que « payer des impôts et plus généralement s’acquitter de son devoir envers la société n’est pas seulement un devoir civil, mais aussi un devoir moral et religieux. C’est une exigence du précepte de l’amour du prochain. »

Le capucin a parlé de l’obéissance dans sa quatrième prédication de Carême ce vendredi 16 mars 2018, dans la Chapelle Redemptoris Mater du Palais du Vatican. Elle est intitulée « Que chacun soit soumis aux autorités établies. L’obéissance à Dieu dans la vie chrétienne ». Tout part de l’obéissance à Dieu, « mais on ne peut l’oublier (…) Sinon, l’on ne comprend plus pourquoi obéir », explique le p. Cantalamessa.

Le religieux se demande ensuite « en quoi a consisté l’obéissance du Christ ». Et de répondre : « En Jésus resplendit à un degré suprême l’obéissance filiale », « antithèse de la désobéissance d’Adam ». Par le baptême, le chrétien se met « sous la juridiction du Christ » : « L’obéissance est donc, pour la vie chrétienne, un élément constitutif; c’est la conséquence pratique et nécessaire de l’acceptation de la seigneurie du Christ ». C’est donc « avant d’être une vertu », « un don » et « avant d’être une loi » « une grâce ».

HG

4ème prédication de Carême 2018

du p. Raniero Cantalamessa ofmcap.

“QUE CHACUN SOIT SOUMIS AUX AUTORITES ETABLIES”

L’obéissance à Dieu dans la vie chrétienne

  1. Le fil d’en haut

En esquissant les traits, ou les vertus, qui doivent briller dans la vie de ceux qui sont renés dans l’Esprit, après avoir parlé de la charité et de l’humilité, saint Paul, au chapitre 13 de la lettre aux Romains, en vient à parler aussi de l’obéissance :

“Que chacun se soumette aux autorités en charge. Car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et celles qui existent sont constituées par Dieu. Si bien que celui qui résiste à l’autorité se rebelle contre l’ordre établi par Dieu” (Rm 13, 1 ss).

La suite du texte, qui parle de glaive et d’impôt, ainsi que la comparaison avec d’autres textes du Nouveau Testament sur le même sujet (cf. Tt 3, 1 ; 1 P 2, 13-15), indiquent clairement que l’Apôtre ne parle pas ici de l’autorité en général ou de toute autorité, mais uniquement de l’autorité civile et de l’État. Saint Paul traite d’un aspect particulier de l’obéissance qui était d’une actualité brûlante au moment où il écrivait et, peut-être, dans la communauté même à laquelle il s’adressait.

C’était le moment où mûrissait, au sein du judaïsme palestinien, la révolte zélote contre Rome qui aboutira quelques années plus tard à la destruction de Jérusalem. Le christianisme était né du judaïsme, de nombreux membres de la communauté chrétienne, même à Rome, étaient des juifs convertis. Le problème de savoir si l’on devait obéir ou non à l’État romain se posait, indirectement, même pour les chrétiens.

L’Église apostolique se trouvait face à un choix décisif. Saint Paul, comme d’ailleurs tout le Nouveau Testament, résout le problème à la lumière de l’attitude et des paroles de Jésus, spécialement de la parole au sujet de l’impôt à César (cf. Mc 12, 17). Le Royaume prêché par le Christ « n’est pas de ce monde », c’est-à-dire qu’il n’est pas de nature nationale et politique. Aussi, il est possible d’exister sous n’importe quel régime politique, en acceptant ses avantages (telle la citoyenneté romaine), ainsi que ses lois. Le problème, en somme, est résolu dans le sens de l’obéissance à l’État.

L’obéissance à l’État n’est qu’une conséquence et un aspect d’une obéissance bien plus importante que l’Apôtre appelle « l’obéissance à l’Évangile » (cf. Rm 10, 16). L’avertissement sévère de l’Apôtre montre que payer des impôts et plus généralement s’acquitter de son devoir envers la société n’est pas seulement un devoir civil, mais aussi un devoir moral et religieux. C’est une exigence du précepte de l’amour du prochain. L’état n’est pas une entité abstraite; c’est la communauté des personnes qui le composent. Si je ne paie pas mes impôts, si je pollue l’environnement, si je viole les règles de la circulation, je blesse les autres et leur manifeste du mépris. Sur ce point, nous les Italiens (et peut-être pas seulement nous) devrions ajouter quelques questions à nos examens de conscience.

Tout cela est très actuel, mais nous ne pouvons pas limiter la réflexion sur l’obéissance au seul aspect de l’obéissance à l’État. Saint Paul nous indique le point où se situe la réflexion chrétienne sur l’obéissance ; mais il ne nous dit pas, du moins en ce seul texte, tout ce que l’on peut dire de cette vertu. Il tire ici les conséquences de principes posés précédemment, dans la même lettre aux Romains et aussi ailleurs, et c’est à nous d’aller à la recherche de ces principes pour présenter l’obéissance d’une manière qui soit utile et actuelle pour nous aujourd’hui. Il nous faut aller à la découverte de l’obéissance « essentielle », d’où découle toute obéissance particulière y compris celle qui est due aux autorités civiles. Il y a en effet une obéissance qui nous concerne tous – supérieurs et sujets, religieux et laïcs -; elle est la plus importante de toutes, elle régit et vivifie toutes les autres ; et cette obéissance n’est pas l’obéissance de l’homme à l’homme, mais l’obéissance de l’homme à Dieu.

Après le Concile Vatican II on a écrit que: “S’il y a aujourd’hui un problème de l’obéissance, ce n’est pas celui de la docilité directe à l’Esprit Saint – à laquelle au contraire chacun se réclame volontiers – mais plutôt celui de la soumission à une hiérarchie, à une loi, à une autorité humainement exprimées”. Je suis convaincu, moi aussi, qu’il en est ainsi. Mais c’est précisément pour rendre à nouveau possible cette obéissance concrète à la loi et à l’autorité visible qu’il nous faut revenir à l’obéissance à Dieu et à son Esprit.

L’obéissance à Dieu est comme « le fil d’en haut » qui soutient la splendide toile d’araignée suspendue à une haie. En descendant le long d’un fil qu’elle-même produit, l’araignée construit sa toile, parfaite et bien tendue à chaque angle. Cependant, ce fil d’en haut qui a servi à construire la toile n’est pas coupé une fois l’œuvre terminée. Au contraire c’est lui qui, du centre, soutient toute la toile tissée ; sans lui, tout s’affaisse. Si l’on détache un fil latéral (j’ai moi-même essayé une fois), l’araignée accoure et répare rapidement sa toile, mais si l’on coupe le fil qui vient d’en haut, elle s’éloigne : n’y a plus rien à faire.

Quelque chose de semblable se produit dans les relations de l’autorité et de l’obéissance dans une société, un ordre religieux et dans l’Eglise. Chacun de nous vit dans un dense réseau de dépendances envers les autorités civiles, et celles ecclésiastiques; parmi ces dernières, envers le supérieur local, l’évêque, la Congrégation pour le clergé ou pour les religieux, le Pape. L’obéissance à Dieu est le fil d’en haut : tout s’est construit à partir de cette obéissance ; mais on ne peut l’oublier, pas même une fois que la construction est terminée. Sinon, l’on ne comprend plus pourquoi obéir.

  1. L’obéissance du Christ

Il est relativement simple de découvrir la nature et l’origine de l’obéissance chrétienne: il suffit de voir à partir de quelle conception de l’obéissance Jésus est défini par l’Écriture « l’obéissant ». Nous découvrons ainsi immédiatement que le vrai fondement de l’obéissance chrétienne, ce n’est pas une idée d’obéissance, c’est un acte d’obéissance ; il ne s’agit pas du principe abstrait d’Aristote selon lequel « l’inférieur doit se soumettre au supérieur », mais un événement; il ne réside pas dans la « droite raison », mais dans le kérygme, et ce fondement le voici: le Christ « s’est fait obéissant jusqu’à la mort » (Ph 2,8); Jésus « apprit, de ce qu’il souffrit, l’obéissance; et après avoir été rendu parfait, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent principe de salut éternel » (He 5,8-9). Le point lumineux, qui éclaire toute la réflexion sur l’obéissance dans la lettre aux Romains, c’est Rm 5, 19: « Par l’obéissance d’un seul tous seront constitués justes ». Celui qui connaît la place qu’occupe la justification dans la lettre aux Romains, peut comprendre, d’après ce texte, la place qu’y occupe l’obéissance !

Essayons de connaître la nature de cet « acte » d’obéissance sur lequel est fondé le nouvel ordre; en d’autres termes, essayons de savoir en quoi a consisté l’obéissance du Christ. Jésus, enfant, obéit à ses parents ; puis, adulte, il se soumet à la loi mosaïque, au Sanhédrin, à Pilate. Cependant saint Paul ne se réfère à aucune de ces obéissances ; il se réfère plutôt à l’obéissance du Christ au Père. L’obéissance du Christ est considérée comme l’antithèse exacte de la désobéissance d’Adam: « Comme en effet par la désobéissance d’un seul homme la multitude a été constituée pécheresse, ainsi par l’obéissance d’un seul la multitude sera constituée juste » (Rm 5, 19 ; cf. 1 Co 15, 22). Mais à qui donc Adam a-t-il désobéi ? Certainement pas à ses parents, ni à l’autorité, ni aux lois. Il a désobéi à Dieu. À l’origine de toutes les désobéissances, il y a une désobéissance à Dieu et à l’origine de toutes les obéissances il y a l’obéissance à Dieu.

L’obéissance enveloppe toute la vie de Jésus. Si saint Paul et la lettre aux Hébreux mettent en lumière la place de l’obéissance dans la mort de Jésus, saint Jean et les Synoptiques complètent le tableau en mettant en lumière la place que l’obéissance a eue dans la vie de Jésus, dans son quotidien. « Ma nourriture – dit Jésus dans l’Évangile de Jean – est de faire la volonté du Père », et « Je fais toujours ce qui lui plaît » (Jn 4, 34 ; 8, 29). La vie de Jésus est comme guidée par un sillon lumineux formé des paroles écrites pour lui dans la Bible : « Il est écrit! Il est écrit! ». C’est par là que passe la victoire sur les tentations dans le désert. C’est dans les Écritures que Jésus puise ce « il faut » (dei) qui régit toute sa vie.

La grandeur de l’obéissance de Jésus se mesure objectivement « à ce qu’il souffrit » et subjectivement à l’amour et à la liberté avec lesquels il a obéi. En Jésus resplendit à un degré suprême l’obéissance filiale. Même dans les moments les plus extrêmes, comme lorsque le Père lui offre à boire le calice de la Passion, jamais ne s’éteint sur ses lèvres le cri filial: « Abba! Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » s’écria-t-il sur la croix (Mt 27,46); mais il ajoute aussitôt, selon Luc : « Père, en tes mains je remets mon esprit » (Lc 23,46). Sur la croix, Jésus « s’abandonna au dieu qui l’abandonnait ! » (quoiqu’on entende par cet abandon du Père). Telle est l’obéissance jusqu’à la mort; tel est « le roc de notre salut ».

  1. L’obéissance comme grâce : le baptême

Au chapitre 5 de la lettre aux Romains, saint Paul nous présente le Christ comme le modèle des obéissants, en opposition à Adam qui est le modèle des désobéissants. Au chapitre suivant, le sixième, l’Apôtre révèle comment nous entrons dans la sphère de cet événement, c’est-à-dire à travers le baptême. Saint Paul établit avant tout ce principe : si tu te places librement sous la juridiction de quelqu’un, ensuite tu es tenu de le servir et de lui obéir:

Ne le savez-vous pas ? Celui à qui vous vous présentez comme esclaves pour lui obéir, c’est de celui-là, à qui vous obéissez, que vous êtes esclaves : soit du péché, qui mène à la mort, soit de l’obéissance à Dieu, qui mène à la justice? (Rm 6, 16).

Le principe une fois établi, saint Paul rappelle le fait: les chrétiens, se sont mis en fait, librement, sous la juridiction du Christ, le jour où, par leur baptême, ils l’ont accepté comme leur Seigneur:« Vous qui étiez esclaves du péché, vous avez maintenant obéi de tout votre cœur au modèle présenté par l’enseignement qui vous a été transmis. Libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice » (Rm 6, 17). Dans le baptême a eu lieu un changement de maître, un changement de camp: du péché à la justice, de la désobéissance à l’obéissance, d’Adam au Christ. La liturgie baptismale a exprimé tout cela, par l’opposition du: « Je renonce – Je crois ».

L’obéissance est donc, pour la vie chrétienne, un élément constitutif; c’est la conséquence pratique et nécessaire de l’acceptation de la seigneurie du Christ. Il n’y a pas de seigneurie en acte, s’il n’y a pas, de la part de l’homme, l’obéissance. Au baptême nous avons accepté un Seigneur, un Kyrios, mais un Seigneur « obéissant », lui qui, précisément, est devenu Seigneur à cause de son obéissance (cf. Ph 2,8- 11), et dont sa seigneurie est, pour ainsi dire, fondée sur l’obéissance. L’obéissance ici est moins soumission que ressemblance ; obéir à un tel Seigneur, c’est lui ressembler, car c’est bien par son obéissance jusqu’à la mort qu’il a obtenu le nom de Seigneur qui est au-dessus de tout nom (cf. Ph 2, 8-9).

Nous découvrons, par là, que l’obéissance, avant d’être une vertu, est un don, avant d’être une loi, est une grâce. La différence entre les deux, c’est que la loi ordonne de faire, tandis que la grâce donne de faire. L’obéissance est d’abord œuvre de Dieu dans le Christ, ensuite elle est donnée au croyant pour qu’il l’exprime, à son tour, dans sa vie par une fidèle imitation. En d’autres termes, nous n’avons pas seulement le devoir d’obéir, mais désormais nous avons aussi la grâce d’obéir!

L’obéissance chrétienne s’enracine donc, dans le baptême ; par le baptême tous les chrétiens sont « voués » à l’obéissance; en un certain sens, ils en ont fait eux aussi le « vœu ». La redécouverte de cette donnée commune à tous, fondée sur le baptême, répond à un besoin vital des laïcs dans l’Église. Le Concile Vatican II a énoncé le principe de l’« appel universel à la sainteté » du peuple de Dieu (LG, 40), et comme il n’y a pas de sainteté sans obéissance, affirmer que tous les baptisés sont appelés à la sainteté revient à dire que tous sont appelés à l’obéissance et qu’il y a également un appel universel à l’obéissance.

  1. L’obéissance comme « devoir »: l’imitation du Christ

Dans la première partie de la lettre aux Romains, saint Paul nous présente Jésus-Christ comme un « don » à accueillir par la foi, alors que dans la seconde partie – parénétique – il nous présente le Christ comme un « modèle » à imiter par la vie. Ces deux aspects du salut sont également présents à l’intérieur de chaque vertu ou fruits de l’Esprit. En toute vertu chrétienne, il y a un élément qui relève du mystère et un élément ascétique, une partie qui est confiée à la grâce et une partie qui est confiée à la liberté. Il nous faut maintenant considérer ce second aspect, c’est-à-dire notre imitation effective de l’obéissance du Christ. L’obéissance comme devoir.

Dès que l’on essaye de rechercher, dans le Nouveau Testament, en quoi consiste le devoir de l’obéissance, on fait une découverte surprenante : l’obéissance est vue presque toujours comme une obéissance à Dieu. Certes, il est question aussi de toutes les autres formes d’obéissance : aux parents, aux maîtres, aux supérieurs, aux autorités civiles, « à toute institution humaine » (1 P 2, 13), mais beaucoup moins souvent et de manière beaucoup moins solennelle. Le substantif même « obéissance » est toujours et uniquement utilisé pour indiquer l’obéissance à Dieu ou, de toute manière, à des instances de nature divine, excepté le seul passage de la lettre à Philémon (v.21) où ce terme indique l’obéissance à l’Apôtre. Saint Paul parle d’obéissance à la foi (Rm 1, 5 ; 16,26), d’obéissance à l’enseignement (Rm 6, 17), d’obéissance à l’Évangile (Rm 10, 16; 2 Th 1,8), d’obéissance à la vérité (Ga 5, 7), d’obéissance au Christ (2 Co 10, 5). Ce même langage se retrouve aussi ailleurs dans le Nouveau Testament (cf. At 6, 7; 1 P 1, 2. 22).

Mais pouvons-nous parler aujourd’hui d’obéissance à Dieu, après que la nouvelle et vivante volonté de Dieu, manifestée dans le Christ, a été comme codifiée dans toute une série de lois et de hiérarchies ? Est-il permis de penser qu’il existe encore, après tout cela, de « libres » volontés de Dieu à accueillir et à accomplir ? Oui, sans aucun doute! Si l’on pouvait codifier et objectiver de manière exhaustive et définitive la vivante volonté de Dieu en une série de lois, de normes et d’institutions, dans un « ordre » institué et défini une fois pour toutes, l’Église finirait par se pétrifier.

La redécouverte de l’importance de l’obéissance à Dieu est une conséquence naturelle de la redécouverte de la dimension pneumatique – à côté de celle hiérarchique – de l’Église et de la primauté, en elle, de la Parole de Dieu. L’obéissance à Dieu, en d’autres termes, n’est concevable que lorsqu’on affirme clairement – comme le fait le Concile Vatican II – que l’Esprit Saint “il introduit dans la vérité tout entière, il assure l’unité de la communauté et du ministère, il bâtit et la dirige grâce à la diversité des dons hiérarchiques et charismatiques, il l’orne de ses fruits. Par la vertu de l’Évangile, il fait la jeunesse de l’Église et la renouvelle sans cesse, l’acheminant à l’union parfaite avec son époux”(LG, 4).

Ce n’est que si l’on croit à une « Seigneurie » actuelle et ponctuelle du Ressuscité dans l’Église, si l’on est intimement convaincu qu’aujourd’hui encore – comme dit le psaume – « il parle le Seigneur, le Dieu des dieux, il ne se taira pas » (Ps 50,1), qu’alors, mais alors seulement, on sera en mesure de comprendre la nécessité et l’importance de l’obéissance à Dieu. Elle est une attention que l’on prête à Dieu qui parle, dans l’Église, par son Esprit, lequel éclaire les paroles de Jésus et de toute la Bible et leur confère autorité en faisant d’elles des canaux de la vivante volonté de Dieu pour nous.

Mais de même que, dans l’Église, institution et mystère ne sont pas opposés mais unis, ainsi devons-nous montrer à présent que l’obéissance à l’Esprit ne détourne pas de l’obéissance aux autorités visibles et institutionnelles, mais au contraire, qu’elle la renouvelle, la renforce et la vivifie, à tel point que l’obéissance aux hommes devient le critère pour juger de l’existence et de l’authenticité de cette obéissance à Dieu. C’est le même principe qui s’applique à la charité. Le premier commandement, c’est aimer Dieu, mais le critère pour le juger c’est l’amour du prochain : « Celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, -écrit saint Jean- ne saurait aimer le Dieu qu’il ne voit pas » (1 Jn 4, 20). On doit dire la même chose de l’obéissance : si tu n’obéis pas aux supérieurs que tu vois, comment peux-tu dire que tu obéis à Dieu que tu ne vois pas ?

L’obéissance à Dieu se produit généralement de cette manière. Dieu te fait entrevoir sa volonté sur toi; il s’agit d’une « inspiration » qui, ordinairement, naît d’une parole de Dieu entendue ou lue dans la prière. Tu te sens « interpellé » par cette parole ou cette inspiration; tu sens qu’elle te « demande » quelque chose de nouveau et tu dis « oui ». Si c’est une décision qui aura des conséquences pratiques, tu ne peux pas agir uniquement sur la base de ton inspiration. Tu dois remettre ton appel entre les mains des supérieurs ou de ceux qui ont, de quelque manière, une autorité spirituelle sur toi, en croyant que si cela vient de Dieu, Dieu lui-même le fera reconnaître comme tel par ses représentants.

Mais que faire lorsqu’un conflit se profile entre les deux obéissances et que le supérieur humain te demande de faire une chose différente et opposée à celle qui, tu le crois, t’est commandée par Dieu? Il suffit de se demander ce que fit Jésus dans un tel cas ? Il accepta l’obéissance extérieure et se soumit aux hommes ; mais, ce faisant, loin de renier son obéissance au Père, il l’accomplit au contraire. C’était cela, précisément, que le Père voulait. Sans le savoir et sans le vouloir, -parfois en toute bonne foi, parfois non, – les hommes, comme il en fut jadis de Caïphe, Pilate et la foule, deviennent des instruments, afin que s’accomplisse la volonté de Dieu et non la leur.

Toutefois, même cette règle n’est pas absolue. Je ne parle pas ici du devoir positif de désobéir lorsque l’autorité –comme en certains régimes dictatoriaux – commande de faire quelque chose clairement immoral et criminel. En demeurant dans le domaine religieux la volonté de Dieu et sa liberté peuvent exiger de l’homme – ainsi pour Pierre, face à l’injonction du Sanhédrin – qu’il obéisse à Dieu, plutôt qu’aux hommes (cf. Ac 4, 19-20). Mais celui qui s’engage sur ce chemin doit accepter, comme tout vrai prophète de mourir à lui-même (et souvent aussi physiquement), avant de voir sa parole réalisée. Dans l’Église catholique, la vraie prophétie a toujours été accompagnée de l’obéissance au pape. Don Primo Mazzolari et don Lorenzo Milani en sont des exemples récents.

Obéir seulement quand ce que dit le supérieur correspond exactement à nos idées et à nos choix, n’est pas obéir à Dieu, mais à nous-mêmes; ce n’est pas faire la volonté de Dieu, mais sa propre volonté. Si, en cas d’avis divergents, au lieu de s’interroger, le supérieur, son discernement et sa compétence sont immédiatement remis en question, nous ne sommes plus obéissants mais objecteurs.

  1. Une obéissance ouverte toujours et à tous

L’obéissance à Dieu c’est l’obéissance qui est toujours possible. Il n’arrive que de temps en temps, trois ou quatre fois dans toute une vie, d’avoir à accomplir des actes d’obéissance aux ordres et aux autorités visibles; je parle, bien entendu, d’actes d’obéissance d’une certaine importance. Toutefois, obéir à Dieu, cela nous est demandé souvent. Plus on obéit, plus les ordres de Dieu se multiplient, car il sait que c’est le plus beau don qu’il puisse nous faire, celui-là même qu’il fit à Jésus son Fils bien-aimé. Lorsque Dieu trouve une âme décidée à obéir, il prend alors sa vie en main, comme on prend le timon d’un navire, ou comme on prend en main les rênes d’un attelage. Il devient pleinement, et non seulement en théorie, le « Seigneur », c’est-à-dire celui qui « régit », qui « gouverne », déterminant, pour ainsi dire, moment par moment, les gestes, les paroles de cette personne, sa manière d’employer le temps, tout.

J’ai dit qu’obéir à Dieu est une chose que l’on peut toujours faire. Je dois dire que c’est aussi une chose que nous pouvons tous faire, que nous soyons subalternes ou supérieurs. On a l’habitude de dire qu’il faut savoir obéir pour pouvoir commander. Il ne s’agit pas seulement d’une maxime de sagesse humaine ; une profonde raison théologique est à la base de cette affirmation. Cela signifie que la véritable source de l’autorité spirituelle réside plus dans l’obéissance que dans le titre ou la charge que quelqu’un reçoit. Concevoir l’autorité comme obéissance signifie ne pas se contenter de la seule autorité extérieure, mais chercher aussi l’autorité intérieure qui ne peut venir que du fait que Dieu est avec toi et appuie ta décision. Cela signifie s’approcher de ce type d’autorité qui émanait de la façon de faire du Christ et qui poussait les gens à s’émerveiller: “ Qu’est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité!” (Mc 1, 27).

C’est en fait une autorité différente, c’est-à-dire un pouvoir réel et efficace, non pas un pouvoir purement nominal ou lié à la fonction, c’est un pouvoir intrinsèque et non pas extrinsèque. Lorsqu’un ordre est donné par un parent ou un supérieur qui s’efforce de vivre selon la volonté de Dieu, qui a prié auparavant et n’a aucun intérêt personnel à défendre, mais simplement le bien d’un frère ou de son enfant, l’autorité même de Dieu vient renforcer cet ordre ou cette décision. Si cela donne lieu à une contestation, Dieu dit à son représentant ce qu’il a dit un jour à Jérémie : « Voici que moi, aujourd’hui même, je t’ai établi comme ville fortifiée, un rempart de bronze (…) ils lutteront contre toi mais ne pourront rien contre toi, car je suis avec toi » (Jr 1, 18 ss.). Saint Ignace d’Antioche donnait ce sage conseil à l’un de ses disciples et confrères dans l’épiscopat, Saint Polycarpe : « Que rien ne se fasse sans ton consentement mais toi, ne fais rien sans le consentement de Dieu [1].

Cette voie de l’obéissance à Dieu n’a en soi, rien de mystique et d’extraordinaire. Elle est au contraire ouverte à tous les baptisés. Elle consiste à  » présenter les questions à Dieu »,” (cf. Ex 18, 19). Je peux décider seul de prendre une initiative, d’entreprendre ou non un voyage, un travail, de faire une visite, une dépense et, une fois la décision prise, prier Dieu pour que tout se passe bien. Mais si l’amour de l’obéissance en Dieu naît en moi, je procéderai de manière différente : je demanderai d’abord à Dieu, avec le moyen très simple de la prière dont nous disposons tous, si sa volonté est que je fasse ce voyage, ce travail, cette visite, cette dépense, puis je le ferai, ou non, mais il s’agira dans tous les cas d’un acte d’obéissance à Dieu, et non plus d’une initiative libre.

Il est clair que je n’entendrai normalement aucune voix au cours de ma brève prière, et que je ne recevrai aucune réponse explicite sur ce que je dois faire ou en tout cas, il n’est pas nécessaire que je la reçoive pour que ce que je fasse soit en obéissance. En faisant cela, en effet, j’ai soumis la question à Dieu, je me suis dépouillé de ma volonté, j’ai renoncé à décider seul et j’ai donné à Dieu une possibilité d’intervenir, s’il le souhaitait, dans ma vie. Indépendamment de ce que je déciderai alors de faire, en me basant sur les critères ordinaires de discernement, je ferai un acte d’obéissance à Dieu. C’est ainsi que je cède les rênes de ma vie à Dieu! La volonté de Dieu pénètre ainsi de plus en plus profondément dans le tissu d’une existence, en l’enrichissant et en faisant d’elle un « sacrifice vivant, saint et agréable à Dieu » (Rm 12, 1).

Nous terminons aujourd’hui encore avec les paroles d’un psaume qui nous permet de transformer en prière l’enseignement que nous a donné l’apôtre Un jour que le psalmiste était rempli de joie et de reconnaissance pour les bienfaits de son Dieu (“D’un grand espoir j’espérais le Seigneur : il s’est penché vers moi pour entendre mon cri […]; Il m’a tiré de l’horreur du gouffre…”), se trouvant dans un véritable état de grâce, le psalmiste se demande ce qu’il peut faire pour répondre à tant de bonté de la part de Dieu: offrir des holocaustes ? des victimes ? Aussitôt il comprend que ce n’est pas cela que Dieu attend de lui; c’est trop peu pour exprimer ce qu’il a dans le cœur. Et voici alors l’intuition et la révélation: ce que Dieu attend de lui, c’est une décision généreuse et solennelle, d’accomplir, désormais, tout ce que Dieu désire de lui, de lui obéir en tout. Alors il dit:

“ Voici, je viens.

Dans le livre, il est écrit pour moi,

que je fasse ta volonté.

Mon Dieu, voilà ce que j’aime :

ta loi me tient aux entrailles”.

En entrant dans le monde, Jésus a fait siennes ces paroles en disant: « Voici, je viens pour faire, ô Dieu, ta volonté » (He 10, 5 s.). Maintenant c’est notre tour. Toute notre vie, jour après jour, peut être vécue à la lumière de ces paroles : « Voici, je viens pour faire, ô Dieu, ta volonté! » Le matin, au commencement d’une nouvelle journée, puis, en allant à un rendez-vous, à une rencontre, en commençant un nouveau travail : « Voici, je viens pour faire, ô Dieu, ta volonté! »

Nous, nous ne savons pas ce que cette journée, cette rencontre, ce travail nous réserveront; nous ne savons avec certitude qu’une seule chose : c’est que nous voulons accomplir là la volonté de Dieu. Nous ne savons pas ce que l’avenir réservera à chacun d’entre nous ; mais il est bon de s’acheminer vers lui avec sur les lèvres ces paroles : « Voici, je viens pour faire, ô Dieu, ta volonté! »

_____________________________________________

Traduit en Français par les Frères Mineurs Capucins de Lourdes

[1] S. Ignace d’Antioche, Lettre à Polycarpe 4, 1.

 

Pensée de la Semaine: “Rien de stable et de prospère ne s’établit sans la croix et la souffrance.”

Thought of the Week: “Nothing stable and prosperous is established without the cross and the suffering.”

Pensamiento de la semana: “Nada estable y próspero se establece sin la cruz y el sufrimiento”.

 

 

 

Les étudiants de la 3ème Année du Collège Pastoral ont eu leur retraite la fin de semaine du 11 Mars 2018 au Seminaire De l’Immaculée Conception à Huntington. Bishop Guy Sansaricq, le fondateur du Collège etait le celebrant et l’homeliste de la messe de cloture.

Une retraite de fin de semaine est toujours un moment très fort pour les étudiants du Collège Pastoral. Mme Carine Brun, une ancienne étudiante du Collège Pastoral a été l’animatrice de cette retraite. Les participantes et participants ont beaucoup aimé ses instructions spirituelles. La radio Telé Solidarité s’est présentée seulement pour couvrir la messe de Cloture.

Bishop Sansaricq, le directeur fondateur de ce collège est le père spirituel des étudiants et anciens étudiants du collège Pastoral. Bishop Sansaricq rappelle toujours aux étudiants du Collège Pastoral que le Chemin qui mène à Jesus est le chemin de la Croix et de la Souffrance. Soeur Juvenia Joseph FDM est la directrice du college. Elle continue de faire tout ce qui dépend d’elle pour faire avancer le collège dans la bonne direction.

 

Soeur Carmèle Nerette FDM , la co-fondatrice du Collège est toujours présente  aux retraites du Collège Pastoral où elle fut professeur pendant de nombreuses années.  Elle continue à manifester son grand amour pour cette école de la Foi.

Rappelons que certains anciens étudiants du Collège participent aussi  à cette retraite. Bishop Sansaricq dans son homelie a mis l’accent sur le Carême et l’importance du désert dans la vie d’un Chretien. Il insista que le désert est le temps de souffrance, d’incomprehension et de difficultés de toutes sortes. Mais c’est à travers ce temps d’épreuve que s’accomplit la croissance spirituelle. Le Christ a du souffrir durant sa vie. Il n’y a pas de resurrection sans la mort.

J’etais très content de couvrir cette célébration Eucharistique pour les telespectateurs et Telespectatrices de la radio Telé Solidarité. Pour écouter cette messe clicquer sur ce lien: https://youtu.be/hKMCNbqBhLg

Brother Tob

The Pastoral College’s 3rd Year students had their spiritual retreat on the weekend of March 11, 2018 at the Immaculate Conception Seminary in Huntington. Bishop Guy Sansaricq, the founder of the College, was the celebrant and homilist of the Closing Mass.

A weekend of spiritual retreat is always a yearly high point for that school of faith. Ms. Carine Brun, a former student of this institution, was the animator of this retreat. Participants were amazed and delighted by Carine’s lofty instructions. Radio-Telé Solidarité came only to cover the closing Mass.

 

Bishop Sansaricq, the director -founder of this college is the spiritual father of Pastoral College students and alumni. He always reminds the Pastoral College students that the Way leading to Jesus is the way of the Cross. Sister Juvenia Joseph FDM the director of the college continues to do everything that depends on her to move the college in the right direction

 

Sister Carmèle Nerette FDM, the co-founder of the College is always present at the College’s Retreats. She was also a professor of this School of Faith for a great number of years and continues to show her great love for the students.

Remember that some former students of the College also participate in this retreat. Bishop Sansaricq in his homily focused his message on the meaning of Lent and the importance of the “desert” in the life of a Christian. He insisted that the desert is the time of sufferings, misunderstandings and difficulties of all sorts. It’s also a time of purification and of discovery of the presence of God. Even Christ had to suffer during his life. So there is no resurrection without death.

I was very happy to cover this Eucharistic celebration for the viewers of RadioTelé Solidarité.  To listen to this Mass click on this link: https://youtu.be/hKMCNbqBhLg

Brother Tob

Visite de Michele Montas à la radio Telé Solidarité

L’ancienne Porte Parole des Nations Unis Michèle Montas Dominique a visité la Radio Telé Solidarité le Vendredi 16 Mars 2018. Mme Michèle Montas a toujours admiré le travail de Bishop Sansaricq et elle est parmi les lectrices du Bulletin Hebdomadaire du Centre National.

Elle a profité de son passage pour accorder un entretien à la Radio Telé Solidarité  et ce dernier sera publié au debut du mois d’Avril. Elle nous a assuré qu’elle sera à la reunion des professionels Haitiens le 2 Juin à Douglaston  pour supporter le projet de la Radio Telé Solidarité d’avoir un documentaire et d’ecrire un livre sur la contribution des Haitens aux États Unis.

Bishop Sansaricq remercie Mme Montas de sa visite à la Radio Telé Solidarité en ces mots:

Chère Madame Montas-Dominique, Nous sommes honorés de votre visite et de votre appui à nos projets. Nous comptons beaucoup sur votre competence et votre dévouement envers notre peuple pour l’avancement de tous nos programmes. Comme vous nous visons au relèvement spirituel et social de notre peuple Que le Seigneur vous benisse!”

Brother Tob

Michele Montas’ visit to Radio  Telé Radio Solidarite

Former United Nations Spokeswoman Michèle Montas Dominique visited Radio Telé Solidarité on Friday, March 16, 2018. Michèle Montas has always admired the work of Bishop Sansaricq and she is among the readers of the weekly Bulletin of the National Center.

She took advantage of her visit to give an interview to Radio Telé Solidarité which interview will be published in the beginning of April. Mrs Michèle Montas assured us that she will be at the meeting of Haitian professionals on June 2 in Douglaston to support the Radio Telé Solidarité project of making a documentary and writing a book on the contribution of Haitians in the United States

Bishop Sansaricq thanks Ms. Montas for her visit to Radio Telé Solidarité in these words

Dear Ms. Montas-Dominique: “We are honored and happy that you visited us this past week. Your competency and your dedication to the cause of Haiti are remarkable assets. We are honored by your willingness to support the Haitian Apostolate’s project to produce a documentary and write a book on the Haitian contributions to the US. May God bless you!

Brother Tob

 

 

 

 

Visite du Reverend Père Julien Almonacy  à la Radio Telé Solidarité.

Le Reverend  Père Julien Almonacy   , chancelier Canonique du diocèse Anse-à-Veau Miragoane a visité  la Radio Telé Solidarité le Vendredi 16 Mars 2018. Il a profité de l’occasion pour accorder un entretien à la Radio Telé SolidaritéLe Père Almonacy a deja 34 ans dans la vie sacerdotale et il est connu comme un très bon predicateur.. Bishop Guy Sansaricq etait très content de rencontrer le Père Almonacy

Rappelons que le Père Almonacy est vicaire Episcopal du diocèse de Anse-À -Veau -Miragoaneet Curé de Paroisse. Il est à New York pour prêcher la retraite pascale à la Paroisse de St Boniface à Elmont . Il sera  aussi le predicateur de la retraite pascale à la Paroisse de St Joseph à Spring Valley

 

Le Personnel de la Radio Telé Solidarité souhaite la plus cordiale bienvenue au Père Almonacy à New York

Brother Tob

Visit of Reverend Father Julien Almonacy to Radio Telé Solidarite.

The Reverend Father Julien Almonacy, Chancellor Canonical of the diocese Anse-à-Veau- Miragoane visited the Radio Telé Solidarité  on Friday, March 16, 2018. He took the opportunity to have  an interview at Radio Telé Solidarité  Father Almonacy has  already 34 years  in the sacerdotal  life and he is known as a very good preacher .. Bishop Guy Sansaricq was very happy to meet Father Almonacy

Father Almonacy is also  Episcopal Vicar of the diocese of Anse-À-Veau-Miragoane and  Pastor of a parish. He is in New York to preach the Easter retreat at the Parish of St Boniface in Elmont. He will also be the preacher of the Easter retreat at the Parish of St Joseph in Spring Valley

 

The staff of Radio Telé Solidarité would like to extend a warm welcome to Father Almonacy in New York

Brother Tob

LE COLLÈGE PASTORAL EST UN DEUIL

Le Collège Pastoral vous annonce avec infiniment de peine la mort de SAINT JEAN BAPTISTE, Un ancient étudiant du Collège “ Promotion 1997-2000.  SAINT JEAN BAPTISTE, né le 2 Novembre 1949, est retourné à la maison du Père le 12 mars 2018.   Il sera exposé au Funeral Home: Andrew Torregossa  de 4h p.m. – 9h p.m. à l’adresse suivante : (2265 Flatbush Ave – Brooklyn, NY  11234) le Vendredi 23 Mars 2018. Ses funérailles seront chantées le Samedi 24 Mars 2018 à 9h30 a.m. à L’Eglise  Sainte Thérèse de Lisieux (1281Troy Ave – Brooklyn, NY 11203 ).

Nous reccommandons à vos humbles prières l’âme du défunt, sa famille très éprouvée par ce deuil spécialement sa femme: Marie Lourdes Baptiste et ses enfants: Barbara, John et Marie Lyn Baptiste; ses frères et soeurs; ses oncles et tantes; ses neveux et nieces; ses cousins et cousines.

QUE L’ÂME DE SAINT JEAN BAPTISTE REPOSE EN PAIX PAR LA MISÉRICORDE DE DIEU!

YOANDE THOMAS

Mai 1931- Mars 2018

 

N ap  anonse ak anpil lapenn lanmò  Madam Yolande Joseph Thomas. Yolande se te yon militan, yon atis

Yon Fanm vanyan,,,

 

Yolande Fet 13 Me 1931. Li mouri 5 Mas 2018. apre yon ti maladi tou kout nan Baptiste Hospital

Li te gen 86 lane.

 

Se ak tout kè nou, nou prezante kondoleyans  nou bay

Pitit fi li yo :

  • Mary-Suzanne Wheeler
  • ak Ginette Thomas

Pitit gason li yo:

  • Harry Thomas
  • ak Roland Thomas jr.

 

Pou pitit-pitit li yo:

  • Reginald Wheeler, Anthony Thomas, Erica Lark, Shelby Thomas

Emmanuel Thomas, Christian Thomas.

 

Pou pitit-pitit-pitit li yo:

  • Zora Thomas Kaelin Wheeler, Nicvajah Wheeler, Malcom Thomas

 

Pou lot manm nan fanmiy lan:

  • Jean-Michel Telhomme, Nemours Telhomme, Jacques Telhomme, Emmanuel Telhomme, Georges Telhomme, Marie-Therese Telhomme.

pou tout manm lafanmiy ki Laguadloup :

  • Danielle Gourdin, Ghislaine Gourdin, Claudel Gourdin, Etienne Gourdin

 

Pou tout fanmi :

Thomas, Wheeler, Lark, Telhomme, Gourdin… Nou prezante kondoleyans nou.

 

Kondoleyans pou tout fanmi, zanmi ak asosye,  manm oganizasyon HAUP in Nouyok,   òganizasyon CACEC in SW Miami ; oganizasyon Sosyete Koukouy kote li t  ap milite depi plis pase 30 lane.

 

Kadav Yolande ap ekspoze vandredi 16 Mas nan:

Caballero Rivero – Woodlawn south

11655 SW 117 Av

Miami Fl 33186

 

Antèman pov defen Yolande Thomas ap chante

Samdi 17 Mas a 1:00è PM

Nan Legliz Our Lady of Lourdes –Notre Dame de Lourdes

11291 SW 142nd avenue Miami , Fl 33186

Tel  305 386 4121

 

N /B Yolande anvan li kite nou,  mande, olye nou  voye  flè pou li, li mande pou yo bay Sosyete Koukouy yon  donasyon (nan sosyetekoukouy.org) pou penmèt koukouy yo kontinye emisyon edikasyon dimanch maten yo sou radyo Mega.

 

Que son ame repose en paix!

 

Mexique : l’ONU pointe des cas de tortures dans l’enquête sur la disparition des étudiants d’Ayotzinapa

 

CINU Mexique

Mexico: un rassemblement de protestation sur l’affaire des 43 étudiants d’Ayoitzinapa disparus en 2014

 

15 mars 2018

Droits de l’homme

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a de bonnes raisons de croire que l’enquête portant sur la disparition de 43 étudiants mexicains en 2014 a été entachée de torture et de dissimulations.

En examinant les cas de 63 personnes poursuivies en lien avec la disparition des étudiants de l’école normale d’Ayotzinapa, à Guerrero, le HCDH a mis en lumière certaines des lacunes des premières étapes de l’enquête.

Dans un rapport intitulé ‘Double Injustice – violations des droits humains dans l’enquête sur l’affaire Ayotzinapa’, le HCDH a indiqué qu’il avait de solides raisons de croire qu’au moins 34 de ces personnes avaient été torturées, sur la base des dossiers judiciaires, y compris des dossiers médicaux, et d’entretiens avec les autorités, les détenus et les témoins.

« Les conclusions du rapport indiquent une tendance à commettre, tolérer et dissimuler la torture dans l’enquête sur l’affaire Ayotzinapa », a déclaré jeudi Zeid Ra’ad Al Hussein, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme.

« Cela ne viole pas seulement les droits des détenus, mais aussi le droit à la justice et à la vérité pour les victimes des événements de septembre 2014, leurs familles et pour la société dans son ensemble », a ajouté le Haut-Commissaire.

Le rapport de l’ONU souligne comment des personnes ont été arbitrairement détenues et torturées pour obtenir des informations ou des aveux, ainsi que les retards importants dans leur comparution devant un procureur, les plaçant ainsi souvent en dehors de la protection de la loi.

Le rapport indique que l’unité de contrôle interne du Bureau du Procureur général de la République (OAG) semble avoir fait un réel effort en 2016 pour répondre à certaines allégations de torture ou d’autres violations des droits de l’homme, mais cette enquête interne a été contrecarrée par le remplacement des fonctionnaires de l’unité. À ce jour, il n’y a pas eu de poursuites et de sanctions pour les actes de torture ou d’autres violations des droits de l’homme, indique le rapport.

« Ayotzinapa est un test de la volonté et de la capacité des autorités mexicaines à s’attaquer aux violations graves des droits de l’homme », a déclaré M. Zeid,

Le chef des droits de l’homme de l’ONU a exhorté les autorités mexicaines à veiller à ce que la recherche de la vérité et de la justice continue et que les responsables des actes de tortures et d’autres violations des droits de l’homme commis au cours de l’enquête rendent des comptes.

A la Une: le limogeage de Rex Tillerson

 

Par Stefanie SchülerPublié le 14-03-2018 Modifié le 14-03-2018 à 19:05

C’est sur Twitter que Donald Trump a annoncé le départ de Rex TillersonREUTERS/Jonathan Ernst/Pool

Pour le Washington Post, « Donald Trump a humilié Rex Tillerson pour la dernière fois » en annonçant sur Twitter non pas le départ de son secrétaire d’État, mais tout simplement son remplacement par Mike Pompeo. « Le limogeage abrupt de Rex Tillerson déclenche une nouvelle vague de chaos dans une administration américaine qui paraît plus instable que jamais », estime le Tampa Bay Times.

Justement, renchérit le Dallas Morning News, Rex Tillerson a été en quelque sorte « la force tranquille au sein d’une administration agitée, quelqu’un en qui les Américains pouvaient avoir confiance. Un point qui a son importance », souligne l’éditorialiste. « Car dans ce pays il y a une tendance au repli sur soi, alors que les circonstances réclament au contraire notre engagement dans et vers le monde. Et un manque de confiance en nos dirigeants ne fait que nourrir cette tendance. »

Pourtant les éditorialistes n’épargnent pas Rex Tillerson : « On se souviendra de lui comme l’un des secrétaires d’État les plus faibles et les moins efficaces. Sans aucune expérience en politique étrangère, il a vidé de toute substance le Département, qu’il était censé diriger », estime le New York Times. Le quotidien USA Today détaille : « Au moment où Trump s’apprête à entamer l’ascension de l’Everest des négociations – une rencontre personnelle avec Kim Jong-un – il n’y a pas d’ambassadeur américain en Corée du Sud, ni de secrétaire d’État adjoint en charge de l’Asie de l’Est et du Pacifique, ni de sous-secrétaire d’État responsable du contrôle de l’armement et de la sécurité internationale. Ah oui, et l’envoyé spécial américain pour la Corée du Nord vient de prendre spontanément sa retraite », ironise l’éditorialiste.

« Cela étant dit on va encore le regretter, ce Rex Tillerson », prédit le New York Times. « Car l’avenir s’annonce bien pire. »

A la Une: Brésil, l’assassinat d’une icône de la lutte contre les violences policières

Le 15 mars 2018, des jeunes se consolent auprès d’un portrait dessiné de Marielle Franco, conseillère municipale de Rio de Janeiro assassinée.REUTERS/Ricardo Moraes

Le Brésil est sous le choc après l’assassinat mercredi soir à Rio de Marielle Franco, conseillère municipale afro-brésilienne du PSOL, le parti socialisme et liberté. En Une de tous les quotidiens brésiliens, des photos et des vidéos des milliers de personnes qui se sont rassemblées jeudi au centre-ville de Rio de Janeiro pour un adieu plein de colère et d’émotion avant l’enterrement en fin d’après-midi de Marielle Franco et de son chauffeur Anderson Pedro Gomes. Sur les affiches brandies dans la foule, des inscriptions telles que « Nos vies comptent » avec le hashtag #Marielle, en l’honneur de Marielle Franco et de son combat pour les Afro-Brésiliennes, pour les gays, bis et transsexuels : « On est toutes un peu mortes » dit une femme, une autre ajoute : « mais on va continuer le combat qu’elle a mené ».

« L’assassinat de la conseillère municipale est un affront à la démocratie » s’exclame l’éditorialiste du journal O Globo. Dans cette escalade de la violence dans l’Etat de Rio « les criminels agissent comme des mafieux, ils attaquent désormais des représentants des institutions. C’est un chemin dangereux qui nécessite un holà immédiat de l’Etat et de toute la société. Et il faudra se demander, même si c’est une question qui dérange, si certains de ces groupes mafieux ne sont pas infiltrés dans l’appareil d’État », conclut le quotidien.

Même interrogation du côté de la Folha de São Paulo qui se demande « Qui a tué Marielle ? » Selon les premiers éléments de l’enquête, indique l’éditorialiste, « rien n’a été volé, les neuf balles ont été retrouvées du côté du siège arrière de la voiture où se trouvait Marielle Franco. Il n’y a donc aucun doute : elle a bien été exécutée. La question est : pour quel motif ? Cet assassinat intervient à un moment très délicat, alors que les forces armées sont appelées à intervenir dans les favelas. Et justement Marielle Franco interpelait les autorités à propos des violences policières dans ces quartiers pauvres, des violences qui visent particulièrement les Noirs », rappelle la Folha de São Paulo, qui poursuit : « Élucider ce cas au plus vite donnerait une réponse à la société brésilienne et réaffirmerait l’Etat de droit démocratique à un moment où celui-ci est dangereusement menacé par le banditisme ».

Proverbes

De Mèg Pa Fri

Anbityon Touye Rat

Lamou pa konnen dèyè pyese

Lanmò Bourik range chen

Bèl Fanm pa vle di Bon Menag

Chen ki Jape pa Mòde

 

 

Good to know: TPS LAST CALL; Blessed 5th Anniversary, Pope Francis!

 

Deacon Paul C. Dorsinville.

TPS LAST CALL: Your TPS Re-registration must be in the mail not later than Monday March 19, 2018/ Votre ré-inscription pour TPS doit être à la poste le Lundi 19 Mars 2018 au plus tard.

DACA: Re-register on time! Se ré-inscrir pour DACA à temps!

On March 13, 2013 Pope Francis was elected as successor of St. Peter and he was installed on March 19, 2013. He was the son of Italian immigrants to Argentina raised in the Latin American culture. Well educated as a Jesuit, he had a lifestyle of simplicity. And he has kept inviting the Church and people of good will to reach out to the marginalized, to set solidarity in action  and to instill a family spirit at the individual, familial, employment, group, parish, diocese,national and international levels, etc. He is seen favorably by most Catholics in the USA but less so by the most conservatives, “law-and order”/manifest destiny/”God is American” crowd. As he keeps asking, let us pray for him!/

Le 13 Mars 2013, Pape Francois  a été élu comme successeur de St. Pierre et il a été installé le 19 Mars 2013. Il est le fils d’immigrants italiens en Argentine élevé dans la culture Latino-Américaine. Très éduqué comme Jésuite, il avait  une grande simplicité. Et il continue à inviter l’Eglise et les gens de bonne volonté à rejoindre les marginalisés, à passer à la solidarité en action et à avoir un esprit de famille à tous les niveaux de l’individuel à l’international. Il est vu favorablement par la plupart des Catholiques aux USA mais bien moins par les plus conservateurs, ceux qui se réclament de”law-and-order”/destinée manifeste/”Dieu est Américain”. Comme il le demande sans cesse, prions pour lui!
+                                  +.

 

Latest News 11 Mars 2018

FOURTH SUNDAY OF LENT (March 11 2018)

2 Chr. 36, 14-23; Ps. 137; Eph. 2, 4-10; Jn. 3, 14-21.                

 

By +Guy Sansaricq  

 

Today, the readings cast special lights on the mystery of the CROSS. The instrument of Jesus’s Passion mostly viewed as a symbol of atrocious sufferings is referred to as a sign of indescribable LOVE.  First the love of the Father who did not hesitate to demand his own Son’s death and also the sign of Jesus’s love who for our sakes obeyed the Father to the end.  “There is no greater love than to lay down one’s life for one’s friend.”

 

The Cross shows that God did not create us for condemnation but for eternal life with Him.

 

The drama is on our side. “The light came upon a dark world, but an evil world preferred darkness to the light.” Jesus came but too many tend to ignore or still worse reject his teachings. While perishing, we refuse the rescuing hand extended to us.

 

A pathetic call to FAITH and repentance concludes the passage. “Whoever lives the truth comes to the light.” “Whoever believes in Him shall be lifted up.” The Crucifixion of Jesus led to his resurrection. In order to share in the Easter uplifting of Jesus, we must accept to DIE to our old sinful ways. A cleansing of the inner self is demanded. A “DYING TO SIN” must be undertaken! Sacrifice is not a goal but a requirement of LOVE.   Do we get it? Christianity is all about LOVE. A sinful heart is unable to LOVE as Jesus loves!

!

 

QUATRIÈME DIMANCHE DE CARÈME (11 Mars 2018)

 

 

La CROIX domine la paysage du Carème. Elle attire les uns et repousse les autres. Mais avouons le elle exerce une certaine fascination sur les esprits. Cet homme au Corps tordu nous défie. Tout innocent qu’il fut il s’offrit en victime pour nous réconcilier au Père.

 

La Croix est donc RÉVÉLATION! C’est Dieu qui nous crie son amour et nous appelle au repentir. Le Carème nous conjure de crucifier tout ce qui en nous est impur, malsain, detestable, corrompu en un mot tout ce qui nous avilit et nous tue.  Nous pourrons alors faire

grandir en nous les vertus qui illuminent la face du Christ: l’amour, la paix, la joie, la justice, la maitrise de soi et l’esprit de service. Par ces vertus, le SALUT du Christ s’étendra sur nous d’abord et ensuite sur nos proches, notre milieu et éventuellement sur le monde entier. Le message de la Croix, c’est à dire, MOURIR pour VIVRE est crucial pour le monde.

 

La contemplation de la Croix nous inspire à mourir au mal pour renaitre au bien, à extirper de nos jardins intérieurs la haine, l’égoisme, la cupidité, la vanité et la luxure, ces vices mortels pour planter et cultiver les vertus plus-haut citées qui litteralement sauvent l’humanité.

Finissons en avec le mal sous toutes ses formes pour acquérir cet amout sacrificiel  que le Christ illustre du haut de sa Croix! 


Par le bois de la Croix, le soleil de la JOIE se lève sur le monde! VIVE JÉSUS, VIVE SA CROIX!

Bishop Guy Sansaricq

Pensée de la Semaine: La femme qui manque de douceur a manqué sa vocation.

Thought of the Week: The woman who lacks sweetness has missed her vocation.

Pensamiento de la semana: la mujer que carece de mansedumbre ha perdido su vocación.

 

Hommage aux Femmes Haitiennes

 

 

 

 

Le 8 Mars était la journée internationale de la femme. Au bulletin Hebdomadaire du Centre National de l’Apostolat Haitien à l’etranger et à la Radio Telé Solidarité nous exprimons notre profonde reconnaissance  aux valeureuses femmes que nous fréquentons chaque jour. C’est en raison de notre estime pour elles nous organisons un concours chaque année pour choisir une femme de l’Année et nous continuons à caresser le rève d’avoir une emission pour les femmes à la radio Telé Solidarité

Nous allons nous contenter dans cet article de mettre l’accent sur la femme haitienne. Cette dernière présente partout sur la planète continue à demontrer la force incontournable qu’elle représente dans la société Haitienne. Elles sont nombreuses aux études et plusieurs d’entre elles exercent une prestigieuse  profession.  Elles sont nombreuses aussi dans nos Églises et animent fort souvent les chorales. Je continue à me rappeller ma regrettée mère qui est retournée à la maison du Père un mois de Mars qui s’est donnée corps et ame pour assurer le succès de ses enfants. Ces mères sont des heroines de la société Haitiennne par leur courage et leur amour incomparable de leurs enfants.

Les femmes sont aussi intelligentes que les hommes. On les retrouve dans toutes les professions. Elles sont capables de diriger un pays et d’occuper de prestigieuses positions dans les entreprises. Dans les foyers elles jouent un rôle primordial. Elles sont toujours prêtes à faire tout ce qui depend d’elles pour apporter la joie et  l’amour  au foyer. Les femmes travaillent autant que les hommes et parfois elles acceptent 2 emplois pour eduquer leurs enfants, payer les factures et aider leur epoux ou d’autres membres de leur famille.

 

Au bulletin Hebdomadaire du Centre National comme à la radio Telé Solidarité nous soutenons les droits de la femme, l’egalité des sexes et la justice sans exclusion. Nous continuons à exiger l’égalité salariale entre Homme et Femme et nous demandons aux hommes d’arrêter le harcèlement sexuel et les violences sexuelles contre les femmes. Selon nos recherches beaucoup de femmes sont victimes de harcèlement sexuel ou de violences sexuelles au cour de leur Carrière. Comment lutter contre les violences faites aux femmes?

 

Nous sommes très fières des femmes Haitiennes et profititons pour les remercier et leur exprimer notre profonde gratitude. Elles doivent continuer à lutter pour un monde plus juste et plus equitable sans barrière entre hommes et  femmes.

Brother Tob

 

Tribute to Haitian women

 

 

 

 

March 8 was International Women’s Day. In the weekly newsletter of the National Center of the Haitian Apostolate and Radio Telé Solidarité we never fail to express our deep gratitude to the valiant women. That’s why we hold a contest each year to choose a Woman of the Year and we continue to cherish the dream of inaugurating a show for women at radio Telé-Solidarité.

In this article we focus on Haitian women now to be found everywhere on the planet. They continue to demonstrate that they represent an unparalleled force in Haitian society. Many are studying and many exercise a prestigious profession. They are also numerous in our Churches where they often enliven the choirs. I keep reminding myself of my regretted mother who returned to the Father’s house on March 2009. She used all her know-how to ensure the success of her children. These mothers are the heroines of the Haitian society for their courage and for their loving commitment to their children.

Women are as intelligent as men. They are found in all professions and are able to lead a country and occupy prestigious positions in companies. In the house they play a primordial role. They are always ready to do anything that depends on them to bring joy and love at home. Women work as much as men and sometimes they take up two jobs just to educate their children, pay bills and help their husbands or other family members.

 

At the Weekly newsletter of the National Center and at Radio Telé-Solidarité we always support Women’s Rights, Equality and Justice. We continue to demand equal pay for men and women and we call on men to stop sexual harassment and sexual violence against women. According to our research, many women are victims of sexual harassment or sexual violence in their career. How to fight against violence against women?

 

We are very proud of Haitian women and we take the opportunity to thank them while expressing our deepest gratitude. They must continue to fight for a more just and equitable world where no barrier stands between men and women

Brother Tob

 

Entretien avec le Père Yves Geffrard

Le personnel  de la Radio Telé Solidarité  etait très heureux de rencontrer Le Père Yves Geffrard , Curé de la Paroisse  de Notre Dame et Coordonnateur de la Pastorale Haitienne du diocèse de West Palm Beach. Le Père Geffrard était à New York la fin de semaine du 18 Fevrier 2018 avec une delegation de Jeunes de son diocèse  afin de participer à ce grand rasssemblement de Jeunes du convoqué par le Centre National de l’Apostolat Haitien et par la Pastorale Haitienne du Diocèse de Brooklyn.

 

Rappelons que Le Père Yves Geffrard est le premier prêtre Haitien ordonné au diocèse de West Palm Beach. Il participe toujours aux activités du Centre National de L’Apostolat Haitien et il est l’un des membres du Comité directeur du Centre National de l’Apostolat Haitien.

 

L’artiste Ludwine Joseph , MC du Rassemblement des Jeunes du  17 Fevrier 2018 dirigea l’entretien. Dans son entretien le Père Geffrard nous parla  de sa Paroisse et sa responsabilité comme Coordonnateur de la Pastorale Haitienne du Diocèse  de West Palm Beach. On doit ajouter que 13 prêtres Haitiens exercent leur ministère au diocèse de West Palm Beach. Le Père Geffrard a mis l’accent  sur un repas chaud que sa Paroisse  offre chaque Vendredi au peuple de Dieu souper qui attire entre 150 et 200 personnes en moyenne.

 

Le Père Geffrard nous a donné les raisons qui l’ont motivé à venir avec une delegation de jeunes de son diocèse à cette rencontre des jeunes.  L’église est un corps organisé. Il faut donc toujours voir la pastorale Haitienne à 3 niveaux qui sont: Paroissial, diocèsain et National. Il pense que ce rassemblement etait une grande reussite. Nous disons un grand merci au Père Geffrard et à la delegation de jeunes et aux leaders des jeunes de West Palm Beach qui nous ont honorés de leur presence. Il encouragea Bishop Guy Sansaricq dans ce ministère. Il nous fit savoir  que la pastorale des Jeunes est parmi ses priorités. Chaque Année  il organise un camp d’Été pour les jeunes pendant 7 semaines. 80 et 90 jeunes y participant. L’exemple du Père Geffrard merite d’être suivi  dans la pastorale Haitienne des autres dioceses et Archidiocèses.

 

La population Haitienne du diocèse de West Palm Beach est estimée à 100.000 personnes. Quels sont les problèmes et les defis de cette population? La communauté est connue comme un peuple de foi  et les leaders spirituels sont obligés d’ètre actifs sur tous les fronts  pour accompagner cette population. Le Père Geffrard en union avec tous les autres prêtres Haitiens  du diocèse de West Palm Beach continuent à faire tout ce qui depend d’eux pour faire avancer la pastorale Haitienne dans leur diocese. Pour écouter son entretien clicquer sur ce lien: https://youtu.be/UV-yDajkSSk

Brother Tob

 

 

Interview with Father Yves Geffrard

The staff of Radio Telé Solidarité was very happy to meet Father Yves Geffrard, Pastor of Notre Dame Parish  and Coordinator of the Haitian Ministry of the Diocese of West Palm Beach. Father Geffrard was in New York on the weekend of February 18, 2018 with a delegation of young people from his diocese to participate in this great gathering of the Youth jointly sponsored by the National Center of the Haitian Apostolate and the Haitian Pastoral Ministry of the Diocese of Brooklyn.

 

Father Yves Geffrard is the first Haitian priest ordained in the diocese of West Palm Beach. He is still involved in the activities of the National Center of the Haitian Apostolate and is a member of the board of the National Center of the Haitian Apostolate.

 

The artist Ludwine Joseph, MC at the Haitian Youth Gathering of February 17, 2018 led the interview. In his interview Father Geffrard told us about his Parish and his responsibility as Coordinator of the Haitian Ministry of the Diocese of West Palm Beach. It is very important to know that there are 13 Haitian priests who minister in the that diocese. Father Geffrard emphasized that his parish offers each Friday a hot meal to the people of God and between 150 and 200 people of his parish participate in this weekly appointment.

 

Father Geffrard gave us the reasons that motivated him to come with a delegation of young people of his diocese to this meeting of young people of Radio Telé Solidarité. Special thank You to Father Geffrard and to the Haitian Youth and Youth leaders of the diocese of West Palm Beach who were presents at the Youth Rally of Radio Telé Solidarité! The church is an organized body and you should always view the pastoral Ministry to the Haitian at 3 levels that are: Parochial, Diocesan and National. He thinks this gathering was a great success. He encouraged Bishop Guy Sansaricq in this ministry. He told us that youth ministry is one of his priorities and each year he organizes a summer camp for young people for 7 weeks in his diocese. Between Eighty  and  Ninety Youth participate at this Summer Camp . The example of Father Geffrard deserves to be followed in other dioceses and Archdioceses

 

The Haitian population of the diocese of West Palm Beach is estimated at 100,000 people. What are the problems and challenges of this population? The Haitian community is known as a people of faith. Therefore, spiritual leaders are obliged to be  on all fronts to accompany this population. Father Geffrard, in union with all the other Haitian priests of the diocese of West Palm Beach, continues to do everything he can to advance the Haitian ministry in the diocese of West Palm Beach. To listen to his interview click on this link: https://youtu.be/UV-yDajkSSk

 

Brother Tob

 

 

DECES  DE  Mme  YOLANDE  THOMAS.

 

Nous avons appris avec beaucoup de peine le depart vers le ciel de Mme Yolande Thomas survenue le mardi 7 Mars de cette année à Miami en Floride. Elle était agée de quatre-vingt six ans. Elle a vécu de longues années a Queens NY avant de déménager en Floride à l’heure de sa retraite il y a déja plus de vingt ans. Elle est la mère de quatre enfants Suzie, Ginette, Harry et Roland qui sont à présent tous adultes.

 

La paroisse du Sacré-Coeur lui doit une note spéciale de reconnaissance car elle fut l’un des membres fondateurs de la communauté haitienne de Cambria-Heights. Douée d’une très belle voix, d’un temperament fort, de bon jugement, d’une foi profonde et d’un sens aigu de justice sociale et de solidarité elle sut rassembler autour de l’autel les compatriotes haitiens récemment établis dans cette région de Queens.  Le curé de l’époque, Msgr Haggerty lui fit bon accueil et c’est ainsi que les prètres Haitiens habitant à Brooklyn commencèrent à venir chaque semaine célébrer la messe francaise. Quand Père Sansaricq arriva en 1971, il fut immédiatement invité à s’intégrer dans la paroisse. Yolande fut l’une des plus ardentes à l’accueillir.

 

Au niveau de la liturgie et de la chorale, Yolande lui apporta un concours inégalable. Elle fut aussi parmi les premières à s’inscrire dans la classe d’étude biblique dispensée tous les lundis soirs à laquelle plus de quatre-vingt étudiants participaient.

 

Quand il a fallu faire la transition du Francais au Créole comme langue liturgique des remous se poduisirent dans la communauté. Yolande fut l’une des forces qui au nom de l’Evangile défendit cette mesure avec conviction et calme. 

 

Mais l’intérèt de Yolande ne se limitait pas aux activités religieuses. C’était l’époque des boat people. Un nombre très élevé d’haitiens nécessiteux venaient frapper à la porte du presbytère du Sacré-Coeur. Des activités de service social s’imposaient. Yolande fut l’une des premières a rallier les membres plus conscientisés da la communauté pour la création de HAUP (Haitian Americans United for Progress) Son assistance pour la creation de ce bureau de service social fut précieuse. Cette agence existe encore et prend place aujourd’hui parmi les centres de service les plus prestigieux de NY.

 

Nous présentons nos sympathies les plus sincères à Suzie, Ginette, Harry et Roland et nous unissons à leurs prières pour que leur chère Maman se réjouisse pour toujours de la vision face à face du Seigneur qu’elle a su si bien servir ici-bas.  Que ses enfants et petits-enfants

préservent cet heritage précieux que leur laisse ce témoin magnifique de foi inébranlable!

Bishop Sansaricq

 

La Croix Des Bouquets est en deuil.

Rosèle Pierre Lys

6 Octobre 1940-1er Mars 2018

 

Le Centre National de l’Apostolat Haitien est triste de vous annoncer le depart de Madame Rosèle Pierre Lys survenue le 1er Mars 2018 à la Croix des Bouquets après une maladie courageusement supportée.

Rosele est une femme très soucieuse de ses enfants , très elegante et qui participle toujours à la messe du Dimanche. Elle a vecue aux États Unis avec sa fille pendant un bout de temps. Elle est toujours attaché à sa terre natale la Croix Des Bouquets

Le Centre National presente ses sincères condoleances à sa fille Marie Flore Mirvil, son fils Gramael Pierre Lys, ses soeurs Marie Carmel , Suzette Cadet aux familles Cadet, Blain Germain, Pierre Lys et aux amis et amies de la defunte

Les Funerailles de Rosèle Pierre Lys seront chantées le Samedi 10 Mars 2018  à 10hres Am au Parc de Souvenirs d’Haiti

Que Le Seigneur accueille la regrettée Rosèle dans son Paradis.

Le Centre National

 

La Croix Des Bouquets est en deuil.

 

Le Centre National de l’Apostolat Haitien est triste de vous annoncer la mort du Professeur Frantz Bellevue survenue après une maladie courageusement supportée.Le regretté Frantz Bellevue est un ancient professeur de Mathematique et d’Espagnol du lycée Jacques 1er de la Croix Des Bouquets.Il est connu au sein de ses elèves  pour un professeur très competent et très serieux. Il était un modèle pour ses étudiants et pour la communauté Crucienne et un grand Haitien  de notre epoque

 

Le Grand depart du Professeur Bellevue va laisser un grand vide au sein de sa famille  et au sein de ses anciens étudiants.Le Centre National de l’Apostolat Haitien presente ses sincères condoleances à la famille du Professeur Bellevue et aux amis et amies du regretté Professeur  Frantz Bellevue.

 

Les funerailles du professeur Bellevue seront chantées le Samedi 10 Mars à l’église Notre Dame du Rosaire de la Croix des Bouquets.

Que le Seigneur accueille le Professeur Bellevue dans son paradis

Le Centre National

 

Journée des femmes : « nous n’attendons pas d’être sauvées, nous nous sauvons nous-mêmes »

L’actrice Danai Gurira Resse (à gauche), Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes, et l’actrice américaine Reese Witherspoon (à droite) lors de la célébration de la Journée internationale des femmes au siège de l’ONU.

 

8 mars 2018

Femmes

A l’occasion de la Journée internationale des femmes célébrée chaque année le 8 mars, plusieurs femmes sont intervenues jeudi à l’Assemblée générale des Nations Unies pour attirer l’attention sur les efforts des activistes, dans les villes et dans les campagnes, pour autonomiser les femmes.

Bien qu’elles représentent plus d’un quart de la population mondiale, les femmes rurales sont laissées pour compte dans chaque aspect de développement.

« Plus de 400 millions de femmes travaillent dans l’agriculture partout dans le monde. Elles plantent, cueillent et emballent les aliments que nous mangeons, leur travail est vital pour nos vies », a déclaré Monica Ramirez, la co-fondatrice et présidente d’Alianza Nacional de Campesinas – une organisation réunissant des femmes agricultrices aux Etats-Unis.

A la tribune de l’Assemblée générale, Mme Ramirez a exhorté « les dirigeants gouvernementaux, nos alliés masculins et la société civile, à se joindre à nous alors que nous œuvrons à promouvoir les droits des femmes rurales »

Autonomiser les femmes dans tous les contextes

Mais les discriminations et les violences dont sont victimes les femmes ne se limitent pas au monde rural. Partout dans le monde, dans les campagnes comme dans les villes, des femmes et des hommes se mobilisent pour protester et agir contre le harcèlement sexuel et les violences, comme l’attestent les marches et les campagnes, telles que le mouvement #MeToo lancée aux Etats-Unis après les révélations d’agressions sexuelles attribuées au producteur américain Harvey Weinstein.

« Faites venir Hollywood dans les campagnes et les campagnes à Hollywood parce que la lutte est universelle », a déclaré Phumzile Mlambo-Ngcuka, la Directrice exécutive d’ONU Femmes. « Nous devons continuer jusqu’à ce que nous remportions nos victoires », a jouté la haute responsable onusienne.

Des femmes au Brésil marchent pour les droits des femmes.

 

La Journée internationale des femmes 2018 est l’occasion de favoriser l’autonomisation des femmes dans tous les contextes.

« L’un des moyens les plus importants qu’un gouvernement peut utiliser pour avoir une croissance économique est d’atteindre la parité entre les sexes et l’égalité des sexes », a pour sa part déclaré Julie Bishop, la Ministre des affaires étrangères de l’Australie.

« Les recherches montrent que les inégalités liées au genre ont des conséquences majeures sur l’économie mondiale », a rappelé celle qui est la première femme à diriger la diplomatie australienne.

Présente à l’ONU, l’actrice et productrice américaine, Reese Witherspoon, a souligné que le mouvement en faveur des droits des femmes continuera. « Comprenez que nous ne partirons pas, que nous n’allons pas nous taire, nous voulons nous voir représenter à 50/50 », a pour sa part déclaré l’actrice récompensée aux Oscars pour son rôle dans Walk the Line. « Nous n’allons pas nous arrêter, nous allons défendre les femmes à côté de nous ».

Participant également à la Journée mondiale des femmes aux Nations Unies, l’actrice et dramaturge américano-zimbabwéenne, Danai Gurica, a témoigné de sa propre expérience en tant que femme dans sa carrière professionnelle. « J’ai tiré de la force [pour mes personnages] des femmes de mon histoire au Zimbabwe. Ce sont des femmes qui se sont affirmées mais qui ne sont pas écoutées », a déclaré Mme Gurica, également militante des droits des femmes.

Pour l’actrice de The Walking Dead et de Black Panther, « il s’agit de faire en sorte que le potentiel des filles et des femmes ne soit pas laissé à terre ».

Le monde est à un moment clé pour les droits des femmes et des filles

Lors de cette Journée internationale des femmes, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a souligné que le monde est à un moment clé pour les droits des femmes et des filles.

« Pendant des décennies, les femmes ont réclamé l’égalité qui est leur droit. Et aujourd’hui, elles secouent les piliers du patriarcat. Elles racontent leurs histoires et provoquent des conversations importantes et nécessaires », a déclaré M. Guterres.

« Partout, les femmes disent ‘l’heure est venue’. L’heure de l’égalité et des opportunités, du respect et de la représentation égale. L’heure de mettre fin à la violence », a dit le Secrétaire général.

 

Pour le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Miroslav Lajčák, « nous ne pouvons plus appeler à l’égalité des sexes, sans accompagner nos appels par des actions ».

« Nous ne pouvons plus parler pour les droits des femmes, sans parler lorsqu’elles sont violées. Nous ne pouvons plus nous mettre d’accord sur les actions à prendre, si nous n’agissons pas nous-mêmes », a dit M. Lajčák.

Mais les femmes prennent déjà les devants. « Nous n’attendons pas d’être sauvées, nous nous sauvons nous-mêmes, malgré tous les obstacles », a affirmé Monica

 

Ramirez.

 

OSCE : le rôle de la femme pour la paix et la sécurité, par Mgr Urbanczyk

Inclure les femmes dans toutes les sphères de la société, pour le bien de l’humanité

Audience Avec La Poste Italienne © Vatican Media

 

« Les talents des femmes et leur participation active sont particulièrement nécessaires à la prévention et au règlement des conflits, au maintien de la paix et de la sécurité, à la consolidation de la paix après les conflits », a affirmé Mgr Urbanczyk ce jeudi 8 mars 2018, où l’on célèbre la Journée de la Femme.

Mgr Janusz Urbanczyk, représentant permanent du Saint-Siège, est intervenu à la 1178e réunion du Conseil permanent de l’OSCE, le 8 mars 2018 à Vienne, en réponse à l’allocution de la représentante spéciale de la Présidente en exercice de l’OSCE sur les questions de genre, à l’occasion de la Journée internationale de la femme.

Le représentant du Saint-Siège a mis en garde contre « toute tentative d’empêcher ou de limiter l’inclusion des femmes dans les domaines civil et politique, ainsi que dans les domaines social, économique et culturel » qui « pourrait donc aboutir à un déclin de l’humanité ».

Voici notre traduction de l’intervention de Mgr Urbanczyk.

HG

Discours de Mgr Janusz Urbanczyk

Monsieur le Président,

Ma délégation a le plaisir de souhaiter la bienvenue à l’ambassadrice du Conseil permanent Melanne Verveer, représentante spéciale de la Présidence en exercice de l’OSCE sur les questions de genre, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, et exprime sa gratitude pour sa présentation perspicace.

Cette année marque le 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Dans ce document révolutionnaire, « les peuples des Nations Unies […] ont réaffirmé leur foi dans les droits humains fondamentaux, dans la dignité et la valeur de la personne humaine et dans l’égalité des droits des hommes et des femmes» (DUDH, Préambule). Ce triple fondement – droits humains fondamentaux, dignité et valeur de la personne humaine et égalité des droits des hommes et des femmes – a été repris par l’Acte final d’Helsinki et constitue à ce jour la base durable de la dimension humaine de la sécurité globale.

La Déclaration universelle des droits de l’homme et nos engagements consensuels de l’OSCE parlent tous deux du rôle des femmes dans la société et du progrès de l’égalité entre les hommes et les femmes en tant qu’objectif dépassant les chiffres ou les pourcentages. Pour cette raison, le Saint-Siège considère qu’il est important de faire progresser notre travail dans ce domaine sur la base d’une compréhension commune, qui reconnaît les raisons sous-jacentes importantes de notre travail. À cet égard, permettez-moi de faire quelques brefs commentaires – reflétant la position bien connue du Saint-Siège.

Adopter « toutes les mesures nécessaires (…) pour promouvoir l’égalité des droits et la pleine et égale participation des femmes et des hommes à la société » (1) n’est pas seulement une question d’égalité entre les sexes, mais de dignité humaine. Comme l’humanité est composée à la fois d’hommes et de femmes, la société dans son ensemble peut prospérer à condition que les hommes et les femmes contribuent au bien commun sur un pied d’égalité et que leurs spécificités et leur complémentarité harmonieuse soient respectées. Toute tentative d’empêcher ou de limiter l’inclusion des femmes dans les domaines civil et politique, ainsi que dans les domaines social, économique et culturel, pourrait donc aboutir à un déclin de l’humanité.

Les talents des femmes et leur participation active sont particulièrement nécessaires à la prévention et au règlement des conflits, au maintien de la paix et de la sécurité, à la consolidation de la paix après les conflits – si essentiels au travail de base de cette Organisation. Nous avons parlé de la contribution unique des femmes, reconnaissant que « la force morale et spirituelle d’une femme » (3) complète nécessairement la force morale et spirituelle des hommes. Ce génie féminin se manifeste clairement dans « les innombrables dons que les femmes ont à offrir à Dieu, en encourageant les autres à promouvoir la sensibilité, la compréhension et le dialogue, en réglant les conflits petits et grands, en guérissant les blessures, en encourageant toute la vie à tous les niveaux de la société et en incarnant la miséricorde et la tendresse qui apportent la réconciliation et l’unité à notre monde » (4).

Comme l’a souligné l’Amb. Mme Verveer, les derniers mois ont attiré une fois de plus l’attention sur le fait que la violence contre les femmes, y compris le harcèlement sexuel et les agressions, continue de sévir dans nos sociétés. Ces phénomènes, qui traduisent un manque fondamental de respect pour la dignité inhérente à la femme, devraient rencontrer notre condamnation unanime.

En même temps, en tant qu’États participants, nous devons également reconnaître que plus de trois années se sont écoulées depuis que nous avons exprimé « la nécessité particulière de prendre des mesures plus vigoureuses pour prévenir et combattre la violence contre les femmes » (5). Le Saint-Siège espère qu’une attention renouvelée sur nos engagements consensuels de l’OSCE caractérisera les mois à venir – car des efforts supplémentaires sont clairement nécessaires.

Pour terminer, ma délégation voudrait une fois de plus assurer toutes les délégations qu’elle est disposée à s’engager de manière constructive dans les discussions sur la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes, la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et sur la participation politique, économique, sociale et culturelle des femmes, aux côtés et au même niveau que les hommes.

Merci, Monsieur le Président.

  1. DEC / 14/04.
  2. « Reconnaissant la nécessité d’une action concrète de l’OSCE pour intégrer les femmes dans la prévention des conflits, la gestion des crises et la réhabilitation post-conflit, notamment en : intégrant dans les activités de l’OSCE, le cas échéant, les parties pertinentes de la Résolution 1325 (2000) du Conseil de sécurité de l’ONU sur le rôle des femmes à tous les niveaux de la prévention des conflits, de la gestion et de la résolution des crises et de la réhabilitation après un conflit. » MC.DEC / 14/05.
  3. Jean-Paul II, Lettre apostolique Mulieris Dignitatem (1988), n. 30.
  4. Message de Sa Sainteté le Pape François à l’occasion de la Conférence Internationale « Les femmes et l’agenda de développement après-2015 : les défis des objectifs de développement durable », mai 2015. 5 MC.DEC / 7/14.

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

 

 

Persistance des inégalités entre hommes et femmes dans l’accès à l’emploi (OIT)

Banque mondiale/Dominic Chavez

De jeunes ouvrières fabriquent des chemises à Accra, au Ghana (archives).

 

7 mars 2018

 

Femmes

Malgré des progrès sensibles au cours des vingt dernières années, les inégalités entre hommes et femmes en matière d’accès au marché du travail, de chômage et de conditions de travail persistent, selon de nouveaux chiffres de l’Organisation internationale du travail (OIT) publiés mercredi.

Dans la plupart des régions du monde, les femmes sont moins susceptibles que les hommes d’être actives sur le marché du travail et ont plus de risques d’être au chômage, selon cette étude de l’OIT publiée à la veille de la Journée internationale des femmes (célébrée le 8 mars).

Selon le rapport intitulé ‘Emploi et questions sociales dans le monde : Aperçu global des tendances pour les femmes 2018’, le taux d’activité mondial des femmes – 48,5% en 2018 – est toujours inférieur de 26,5 points de pourcentage à celui de leurs homologues masculins. En outre, le taux de chômage mondial des femmes pour 2018 – 6% – est approximativement de 0,8 point de pourcentage plus élevé que celui des hommes.

Au total, cela veut dire que pour dix hommes ayant un emploi, seules 6 femmes en ont un. « En dépit des progrès enregistrés et des engagements pris pour continuer de progresser, les perspectives des femmes au travail sont encore loin d’être équivalentes à celles des hommes », explique Deborah Greenfield, Directrice générale adjointe de l’OIT pour les politiques.

Cependant, l’étude signale de nettes disparités en fonction du niveau de richesses des pays. Par exemple, les différences entre les taux de chômage des hommes et des femmes sont relativement minces dans les pays développés. Les femmes enregistrent même des taux de chômage inférieurs à ceux des hommes en Europe orientale et en Amérique du Nord.

A l’inverse, dans des régions comme les Etats arabes et l’Afrique du Nord, les taux de chômage des femmes sont toujours deux fois plus élevés que ceux des hommes, en raison de normes sociales qui continuent de faire obstacle à la participation des femmes à l’emploi rémunéré.

Autre exemple illustrant ces différences, l’écart entre les taux d’emploi des hommes et des femmes se resserre dans les pays développés et les pays en développement alors qu’il continue de se creuser dans les pays émergents. Cependant, ce n’est peut-être que le reflet du nombre grandissant de jeunes femmes qui, dans ces pays, intègrent l’enseignement formel, ce qui retarde leur entrée sur le marché du travail.

 

Liban : Mgr Joseph Spiteri, nouveau nonce apostolique

Nommé dans un climat de fragilité politique

8 MARS 2018MARINA DROUJININAROME

 

Messe Avec Les Représentants Pontificaux © L’Osservatore Romano

Mgr Joseph Spiteri, 58 ans, a été nommé par le pape François nonce apostolique au Liban le mercredi 7 mars 2018. Vatican News fait observer que Mgr Spiteri arrive au Liban dans un climat de fragilité politique, compliquée par une pression démographique des réfugiés palestiniens et des réfugiés syriens.

Il succède à Mgr Gabriele Caccia qui avait été nonce à Beyrouth de 2009 à 2017. Le nouveau nonce présentera dans quelques semaines ses lettres de créance au président de la République Michel Aoun, qui, comme le prévoit le système confessionnel libanais, est un chrétien maronite, et donc catholique.

Mgr Joseph Spiteri est né le 20 mai 1959 à Sliema, près de La Valette, à Malte. Ordonné prêtre en 1984, il est entré au service de la diplomatie pontificale dès juillet 1988.

Il a été nonce au Sri Lanka de 2009 à 2013, puis en Côte d’Ivoire de 2013 à 2018. Dans ces deux pays, il a soutenu la contribution de l’Église catholique à la reconstruction de l’unité nationale, après un temps de guerre civile.

Le pape François a manifesté plusieurs fois son intention de visiter le Liban, sans qu’aucune date, toutefois, n’ait été fixée, note encore Vatican News.

Le président de la République Michel Aoun a été reçu par le pape François au Vatican le 16 mars 2017, et le chef du gouvernement Saad Hariri, un musulman sunnite, a été reçu le 13 octobre 2017.

Le Liban compte une présence chrétienne estimée à 40% de la population.

 

Immigration aux États-Unis: Washington a porté plainte contre la Californie

 

Le ministre américain de la Justice Jeff Sessions lors d’un discours devant l’Association des agents de la paix de Californie, le 7 mars 2018 à Sacramento. La veille, Washington a porté plainte contre le Golden State concernant l’immigration.NOAH BERGER / AFP

Le ton se durcit entre Donald Trump et l’État de Californie, sanctuaire des sans-papiers. Mercredi 7 mars, Jeff Sessions a annoncé que son ministère de la Justice avait porté plainte la veille contre la Californie, estimant que le Golden State viole la Constitution américaine en faisant obstruction aux lois fédérales. En cause, le refus des autorités californiennes de collaborer avec Washington dans sa lutte contre l’immigration. En réponse, ce mercredi, le gouverneur de Californie Jerry Brown, cette plainte de déclaration de guerre.

Avec notre correspondant à San Francisco,Eric de Salve

Pour annoncer la plainte de son ministère contre la Californie, Jeff Sessions a fait le déplacement à Sacramento, capitale de cet État qui se veut la parfaite antithèse de l’administration Trump.

En territoire hostile, le très conservateur ministre de la Justice américain n’a pas mâché ses mots, qualifiant les autorités locales de radicaux : « La Californie utilise tous ses pouvoirs pour empêcher l’application de la loi fédérale, vous pouvez être surs que je vais utiliser tous mes pouvoirs pour arrêter cela », prévient Sessions.

 

 

Plus d’un milliard de femmes n’ont pas de protection juridique contre les violences sexuelles conjugales

Une femme dans un refuge pour jeunes filles et femmes ayant subi des violences sexuelles et sexistes, à Mogadiscio, la capitale de la Somalie. Photo UNICEF/Kate Holt

 

7 mars 2018

Femmes

Plus d’un milliard de femmes ne bénéficient pas d’une protection juridique contre les violences sexuelles conjugales ou intrafamiliales et près de 1,4 milliard de femmes ne sont pas protégées par la loi contre les violences économiques au sein du couple, selon une récente étude de la Banque mondiale intitulée ‘Les Tendances mondiales et régionales de la protection juridique des femmes contre la violence domestique et le harcèlement sexuel’.

Les violences économiques consistent à exercer un contrôle sur la femme en limitant son accès aux ressources économiques comme l’accès à des ressources financières, à l’éducation ou à l’emploi, à des fins d’intimidation ou de menace. En outre, le harcèlement sexuel au travail, en milieu scolaire ou dans l’espace public n’est souvent pas réprimé par la loi.

Violences physiques, sexuelles, psychologiques ou économiques : les violences faites aux femmes revêtent des formes multiples. Elles ont des conséquences importantes et parfois dramatiques sur la santé mentale et physique des victimes.

Ces violences ont pour effet d’accroître l’absentéisme féminin au travail et de limiter la mobilité des femmes, ce qui réduit leur productivité et leurs revenus. Les risques d’agression à l’école favorisent l’abandon scolaire chez les filles, tandis que les femmes, privées de libre arbitre au sein du ménage, ne sont pas en mesure de recourir aux services dont elles ont besoin.

Une épidémie mondiale

« La violence envers les femmes et les filles est une épidémie mondiale qui met en péril leur vie et qui a de lourdes conséquences non seulement sur les premières concernées, mais aussi sur leurs enfants et leur communauté. Il est indispensable de lutter contre ce fléau pour pouvoir développer le capital humain des femmes, libérer leur potentiel et accroître leur contribution à la croissance économique », rappelle Quentin Wodon, économiste principal à la Banque mondiale et co-auteur de l’étude.

L’élimination d’ici 2030 de toutes les formes de violence faite aux femmes et aux filles et de toutes les pratiques qui leur sont préjudiciables (comme le mariage des enfants, le mariage précoce ou forcé et les mutilations génitales) figure parmi les cibles des Objectifs de développement durable adoptés par les Nations Unies.

Au-delà de leur valeur intrinsèque, ces deux cibles sont importantes pour la réduction de la pauvreté et de l’inclusion sociale. À l’école, par exemple, la lutte contre le harcèlement sexuel peut améliorer la scolarité des filles et leur niveau d’instruction, et, par conséquent, leur permettre d’accéder à des revenus plus élevés à l’âge adulte.

« Alors que l’existence de lois contre les violences envers les femmes est un premier pas important pour garantir leur protection, cet arsenal juridique est encore très faible dans de nombreux pays », souligne Paula Tavares, spécialiste en droit et en question de genre à la Banque mondiale et co-auteure de l’étude.

Good to know: TPS Reminder, Women of faith.

 

Proverbes

 Moùn ki mache tèt ni, sekan Solèy cho ou wè li ganyen pou

 Gro Kò pa vle di byen fèt

 Anpil Konfyans ganyen danje

 Se pa tout limyè ki klere kay

 Jako pa janm blye premye mèt li

        Ti etensèl fè gwo dife

 

 

SAVE THE DATE

La littérature de l’histoire et l’histoire de la littérature

Afin d’inaugurer les manifestations socio culturelles du printemps ,les membres de Labapec,

Reflets, Primevère et de la Fondation Toussaint Louverture se font le plaisir de vous inviter à une

session fascinante « La littérature de l’histoire et l’histoire de la littérature », le dimanche 29

avril 2018 à l’auditorium du Sacré-Cœur au 115-58  221st street à Cambria Heights,Queens,New

York.

Cet atelier, suivi d’une vente-signature, sera animé par les professeurs Pierre Buteau ,historien et spécialiste en relations internationales et Antoine Lyonel Trouillot ,avocat, poète ,romancier et nouvelliste .On aura l’occasion de voir à l’œuvre deux grands chercheurs universitaires, engagés dans une dynamique de la reconstruction identitaire à travers les souvenirs ,la mémoire, l’histoire et la littérature ,des champs d’investigation dans lesquels ils se distinguent depuis des années par l’éloquence de la chaire et de nombreuses études qui transcendent les frontières d’Haïti.

 

Si Pierre Buteau détient la présidence de la Société d’Histoire et de Géographie et fait beaucoup parler de lui en Haïti et dans le monde international ,c’est surtout parce qu’il nous aide à mieux appréhender,à l’instar de l’historien Hugo Tolentino, l’important processus dépréciatif et dévalorisant qui passe par l’animalisation de la victime pour aboutir à la réification :la chosification de l’être. C’est à partir de certaines théories fallacieuses et dangereuses qu’on a justifé la colonisation génocidaire de l’Amérique(1492 à 1804 ),de l’Afrique et de l’Asie.

 

C’est vrai que le très inventif Lyonel Trouillot a publié une douzaine de romans, de nouvelles et des textes majeurs qui lui ont assuré de nombreux prix et distinctions littéraires en 2002,2005,2005,2006,2009,2010,2011,2011,2013.Rue des pas perdus ,Les enfants des héros, Bicentenaire ,L’Amour avant que j’oublie et La belle amour humaine se révèlent des chefs-d’œuvre qui  défient ceux du monde international. Certainement. Mais ce qui importe le plus chez lui dépasse la littérature traditionnelle .C’est cette puissante voix omniprésente qui nous rappelle celle d’un grand romancier , Edouardo Galeano, qui a dénoncé la structure contemporaine du dépouillement qui s’est avérée aussi efficace que celle des premiers siècles de la colonisation .Trouillot a aussi condamné  la bureaucratie arbitraire, les privilèges de l’élite, son culte du secret et la forteresse de silence qui enveloppe la pérennisation des abus et des plus révoltantes  injustices en Haïti.

 

Nous vous prions de nous rejoindre le dimanche 29 avril dès 3 h PM à l’auditorium du Sacré-Coeur   au 115-58  221st Street, Cambria Heights, Queens New York pour des retrouvailles d’amis, d’amants de la littérature ,de l’histoire et pour réaliser un échange  de vues des plus fructueux sur le devenir de notre HAITI.

 

De 3h à 7 h PM

Entrée $.10.00

 

Pour plus de renseignements :

 

Roland Delmas ;347-636-1954 –            ‘rolanddelmas26@yahoo.com’

Frantz-Antoine Leconte ;516-376-0633- ‘frantzantoineleconte@gmail.com’

Madeline Torchon ;718-426-7038-          ‘madelinet1370@aol.com’

Paul Corbanese:    917-499-3638           ‘‘toussaintlouverturefoundation@gmail.com’

 

 

 

 

 

 

 

Deacon Paul C. Dorsinville.

 

TPS REMINDER: Participants in TPS-Haiti must re-register by March 19, 2018!/ Les Haitiens qui ont TPS doivent se ré-inscrire de leur addresse aux USA d’ici le 19 Mars 2018!

DACA I is still in effect by Court order, re-register on time./ DACA I est encore effectif par ordre de Tribunal, se ré-inscrire à temps!

March is Women’s Month. Let us remember some models of faith in addition to our mothers, grand-mothers, godmothers, teachers, etc. such as:

-St. Katharine Drexel(1858-1955), born in Philadelphia, PA to Francis Anthony Drexel and Hannah  Langstroh who  instilled the idea that their wealth was simply loaned to them to be shared. On a trip to the Western part of the USA, young Katherine  saw the plight and destitution of native Indian-Americans and the first school she established was St Catherine Indian School in Santa Fe, NM(1887). She visited Pope Leo XIII in Rome asking for missionaries and he suggested she become one herself. After consultation with her spiritual director, she gave herself totally to God, along with her inheritance, through service to American Indians and Afro-Americans. She founded the Sisters of the Blessed Sacrament. In 1925, she established Xavier University of Louisiana. Her last 18 years of illness were given to adoration and contemplation and she died on March 3, 1955.

-St. Josephine Margaret Bakhita(1869-1947), born in Olgossa, Darfur, Sudan was kidnapped between age 7 to 9 by Arab slave traders and sold five times over 12 years. Forced to convert to Islam, she forgot her name and took the name given by the slavers: bakhita (lucky). The Italian Vice Consul Legnani gave her to his friend Michielli in Italy in1885 after escaping from besieged Karthoum. In 1888 she was left in the care of the Canossian Sisters in Venice while her masters went back to Sudan to complete land deals. When the masters came back, Bahkhita refused to leave so the Superior of the cathecumenate alerted the Italian authorities and in 1889 an Italian court ruled she was not a slave according to both Italian and British laws. She chose to remain with the Canossians and was baptized Josephine Margaret and Fortunata, confirmed and received communion.

In 1893 she entered the novitiate and took her vows on Decenber 8, 1896.She became renowned for her gentleness, calming voice and smile. She died on February 8, 1947 at the end of a few years of pain and sickness. She was quickly canonized on October 1, 2000.

-Mother Mary Elizabeth Lange, daughter of French colonists in St-Domingue (today’s Haiti) who left for Santiago of Cuba at the beginning of the Haitian Revolution  and then moved on to Baltimore, MD in 1813. She started teaching catechism  and reading to Black children despite the current rules. She founded St. Frances Academy in the 1820’s which sends today its graduates to college despite the conditions of the neighborhood where the prison is located. She founded the first congregation of Black women religious in the USA, the Oblate Sisters of Providence, and was their first Superior General (1829-1832). They educated and evangelized youth, provided for orphans, nursed the terminally ill during the cholera epidemic of 1832, sheltered the elderly, and admitted former slaves into their congregation. For a while they served as domestics at St. Mary’s Seminary. They persevered despite the obstacles  and discrimination from even Catholics. Mother Lange died February 3, 1882 at St. Frances Convent. Her cause was sent to Rome by Cardinal Keller, former archbishop of Baltimore, MD.

(You can join the Guild or one of its local chapters!)

+                                  +.

Mars est le Mois des Femmes. Rappellons nous de quelques modèles de foi en addition à nos mères, grand-mères, marraines, professeurs, etc. telles que:

-St. Katharine Drexel(1858-1955) née à Philadelphie, PA de Francis Anthony Drexel et Hannah Langstroh qui instillèrent l’idée que leur richesse leur était simplement prêtée pour être partagée. A l’occasion d’un voyage dans l’Ouest des USA, la jeune Katherine vit la misère et destitution des natifs Amérindiens et elle établit la première école Ste.Catherine Indian School à Santa Fe, NM(1887). Elle visita Pape Léon XIII à Rome et lui demanda des missionaires mais il lui suggéra d’en devenir une elle-même. Après consultation de son directeur spirituel, elle se donna totalement à Dieu, ensemble avec son héritage au service des Indiens et des Noirs d’Amérique. Elle fonda les Soeurs du Saint Sacrement. En 1925 elle établit Xavier University de Louisiane. Ses dernière 18 années de maladie ont été données à l’adoration et la contemplation. Elle est morte le 3 Mars 1955.

-St. Joséphine Margaret Bakhita (1869-1947) née in Olgossa, Darfour, Soudan fut kidnappée entre l’âge de 7 et 9 ans par des trafiquants Arabes d’esclaves et vendue 5 fois pendant les 12 années suivantes. Forcée de se convertir à l’Islam, elle oublia son nom et adopta le nom donné par les esclavagistes: bakhita (la chanceuse). Le Vice Consul Italien Legnani la donna à son ami Michelli en Italie en 1885 après s’être échappés du siège de Karthoum. En 1888 elle fut laissée au soin des Soeurs Canossiaines à Venise pendant que ses maîtres retournaient au Soudan compléter leurs transactions de terre. A leur retour, Bahkita refusa de les suivre et la Supérieure du catéchuménat référa l’affaire aux autorités italiennes et en 1889 un tribunal italien décida que d’après les lois britanniques et italiennes en vigueur Bakhita n’était pas esclave. Elle choisit de rester avec les Cannosiaines et elle recut baptême, confirmation et communion comme Joséphine Margaret et Fortunata. En 1893, elle entra le novitiat et fit ses voeux le 8 Décembre 1896. Elle devint renommée pour sa gentillesse, le calme de sa voix et son sourire. Elle mourut le 8 Février 1947 après quelques années de douleurs et maladie. Elle a été canonisée assez vite le 1er Octobre 2000.

-Mère Mary Elizabeth Lange, fille de colons francais de St-Domingue(aujourd’hui Haiti) qui partirent vers Santiago de Cuba au début de la Révolution Haitienne puis vinrent à Baltimore, MD en 1813. Elle commenca catéchisme et instruction pour enfants Noirs malgré les interdictions de l’époque. Elle fonda St Frances Academy dans les années 1820’s qui envoie aujourd’hui ses gradués à l’université dans un quartier à problèmes où est aussi situé la prison. Elle fonda la première congrégation de religieuses noires aux USA, les Soeurs Oblates de la Providence. et fut leur première Supérieure Générale( 1829-1932). La congrégation évangélisa et éducat les jeunes, s’occupa des orphelins, soigna les malades terminaux de l’épidémie de choléra de 1832, abrita les viellards , forma et admit des anciennes esclaves. Pendant un temps, elles servirent comme domestiques au Séminaire St. Mary. Elles persévérèret malgré tous les obstacles et la discrimination même des Catholiques. Mère Lange mourut le 3 Février 1882 à St Frances Convent. Sa cause a été introduite à Rome par Cardinal Keller, l’ancien archevêque de Baltimore, MD. (Vous pouvez joindre la Guilde ou l’un des chapîtres!)

 

 

Guérison intérieure par l’expérience du pardon!

Retraite avec la Communauté de L’ALLIANCE et

Père François Kibwenge, PhD, MAScm.

 

The Archdiocesan Center at St Thomas Seminary

467 Bloomfield Avenue, Bloomfield, CT 06002

 

Vendredi 15 juin au dimanche 17 juin 2018

 

Départ: Vendredi 15 juin a:

10 hr30 du matin: Massapequa Shopping Center.  Carmans Rd. NY 11758

11hr30 du matin: 137-21  218 St   Laurelton, NY 11413

Retour à New York: dimanche 18 juin 2018.

 

Coût de la retraite:  $280.00     Frais compris: autobus, logement, repas.

 

 

 

« La miséricorde de Dieu envers nous est liée à notre miséricorde envers le prochain ». Pape François.

 

  N’attendez pas le dernier moment.  Vous pouvez payer en cash, chèque ou « money order ».  

A l’ordre:  Madiannithe  François

14 Martin St  Massapequa, NY 11758

 

Pour information contactez:       Madiannithe François (516) 799-9303 / 574-3028

Patrick Coti (917) 459-3100

 

S’il vous plait retournez cette partie avec un dépôt de $150.00 le plus tôt que possible pour confirmer votre réservation et la balance est due le 12 mai 2018.  Les places sont limitées.

 

————————————————————————————————————————————————-

 

NOM : ………………..……………………………… ………………………………….………………

ADRESSE : ……………………………………………………………………………………..…………

TELEPHONE : …………………………………………………………………………………….………

E-MAIL : …………………………………………………………………………………….……………..

NOMBRE DE PERSONNES :   ……………………………………………………………………………

PAYEMENT :    …………………………         Total :   ………………………………………….……….

CRCCHO – Congrès Haïtien 2018

Vendredi 27,  Samedi 28 et Dimanche 29, Juillet 2018

DCU CENTER – Worcester, Massachusetts

“Men, L’Espri Sen-an va desann sou nou. Na Resevwa pouvwa, Lè sa-a, na sèvi-m temwen … jous nan dènye bout latè” (Act 1:8)